AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 [-18] Let it crumble, I'll be reborn again and again [ Gil ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 976
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: [-18] Let it crumble, I'll be reborn again and again [ Gil ]   Mar 26 Avr 2016, 03:21

[ Alors euh.... Je voulais pas faire ça à ce point. Kaü s'est encore plus foutue dans la merde toute seule, finalement... Donc, à toi de jouer mrred ]







Jetant un coup d’œil par-dessus son épaule, Kaünis vérifia la présence des trois gardes en légère armure de cuir et de métal dans son dos. Ils étaient toujours là, et cela tira un sourire mauvais à l’Envoleuse, qui se glissa dans une nouvelle ruelle. Ruelle si étroite qu’elle dut incliner son buste pour pouvoir y passer, s’y faufilant souplement sans un bruit, comme une ombre.

Elle atterrit directement dans une cour, complètement fermée… Se mordit la lèvre inférieure en se rendant compte que les murs avaient été enduits d’un truc bizarre qui semblait complètement glissant et huileux.
Elle fronça les sourcils un instant, avant de se retourner pour faire face aux trois hommes qui venaient de la suivre jusque-là. Ils arboraient tous les trois un sourire satisfait, qui lui fit lever les yeux au ciel.

Mais alors qu’elle se ramassait sur elle-même pour bondir vers eux, deux chaines apparurent sur le sol, s’enroulant autour de ses chevilles… Et elle jura entre ses dents.
- Putain de bordel de… Ils avaient un Dessinateur avec eux. Elle était littéralement dans la merde – enfin, dans les chaines pour le coup. Elle tenta de tirer sur sa jambe droite pour la dégager, surveillant les trois hommes en même temps, mais l’un d’entre eux se glissa derrière elle et elle ne put éviter le pommeau de son épée qui frappait vivement sur son crâne.

Noir.


* *


Elle avait froid.
Le sol était dur.

Ce furent les premières pensées cohérentes de Kaünis, alors qu’elle n’avait même pas encore ouvert les paupières. Mais elle attendit avant d’ouvrir les yeux, tentant de comprendre où elle se trouvait. Ce qu’il se passait. Elle se souvenait des mecs dans une micro-cour paumée d’Al-Jeit, du Dessinateur, de son coup sur la tête… Bon, elle n’avait pas de perte de mémoire a priori. Elle se retint de grimacer, alors que des souffles attiraient son attention à sa droite.

- Elle est toujours pas réveillée ? demanda soudain une voix, et Kaünis s’appliqua à garder une respiration bien ample, sans bouger un cheveu.
- Non, toujours pas. Kurd a dû frapper plus fort que prévu.
- Espèce d’incapable… Il faut vraiment qu’elle soit en capacité de se souvenir, et de parler. Surveillez-la bien. Et apportez lui à bouffer.
- Mais c’est pas la procédure…
Kaünis entendit un mouvement de tissus, ainsi qu’un gémissement de gorge.
- Écoute, c’est pas moi qui l’ai demandé. Sil’Afian a demandé à ce qu’elle soit en parfait état.
Sil’Afian ? Mais que venait foutre l’Empereur en personne au milieu de tout ça, sérieusement ? Kaünis ne comprenait plus rien, qu’est-ce qu’elle avait pu foutre, par tous les Ts’Liches bedonnants, pour se retrouver dans un trou pareil ?

Quelques pas s’approchèrent d’elle, et elle les entendit s’arrêter à environs deux mètres, avant qu’une bague ne tinte contre ce qui semblait être des barreaux de fer. Elle ne bougea pas, jusqu’à entendre les pas qui s’éloignaient, et l’homme congédier le premier qu’il avait intimidé.
Bon…

Elle ouvrit doucement les yeux, laissant le temps à sa vision de s’accommoder à la luminosité très basse de l’endroit où elle se trouvait. Ça sentait l’humidité et la moisissure, déjà, mais c’était vraiment très sombre aussi. Elle se redressa silencieusement sur les fesses pour tenter d’observer autour d’elle…
Elle se trouvait dans une cellule, qui devait faire trois mètres de long sur deux mètres de large. Le plafond bas ne l’était pas assez pour qu’elle ne puisse pas se tenir debout, mais il suffisait de quelques centimètres de plus qu’elle pour devoir se plier en deux et ne pas y tenir droit.
Elle était allongée sur une sorte de couchette en bois dur, et son regard fila dans la direction d’où lui étaient parvenues les voix.

Les barreaux de sa cellule étaient plus larges que ses avant-bras, espacés juste de leur propre diamètre, d’un noir luisant qui avait l’air absolument dégueulasse. Tout le reste, les trois autres murs en tout cas, étaient faits de pierre. Elle se trouvait clairement dans les cachots de quelque part, sans doute du palais impérial en fait.
Poussant un petit soupir pour attirer l’attention, la jeune femme se leva souplement – elle sentit ses hanches la piquer une demi-seconde avant de se délier – et s’approcha des barreaux. Elle avait les mains et les pieds enchainés et pouvait à peine faire deux pas…  Du coup, elle ne colla pas son visage aux grilles, mais elle appela le « gardien » ou en tout cas le mec qui était juste là.

- Hé tronche de Raï, j’ai faim ! T’as pas un truc à bouffer, à part ta cervelle ?

L’homme tourna la tête vers elle en fronçant les sourcils, avant de s’approcher avec sa lance à la main. Il la passa à travers les barreaux pour la pointer vers la gorge de Kaünis, qui ne put s’empêcher de ricanner.
- Roh, allez, range ton cure-dent, mon chou. Faut pas se sentir vexé, c’était un compliment !
- Sale chienne, tu vas…
L’Envoleuse venait d’éclater de rire alors que le bout de la lance écorchait à peine son cou. Elle laissa sa Greffe glisser dans l’arme que l’autre brandissait et qui faillit lui échapper des mains.
- Quoi, ça pique ? Allez, bouge-toi, sinon je sors toute seule. Ce fut au mec de ricanner, mais cela tira un large sourire carnassier à Kaünis.
- C’est ça ouais, et moi je suis le fils de l’Empereur !

L’Envoleuse roula des yeux, avant pousser sa Greffe dans ses mains et dans ses pieds, ce qui gela ses chaines. Alors, elle revint un peu en arrière pour les éclater contre la pierre, et les menottes explosèrent en une pluie d’étoiles. Un sourire diabolique sur les lèvres, l’Envoleuse s’approcha alors des barreaux…
- Tu disais ?
- Oh par la barbe de Merwyn !
Il avait les yeux écarquillés et partit en courant dans la direction sans aucun doute de la porte qui menait hors des cachots.
Kaünis leva les yeux au ciel, répugnant à toucher les barreaux… mais quand elle les saisit entre ses doigts pour laisser libre-cours à sa Greffe, elle fut surprise de constater que ce n’était pas du fer. Ni du métal. Ni rien qu’elle ne connaissait, ou en tout cas, ça résistait au froid.

Ah. Elle était vraiment dans la merde.


* *


- Alors comme ça on détruit ses chaines ?

Bondissant sur ses pieds, parce qu’elle s’était assoupie un instant sur sa paillasse, Kaünis releva le menton en signe de défi à l’adresse de l’homme qui la jaugeait de bas en haut, de l’autre côté des barreaux.
Un petit sourire provocateur sur les lèvres, l’Envoleuse prit une pause lascive, une main sur la hanche, inclinant légèrement la tête sur le côté.

- Pourquoi, t’aimes le bondage ? Elle n’avait pas pu s’empêcher de répliquer vertement, trop railleuse. Mais cela déstabilisa suffisamment l’homme pour qu’elle voit une lueur intriguée dans son regard, et qu’il s’avance de deux pas vers la cellule.
- Oui, tout comme ton père d’ailleurs. Il fallait se douter que les chiens ne font pas des chats…
Kaünis fronça les sourcils : mais déjà comment cet homme connaissait les préférences sexuelles de son père, d’une… et ensuite, elle aurait dû se douter que c’était pas elle qu’on voulait en fait.  
- Oh monsieur a fait son soumis et ça lui a pas plu ? piqua-t-elle vivement, mauvaise.
- Non, mais c’est moi qui ai initié Voïmakas à ce genre de pratiques. Un homme comme lui, ça ne s’oublie pas. Il est devenu quoi ?
La question semblait anodine, mais Kaünis savait parfaitement qu’elle ne l’était pas et elle fronça les sourcils. Ce mec avait initié son père ? Vraiment ? Ça voulait dire quoi exactement ? Elle n’était pas certaine de vouloir le savoir, ça.
- Qu’est-ce qu’il y a, tu as perdu ta langue ?
- Il est mort.
Elle avait annoncé ça de but en blanc, la voix légèrement tremblante malgré elle, mais apparemment cela surpris suffisamment l’homme pour qu’elle puisse considérer qu’il la croyait presque. Les mensonges les plus efficaces sont souvent les plus courts.
- Vraiment ?
L’homme se passa les doigts sur ses lèvres qu’il venait juste d’humecter en la détaillant encore de bas en haut. Cela tira un frisson à la jeune femme…

Juste avant qu’il ne disparaisse.
Pour apparaitre directement dans sa cellule.

Elle n’eut même pas le temps de bondir en arrière, elle chercha ses lames mais ces dernières lui avaient été enlevées, tout comme sa ceinture,  que l’homme la saisissait par le menton en serrant fort. Elle voulut relâcher sa Greffe mais cette dernière n’eut pas effet escompté puisque si les doigts de l’homme commencèrent à se recouvrir de givre, ce dernier s’évapora presque immédiatement.
- Intéressant… sussurra l’homme en la poussant contre le mur. Elle s’y cogna, et soudain toute possibilité de bouger lui fut enlevée, comme…
Comme quand Fried avait tenté de l’immobiliser, des années plus tôt.

Cet homme était un Dessinateur. Un bon Dessinateur. Une sentinelle ?
Non, elle ne pensait pas. Parce que là, il venait se coller à elle et son souffle s’éparpilla sur la peau de son cou en lui tirant des frissons de dégoût. Rah non, pas ça putain !
S’il lui foutait juste un doigt dessus, elle le tuerait. Non, même pas besoin en fait. A la première occasion, elle le ferait.

Soudain, des bruits attirèrent l’attention de la jeune femme alors qu’elle allait fermer les yeux en serrant les dents trop fort. Une diversion qui déconcentra l’homme de ce dans quoi il voulait se lancer, mais qui ne lui permettait pourtant pas de bouger.
– Raaah !
Les doigts de l’homme glissèrent sur sa joue.
- Ne t’impatiente pas trop vite, petite souris. Je vais m’occuper de toi, je sais que tu en meurs d’envie. Elle ne pouvait pas bouger et se contenta de lui lancer un regard noir. Mais elle entra dans son jeu.
- Roh, allez, plus vite que ça. T’es trop lent. Et trop gentil. Tu arrives pas à la cheville de mon partenaire habituel ! gronda-t-elle, ce qui le divertit suffisamment pour qu’il oublie les bruits de lutte un peu plus loin.

Elle espérait juste que ça n’allait pas durer trop longtemps, et qu’elle aurait vite une ouverture.
Projetant ses pensées vers Syles, elle retint son souffle.
Une seconde.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )


Dernière édition par Kaünis Gil'Ozh le Mar 10 Mai 2016, 22:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 967
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-18] Let it crumble, I'll be reborn again and again [ Gil ]   Mar 26 Avr 2016, 12:18

[Bah personnellement je m'éclate, alors bon, je ne vais pas blâmer Kaü de se fourrer dans la merde et d'y entraîner Gil, hein - surtout quand je suis à l'origine de ce nouveau Rp qui s'annonce bieeeeen déjanté !]



Gil frappa trois coups légers contre le battant et recula d’un pas pour lever les yeux sur la façade du bâtiment. Une fenêtre était entrouverte à l’étage et il se demandait s’il n’aurait pas mieux fait de s’y glisser lorsque la porte s’ouvrit devant lui, laissant apparaître une version de Libertée avec des pattes d’oie au coin des yeux et un regard moins renversant… mais tout aussi foudroyant lorsqu’il était en colère. Voëlle retroussa les lèvres comme si elle s’apprêtait à mordre. Gil sourit à demi et ne bougea pas mais, sous son manteau négligemment jeté sur ses épaules, il glissa les doigts sur le manche de son poignard.

- Tiens tiens, voyez-vous ça. Crocs de Lune en chair et en os devant chez moi. Tu es venu me donner un autographe ?
- Bonjour à toi aussi, Voëlle, répondit doucement l’interpelé en ignorant son ton dangereusement ironique.

Dans l’entrebâillement de la porte, Voëlle ouvrit la bouche, sans doute pour l’invectiver de nouveau. Mais une main se posa alors sur son épaule et un murmure la dissuada soudain. Elle recula et laissa Mïin se faufiler sur le perron. Gil ne l’avait pas vu depuis un moment et fut surpris de découvrir que son visage avant changé. Son expression avait durci, son regard autrefois brillant de malice semblait avoir perdu sa lumière. L’inquiétude planta ses dents dans le ventre de Gil : était-il encore arrivé quelque chose à Naïs ? Mïin était le père de cette dernière, tout comme il était le père de Libertée ; cette découverte n’avait pas encouragé Naïs à lui pardonner et les choses entre eux étaient… compliquées. Mais si l’une de ses filles était en danger, il serait forcément au courant…non ? Gil chassa vivement « princesse peste » de ses pensées lorsque Mïin fit un pas en avant. Il avançait doucement et descendait les marches progressivement. En face de lui, Gil reculait au même rythme. Ils ne se quittaient pas des yeux et ne prononcèrent pas une seule parole avant que, brusquement, le poing du marchombre jaillisse. Il cueillit le menton de Gil assez durement pour que celui-ci se morde la langue. Comme si le goût du sang m’avait manqué, tiens… Il essuya sa lèvre et soutint de nouveau le regard de Mïin. Ce dernier frappa de nouveau. Cette fois pourtant, Gil lui attrapa le poignet et bloqua le coup juste à temps.

- J’ai mérité le premier mais pas le deuxième.
- Pourquoi es-tu venu ici ?
demanda Mïin, sans chercher à dégager son bras.
- Je cherche Lib.

Voëlle s’approcha de son compagnon et s’arrêta juste à côté de lui. Elle étudia Gil attentivement. Il avait meilleure mine, même si ses joues étaient encore un peu creuses. Ses cheveux étaient propres et plus courts, il avait taillé sa barbe pour ne laisser qu’un léger voile assombrissant le bas de son visage. Elle détailla rapidement ses vêtements, propres eux aussi, avant de sonder son regard, là où elle avait vu briller la folie d’un monstre.

- Tu es redevenu toi-même ?


Gil cligna des yeux mais resta silencieux.

- Elle n’est pas ici.
- Je sais.


Il était retourné chez lui, près des marais, et avait trouvé la maison vide. Le temps semblait s’y être figé, comme si Libertée s’était envolée d’un seul coup, laissant toutes ses affaires, une assiette à moitié pleine sur la table. Elle s’était lancée à sa recherche sans hésiter et à présent, c’était lui qui la cherchait. Venir chez les parents de Lib n’était sans doute pas une très bonne idée étant donné les circonstances, mais il n’avait pas trouvé mieux. Il avait espéré qu’elle serait peut-être chez eux. Il fallait croire que c’était trop simple.

- Al-Jeit, murmura alors Voëlle.

Parce qu’il tenait toujours le poignet de Mïin dans sa main, Gil sentit celui-ci tressaillir légèrement. Le marchombre resta toutefois silencieux ; il n’approuvait pas la décision de Voëlle mais, comme toujours et pour toujours, il se rangeait à son avis sur la question. Gil hocha la tête. Il n’aurait pas d’autre indice et le regard dur de Mïin lui disait aussi qu’il n’aurait pas de seconde chance. Il lâcha son bras et hocha la tête. Son regard glissa de nouveau vers la fenêtre ouverte. Suviyo…

- Non.

Voëlle s’était exprimé d’un ton plus doux qu’avant, mais aussi plus ferme.

- Tu ne la reverras que si tu reviens avec Lib.

Gil serra les dents. Rien, absolument rien en ce monde n’était de taille à l’empêcher de voir sa fille, et il lut cette même certitude dans le regard de Mïin. Pourtant, il recula. Non pas par lâcheté mais par sagesse : il ne voulait pas se battre avec les parents de Libertée. Alors il tourna les talons et disparut sans se retourner, pour ne pas craquer et revenir sur ses pas.
Il allait revenir, oui.

Bientôt.



*



- Six pièces pour le repas et dix pour une chambre. Douze si vous voulez un lit sans puces.
- Merde.


Dépité, Gil palpa ses poches avant d’émettre un claquement de langue agacé. Il avait perdu tous ses gains en une nuit à cause de Libertée, et ce qui lui restait avait disparu dans les décombres de l’immeuble, à Al-Far. Une lueur indescriptible traversa son regard et il se fit la promesse de le lui faire payer ça – sans mauvais jeu de mot – dès qu’il lui aurait mis la main dessus.

- Juste une bière alors.

Gil but son verre sans hâte, accoudé au comptoir pour observer d’un œil distrait la salle à moitié remplie. Il faisait nuit depuis peu sur la ville. Il n’avait pas trouvé Libertée et il était fauché. Le plus curieux étant qu’il n’était pas particulièrement de sale humeur, en dépit des circonstances ; peut-être parce qu’il avait déjà touché le fond, à Al-far, et qu’il se sentait capable de surmonter tout ça sans trop de mal désormais. Son regard dépareillé s’attarda un bref instant sur deux hommes en train de discuter. Il flairait les affaires pas nettes et pendant une secondes, peut-être deux, il envisagea de les approcher. Ils connaissaient sans doute un endroit où avaient lieu des combats… Mais Gil secoua légèrement la tête, posa son verre vide sur le comptoir, jeta les trois pièces qui lui restaient et s’en alla sans demander son reste. Il s’enfonça dans la nuit et remonta le large col de son manteau ; il faisait bien plus froid qu’au cours du mois précédent, au point qu’une fine couche de givre scintillait doucement dans la lueur pastelle des sphères qui habillaient la cité.

Il n’avait pas encore complètement remonté la rue lorsqu’il s’arrêta brusquement. Pour faire demi-tour dans un froissement léger de son manteau, rentrer dans l’auberge, la même, pousser une chaise du bout de son pied vers la table des deux hommes qui s’arrêtèrent de parler pour lui jeter un regard curieux, et s’asseoir devant eux, le dossier de son siège devant lui. Il y croisa les bras et posa son menton sur ses poignets. Il souriait.

- Alors messieurs, comment va la vie ?



*



- T’as déjà fait des combats ?
- Ouais.
- C’est quoi ton nom, déjà ?
- Je l’ai pas dit.


L’homme que Gil suivait dans les sous-sols de la ville s’arrêta et se tourna vers lui. Une cicatrice lui biffait la joue gauche.

- Fais pas ton malin. Tant que t’as pas prouvé ce que tu vaux, considères que tu vaux rien, tête de nœud.
- Je vaux cent fois mieux que ta tête de gland et je peux te le prouver immédiatement.


Le balafré approcha son visage de celui de Gil, si près que celui-ci pouvait compter ses cils. La tension monta d’un cran mais l’autre homme s’interposa avant une altercation sanglante.

- Gardez ça pour le ring, les mecs. Ici on se bat entre les cordes ou alors on va se faire voir ailleurs.

Gil se passa doucement la langue sur les lèvres en soutenant toujours le regard du balafré. Celui-ci laissa échapper un léger sifflement avant de se détourner pour s’enfoncer dans un boyau plus sombre que les autres. Gil le suivit sans hésiter, avec l’impression de se retrouver dans son élément. La violence pulsait ici. Les murs suintaient, l’air était saturé d’alcool, de sang et d’un autre genre de substance que l’Envoleur identifia lorsqu’ils croisèrent une femme et deux hommes en train de forniquer sur un canapé défoncé. Il secoua la tête, les yeux brillants à la lumière des torches accrochées aux murs ; pour un peu il se serait cru de retour à Al-Far et la bête qui sommeillait dans son ventre frémit. Qui aurait pensé qu’Al-Jeit, la cité de lumière, renfermait une ombre aussi malveillante en son sein ? Ils débouchèrent dans un espace relativement aménagé en salle de repos. Des tables, quelques tabourets, des caisses jetées dans un coin en guise de garde-manger.

- Quel endroit charmant, remarqua Gil en s’asseyant sur le bord d’une table. C’est toi qui gères la déco ?

Le balafré lui retourna un signe de son majeur et alla s’asseoir de l’autre côté de la salle. Gil devina qu’il essayait de se retenir de lui sauter dessus, et cela lui tira un sourire amusé. A présent qu’il avait pénétré l’antre du mal, il ne songeait plus qu’à une seule chose : se battre. Et se remplir les poches. La fièvre des combats ne l’avait jamais réellement quitté. Cette fois pourtant, il n’était pas ici pour panser ses plaies, et l’idée que seul le plaisir l’avait conduit ici aurait dû l’alarmer mais… Il ne retrouverait pas Libertée s’il ne mettait pas d’abord la main sur un peu d’argent. Alors quitte à gagner sa croûte, autant que ce soit dans la joie, la bonne humeur… et le sang !

Gil attrapa trois pommes d’un aspect douteux au fond d’un panier qui traînait sur la table, et se mit à jongler avec sous l’œil sombre du balafré et de son comparse. Il allait leur demander s’il fallait qu’ils couchent ensemble pour qu’il soit accepté dans leur bande, lorsque son regard, qui balayait les alentours avec curiosité, tomba quelque chose qui attira son attention. Des armes étaient jetées négligemment sur une caisse. Sans cesser de jongler avec ses pommes, il sauta à bas de la table et s’approcha, intrigué. Ben ça alors !

- A qui c’est tout ce bazar ?
- Ta gueule, bon sang !
s’exclama le balafré. C’est pas tes oignons !
- Ouais, t’as raison.


Les pommes volaient entre ses doigts. Une, deux.
Et trois.

- C’est pas mes oignons.

Gil sourit et lança son projectile si fort que la pomme éclata en s’écrasant sur la figure du balafré, projetant ce dernier en arrière. Il rebondit contre un mur et laissa échapper un râle de douleur et de fureur. Mais lorsqu’il se passa la main sur le visage pour ôter les morceaux de pommes de ses yeux, Gil était déjà devant lui. Il utilisa les deux pommes toujours dans ses mains pour les écraser violemment sur les tempes de l’homme. Comme celui-ci glissait sur le sol, sonné, l’Envoleur pivota et frappa d’un revers de pomme l’autre homme. Il lança ensuite son pied pour l’envoyer au tapis, puis il s’accroupit entre eux et leur fourra chacun un fruit dans la bouche. Sans se gêner pour faire craquer leur mâchoire au passage.

- Cinq fruits et légumes par jour, les gars. Pensez un peu à votre ligne !

Il tapota la joue du balafré et se releva pour s’arrêter devant la caisse. Il commença par prendre la courte lame qu’il avait reconnue et la tira de son fourreau afin de la faire danser entre ses doigts. La sensation familière lui tira un léger sourire. Aah, te revoilà toi ! Satisfait, il la rengaina puis la glissa à sa ceinture, là où elle s’était trouvée quelques années. Son regard tomba ensuite sur le reste. Trois secondes filèrent avant qu’il ne prenne sa décision. Il attrapa les affaires de Kaünis et quitta la salle à grands pas.

Cette fois-ci, il allait vraiment la tuer.



*



- Dégagez le passage ! Allez ! J’ai des pommes et je n’hésiterai pas à m’en servir alors bougez vos fesses de là, merci bonsoir !

Gil croqua dans le seul fruit qui lui restait en vérité. Elle était juteuse à souhait mais il n’eut guère le temps de la savourer : trois soudards se jetèrent sur lui dans un bel ensemble. Tout en songeant qu’il avait eu raison de céder à la tentation et de venir ici, l’Envoleur tira son arme enfin retrouvée, mais il ne la sortit pas de son fourreau et utilisa uniquement ce dernier pour affronter ses adversaires. Des idiots qui se prenaient pour des guerriers parce qu’ils avaient un jour gagné un combat.

- On se calme ! dit-il en fracturant un nez puis une mâchoire. Faut vous détendre, je ne suis pas là pour vous piquer votre titre de super champion du ring…

Bloquant une parade à l’aide de son fourreau, il pivota et asséna un coup violent avec le manche de son arme. Du sang jaillit et éclaboussa légèrement sa chemise, à l’endroit où son manteau était ouvert sur son torse.

- Hééé ! Mais ça va pas dans ta tête ou quoi ? Elle est neuve, bordel de bon sang !

Un coup de boule bien méchant fit payer le malotru sa maladresse sanglante. Gil attrapa le dernier crétin à la gorge et le souleva de terre pour le plaquer contre le mur.

- T’aurais pas vu une nana dans les parages ?
- Tout ça pour… une baise ?
grimaça l’interpelé en luttant pour respirer.
- Oho, je vais te tuer pour avoir seulement osé imaginer un truc pareil. Sérieux. Mais avant j’aimerai que tu répondes à ma question. Une fille avec des cheveux noirs. Elle est croisée avec un Raï mais la nature a été clémente et elle est plus jolie que la plus jolie femme de tes fantasmes. Alors ? ça te parle ?
- Va te faire f…


Les griffes d’acier jaillirent de la mitaine de cuir et perforèrent la gorge de l’homme. Gil le laissa glisser le long du mur et recula en soupirant. Navrant.

- Bon, ben je vais continuer de la chercher tout seul, alors.

Il glissa son index dans sa bouche et le leva devant lui. Le froid venait de la gauche. Abandonnant les trois corps, Gil s’enfonça dans le tunnel de gauche. Car c’était l’évidence même.

Là où il y avait des emmerdes bien gelées comme il faut, il y avait Kaünis.

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 25/08 au 28/08]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 976
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] Let it crumble, I'll be reborn again and again [ Gil ]   Mar 26 Avr 2016, 19:18

Une seconde.
Avant d’ouvrir les yeux, alors que l’homme faisait glisser ses doigts sur son cou, puis tirait le zip de son pull pour découvrir son décolleté. Il ne retint pas un sifflement mi-surpris, mi-admiratif quand il tomba sur son faux-corset de cuir, mais surtout sur son tatouage. D’ailleurs, il fronça même les sourcils un instant, comme s’il reconnaissait les arabesques noires qui se dessinaient sur la peau de Kaünis.
Cette dernière eut un petit sourire.

- Bon, va falloir que tu me dises ton nom, si tu veux que je le crie. Ça serait dommage de rater ça quand même ! le provoqua-t-elle, mais soudain l’énergie de l’homme en face d’elle changea brusquement, lui faisant froncer les sourcils.
Il semblait tout à coup beaucoup moins sûr de lui, presque… effrayé. Effrayé par quoi au juste ? Elle ne savait pas. Enfin, jusqu’à ce qu’elle capte son regard écarquillé sur son tatouage, alors qu’il faisait un pas en arrière en manquant de trébucher.

Elle sentit ses membres être libérés de leur immobilité, mais se contenta de ne pas bouger malgré tout. Pourquoi ce mec était-il si… apeuré, soudain ? Alors qu’il s’était débarrassé facilement du froid de sa Greffe, c’était un comble de rester planté comme ça devant un tatouage bénin, non ?

- Ces signes… Tu sais ce qu’ils veulent dire ? Kaünis fronça les sourcils un instant, baissant le menton vers son tatouage… Avant qu’un sourire étire ses lèvres, mauvais.
- Pourquoi ? T’auras encore plus peur si je sais ce que c’est ?
L’homme se redressa un peu, peut-être rassuré qu’elle ait formulé sa phrase de cette manière, passant une main dans ses cheveux poivre et sel.
- Que de la gueule, hein ?
Kaünis pinça les lèvres dans une mine satisfaite.
- Lorsque les Douze disparaitront, et que l'élève dépassera le Maître, le Chevaucheur de brume le libérera de ses chaînes. Six passeront et le collier du Un sera brisé. Les Douze reviendront alors, d'abord dix, puis deux qui ouvriront le passage vers la Grande Dévoreuse. L'élève s'y risquera et son enfant tiendra dans ses mains le sort des Fils du Chaos et l'avenir des hommes. Elle fit une petite pause théâtrale avant d’éclater de rire à gorge déployée devant l’éclat de pure peur qui traversa le regard de l’homme. Oh mince, je t’ai fait peur ? Ouais, mon tatouage, c’est les écritures du Chaos plus d’autres trucs. Ça te pose un soucis ? Tu crois qu’j’suis maudite ? Tu penses que je vais te bouffer comme une Ts’Liche ? A chaque question, elle s’était approchée de lui, et il avait reculé d’autant de pas… Jusqu’à cogner contre les barreaux.

Elle s’avança encore d’un pas. Puis de deux.
- Miam, de la viande bien fraiche ! Quoi, tu veux plus utiliser l’Imagination, choupinet ? Trop peur que je t’en coupe l’accès c’est ça ? C’était du bluff complet, oui. Mais ça semblait fonctionner, alors elle s’en donnait à cœur joie. Pourquoi tu crois qu’ils ont autant galérer à m’attraper, hein ?
Là, l’homme redressa le menton un instant.
- Pourquoi tu t’es pas échappée dans ce cas ? C’est du bluff.
Kaünis eut un sourire tellement démoniaque que cela alluma littéralement des petites flammes dans ses yeux, et elle vit l’homme se plaquer un peu plus contre les barreaux.
- Les humains sont trop stupides pour comprendre. Faut bien se mettre à leur niveau pour les piéger, de temps en temps ! cracha-t-elle, avant de bondir en avant pour saisir l’homme par la gorge et pousser à la vitesse d’une pensée sa Greffe dans son crâne.

Il s’écroula.
Ronchonnant toute seule, l’Envoleuse relâcha sa prise, piqua les deux poignards qu’il avait à la ceinture pour les glisser dans son pantalon, histoire d’avoir au moins des lames, avant de fouiller son corps rapidement. Elle y trouva quelques épingles, et surtout plein de fioles de poison… Arf. Elle avait pas de quoi les transporter, c’était dommage. Mais tant pis.

Bon, elle devait sortir de là avant que les gardes reviennent.
Son seul souci, c’était que ces barreaux ne craignaient pas le froid et qu’il n’y avait pas de serrure à forcer pour en sortir. Elle chercha un mécanisme quelconque, finit par comprendre que ça devait glisser vers le haut mais ne sut pas comment s’y prendre.

Ça, ça manquait ! Gil ne lui avait pas appris à forcer ce genre de trucs. Il faudrait qu’elle lui en touche un mot, quand elle sortirait !
Des bruits très légers de pas la mirent soudain en garde, et elle se ramassa sur elle-même un instant, son regard balayant la noirceur ambiante pour tenter de voir d’où ça venait.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 967
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-18] Let it crumble, I'll be reborn again and again [ Gil ]   Mar 26 Avr 2016, 22:51

Il y avait toujours quelque chose de singulier dans la manière dont le hasard entretenait les choses. Gil ne croyait pas en ce que certains appelaient le destin et pourtant, son fichu hasard remplissait parfois un rôle bien similaire. Comment expliquer sinon ce réseau complexe de chemins qui s’entrecroisaient ? Dans un empire aussi grand, fallait-il croire à une coïncidence lorsque, pris par une pulsion soudaine et changeant ainsi ses projets, il s’était enfoncé dans les entrailles de la ville ? Coïncidence toujours, au moment où il avait découvert les armes de Kaünis ? Au bout du compte, il se fichait pas mal de savoir si c’était le hasard, ou bien la chance, qui s’amusait à mettre une telle pagaille dans sa vie. Il admettait simplement que deux individus pouvaient être liés au point que ce lien, quoi qu’invisible et impalpable, les rapproche pour les réunir dans les circonstances les plus étonnantes. C’étaient des circonstances étonnantes.

Gil avançait doucement mais sûrement dans les sombres galeries humides et désormais silencieuses. Il était conscient qu’il pouvait facilement se perdre là-dedans mais ça ne l’effrayait pas outre mesure : il sifflotait tranquillement. Cet essaim de guêpes était très intéressant à visiter et si ses déductions étaient bonnes, la reine devait se trouver au cœur du nid… Il fut surpris de découvrir, dans une salle plus grande, des cellules protégées par des barreaux. Des geôles sous la capitale ? Voilà qui était intriguant ! Gil se demanda un bref instant si l’Empereur avait connaissance de cet endroit. Avant de se rappeler qu’il s’en fichait comme de sa première colique. Tout ce qui touchait à Sil’Afian ne lui évoquait guère plus qu’un dédain proche du dégoût. Il fit quelques pas dans l’obscurité seulement trouée par quelques bougies dont la cire avait presque entièrement fondu. Un bruit de respiration, là-bas dans l’ombre, alerta Gil. Il serra les doigts sur la poignée de son épée et avança prudemment.

- Nooon…

Je rêve. C’est forcément un rêve !

- Soit je suis mort et je me trouve dans l’antichambre des Enfers, dit-il en croisant les bras, soit c’est le plus beau jour de ma vie !

Il opta pour la seconde option lorsque le regard noir de Kaünis traversa les barreaux de sa cellule pour l’assassiner. Alors seulement il se permit d’éclater de rire et, enfer...

Ca faisait un bien fou.



*



- T’as l’air de bien t’amuser alors je ne vais pas traîner…

Il avait fini par se calmer mais des larmes de rire perlaient encore au coin de ses cils. Il les essuya d’un revers du bras et fit tournoyer son épée à bout de bras.

- Je suis content de l’avoir retrouvé, dis donc. Mais tu me déçois un peu, là. Te faire déposséder de tes armes ? Sérieusement ?

Il secoua la tête dans un « ttt ttt ttt » désapprobateur, puis ouvrit son manteau et lui dévoila ses affaires. Les lames, la ceinture… il souleva le tout devant ses yeux.

- Heureusement que je suis là quand même. Je vais laisser ça là.

Là, c’était par terre, près du mur. Loin des barreaux de la cellule. Pour une raison obscure, Kaünis n’était pas sortie, ce qui signifiait sans doute qu’elle ne le pouvait pas. Et lui, ancien mentor de pacotille, et bien il s’en régalait.

Ré-ga-lait.

- Bon, j’y vais. Des choses à faire. Sortir d’ici, tout ça… On se voit au Domaine !

Il commença à s’éloigner en riant doucement.
Sacrée Kaünis…

Toujours aussi drôle.

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 25/08 au 28/08]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 976
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] Let it crumble, I'll be reborn again and again [ Gil ]   Mar 26 Avr 2016, 23:21

Kaünis fronça les sourcils un instant, alors qu’une silhouette s’approchait. Elle se tapit dans l’ombre un instant avant de… reconnaître Gil !
Ha ben quand on parle du loup, on en voit la queue, hein ! Serrant les dents, la jeune femme sortit de l’ombre pour jeter un regard noir à son ancien Maître. Qu’est-ce qu’il foutait là, sérieusement ?

- Soit je suis mort et je me trouve dans l’antichambre des Enfers, soit c’est le plus beau jour de ma vie !
L’Envoleuse serra les dents… Et finir par fermer les yeux, alors que le fou-rire de Gil résonnait dans le cachot. Pour bien visualiser ce qu’elle allait lui faire, quand elle sortirait de là.
Lui découper le crâne, lui enlever la chair, le dépecer vivant. En le gelant au passage tient. Oh, et si elle lui arrachait les doigts un à un ? Et les orteils ? Avant de lui couper les membres ? Hum, délicieuse image pleine de sang qui giclait, sous ses paupières….

Pourtant, elle finit par rouvrir les yeux.
- Te faire déposséder de tes armes ? Sérieusement ? Kaünis grogna dangereusement, même si elle savait que là, tout de suite, cela ne servait à rien. Elle bouillait intérieurement, et avait terriblement envie d’étrangler Gil. Heureusement que je suis là quand même. Je vais laisser ça là.
, c’était trop loin des barreaux, et Kaünis dut prendre une grande inspiration pour garder un minimum de sang-froid.
- Bon, j’y vais. Des choses à faire. Sortir d’ici, tout ça… On se voit au Domaine !

En relâchant son souffle, Kaünis leva les yeux vers le plafond. Ouais, parce que le ciel était trop loin. Croisant ses bras sous sa poitrine, elle ne put s’empêcher de ricaner.

- Hé, tête de pioche, si j’te dis que c’est l’Empereur qui m’a foutue là, ça te déçoit aussi ? Elle se mordit la lèvre, s’approchant des barreaux pour les toucher du bout des doigts, alors que son regard glissait jusqu’à ses lames blanches et sa ceinture. Repoussant le bras du Dessinateur gelé, elle lâcha un petit soupir.
- En plus, t’as mal fait ton boulot. Tu m’as pas appris à forcer ces systèmes de verrou par le haut. Je pense qu’il y a un ressort et une butée quelque part, mais j’peux pas le deviner.

Ses mains glissèrent le long des barreaux dégueulasses, et elle cherchait la faiblesse du mécanisme en même temps. Elle avait un peu de temps, maintenant, et le fait que ses lames soient juste là, ça la motivait beaucoup plus de sortir de cet endroit.

Ça bougeait à peine, et ça l’emmerdait carrément.
- Oh, allez, Gilounet… Après, t’auras plus de Kaünis pour t’amuser, ça serait con non ? Et plus de Kaünis… Plus de fou rire ! Et plus de Syles ! Et plus d’emmerde ! Avoue, ça serait tellement dommage !

Chantage provocateur.
Au pire, sans doute que d’autres mecs de l’Empereur reviendraient. Donc elle attendrait sagement. Enfin, sagement… Son regard tomba sur le corps de l’homme….
Ou pas.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 967
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-18] Let it crumble, I'll be reborn again and again [ Gil ]   Mer 27 Avr 2016, 19:22

- Hé, tête de pioche, si j’te dis que c’est l’Empereur qui m’a foutue là, ça te déçoit aussi ?

Oh ?

- Ah ben non, ça, ça m’intéresse !

Gil revint sur ses pas. Avisant une caisse qui traînait là, il y posa les fesses et étendit ses jambes devant lui. Il croisa les chevilles, et les mains derrière sa nuque. Quitte à discuter un peu, autant que ce soit le plus confortablement possible et puis, décidément, la voir rager derrière les barreaux c’était… merveilleux. Il l’écouta pester toute seule, invoquant un manque dans son apprentissage pour excuser son ignorance. Elle tournait comme un lion en cage. Une panthère, plutôt. Noire et redoutable… sauf qu’elle était coincée comme un rat et, sans lui, elle ne pouvait pas sortir maintenant. S’il s’en allait, il était certain qu’elle arriverait à se tirer de ce traquenard.

Il n’avait pas envie de s’en aller.

Tandis qu’elle babillait son petit chantage, il l’observa dans l’ombre de la cellule. Il ne voyait pas grand-chose, en fait, si ce n’est qu’elle se déplaçait bien toute seule ; l’on ne devinait la faiblesse de ses jambes qu’à la manière dont elle plaçait sa hanche à l’arrête, pour en soulager l’articulation. Elle avait bien récupéré, preuve en était sa verve, et le simple fait qu’elle se retrouve dans une geôle, plongée dans une sale histoire qui avait un lien avec l’Empereur, démontrait que Kaünis était bien redevenue Kaünis. L’insupportable petit fléau qui n’aimait que deux choses dans la vie : emmerder son monde. Et un autre insupportable petit fléau nommé Syles.

- Où il est celui-là, d’ailleurs ? demanda Gil quand Kaünis reprit son souffle.

Son regard s’illumina soudain.

- Dans une autre cellule ?

Ce serait trop beau ! Tellement jouissif qu’il en saignerait du nez, tiens. Mais la probabilité pour que Syles et Kaünis soient enfermés en même temps était peu probable. En outre, l’un comme l’autre avait les moyens de forcer leur prison. Gil fronça les sourcils à cette idée.

- Tu peux pas passer en mode « Glaçon de la Mort » ?

Il lui suffisait de geler les barreaux et de forcer un peu, non ? C’était certainement à sa portée, pour ce qu’il en savait. La greffe de cette gosse était d’une puissance peu commune. A quoi donc avaient pensé les Mentaïs en la lui accordant ? Comme si elle n’était déjà pas assez dangereuse comme ça…

- Et puis d’abord, si tu t’arrêtais de râler un peu, tu t’apercevrais que la serrure est large. Autrement dit, il faut la cogner et profiter du vide créé pour laisser passer ton outil. Et ça se dit Envoleuse… Et lui, c’est qui ?

Gil désignait le corps raidi par la greffe de la jeune femme, qu’il venait de distinguer sur le sol de sa cellule.

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 25/08 au 28/08]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 976
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] Let it crumble, I'll be reborn again and again [ Gil ]   Mer 27 Avr 2016, 20:25

Face à la question de Gil sur Syles, Kaünis rentra le menton un instant… Avant de hausser les épaules.
- Nan, il aime moins les emmerdes que moi, alors il est pas là, commença-t-elle. Tu ne pourras pas sauter comme un cabri en criant victoire ! fit-elle, cinglante mais amusée malgré elle par la situation.

- Tu peux pas passer en mode « Glaçon de la Mort » ? Et puis d’abord, si tu t’arrêtais de râler un peu, tu t’apercevrais que la serrure est large. Autrement dit, il faut la cogner et profiter du vide créé pour laisser passer ton outil. Et ça se dit Envoleuse… Et lui, c’est qui ?
Elle poussa un soupir exaspéré en levant les yeux au ciel.

- Fiente de Raï, c’est pas gelable ce truc, j’ai déjà essayé, j’suis pas débile. Vas-y, tape dedans, je t’en prie. Ah et pète-toi le pied au passage !

Elle fit un drôle de bruit avec sa bouche, entre le grognement et le soupir, avant de pousser le corps du Dessinateur sur le sol, que Gil avait désigné.

- J’sais pas… Une idée lui traversa l’esprit et un petit sourire étira ses lèvres. Mais il a plein de fioles de poison dans le manteau. Si tu les veux, t’as qu’à m’aider puis voilà.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 967
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-18] Let it crumble, I'll be reborn again and again [ Gil ]   Mer 27 Avr 2016, 20:55

- Je vais te les laisser plutôt. Comme ça, quand tu n'auras plus rien d'autre à faire dans ta jolie petite chambre moisie, tu pourras toujours en finir...

Alors ? Qu'as-tu fait à ce pauvre Sil'Afian ?

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 25/08 au 28/08]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 976
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] Let it crumble, I'll be reborn again and again [ Gil ]   Mer 27 Avr 2016, 20:57

- Sais pas, c'est bien ça le soucis. Sinon, j'irai lui tirer les oreilles !

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 967
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-18] Let it crumble, I'll be reborn again and again [ Gil ]   Mer 27 Avr 2016, 21:02

- Seulement tirer ? L'humidité te ramollit !

Quand même, tu as bien dû faire un pet de travers... Une mission qui aurait capoté ? Une personne que tu n'aurais pas dû tuer ? Ce type, il ne t'a rien dit qui pourrait te servir ?

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 25/08 au 28/08]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 976
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] Let it crumble, I'll be reborn again and again [ Gil ]   Mer 27 Avr 2016, 21:04

- Hum. Il a juste parlé du fait qu'il avait initié Papa...

[ Lance un regard noir ]

- Sinon j'en sais rien, je tue un peu trop de gens je crois.

[ Hausse les épaules ]

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 967
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-18] Let it crumble, I'll be reborn again and again [ Gil ]   Mer 27 Avr 2016, 21:09

- Si je comprends bien, donc, tu t'es retrouvée là sans le savoir, pour une raison que tu ignores et tu es incapable de sortir pour l'instant.

Je reviens, je vais pleurer dans mon coin...

En fait non. Je vais te dire une devinette. Si tu trouves la bonne réponse, je te donne de quoi ouvrir la serrure. Si tu te plantes, salut les pigeons !

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 25/08 au 28/08]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 976
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] Let it crumble, I'll be reborn again and again [ Gil ]   Mer 27 Avr 2016, 21:10

- Vas-y balance, monsieur l'énigmatique.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 967
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-18] Let it crumble, I'll be reborn again and again [ Gil ]   Mer 27 Avr 2016, 21:20

- Touche touche pas, touche pas touche. Qu'est-ce qui touche et pourquoi ?

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 25/08 au 28/08]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 976
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] Let it crumble, I'll be reborn again and again [ Gil ]   Mer 27 Avr 2016, 21:41

Elle fronça les sourcils.
Déjà, parce que ça la gonflait royalement, le petit jeu de Gil. Ensuite, parce qu’elle allait se retrouver toute seule dans cette cellule, et qu’il l’aiderait pas. Elle ne se faisait pas d’illusion : elle ne trouverait pas la réponse à cette putain d’énigme. Touche pas blablabla. Ta gueule ouais !

Grognant toute seule, la jeune femme ferma les doigts et les ouvrit comme des crochets. Pour refermer ses poings. Elle essayait de réfléchir, mais en réalité, elle n’en avait pas envie. Elle avait surtout besoin de casser quelque chose. Dans une impulsion, elle fit sa hargneuse.
- Toc toc toc bonjour le vide !

Dans un soupir, elle s’accroupit à côté du cadavre qui était toujours son voisin. Ses doigts glissèrent sur ses vêtements, et elle ouvrit les pans de son manteau. Les dizaines de fioles en verre luirent dans la pénombre de l’endroit, mais elle ne se contenta pas de faire cela. Elle s’en fichait, de ces fioles, et en plus sa ceinture était de l’autre côté des barreaux. Elle pouvait bien les filer à Syles quand elle le recroiserait, ceci dit Gil pouvait être intéressé.
Tant pis pour lui.

Bon, le mec n’avait absolument rien sur lui. Pas de clef. Rien.
Juste des poignards, ces fioles de poison, et trois babioles… Un foulard.

Elle se passa les mains dans les cheveux, tourna la tête du mec pour découvrir la boucle d’oreille à son oreille gauche, haussa les épaules…
Avant qu’un bruit de mecs en armure n’attire son attention.

Ah, ben des renforts, enfin !
Elle se redressa, attrapa le Dessinateur par les poignets pour le tirer dans l’ombre du fond de sa cellule, histoire de ne pas trop en montrer du premier coup, et s’assit tranquillement à un mètre des barreaux, le dos contre le mur.

Un petit sourire sur les lèvres.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 967
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-18] Let it crumble, I'll be reborn again and again [ Gil ]   Jeu 28 Avr 2016, 07:37

[Trèèèèèès court mais trèèèèès amusant ! Je suis encore plus curieuse que lui je crois Rolling Eyes]



- Toc toc toc bonjour le vide !
- Le vide dans ta tête oui !


Gil secoua la tête. Désastreux. Elle s’était remise à fureter dans sa cage et il l’entendit fouiller son compagnon de cellule. A sa place, lui non plus n’aurait pas été d’humeur très joueuse. Mais il n’était pas à sa place et cette simple pensée l’enchantait. Mais depuis quelques minutes son esprit était préoccupé par un détail. Si ce type raide comme un bout de bois congelé avait initié Voïmakas, cela signifiait qu’il était un Mentaï. Comment as-tu réussi à le… Gil balaya son questionnement intérieur d’un haussement d’épaules en pensée. Bah, elle n’était peut-être pas capable de répondre à une devinette bête comme chou mais geler un homme aussi dangereux, c’était du gâteau pour elle. Un Mentaï, donc. Qui travaillait pour l’Empereur ? Servait-il dans l’armée ou au palais ? Avait-il dévoilé son identité ou se faisait-il passer pour un Dessinateur ? D’un manière ou d’une autre cette histoire puait la bouse de Ts’Liche à plein nez. Kaünis n’avait jamais eu un très bon odorat… et lui non plus.

Il ouvrait la bouche pour l’invectiver davantage lorsqu’un bruit attira son attention. On se déplaçait dans le couloir, en nombre et en armure. Oho, ça allait devenir intéressant. Gil se délia souplement ; il devait bouger, mieux valait qu’on ne le trouve pas en train de discuter sagement avec la captive. Il s’approcha toutefois des barreaux en veillant bien à ne pas se placer trop près, tandis que Kaünis traînait l’homme gelé dans l’ombre de sa cellule.

- C’était les lèvres, crétine, souffla-t-il. Elles se touchent quand tu prononces « touche pas ». Tu es irrécupérable.

Et il donna un coup de pied dans ses armes rassemblées, les faisant glisser jusqu’à sa portée derrière les barreaux.

Les gardes apparurent au moment où il se faufilait dans le couloir qui l’avait mené ici. Il se plaqua contre le mur, dans l’ombre, et tendit l’oreille.

Curieux comme pas deux !

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 25/08 au 28/08]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 976
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] Let it crumble, I'll be reborn again and again [ Gil ]   Jeu 28 Avr 2016, 20:15

Pour toute réponse à Gil, Kaünis grogna en levant les yeux au ciel. Les lèvres ! Elle allait lui toucher autre chose, il ferait moins le malin… Un bon coup de pied dans le cul. Ou dans la mâchoire, pour le coup. L’empêcher de lui servir d’autres trucs dans le genre, c’était une bonne idée.

Elle le regarda disparaitre dans les ombres du couloir en récupérant ses armes, juste avant qu’un groupe de quatre personnes arrivent. Trois mecs et une nana. La jeune femme les détailla tous les quatre alors qu’ils s’approchaient des barreaux. La nana était plus en retrait, en tant de discuter à voix basse avec le dernier des hommes, le seul qui portait une vraie armure de métal.
En fait, ce fut la première à parler, alors que Kaünis croisait son regard d’un bleu très clair, presque perçant.

- Où est Dundil ? Il était censé s’occuper de toi, sale garce, fit-elle, dédaigneuse à souhait. Kaünis ne put s’empêcher de pencher la tête sur le côté. Dundil ? Ce nom lui disait en effet quelque chose. Un très lointain souvenir. Du genre…
Initié son père ? Oh… Du coup, il parlait en fait de ses tendances sexuelles ! Il semblait bien à l’Envoleuse que c’était l’endroit où ses parents s’étaient rencontrés pour la première fois. Donc ce mec n’était pas un Mentaï, juste un Dessinateur. Bon, en soit, c’était une très bonne nouvelle.

Mais Kaünis se contenta de lever le menton vers les quatre personnes, un sourire provocateur sur les lèvres.
Elle s’approcha des barreaux pour tenter de jeter un coup d’œil dans l’ombre, et l’Envoleuse bondit sur ses pieds si vite qu’elle n’eut pas le temps de se reculer qu’elle était attrapée par le col.
De sa seconde main, Kaünis toucha le menton de la femme, et cette fois son sourire était clairement méchant.
- Je te tiens par la barbichetteuuh ! chanta-t-elle doucement, alors qu’elle voyait la fille écarquiller les yeux de terreur. Du coin de l’œil, elle vit les trois hommes bouger pour la mettre en joue du bout de leurs lances et épées… Elle ricana. Hé, vous voudriez pas que je tue votre petite copine hein ? Ça serait bête quand même.. Allez, je suis gentille. Si vous m’ouvrez, personne ne mourra.

Un homme, celui qui était blond avec des sortes de dreads tombant dans le dos, eut un petit rire nerveux.
- Comme si on pouvait croire une fille comme toi ! Vaut mieux qu’une personne meure que quatre !
Kaünis eut un sourire surpris, mais ravi.
- Oh, cool alors ! fit-elle en levant la nana à la force du bras, la plaquant contre les barreaux alors qu’elle tentait de s’en éloigner en forçant sur ses jambes et ses pieds. Mais l’Envoleuse laissa glisser un peu de givre hors d’elle et la nana fit un bruit de gargouillement de terreur très convaincant.

Soudain, l’un des hommes disparut de son champ de vision, et elle lâcha immédiatement la fille pour bondir loin des barreaux en faisant volte-face.
Un autre Dessinateur.
Son regard venait d’ailleurs de tomber sur Dundil, et un sourire mauvais étira les lèvres de Kaünis parce qu’il s’était immobilisé avec son sabre dans la main.
- Dundil est…
Cela eut un effet cataclysmique sur les trois gardes de l’autre côté des barreaux. Ils commencèrent par tous avoir un hoquet de consternation et de surprise, puis sans doute de terreur alors que le mec blond partait en courant dans l’autre sens.
- Comment tu as fait ? Kaünis haussa les épaules à la question qu’elle jugeait bizarre.
- J’vais pas vous le dire hein !
Elle ne devait surtout pas prendre ses armes, elle avait trop peur qu’il tente de les transformer en fleurs ou quoi, c’était hors de question… À moins que…
Elle le vit hésiter. Une seconde.
Alors, elle se précipita sur ses lames, attrapa sa ceinture au passage et se jeta littéralement sur l’homme. La sensation presque familière du pas sur le côté la traversa et elle lâcha son transporteur dès qu’elle sentit le sol sous ses pieds. Elle lâcha ses affaires pour sauter sur le côté, passer sous une lame, se glisser le long d’un coude ouvert… Frapper.

Un seul souffle, un seul geste.
Le Dessinateur tenta de l’enchainer à nouveau, mais elle bondit à l’instant précis où les chaines sortirent de terre pour se retrouver sur le dos de la nana en lui tenant tous les cheveux d’une seule main pour tirer sa tête en arrière et planter ses doigts directement dans sa carotide. Elle tenta de tirer, mais elle n’avait pas le bon angle, et le sang giclait en puissants jets, alors elle se contenta d’enfoncer chacun de ses ongles dans la gorge de la fille pour la lâcher quand elle bascula en avant.
Les mains pleines de sang, elle se baissa de justesse pour éviter une lame qui sifflait au-dessus de sa tête, roula pour ne pas rester en place une seconde et éviter d’autres chaines, jeta son coude dans la nuque du second homme, avant de se retourner pour faire face au Dessinateur…

Elle s’élança sur le côté pour éviter une pluie d’aiguilles, prit appui sur les barreaux pour prendre de la vitesse et atterrir contre l’homme, au centre de son torse…
Un sourire démoniaque étira ses lèvres alors qu’elle enfonçait un pouce dans sa joue violemment alors que le second perçait son œil droit. Le hurlement de l’homme fit remonter un petit frisson jouissif le long de sa colonne vertébrale alors qu’elle le laissait tomber. Oh, il était pas mort, mais elle s’en fichait. S’essuyant le visage de l’avant-bras, elle ne fit qu’étaler le sang qui avait giclé… Elle s’en fichait.

Elle récupéra ses lames, sur le sol, enfila rapidement sa ceinture, et se glissa dans le couloir sombre où se trouvait Gil.
- Chacun son tour, c’est ça ? lui fit-elle dans une grimace taquine. Elle se sentait de très bonne humeur, soudain, et continua dans le couloir d’où était arrivé son ancien Maître. Faudrait qu’elle se nettoie… Hum.

Plus tard.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 967
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-18] Let it crumble, I'll be reborn again and again [ Gil ]   Sam 30 Avr 2016, 01:17

Appuyé contre le mur, les yeux clos, Gil écouta la scène et elle se déroula sous ses paupières. Il vit nettement l’expression moqueuse de Kaünis lorsqu’elle tira la barbichette de la femme. Il devina, au glapissement de celle-ci, qu’un petit coup de froid s’était abattu dans la cellule. La suite ne fut plus que hurlements déchirants qui lui tirèrent un demi-sourire. Comme d’habitude, Kaünis était rapide, précise, efficace… et d’une férocité animale, bien plus dangereuse que le plus dangereux des Mentaïs qui se serait levé du pied gauche avec une folle envie de tuer au petit-déjeuner. Et ça sait pas forcer une serrure ? Sérieux ?? Il était en train d’envisager la possibilité que Kaünis soit fait enfermer volontairement – ce serait bien son genre, une folie pareille – lorsqu’elle passa devant lui. Il rouvrit les yeux et la regarda, une lueur indéfinissable animant son regard bicolore. Dans son ventre, la bête frémit d’extase à la vue du sang qui maculait son visage. Lui, il se contenta de secouer doucement la tête et de lever les yeux au ciel.

- C’est seyant cette couleur…

Elle fila, il la suivit. Ils se déplaçaient en silence et progressaient rapidement dans les couloirs humides et sombres. Jusqu’à ce qu’au détour d’un carrefour ils tombent nez à nez avec toute une garnison. Il y avait laaargement de quoi faire et Gil ne tergiversa même pas ; il prit appui sur une caisse et bondit, coupant derrière Kaünis, pour atterrir sur un garde. La bagarre s’annonçait intéressante. Et stimulante ! C’était déjà autre chose que les caricatures qui l’avaient mené ici, les armures rendaient plus difficile les attaques à mains nues. Gil fit tournoyer sa lame retrouvée. Drôle d’effet que cette sensation familière brusquement rétablie après autant de temps ! L’acier chanta. Du sang éclaboussa les murs et Gil renonça à protéger sa chemise. C’était fichu depuis le début de toute façon. Son attention était en outre retenue par un détail : Kaünis. C’était la première fois qu’il se battait à ses côtés depuis qu’il s’était « débarrassé » d’elle à la fin de sa formation. Et c’était comme retrouver sa lame : une formidable sensation de familiarité teinté d’un soupçon de nostalgie et d’une sacrée dose de bienêtre !

Il n’avait pas besoin de la regarder pour savoir où elle se trouvait. N’avait pas besoin d’échanger un regard, un signe ou une parole pour qu’ils se comprennent. La mécanique fluide et fulgurante de leurs gestes était rôdée depuis longtemps et leur séparation n’avait finalement rien changé, rien oublié, rien achevé. Ils se retrouvaient enfin, comme s’ils s’étaient quittés la veille après une leçon, comme s’ils allaient enchaîner ce maravage de gueule par l’ascension d’une tour de la ville. Comme avant… Ou pas. Kaünis n’était plus son élève et la fausse crainte dont il s’était paré en la voyant coincée derrière les barreaux s’effaça. Kaünis n’était plus une apprentie mais une Envoleuse et, enfer, elle était douée. Très douée. Bien plus qu’il n’aurait su l’imaginer. Mais pas plus que moi, haha ! Ravalant sa fierté, il se faufila entre deux soldats, plus furtif que jamais, et passa au troisième sans un regard pour les deux corps inertes qui s’effondraient.

- Tu te traînes ! cria-t-il, hilare, en la dépassant pour filer dans le couloir à toute allure.

Et foncer littéralement dans le tas des soldats suivants.



*



Une hécatombe. Et bah merde alors… Vaguement ahuri mais fichtrement fier de lui – d’eux – Gil fit glisser son regard sur les corps qui s’empilaient – il n’y avait pas d’autres mots – dans le passage. Pas que des gardes heureusement, mais quand même. C’était un joyeux bordel. Et il ne put s’empêcher de se demander si le fait qu’il se trouve en présence de Kaünis n’y était pas pour quelque chose. La dernière fois, c’était un immeuble sur la tronche. Qu’est-ce qui nous attend demain ? Il soupira et essuya son front en sueur. Il était désormais aussi rouge que Kaünis, du sang gouttait da lame, il aurait dû être essoufflé mais il n’avait qu’une envie : continuer. Jusqu’à tous les trouver et dans les ténèbres les lier… Hum. D’où est-ce que je sors ça, moi ?

- Cet endroit est bizarre, dit-il en avançant à côté de son ancienne élève. J’ignorai que l’Empereur possédait aussi une ville en dessous de la ville…

Il tenait son épée sur l’épaule, lame à plat.
Et songea soudain que l’autre lui manquait. Faut que je te retrouve, toi aussi… songea-t-il alors que l’image de Syles se formait dans son esprit. Cette petite mise en jambe lui avait donné envie de se défouler sur son ancien apprenti !

- Donc si je comprends bien, cette jolie merde impériale, on la doit à ton cher papa ?

A défaut d’avoir Syles sous la main, après tout, il avait Kaünis…

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 25/08 au 28/08]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 976
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] Let it crumble, I'll be reborn again and again [ Gil ]   Sam 30 Avr 2016, 02:22

Elle grimaça à l’intention de Gil sur son commentaire artistique.
- Espèce de peintre grincheux va ! cracha-t-elle avec un sourire dans la voix.
Le bruit d’hommes en armure attira l’attention de Kaünis, quelques secondes plus tard.
Oho, c’était parti alors !
En tout cas, elle y allait à cœur joie. Elle s’amusait bien à trouver les failles de leurs armures, y enfoncer ses doigts, leur exploser les yeux avec les ongles… C’était beaucoup moins propre que Gil, mais elle s’en tapait comme de sa première culotte. Elle avait besoin de foutre ses mains dedans. Littéralement. Du sang partout, d’autres fluides, quelques bouts de chair, de cartilages… Ça se coinçait sous ses ongles, s’enfonçait dans sa peau. Ça glissait car elle avait trop de sang sur les bras, sur les doigts, mais elle serrait plus fort, passait sous une garde, retournait des coudes, attrapait des mâchoires, arrachait des oreilles.

En plus, elle n’avait pas mangé depuis un certain temps. Elle n’avait aucune idée de l’heure qu’il était dehors, mais son ventre grondait de plus en plus fort.
Tout ça, ça donnait faim.


* *


En se baissant, Kaünis faucha des énièmes jambes au passage, avant d’enfoncer son ongle dans le bas de la mâchoire de l’homme, qu’elle transperça en contractant tous ses muscles. Elle sentit le bout de sa langue sur son pouce, ne put s’empêcher d’éclater de rire, avant de pousser encore plus fort sur son doigt et percer son palais au passage, le jetant de toutes ses forces sur le tas d’hommes.
Parce que oui, c’était littéralement un tas. Un gros tas, même. C’était carrément jubilatoire de voir tous ces mecs entassés en désordre dans un bout de labyrinthe souterrain.

Complètement recouverte de sang, la jeune femme exultait.
Mais le silence était retombé dans les couloirs sombres, et leurs souffles à peine ahanants se calmaient encore, quand la voix de Gil résonna.

- J’ignorai que l’Empereur possédait aussi une ville en dessous de la ville… Donc si je comprends bien, cette jolie merde impériale, on la doit à ton cher papa ?

La jeune femme pouffa un instant, avant de secouer doucement la tête. Ses cheveux, collés par la sueur et le sang, éclaboussèrent un peu plus les alentours mais elle passa quand même une main dedans pour les réordonner. Un large sourire sur les lèvres.

Oh, putain, elle se sentait terriblement vivante, ça faisait un bien fou !

Se mordant la lèvre inférieure, elle finit par hausser les épaules avec nonchalance sans pouvoir effacer le sourire de son visage, et de ses yeux.
- Je sais pas, pas sûre. Le mec en fait c’était par rapport à un autre truc. Un simple Dessinateur, dit-elle avec une moue presque dédaigneuse en repensant au mec en question. Je crois que je me suis foutue là-dedans comme une grande. Juste, Papa est aussi connu, c’est tout.
Elle se remit en marche dans les souterrains… Jeta un coup d’œil à Gil.
- J’ai tué ma meilleure amie y’a quelques mois, elle travaillait dans la garde d’espionnage de l’Empereur. Je suppose que ça a à voir avec ça. Elle haussa les épaules encore une fois. Ouais, parce qu’elle ne voyait pas grand-chose d’autre en vrai.

Elle avait encore envie d’arracher des gorges, alors que le sang sur ses bras séchait doucement, ça craquelait un peu sur sa peau en devenant plus foncé. Ses ongles étaient totalement noirs, et ses cheveux gouttaient dans son dos. Son faux-corset allait être fichu, si elle ne le nettoyait pas.

Boah, au pire, elle en rachèterait un.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 967
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-18] Let it crumble, I'll be reborn again and again [ Gil ]   Sam 30 Avr 2016, 11:18

Mouais. Elle pouvait bien dire ce qu’elle voulait, Gil était persuadé que Voïki n’était pas étranger à cette histoire. Pas volontairement, c’était le genre de père à tout donner pour sa fille – quoique, finalement, c’était plutôt lui qui passait le plus clair de son temps à sauver ses petites fesses. T’étais où quand elle se faisait violer chaque jour de son enfance ? Quand ce connard a refait surface ? Quand elle a failli perdre ses jambes ? Bon. Le dernier exemple était caduc, c’était à cause de lui que ça lui était arrivé – même s’il ne lui avait jamais demandé de venir, ni à Syles. Mais ces deux-là semblaient fait d’un bois bien plus dur que la plupart des Alaviriens et il fallait croire qu’il n’y pouvait pas grande chose. Se foutre dans une situation pareille toute seule ? Kaünis en était capable. Sauf que ce chemin-là, il l’avait emprunté de nombreuses fois lui aussi et il n’était pas certain que ce soit vraiment bien. Le chemin des emmerdes.

Bien profondes.

Somme toute, c’était peut-être le plus marrant… ou alors, Kaünis et lui étaient aussi tarés l’un que l’autre, ce qui lui apparaissait comme très probable. Ils arpentaient pour ainsi dire la cave personnelle de l’Empereur et faisait le ménage pour l’en débarrasser des rats, en armure ou non, qui grouillaient ça et là ; c’était follement amusant et Gil, après avoir cru l’avoir perdue, appréciait d’en profiter avec Kaünis. De la retrouver telle qu’il l’avait connue lorsqu’elle n’était encore qu’une apprentie stupide, sans cervelle… et déjà pleine de promesses. Celles-ci s’étaient avérées aussi écarlates que le sang qui coulait le long de sa mâchoire et sur ses mains. Cette nuit, princesse du chaos, reine de la cruauté, elle ravageait avec ses doigts. Lui, il faisait danser son épée, trouant l’obscurité d’un éclat lumineux lorsqu’une lueur quelconque se reflétait sur sa lame ; à quelques reprises, il utilisa les griffes de sa main gauche et, si son style était plus propre, il était tout aussi redoutable.

Ils semaient la terreur et ils adoraient cela.

- La garde d’espionnage ? Ouais. C’est probable. Mais s’ils connaissent ton père, il y a peut-être aussi autre chose.

Tout en trottinant dans les couloirs sombres et humides, Gil réfléchissait. L’Empire, il le savait, ne rivalisait avec le Chaos que pour empêcher ses membres de s’emparer du pouvoir. Jamais l’Empereur n’irait pactiser avec une guilde ennemie quand il souhaitait par tous les moyens mettre la main sur la cité que l’Ordre protégeait avec dévotion. A moins…

- Tu as bien dit qu’il y avait des Dessinateurs ? demanda-t-il en jetant un coup d’œil à la jeune femme qui courait à sa droite.

Il vit l’affirmation puis l’interrogation se succéder dans ses yeux mais n’eut pas le loisir de satisfaire sa curiosité immédiatement : d’autres rats se trouvaient sur leur chemin. Gil détendit brusquement le bras et son épée se ficha jusqu’à la garde dans la poitrine du premier, le projetant à terre avec violence et lui ôtant la vie avant même qu’il n’ait touché le sol. Il récupéra son arme en appuyant son pied sur la poitrine du cadavre et toisa les comparses du malchanceux.

- Dites, on cherche la sortie, vous ne sauriez pas où elle est, par hasard ?



*



- J’ai peut-être une petite idée de ce qui peut être en train de se passer.

Gil s’interrompit pour passer de l’eau sur son visage. Ils avaient finalement trouvé le moyen de sortir des souterrains et s’étaient dirigés vers une fontaine, dressée au milieu d’une placette déserte à cette heure avancée de la nuit. C’était une toilette rudimentaire, une affaire de débarbouillage plus qu’autre chose, et il sourit en voyant le sang  s’accrocher encore aux oreilles de Kaünis. Et dans ses cheveux. Bon sang, elle en avait absolument partout.

- L’Empereur essaie de s’infiltrer dans le Chaos. A mon avis, certains Mentaïs ne sont pas ce qu’ils prétendent… je ne serai pas étonné que Voïki… que Voïmakas soit déjà au courant.

Gil but une gorgée d’eau fraîche et se redressa en s’essuyant le visage d’un revers du bras. Le Chaos était dans le pétrin ? N’allait pas l’empêcher de vivre. Et pour commencer à vivre, il devait retrouver Libertée. Hum. Il fallait qu’il se débarrasse de Kaünis, sinon la marchombre ne se montrerait pas. Ou elle se montrerait et ce serait un vrai carnage. Il n’était pas certain de vouloir en arriver là.

- Enfin, maintenant que t’es sortie de ton trou tu vas pouvoir aller lui tirer la barbichette, hein ? N’oublie pas de l’embrasser pour moi.

Gil eut un gloussement désabusé. Haha, sacré Voïki… Il s’éloigna de quelques pas et leva la main en guise de salut. On ne disait pas au revoir à Kaünis. On lui faisait simplement signe et on attendait que sa route sanglante croise à nouveau la sienne. Il remonta son col, enfonça les mains dans les poches, et s’apprêtait à disparaître lorsqu’un bruit alerta son ouïe très fine. Plus fine qu’un homme ordinaire. Assez fine pour percevoir le sifflement. Il se retourna sans donner l’impression d’avoir bougé et tendit la main : son aiguille siffla à son tour et heurta l’étoile de métal, la déviant de sa trajectoire avant qu’elle ne se plante entre les deux yeux de Kaünis. L’instant d’après, Gil sentit une vive douleur à l’épaule. Et merde.

- Bouge ! cria-t-il à la jeune femme, avant de se plaquer lui-même contre un mur pour s’abriter des tirs dont il ne voyait pas l’origine.

D’un coup sec, il retira l’étoile plantée dans son bras et la jeta par terre. C’était plus un simple rat, ça. Il soupira. Voilà, c’était reparti pour un tour…

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 25/08 au 28/08]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 976
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] Let it crumble, I'll be reborn again and again [ Gil ]   Sam 30 Avr 2016, 20:27

- J’ai peut-être une petite idée de ce qui peut être en train de se passer. L’affirmation de Gil fit redresser le menton à Kaünis, intriguée par le ton de son ancien mentor. L’eau écarlate coulait sur son visage, et elle résista à l’envie d’en aspirer quelques gouttes pour continuer à s’en passer sur les bras, le visage… Les cheveux. Bon, pour ça, cela allait être plus délicat, alors elle attendit que l’Envoleur en dise plus sur son idée avant.
- L’Empereur essaie de s’infiltrer dans le Chaos. A mon avis, certains Mentaïs ne sont pas ce qu’ils prétendent… je ne serai pas étonné que Voïki… que Voïmakas soit déjà au courant. Enfin, maintenant que t’es sortie de ton trou tu vas pouvoir aller lui tirer la barbichette, hein ? N’oublie pas de l’embrasser pour moi. Elle leva les yeux devant le petit surnom de Gil pour son père, mais pourtant ce fut une grimace moqueuse qui étira ses traits.
- Franchement, ça m’étonnerait. Parce que le mec que j’ai gelé, il a eu une trouille bleue de mon tatouage, comme s’il savait d’où ça venait et que c’était horrible, un truc maudit ou du genre. Et pour Papa… Je t’emmerde, ça te va comme ça ? fit-elle en lui tirant la langue de manière provocatrice et moqueuse.

Regardant Gil s’éloigner, Kaünis leva les yeux au ciel, avant de ramener toute la masse de ses cheveux encore humides et pleins de sang dans son dos, pour pencher la tête en avant dans la fontaine. Le liquide transparent se para d’un rouge soutenu, alors qu’elle passait ses doigts dans ses mèches, et elle redressa vivement la tête en envoyant valser des gouttelettes encore rosies par le sang…
Carrant les épaules immédiatement quand l’étoile de jet passa très près de l’atteindre au visage.

Son regard chercha l’Envoleur du regard, un instant, alors qu’elle poussait un soupir en levant les yeux au ciel. Malgré elle, elle pensa un instant à Syles et à sa greffe qui était en fait drôlement pratique, y’avait pas à dire.
Elle bougea.
Si vite que sa silhouette devint floue. Ses cheveux trempés étaient lourds dans son dos, elle n’avait même pas eu le temps de ses essorer, mais elle s’en accommoda un instant…

Le temps de se jeter en avant dans une roulade pour s’approcher de l’endroit d’où semblaient venir les tirs.

Le tireur était seul, apparemment.
Ses étoiles étaient à chaque fois à deux doigts de faire mouche. Mais à part son premier lancer, tous les autres n’étaient pas destinés à la tuer, en tout cas elle.

Le tireur bougeait lui aussi, et Kaünis le prit en chasse en bondissant en hauteur. Elle voyait sa silhouette sauter de toits en toits tout en lançant ses trucs de jets, là. Espèce de lâche ! C’était clairement une silhouette masculine qui les fuyait et les attaquait en même temps. Et il se débrouillait pour toujours laisser juste assez de distance entre lui et eux. Gil avait des aiguilles à l’infini, mais Kaünis n’avait pas envie de foutre ses propres étoiles par la fenêtre, hein. Elle n’en lança aucun, pas assez certaine d’atteindre le mec au vol.

Ce qui permit à la jeune femme de le rattraper fut une erreur de la part du tireur. Il jeta un coup d’œil par-dessus son épaule et glissa sur une tuile, ce qui donna quelques secondes d’avance à Kaünis qui jaillit pour saisir l’homme à la gorge en enfonçant son index et son pouce juste sous l’articulation de la mâchoire.
L’homme tenta de se débattre, de lui lancer un genou dans le ventre, mais elle serra tellement fort qu’elle sentit les tissus mous s’affoler sous la pulpe de ses doigts et  alors seulement l’homme tenta d’attraper son avant-bras pour défaire sa poignard.

Kaünis ouvrit un instant ses sens pour trouver Gil, et fit un petit signe de la tête pour lui indiquer qu’il pouvait venir se joindre à la fête s’il voulait. De sa main libre, l’Envoleuse attrapa son poignard et découpa proprement la ceinture bardée d’étoiles de l’homme, qui tomba sur le toit dans un tintement avant de glisser jusqu’à s’arrêter juste sur le bord, coincée dans la gouttière.
Elle le lâcha un instant en le jetant contre une cheminée, qui trembla sous le poids de l’homme.

Échangeant un regard avec Gil, la jeune femme eut un petit sourire infiniment menaçant et surtout parfaitement carnivore. Se penchant sur l’homme à moitié assommé, elle attrapa ses mains pour les bloquer dans son dos, se plaquant contre lui pour éviter qu’il lui assène un coup quelconque, la tête juste dans le creux de son cou pour ne pas qu’il lui foute un coup de boule.
- Bon, alors, on fait un deal. Si tu me dis pour qui tu travailles, et ce qu’il veut, je te tue vite. Sinon, je suis sûre que le gentil monsieur, là, sera ravi de t’ouvrir le ventre pour en sortir les organes un à un, histoire de voir à quoi ça ressemble de plus près. T’en penses quoi ? Ça m’a l’air pas mal non ?
Sa voix était un murmure glacial et fabuleusement sinistre.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 967
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-18] Let it crumble, I'll be reborn again and again [ Gil ]   Lun 02 Mai 2016, 18:40

[Ne sachant pas ce que tu as en tête - si tu as quelque chose en tête - je suis restée dans le flou ! Tu m'dis si ça te convient pas, hein !]



Quand Gil releva la tête, Kaünis était déjà montée sur le toit. Evidemment… Elle pouvait se débrouiller seule, il n’avait qu’à tourner les talons. Retrouver Libertée était sa priorité mais… Enfer ! Il soupira, puis courut vers le mur pour s’en servir d’appui afin de se hisser sur le toit d’en face. Il trottina tranquillement vers une Kaünis qui tenait en respect leur assaillant. Encore deux minutes et après, je me barre.

- Bon, alors, on fait un deal. Si tu me dis pour qui tu travailles, et ce qu’il veut, je te tue vite. Sinon, je suis sûre que le gentil monsieur, là, sera ravi de t’ouvrir le ventre pour en sortir les organes un à un, histoire de voir à quoi ça ressemble de plus près. T’en penses quoi ? Ça m’a l’air pas mal non ?

Hochement de tête affirmatif de la part du gentil monsieur.

- Je ne sais rien ! Vous perdez votre temps avec moi parce que je… hé ? Mais qu’est-ce que vous… ??

Plus ahuri encore qu’effrayé, l’homme regardait Gil ouvrir sa tunique d’un coup sec, puis arracher sa chemise dans un éclat de boutons qui ricochèrent sur les tuiles ; tranquillement, il ferma le poing et les griffes ingénieusement incorporées dans ses gants par Dil’Duran jaillirent. Quatre lames d’un bel acier qui scintilla dans un rayon de lune, avant de se poser sur le ventre nu de l’homme.

- Un jour j’ai mesuré, par curiosité, la longueur des intestins d’un type que j’avais éviscéré. Six mètre quatre-vingt, c’est sidérant non ? En comptant l’instinct grêle et le gros intestin bien sûr. Avec l’œsophage et l’estomac je suis sûr qu’on dépasse les sept mètres. T’es dans la merde, mon pote.

L’interpelé avait changé de couleur. Il voyait dans les yeux de Gil que celui-ci ne plaisantait pas. Il sentait la pointe de ses griffes percer la peau tendre de son abdomen. Un peu de sang se mit à couler. Il tint bon encore une minute mais, en voyant le regard de Gil s’assombrir, il comprit que celui-ci allait réellement passer à l’action. Alors, il craqua.

Pathétique.

- Je ne sais pas son nom, il s’adresse à nous uniquement par messages interposés !

Les lames s’enfoncèrent encore un peu.

- Attendez ! Je… je sais qu’il se trouve quelque part en ville. Je n’ai pas d’adresse exacte mais c’est pas loin du palais, ça j’en suis certain… et… Et aussi, il y a une femme, Dania. Elle habite à deux rues d’ici, près de la scierie. C’est elle qui correspond directement avec celui qui nous paye pour ça.
- "Ça" quoi ?
- Ça ! Interpeler la fille au tatouage, ne pas la laisser s’échapper.
- Ben c’est raté. C’est tout ?
- Oui !

Gil recula légèrement et les yeux de l’homme s’écarquillèrent davantage, si la chose était possible.

- Je.. Vous allez me laisser la vie sauve ?
- Non.
- Mais…
- J’aime pas les balances.


Les griffes remontèrent brusquement, ouvrant la gorge de l’homme qui s’étrangla dans son propre sang. Ce geste lui rappela Naïs et sa greffe, et il se demanda un instant si elle ressentait une satisfaction similaire à la sienne en égorgeant quelqu’un d’un coup de griffes… Il s’accroupit pour les essuyer sur ce qui restait de la chemise du cadavre, et leva les yeux pour croiser le regard de Kaünis.

- C’est le moment de rendre une petite visite à Dania, non ? jeta-t-il avec une nonchalance presque trop belle pour dissimuler ses sentiments.

Parce que oui, cette chasse à l’homme commençait à l’intéresser !

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 25/08 au 28/08]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 976
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] Let it crumble, I'll be reborn again and again [ Gil ]   Lun 02 Mai 2016, 22:58

Kaünis tenait fermement l’homme, et suivit avec attention l’échange entre lui et Gil.
Ce qu’elle en retint ?
Ça venait de pas loin du palais. Déjà, elle s’en doutait si ça revêtait des affaires de Sil’Afian. Ensuite, son histoire de nana avec une certaine Dania. Deux rues de là, hein, vraiment ? Le regard de l’Envoleuse glissa sur l’horizon des toits, et elle échangea un rapide regard avec Gil, avant que ce dernier ne tue proprement l’homme qu’elle tenait.

De toutes façons, l’autre qui voulait de la clémence, il n’avait pas compris son deal hein. Parce qu’elle avait bien dit que s’il parlait, elle l’achèverait plus rapidement que s’il ne disait rien. Donc dans tous les cas, il mourrait. Franchement, rien de compliqué là-dedans. Des fois, l’espoir, ça faisait vraiment de la merde.

Elle observa un instant Gil essuyer ses lames contre la chemise du cadavre, avant de hausser les épaules.
- C’est le moment de rendre une petite visite à Dania, non ?

La jeune femme prit le temps de se passer une main dans les cheveux en continuant d’observer le cadavre. Elle avait un peu la tête ailleurs, en fait. Qui était cette Dania ? Ce prénom ne lui disait rien, mais ça pouvait toujours être encore un pseudonyme à la con pour ne pas donner son vrai prénom, même à ses informateurs. Surtout à ses informateurs.
Se grattant le dessous du menton, la jeune femme poussa un long soupir.
Avant de hausser les épaules.
- Moais. Je suppose que du coup, on va faire ça, si tu veux être de la partie, fit-elle d’un ton presque égal.


* *


La maison de Dania était en fait un appartement au rez-de-chaussée, caché entre un immense tas de détritus et une grange à moitié debout, qui avait été dévorée par des flammes au vu des traces de suie et de brûlures un peu partout sur les murs.
Kaünis s’approcha de la porte renforcée de métal, mais avant de toquer dessus elle chercha le regard de Gil.  Une seconde. Le temps d’ouvrir le zip de son pull pour montrer son tatouage.
Toc toc toc.
Ce fut presque immédiat : un homme immense et d’une maigreur presque cadavérique ouvrit le battant… Pour s’immobiliser alors que son regard tombait sur les courbes noires sur la peau de l’Envoleuse.
Ses yeux s’écarquillèrent brutalement, il voulut reculer mais butta contre une petite marche et s’étala les fesses en premier. Cela suffit à Kaünis pour se glisser à l’intérieur de la maison, le long de ce couloir, et donner un coup de pied précis sur le crâne de l’homme pour l’assommer avant qu’il ne puisse appeler qui que ce soit.

Une voix s’éleva un peu plus loin, alors que l’Envoleuse montait les premières marches d’un court escalier en bois.
- Lew, c’est qui ? Des bruits de pas suivirent cette question, et Kaünis assouplit ses genoux et ses hanches, prête à réagir. Elle entendit des bottes s’arrêter un peu plus haut, comme si la femme s’était arrêtée en haut des escaliers… Avant que les talons ne claquent pour s’éloigner.
* Et merde ! *
Bondissant vers le haut, Kaünis atteignit la dernière marche des escaliers quand la femme sortit de l’encadrement d’une porte avec une lame immensément longue à la main. Se jetant en avant, elle roula efficacement alors que la longueur effilée tentait de lui  piquer le bras. S’écroulant sur le côté, l’Envoleuse plaqua littéralement la femme dans la pièce qui ressemblait à une cuisine, laissant sa Greffe affleurer à sa peau, sans la pousser exactement dans le corps de son adversaire.

Cette dernière commença à hurler.
Cela tira un soupir exaspéré à Kaünis qui laissa Gil la délester de son arme, alors qu’elle avait le temps de se saisir d’un couteau à viande sur un comptoir. L’Envoleuse leva les yeux au ciel un instant, se glissa le long de la lame qui lui entailla l’avant-bras – putain elle était rapide ! – et attrapa un énorme broc qu’elle jeta au visage de la femme, occupée à parer un coup de Gil.

C’est comme ça qu’on fait taire les mégères !


* *


- Donc ton petit nom, c’est Dania ? susurra dangereusement Kaünis à l’adresse de la femme qui avait repris connaissance. Ils l’avaient attachée au comptoir avec efficacité, et elle ne pouvait pas bouger. Juste les regarder.
- Comment tu es remontée jusqu’ici ? Je ne dirai rien de toutes façons !

Kaünis eut un petit soupir ennuyé. Elle jouait avec son poignard, à quelques centimètres de la femme, mais cette dernière gardait son regard rivé sur son visage et pas sur la lame. Ce qui tira un sourire mauvais à l’Envoleuse.
- Roh, allez ma mignonne. Tu vas nous dire un peu plus de choses que ça… Pourquoi l’Empereur me cherche, déjà ? Cela tira un petit cri de surprise à la femme qui se reprit vite pourtant.
- Comme si l’Empereur en avait quelque chose à faire d’une nana qui gèle tout, et qui tue ses troupes. T’es pas la seule dans ce cas, ne crois pas que tu es le centre du monde.
Le centre du monde en question eut un sourire dur.
- Bon, écoute. Je vais faire comme avec ton collègue, un deal : tu me dis pour qui tu travailles et pourquoi, et je te tue vite. Sinon, j’en connais un qui voudra bien s’occuper de toi ! siffla-t-elle entre ses dents en s’approchant suffisamment près de son visage pour qu’elle doivent presque loucher pour la voir.
- Oh, parce que tu n’es pas capable de faire ça ? Pourtant ta réputation dit le contraire…
Un sourire dur étira les lèvres de Kaünis.
- Ne t’inquiète pas pour ça. C’est juste qu’il me manque quelques… elle jeta un coup d’œil du côté de Gil sans vraiment croiser son regard, avant de reporter son regard sur Dania. … attributs, pour faire une telle torture double. Ceci dit, je peux toujours trouver quelque chose dans cette cuisine qui fera l’affaire…

Sa voix était si sombre et ténébreuse, son regard si explicite et évocateur, que la femme commença à trembler de tout son corps. Ouais, Kaünis n’hésiterai pas à faire des trucs absolument immondes. En fait, elle en avait horriblement envie.
Juste, elle n’était pas certaine que Gil soit d’accord.
Il l’avait accompagnée, mais il pouvait toujours se barrer s’il ne voulait pas utiliser de tous ses… attributs, sur cette fille.

Dans tous les cas, il y avait plusieurs bougies dans cette pièce, et ça titillait son esprit créatif.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 967
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-18] Let it crumble, I'll be reborn again and again [ Gil ]   Mar 10 Mai 2016, 09:25

Bras croisés sur la poitrine, Gil leva la tête, croisa le regard de Kaünis et plissa les yeux. Oh oh… A quoi tu joues, là, gamine ? Envisageait-elle sérieusement ce qu’elle venait de suggérer à la captive ?

Et lui, envisageait-il de la suivre dans cette folie ?



*



Planté devant un bâtiment en piteux état, Gil secoua la tête. C’était moins insalubre que l’endroit où il avait trouvé refuge à Al-Far, cela dit les détritus qui s’entassaient dans la rue et l’ossature noircie de la grange qui jouxtait l’appartement rendaient cet endroit vraiment déplaisant. Etonnant comment, à Al-Jeit, les quartiers pouvaient se suivre et ne pas se ressembler… Bon. Et maintenant ? En réponse à sa question muette, Kaünis ouvrit son pull, dévoilant les subtils entrelacs noirs qui tranchaient sur la peau claire de la jeune femme. Gil fronça légèrement les sourcils, mais déjà son ancienne élève frappait quelques coups contre le battant et celui-ci s’ouvrit sur le visage extraordinairement maigre d’un homme qui, dans l’esprit de l’Envoleur, ressemblait à un cure-dents vertical (le tronc) et horizontal (les bras). Cure-dents n’eut pas de chance. Il sembla s’effrayer de la vision du tatouage – à moins que ce ne soit le décolleté plongeant qui le mit dans un tel état ? – recula précipitamment et tomba sur les fesses. Le talon de Kaünis percuta sa tempe gauche et l’envoya directement dans les bras de Morphée. Bonne nuit les petits !

Au bruit de pas accélérés à l’étage, Gil comprit qu’ils avaient trouvé Dania. Il laissa Kaünis partir commune furie et prit le temps de grimper les escaliers, admirant les tableaux qui ornaient les murs ; ces gens vivaient peut-être dans un quartier délabré, ils n’en savaient pas moins décorer leur intérieur ! Mains dans les poches, il arriva au moment où Kaünis déclenchait sa greffe. Le froid intense qui émana de ses mains lui rappela brièvement celui que son cœur avait ressenti lorsque, encore son apprentie et ne contrôlant pas encore ce don puissant, elle l’avait touché par mégarde. Rien à voir avec la Kaünis qui semblait maîtriser chaque cristal de glace de sa greffe. Il profita de ce que Dania soit en train de geler sur place pour envoyer valser son arme d’un coup de pied, mais la blondasse avait de la ressource et elle parvint à s’emparer d’un tranchoir à viande. Gil pinça les lèvres, dépité, en voyant la lame tracer un sillon brûlant sur le bras de Kaünis. Ben alors, elle l’avait pas vue venir, celle-là ? Il soupira. N’avait pas spécialement envie d’intervenir, mais Blondasse s’attaqua à lui et il riposta… jusqu’à ce qu’un crac assourdissant n’interrompe toute cette histoire. Dania s’effondra dans un univers de débris de ce qui avait été autrefois un broc. Voilà qui est mieux, approuva Gil en laissant un sourire effleurer ses lèvres.

Le regard de Kaünis flamboyait.



*



Dania était une drôle de femme. Trop blonde pour être le cerveau de toute cette manigance, trop grande et trop « parfaite » pour être jolie, trop chiante pour les intéresser. Ses réponses n’étaient pas des réponses, elle savait quelque chose qu’elle voulait taire… C’était raté d’avance. Gil avait très envie de lui raconter l’histoire de Shun. Il ouvrait la bouche pour se lancer dans un « Il était une fois un vilain petit monsieur qui aimait beaucoup trop les enfants… » lorsque les paroles de Kaünis l’interpelèrent. Du genre « tadadaaam », quoi. Il fallait dire que sa proposition était franchement hors des clous. Une double torture ? Pas les attributs pour ? Bras croisés sur la poitrine, Gil leva la tête, croisa le regard de Kaünis et plissa les yeux. Oh oh… A quoi tu joues, là, gamine ? Envisageait-elle sérieusement ce qu’elle venait de suggérer à la captive ?
Et lui, envisageait-il de la suivre dans cette folie ?

Sur son bras gauche, le cœur tracé à la va-vite par la pointe d’une lame s’enflamma. Façon de parler bien sûr, manquerait plus que ça, tiens… C’étai toutefois suffisamment équivoque pour qu’il hésite. Par le passé il sauté sur l’occasion et sur la blondasse dans la foulée. Par le passé, il aurait eu cette idée avant Kaünis. Par le passé il… Oh bon sang. La bête, enfouie au fond, tout au fond de son ventre, frémit longuement. Le passé était redevenu présent, non ? N’avait-il pas abandonné son humanité pour se vautrer dans la bestialité qui était la sienne ? Ne s’était-il pas retrouvé en se coupant sciemment de tous les liens – non, de toutes les chaînes qui le retenaient prisonnier ? Vas-y, Croc de Lune… Ose faire ce que nul n’oserait jamais réaliser. Transforme l’envie de cette petite en réalité. Tu n’as qu’une chose à faire. Une chose à dire.

- Ça va être jouissif.

La bête ronronna.



*



Il s’accroupit derrière Dania et lui tira brusquement la tête en arrière pour approcher ses lèvres de son oreille.

- Je t’offre un conseil. Ecoute-moi bien parce que ce sera le seul. Parle. Maintenant. Sinon tu vas crier à t’en déchirer la voix.

Du bout de la langue, il suivit le contour de l’oreille, avant de planter ses dents, ses crocs, dans la chair tendre de son lobe. Fort. Le gémissement qu’elle laissa échapper nourrit la bête d’un plaisir indicible. Il espéra qu’elle n’allait pas parler tout de suite.

Il avait envie de s’amuser un peu.

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 25/08 au 28/08]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 976
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] Let it crumble, I'll be reborn again and again [ Gil ]   Mar 10 Mai 2016, 22:25

Le silence qui suivit les pensées qu’elle avait exprimées à haute voix était presque assourdissant. Dania tremblait de tout son corps, mais elle ne gémissait pas alors que l’Envoleuse la voyait tenter de croiser le regard de Gil… Pour le coup, Kaünis tourna également la tête vers celui qui avait été son Maître pendant des années.

Alors quoi, il ne voulait pas s’amuser ?
Elle réalisa un instant qu’il était là, à la base, pour trouver sa dulcinée de Marchombre. Il n’allait sans doute pas vraiment vouloir replonger dans les ténèbres crépusculeuses du Chaos originel qui vivait en elle. Au pire, elle s’en fichait, elle avait décidé de s’amuser, elle le ferait. Enfin, sauf si Dania parlait. Dans ce cas, elle la tuerait vite, comme elle l’avait dit.

Mais pour l’instant, c’était pas dans les plans.
- Ça va être jouissif. Un sourire torve et infiniment pervers étira les lèvres de Kaünis.
Jouissif était un petit mot. Elle avait envie de dire affreusement ténorgasmique. Ça voulait rien dire, mais c’était très explicite.

Elle regarda Gil se glisser derrière leur victime commune pour lui mordre l’oreille après l’avoir encore menacée. Au vu du gémissement de la nana, ça devait faire mal – et par expérience, Kaünis savait que c’était le cas. Mais l’oreille, c’était également généralement vachement érotique comme zone. La dualité devait être enivrante, et de l’imaginer lui tira un frisson le long de son échine.
* Oh ouais. *
Un sourire dangereux sur les lèvres, la jeune femme se redressa pour s’approcher du comptoir de la cuisine et attraper les trois bougies qui y étaient disposées dans des chandeliers, à peine solidifiées par la cire à leur base. Se baladant avec lenteur dans la pièce, elle laissa ses doigts glisser sur les différentes surfaces, ouvrit un placard, puis un second, avant de trouver de quoi allumer les bâtons de cire. Elle trouva un torchon qu’elle imprégna d’eau pour le placer sur son épaule droite…

Faisant tourner entre ses doigts les bougies, elle revint vers la fille alors que Gil s’amusait toujours avec son oreille. Elle planta son regard dans celui de Dania une seconde, glissant les bougies à sa ceinture. Elle hésita à attraper son poignard mais se ravisa, attrapant les vêtements de la fille pour les déchirer des ongles d’abord, puis d’un mouvement brusque qui les lui arracha salement, découvrant sa nudité du haut de son torse à la moitié de ses cuisses.
Elle essaya de fermer les jambes, mais les liens lui tenaient les genoux solidement ouverts. Kaünis voyait toute sa peau trembler, au-delà de ses muscles conscients. Son sourire s’étira encore, jusqu’à devenir démoniaque alors qu’elle cherchait un instant le regard de Gil.

Tirant une première bougie de sa ceinture, elle l’alluma efficacement et joua avec la flamme quelques secondes, histoire que la cire en dessous soit bien chaude, avant de l’approcher de la poitrine de la fille. Il fallait bien commencer par un endroit, et l’Envoleuse dirigea la flamme sous son sein droit pour qu’il lèche directement sa peau tendue par la gravité.
- Aaaaaah ! Non, arrêtez, je vous en supplie ! Cela eut pour seul effet de faire ricaner Kaünis, qui inclina très légèrement le bâton de cire. Une goutte de détacha du haut de la bougie pour s’écraser sur le haut de la cuisse de Dania, qui tenta de se tortiller sans effet, hurlant de plus belle.  

Le regard de l’Envoleuse suivit les gouttes qui tombaient presque délicatement sur la peau claire de Dania, envoûtée. Jusqu’à ce qu’elle se mette à fixer son entrejambe…
Alors, un sourire carrément torve, démoniaque, prit place sur son visage, étirant ses traits à l’extrême, faisant briller son regard d’une lueur démente.
Dania hurlait, mais c’était une douce musique à ses oreilles. Oh, elle ne voulait apparemment pas parler, et puis elle n’allait pas la bâillonner alors qu’elle voulait qu’elle s’exprime hein !

Elle ôta la bougie de sous le sein de sa victime alors que de larges cloques s’y développaient déjà, et dirigea directement la flamme sur les poils du pubis de la nana.
Oh, ça s’enflammait doucement, les boucles presque soyeuses, ça rougissait, ça sentait le porc grillé, une odeur de kératine très caractéristique qui donnait presque faim.

Un rire dément dévala la gorge de Kaünis alors que les poils s’enflammaient les uns les autres et que Dania hurlait à s’en arracher la gorge, tentant de bouger comme une démente sans pouvoir se dégager évidemment.
L’Envoleuse attendit de voir la peau de la femme commencer à rougir, noircir, se recouvrir de cloques, avant d’étouffer le feu en y jetant son linge mouillé.

La flamme de sa bougie s’était éteinte car elle était restée à l’horizontale, alors Kaünis leva les yeux vers Gil : il voulait continuer un peu, lui, ce qu’il avait envie de faire ?

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
[-18] Let it crumble, I'll be reborn again and again [ Gil ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Crumble simple.
» Marvel Evolution Reborn
» Pour tous les fans de Katekyo Hitman Reborn ^^
» Des nouvelles de Fairy Reborn
» Stargate Reborn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Al-Jeit-
Sauter vers: