AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Les sourires du lac [Soroïl]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hièlstan Filsèvres
Rêveur
avatar

Nombre de messages : 196
Date d'inscription : 10/04/2016

Feuille de personnage
Age: 35
Greffe: Non
Signe particulier: Porte une bure de Rêveur

MessageSujet: Les sourires du lac [Soroïl]   Mer 18 Mai 2016, 22:56

"Merci encore pour tout ce que vous avez fait pour moi.
- C'était un plaisir, Hièlstan! Ca nous soulagera un peu d'avoir un Rêveur de plus dans la région.
- Ha, ça... Ca me changera de la tranquillité de la campagne, c'est sur! Ce n'est pas à Naoniane qu'on a vu un immeuble entier s'effondrer..."


Le maître Rêveur, Rigs, âgé d'une dizaine d'années de plus qu'Hièlstan, poussa un soupir.

"Et encore, ce n'est qu'une péripétie parmi d'autres..."

Après encore quelques politesses d'usage, Hièlstan se sépara de Rigs, Rêveur initié du 5ème cercle, et de Talis, Rêveur initié du 3ème cercle, comme lui, et qui avait à quelques mois près le même âge.

Il avait été accueilli à la confrérie d'Al-Chen avec beaucoup de sympathie et d'attentions.
Il avait eu la grande surprise de voir qu'on l'attendait de pied ferme ; le message que ses maîtres du sud avaient envoyé pour prévenir son arrivée était parvenu à eux depuis un moment déjà.

Les Rêveurs ne lui avaient pas juste préparé un repas chaud et un lit : non, ils avaient été jusqu'à prospecter sur l'immobilier de la région et avaient sélectionné pour lui une série de maisons peu chères dans les environs d'Al-Chen.
Hièlstan avait été les visiter en compagnie de Talis dès le lendemain de son arrivée, et avait jeté son dévolu sans aucune hésitation sur une petite bicoque, à une ou deux heures de marche au Sud d'Al-Chen.

C'était là-bas qu'il se rendait d'un bon pas, marchant aux côtés de Flèche, chargée de ses affaires et de ce que les Rêveurs lui avaient généreusement donné pour débuter son existence en solitaire.
Ce soir, ce serait la cinquième nuit qu'il passerait dans le Nord (même si, pour les gens d'ici, c'était déjà le Sud), et la toute première qu'il passerait seul, dans sa maison.

Sa maison.

Il ne put retenir un sourire à cette pensée. Il avait hâte d'y être, mais il avait un bon bout à marcher, et il n'y serait qu'en fin de matinée. Cela lui laisser le temps de laisser vagabonder ses pensées, et de réfléchir à tout ce qu'il avait appris depuis son arrivée en ces lieux.

Déjà, les coutumes des Rêveurs de Chériane n'étaient guère différentes de celles de Naoniane. Il s'y était tout de suite retrouvé, et avait pris plaisir à noter les quelques différences de cultures et d'enseignement.
Pourtant, la confrérie était la plus grosse qu'il ait jamais visité. Il fallait dire qu'il n'en avait pas visité beaucoup. Il avait été ébloui par son architecture, par son organisation, par la capacité des Rêveurs à s'adapter et à trouver chacun leur place dans cette fourmilière silencieuse.
Comme dans une caravane, s'était-il dit.

Leur potager et leur verger étaient bien plus étendus que ceux desquels il avait eu l'habitude de s'occuper. Il s'était beaucoup renseigné sur la flore avoisinante, et avait soigneusement noté dans un carnet où trouver quelle plante, et quels équivalents pouvaient servir de substitut aux herbes qui ne poussaient que plus au Sud.
Il allait également pouvoir s'essayer à de nouveaux remèdes ou tisanes, dont il connaissait les recettes mais dont les composants ne poussaient pas, sur les falaises des Grands Océans.

L'on avait également emmené Hièlstan visiter Al-Chen, et Talis lui avait montré les principaux points de repères pour éviter de se perdre. Rigs lui avait fourni une carte détaillée de la ville, ce pour quoi Hièlstan s'était montré très reconnaissant.
Il ne se sentait guère à l'aise dans cette immense cité, mais il aurait probablement besoin de s'y rendre régulièrement pour des achats spécifiques.
Cependant, il espérait pouvoir se débrouiller en se rendant principalement dans les bourgades qui parsemaient le paysage du Lac Chen, bien plus tranquilles, bien plus à son goût.

Il aurait aimé pouvoir un peu s'arrêter sur la route, pour repérer les lieux et la flore ; il faisait beau et doux, ç'aurait été une belle occasion. En plus, la route était fréquentée et plutôt sure, à ce qu'on lui avait dit ; il n'aurait pas à s'inquiéter des brigands, ce matin.
Mais voilà, Hièlstan était attendu.

A un gros comptoir commercial d'Al-Chen, il avait pu demander les services de quelqu'un qui l'aiderait à restaurer un peu sa maison, car lui-même n'y connaissait pas grand chose. La bâtisse était en bois, et on lui avait dépêché un jeune homme qui, "je vous assure monsieur", s'y connaissait bien en menuiserie.

Le rendez-vous avait été fixé par un intermédiaire sur les coups de midi. Hièlstan espérait que le jeune homme n'aurait pas de difficulté à trouver la petite maison, qui était tout de même très isolée.

___


Le soleil n'était pas encore à son zénith lorsqu'Hièlstan traversa le petit village de pêcheur par lequel il était déjà passé plusieurs fois.
Son chez-lui n'était plus très loin.

Il salua les femmes qui écaillaient le poisson, relevant légèrement la tête pour mieux humer les effluves douçâtres qui rendaient l'air poisseux.
Il adorait cette odeur, qui lui rappelait tant de souvenirs!

Cependant, comme lors de ses dernières visites, il fut un brin déçu. Il manquait quelque chose.
Il manquait le sel.

___


Une rafale de vent vint s'engouffrer dans sa bure grise. Le vent! Il aimait déjà ce vent.
Ce n'était pas celui de la mer, mais il y avait comme une puissance, comme un souffle de vie similaire... Comme une promesse de bienvenue.

Hièlstan arpentait maintenant un sentier tranquille le long du lac qui brillait joyeusement sous le soleil. L'étendue de ce lac, il ne s'y était pas encore habitué.
D'abord, il avait cru voir la mer ; quand il s'était retrouvé sur sur de ses rives pour la première fois, il était resté figé un moment, comme sur l'Arche quelques jours plus tôt.
Quelques jours seulement, qui lui paraissaient une éternité... Il s'était passé tant de choses! Tant de rencontres, tant de chamboulements, tant de découvertes...

Et encore tant à venir!

Il était heureux.

___


Il sentit son coeur s'accélérer, lorsqu'au détour d'un bosquet, il l'aperçut.

Elle était fièrement dressée, à moitié sur la terre, à moitié sur le lac, semblant défier les clapotis tranquilles de ses vieux pilotis rongés par l'humidité.
Elle était presque comique, dressée ainsi ; c'était comme si la maison avait voulu se faire passer pour plus grande qu'elle ne l'était. Car elle était petite, qu'est-ce qu'elle était petite!

Petite et fatiguée, mais elle semblait s'échiner à ne pas courber le dos, brave et fière, refusant d'admettre la pourriture qui envahissait ses fondations, les mauvaises herbes qui grimpaient aux petites fenêtres, le bois qui gémissait de fatigue.
Attendait-elle encore quelque chose? Cela faisait des années qu'elle était inhabitée, tout comme les trois autres habitations qui étaient dispersées de-ci de-là le long de la rive.

Trop vieilles, trop isolées, trop de travaux de rénovation à entreprendre, trop soumises au caprices de la météo, trop exposées aux vagues du lac...
Parfaites pour Hièlstan.
Seule une était encore à peu près habitable, et cela tombait très bien car c'était celle qu'il avait préféré d'emblée.

Il ne craignait pas qu'elle s'effondre ; il lui sentait encore assez de robustesse pour tenir le temps des travaux. Il ne craignait pas le toit défoncé, le bois vermoulu, le plancher humide. Il était Rêveur, il était fils de pêcheur, il n'avait jamais été habitué au luxe. Il était humble, et savait se contenter de peu.

Il poussa la porte grinçante. A cette heure-ci, la lumière illuminait généreusement la pièce principale, malgré les vitres incrustées de moisissure. Le matin, c'était la petite pièce qui servait de chambre qui accueillait le soleil ; et le soir, c'était sur les vestiges d'une ancienne terrasse que se prélasserait le couchant.

Dans la pièce principale, il y avait une planche posée sur deux tréteaux en guise de table provisoire. Il n'avait pas encore pu faire l'acquisition d'une cuisinière ; un peu de feu et son matériel de voyage feraient l'affaire. L'eau courante fonctionnait, mais il n'avait pas pour l'instant installé de lavabo, et la vieille baignoire de la salle d'eau était en piteux état, de même que les cabinets d'aisance.
Sur le vieux canapé un peu défoncé mais encore correct, il posa ses couvertures. En attendant de se trouver un bon lit, il dormirait ici. Il y avait une petite cheminée, mais le propriétaire précédent lui avait signalé qu'il faudrait la ramoner avant de l'utiliser. Pas de soucis ; il faisait assez bon pour se passer d'un feu, en cette période.

Le balais avait été sommairement passé, mais il y avait encore une sacrée quantité de nettoyage en attente. Peut-être que le plancher devrait être refait ; ce serait le menuisier qui le lui dirait. Il espérait que ce dernier avait été prévenu de l'ampleur des travaux.
Au pire, il trouverait bien quelqu'un d'autre qui l'aiderait en échange de quelques repas et d'un peu d'argent.

Hièlstan ouvrit grand les fenêtres, chassa une ou deux araignées, pas très jolies mais guère méchantes. Il s'émerveilla encore une fois de la grande fenêtre du séjour qui donnait sur le lac.

Puis il sortit, installa une natte sur le sol et quelques coussins par dessus. Il y avait deux ou trois arbres le long du chemin qui menait à ce minuscule hameau, mais sinon la plage était assez dégagée et le soleil donnait en beaucoup d'endroits. Ca lui plaisait ; sa peau burinée attestait de son enfance sous les rayons brûlant de l'astre de feu.

Seul manquait le sel.

___


Du sel, le voilà qui en versait une pincée dans le plat qui mijotait doucement sur le petit feu vivace.
Voilà un bon ragoût de lapin qui glougloutait tranquillement, dans les tomates fraîches et légumes du potager de Chériane, en attendant patiemment qu'arrive le jeune menuisier pour le déguster à l'abri du vent. La maison projetait même un peu d'ombre, qui pourrait être agréable pour déjeuner.

Hièlstan, assis en tailleur sur les coussins de plume que lui avaient donné ses confrères, attendait patiemment, le sourire aux lèvres, les yeux mi-clos. Là, il installerait une table... Ici, un fauteuil, sans doute, et là-bas, il pourrait accrocher un hamac... Ce coin semblait assez adapté pour planter un potager ; il faudrait qu'il en examine la terre. Par ici, il pourrait même monter un poulailler...

Le lac, le soleil, le ciel bleu, les nuages rieurs et les arbres chantant, tout autour de lui semblait lui sourire.

Oh, oui, Hièlstan était heureux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soroïl Fiseyrrah
Groupe Manz
avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 20/03/2016

Feuille de personnage
Age: 24 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Se transforme en ours brun

MessageSujet: Re: Les sourires du lac [Soroïl]   Ven 03 Juin 2016, 03:11

[ Après toute cette attente, je poste enfin ! Merci d'avoir attendu, ma semaine surchargée s'est un peu beaucoup allongée ! ]



Une main s’abat brusquement sur l’épaule de Soroïl, qui ne peut s’empêcher de carrer les épaules en réaction à cette intrusion dans son espace privé.  Un long frémissement nait dans sa nuque, mais la main déjà le lâche alors que son propriétaire passe devant lui avec un sourire. Et une bonne nouvelle.
- Hé le jeune, c’est pas toi qui cherchait du boulot dans la menuiserie ?
Soroïl fronce un sourcil mais se reprend rapidement en redressant le menton. Un sourire sympathique étire ses lèvres : est-ce que cet homme lui aurait trouvé du travail ? Il l’espère, il n’a plus beaucoup de temps avant le début de son cours. Il a une certaine hâte de commencer, il ne cesse de se demander s’il aura d’autres camarades qu’Aeterna et à quoi pourra bien ressembler celui qui les guiderait.  Il se questionne aussi sur le contenu des cours, évidemment, mais ces interrogations-là trouveront une réponse bien assez tôt. Il n’a pas envie de mal imaginer, d’être déçu ou de se rendre compte qu’il n’est pas à la hauteur de quoi que ce soit.
- Oui, c’est ça ! Tu as trouvé quelque chose ? Parce que je commence sérieusement à désespérer !
L’homme lui adresse un sourire en hochant la tête, illuminant dans la même seconde le visage du métamorphe.
- Oui ! Un Rêveur qui a besoin d’une rénovation, pour une maison complète !
Le jeune homme se fige un instant : c’est un bon contrat, mais ça risque de prendre aussi beaucoup de temps comme travaux. Il espère pouvoir tout terminer avant que le cours ne commence, mais il ne se voit pas refuser un contrat pareil. Se méprenant sur son silence, son interlocuteur lui explique mieux.
- Ce n’est pas si loin  d’ici, et la paye est bonne. J’ai dit que tu étais sur le coup.
- C’est parfait oui ! Merci !
- De rien ! Mes gars sont sur un autre chantier, plus gros, du coup pas trop possible de les envoyer dessus. C’est tout bénef !


Soroïl sourit largement à son sauveur de travail, en hochant la tête pour le remercier une nouvelle fois. Il est bien tombé, finalement. Après que l’homme lui ai fait un rapide plan sur un bout de papier fatigué, pour qu’il trouve l’endroit sans se perdre, il se mit directement en marche.

A lui les pépettes !

**

C’est un endroit un peu perdu où plusieurs maisons auraient toutes besoin d’un petit coup de frais. Il en voit, des toits à rafistoler, des fondations à reprendre et à consolider, même si finalement toutes ces habitations n’en ont pas un besoin trop urgent.
Bouts d’hommes se dressant sur la surface indolente de l’immense lac Chen, les maisons semblent toutes receler de mystérieux secrets – trappes cachées, sous-sol enfoncé et autres astuces de pêcheurs pour pouvoir cacher les biens les plus précieux.

Finalement, il arrive devant la maison désignée sur son plat. Elle a été entourée d’un trait rouge qui attire son attention, mais il froisse le bout de papier dans son poing  avant de le fourrer dans sa poche.
L’envie de s’approcher se fait presque immédiatement ressentir, cependant Soroïl prend le temps d’observer la maison de l’extérieur pour juger du travail global qu’il va devoir fournir avant de se découvrir. Un réflexe étonnant mais qu’il affectionne particulièrement.

La charpente est bien abîmée, il peut voir de grosses faiblesses à certains endroits sur le toit. La maison semble se pencher vers l’Est, sans doute à cause d’un pilonne dans l’eau mal scellé. L’angle qui peut en venir à affleurer la surface du lac s’il prend de l’ampleur est aussi drôlement rogné par les intempéries.
Soroïl note aussi que si les encadrements de fenêtre donnent un certain charme à l’habitation, elles sont en train de pourrir en se fendant sous les assauts répétés du vent, tandis que les escaliers menant à la porte d’entrée menacent de s’effondrer sous le poids d’un homme trop lourd qui viendrait juste pour une visite de courtoisie.

Un sourire étire les lèvres du jeune homme.
Il y a du boulot, c’est sûr, mais mis à part le pilonne mal scellé dans le lac, la maison à de bonnes bases. Juste survécu à un nombre d’années indécent sans réparation digne de ce nom. Elle a sûrement été complètement abandonnée pendant près d’une demi-douzaine d’années !  
Lâchant un soupir de satisfaction, Soroïl s’avance vers l’homme assis par terre, entouré de coussins, en train de faire à manger. Cela sent bon, il peut en attester, mais il fronce le nez à l’odeur de viande qui en émane.

Le Rêveur – cela ne peut être que lui – est assis en tailleur, et le jeune homme fraichement arrivé s’accroupit près de lui avec un large sourire engageant sur les lèvres.
- Bonjours ! Excusez-vous de vous déranger, vous méditiez peut-être ? En fait, j’ai aucune idée de comment peuvent bien s’occuper les Rêveurs quand ils ne soignent pas les gens… Ou qu’ils sont loin de leur confrérie. Oh ! Pardon pour mon impertinence, mais je suis un grand bavard qui pose des questions bizarres sur tout et rien. Enfin, sinon, je m’appelle Soroïl. Mil’Brahan m’a dit que vous recherchiez un menuisier ou un charpentier pour réparer votre maison… C’est donc la jolie demoiselle ?
Il a redressé le menton pour recommencer à observer la maison qui les domine avec indolence. Une force tranquille, imperturbable mais fatiguée.
- Elle a l’air fatiguée en tout cas ! Vous savez depuis combien de temps personne ne s’en est occupé ? On va lui refaire une petite beauté, ne vous en faites pas !
Avenant et toujours trop bavard, Soroïl sourit encore une fois ce qui plie la peau de ses yeux en quelques pattes d’oies. Ah, il a soif, ça fait toujours ça quand il est un peu déshydraté.
- Je n’ai plus d’eau, vous auriez un verre ? Je crois que j’ai besoin de boire !

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hièlstan Filsèvres
Rêveur
avatar

Nombre de messages : 196
Date d'inscription : 10/04/2016

Feuille de personnage
Age: 35
Greffe: Non
Signe particulier: Porte une bure de Rêveur

MessageSujet: Re: Les sourires du lac [Soroïl]   Ven 03 Juin 2016, 21:24

[Pas de soucis, fais à ton rythme ! J'ai pas mal anticipé, tu me dis si Soroïl doit réagir et que ça va pas, je couperai au moment de l'ellipse;) je m'ennuyais un peu dans le train... x) ]

Soroïl plu tout de suite à Hièlstan.
Avec son visage anguleux, ses longs cheveux blonds, sa haute taille, sa dégaine souple, son sourire franc et engageant, il dégageait un certain charme. C'était un garçon avenant, nul doute là-dessus ; peu de gens s'adressaient avec cette aisance à un Rêveur inconnu ! Un jeune, jovial et bavard, voilà qui changerait Hièlstan de la compagnie austère de ses camarades Rêveurs ! Bien que, songea-t-il, ces derniers temps, sa compagnie avait été bien plus diversifiée...

Il se leva doucement, et s'avança en rigolant légèrement aux remarques du jeune homme pour lui serrer la main. C'était une sacrée entrée en matière ! Il lui rappelait un peu Syndrell, qui lui avait posé un tas de questions en le rencontrant... Mais chaque chose en son temps ! Une fois que le garçon eut l'air d'avoir terminé de parler, Hièlstan en profita pour s'exprimer à son tour, avant que le menuisier ne le happe sous un nouveau flot de parole.


"Enchanté Soroïl, je m'appelle Hièlstan Filsèvres. Je ne sais pas ce qu'on vous a dit de moi... Je suis un Rêveur, vous l'aurez remarqué, et j'arrive tout juste d'une confrérie de l'extrème Sud. J'ai acheté cette maison, et comme vous pouvez le voir... Elle a besoin d'être remise un peu en état !"

Il tourna lui aussi son regard vers la demeure. Que le jeune homme l'humanise plaisait au Rêveur ; il avait l'air d'un passionné.

"Venez, je vais vous servir à boire. Voilà, installez-vous ici... C'est un peu sommaire pour l'instant ! Prenez un coussin si vous voulez, vous serez plus à l'aise..."

C'était même plus que sommaire ; il espérait que le jeune homme ne s'était pas attendu à être logé dans le confort, mais il avait le sentiment que ce n'était pas un difficile ou un douillet.

"Je suis arrivé il n'y a même pas une heure, je n'ai rien d'autre que de l'eau à vous proposer... Et pas très fraîche ! Vous m'en excuserez, j'espère."

Il lui versa un verre, sans se départir de son sourire.

"Je vous fournirai tous les repas. C'est bien cette "jolie demoiselle", comme vous dites,  qui requiert vos soins... Je crains qu'il n'y ait un gros travail à effectuer. Mais je compte bien vous aider, s'il y a des choses que je peux faire ! Les Rêveurs sont des hommes assez débrouillards, mine de rien..."

Hièlstan n'était pas un maître du marteau et du clou, mais durant sa jeunesse, il avait maintes fois aidé son père et son frère à réparer le bateau, un encadrement de fenêtre ou un meuble abîmé. Durant sa vie à la confrérie, il avait aussi appris deux ou trois trucs ; si les Rêveurs faisaient, quand il le fallait, appel à un spécialiste, ils se débrouillaient souvent par eux-même, et apprenaient des uns et des autres quelques astuces qui s'avéraient souvent utiles lorsque l'on vivait reclus du monde.

"Je ne sais pas combien de temps vous aviez prévu de rester, mais sur ce chantier, il y en a pour un moment. Ne vous en faites pas pour moi, j'ai prévu d'engager quelqu'un d'autre pour la suite des travaux, si c'est nécessaire. Quoiqu'il en soit nous devrions avoir le temps de bavarder un peu... Je vous en apprendrais plus sur les Rêveurs si ça vous intéresse... En tout cas, vous ne m'avez pas dérangé : je ne médite pas quand j'attends de la visite !"

Décidément, ce garçon lui donnait envie de converser, à lui aussi !

"Voilà ce que je vous propose : vous buvez tout votre saoûl, puis je vous emmène faire un tour rapide de la maison, afin que vous puissiez évaluer un peu l'ampleur des travaux à réaliser. Ensuite, on s'installe tranquillement pour manger un bout et faire connaissance. Ca ira ?"


"Bon, ce n'est pas bien grand, je vivrais seul. Là, nous sommes dans la pièce principale... Le plancher n'inspire guère confiance, hein ? Là, derrière cette porte, ce sera ma chambre..."

Hièlstan poussa la vieille porte branlante et laissa Soroïl y jeter un œil. Il était étonné : il avait de plus en plus de mal à vouvoyer ce garçon ! D'ordinaire, c'était de tutoyer les gens qui était plus compliqué pour lui, et comme il n'avait guère de relations suivies, il le faisait rarement. Même dans la caravane, à l'ambiance si ouverte et détendue, il n'avait au final tutoyé que Syndrell et les voyageurs qui n'étaient pas encore tout-à-fait adultes.
Soroïl, cependant, était si ouvert dans son attitude et ses paroles incessantes, qu'il semblait inviter au tutoiement simplement par sa façon d'être. Hièlstan, cependant, ne désirait pas encore lui proposer le tutoiement ; il l'accepterait avec plaisir si le menuisier le lui proposait, mais lui était trop attaché à ses habitudes et à ses idées de convention pour en faire la demande... Pour l'instant. Il se doutait bien qu'à la fin de la journée, le vouvoiement ne serait plus de rigueur entre eux.


"Là, il y a la salle d'eau... Elle est vraiment en piteux état. Il faudra que j'aille en ville me renseigner sur la rénovation, car j'ai bien peur que ça ne dépasse le domaine du bois..."

Il retournèrent dans la pièce à vivre, à la si jolie vue sur le lac.

"On m'a parlé d'un potentiel grenier là-haut... Mais je n'ai pas trouvé d'échelle pour y monter, et même si c'était le cas, je ne m'y serais pas risqué. Plus tard peut-être je réfléchirai à un aménagement sous les combles, mais pour le moment, je pense qu'il y a plus important à faire, non ?"

Hièlstan invita Soroïl à ressortir sous le soleil. Il avait hâte de commencer les travaux. Ce serait bien agréable ; la conversation du jeune homme était intelligente, il avait une élocution remarquable et qui plaisait beaucoup à Hièlstan. C'était un maître des mots, cela ne faisait aucun doute, et il était fascinant de voir comme certaines personnes savaient s'exprimer. L'éventail des capacités de l'être humain était bien large, se dit Hièlstan. Dire que certaines personnes étaient incapables de formuler un seul mot sans bégayer ou rougir... Il avait toujours trouvé cela très triste. L'être humain vit en groupe ; quoi de plus terrible qu'un être humain qui ne peut s'y intégrer ?
La difficulté dans la communication était, selon le Rêveur, un handicap très grave, et il s'était toujours fait un devoir d'aider au mieux ces personnes, quand il le pouvait et comme il le pouvait... Il songa un instant que le menuisier pourrait certainement aider efficacement des gens en difficulté sociale, avec son habileté relationnelle étonnante !
Oui, il avait hâte de commencer les travaux en telle compagnie ; il était aussi excité comme un enfant à l'idée d'entreprendre quelque chose de neuf, un beau projet, avec un but. Cette maison, sa maison, l’enthousiasmait énormément!


"Allons donc nous restaurer un peu avant d'entamer tout ça ! Alors, dites-moi ce que vous pensez de la maison ? Il y a du boulot, pas vrai ?"

Hièlstan sortit essuya les deux assiettes qu'il avait sortit de ses bagages.

"Un ragoût de lapin, ça vous ira j'espère ?"


[Du bon ragoût de lapin pour notre Vegan 8D]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soroïl Fiseyrrah
Groupe Manz
avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 20/03/2016

Feuille de personnage
Age: 24 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Se transforme en ours brun

MessageSujet: Re: Les sourires du lac [Soroïl]   Ven 08 Juil 2016, 21:28

[ Je ne fais absolument rien avancer et en plus je mets beaucoup de temps à répondre... Pardon pardon ! ]






Sommaire ou pas, cela plait à Soroïl. Après tout, les plus belles choses ne sont-elles pas les plus simples ? Pas nécessairement, fait une voix dans sa conscience alors que ses souvenirs s’accrochent à une chevelure de jais, mais il secoue la tête pour chasser ces pensées. Le jeune homme ne prend pas le coussin que Hièlstan lui propose, il préfére encore être au contact du sol, mais son sourire ne le quitte pas. Il se sent étrangement à l’aise, à cet endroit. La maison dégage de très bonnes ondes, et il y est tout autant sensible qu’à l’air avenant du Rêveur.
- Fraiche ou pas fraiche, cela me convient, je boirais à peu près n’importe quoi là je crois ! plaisante-t-il, parfaitement détendu. Merci.
Le jeune homme écoute attentivement les paroles de l’homme à la bure. Il est même nourri ? Ah, la bonne heure ! Cela le rempli de joie, car sinon il aurait dû trouver des bosquets pour cueillir à manger. Ceci dit, étant donné que c’est un ragoût de viande qui mijote, il espère ne pas embêter de trop le Rêveur avec ses histoires. Il est de toutes façons prêt à trouver de quoi manger de lui-même, par lui-même. Il a appris à faire avec, depuis quelques années, et il s’en est largement accommodé depuis le temps.

- Oui, je pense qu’il y en a pour un moment. J’ai un rendez-vous qui va me prendre un temps indéfini dans une semaine, environs, mais je pense que je pourrai faire le plus gros d’ici là, il ne restera que les finitions.
Soroïl rit et sourit, alors que Hièlstan explique qu’il ne médite pas quand il attend de la visite. C’est logique, en y pensant, car sinon le dérangement doit détruire toutes les bonnes choses que la méditation met en place avant qu’elle ne puisse les verrouiller, non ?
Son sourire toujours accroché aux lèvres, étirant les traits de son visage, il suit le Rêveur dans la maison pour faire une visite de rigueur. Il commente ce qu’il voit, quand Hièlstan le lui présente, expliquant ainsi ce qu’il compte faire pour chaque problème rencontré. La salle d’eau, ce n’est clairement pas de ses compétences cependant, et l’homme à la bure le comprend bien.

- On peut faire des tuyauteries en bois, mais c’est moins durable et résistant que des canalisations en cuivre. Il vous faudra trouver quelqu’un qui pourra vous les transporter. Si j’ai le temps, je pourrai en faire les plans, ça sera avec plaisir !
- On m'a parlé d'un potentiel grenier là-haut... Mais je n'ai pas trouvé d'échelle pour y monter, et même si c'était le cas, je ne m'y serais pas risqué. Plus tard peut-être je réfléchirai à un aménagement sous les combles, mais pour le moment, je pense qu'il y a plus important à faire, non ?

Soroïl hoche la tête, son sourire toujours accroché aux lèvres et faisant briller son regard.
- Oui, les combles devront attendre que la toiture soit rénovée, et ils pourront après être facilement aménagés, même si de ce que je peux en voir, ils ne doivent pas être suffisamment hauts pour pouvoir être aménagés autrement qu’en espace de rangement. C’est une maison fonctionnelle, elle a sûrement accueilli un pêcheur venu à la retraite, mais pas une famille, cela se voit tout de suite. Ceci dit, elle a été bien pensée, et sera facile à adopter sans aucun doute !

Il a une envie presque urticante de commencer les réparations. C’est comme si le bois l’appelle, de là-haut, il veut monter sur la charpente et prendre soin de cette maison. Il se sent très à l’aise, et cela fait longtemps qu’il n’a plus pris part à un projet de cette envergure !
Le soleil est toujours haut dans le ciel, et Soroïl commence à réellement à avoir faim. Il apprécie la caresse de la chaleur sur sa peau et prend une grande inspiration.
Lorsque Hièlstan demande s’il y a beaucoup de travail sur la maison, Soroïl ne tente pas de minimiser les choses : il faut qu’il sache à quoi s’attendre.

Il s’assoit devant le feu, et se fige soudain.
- Un ragoût de lapin, ça vous ira j’espère ?
- C’est-à-dire que… Soroïl se passe une main dans les cheveux un instant, essayant de trouver une manière de dire les choses qui ne vexerait pas Hièlstan, mais qui ne le ferait pas culpabiliser non plus. Je ne mange plus de viande depuis des années. En fait, j’évite tout ce qui peut avoir un lien direct avec les animaux. Mais ne vous inquiétez pas, j’ai de quoi manger dans mon sac !
Il a dit cela avec chaleur, un sourire sur les lèvres. Il n’est pas vexé le moins du monde, chacun son mode de vie, et il a choisi le sien désormais depuis un long moment. Il lui convient. Il faut juste savoir comment manger pour ne pas avoir de carence, et surtout manger varié.
- Pour la maison, je ne vais pas vous cacher qu’il y a beaucoup de boulot, oui. Elle penche un peu vers le lac, mais les fondations sont saines. Cependant, presque toute la charpente est à refaire, ainsi que quelques murs et les encadrements de porte et de fenêtres. Je devrais m’en sortir pour la charpente et les murs, mais les encadrements cela demande plus de temps, c’est de la finition, et je ne suis pas certain d’avoir le temps pour les terminer.

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hièlstan Filsèvres
Rêveur
avatar

Nombre de messages : 196
Date d'inscription : 10/04/2016

Feuille de personnage
Age: 35
Greffe: Non
Signe particulier: Porte une bure de Rêveur

MessageSujet: Re: Les sourires du lac [Soroïl]   Lun 11 Juil 2016, 21:53

[On s'en moque de faire avancer les choses Very Happy Allez je pars vaillamment en dialogue, j'espère que j'ai bien retranscrit le ton et l'acting de Hièlstan, sinon envoie-moi un mp Smile ]

"Oh! Excusez-moi, je n'avais pas prévu ça! J'ai déjà rencontré des gens dans votre cas, mais c'était principalement des Rêveurs. Bon, il faut bien le dire, je n'ai pas partagé beaucoup de repas avec des gens qui ne soient pas des Rêveurs...
Attendez, j'ai ramené pas mal de produits frais de la confrérie, on va s'y mettre à deux pour vous préparer quelque chose...
Voilà! Servez-vous, vraiment, il faudra bientôt que j'aille me ravitailler, de toute façon.
Et pour mon ragoût, ma fois, j'arriverai bien à le conserver!

Bon pour la maison, nous verrons bien ce que nous pourrons faire à deux! Après, j'aviserai. Je suis content qu'au moins les fondations tiennent le coup.

Tenez, prenez ce couteau pour éplucher, il ira mieux...

J'ai hâte de la voir remise à neuf, vraiment! Je suis content de vous voir si motivé.

Alors vous me dites, vous évitez tout ce qui touche aux animaux? Qu'est-ce que ça signifie, concrètement? Je n'ai connu que des gens qui ne mangeaient pas de viandes, certains évitaient les poissons aussi, mais ça n'allait pas au delà.
Bon pour ma part, vous l'aurez compris, je mange de tout. Ca fait partie de ma conception de la vie et de la mort.

Ah tenez, regardez dans ces petits sacs j'ai des restes d'herbes aromatiques, il doit y avoir du thym, du persil que j'ai cueilli ce matin, ça se doit être un reste de menthe poivrée, et là j'ai encore une feuille de laurier. Vraiment n'hésitez pas, fouillez, je pars régulièrement en cueillette de toute façon! Autant les utiliser avant qu'elles ne soient plus bonnes!

Il y a une raison particulière pour laquelle vous ayez arrêté la viande, si ça n'est pas indiscret? C'est une question morale, ou une obligation physique peut-être?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les sourires du lac [Soroïl]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les sourires du lac [Soroïl]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Distributeur de sourires – ft. Emrys
» Parfois, les plus beaux sourires peuvent cacher de grands secrets, les plus beaux yeux peuvent avoir pleuré durant des heures et les coeurs les plus purs peuvent avoir souffert de grandes peines.. Feat Bambi, Wasoo, Canada and Pompom
» Te souviens-tu de ces sourires innocents et de ces paroles dans le vent ? ~ Nina ♥︎
» Une soirée faite de premières.[Livre I - Terminé]
» Les larmes d'Hillary apportent de beaux sourires!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Lac Chen-
Sauter vers: