AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Kaünis Gil'Ozh
Envoleuse


Nombre de messages : 861
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Mer 08 Juin 2016, 02:41

Krämur


Elle était vraiment incompréhensible, cette fille. Et surprenante, même dans un moment pareil. Sérieusement, elle pensait encore à voir le slip de l’Empereur – ou sa culotte, peu importait – alors qu’elle n’avait plus de jambes ni de bas-ventre ?
Un long frisson remonta le long de l’échine de Krämur alors que la bataille faisait rage un peu plus loin.
Attrapant Kaünis qui s’effondrait soudain – ah ben enfin ! – sous les aisselles, il la hissa sur son dos tant bien que mal, l’installant comme il le pouvait… Avant de rechercher cette grosse bestiole dans son torse. Son aura oppressante lui emprisonna soudain la poitrine et il sentit son corps changer de forme tandis que son esprit s’embrumait doucement.


* *


- Alors, où vous en êtes ? Comment elle va ? Il avait posé la question fébrilement, ne pouvant s’empêcher de tirer sur les manches du vêtement trop petit qu’on lui avait filé après qu’il se soit retransformé en humain. Ça lui faisait toujours tellement bizarre de revenir à moins de deux mètres du sol qu’il en était parfois malade pendant quelques heures. Cette fois cependant, il n’avait pas eu le temps d’être malade, pour sauver Kaünis il avait fallu se bouger.

Le Rêveur en face de se passa une main sur le visage, essuyant quelques gouttes de sueur qui perlait à son front.
- On arrive petit à petit à reconstruire le pelvis, la symphyse pubienne et les ligaments du bassin mais ça va encore nous prendre quelques heures. Son état général est stable et ses genoux sont réparés. Elle n’est plus en hémorragie. Le jeune homme poussa un soupir de soulagement, se passant une main dans les cheveux.
Il se demandait comment en l’espace de quelques semaines il avait pu tomber complètement dans le jeu de la jeune femme. Comment il pouvait s’en faire à ce point pour elle, et pourquoi, alors que finalement, il la connaissait à peine. Et qu’elle n’avait absolument rien de tout ce que les femmes avaient pu lui apporter jusque-là.

Haussant les épaules – il n’avait pas trop envie de faire de l’introspection, là tout de suite – il remercia le Rêveur d’un signe de tête et retourna dans l’endroit où on les avait rapidement soignés, Syles et lui, et où ils attendaient depuis qu’ils étaient arrivés à Fériane.
A la question du jeune homme, Krämur haussa les épaules de manière désabusée. Certes, les nouvelles n’étaient pas mauvaises en soi – pour l’instant – mais ça le minait d’attendre comme ça !

- Ça va prendre encore quelques heures, mais c’est sur la bonne voie a priori, lâcha-t-il d’une voix où transparaissait l’agacement.
Se jetant littéralement dans un fauteuil, il se prit la tête entre les mains et se frotta énergiquement le visage.
- Sérieusement. Elle se fout souvent dans des merdes pareilles ? Tu sais qu’elle ne voulait pas partir, elle voulait voir ton combat et encore dessaper l’Empereur ? Elle est dingue… Il fit une pause en secouant la tête d’une manière un peu désespérée. Dire qu’à la base, j’étais censé la ramener à Sil’Afian…
Ouais. Et qu’il ne croyait pas une seule seconde qu’elle était « si » dangereuse, à la base. Et puis… Il avait été envoûté. Un truc du genre.
Peut-être que finalement, il n’avait jamais rencontré personne d’aussi noir et chaotique. Et que c’était complètement ça qui avait fait chavirer pas seulement la partie humaine et rationnelle de lui-même. A vrai dire, la partie rationnelle de lui-même lui hurlait de se casser avant d’être vraiment trop attaché.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 673
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Mer 08 Juin 2016, 02:55

Syles eu un petit rire... Ce genre de truc, c'était pas trop mal, comme emmerdes...

Crois moi, mon vieux, aujourd'hui, c'était un bon jour...

Kaünis fait toujours tout chambouler, se retourner, se bousculer...

Elle est le chaos incarnée.


Le jeune homme se dit que, définitivement, Krämur n'était pas du tout au bout de ses surprises avec l'envoleuse et il se dit également qu'il appréciait pas mal cet homme, finalement. Ce n'était pas exactement encore de l'amitié, mais il le considérait comme un camarade, et entre un envoleur et un mec qui servait l'empereur avant, c'était déjà pas mal du tout.

Cela dit, il était quand même légèrement dissident à l'idée de commencer une conversation. L'un comme l'autre avaient vus des choses secrètes, en cette première nuit d'aventure partagée et il savait que malgré les liens forgés dans la bataille, la mort et le sang, ou peut-être à cause de ça, il y aurait éventuellement ce sujet très peu recommandé de comment il faisait pour contrôler le métal qui remontrerais, et puisqu'il n'était pas sûr du tout de si Krämur connaissait les envoleurs ou de s'il savait que Kaünis et lui même en faisaient partis, le frontalier ne pourrait pas exactement tout révéler... Ça regardais Kaünis aussi, après tout, donc s'il y avait des révélations, ce serait en sa présence une fois qu'elle serait réveillée et il ferait tout pour repousser une tentative de questionnement jusqu'à ce moment là.

Il avait eu un très bon professeur pour ne pas répondre aux questions, un expert du domaine de l'évitement des questions non voulues sur qui il s'était basé pour son dessin d'Haman Lô avec la lune rouge sang.

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Envoleuse
avatar

Nombre de messages : 861
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Mer 08 Juin 2016, 03:49

Krämur


Un bon jour ?
Il en avait connu des meilleurs, un peu avant, avec elle, quand même. Bon, certes, pas un seul totalement tranquille – toujours des brigands ou des emmerdes à l’horizon depuis plusieurs semaines – mais c’était carrément de la nioniotte comparé à ça[.
Ça, c’était le fait que son animal fétiche ai dû se révéler pour pouvoir se sortir de ce merdier. Qu’il ait accepté de ne pas bouffer tous les humains, d’ailleurs, était quelque chose d’exceptionnel. Qu’il ait accepté d’en charrier une sur son dos, c’était carrément miraculeux.  C’était surtout cela qu’il avait du mal à intégrer.

Cependant, mis à part l’effet sur le monstre qu’avait Kaünis et Syles, il ne comprenait pas comment ils pouvaient en être venus à être de si bons combattants si tôt. Et comment Syles faisait pour manier le métal sans le toucher ? Cela relevait-il d’un don spécial ? D’autre chose ? Il avait vu les cadavres gelés dans les souterrains, quelques semaines plus tôt, et on lui avait dit que c’était la signature de Kaünis. Pourtant, il n’avait pas pu noter quoi que ce soit de ce côté-là depuis qu’il l’avait rencontrée.

Lui-même avait presque trente ans maintenant – vingt-huit, mais ce n’était plus très loin – et n’avait pas leur technique. Et leur folie, d’ailleurs. Oh, il aurait pu, en y pensant, mais il avait toujours voulu rester rationnel, même quand les tentacules électriques avaient fait pour la première fois leur apparition. Son esprit se remplissait de noirceur, ténèbres, perversité, des choses si sombres et malsaines qu’il avait eu du mal à accepter que c’était lui.
Mais c’était lui.
Et cette rencontre – ces rencontres – le démontraient d’autant plus.

Poussant un petit soupir, il haussa les épaules. A voir la mine un peu fermée quand même de Syles, il se doutait que ce n’était pas le temps des questions, et il n’était pas assez stupide pour insister. Surtout dans ces circonstances. Surtout en sachant ce dont il était capable. En fait, ils avaient tous les deux découverts des facettes secrètes de l’autre, a priori.
Ça les rendait, l’un et l’autre, d’autant plus redoutable.
- Je vais essayer de fermer l’œil.


Kaünis


Une chanson.
Ça tournait dans son esprit.
Pas une chanson, une ode. Une ode familière, qui picotait en dedans, qui trouvait un écho dans son monde intérieur presque dévasté. Qui reconstruisait les ouragans au rythme de la rage qui allait et venait, forcissait là-dessous.

Welcome to my kingdom madness
You're just in time for the show
Welcome to my world of darkness
A place where unreal becomes real

Come drink my blood, wake the demon in me
Come taste the wine of my sins

Douleur.
Douleurs.
Le monde est douleur.

Souffrance.
Souffrances.
Son corps est souffrance.

You can't find a shelter in Hellspace,
Under my black wings of doom
The wind in the wasteland is howling
It's the wailing of ghosts of the past

Swing 'cross the ocean of pleasure and pain,
Into my fatal embrace

Un souffle, sur sa peau.
Juste là, au niveau de sa gorge, si proche de ses lèvres. Une odeur désagréable…
Elle ne prend pas le temps de froncer le nez, sa main droite s’enroule autour d’un cou alors qu’elle n’a pas encore ouvert les yeux. Quand elle ouvre enfin les paupières, la lumière l’aveugle un instant et elle en profite pour enfoncer le bout de ses ongles dans la chair tendre qu’elle a entre les doigts alors que trois ou quatre silhouettes s’approchent d’elle et tentent de la faire lâcher sa prise.

Peine perdue.
Se redressant sur son coude libre, un peu à la force de ses abdominaux qui ne répondent pas correctement, elle envoie valdinguer le mec qu’elle tenait d’un mouvement précis et beaucoup trop puissant pour son état. Mais alors qu’elle allait se relever, une main se pose sur son crâne, par derrière.

Encore le noir.

Out of control,
Without any fear of facing the madman
Out of control,
Defying the Gods of Hell
You are out of control

Le silence est presque absolu.
Presque, parce qu’elle peut entendre quelques pas dans le couloir, qui font grincer le plancher. Ouvrant brutalement les yeux, Kaünis ne met pas longtemps à accommoder sa vision à la pièce plongée dans le noir. Pas de fenêtre, juste une porte, et elle allongée sur un lit pas vraiment très confortable.

Elle fronce les sourcils alors qu’une puissance vague de rage la transperce de part en part.
Où est-ce qu’elle est ?
Se redressant, elle vérifia ses sensations avant de poser les pieds au sol. Elle avait encore une douleur sourde dans le bas-ventre et ça tirait dans ses hanches.
C’était tout ce qu’elle savait.
La pièce ne lui disait rien. Elle ne se souvenait de rien.
Seule une pensée tournait en boucle dans sa tête.
Vérifie si l’Empereur a une culotte
Elle serra les dents, agita le nez, plissa les yeux et se releva. Tanguant un instant, elle appuya sur ses hanches, sentit ses genoux protester un peu. Ça tiendrait.
L’Empereur, hein ?

Déjà, elle devait savoir où elle était. Pour savoir donc où aller.
Quand elle porta la main à la poignée de la porte, elle fronça les sourcils en se rendant compte qu’elle était verrouillée. Son premier réflexe fut de tambouriner sur son battant en agitant la poignée, avant de s’éloigner de quelques pas pour l’enfoncer l’épaule la première. Elle passa littéralement à travers le bout de bois, s’écroulant sur le sol dans le couloir dans un fracas assourdissant. Se redressant, elle épousseta ses vêtements pour en ôter la poussière et laissa son regard glisser sur les murs qui l’entouraient.

- Kaünis ?! Tournant vivement la tête vers la personne qui venait de parler – elle ne savait pas de qui il parlait ni qui il était – la jeune femme lui lança un regard noir.
- Dégage de mon chemin.
- Mais…

Elle n’allait pas le répéter deux fois ! Se dirigeant vers lui à grandes enjambées, la tête en feu, Kaünis tendit la main vers l’homme et l’effleura car il eut le réflexe de se pousser au dernier moment. Elle le vit frémir et écarquiller les yeux devant le givre qui venait de se former sur son avant-bras.


* *


D’autres personnes s’agglutinèrent dans le couloir alors qu’elle continuait d’avancer sans même ralentir.  Elle entendait les paroles échangées mais n’en avait absolument rien à foutre.
Confrérie de Rêveur. Fériane. Elle savait où elle devait aller.
- Arrêtez-la ! Elle semble avoir perdu la mémoire, et si ça continue…
- Écoutez, je suis Rêveur, ça va vous paraître bizarre, mais je veux que vous l’assommiez.

Elle s’était arrêtée un instant devant un jeune homme aux yeux entre le jaune et le vert. Il sentait bon Elle cligna des yeux.
- Dégage. Aucune intonation. Aucune émotion.
Elle tendit son bras devant elle pour le pousser. Pour le geler. Pour qu’il dégage de son chemin.
Elle avait quelque chose à faire.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 673
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Mer 08 Juin 2016, 04:15

Syles souleva un sourcil dans son regard pas intéressé du tout.

Elle avait perdue la mémoire.

Le moment où il avait entendu ça, un truc c'était brisé en lui. Un truc important, il ne se rappelait plus de c'était quoi exactement, ça avait été important à une époque, lui semblait-il, mais plus maintenant. Il l'avait perdue. Après tout ça, tout ce qu'il avait fait, il le voyait dans ses yeux, il l'avait perdue. Sa main qui s'approcha le confirma comme un moment, cette fois, s'il la laissait le toucher, elle ne s'empêcherait pas de le gelé. une phrase s'échappa de ses lèvres une seconde à peine après qu'il ais libéré le chemin.


Plus de Gil, plus de Voïmakas, plus de Hien hein...

Plus de Kaünis...

Et plus de Syles.


Krämur croisa son regard un instant, semblant lui dire de tout tenter pour l'arrêter, mais il n'en était plus capable, il ne pouvait plus, trop de fois il avait eu à la sauver d'elle même, trop de fois il s'était dit qu'elle serait peut-être mieux sans lui, trop de fois il était passé à un cheveux de gelé.

Le frontalier sortit de la confrérie les yeux dans le vague et les bras ballants, Edelweiss lui poussa sur l'épaule de la tête, comme pour tenter de le ramener à lui, mais le jeune homme ne réagit pas, continuant de marcher tout droit avec quelques larmes dans les yeux.

Peut-être que c'était mieux ainsi, qui sais, peut-être aurait-elle une jolie petite histoire avec Krämur...

Il ne réagit pas quand son père l'aborda, semblant vouloir vérifié s'il allait bien après les nouvelles qu'il avait reçut de ce qui était arrivé au palais, se contenta de repousser l'envoleur aîné sans ouvrir la bouche.

Il se foutait de cet homme, il l'avait laissé à son sort quand il était enfant, alors qu'il aille s'enfiler Hien à nouveau tient.

Sans vraiment savoir pourquoi, le garçon prit la direction de ce petit village où, avec Gil, il avait capturé un envoleur pour le torturé, où il avait marqué un autre acte qui avait ancré Kaünis Gil'Ozh dans son coeur...

L'amour de sa vie était morte et c'était peut-être par sa faute, s'il avait été plus rapide pour la sauver, s'il avait été là quand on l'avait kidnapper...

Il n'avait plus qu'une chose à faire, annoncer la nouvelle à Voïmakas lui même et s'offrir au châtiment du mentaï...

Et s'il était encore en vie, après coup, il connaissait un ou deux beaux endroits d'où une falaise attendait qu'on s'y jette.

Le corps d'un envoleur marchait au côtés de sa monture fidèle, mais ce n'était plus Syles Agarest, son esprit n'était plus là, plus maintenant...

Même Lynx, au fond de son ventre, s'était tut. Elle avait réussit, après toutes ces fois où elle avait frôlé la réussite, elle l'avait enfin fait...

Elle l'avait brisé. Complètement.


Nobody care if I live or die...

HRP:
 

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Envoleuse
avatar

Nombre de messages : 861
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Mer 08 Juin 2016, 05:13

Kaünis


Quelqu’un parla ?
Ouais, le mec dit des trucs bizarres, avec des noms cheloux.
Elle s’en tamponnait. Avancer, elle devait avancer. Aller jusqu’à Al-Jeit. Là-bas, il y avait l’Empereur.  

Elle se fichait bien de ces mecs qui tentaient de la retenir. De celui qui venait de croiser son regard deux secondes. La vague de rage avait reflué, un instant, devant ce regard. Avant de revenir s’écraser contre chaque parcelle de son esprit quand il avait détourné les yeux.

- Syles ! Kaünis !

Elle ne se retourna pas. Apparemment, elle s’appelait Kaünis. C’était un bon début, mais elle avait quelque chose à faire. Ça pulsait dans sa poitrine. Ses jambes étaient en coton. Elle s’en fichait. Elle avançait, à grandes enjambées, déterminée, instopable.

Machine d’exécution.
Psychopathe en marche.

Krämur


Il n’y comprenait rien.
Ou alors, il comprenait un peu trop.
Le Rêveur avait dit d’assommer Kaünis, et Syles était devenu… Bizarre. Complètement à côté de ses pompes. Il l’avait laissée passer, alors qu’il aurait pu facilement l’avoir, lui donner un bon coup sur la tête. Comme ça, ils l’auraient remise dans un brancard et les Rêveurs auraient soigné un traumatisme crânien, non ?

Il ne savait pas, parce que le jeune homme venait de récupérer son cheval dans les écuries et s’en allait.
Comme ça ! Stupéfait qu’il abandonne aussi facilement la partie, Krämur prit une grande inspiration. Kaünis ne s’était pas arrêtée, elle détruisait tout sur son passage, et même une pellicule de givre la suivait à la trace sur le sol et dans l’herbe qu’elle foulait.
C’était quoi cette magie obscure ?

S’ébrouant – après tout, il n’avait aucune explication pour sa transformation en Brûleur – Krämur s’élança derrière Kaünis. Pour lui foutre un gnon mémorable.


* *


- C’est temporaire, à cause du choc, ça devrait bientôt revenir. Mais elle est vraiment… Le Rêveur sembla chercher son mot, et Krämur l’y aida.
- Folle. Dingue. Psychopathe ?
- Hum, vous le dites mieux que moi.
- Ça va vraiment revenir ?
- Nous en sommes à quatre-vingt-quinze pourcent sûrs, oui. Elle n’a aucun dommage au cerveau.

Krämur poussa un long soupir.
Bon, c’était déjà ça. A vrai dire, il n’avait pas vécu beaucoup de choses avec Kaünis, et il doutait que ça ait une quelconque importance pour elle.

Mais…
Syles, c’était autre chose.
Et étonnamment, c’était ça qui le mettait en détresse, lui.


Voïmakas


Une poêlée de champignons.
Avec du thym, un peu de niam, un peu de coriandre et du basilic, de l’ail et de l’oignon.
Ça sentait très bon, l’odeur du plat embaumait la maison entière. Hien ne serait pas rentrée avant encore plusieurs heures, mais Voïmakas savait qu’il n’y aurait plus qu’à réchauffer tout ça, se glisser sous le plaid dans le canapé devant la cheminée, et la soirée se passerait bien.

Pourtant, quelque chose titillait dangereusement sa conscience.
Était-ce à cause de son instinct ? Ou bien à cause de son fabuleux pouvoir ?
Et pourquoi soudain, l’image de sa fille s’imposait à lui ?

Fronçant les sourcils, le Mentaï s’approcha d’une fenêtre pour jeter un coup d’œil à l’extérieur. Est-ce que Kaünis arrivait ? Elle ne les avait pas prévenus, mais cela ne l’étonnait pas, elle ne disait pas souvent quand elle venait à la maison, quitte à la trouver vide. Alors ?

Le ciel fonçait doucement alors que le soleil se cachait derrière l’horizon.
Il resta encore une seconde à la vitre, avant de hausser les épaules pour arrêter le feu du diner. Malgré lui, il jeta un dernier coup d’œil à travers le carreau et cette fois, une silhouette à cheval attira son attention. Une silhouette qui n’était pas celle de Hien.
Fronçant les sourcils, le Mentaï observa le cavalier un instant…
Un instant, avant de reconnaître Syles.
Que faisait-il là ? Où était Kaünis ?
Son cœur fit une embardée dans sa poitrine et dans un réflexe, il tenta de contacter sa fille. Se heurta à un immense mur de rage et de froid. Etait-elle morte ? Il n’aurait pas pu sentir la rage si c’était le cas, non ?

Fébrile, le Mentaï rejoignit au pas de course la porte d’entrée de la maison et l’ouvrit devant un Syles qui semblait… éteint.
- Syles ? Que… ?
Il avait peur de poser la question.


Kaünis


L'amour c'est ce dont on rêve
L'amour c'est ce qui nous achève
L'amour comme la mer
Ça monte et repart en arrière
L'amour
Un jour nous brûle et nous glace
Nous caresse et nous menace
Souvent nous dépasse

- Kaünis ?
Un long gémissement plaintif s’échappa des lèvres fermées de la jeune femme alors qu’elle plaquait brutalement ses mains contre sa tête. Ça lançait, ça faisait mal.
Ça faisait mal bordel !
Incapable de prononcer un mot, ça résonnait partout, elle repoussa Krämur d’une pichenette sur l’épaule et ce dernier sembla retenir son souffle. Fronçant les sourcils, Kaünis redressa le menton et croisa son regard apeuré, mais soulagé. Quoi, qu’est-ce qu’il y avait encore ? Pourquoi il la regardait comme si elle revenait d’entre les morts ?

Elle avait été un peu esquintée, c’était tout.
On lui avait littéralement défoncé l’entrejambe, elle s’en souvenait bien hein ! Ça diffusait encore, d’ailleurs. Les genoux, ça allait. S’ébrouant, elle se passa une main dans les cheveux pour les rabattre en arrière.
- Qu’est-ce que tu fous là ? Où est Syles ?
- Tu me reconnais ?
- Tu me prends pour une quiche ou quoi ?
cracha-t-elle méchamment. Son estomac venait de se retourner, elle le sentait faire un énorme nœud dans son bide. Quelque chose clochait.
- Tu… as perdu la mémoire… Tu te souviens de ce que tu as fait ?
Elle poussa un soupir, voulut lui dire d’aller se faire foutre, qu’elle s’en tamponnait, mais soudain un très mauvais pressentiment la traversa de part en part et bloqua une boule dans sa gorge. Et dans son ventre.
- Où est Syles ? Sa voix s’était faite glaciale.
- Il est… parti… Tu étais incontrôlable.. dangereuse… Tu ne te souvenais de personne, de rien…

Se mordant la lèvre inférieure, Kaünis serra les dents. Elle baissa le menton, ses cheveux passant devant son visage. Krämur voulut s’approcher, mais la voix de l’Envoleuse claqua dans l’air, glaciale et implacable.
- Dégage. TOUT DE SUITE ! hurla-t-elle si brusquement qu’il en sursauta, frisonna et s’en alla.

Elle attendit que la porte ne claque pour observer ses mains. Ses bras. Ses paumes.
Se mit à sangloter sans pouvoir s’arrêter.
Syles

S'aimer
Mais tellement côte à côte
Se nouer pour ne jamais avoir à pleurer
S'aimer
Au point de ne plus pouvoir se quitter
De part et d'autre
Mais rester seulement côte à côte

L'amour c'est ce que l'on sème
L'amour c'est ce qui nous emmène
L'amour c'est ce qui nous tient
L'amour c'est ce qui nous atteint
L’amour ça libère et ça détruit
C'est une faille et un abri
Un silence aussi

Les larmes ne s’arrêtaient pas.
Au contraire, elles ne cessaient de prendre de l’ampleur. Comme une écoutille trop longtemps gardée fermée, impossible à manœuvrer, impossible à clore à nouveau.
Elle ne pouvait pas rester là, à rien faire.
Depuis combien de temps était-il parti ? Depuis combien de temps avait-il renoncé ?
Elle ne pouvait pas le laisser comme ça. Mais si elle lui courrait après, est-ce que cela ne serait pas infiniment égoïste ?
«  Arrête de faire ton égoïste »
Elle frémit sous le coup de la pensée, du souvenir, qui  heurta avec violence sa conscience.
Serrant les dents, elle ne pouvait plus compter les larmes, devenu flot continu.
Tant pis si c’était égoïste.
Elle devait le retrouver.

Se levant brusquement, elle sentit le sol tanguer un instant, se rattrapa à un pied du lit. Dans un soupir tremblant, elle ouvrit la porte et passa devant Krämur qui attendait de l’autre côté. Lui, il était encore plus têtu qu’elle. Elle ne lui dit rien, et il capta sans aucun doute les larmes sur ses joues. Ça traçait des sillons dans la poussière accumulée sur sa peau. Elle ne prenait même pas la peine de les essuyer.

Détresse.
Détermination.


* *


Où est-ce qu’il avait pu aller ?
Où pouvait-elle le trouver ?

Alors qu’elle chevauchait, elle ferma les yeux.
Prit la direction de la maison.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 673
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Mer 08 Juin 2016, 05:33

Le jeune homme chevauchait la tête pendante, il n'avait rien avaler depuis son départ de la confrérie, n'avait rien but, se laissait d'une certaine façon mourir à petit feu.

Quand la porte de la maison s'ouvrit sur un Voïmakas qui semblait paniqué, et pour une bonne raison, le garçon eu le réflexe de descendre...

Voulu avoir le réflexe de descendre.

Ne réussit qu'à s'écraser sur le sol lourdement, ses pieds et ses jambes de dérobant sous son poids alors qu'il tombait à genoux devant le père de Kaünis, parla d'une voix éteinte en fixant la poussière.


Partie...

Elle est partie... Plus rien, Gil, toi, Hien, Krämur, le domaine, cet endroit...

Moi...

Ma faute, rien fait, aurait dut faire quelque chose, rien fait, ma faute...

Ma faute, plus rien, partit, détruit, rien, noir, punition, ma faute, rien...


Les mots coulaient sans même être placés en phrases alors qu'il sanglotait sur place, prenant ses jambes entre ses mains, emplit de désespoir et d'impuissance, le frontalier ne captait même plus le fait que ce qui sortait de sa bouche ne faisait aucun sens, des dizaines de mots sortant de sa bouche entre coupés du mot ''rien'' et des mots ''Ma faute'' à tout bout de champs, puis une liste de noms ou d'endroits, voir même des événements décris en quelques mots sans liens comme ''Faël, gelé, ma faute, arbre, rien, gelé, Faël, Gillian, partit, ma faute, plus rien...'' puis il revenait à nommé autre chose, comme s'il ne voyait plus rien et ne pensait plus à rien, il ne savait même plus s'il avait bouger depuis son arrivé, il attendait seulement que l'homme ne fasse un pas sur le côté, constate l'état de sa fille et revienne en finir avec l'imbécile qui était responsable.

Il était mort à l'intérieur, plus que brisé, ne cessait de s'excuser à un fantôme de Kaünis qu'il savait imaginaire, se balançant sur ses pieds en position fœtale, le cerveau en gelé fondue...

C'était sa faute, il n'avait rien fait, l'avait abandonné, il aurait dut être là pour elle, l'aider, n'avait rien fait, aurait pu au moins tenter un truc, n'avait rien fait, peut être qu'il aurait put réduire les dommages, n'avait rien fait...

Sa faute...


Hello darkness, my old friend,
I've come to talk with you again...

Because a vision softly creeping,
Left its seeds while I was sleeping...

And the vision that was planted in my brain,
Still remains within the sound of silence...

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Envoleuse
avatar

Nombre de messages : 861
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Mer 08 Juin 2016, 05:49

Voïmakas


Le Mentaï frémit en voyant Syles s’étaler de tout son long en descendant de cheval. Il avait les joues creusées, le teint blanc, des cernes d’un violet soutenu sous les yeux. Il faisait peur à voir, et la gorge de Voïmakas se serra d’autant plus alors qu’il commençait à parler.

Ce qu’il disait n’avait aucun sens. Cela ne constituait même pas de phrase, juste une succession de mots, d’expression, de culpabilisation, de rien. D’une détresse si profonde que le Mentaï ne put faire qu’une seule chose.
Il le prit dans ses bras.
Il le prit dans ses bras, l’enroula dans son étreinte, se laissa glisser sur le sol pour serrer ce jeune homme plus fort contre lui. Ce n’était pas sa faute, et cela ne serait jamais sa faute. Kaünis n’en avait toujours fait qu’à sa tête.

Il pleurait, et le Mentaï pleurait avec lui, se contentant de le serrer fort.
Devant la maison, il berça l’Envoleur avec une infinie douceur. Une infinie tendresse.
Comme un fils.

Et puis, soudain, le tambourinement d’un galop.


Kaünis


Voyage galopait à bride abattue depuis des heures. Même plus que ça.
La jument était bien moins faite pour la vitesse qu’Eldelweiss, mais l’Envoleuse avait vu que les traces de sabot allaient au pas, et s’était empressée de les suivre à toute allure.
Elle se fichait bien de savoir que Krämur la talonnait de près.

Alors, quand la maison apparut dans son champ de vision, alors que le soleil disparaissait presque derrière l’horizon, elle vit ce petit truc devant la porte.
Ce petit truc, devant un cheval.
Ce petit truc, qui était en fait deux humains.

Son père.
Et Syles.

Lâchant ses guides, elle talonna Voyage qui ne parvint même pas à accélérer, se contentant de tomber dans un trot déséquilibré tellement elle était épuisée. Tant pis.
Kaünis sauta de sa jument en marche, s’écrasa sur le sol, se fit mal au genou.
Elle s’en fichait. Elle tenta de se rattraper en faisant des tourniquets avec ses bras, parvint à donner une impulsion vers le haut pour pouvoir courir, s’écroula hors de souffle à un mètre de son père.
De Syles.

- Syles ! Elle hurla, le saisit par les épaules, le retourna pour qu’il la voie, qu’il puisse voir qu’elle était là. Elle le secoua, alors que les larmes avaient recommencé à couler sur ses joues, alors que sa bouche en était envahie, alors qu’elle pleurait elle aussi toutes les larmes qui avaient tant été retenues – dont elle ne soupçonnait juste pas l’existence. Syles ! Je t’aime putain ! Je t’aime !!!! Elle avait saisi son visage entre ses mains, posé son front contre le sien, crié encore.
Elle ne savait pas quoi faire de plus.
Alors, elle l’embrassa, écrasant ses lèvres sur les siennes. Attrapant un peu de ses larmes et y mêlant les siennes.
Non, elle ne voulait pas le perdre.
Elle était là putain !

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 673
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Mer 08 Juin 2016, 06:27

C'était si réel, il la voyait, la sentait, avait même l'impression de la toucher, de sentir son front contre le sien, de l'entendre lui crier qu'elle l'aimait, puis de l'embrasser, avait l'impression de sentir sa langue et sa salive...

Les larmes redoublèrent sur le visage du jeune homme qui se laissa enfin choir de tout son poids, ne retenant plus rien.

Il l'avait trahie, n'avait rien fait, tout était sa faute, tout ça, le fait qu'il ne reverrait probablement plus jamais son visage hors de ses délires éveillés, n'entendrait plus sa voix, n'aurait plus son odeur plein le nez, ne pourrait plus prendre part à ses plans si spéciaux, uniques.

Il l'avait tuée, lui qui avait toujours dit qu'elle était une grande flamme noire de chaos, il l'avait éteinte, l'avait abandonner. Pire encore, même en ce moment il n'avait pas la force d'au moins aller au palais chercher son corps pour l'enterrer avec des funérailles dignes de Kaünis Gil'Ozh, de belles funérailles avec un énorme brasier qu'on aurait vu à des centaines de kilomètres...

Brasier où il aurait brûler son manteau, car si l'emblème qui en couvrait le dos était le sien, il en avait aussi fait celui de Kaünis dans son crâne, sans elle tout ça ne voulait plus rien dire, les envoleurs, la citadelle, l'empereur, les lames noires, son père...

Plus rien n'avait d'importance, elle avait été, depuis qu'il l'avait rencontrer, la flamme qui fournissait la lumière noire de son âme qui s'éteignait à présent. Sa vision le quittait peu à peu, en partie à cause de larmes l'embrouillant et de la mal-nutrition de son corps, puisqu'il se refusait d'avaler quoi que ce soit, il avait sentit qu'on lui déposait un liquide chaud dans la bouche, ça avait la texture de flocons d'avoine bouillis ou un truc du genre, mais il n'avait plus la force d'avaler, il voulait mourir.

Elle n'était plus là et c'était sa faute. Gil ne la verrait plus jamais, Hien et Voïmakas non plus, le brûleur non plus, il avait oublié son nom, tient...

Pourquoi s'occupaient-on de lui? Il aurait été si simple de le laisser mourir avec son délire, sa Kaünis fantôme qu'il voyait encore, il en aurait bien pleurer mais il en avait perdu la capacité, ses yeux le faisait souffrir et ses lèvres avaient craquer la dernière fois qu'on lui avait déposer de l'eau dessus, mais il s'en foutait, il était mieux comme ça, si sa vie s'éteignait, il ne se sentirait plus seul, n'aurait plus à endurer la solitude d'un monde sans elle.

Peut-être que Gil viendrait le tuer tient, ça lui aurait fait du bien à lui, et peut-être à son ancien maître aussi...

Pourtant ce fut quelqu'un d'autre qui passa la porte au bout de quelques jours...

Ce fut Lynx.

Une autre illusion, il le savait, mais l'être de noirceur vint s'installer droit devant lui pour l'invectiver, stoppant son délire de fantôme, à ses côtés, à qui il s'excusait sans cesse le temps d'une conversation avec son monstre.


Alors ça y est, t'abandonne?

Si t'as rien contre, je pourrais prendre le contrôle, moi, t'englober pour de bon tient, te bouffe au p'tit déj! Et, la nuit, je me ferais Kaünis, tient...


...Elle est partie, morte, Kaünis n'existe plus...

Ça c'est ce que tu dis, moi je te dis que je vais prendre le contrôle et aller me la faire, dommage qu'elle ne puisse pas avoir d'enfants, sinon je la transformerais bien en petite salope porteuse...

ENFOIRÉ!

Sa gorge finit de s'arracher alors qu'il criait en sautant sur l'illusion, agrippant un truc au passage, une chaise ou un truc du genre, comme s'il s'agissait du corps de son monstre interne pour le frapper, ses poings saignaient alors qu'il frappait l'objet, tâchant probablement le plancher du sang en question pendant qu'il s'acharnait sur son monstre qu'il ne réussissait pas à toucher, ce monstre qui riait de lui, continuait d'insulter Kaünis, sa Kaünis, celle qu'il avait aimer, qu'il aimait toujours à en perdre la tête, tellement qu'il se l'imaginait encore le retenant, tentant de l'arrêter de s’abîmer les poings sur le bois, le tirant vers le lit, le touchant...


Le touchant..?


Il tomba dans le lit en fixant ses poings, des taches noires dansaient dans ses yeux, l'empêchait de voir, il avait l'impression d'être aveugle...

Sa main affaiblit par son jeun repoussa un truc, un bras, de façon molle, il roula hors du lit, tomba par terre et se releva en continuant de repousser ce truc de chair et d'os qui tentait de l'aider ou de lui nuire, il ne savait plus, alors qu'il cherchait à tâtons sur la table de chevet, trouva enfin ce qu'il voulait...

Attrapa le bol de nourriture de sa main molle et s’efforça d'en avaler le contenu en retenant un gémissement de douleur à l'intrus dans sa gorge.

Avait envie de se coucher, de continuer à se laisser mourir, aurait probablement dut se reposer...

Usa du peu de forces qu'il avait pour ressentir la position de sa lame avec sa greffe et la prendre, seulement la droite, pour la traîner dehors en se bandant au passage les yeux et les oreilles.

Il voyait des hallucinations, entendait des fantômes, il n'avait qu'une solution...

Tout bloquer.

Tout bloquer et s'entraîner.

Another mission,
The powers have called me away

Another time to carry the colors again
My motivation,
An oath I've sworn to defend

To win the honor of coming back home again
No explanation will matter after we begin

Unlock the dark destroyer that's buried within
My true vocation, and now my unfortunate friend

You will discover a war you're unable to win...

S'entraîner pour une dernière mission. Aller chercher Kaünis. Au palais s'il le fallait, en enfer s'il le devait. Lorsqu'il eu finit son entraînement, sentant l'air frais de la nuit dans son cou meurtri par l'effort soudain demandé, il entra dans la maison, tentant de se guider sans retirer ses bandeaux, avait l'impression d'être guider par Kaünis bien qu'il heurta quelques objets, reconnut bientôt l'odeur de Voïmakas - Depuis quand connaissait-il son odeur, d'ailleurs? - qui lui tendait un plat dont il avala le contenu en tentant de le remercier, ne réussissant qu'à gémir de douleur, puis monta les escaliers...

Se demanda un instant où il se dirigeait comme ça.

Entra dans la chambre de Kaünis pour s'y coucher.

Il devait devenir plus fort que jamais, plus rapide, meilleurs, puis il enlèverait les bandeaux. Alors seulement il serait digne d'enfin accorder à celle qui occupait toute ses pensées un repos final comme elle le méritait...

Même elle n'aurait pas pu survivre en infiltrant le palais, perdue comme elle avait été...

Et lui, il le ferait payer chèrement à l'empereur.


I'll have you know,
That I've become...

Indestructible

Determination that is incorruptible

From the other side, a terror to behold
Annihilation will be unavoidable

Every broken enemy will know
That their opponent had to be invincible

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Envoleuse
avatar

Nombre de messages : 861
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Mer 08 Juin 2016, 07:27

Pas de réaction.
Ou alors trop infime, insignifiante.
Désespérée, Kaünis pressa un peu plus ses lèvres, tenta de le supporter quand il s’effondra sur elle. Qu’est-ce qu’elle avait fait, bordel ? Terrassée par la détresse, elle ne pouvait rien faire d’autre que de le serrer contre elle. Elle ne pouvait plus le lâcher, plus s’en séparer.
- Ne me touchez pas ! hurla-t-elle à l’intention des mains qui tentèrent de la soutenir, de la lever, de lui prendre l’homme de sa vie.
L’homme de sa vie, putain de bordel de merde !
- Kaünis, lâche-le !
- NOON !
Elle se recroquevilla sur elle-même, s’agrippant de toutes ses forces au corps de Syles.
Elle pleurait. Sanglotait, de tout son corps sans force, sans équilibre, sans rien. Qu’une infinie faiblesse.
Qu’elle était conne ! Elle le perdait, et elle ne savait pas quoi faire. Quoi faire de plus !


* *


Un truc chaud sur ses lèvres la réveilla, et elle recracha absolument toute la bouillie immonde qu’on tenta de lui faire bouffer. Ah non, on ne lui donnerait pas la becquetée !
- Il faut que tu manges…
- Laisse-moi tranquille !
- Kaünis, mange !

Elle serra les dents. Non, elle ne voulait pas manger ! Se redressant, elle jeta un coup d’œil vers Syles. On les avait allongés sur le lit dans la chambre d’amis, au rez-de-chaussée mais Kaünis fronça les sourcils quand elle vit l’Envoleur se redresser brusquement en hurlant.

- ENFOIRÉ !
Elle ne sursauta pas, se contenta de regarder Syles détruire une chaise à coup de poings, se blessant au passage.
Incapable de l’arrêter.
Incapable de cesser de sangloter.
Elle se redressa quand Krämur voulut s’approcher de l’Envoleur, le repoussant d’un coup d’épaule, et posa sa main sur celle de Syles. Ça sembla le calmer suffisamment pour qu’il s’effondre dans le lit, et qu’il décide de manger un truc.

Mais il ne la voyait pas.
Il ne la voyait plus.
Elle pleurait encore.


Moi je veux tout et son contraire
Ton regard sombre et tes yeux clairs
Ton cinéma, tes airs sincères
Être avec toi libre comme l'air
Libre comme l'air


Il était dehors, et elle était dedans.
Avachie, refermée sur elle-même, les cheveux emmêlés, le menton sur les genoux.
Elle ne mangeait pas. Elle le regardait s’entraîner.
Elle était incapable de faire ça. De ne pas s’effondrer.
Il aurait fallu qu’elle le réconforte, qu’elle lui remette les idées en place.
Mais ça faisait trop mal. C’était trop douloureux.

Une silhouette se positionna pile dans l’axe duquel elle observait Syles dehors. Levant les yeux, elle trouva le visage de son père fermé, irradiant d’autorité. Elle ne put s’empêcher de grimacer. Elle n’avait pas envie de remontrances.
- Il faut que tu lui parles.
- Il m’écoute pas. Il m’entend pas. Il sait pas que c’est moi.
- Surprends-le.
L’ordre fit s’ébrouer Kaünis, qui secoua la tête.
- Ça marchera pas.
- On s’en fout. Essaye.

Elle serra les dents une seconde, défia son paternel du regard…
Avant de repousser la couette sous laquelle elle était enfouie avec brutalité et de bondir sur ses pieds. Elle se dirigea avec détermination dehors, arrivant vers Syles par derrière lui.

Toqua trois fois sur son épaule.
Son poing fusa vers son visage.

Je veux être ici et ailleurs
Au bout du monde et dans ton cœur
Je veux être ici et là-bas
Traverser le fleuve avec toi.
Toi tu es tout et mon contraire
Mon paradis et mon enfer
Mon oxygène, mon courant d'air

Il voulait s’entraîner ? Elle allait lui donner du fil à tordre. Et à retordre.
Ça ne le surprenait pas. Alors, elle plongea, glissa, gela une cheville, tourbillonna, frappa.
Encore et encore.
Jusqu’à ce que le monde ne soit plus que brouillé. A travers un écran opaque. L’écran opaque de ses larmes.

Alors, elle lui sauta dessus, le fit basculer dans la terre, heurtant violemment le sol.
Écrasa son corps sur lui, mordant la peau fine de son cou, le tirant contre son palais dans un suçon, glissant ses mains dans ses cheveux… Tira sur sa tignasse si fort qu’elle lui tira un gémissement de douleur.
Gémissement qu’elle emprisonna dans sa bouche.
Murmure.
- Je. Suis. Réelle. Elle s’assit sur sa poitrine, le bloquant sous son poids, continuant à l’obliger de l’embrasser.

- Kaünis ! T’es pas en état pour ça ! La voix de Krämur claqua dans l’air, et elle frémit. Ça quoi ? Si elle lui faisait une partie de baise… Non…
Se détachant brusquement de lui, elle le laissa pantelan sur le sol alors que Krämur la redressait en lui attrapant le bras.
- Lâche-moi !
- Non, il faut que tu manges !
- Laisse-moi je te dis !
hurla-t-elle vivement, mais cela ne surprit pas le jeune homme qui ne la lâcha pas. Grognant, elle observa Syles qui se relevait…

Il retournait vers la maison.
Elle n’existait plus.


Mon âme sœur mon adversaire
Dans ma folie ma passagère
Mon amour, mon "un seul exemplaire"


Il s’était installé dans sa chambre. Pourquoi s’était-il mis là ?
Le cœur et la gorge serrée, Kaünis s’était arrêtée dans l’embrasure de la porte. Elle le regardait dormir. Un petit soupir désespéré passa ses lèvres alors que de nouvelles larmes perlaient au coin de ses yeux.
Passant la porte, elle la referma dans bruit derrière elle.

Tout le monde dormait. Krämur était dans la chambre d’ami, son père dans sa chambre. Il prenait soin de Syles à sa façon, lui faisait à manger, et ne cessait de l’obliger, elle, à réparer les dégâts. Elle ne savait juste pas comment faire…

S’avançant silencieusement vers le lit, elle s’assit sur le bord du matelas. Ses doigts glissèrent dans les cheveux de Syles, qui avait poussé. Se penchant légèrement en avant, elle déposa un baiser sur la tempe de l’Envoleur.
- Je suis désolée. Je t’aime, Syles.
Dans un soupir tremblant, elle le repoussa un peu pour s’installer contre lui dans le lit, se blottissant dans sa chaleur, s’entourant de son odeur.
Eclata en sanglots contre son torse, inondant sa peau de larmes salées, recroquevillée sur elle-même mais étroitement pressée contre son corps.
- Je t’aime, je t’aime, je t’aime, je t’aime… Je suis là. Je t’en prie, Syles, je suis là.
Son ton, suppliant, était loin de sa verve habituelle. Elle se sentait minable, nulle, toute petite. Inutile. Incapable de sauver celui qu’elle aimait, incapable de lui faire comprendre qu’elle était là.
Est-ce qu’il était réveillé ? Est-ce qu’il l’entendait, à défaut de l’écouter ?
Elle releva légèrement le menton pour déposer une pluie de baisers sur l’angle de sa mâchoire.
- Tu veux bien qu’on fasse l’amour ? Tu veux que je te fasse l’amour ?
La tendresse pour effacer le désespoir.
Elle ferma les yeux.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 673
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Mer 08 Juin 2016, 16:29

No...

You'll never be alone.

When darkness comes I'll light the night with stars,
Hear the whispers in the dark.

No...

Murmure dans son sommeil alors qu'il s'imaginait encore l'entendre, ne pouvait même plus dormir sans que ce fantôme ne le hante.

Se retourna vers ce fantôme, son fantôme, pour le prendre dans ses bras et tant pis si ce n'était qu'une hallucination. Murmure destiné à elle, si elle était toujours en vie quelque part...


Attends moi...

Je deviendrais plus fort je...

Je trouverais le moyen de te ramener, je sais pas comment, mais je le ferais...

Et je ferais bouffer sa culotte à l'empereur.


Murmure sanglotant alors qu'il pleurait contre cette hallucination si douce, si... réelle.

I will be the one that's gonna find you,
I will be the one that's gonna guide you...

My love is
A burning, consuming fire.

Combien de temps? Il avait l'impression que ça ne faisait qu'un jour, mais il savait que ça faisait plus longtemps, sentait de plus en plus souvent ce fantôme de Kaünis le joindre dans ses entraînements aveugles et sourds, la sentait toujours avec lui, dans le lit...

Il l'avait même ''nourrit''... C'était fou, il avait eu l'impression d'entendre son ventre gronder, il avait du tacher les draps, voir le sol, avec le bol quand il l'avait lâcher entre les mains de son illusion, mais il s'en foutait...

Il n'était pas encore prêt à laisser cette hallucination partir. N'était pas encore assez fort, assez rapide, assez doué...


You'll never be alone

When darkness comes you know I'm never far,
Hear the whispers in the dark...

Whispers in the dark.

Le frontalier donne un coup d'épée qui vola hors de sa main en frappa celle de son adversaire invisible, qui lâcha aussi la sienne, puis sauta sur le côté pour échapper à une charge qu'il avait vu venir sans la voir, il parlait à peine, sauf à Kaünis le soir, et il savait que quand il retirerait ses bandeaux pour la première fois, la lumière et les sons l'étourdirais...

Mais il n'en serait que plus fort. Il mangeait désormais avec Voïmakas, Krämur et Kaünis, bon, personne ne lui disait d'arrêter de parler au fantôme, ce qui était bien, ils tentaient même parfois de faire comme si elle était vraiment là...

L'envoleur avait même réussit à faire la cuisine à l'aveugle, devenait de plus en plus habile bien qu'il doutait de plus en plus de ses sens, ne trouvant aucune taches des plats qu'il avait lâcher entre les mains de Kaünis et récupérant des assiettes vides à la fin des repas...

La soirée se passa comme d'habitude, il monta à la chambre de Kaünis, enleva ses chaussures, eu l'impression qu'elle entrait dans la chambre et retira son bandeaux lui bloquant les oreilles pour lui parler doucement, revoyant encore ses plans pour aller la chercher, au palais, et pour faire payer ça à l'empereur, l'entendit encore lui dire qu'il n'avait pas à chercher, qu'elle était là...

La prit encore dans ses bras pour s'excuser en pleurant avec elle.


Despite the lies that you're making,
Your love is mine for the taking.

My love is
Just waiting
To turn your tears to roses...

Le matin... Le jeune homme se leva à moitié, pris une inspiration et, malgré le bruit assourdissant des oiseaux, dehors, il ne remit pas son bandeau, trouvait qu'il avait déjà un peu abuser... Il était prêt.

Retira son bandeau l'aveuglant, tourna la tête en gémissant devant la lumière qui frappait ses paupières si fortement, se força à ouvrir les yeux au travers de ses larmes de douleur à cause de la lumière...

Se gela sur place en voyant une jeune femme, envoleuse chaotique comme pas deux, le regarder avec des grands yeux pleins d'eau qu'il ne connaissait que trop bien, lui toucher le visage comme si elle admirait son visage enfin sans obstructions après tout ce temps...

Marmonna trois mots interrogateur en retenant son souffle, espoir stupide, espoir fou...


Kaü... Kaünis... C'est toi..?

No...

I'll never be alone
When darkness comes you'll light the night with stars

Heard the whispers in the dark...

No

I'll never be alone
When darkness comes I know you're never far

Heard the whispers in the dark...

Your whispers in the dark.

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Envoleuse
avatar

Nombre de messages : 861
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Mer 08 Juin 2016, 18:35

- Attends-moi...  Je deviendrai plus fort je... Je trouverai le moyen de te ramener, je sais pas comment, mais je le ferai... Et je ferai bouffer sa culotte à l'empereur.
Kaünis avait retenu son souffle. Quelques secondes.
Avant de sentir son menton trembler sous le coup des émotions, des larmes. Ce n’était pas vraiment à elle qu’il parlait.

Elle n’existait toujours pas.


* *


Elle n’existait pas pour lui, mais il se nourrissait, il s’entraînait, et physiquement il allait bien. L’Envoleur ne se laissait plus dépérir, au contraire, et si ça la rassurait, c’était aussi étonnamment douloureux pour elle. Elle avait compris qu’il nourrissait une sorte d’esprit de vengeance, il n’enlevait pas le bandeau sur ses yeux. Ses yeux lui manquaient.
Des fois, elle avait l’impression qu’il lui parlait vraiment. Mais elle se rendait bien compte qu’il était toujours persuadé qu’elle n’était qu’une illusion.
Irréelle.
Elle n’avait plus envie de rien. Les seuls moments où son moral remontait un peu, c’était lors de leurs sessions de combat, auxquelles s’était joint Krämur au bout de quelques jours.

Le temps passait, ils s’amélioraient. Tous.
Elle avait voulu lui enlever son bandeau, lui montrer qu’elle était là.
Ça n’avait pas marché.
Elle ne savait plus quoi faire, et petit à petit, une tristesse désespérée mais résignée s’empara de chacune de ses émotions, glaçant toute la chaleur de ces dernières, gelant les sensations de son corps, gelant tout ce qu’elle était.

Boule ténébreuse et glacée bloquée dans sa gorge.
Coque rigide entourant son âme.
C’était peut-être un réflexe de survie, mais elle n’était plus vraiment elle-même. Juste une ombre, juste un écho. Parce que tous les soirs, elle pleurait. Parce qu’elle était incapable de faire quoi que ce soit de plus. Résolue et résignée, elle avait décidé de continuer à être près de Syles. S’il devenait fou, elle pouvait devenir folle pour lui. Elle était déjà folle à la base.

Elle ne mangeait que très peu, ça inquiétait son père car elle avait toujours eu un appétit d’ogre. Sa mère était rentrée quelques jours, entre temps, mais n’avait pas posé de questions. Peut-être que c’était le Mentaï qui lui avait expliqué, mais elle s’en fichait. Elle ne voulait pas avoir à faire à sa mère. Elle ne voulait pas lui parler.
Krämur s’accrochait aussi. Elle ne comprenait pas pourquoi, mais il restait là. Si elle avait pu parler avec lui, écouter leur conversation, entre lui et son père, elle aurait compris qu’il n’avait nulle part où aller. Qu’il n’avait envie d’aller nulle part. Alors il était là, et elle le voyait participer aux tâches de la maison. Faire à manger quand Voïmakas ne le faisait pas, ou quand Syles n’avait pas décidé de le faire.

Elle n’avait déjà pas beaucoup de gras à la base, mais elle s’amincit encore plus.
Elle s’en fichait. Ce qu’elle voulait, c’était Syles.
Elle se rendait compte que même s’il allait bien, elle ne pouvait pas se réjouir pour lui. Elle ne pouvait pas croire qu’il irait mieux. Parce qu’elle était là, putain ! Elle était réelle et lui il la prenait pour une illusion ! Parce qu’il courrait derrière une Kaünis qui n’existait pas. Qui n’existait plus !


* *


C’était de pire en pire.
Chaque jour un peu plus, alors que Syles continuait de s’entraîner, alors qu’il venait manger à table. Il existait, avec la certitude qu’elle n’existait pas.
Elle ne terminait toujours pas ses assiettes. A chaque fois que quelqu’un l’effleurait, elle éclatait en sanglots. Combien de fois son père l’avait-il prise dans ses bras pour tenter de la réconforter ? Combien de fois Krämur avait-il fait de même ?

Et combien de fois, Syles, le soir, avait-il fait de même sans se douter que c’était un vrai corps, qu’il serrait ?

Le désespoir s’allongeait. Devenait glacial. Dans sa tête, tout n’était plus que détruit. Gelé. Désolé.
Terre grise, blanche et noire, givré, aux courants d’air si froids qu’aucune rage n’était capable d’y résister suffisamment longtemps pour grossir un peu.

Depuis combien de temps étaient-ils tous arrivés à la maison, à Choke-Al ?
Elle s’en fichait, mais quand elle regardait le papier calendaire dans la cuisine, ça faisait presque un mois.

Un mois de désespoir. Un mois de sanglots. Un mois de rien.

Et tout ça, c’était sa faute.


* *


Blottie en chien de fusil contre le ventre de Syles, Kaünis était réveillée depuis que le soleil était levé, quelques heures plus tôt. Elle n’avait pas envie de se lever, pas envie de bouger, pas envie de vivre comme ça.
Quelques larmes perlèrent à ses yeux et elle tenta de les étouffer dans l’oreiller, quand elle sentit Syles se réveiller dans son dos.

Parfaitement immobile, le souffle court, elle se tourna sur le dos alors que le jeune homme se redressait dans le lit.
Quand elle le vit monter ses doigts à la hauteur de son bandeau, elle fronça les sourcils. Avant de retenir son souffle. Il l’enlevait ? L’espoir fit palpiter son cœur une folle seconde.

Mais il garda les yeux fermés plusieurs secondes, et l’espoir s’éteignit dans l’œuf…

Ramenant ses jambes contre sa poitrine, s’asseyant dans le lit, Kaünis se mordit le genou pour tenter de contenir une nouvelle vague de sanglots. Comment pouvait-elle autant pleurer ? Les larmes d’un corps étaient donc infinies ? Les seules fois où c’était arrivé, avant, ça finissait par se tarir, mais là c’était comme si la réserve était sans fond. Comme si elle pouvait éliminer toute l’eau de son corps par des larmes.
Elle avait fermé les yeux, résolue. Recroquevillée sur elle-même. Les larmes traçaient des sillons d’acide sur ses joues, ses yeux étaient rougis et boursoufflés de pleurer autant, tous les jours, depuis si longtemps.

- Kaü… Kaünis… C’est toi ?
Et voilà, il s’accrochait encore à son illusion. Papillonnant des paupières pour tenter de dégager les résidus d’eau dans ses yeux, elle ouvrit les yeux pour regarder Syles.

Pour voir ses yeux.
Ses yeux, qui la regardaient, elle.
Et l’étincelle, au fond, folie espérante, inespérée. Presque résolue, elle aussi.

Il la regardait.
Dégageant très lentement son menton de ses genoux, levant ses yeux vers lui, les lèvres pincées, les joues humides, Kaünis voulut parler, mais sa voix était trop rauque, sa gorge trop sèche comparée à ses yeux.
- Je suis réelle, putain. Je suis réelle Syles ! C’était tout ce qu’elle pouvait dire. Ce qu’elle répétait depuis des semaines. Je t’aime…
Elle baissa le menton. Une seconde.
Avant de basculer en avant pour prendre appui sur ses orteils et attraper Syles par le cou, s’y accrocher désespérément et tenter encore une fois – ça serait la dernière, s’il ne répondait pas… –  de l’embrasser.

Je t'ai perdu,
Depuis je n'm'aime plus,
Depuis j'en suis sûr,
Je peux fermer la blessure

Je te vends mon âme, fais de moi ce que tu veux,
En retour donne-moi la chance d'être mieux

Je te vends mon âme, prends ma vie et mon paysage,
En échange je veux voler ton visage

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 673
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Mer 08 Juin 2016, 19:00

Une partie de lui voulu continuer de croire qu'elle n'était qu'illusion, qu'il l'avait bien perdue, qu'elle ne reviendrait jamais, que son esprit, épuisé, malade, avait enfin craqué, qu'il était devenu fou une bonne fois pour toutes...

Qu'il était brisé, en morceaux...

Mais il l'avait toujours un peu été, non?


Ou hearts, our hearts,
They are beating in the dark,
'Cause we are we are...

We are made from broken parts.

Ses lèvres le touchant firent exploser cette partie de lui alors qu'il l'attrapait pas les épaules, la serrant contre lui, l'embrassant comme jamais, insufflant tout ce qu'il avait d'énergie dans ce simple baiser.

Parce que plus que n'importe quoi, plus que l'illusion, plus que la folie, il connaissait ces lèvres là, leur louait un culte... Et les larmes qui coulèrent sur ses joues cette fois avaient un goût différent, une origine sucré, une texture douce comme la rosé...

C'était des larmes de joie pour l'avoir retrouver.


Hey, hey, hey,
Everyday when I wake...

I'm trying to get up,
they're knocking me down,

Chewing me up,
Spitting me out.

Hey, hey, hey,

When I need to be saved...

You're making me strong,
You're making me stand,
Never will fall,
Never will end...

Shot like a rocket up into the sky,

Nothing could stop me tonight.

Quand il laissa enfin ses lèvres, il la serra dans ses bras. Fort. Pour finir de dissiper les goûtes de doute qu'il lui restait, immergea son nez dans son cou, dans son odeur.

Elle n'était pas partit, elle n'était pas morte, elle était là. Il n'en revenait toujours pas, avait envie de danser, de crier sa joie sur les toits, de remercier Merwyn, les Ts'liches, peut importait, n'importe qui, n'importe quoi, de l'avoir ramenée à lui.

Se contenta de s'écraser sur le lit avec elle pour l'embrasser de nouveau et murmurer à son oreille quatre petits mots pendant que, dans son torse, quelque chose sa ranimait, revenait.

Le goût de vivre? Son âme elle même? Il ne savait pas, mais il n'avait plus peur de rien, n'avait plus d'autre préoccupations que cette joie intense de l'avoir retrouver...

Son murmure ne fut que pour ses oreilles à elle alors qu'il posait sa tête sur son épaule gauche en continuant de la serrer contre lui et qu'il reconnut cette sensation...

Il se sentait indestructible...

Était invincible.


Je t'aime tellement...

Shot like a rocket up into the sky,
Not gonna stop,

Invincible

You make me feel invincible,
Earthquake, powerful.

Just like a tidal wave,
You make me brave

You're my titanium,
Fight song, raising up...

...Like a roar of victory in a stadium.

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Envoleuse
avatar

Nombre de messages : 861
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Mer 08 Juin 2016, 20:37

Elle pressait ses lèvres sur les siennes.
Désespérément.
Elle avait tellement envie qu’il réponde à son baiser. Qu’il y réponde pour de vrai. Elle n’avait plus que ça à lui donner, à lui offrir. Que pouvait-elle faire d’autre ? Donner de plus ? Elle se sentait vide de l’intérieur, juste cette immense tristesse, cette infinie détresse qui transparaissait dans la manière dont ses lèvres se mouvaient contre celles de Syles.

Quand elle sentit des larmes froides glisser sur son menton, l’Envoleuse osa entrouvrir les yeux.
Il pleurait encore. Larmes qui glissaient sur ses joues, qu’elle avait envie de laper, mais que finalement elle ne s’en sentait pas la force. Ni le courage. Est-ce que ça changerait quelque chose, au fond ? Elle ne savait pas, elle ne savait plus. Elle n’était plus certaine de vouloir savoir….

Il la serrait, mais n’était-ce pas comme tous ces autres soirs, même si c’était le matin ? Même s’il avait les yeux ouverts ? Même s’il la regardait enfin ? Et qu’il répondait à son baiser ? Comme un ultime réflexe, comme…

Elle fut déséquilibrée par le poids de Syles, qui l’écrasa contre le matelas en lui coupant le souffle.
Elle tressaillit quand elle sentit son nez dans son cou, son souffle contre son oreille.
Tressaillit quand il l’embrassa de nouveau.

Frémit quand il posa sa tête sur son épaule.
Frissonna quand il parla enfin. Murmure au creux de son oreille.
- Je t’aime tellement…
- Oh, Syles…

Elle éclata en sanglots, encore. Il était vraiment là ?
L’entourant de ses bras, elle le pressa contre elle, contre son torse, contre sa poitrine. Pour le sentir respirer juste là, pour juste profiter de cet éclat de lucidité.

Est-ce que ça allait durer ?
Elle ne savait pas.
Juste le sentir contre elle.
Juste ça.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 673
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Jeu 09 Juin 2016, 04:14

Je croyais...

J'étais sûr de t'avoir perdue, pour de bon...


La serré contre lui pour que ce moment ne finisse jamais, pour être sûr qu'elle existe...

Pour la lâcher un instant en essuyant ses yeux à lui pour ensuite essuyer les siens à elle... Et la regarder un bon coup.


T'es maigre... Faut que tu mange un truc, on a toujours pas vu si l'empereur portait des culottes...

Mais d'abord...


Il l'embrassa de nouveau et laissa sa main glisser le long de son cou, puis de sa poitrine pour la caresser...

Ils avaient tellement de temps à rattraper.

Tellement d'amour...


~~~

S'étirant en remettant son vêtement de torse, le frontalier observa un moment Kaünis avec un regard interrogateur avant de parler... Ils avaient un peu exagérer, quand même, il devait être presque midi...

Tu voudrais quoi, comme bouffe..?

Le jeune homme sentit son visage s'étirer un peu d'un sourire, parce qu'il se rendait compte que Hien, Krämur ou Voïmakas les avaient peut-être entendus...

Et qu'il s'en foutait, parce que putain, elle était là!

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Envoleuse
avatar

Nombre de messages : 861
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Jeu 09 Juin 2016, 04:45

- Je sais… Mais je suis là. Depuis le début, j’existe, Syles…
Murmure tremblant, alors qu’elle serre de ses deux bras sa tête contre elle. Mais il se dégage et une vague de panique menaça de la submerger brusquement. Il veut juste la regarder, non ? Il n’a pas vu depuis des semaines. Est-ce qu’il voit encore pareil ? Est-ce qu’il ouvre vraiment les yeux, maintenant, pas seulement physiquement mais aussi psychologiquement ?
- T’es maigre… Ouais, mais elle s’en fichait. De toutes façons, à part quelques semaines quand elle avait voulu attraper Fried dans ses filets, elle n’en avait jamais rien eu à faire de à quoi elle ressemblait. Son corps était son corps, c’était tout. Elle voulait être libre dedans, et c’était sa manière de s’exprimer aussi, d’où son tatouage. Mais…
Mais ça lui pinça, là, en dedans.

Pincement qui diminua quand il l’embrassa, se pressant contre elle. Elle sentit son désir contre elle, un petit soupir de soulagement franchit ses lèvres. Il était vraiment là, alors ?
S’abandonnant à ses caresses, à sa tendresse, elle fit passer tout ce qu’elle n’avait pu dire, exprimer, avec des mots dans ses gestes. Dans ses actes.

Douceur sensuelle.


* *


Elle n’osait pas bouger.
Syles s’était levé et était en train de s’habiller. Il n’avait plus son bandeau, et elle avait pu se noyer dans son regard pendant qu’ils faisaient l’amour, mais elle avait encore peur.
Nue, assise sur son lit, tenant ses genoux de ses bras, contre sa poitrine, elle l’observait alors qu’il passait son haut, cachant son corps si musclé et pourtant délicat. Désirable. Elle pinça les lèvres un instant, déglutit lentement.

- Tu voudrais quoi, comme bouffe ? Elle eut un petit sourire, parce qu’elle ne pouvait pas s’empêcher de répondre à celui de Syles mais aussi parce que oui, il était vraiment là.
Son sourire faillit pourtant s’effacer quand la question trouva un sens dans son cerveau. Elle n’avait pas envie de manger. Elle voulait juste se nourrir de… lui. De eux.
Prenant une inspiration, elle haussa les épaules.
- Rien envie d’avaler… Enfin… Elle eut un petit sourire en coin, levant un regard mutin vers l’Envoleur quelques secondes. Comme bouffe en tout cas. Fais ce que tu veux. Fais-toi plaisir. Papa et Krämur s’acharnent depuis des semaines pour tenter de faire des plats qui ne soient pas trop répétitifs. Un truc épicé, ça fera du bien à tout le monde.

Prenant une inspiration, elle déplia lentement son corps un peu courbaturé de l’entraînement de la veille, du manque de sommeil, du manque d’eau, du manque de nutriments. Sensations auxquelles elle s’était habituée, depuis le temps, mais qui soudain lui semblaient anormales.

Mais alors que Syles allait sortir de la chambre, sans doute pour préparer un bon plat, elle se leva vivement et attrapa de justesse son poignet entre ses doigts.
- Attends ! glapit-elle une seconde. Elle le lâcha, mais plutôt que de soutenir son regard, elle baissa le menton pour contempler ses pieds. J’ai encore besoin d’un peu d’attention… Elle faisait des cercles avec le bout de son pied droit, sur le parquet de la chambre, incertaine de pouvoir demander plus à Syles. De vouloir le demander, aussi.
- Je suis désolée… Sa voix n’était qu’un murmure suppliant, et elle se brisa sur le dernier mot alors que de nouveaux sanglots silencieux venaient secouer ses épaules. Elle baissa encore plus le nez, se prenant le visage dans les mains en tentant de retenir les larmes qui s’échappèrent de ses yeux malgré elle.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 673
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Jeu 09 Juin 2016, 05:25

Surprise dans son regard, Kaünis agissait moins... Directement que d'habitude...

Et bon, il devait avouer qu'au fond, il n'avait pas vraiment faim, avait espérer faire manger un truc à l'envoleuse, parce qu'elle avait l'air de souffrir de mal nutrition...

Le frontalier referma la porte en poussant un soupir faussement désespérer.


Rah là là... Va falloir que tu mange, tu sais, tu ne pourras pas vérifier si l'empereur porte des culottes avec un estomac vide...

Il ne lui laissa pas le temps de répliquer, l'attrapant dans ses bras pour l'embrasser de nouveau...

Retirer le haut qu'il venait à peine de mettre, parce qu'au fond, ils n'avaient pas besoins de vêtements entre eux...

Et puis il devait avouer que lui non plus, ne pouvait pas dire qu'il était totalement ''Rassasié'', elle était beaucoup trop belle et désirable pour ça...

Et lui, il sentait une autre type de ''faim'' se réveiller à nouveau.

Bon dieu qu'elle lui avait manqué!

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Envoleuse
avatar

Nombre de messages : 861
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Jeu 09 Juin 2016, 06:17

Breathe your life into me
I can feel you
I'm falling, falling faster
Breathe your life into me
I still need you
I'm falling, falling
Breathe into me

Quand il l’accusa de ne pas assez manger – même si ce n’était pas sa formulation – Kaünis rentra la tête dans les épaules. Elle le savait ça, mais elle était incapable de manger. Incapable de se remplir, car elle avait été trop vide de l’intérieur. Rien ne pouvait la remplir à part…
A part elle-même.
A part un peu de lui.
A part eux.

And this is how it looks when I am standing on the edge
And this is how I break apart when I finally hit the ground
And this is how it hurts when I pretend I don't feel any pain
And this is how I disappear when I throw myself away


Blottie contre Syles, le nez presque sous son aisselle pour se gorger de son odeur, la jeune femme avait fermé les yeux. Elle entendait son cœur tambouriner dans sa poitrine, sous son oreille, et ça lui tirait un sourire serein. Il était là. Vraiment. Pas qu’une fois, il le lui avait prouvé. Alors pourquoi elle avait encore cette pointe de froid, dans la poitrine ? Pourquoi elle sentait comme un mur sur le point de céder, de s’effondrer, en elle ?
Cela n’avait rien à voir avec la Greffe, avec la porte, avec le poing. C’était autre chose, comme le bord de cet endroit. Comme la définition-même de l’endroit, dans son crâne, qui définissait ce qu’elle était, qui elle était.

Une certitude sur le point de s’écrouler. Pas loin de le faire.
Prenant une petite inspiration, elle déglutit lentement, avant de se dégager doucement de l’étreinte de Syles. Le regardant par en dessous ses cils, elle lui adressa un sourire en coin, avant de déposer un léger baiser sur l’angle de sa mâchoire. Puis, elle se redressa sur un coude, et sur ses bras tendus, avant de de séparer du torse brûlant de l’Envoleur qui se soulevait au rythme de sa respiration. De leur respiration.
Se passant la langue sur les lèvres, la jeune femme se rendit compte qu’elle avait soif. Elle risqua un coup d’œil par la fenêtre, découvrant que le soleil avait déjà parcouru les trois quarts de son trajet quotidien…

Ils avaient passé la journée dans un lit.
Elle savait que c’était grave mais ne parvenait pas à le regretter. Retrouver Syles, ça faisait un bien fou… Mais les autres devaient s’inquiéter, non ? Même si sans doute les bruits filtrants de la porte devaient être assez explicites…
En parlant de la porte, quelques coups y retentirent et Kaünis fronça les sourcils un instant, hésitant entre demander qui c’était ou alors dire de dégager – et qu’ils étaient occupés.
Mais la personne de l’autre côté du battant n’attendit pas de réponse pour en faire qu’à sa tête. Parce que oui, une tête – celle de Krämur – passa l’entrebâillement de la porte et se posa une seconde sur leurs corps encore entrelacés et nus…

Le pire, c’est qu’il ne rougit pas.
En fait, même, il se glissa dans la chambre le plus naturellement du monde, se plantant devant le lit avec les chevilles un peu écartées, les poings sur les hanches. Il avait penché la tête sur le côté, ce qui faisait bouffer un peu sa chevelure sur sa nuque. Kaünis se redressa complètement en s’étirant longuement, les jambes toujours plus ou moins emmêlées avec celles de Syles.
Elle vit clairement Krämur avoir des difficultés à déglutir en l’observant tendre son corps pour le réveiller et eut un petit sourire satisfait. Donc, même « maigre », elle était toujours baisable. Et pas que pour Syles.
- Apparemment, ça va mieux. On était inquiets, avec ton père, de ne pas vous voir descendre. Moi je vous ai entendus grogner, mais quand même…

L’Envoleuse haussa les épaules. Là, elle s’en fichait bien qu’ils se soient inquiétés, elle voulait surtout retrouver Syles. Pour de vrai. En entier. Seule à seul.
Levant les yeux vers Krämur, elle lui adressa un petit sourire en coin et il soupira en se passant une main dans les cheveux.
- J’ai été civilisé, j’ai attendu que vous ayez fini pour entrer…
Kaünis poussa un petit soupir en levant les yeux au ciel et les faisant rouler dans leur orbite. Puis, elle tapota le matelas à côté d’elle pour faire venir s'asseoir le chasseur de tête, échangeant un rapide coup d’œil avec Syles.
Enfin, s’il voulait bien…

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 673
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Jeu 09 Juin 2016, 15:28

Un oreiller en pleine tronche.

Voilà ce que Krämur eu comme réponse alors que le frontalier gagnait un sourire amusé.


Arrête de faire ton écolière et pose ton cul sur ce lit avant que je ne dise à Voïmakas que tu adore ses crêpes et que tu en veux d'autres!

Le mentaï était très bon cuisinier et la nourriture qu'il faisait était délicieuse...

Mais délicieuse ou non, il fallait avouer qu'il semblait obséder par les crêpes. Dès qu'il faisait le déjeuner, il y avait 9 chances sur 10 qu'il s'agisse de crêpes.

Des crêpes aux pommes, ou aux bleuets, ou à l'orange, etc...

Mais des crêpes.

L'air déconfit de Krämur, qui ne devait pas s'attendre à trouver un Syles en si bonne forme après ce mois, voir plus, d'enfer, étira le sourire de ce dernier.

Parce que ouais, il avait été brisé, mais il se réparait plus ou moins bien...

Kaünis le réparait plus ou moins bien.

Quant-à savoir si la présence de l'homme le dérangeait? Bah il n'était pas gêné par nature, et puis de toute façon...

La Ts'liche, le monstre et le brûleur...

Ils s'étaient bien trouver, ces trois là, quand même, entre monstres, on s'entends bien!

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Envoleuse
avatar

Nombre de messages : 861
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Jeu 09 Juin 2016, 22:56

Kaünis faillit pouffer de rire quand Syles menaça de dire à son père que Krämur adorait ses crêpes. Elle, ça ne la dérangeait pas – elle était habituée depuis toute petite à manger ça pour le petit déjeuner, et puis de toutes façons elle n’en mangeait pas dans l’état actuel des choses.
- Non, ça va aller merci… Mais toi, ça va ? Kaünis entendit une pointe d’inquiétude dans la voix du chasseur de tête, et prit une grande inspiration en se déplaçant juste assez pour attraper la main de Syles, qui traînait sur le matelas.
- Tu sais que Syles cuisines vraiment drôlement bien, surtout quand il va bien ? Elle n’était pas certaine qu’il aille « bien », là de suite, mais il allait un peu mieux en tout cas… Non ?
C’était ce dont elle avait l’impression en tout cas.

Poussant un soupir, elle se passa une main dans les cheveux, cherchant le regard de Syles. Elle se moquait un peu, il fallait bien ! Ça voulait dire qu’elle aussi allait un peu mieux, en fait.
Elle posa sa joue sur l’épaule droite de Krämur, une seconde. Avant de lâcher un long bâillement fatigué.
- Ah, non, t’y couperas pas ! T’as pas mangé de la journée, et hier t’as mangé juste une pomme, je m’en fous, je te traîne de force.
- Aucune chance !
grogna Kaünis en s’éloignant de lui… Elle avait pas faim, et puis, il ne pourrait pas l’obliger seul !

Non ?


* *


Ils s’étaient battus, elle s’était débattue, mais ils étaient parvenus à l’immobiliser pour lui faire enfiler un truc sur les fesses et les épaules, avant de la trainer littéralement jusqu’en bas des escaliers.
Tous ses hurlements n’avaient rien faits, et elle ne s’était pas résolue à utiliser sa Greffe pour leur résister. Alors, elle se débattait toujours en tentant de s’extirper des poignes des deux jeunes hommes sans succès.

Son père avait l’air surpris, mais un sourire moqueur et fier étirait ses lèvres.
- Hé bien jeune fille, je crois que tu vas prendre la becquetée, je me trompe ? provoqua-t-il Krämur et Syles, ouvertement.
- Ta gueule ! Lâchez-moi, je veux pas manger ! Laissez-moi tranquille ! Inutile, ça ne servait à rien, ils semblaient déterminés à lui en faire voir de toutes les couleurs, alors qu’elle n’avait qu’une culotte sur les fesses et une chemise trop grande et à moitié fermée sur le torse.

Sérieusement !
Elle ne mangerait pas, surtout pas s’ils la forçaient, qu’ils aillent se faire foutre !
Croisant les bras sous sa poitrine, le visage pincé, la mine fermée, elle ferma résolument les lèvres si fort que seule une fente dessinait sa bouche.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 673
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Ven 10 Juin 2016, 03:02

Ils l'avait forcé à s'habiller à la dur.

Elle n'était pas très contente, mais Krämur et l'envoleur traînaient Kaünis par les épaules comme une prisonnière jusqu'à la salle à mangé où son père lâcha une pique rapide sur la becquetée qui donna une idée horrible, absolument perverse à Syles, une idée que personne n'aurait mis en pratique...

Sauf lui, se dit-il en prenant dans sa bouche un morceau de viande que Voïmakas semblait avoir préparé et de le refilé à l'envoleuse...

En l'embrassant.

Elle résista un peu, mais il lui suffit de glisser une main le long de son torse pour trouver ce petit point, sous les bras et juste à côté de ses seins, point faible qui semblait extrêmement sensible pour une raison inconnue, pour qu'elle ouvre légèrement la bouche dans un demi gémissement de surprise et qu'il y glisse viande et langue, finissant de l'embrasser puis reculant tout en laissant ses lèvres, fermées, contre celles de l'envoleuse pour attendre qu'elle avale.

Le père de la jeune femme semblait d'ailleurs amusé par la fougue du frontalier qui ne se retira que lorsqu'il fut sûr que la jeune femme ais mangé.


T'es sûre que tu veux pas la becquetée..?

Je m'amuse bien, moi!

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Envoleuse
avatar

Nombre de messages : 861
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Ven 10 Juin 2016, 03:05

[ Regard meutrier ]

- 'Ai toujours pas faim.
[ Parle la bouche pleine sans avaler ]

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 673
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Ven 10 Juin 2016, 03:08

[Chuchote à l'oreille de l'envoleuse, amusé.]

Moi je sais que t'as toujours... ''Faim''.

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Envoleuse
avatar

Nombre de messages : 861
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Ven 10 Juin 2016, 03:18

Il l’avait surprise une fois… Pas deux !
Elle n’avait pas faim, elle ne voulait rien avaler, et puis voilà. Elle n’allait pas s’obliger à bouffer, si ?
Immobilisée sur la chaise, elle serrait les dents en résistant au réflexe qui consistait à la faire mâcher pour avaler. Elle avait envie de recracher son bout de viande, mais avant qu’elle ne puisse le faire, Syles se pencha sur elle….
- Moi je sais que t’as toujours « faim »…
Elle serra les dents en levant le regard vers lui. Un regard à la fois meurtrier et qui disait « tu veux vraiment jouer à ça ? » Elle attendit qu’il se redresse légèrement et lui cracha le bout de viande dessus, se contentant de se passer la langue sur les lèvres en relevant le menton.

- Hé mais c’est qu’elle en devient provocatrice… Kaünis tourna le regard vers Krämur qui la regardait avec un sourire mauvais sur les lèvres, et elle pinça les siennes en voyant son père secouer la tête… Qu’est-ce qu’il foutait lui ? Il pouvait pas l’aider plutôt que de… Rah ! Elle les détestait tous, là tout de suite !
Elle vit le Mentaï se lever du fauteuil en secouant la tête, un sourire sur les lèvres.
- Occupez-vous bien d’elle, les garçons, je vous laisse… Prenez votre temps, je rentre pas avant demain soir, puisque tout le monde semble aller mieux… lâcha-t-il avant de disparaitre tout simplement – pas sur le côté.

Cela tira un gémissement à Kaünis.
Elle le sentait mal, là. Qu’est-ce qu’ils allaient inventer, tous les deux, pour la faire bouffer ? Se recroquevillant un peu sur elle-même, alors qu’elle ne pouvait toujours pas se dégager, elle serra les dents.
En plus son père parti, elle était persuadée que ça allait partir dans tous les sens. Ils allaient forcément trouver des trucs sexuels pour l’obliger à bouffer.

Décidée à résister, la jeune femme releva le menton en signe de défi.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 673
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Ven 10 Juin 2016, 03:27

[S'essuyant le visage et nettoyant le bout de viande salivé qui venait de tomber par terre, le frontalier soupira ensuite pour prendre place sur une chaise.]

Alors, mon vieux, on fais quoi, on lui fou des crêpes dans la bouche à coup de fellation ou si t'as une meilleure idée..?

Parce qu'elle pourra pas aller vérifier les dessous de l'empereur comme ça...

Oh moi je compte y retourner pour pincer les oreilles du dirigeant en question, mais je la laisserais pas faire de conneries comme ça, elle a trop tendance à presque me claquer entre les doigts...

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Envoleuse
avatar

Nombre de messages : 861
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Ven 10 Juin 2016, 03:41

Krämur


Il ne comprenait pas pourquoi elle résistait autant. Il fallait qu’elle mange, bon sang ! Elle avait perdu au moins cinq ou six kilos, et ils étaient parvenus à l’immobiliser et la trainer jusqu’en bas sans – trop – d’efforts. Clairement, elle n’était pas au meilleur de sa forme, et franchement, il ne comprenait pas pourquoi elle ne voulait pas les écouter. Est-ce qu’elle se rendait compte dans l’état dans lequel elle était ?  

L’heure était grave, et il manquait d’idées.
Enfin, jusqu’à ce que Voïmakas les salue avec un sourire en coin – comme si lui en avait des idées, indécentes – et cela alluma une étincelle, comme une petite bougie dans l’esprit de Krämur.
En fait, il en avait des idées.
Et apparemment, Syles aussi, car il apprécia celle qu’il partagea avec lui… Et nota l’air buté de Kaünis se modifier très légèrement, comme si elle envisageait la chose... Non, plutôt comme si elle se demandait ce que ça donnerait si elle résistait encore un peu.
- Donc vous voulez vraiment retourner au palais, hein ? Vous êtes barrés… fit Krämur en agitant les bras… Avant de s’approcher de Kaünis par derrière et de l’attraper par les seins vivement, crochetant ses doigts dans sa chair pour ne pas qu’elle bouge.

- J’aime le coup des crêpes. Puis, Kaünis, regarde, tu te fais maitriser par deux gars, t’es vraiment pas au mieux de ta forme ! Peut-être que la provoquer marcherait un peu pour lui faire ouvrir les yeux ? Apparemment pas.
- Et alors ? J’ai pas faim, bordel ! Krämur secoua la tête, un air faussement désolé se peignant sur son visage.
- Employons les grands moyens, alors. Fellations et surprises en tous genres ? Histoire de te faire ouvrir la bouche, sale Ts’Liche…
Il mordit le lobe de son oreille tout en serrant plus fort ses seins, tirant un gémissement à l’Envoleuse. Un long frisson remonta le long de sa colonne vertébrale et il leva un regard entendu mais déjà sombre vers Syles.
Toute idée était bonne à prendre.


Kaünis


Non.
Non, non et non !
Bordel de merde, qu’est-ce qu’ils comprenaient pas, quand elle disait non ?
Elle n’avait pas faim. Pire, le goût de la viande dans sa bouche lui donnait envie de vomir, ça lui retournait l’estomac. Alors quand ils parlaient de sexe, ça éveillait une autre sorte de faim, ouais, mais pas celle de son estomac. Clairement pas. C’était même pire.

Serrant les dents et les poings, elle ne put s’empêcher de fermer les yeux et de lâcher un gémissement quand Krämur pressa violemment ses seins en enfonçant ses dents dans son oreille. Un frisson la parcourut de part en part, lui faisant ouvrir les jambes par réflexe, mais elle tenta de les refermer parce que si elle cédait ne serait-ce qu’un centimètre de son corps, ils allaient s’engouffrer dans n’importe quelle brêche.
En fait, elle le savait, elle aurait fait exactement pareil à leur place.

Et puis, là tout de suite, elle n’avait juste pas faim ! Alors ouais, ils la maitrisaient, mais c’était aussi parce qu’elle ne voulait pas utiliser sa Greffe sur eux. Ils étaient en surnombre, en sur-muscles, et puis…
Bon, d’accord, elle avait perdu des forces, elle devait manquer de nutriments mais… Elle n’avait pas faim, et n’avait pas envie de manger !

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 673
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Ven 10 Juin 2016, 03:49

Bah tant pis...

[Le jeune homme haussa les épaules et tira Krämur avec lui, non sans au passage toucher un ou deux des points les plus faibles de Kaünis, vers l'extérieur avec un plan juste... Démoniaque.]

Pas de bouffe, pas d'aventure, pas de sexe et pas d'entraînement.

Tu veux faire ta sale gamine, on va faire comme tu veux.

Allez, Krämur, allons nous entraîner un peu...


[Si ça, ça ne l'offusquait pas...

Parce qu'il allait faire la chose qu'elle redoutait le plus.

L'ignorer, faire comme s'il ne la voyait toujours pas. Elle voulait faire son emmerdeuse, il lui donnerait la pire des tortures.

Pour convaincre une Ts'liche, fallait être un peu barbare.]

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Al-Jeit-
Sauter vers: