AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Kaünis Gil'Ozh
Envoleuse


Nombre de messages : 877
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Dim 12 Juin 2016, 23:25

I know you want to
You wanna break me?
Are you ready to go?

Son corps est littéralement secoué d’un puissant spasme quand Syles glisse ses doigts le long de ses côtes… Qu’il l’effleure juste là, à cet endroit qui... Rah ! La vague de plaisir se transforme si facilement en pointe d’une douleur intense qu’elle en hoquète brutalement, tente de se tortiller mais...
* Oh oui ! *
Syles s’enfonce dans sa bouche, le long de sa langue, à cet instant précis. Il cogne contre ses dents, contre le fond de sa gorge, lui tirant un réflexe laryngé qu’elle peine à contrôler alors que ses yeux lui picotent, tout comme le nez. A cela vient s’ajouter le tiraillement sur ses cheveux, basculant sa tête en arrière, et toute la scène prend soudain la teinte d’une violence inouïe.

Parce qu’elle ne veut pas se contenter de se laisser faire.
Parce que ce qu’elle aime, c’est justement toutes ces pulsions ensemble, qui s’assemblent et se désassemblent dans une violence, une brutalité, une sauvagerie impétueuses. Elle se fait baiser dans tous les sens. Par tous les orifices possibles.
Et elle résiste. Elle résiste, elle laisse ses dents glisser sur le membre de Syles parce qu’elle a envie de mordre, parce qu’elle aime son rythme qui vient taper presque contre sa glotte, qui lui retourne l’estomac, mais qui est divinement savoureux parce qu’on la tient dans tous les sens, la gorge ouverte, grande ouverte.
Noircie par un suçon douloureux, encore de la douleur, encore de la violence dans leur manière de la torpiller sans ralentir, au contraire.

Le murmure de Krämur dans son oreille, son souffle sur sa peau, le fait de voir le nez du jeune homme si proche de la hanche de Syles – oh, elle avait envie de le voir mordre l’Envoleur ! – elle se tendit, poussa sur ses jambes comme pour tenter de se dégager, se contenta de gainer son ventre parce que Gil commençait – enfin bordel ! – à vraiment bouger.
La sensation, dans son ventre, brûla chacun de ses nerfs alors qu’elle engloutissait un peu plus fort le membre de Syles en plaquant sa langue sur son frein pour augmenter ses sensations à lui. Ses doigts s’enfoncèrent dans l’épaule droite de Gil et dans la fesse gauche de Syles, y traçant des sillons écarlates, alors que tout son corps commençait à s’essouffler, ne répondait plus à ses sollicitations correctement….
Et se tendait tellement fort que ça faisait mal. Tous ses muscles, les uns après les autres, se nouèrent violemment sans parvenir à se détendre, elle poussa sur ses genoux mais Krämur la fit basculer en avant, attrapant ses cheveux à la place de Gil pour lui garder le menton relevé d’une main, l’autre s’enfonçant si sauvagement dans son aine que sa peau frémit seule alors qu’elle sentait un liquide chaud glisser le long de sa cuisse droite.

* Oh. PU. TAIN. *
Elle ne pouvait même pas hurler. Syles entrait et sortait à un rythme diabolique, elle en avait les larmes aux yeux, et quand la puissance de l’orgasme décida enfin de s’écraser en elle, elle ne put retenir sa mâchoire se refermer suffisamment pour le blesser.
Le liquide blanc et visqueux, salé, s’écrasa au fond de sa gorge et elle crut qu’elle allait s’étouffer avec mais de toutes façons ses poumons refusaient d’être actifs tant son diaphragme était contracté. Tétanisé de plaisir, même.

Jusqu’à ce que son cerveau endolori veuille enfin de l’air, et qu’elle ne sache plus quoi faire du tout, que Syles soit toujours fiché en elle, mais qu’elle veuille pousser le vice en enroulant sa langue autour de son gland. Alors, la semence passa du mauvais côté, envahit ses sinus et tout son ventre se contracta dans une quinte de toux mémorable qui fit sortir tous les membres masculins d’elle.

Quinte de toux, jets blancs, qui se conclurent par une chose…
Un fou rire.


Are you going to take me away?
I'm a monster locked in a cage
There's a monster deep inside of me
I'll rip you to pieces, don't try to save me
Nothing can turn me down
Bring out the monster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 677
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Jeu 16 Juin 2016, 22:28

Fou rire qui fut assez rapidement généralisé avec quelque blagues douteuses en bonus alors que les quatre partenaires de crime redescendaient de leur nuage orgasmique.

Syles se dit que, finalement, Kaünis allait mieux, elle était bien déluré, maniaque à souhait, désirable à souhait...

Et avait eu sa dose de baise, ce qui était nécessaire à sa santé ou un truc du genre. À les voir tous comme ça, personne ne se serait imaginer qu'ils étaient sur le point d'investir le palais pour une seconde fois.

Après que tout le monde le souhaitant ais passé à la salle d'eau et que les vêtements ais été remis, cela dit, tout le monde sembla commencer à lentement s'occuper de ci et de ça, des vérifications nombreuses pour s'assurer que tout soit prêt, incluant des séances d'aiguisement d'armes qui faisaient un long bruit un peu strident par moments alors que le frontalier observa un moment l'envoleuse pour lui demander comment elle voulait s'y prendre.


Alors, tu veux qu'on fasse ça comment, aussi subtilement que possible sans se faire remarquer ou bien subtilement mais en défonçant tout le monde ou..?

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 944
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Sam 18 Juin 2016, 09:00

La jouissance de Kaünis percuta les trois hommes de plein fouet alors qu’en l’état actuel, elle fut simplement parcourue d’un spasme violent ; mais elle se débrouilla pour les connecter tous à son plaisir, avec ses ongles plantés dans la chair de Gil et de Krämur, avec sa langue autour du sexe de Syles. C’était elle, leur lien, et elle ne le fut jamais aussi complètement qu’en cet instant particulièrement intense. Gil s’accrochait désormais à elle comme à une bouée. Il sentait son propre orgasme arriver, déclenché par celui de l’Envoleuse, et les souffles précipités autour de lui indiquaient que les deux autres n’étaient pas mieux. C’est alors que Kaünis eut une drôle de réaction. Alors qu’ils s’activaient tous en elle, elle se mit à remuer. Gil ne réalisa qu’au bout de quelques secondes qu’elle était en train de s’étouffer avec la semence de Syles. Son corps agité de puissants tremblements sortit Gil d’elle à l’instant où il jouissait enfin, et les longs jets crémeux éclaboussèrent leurs ventres.

Incapable de rester à demi assis plus longtemps, Gil s’effondra sur le dos, pantelant, en nage. Il regardait Kaünis lutter pour retrouver son souffle. Elle avait du sperme sur le menton. Partout, en fait. Et soudain, sans qu’il ne sache vraiment qui fut le premier, ils se mirent à rire. Ce n’étaient pas de simples petits ricanements fatigués, c’était un grand, un formidable éclat de rire qui acheva de pomper leurs dernières forces, mais qui balaya aussi toutes les tensions qui s’accrochaient encore ; Kaünis riait, emmêlée qu’elle était avec eux sur le tapis du salon, et Gil fut rassuré. La thérapie par le sexe, songea-t-il en levant un bras lourd comme du plomb pour repousser une mèche qui retombait devant les yeux verts de la jeune femme. Efficacité prouvée. Son bras retomba et il ferma les yeux. Une plaisanterie douteuse fusa, suivie par une seconde. il renchérit d’une voix endormie, générant un nouvel éclat de rire, plus fatigué mais tout aussi spontané. Ils étaient quatre compagnons qui s’apprêtaient à s’infiltrer dans le palais pour aller enquiquiner l’empereur. Quatre compagnons épuisés par une monumentale partie de baise.
Quatre fous.



*


De nouveau assis sur le rebord de la fenêtre, propre et rhabillé, Gil s’occupait distraitement de ses mitaines. Il était plongé dans ses pensées et ne faisait pas vraiment attention à ce qu’il faisait. Tout en caressant pensivement l’une des griffes de métal qu’il devait à Dil’Duran, il songea à cette folie qu’ils étaient sur le point de commettre. Ce n’était pas une petite folie, ça. C’était plutôt une folie de haut niveau. Ce genre de folie qui ne permet pas la moindre erreur et qui, le cas échéant, ne laisse aucune chance de survie. Il était encore temps de faire marche arrière, de se détacher de cette idée rocambolesque. Non, carrément suicidaire. Mais en levant les yeux vers Kaünis qui parlait avec Syles, Gil comprit qu’il avait déjà franchi depuis longtemps la ligne de non-retour. Ils allaient aller jusqu’au bout de leur projet, aussi fou soit-il. Et s’ils y laissaient leur peau, et bien… on se sera bien marrés, conclut-il en soupirant. Il redressa la tête pour écouter le sale gosse, et répondit en prenant la morveuse de vitesse.

- On rentre subtilement. Si je passe par une entrée de service, je vais me débrouiller pour trouver de quoi ressembler à un valet. Krämur se fera le plus discret possible et s’il se retrouve coincé dans une vois sans issue, il fera demi-tour et prendra le même chemin que moi. Quant à vous deux, vous passez par l’arrière, on vous ouvre le chemin et on vous couvre jusqu’à ce que vous trouviez l’empereur. A mon avis, c’est au retour que ça se gâtera. Et il vaut mieux que ce soit à ce moment-là. Parce qu’à partir du moment où l’alerte sera donnée, on aura vingt secondes, et pas davantage, pour quitter le palais. S’ils nous attrapent…

Gil ferma le poing et laissa jaillir les griffes de sa mitaine.

- Ce sera un joyeux bordel. Mais là aussi, il faudra faire vite. La garde impériale sera aidée par la légion Noire. Là, si on se fait prendre, ce sera un peu plus… radical. Je pense qu’ils garderont Kaünis pour la faire parler. Nous, messieurs, nous serons exécutés.

Il sourit.

- Ça vous convient ?

Parce que moi…

… oui.

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Envoleuse
avatar

Nombre de messages : 877
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Dim 19 Juin 2016, 09:01

[ Nul mais Kaü a fait sa mauvaise tête, désolée ! ]



Ça faisait du bien.
Mieux : ça faisait un bien fou !
Passant ses doigts dans ses cheveux détrempés par le jet brûlant de la douche, Kaünis arborait un sourire satisfait. Un frémissement parcourut tout son corps quand elle coupa l’eau, avant d’essorer sa masse de cheveux. Tout son corps pulsait doucement, elle flottait encore sur son nuage post-orgasmique, laissant ses poumons se gorgeaient d’air.

Se glissant dans sa chambre, elle attrapa son pantalon de cuir et son faux-corset… Avant d’arrêter son mouvement au vol. Son regard étincella. Ils devaient entrer dans le palais, et se faire plutôt discrets, mais elle était bien décidée à faire un pied-de-nez à ce couillon d’Empereur. Cherchant dans son armoire, elle trouva finalement ce qu’elle cherchait : un short d’un noir d’encre qui était coupé juste sous ses fesses, accompagné d’un haut court et dos-nu, enfermant son torse pour cacher totalement son tatouage. Quand elle passa devant le miroir de la chambre, elle eut un petit sourire satisfait, avant de prendre une inspiration pour descendre dans la salle de vie.

En arrivant, elle contempla un instant les trois hommes qui s’y trouvaient. Son ventre ronronna tout seul alors que son coeur accélérait. Oh, ouais, ça faisait du bien, et elle avait de recommencer pour en profiter à nouveau.
S’activant dans le salon, elle aiguisa le fil de ses lames blanches, ajusta avec précision sa ceinture articulée, avant de placer tout dans leur holster habituel. Avoir toutes ses armes à portée, et sentir cette félicité flotter dans tout son corps, c’était terriblement…
Elle se sentait indestructible.
Rien ne pouvait l’arrêter.


Hey, hey, hey
Everyday when I wake
I'm trying to get up, they're knocking me down
Chewing me up, spitting me out
Hey, hey, hey
When I need to be saved
You're making me strong, you're making me stand
Never will fall, never will end
Shot like a rocket up into the sky
Nothing could stop me tonight


Alors qu’elle était en train de vérifier le nombre de ses étoiles de jet, Kaünis tourna la tête vers Syles qui lui demandait comment elle voulait qu’ils fassent tout ça.
Levant les yeux vers son compagnon, puis vers Krämur et Gil, l’Envoleuse eut une petite moue… fière, en fait, la moue. Ils la suivaient tous dans son délire profond, finalement. Ils étaient tous complètement tarés. Mais après tout, elle aimait ça, a folie. Mieux : elle s’y vautrait et s’enroulait dedans comment dans une couverture ! Ça la rassurait, c’était chaleureux, comme endroit.

- Je sais pas trop, mais j’aurais tendance à ne pas trop fanfaronner, en fait. Genre, on se glisse dans sa chambre, on lui fout une bonne trouille, on lui pique sa culotte, s’amuse cinq minutes avec lui et ça me va. Lui ou sa femme. Ou les deux ! grimaça-t-elle, emballée par sa propre idée. Elle ne devenait pas raisonnable, elle ne voulait surtout pas que finalement, tout ça foire une seconde fois. S’ils creuvaient tous ensemble, à la rigueur… Mais elle savait pertinemment que si Syles, Gil ou Krämur se faisaient attraper, ils seraient directement tués, contrairement à elle. Et en fait, elle n’avait pas envie de vivre alors que Syles ne serait plus là pour l’emmerder.
Poussant un petit soupir, elle haussa les épaules. Gil venait de traduire avec justesse ses pensées.  Un sourire se dessina sur ses lèvres, et elle hocha la tête.

- Un peu mon vieux ! lâcha-t-elle, provocatrice.


You make me feel invincible
Earthquake, powerful
Just like a tidal wave
You make me brave
You're my titanium
Fight song, raising up
Like a roar of victory in a stadium
Who can touch me cause I'm
I'm made of fire
Who can stop me tonight
I'm hard wired
You make me feel invincible


Dernier regard échangé avec Krämur et Gil, et ils se séparèrent en trois groupes. Levant le menton vers la muraille Nord – celle à l’exact opposé de l’entrée principale – Kaünis poussa un léger soupir. D’une impulsion, elle attrapa les doigts de Syles pour les serrer dans les siens, avant de le lâcher brusquement.
- Prêt à tout chaotiser, mon chou ? grogna-t-elle, moqueuse.
Se plaquant contre le mur, elle jeta un coup d’oeil vers le haut, avant de commencer l’ascension de la muraille. C’était l’heure du changement de patrouille, et ils avaient trois minutes de plus que les cinq habituelles pour grimper, se glisser dans les jardins et trouver l’entrée de ce côté pour y pénétrer sans se faire repérer.

Du gâteau quoi !

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 677
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Ven 15 Juil 2016, 03:50

[Probablement pas mieux, mais c'est Tsu que j'ai en primaire hein, je tente seulement d'avoir ma dose de RP avec ça... S'il faut blâmer quelqu'un c'est Syn tient, pour une fois que c'est pas Gil...]

La chaîne s'enroula autour de la gorge de l'homme sans même qu'il ne comprenne pour lui briser le cou. Syles dépêcha de jeté le corps par dessus les remparts, utilisant la dite chaîne pour le descendre lentement afin de ne pas faire de bruit, puis de la ramener à lui pour continuer son chemin, accompagner de Kaünis qui se glissait à ses côtés, deux serpents dans l'endroit.

Ce garde n'était pas supposé être dans le chemin, mais du coup ils devraient faire avec, il avait dut être rajouter pour combler le trou béant laisser par leur première arrivé. Ça réduisait énormément leurs possibilités et il s'en serait fait pour Gil, puisqu'il n'était pas au courant de ce contre temps et du fait qu'on réaliserais surement la disparition, mais l'envoleur était très doué pour se sortir du pétrin alors...

Sans plus de cérémonie, le jeune homme se glissa par une fenêtre, immédiatement suivit par sa compagne, et se retrouva dans les cuisines, vides à cette heure.

La partie la plus facile était faite, ils étaient entré... Maintenant il fallait trouver l'empereur puis ressortir, avec un peu de chance tout ça en retrouvant Krämur et Gil au passage.

Le frontalier tourna la tête vers l'envoleuse pour avoir son avis, puisqu'ils se trouvaient face au premier choix de ce labyrinthe : La porte de gauche sous laquelle aucune lumière ne brillait ou bien celle de droite, beaucoup plus illuminée?

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 944
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Dim 17 Juil 2016, 14:12

Gil était déjà entré dans le palais, en catimini, lorsqu’il était encore l’apprenti de Seren. A l’époque, le plus gros des forces de l’Empereur se concentrait au nord, sur la Frontière de Glace, après qu’une violente incursion des Raïs ait flanqué la frousse à l’empire tout entier ; jeune et insouciant, Gil s’était faufilé au nez et à la barbe des plantons de l’entrée pour s’infiltrer dans la gigantesque bâtisse. Il avait assommé un jeune page et s’était approprié ses vêtements pour continuer à œuvre dans la lumière. On ne se méfie jamais assez de la lumière. Gil avait ainsi salué l’Empereur lui-même, échangé quelques mots avec un riche seigneur, et même courtisé une jeune noble qui, au soir de ce bal, s’était éprise de l’audacieux serviteur au beau milieu d’une assemblée de paons princiers en train de parader pour la séduire. Les années passent… et se ressemblent. Ou bien alors c’est le hasard qui continuait de se moquer de Gil, mais il fallut que le valet qu’il assomme soit très précisément ce pauvre petit page ! Plus grand, plus vieux, mais toujours ce même air ahuri et cette façon de s’écrouler lorsque Gil le frappa à l’arrière du crâne. Désolé, vieux ! Amusé par la situation, Gil enfila rapidement ses vêtements – un peu trop courts aux chevilles et aux manches, mais tant pis ! – avant de planquer le malheureux, inconscient et étroitement ligoté, dans un placard à balais.

Gil reprit sa route et adopta la démarche vaguement claudicante de son « double ». Lorsqu’il croisa son reflet dans une vitre, il trouva que les couleurs du palais lui allaient plutôt bien… Une lavandière le salua au détour d’un couloir et s’empourpra lorsqu’il lui sourit en retour. Il prenait garde de ne pas croiser trop longtemps le regard de ceux qu’il rencontrait, de peur que ses yeux dépareillés ne mettent la puce à l’oreille. Il était en train de gravir les marches d’un escalier de service lorsqu’une voix jaillit dans son dos, franche, dure, autoritaire :

- Edgar ! Qu’est-ce que vous fabriquez encore ici ?

Edgar ? Sérieux ??

- Heu…

Gil se retourna et à travers les lèches de cheveux qui dissimulaient son regard particulier, détailla l’homme qui se tenait en bas de l’escalier. C’était un intendant, richement vêtu, au maintien impeccable et à l’air pas commode du tout. Ses fines petites moustaches noires agacèrent Gil. Il eut envie de tirer dessus.

- Edgar, soupira l’intendant. Je vais être patient et vous expliquer, une fois de plus, quel est vôtre rôle. Ouvrez grand vos oreilles et écoutez-moi bien. Vous êtes au service de Dame Soline, la petite cousine de Son Impériale Majesté. Il est neuf heures moins dix, l’heure de lui apporter son petit-déjeuner. Petit-déjeuner qui se trouve en cuisine. Cuisine qui se trouve en bas. Demi-tour, donc… oh, Edgar ? Encore un faux pas et je vous flanque à la porte. Est-ce clair ?

Ce qui est clair, c’est le poing que je vais t’enfoncer dans la g…

- Monsieur Denon !

L’intendant tourna la tête dans la direction d’où venait l’appel, et Gil en profita pour lui foncer dessus. Trois secondes, trois gestes : un bond, un coup de poing – je te l’avais dit !! – et un bond, encore, pour disparaître avec un monsieur Denon sonné dans le recoin, sous l’escalier. Gil plaqua violemment l’homme contre le mur et la pointe de son poignard piqueta la peau de son cou.

- On ne flanque pas Edgar à la porte, murmura Gil, son visage masqué par l’ombre des marches. On le respecte et on lui fiche la paix. C’est clair ?
- Ou… oui,
balbutia l’intendant.
- Bien.

Gil lui cogna durement la tête contre le mur, en le tenant uniquement par ses vilaines moustaches, et le regarda s’affaisser sur le sol. C’est alors qu’une main se posa sur son épaule, et il s’en fallut de peu pour que l’Envoleur, en se retournant, ne brise pas le bras de Kramür.

- Qu’est-ce que tu fiches là ? murmura-t-il aussitôt.
- Pas d’issue en bas. Je me suis débrouillé pour te retrouver, comme prévu.

Gil baissa les yeux vers l’intendant évanoui, puis regarda Kramür.
Sourit.

- En route, monsieur Denon ! On a un petit-déjeuner à servir…


*


Le palais était un véritable labyrinthe, mais à force de patience et de logique, les deux hommes parvinrent à trouver l’aile impériale. Gil portait un plateau avec lequel il avait assommé deux, trois soldats sur son passage. Dans le couloir, il regarda autour de lui : il fallait que ses deux anciens élèves se pressent un peu, sans quoi tout ce petit monde allait se réveiller et leur tomber dessus. Mais qu’est-ce qu’ils fichent, bon sang ? Une image assez précise et crue s’imposa à lui, et Gil soupira. Avec deux chauds lapins comme eux, il fallait s’attendre à tout… mais la seconde suivante, les deux Envoleurs apparurent, et Gil sourit.

- Trente secondes, dit-il en désignant du pouce la porte dans son dos. Dans trente et une secondes, on file.

Kramür jeta un coup d’œil à travers la vitre de la fenêtre près de laquelle il se tenait, et rectifia d’un ton étrangement calme en dépit des circonstances :

- Vingt secondes. Ça bouge, en bas.

Gil pianota sur son plateau d’argent.
Le compte à rebours était lancé.

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Envoleuse
avatar

Nombre de messages : 877
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Dim 17 Juil 2016, 20:26

Cuisines.
Ça sentait bon, et son ventre essaya de gronder un instant. Elle ne lui en laissa pas l’occasion, se glissant entre deux tables de pierre, avant de jeter un coup d’oeil par la porte entrouverte. Personne à l’horizon, mais l’Envoleuse avait consicence que des cuisines de palais, la nuit, pouvaient accueillir des nôbles trop gras, qui mangeaient beaucoup trop. Il fallait donc rester sur ses gardes.
Un sourire dans le creux de la joue, Kaünis échangea un regard avec Syles... Hésita un instant. Le couloir éclairé, alors qu’ils n’étaient pas du tout sapés comme il le fallait ? Celui d’un noir ténébreux l’attirait beaucoup plus. Elle se mordit la lèvre inférieure à la fin de son instant de réflexion, avant de hausser les épaules et de pousser de l’épaule la porte donnant sur le couloir sombre.

Se glissant entre les pierres suintantes, Kaünis prit une grande inpiration. Elle sentait Syles tout près, dans son dos, et… Elle devait avouer que sa présence la rassurait. Non, ce n’était pas ça ! Elle aimait qu’il soit juste là, en fait. Elle se serait bien retournée pour lui sauter dessus, mais un bruit dans le fond du couloir retentit à cet instant précis… Elle se plaqua contre un mur en cessant de respirer quelques secondes.
Un serviteur ? Un nôble ? Nan, le noble serait passé par un couloir éclairé ! Et rien ne s’alluma, alors bon. Elle tourna le visage vers Syles, le regard espiègle, avant de rire à couvert et de se remettre en route.

Si elle se souvenait bien des plans, ils n’étaient pas si loin des quartiers impériaux théoriques. Prenant à droite, elle tendait l’oreille à en entendre le souffle de Syles comme une profonde résonnance. Son coeur accéléra mais elle contrôla la pulsion impérieuse qui l’assaillit. Enfin, elle essaya, chancela un instant, déglutit alors qu’une boule se formait dans sa gorge…
Rah, c’était tellement difficile ! Soufflant doucement, elle risqua un coup d’oeil vers Syles. Elle ne doutait pas qu’il avait compris ce qu’il se passait : elle était toujours autant dominée par ses besoins, et y résister lui demandait une énergie qu’elle n’avait pas encore récupérée totalement.

Se retenant de grogner, elle se gratta le haut du front, prit une nouvelle inspiration, et avança.


* *


Au final, ils avaient réussi à éviter pas mal de gardes. Et les quelques uns qu’ils avaient croisés, tout avait été efficace et calculé. Cachés, inconscients, dans des placards ou des armures de décoration.
Un sourire carnivore sur les lèvres, dévoilant ses dents, Kaünis avançait tranquillement dans les couloirs.

Elle fronça les sourcils quand un bruit attira son attention, sur la droite… Capta un éclat doré. Hé merde, on allait les repérer. Prenant une inspiration, elle se tourna vers Syles… Lui attrapa brusquement la main, pour le pousser en arrière, attraper une poignée de porte et l’ouvrir dans le même mouvement qui les fit basculer dans la pièce de l’autre côté. Refermant le battant du bout du talon, écroulée de tout son long sur l’Envoleur, elle retint son souffle quelques secondes…
Sourit en l’embrassant, avant de mordre son menton piqueté de sa barbe de quelques jours. Se retenant de grogner, elle ferma les yeux un instant avant de se forcer à se redresser en frémissant de tout son corps. Avec un incendie dans le ventre…
Époussetant son short pour se donner une contenance, elle se mordit la langue pour contenir son désir brûlant. Non, pas là, pas maintenant.

Prenant une petite inspiration – pour éviter de sentir l’odeur de Syles et de ne plus pouvoir se contrôler – elle ouvrit doucement le battant de la porte…
Elle avait une furieuse envie que l’Envoleur l’attrape par les hanches, ferme la porte à clef, et…
* Non, concentre toi ! *
C”était difficile. Mais elle parvint à redresser l’orientation de ses pensées quand elle put appercevoir Krämur et Gil dans le couloir. Ils s’étaient débarassés de la personne qui arrivait ou alors cette dernière était juste partie dans l’autre sens ? En fait, elle s’en fichait. Elle devait avoir les joues rosies par le désir, mais tant pis, elle parvint à se glisser dans le couloir avec le menton redressé.

Avant qu’une voix ne les surprenne tous les quatre. Une voix de nana.
- Krämur ?
L’intéressé eut un éclat de surprise, puis de gène, sur le visage. Cela tira une grimace moqueuse à Kaünis, qui se tourna pour détailler celle qui avait appelé le chasseur de tête par son prénom.
Une nana. Bien habillée, enfin habillée avec un truc à froufrous à moitié transparent – une sorte de chemise de nuit ? - avec de longs cheveux blonds, et des yeux d’un bleu profond… Qui lançaient des coeurs et des éclairs en même temps.
Kaünis faillit éclater de rire, et elle l’aurait fait si Krämur ne lui avait pas saisi le poignet en lui lançant un regard qu’elle ne parvint pas à définir. Alors, elle se contenta de grogner. C’était devenu quoi, leurs vingt secondes, là ?
Haussant un sourcils, elle observa le métamorphe s’approcher de la fille avec un air déterminé.

- Saryanne…
- Pourquoi tu ne m’as plus donné de nouvelles ? Qui sont ces...gens ?
Le regard de la fille passa sur Gil, puis sur Syles, avant de s’arrêter sur Kaünis. Cette dernière accorda une grimace moqueuse à cette Saryanne, un sourire mauvais en coin sur les lèvres. C’est la fille de ta mission ? Elle t’a nettoyé le cerveau ? Tu te souviens de moi pourtant !
Krämur poussa un soupir en levant les yeux au ciel, et cela gonfla royalement Kaünis qui lâcha un grognement.
- Tu règles tes anciennes ou actuelles histoires de coeur, mon chou, nous on bouge, finit-elle par cracher. Elle aurait bien étranglé cette débile, mais si elle faisait trop de bruit, ça attirerait du monde…
- Anciennes ?! Hé toi, espèce de corbeau dégénérée ! T’es qui pour croire que tu as attrapé Krämur ? Il peut toujours décidé ce qu’il veut !
Kaünis se tourna vers la fille en poussant un long soupir désabusé.
- Ouais, non, je m’en tape, il fait ce qu’il veut de sa queue, juste s’il me rend visite de temps en temps c’est cool. Moi, je m’en tape de partager ! Elle vit la fille blêmir, ses yeux papilloner sur Syles, Gil, et Krämur, avant qu’une magnifique couleur rouge pivoine ne s’empare de tout son visage.
- Hein ?
- Quoi tu l’as pas encore baisé, ton prince charmant ? Allez quoi, pas de ça entre nous. Et si tu l’as pas fait, tu manques quelque chose, clairement ! Maintenant, le mec qui s’est caché là-bas va sortir gentiment de sa cachette, qu’on fasse la fête tous ensemble !
fit-elle en désignant un angle de mur, à quelques pas de là.

Alors, seulement, un colosse se dégagea de contre le mur.
Genre, un mec méga grand – il devait dépasser Gil d’une tête ! - avec des cicatrices plein le visage, ce qui donnait à son faciès quelque chose d’animal, de redoutable et de… formidablement féroce.
Kaünis étudia quelques secondes la cicatrice qui partait de l’extérieur de son oeil pour virevolter sur sa joue et scinder ses lèvres en une boursoufflure claire, tout comme les trois de l’autre côté de son visage, vieilles griffures.  Se mordant la lèvre, l’Envoleuse eut un sourire en coin, infiniment moqueur, alors que Sayranne étouffait un cri de surprise terrifiée.

- C’est toi Kaünis ?
Sa voix était erraillée, profonde, et ça fit vibrer quelque chose dans le ventre de l’intéressée, tout comme son air formidablement menaçant. Ça ronronnait dans sa poitrine.
Elle fit passer sa queue de cheval dans son dos d’un mouvement souple, avant de s’avancer vers lui d’une démarche féline et sensuelle.
- Oui, petit chou, c’est bien moi ! fanfaronna-t-elle… Avant d’éviter une main ouverte qui volait dans sa direction en effaçant ses épaules. Elle pivota sur sa hanche droite pour passer sous le coude qui se jetait sur elle, et frappa puissamment dans les côtes flottante du colosse qui lâcha un grognement de douleur.
Satisfaite, Kaünis se glissa dans son dos et sauta sur ses épaules pour verrouiller ses poignets sous la gorge du monstre, les genoux enfoncés de chaque côté de sa colonne vertébrale. Il avait encore ses bras pour se défendre, mais elle était bien accrochée… Et si son corps frémit tout entier au contact des cals rugueux des doigts du colosse, elle ne lâcha pas… Pire. Elle mordit directement dans une main, férocement.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 677
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Mar 02 Aoû 2016, 15:49

Les emmerdes, comme d'hab, ça suivait à la fois Gil et Kaünis. Quand un colosse parla à cette dernière Syles, lui, s'occupa plutôt de l'autre nouille de Saryanne qui tentait apparemment de s'échapper en douce et l'attrapa par le bras sans douceur, la ramenant contre lui une main devant la bouche question de la faire taire... Et elle pouvait bien mordre, ses gants étaient couverts de métal alors...

Krämur ne sembla pas adorer la scène mais, franchement, l'envoleur en avait rien à foutre et ne put s'empêcher d'échanger un regard avec son ancien maître en mode ''Au final on est là pour quoi, nous..?''

La jeune femme qu'il tenait commença à se débattre plus violemment et, en ayant sa claque, le frontalier lui glissa un chuchotement à l'oreille que Gil et Krämur entendirent sûrement.


Bon alors tu m'écoute, la connasse, amoureuse ou pas, vierge ou pas, j'en ais rien à foutre, moi, mais si tu continue à m'emmerder à te débattre tu ne seras plus vierge, ni en vie, longtemps parce que je vais utiliser une VRAIE épée pour te l'enfoncer jusqu'à la gorge par un canal qui ne se rend pas, d'accord?

Bien.


Le jeune homme regarda Kaünis faire mumuse... Mais putain, ils n'avaient plus le temps, là, de déconner comme ça, bientôt ce serait toute la garde impériale qui débarquerait... Et puis ça avait des airs sexuel son petit jeu et il était habitué à démarrer au quart de tour. De plus cette connasse de Saryanne se débattait malgré la menace et frottait constamment son corps contre le sien, jusqu'à ce qu'il la ramène plus près et qu'elle ne ressente son membre, ce qui lui tira un petit glapissement pathétique qui fit se retourner Krämur qui semblait un instant hésité sur comment réagir et soupirer Gil qui semblait deviné où tout ça se dirigeait...

Kaünis, entre deux mouvements moqueurs de mumuse croisa son regard et un message passa, clair comme l'argent de la pleine lune, dehors. ''Lâche toi''. Une idée naquit dans la tête de Syles et Krämur, qui l'observait encore semblant tenté de comprendre cette conversation silencieuse, eu un mouvement de recul instinctif au même moment que l'envoleur aîné, lui, se passa une main sur la barbe comme s'il se demandait, encore, ce qu'il avait fait pour finir là...

Tous, même le mec qui faisait mumuse avec Kaünis, avaient sentis le changement, c'était silencieux, instinctif, mais c'était un sentiment ancré dans tout les êtres humains. Celui qui s'activait quand un grand prédateur sortait de l'ombre en grognant... La grande différence étant que ce prédateur là n'était pas comme d'habitude, ce qui sembla intriguer Gil un moment, il connaissait assez le frontalier pour avoir sentit la différence entre cette fois et celle de la torture chez Dil'Duran. Kaünis elle même fronça un sourcil.

Le regard du jeune homme n'était pas de la même façon que d'habitude, noirci par le monstre ou éclairci par l'envoleur. Il était clair que sa symbiose s'améliorait. Il devenait lentement un seul être, cruel et rageur comme le monstre, froid et calculateur comme le frontalier, doux et tranquille comme le jeune garçon qui se camouflait en lui.


The seed of destruction,
Master of deception,
Granter of perception,
Greatest of my pulsions...

Oh, the devil's greatest trick was making men believe,
They believe he left them, in peace to live.

His soul is now the...

Seed of destruction,
Master of deception,
Granter of perception,
Greatest of my pulsions...

Le visage de Saryanne se gela dans une expression de terreur puis d'incompréhension en fixant Krämur, ses lèvres bougèrent même en supplication silencieuse. Ses vêtements tombèrent sans cérémonie sur le sol, eux. La main de Syles remonta vers sa gorge et l’agrippa, la jeune femme tenta de la enlevés des siennes par réflexe et l'envoleur la fit basculer sur le sol, lui coupant juste assez l'air pour l’empêcher de crier, puis utilisa son autre main pour agripper l'un de ses genoux et tirer pour les séparez, le regard de la jeune femme se posa de nouveau sur Krämur de façon supplicative alors que le frontalier, un léger sourire carnassier sur les lèvres, serra un peu plus la gorge de la petite noblesse à qui il s’apprêtait à démontrer la vérité du monde, le vrai, sa cruauté... Sa splendeur pour les gens comme lui, qui prenais ce qu'ils voulaient sans demander.

Elle comprit, heureusement pour elle, le message et cessa de se débattre un instant, par panique, ce qui permit au jeune homme d'insérer un genoux entre les siens et de s'en servir comme levier pour séparer le tout, se glissant sans attente plus près d'elle en dénudant ce qu'il fallait au passage puis arrêta son visage à un centimètre à peine de la jeune femme, toujours son sourire au lèvres.


Tu vas nous êtres utile après tout, tu vois, l'empereur semble penser qu'il peut nous poursuivre sans conséquences... Tu va donc lui apporter mon message...

Il s'enfonça d'un coup, d'un coup de rein puissant, déchirant au passage des tissus vierges et non lubrifier, créant une flaque impressionnante de sang sous l'endroit où ils se joignaient.

Tu vois, il tente de prendre nos vies, mais nous sommes gentils donc plutôt que de répliquer de même... On va lui donner une vie... Un ou deux bâtards dans sa cour et la prochaine qui y passe s'il n'arrête pas...

La lame coupa sans véritable marque, mais tirant un cris devenu gémissement aigu additionnel. La trace sanglante étant claire comme les lettres de feux qu'elle formait... ''La prochaine fois, ce sera ta fille, ta nièce, quelqu'un de proche...''

Les lettres, particulièrement bien écrites vu le canevas mouvant utilisé, aurait tiré une grimace à bien des gens...

L'envoleur se contenta d'un coup de rein comme réaction. Puis d'une rétraction presque complète avant de replonger, chaque fois tirant se petit gémissement que la gorge de la jeune femme ne pouvait laisser passer à cause de la pression d'une main. Main qui la laissait respirer suffisamment pour ne pas tomber dans l'inconscience, qu'elle le veule ou non. Et elle aurait sûrement préférée ne pas sentir chaque mouvement... Mais surtout elle aurait préférée ne pas voir Krämur s'agenouiller devant sa tête pousser vers l'arrière, son pantalon aux chevilles, pour s'enfoncer dans sa gorge que Syles lâcha lentement après une seconde de surprise, son sourire s’agrandissant... Il manquait encore Gil, puis Kaünis, et elle comprendrait pourquoi son cher papounet lui disait de ne jamais sortir seule, surtout pas la nuit... Parce que ce qu'il y avait d'écrit, sur les cartes maritimes, aux frontières connues, c'était aussi applicable à la ville et au monde en général...


Here there be monsters...

Le plaisir montant en lui, Syles donna un coup de reins particulièrement puissant pour s'enfoncer aussi loin qu'il le pouvait, frottant les tissus sanglant en allant se nicher bien au fond pour jouir, Saryanne lâchant au passage un cris étouffer, elle comprenait sûrement qu'il n'avait pas blaguer, en disant qu'il créerait une vie, là, maintenant... Après tout, il était loin d'en avoir finit, la nuit était jeune... Et Krämur pourrait même aider à s'assurer qu'elle tombe enceinte, cette connasse. Vue sa façon de tout tenter pour retirer le frontalier d'en elle, ils devaient avoir frapper le gros-lot de la fertilité, comme soir...

Parfait.

Le jeune homme sentit un toucher qu'il connaissait bien sur sa joue, puis trouva ces merveilleuses lèvres... Kaünis, la tentation incarnée, avait l'air de fichtrement aimer cette idée de message, même si ça voulait dire qu'elle n'aurait pas sa dose de sperme cette fois-ci... Après tout, gros-lot de fertilité ou pas, pourquoi prendre une chance en se lâchant ailleurs... Ce que l'autre homme, actif à la gorge de la victime du moment, semblait avoir compris puisqu'il serra sa main sur la dite gorge en se retirant et faisant un signe au frontalier, changeant de position avec lui, s'enfonçant aussi loin que possible dès le premier coup en soupirant de plaisir pour y rester le temps qu'il fallait avant de commencer à se mouvoir doucement pendant que l'envoleur faisait de même à l'autre extrémité. Round 2, ding ding, que le match commence... Et le regard plein de désir que Kaünis envoya à ce dernier annonçait tout un round, surtout quand elle serra sa main sur la gorge de la jeune femme et sur le membre de Syles au travers de la peau par la même occasion... Puis ses pantalons à elle aussi prirent le large...

Le colosse d'avant était probablement K.O. ou mort, le jeune homme s'en foutait bien, particulièrement quand il se logea en sa partenaire, sa main sur la sienne, étranglant les cris de douleur de Saryanne à deux.

Quoi de plus excitant que de savoir qu'un peu trop d'excitation, un peu trop d'intensité, de relâchement, et crac. Une vie s'éteindrait..? Krämur semblait presque jaloux du fait qu'il pouvait ainsi établir un lien avec l'envoleuse sans même essayer, comme si c'était naturel...


I know he's perfect and worth it,
I bet he's handsome
But can he love you and touch you until you go?
You could go on and try to hide it...

But we both know,

He can fuck you good, but I can fuck you better.

Il s'enfonça en sa partenaire comme il ne l'avait pas fait depuis un sacré moment, s'abandonnant au moment tout en touchant chacun des points faibles qu'il connaissait, certains de plaisir, d'autres de douleur, ainsi de suite. Elle lui mordait l'épaule, étouffant ainsi ses gémissements et ses cris possibles, tirant un peu de sang tellement elle mordait fort. Et plus elle mordait, plus il s'abandonnait à son corps, lui donnait une raison d'enfoncer ses dents sous forme de plaisir et de douleur. Cercle vicieux dont il était impossible de s'enfuir. Krämur, de son côté, semblait se dire qu'ils étaient bien dingue, tout les deux, ce qui n'était pas faux.

Syles poussa ce dernier pour jouir là où ça importait une ou deux fois, mais à peine finit de se lâcher qu'il replongeait de tout son être dans son maelstrom de noirceur, son cercle vicieux préféré avec Kaünis... Ses sensations que personne d'autre ne pouvait lui donner, tentant de lui donner, lui aussi, des sensations uniques... Il se foutait bien de la garde impériale du coup... S'ils se pointaient, ils n'auraient qu'à les tuez pour retourner à ce qui importait, les corps brûlants s'entremélants. Saryanne, là, ce n'était qu'un sac à sperme, un dépositoire pour ne pas détruire les sensations avec un surplus de liquide visqueux...


No one'll love you like me.

Some others would say ''she's prettier than you'll ever be'',
I'd answer ''This beauty's just right for me, yeah.''

But there's one thing we both know I would say...

''She could fuck me good, but Kaünis fucks me better.''

Saryanne ne bougeait même plus, elle se laissait juste faire, les larmes de ses yeux commençant à séchés tellement elle n'en pouvait plus, pour elle ça semblait interminable, infernal, et cette folle, à côté, elle, en redemandait. C'était des démons de l'enfer.

Syles se retira de cette pathétique poupée de chiffon vivante pour la énième fois, ils devraient bientôt partir, ça durait déjà trop et elle avait plus de sperme en elle qu'elle ne pouvait contenir, ça coulait le long de ses cuisses, formait une flaque qui commençait d'ailleurs en embuer l'air, et Syles décida d'en rajouter une petite fois encore, retournant à Kaünis qui brûlait sous son toucher... Puis se dit que non, elle en avait eu assez, la noble, il laisserait le dernier coup à Krämur.

S'enfonçant en l'envoleuse de toute ses forces malgré la fatigue qui s'emparait un peu de lui, l'envoleur y mit une énergie nouvelle devant le fait qu'il lui donnerait enfin une dose, à elle aussi. Ses mains traçait des chemins de feu sur la peau de sa compagne et il la fit monter au portes du plaisir, elle fit jouer de ses muscles et de ses mains, de ses dents aussi, à son tour, l'amenant avec elle dans sa montée, puis dans une morsure réciproque et monumentale pour arrêter l'envie de s'arracher la gorge et les poumons en criant se relâchement si familier mais pourtant si... Différent, les deux envoleurs se serrèrent un moment, puis se fixèrent en haletant, chacun saignant légèrement d'une trace de dents sur l'épaule, le sein droit de la jeune femme démontrant aussi la marque des dents du frontalier.

Se relevant avec misère alors que Krämur, à côté, soupirait en jouissant une dernière fois, Syles remarqua que Gil semblait à l'aguet, lui... Bon, il avait un peu fait un blackout alors le maître les avaient probablement rejoins à un moment, mais il était le premier prêt à repartir, en tout cas. Kaünis, les cheveux en batailles, se releva avec peine en s'aggripant à Syles, il fallait dire qu'il n'avait pas été doux avec elle et que ce n'était pas son premier orgasme de la mission viré partie de baise.

Se rhabillant rapidement, les complices s’ébrouèrent un instant et prirent un couloir, guider par Gil... Ils avaient pris beaucoup plus de temps que prévu, Gil avait probablement jouer de la bataille pour assommer quiconque s'approchait, sachant très bien qu'il était impossible de stopper ses anciens apprentis, qui prirent rapidement la tête du groupe... Surtout Kaünis en fait, les trois hommes la suivait, c'était à elle de voir, laisser le message déjà prêt dans l'autre couloir faire le travail ou envoyer un double message qui était une véritable mission suicide vu que dès que Saryanne serait découverte tout le palais serait en mode alerte?

Peut importe ce qu'elle choisissait, les trois hommes la suivait, la suivrait.

En enfer et sur le chemin du retour si nécessaire.


That death does wait,
There's no debate...

So charge and attack,
Going to hell and back.

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Envoleuse
avatar

Nombre de messages : 877
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Dim 14 Aoû 2016, 06:32

La main se retira de sous ses dents dans un éclat de sang, et Kaünis grogna vivement. Le colosse tentait de l’attraper dans son dos, mais elle était solidement ancrée à lui, et elle enfonça encore plus méchamment un genou dans ses reins, ce qui le cambra et il lâcha un hurlement de frustration et de douleur mêlées.
L’Envoleuse planta ses dents dans l’épaule de son assaillant, le mordant de toute la force de ses mâchoires, alors que sa poitrine s’écrasait sur ses omoplates. Son corps réagit au contact rugueux, au grondement sourd, à la puissance que le mec dégageait. Et surtout…
Elle croisa le regard de Syles. Ça la déconcentra un instant, alors qu’elle passait sa langue sur ses lèvres…

Il parvint alors à saisir l’une de ses chevilles et d’un large mouvement puissant la décrocha presque facilement de lui en la jetant devant lui… Et en la plaquant sur le sol.
D’immenses mains s’emparèrent de son cou pour serrer, et Kaünis eut à peine le temps de prendre une petite inspiration. Il l’écrasait littéralement de tout son poids, et elle cessa de se débattre – ça ne servait à rien – pour plutôt pousser sur ses talons et se plaquer contre le corps de l’homme. Elle le sentit frémir, parvint à dégager l’un de ses coudes pour sortir son bras de sous la masse, et elle attrapa violemment une fesse. Instinctivement, son assaillant contracta ses reins, qui forcèrent contre Kaünis dont le corps s’embrasa vivement.

Il comprit qu’il n’aurait pas la réaction escomptée – la peur – quand il croisa son regard noir et brûlant.
Surpris, il décolla son corps de celui de Kaünis un instant et elle en profita pour amener son bassin à la rencontre du sien, glisser ses doigts dans son pantalon…
Caressante, elle glissa sur son membre qui commençait déjà à durcir… Ne s’arrêta pas là, descendit plus bas pour trouver ses bourses, les soupesa un instant… Avant de les tordre avec force et violence.
- Ahhhh ! Le colosse hurla de douleur et de surprise, mais elle n’avait pas dit son dernier mot. Ajustant la position de sa main en moins d’une seconde, elle enfonça ses ongles dans la base des testicules de son assaillant et tira de toutes ses forces. La chair se découpa dans sa main et le tissu du pantalon de l’homme se déchira sous le mouvement.
Soudain, Kaünis fut bloquée sous l’immense masse de l’homme, tombé dans les vapes. Poussant un soupir, elle leva les coudes et parvint à le faire rouler sur le côté. Dans ses doigts, la texture presque granuleuse, le liquide visqueux mélangé au sang, lui tira un frisson de délice.
En quelques secondes une mare de sang s’étendit sous le corps de l’homme, et l’Envoleuse le délaissa pour s’approcher de Syles et Krämur qui s’amusaient comme des petits fous.

Oh. La. La.
C’était affreusement excitant de les voir défoncer cette gamine noble. Elle en avait les larmes qui dégoulinaient de ses yeux, la bave qui coulait de sa bouche, l’empêchant de parler, de hurler.
Le corps en feu, Kaünis croisa à peine le regard de Gil. Elle voulait Syles, là. Elle le regardait baiser l’autre nana, et elle était jalouse. Elle voulait la même chose, voire pire. Son aura, là tout de suite, était irrésistible. Elle le voulait. Là, maintenant !
S’approchant de l’Envoleur, elle attrapa – presque délicatement compte tenu de son besoin brûlant – son oreille entre ses dents.
Ils changèrent, et Kaünis peinait de plus en plus à se contenir. Mais voir cette fille souffrir comme ça, devenue pantin pantelant, poupée de chiffon – et réceptacle à foutre ! – ça l’aidait, car ça faisait aussi ressortir son besoin de sang, de Chaos. Se joignant à Syles, elle enfonça ses doigts de chaque côté de la mâchoire de Saryanne, d’abord, de chaque côté de sa trachée, avant d’enfoncer les doigts de sa seconde main le long de l’intérieur de la joue de la fille. Elle ne pourrait pas serrer le sexe de Syles, comme ça. Et Kaünis pouvait aussi en profiter !

Oh… Et profiter de Syles, de sa longueur, de son épaisseur parfaite, calibre parfaitement adapté à elle…
* Oh. Putain ! *
C’était bon. Bien mieux que bon.
Toute cette violence, Krämur qui baisait la nana à côté, leurs mains liées sur la gorge de Saryanne…
Un goût de paradis flottait dans la bouche de Kaünis. Ou alors c’était la peau de l’épaule de Syles, et son sang qui gouttait doucement sur sa langue.
Bon. Alors c’était une odeur de paradis qui grouillait dans l’air. S’y abandonnant, se mouvant autour de Syles, à chaque fois un peu frustrée qu’il s’en aille pour finir en Saryanne, elle fut enfin soulagée quand il se ficha en elle, quand ils purent se concentrer l’un sur l’autre.
Trop de temps s’était passé depuis leur dernière partie de baise violente. Ça faisait du bien, un bien fou ; et alors que son orgasme grondait en elle en prenant de l’ampleur, Kaünis se dit que personne d’autre ne pouvait lui procurer des sensations pareilles. Est-ce que c’était réciproque ?

Through the sweat and the blood, I know what I'm made of
It's the hunger that keeps me alive
This time, I'm coming like a hurricane, this time

Elle cligna des yeux.
C’était fini. Et tout son corps lui semblait soudain beaucoup trop lourd. Elle avait envie de dormir. Non, elle ne pouvait pas : ils étaient dans le Palais Impérial, déjà. Et ensuite, c’était là qu’elle sentait qu’elle n’avait pas toutes ses forces, c’était un fait. Grognant, elle se décolla à contrecœur de la musculature puissance et transpirante de Syles, laissant un dernier souvenir en léchant les traces de sang de sa morsure à l’épaule.

Guidés par Gil, les trois acolytes laissèrent Saryanne sur place, dans une flaque de sang et de sperme…
* Hum, c’était drôlement cool. * Un sourire satisfait sur les lèvres, Kaünis se glissa en tête, et le temps d’un regard en arrière roula des hanches, avant de se concentrer sur ce qu’elle avait devant elle.
Si elle se souvenait bien, ils n’étaient plus si loin des quartiers impériaux.
A gauche, à gauche, à droite. Des marches pour passer au niveau du dessus… De la moquette. Rouge et verte. Et dorée. Partout.
Ah ! Ils avaient donc trouvé le bon étage – ou en tout cas la bonne partie d’étage. S’avançant sur le revêtement doux, Kaünis jeta un coup d’œil par une porte, rapidement, passa à la suivante, ouverte…

Trois silhouettes en bondirent, à l’extérieur.
Pour leur faire face, leur sabre déjà dégainés, pointés dans la direction de Kaünis qui s’était immobilisée.

Deux filles. Un mec.
Un sourire étira les lèvres de l’Envoleuse : Ils s’approchaient du but !

Mais elle n’eut pas le temps de réagir : déjà, l’homme se jetait sur elle. Elle voulut esquiver sur le côté, mais il anticipa, d’une rapidité extrême. Elle fronça les sourcils mais déjà la lame du Frontalier déchirait son haut noir et elle se jeta en arrière.
Trop rapide…
Se mordant la lèvre inférieure, l’Envoleuse chercha un peu de soutient du côté des trois hommes qui l’accompagnaient, elle. Au moins Syles. Ou…

La silhouette de Krämur se brouilla. Prit de l’ampleur, s’allongea, grossit, devint immense. En quelques secondes, un immense Brûleur avait envahi le couloir et cela surprit suffisamment l’une des Frontalières pour qu’elle se fasse toucher par un tentacule électrique. Ouf. Il en restait deux.
Elle se jeta sur le Frontalier, tentant de profiter de sa surprise…

I came to fight for the love of the game, unstoppable
That's why I, I'm undefeated
Off the leash, out of the cage, an animal
That's why I, I'm undefeated
I, I, I know I can beat it

Mais ce mec était trop rapide. Si elle le touchait, il la blessait plus souvent. Elle avait eu le temps de dégainer ses lames blanches et jouait de leur couleur immaculée. Mais cela ne suffisait pas.
Elle jeta un coup d’œil en arrière, trouva le regard de Gil – le plus proche.
- Gil !

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 944
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Lun 22 Aoû 2016, 08:11

Gil ne savait pas s'il devait être furieux ou navré que ses anciens apprentis ne sachent pas compter. Parce que bien sûr, vingt secondes plus tard, c'était le souk. Et pas du petit souk, non non ! En pleine infiltration dans le palais impérial, ces andouilles ne trouvaient rien de mieux à faire que violer joyeusement une noble effarouchée, et plus parce que affinités. Soit ils sont en manque perpétuel, soit ils sont complètement cons.Les deux n'étaient pas nécessairement incompatibles et l'Envoleur se garda bien d'intervenir : tout ce qu'il pouvait faire, c'était veiller à ce que les trois baiseurs de l'extrême ne soient pas « dérangés ». Il ne pouvait pas nier que leur tribulations le mettaient dans un état un peu second. Cette pauvre fille ne lui disait rien mais les gémissements de Kaünis lui donnèrent chaud. Il s'éloigna un peu, jeta un coup d'oeil par la fenêtre, ne vit rien du tout, fronça les sourcils. Ils étaient en chemin, c'était évident. Combien de temps avant qu'on ne leur tombe dessus ? Combien de secondes avant qu'on ne découvre leur méfait ? Il soupira. Cette mission était complètement dingue. Le plus dingue étant qu'il ne s'imaginait pas ailleurs qu'au cœur de ce merdier. Tu parles d'une ligne de conduite !

- On se rhabille et on se met au boulot, les jeunes ! lança-t-il à voix basse, tout en gardant les yeux rivés sur le couloir, la main sur la poignée de sa lame.

Profitant d'une petite accalmie d'hormones, Gil fila hors de la chambre, les trois autres sur les talons. Syles prit rapidement la tête cependant, et il le laissa faire ; c'était leur idée, pas la sienne. Leur mission. Il n'était qu'une pièce rajoutée à la dernière seconde. Il préférait couvrir leurs arrières. Ce fut à l'étage du dessus, au plus près des appartements de l'Empereur, que les choses se corsèrent un peu. Des frontaliers probablement choisis pour compléter la garde impériale surgirent d'une pièce. Kaünis répliqua aussitôt, ses lames entamant une danse mortelle et immaculée, mais son adversaire était d'une redoutable efficacité et parvenait à la tenir en respect. Syles se battait également. Quant à Kramür, il... Gil écarquilla les yeux. Qu'est-ce que... ?? L'homme n'était plus un homme, c'était... un brûleur ?! Sidéré, il eut à peine le temps de bondir en arrière pour éviter un tentacule qui crépitait dangereusement – mais celui-ci était destiné à la frontalière qui ne put esquiver l'attaque. Gi la regarda s'effondrer, interdit. Le cri de Kaünis le sortit de sa torpeur. Oubliant un bref instant l'incroyable scène dont il venait d'être témoin, l'Envoleur se plaça à côté de son ancienne élève. Son premier instinct était de la faire passer derrière lui, mais cela ne dura qu'une seconde et ce réflexe s'évapora sans avoir eu le temps de naître : Kaünis n'était pas une débutante. Elle serait déjà morte, sinon.

Non seulement c'était une guerrière expérimentée, mais ils n'en étaient pas à leur première bataille tous les deux ; leurs gestes retrouvèrent leur rythme et s'accordèrent, ballet de lames et des techniques qui fit reculer le frontalier. Un pas. Encore un autre. Il avait les yeux brillants de celui qui prend un réel plaisir dans l'affrontement et, il fallait le reconnaître, ce combat était splendide. Puis, lorsqu'il sentit que Kaünis était en passe de prendre l'avantage, Gil s'effaça souplement. Comme ça, pouf ! Il avait joué son rôle, à elle d'accomplir le sien. Il ne prit pas la peine de se retourner pour vérifier que c'était bien elle qui avait gagné. Dans le couloir, le silence revint, lourd. Gil faisait face à un brûleur et il ne savait pas trop quoi penser. L'attaquer reviendrait à se fare tuer dans la seconde... L'image se brouilla alors et Kramür réapparut. Alors ça, c'était fort.

-Tu aurais pu me prévenir qu'on se baladait avec un schizoprhène vaguement monstrueux, marmonna Gil à l'attention de Kaünis.
- On dit métamorphe, crétin.
- La métamorphose crétine existe donc ? Renversant.


Kramür dut résister à l'envie de tordre le cou à Gil – ou bien à l'électrocuter avec ses tentacules – car les deux autres s'étaient déjà remis en mouvement. Ils avaient raison. Il fallait rester mobiles et surtout, se dépêcher : qu'ils soient encore en vie tenait du miracle, mais celui-ci avait forcément ses limites. Gil se colla dos contre le mur qui jouxtait la porte des appartements privés de l'empereur et fixa Kaünis, puis Syles dans les yeux.

- Une minute. Pas plus.

D'un geste du poignet, il ouvrit la porte. A l'instant où Kaünis disparaissait à l'intérieur de la pièce, un légionnaire faisait irruption dans le couloir, tout au bout. Suivi par toute une garnison. Gil fit danser sa lame au bout de son bras, un large sourire aux lèvres.

- Rendez-vous ! Nous sommes plus nombreux, vous n'avez aucune chance de vous en tirer.
- M'en fous, j'ai un brûleur,
marmonna Gil avant de pointer son arme vers le groupe. Allez Mümür, attaque !
- ...
- Ouais enfin, fais comme tu le sens, quoi.


En face, les légionnaires chargeaient. Et dans l'esprit de Gil, un compte à rebours se déclencha.

60.
59.
58.
57...

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 677
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Mar 23 Aoû 2016, 03:24

On as pas le temps, les enfants!

Sbaff.

Une claque à l'arrière du crâne de chacun des hommes. Comme s'il pouvait parler, lui qui venait de perdre un temps fou en partie de jambes en l'air. Cela dit, il continua son chemin en évitant souplement les deux répliques prévisibles à son petit assaut puis repris la tête des opérations.


~~~

Syles ne prit même pas la peine de sortir ses lames, la frontalière devant lui semblait croire qu'elle avait un avantage certain et, surtout, quand sa copine fut grillée, il aperçu dans ses yeux une lueur distincte, celle de la rage.

Il avait combattu des frontaliers à la dizaine par le passé, connaissait leur temps, leur technique. Le peu d'entrainement différent qu'elle avait reçue pour faire partie de la garde impériale ne changeait pas grand chose. Elle s'élança vers lui, jetant sa lame vers son visage et il se contenta d'éviter le coup en tournant sur lui même le long de son arme et de son bras pour lui placer un coup de genoux dans l'estomac, lui coupant le souffle un instant. Instant qu'il utilisa pour lâcher un petit ''Leçon numéro un...''

Elle grogna, ragea, puis s'élança dans un des pièges de sa garde, se retrouvant en un instant désarmée et avec sa propre arme entre les cotes... Alors seulement le jeune frontalier termina sa phrase en la regardant dans ses yeux plein d'incompréhensions.


On attaque jamais sous le coup de la colère...

Enfin, sauf quand, comme lui, la colère ne rendait que plus calculateur, plus calme... Plus froid.

Et voilà que les deux andouilles jumelles commençaient à s'emmerder l'un l'autre, Gil avec sa verve habituelle, Kramür avec son... regard...


On as pas le temps, les enfants!

Sbaff.

Une claque à l'arrière du crâne de chacun des hommes. Comme s'il pouvait parler, lui qui venait de perdre un temps fou en partie de jambes en l'air. Cela dit, il continua son chemin en évitant souplement les deux répliques prévisibles à son petit assaut puis repris la tête des opérations.

Les soixante secondes de Gil seraient bien assez, de toute, se dit le jeune homme en se coulant à la suite de Kaünis dans la salle, défonçant au passage un garde qui se tenait à l'intérieur question de sécurité avant que celui-ci ne comprenne ce qu'il se passait. L'empereur, à un bureaux devant eux, leva les yeux pour crier un ''Mais qu'est-ce que--'' qui fut interrompu par les sous-vêtements de saryanne, que Syles avait apporter exprès, qui lui volèrent en pleine gueule suivit d'une apostrophe du garçon.


Salut grand-père, on viens voir comment tu aime ça, toi, être la proie!

Le frontalier laissa à l'homme le temps de se débarrasser du vêtement sur son visage, puis reconnu la terreur sur son visage en reconnaissant Kaünis... En tout cas, une fois sortit d'ici, les quelques piécettes pour sa capture à lui deviendrait un prix de fou... C'est sur cette pensée qu'il attira à sa main la dague que le dirigeant attrapait, dernier espoir de protection de sa part, sous le regard complètement stupéfait de l'homme.

Faisant tourner l'arme dans sa main, il observa sa compagne un moment...


Alors, on fais ça comment, Ts'liche de mon coeur..?

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Envoleuse
avatar

Nombre de messages : 877
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Mar 23 Aoû 2016, 04:11

Kaünis


L’Envoleur entra presque immédiatement dans son champ de vision et Kaünis s’accorda instantanément à lui. Ils avaient déjà combattu tous les deux, même si ça faisait longtemps, mais aucun d’entre eux n’avait oublié. Et leur duo fit mouche. Elle sentit le Frontalier s’infléchir sous leurs assauts, et quand enfin il fatigua et baissa sa lame un dixième de seconde trop tôt, elle s’engouffra dans sa brèche en combinant ses lames qui s’étirèrent en une nouvelle, immense, qui transperça la carotide de leur adversaire.
Un geyser de sang explosa dans le couloir et Kaünis se mordit la lèvre inférieure pour ne pas lâcher un petit cri d’extase.

Comme toute réponse à Gil, elle lui adressa une grimace moqueuse, laissant le soin à Syles de frapper les deux hommes dans la nuque. Un ricanement franchit ses lèvres closes et elle se mordit la lèvre inférieure pour ouvrir la porte de la pièce, l’Envoleur sur les talons.

Une minute ?
Roh, ils allaient pas avoir le temps de trop s’amuser. Bon, elle comptait quand même bien en profiter !
Un garde défoncé plus tard, Syles jeta les dessous de Saryanne à la tronche de l’Empereur… Oh, le petit vieux, assis derrière son bureau, ça faisait très diplomatique tout ça ! Un sourire moqueur sur les lèvres quand elle vit la peur dans le regard de l’homme de pouvoir - * pouvoir mon cul ouais ! * – elle s’approcha de lui en roulant des hanches alors que le poignard volait vers Syles.

Asseyant sa fesse droite sur le bord du bureau, elle se pencha par-dessus l’espace de travail et attrapa la barbichette de l’Empereur entre son index et son pouce.
Lui adressant un regard dangereux, un sourire satisfait sur les lèvres, Kaünis fit passer son genou droit sur le bureau et bascula à genoux sur les feuilles étalées devant l’Empereur.
- Salut petit chou, tu me reconnais ? demanda-t-elle, en observant attentivement le souffle saccadé et la déglutition de l’homme en face d’elle. Il avait l’air juste complètement perdu. Et affolé. Alors écoute, je sais pas ce que t’as fait exactement avec Nana, mais c’est pas mes affaires. Juste une chose : arrête de nous coller au cul. Sinon, je vais coller à ton cul un joli fer brûlant, parce qu’on reviendra si on nous cherche.
- Tu connaissais vraiment Léna ?
Apparemment la question lui brûlait les lèvres. Kaünis jeta un coup d’œil à Syles, avant de se pencher encore plus sur l’Empereur… Et de lui attraper la lèvre inférieure entre les dents et le faire saigner dans un grognement.
- Ouais. Donc ?
- D’accord. Partez.
- Oh ! Une dernière chose… !
Kaünis bascula juste à côté de l’Empereur qui resta figé sur place, les yeux écarquillés. Elle tendit sa paume ouverte vers le vieux. File-moi tes dessous. Et grouille, sinon j’écris un joli K sur ta fesse gauche, le vieux.
Complètement pris au dépourvu, l’Empereur lui-même se déshabilla pour se retrouver en chemise seulement devant Syles et Kaünis, qui avait un sourire moqueur quand il posa son slip – presque une culotte quoi ! -  dans la paume de l’Envoleuse.
- Gentil chien.
Elle froissa le dessous dans son poing, avant de contourner le bureau sans-dessus-dessous et d’adresser un clin d’œil à l’adresse de l’Empereur, en se glissant hors de la pièce.

Antor Sil’Afian


Elle disparait dans l’ouverture de la porte, et je reste encore quelques secondes sonné.
Est-ce que c’est réel, ou bien simplement un cauchemar ? Baissant les yeux vers mes pieds, je réalise que ce n’est pas un rêve.
Mon cœur se met à palpiter encore plus vite dans ma poitrine. Tentant d’avaler une goulée d’air pour calmer mon cerveau et mon corps qui sont dans tous leurs états, j’attrape le dispositif qui me permet de communiquer avec mes officiers généraux.
- Ils sont dans les quartiers Impériaux.
- On envoie les renforts.
- NON !  
hurlais-je si fort que ma gorge s’arracha brutalement. Non, repris-je plus calmement. Laissez-les partir. Je ne veux pas un seul homme perdu de plus ! Ils venaient de battre Ruaril, plus les trois Frontaliers. Cela n’allait pas être des soldats qui allaient pouvoir leur tenir tête, surtout dans des endroits étroits comme les couloirs.
- Mais…
- CECI EST UN ORDRE !



Krämur


3…
2…
1…

Il redressa la tête en tourbillonnant sur lui-même pour atteindre la porte.
Mais cette dernière s’ouvrit à la volée sur Kaünis et Syles, qui sortaient avec des sourires diaboliques sur les lèvres. Le mercenaire fronça les sourcils, mais se contenta de hocher la tête.
Pile dans les temps.
Se tournant vers Gil, il lui adressa un signe du menton. Une dizaine de cadavres gisaient sur la moquette, éclaboussant son éclat d’un vert sapin de sang noir. C’était presque artistique tant c’était sanglant, mais Krämur ne s’attarda pas sur la scène.
- On bouge !


*  *


Étonnamment, ils ne croisèrent absolument personne sur le chemin de la sortie.
Krämur ne savait pas si c’était une bonne ou une mauvaise chose. Si c’était bon signe ou non. Le plus simple était qu’ils sortent tous par l’endroit où lui était rentré, et il mena le petit groupe jusqu’à la sortie du Palais.

Un soupir de soulagement finit par franchir ses lèvres alors qu’il cessait de courir, après plus de quarante minutes de course en direction du Nord.
S’appuyant sur ses deux genoux, plié en deux, il n’en pouvait plus alors que ses poumons sifflaient méchamment.

Redressant le menton, il croisa le regard remplis de satisfaction de Kaünis et fronça les sourcils alors qu’elle s’arrêtait à côté de Gil. Et tendait une main devant elle. Quand elle ouvrit les doigts, il mit plusieurs dizaines de secondes à comprendre ce qu’elle tenait, et…
Purée, mais elle était juste incroyable cette fille.  

- Hé Gil, c’est presque une culotte qu’il avait l’Empereur ! Tiens, cadeau. T’auras qu’à le montrer à Naïs ! Elle avait sur le visage une de ces grimaces à la fois moqueuse, mais fière d’elle-même.
Levant les yeux au ciel, il ne résista pas.
- T’es vraiment incroyable. Il te fallait vraiment un trophée ?
Elle le regarda d’un air malicieux qui l’intrigua un instant. Avant qu’elle ne hausse les épaules.
- Quoi, tu voulais la culotte de Saryanne ?
Il secoua la tête.
Il valait mieux qu’il laisse tomber.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 944
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Mar 23 Aoû 2016, 14:52

Somme toute, ça lui plaisait bien, ce joyeux bordel. Il risquait sa vie à chaque instant, d'autant que les hommes qu'il affrontait n'étaient pas des débutants, mais Gil était gagné par l'ivresse du combat et séduit par le danger ; son audace le poussait à faire des paris vraiment périlleux et il ne dut son salut qu'à ses prodigieux réflexes. Par défi pour par esprit de contradiction, Kramür ne se métamorphosa pas en brûleur. Plus tard, Gil se pencherait sur la question d'un tel don, mais pour l'heure il était occupé à croiser le fer avec son dernier adversaire. Une parade à droite, une feinte à gauche, l'acier qui virevolte et qui tranche. Sans état d'âme. Son regard n'accompagna pas la chute du légionnaire mais glissa vers la porte close. La minute touchait à sa fin et les deux andouilles n'étaient pas encore sorties. S'il fallait aller les chercher, il irait pour en traîner une par les cheveux et l'autre par la peau des fesses. Inutile de préciser qui.

-J'ai gagné, fit-il remarquer en posant un genou à terre pour fouiller le cadavre à ses pieds.
-Que dalle ! répliqua Kramür en s'adossant au mur du couloir pour retrouver son souffle.
-Soit pas vexé, j'ai l'habitude...

Gil ignora superbement le doigt que lui lança le jeune homme. Enfer, j'y peux rien s'il n'y a que la vérité qui blesse... Et puis c'était vrai : il avait brillé. Il y avait longtemps qu'il ne s'était pas donné de la sorte. Possible que les récents événements soient en cause, mais au final cela ne changeait pas grand chose au résultat : une partie de la garde impériale hors d'état de nuire. S'ils ne décampaient pas rapidement, ils allaient finir la nuit dans une housse mortuaire.

-Tu saignes, le monstre.
-Tu t'es vu ?


Gil baissa les yeux, sans savoir si Kramür faisait allusion aux estafilades qui couraient sur ses bras et son torse ou bien à sa manière infiniment bestiale de se battre. Il ouvrait la bouche pour en savoir davantage lorsque la porte s'ouvrit enfin. Deux boulets de canon jaillirent. Gil faillit faire un croche-pied à Syles, pour lui passer l'envie de lui frapper l'arrière du crâne à nouveau, mais la situation n'était pas propice à ce genre d'enfantillages et il garda cette idée pour plus tard ; sans un mot, les quatre compagnons quittèrent les lieux. Ce fut plus simple que prévu. Tant et si bien qu'une fois hors de portée de la capitale, Gil s'étonna qu'ils aient pu filer sans le moindre souci. Le souffle court, les cheveux collés à son front par la sueur, il détacha son regard de l'horizon lorsque Kaünis se planta devant lui.

-Tiens, cadeau. T'auras qu'à le montrer à Naïs !

Elle lui tendait un slip roulé en boule que Gil attrapa du bout des doigts.

-Est-ce que c'est vraiment ce que je crois ?

Le regard de l'Envoleuse fut plus éloquent qu'une réponse verbale, et Gil se mordit l'intérieur de la joue pour ne pas rire. Bien joué, gamine ! Il glissa le sous-vêtement fort précieux dans la poche arrière de son pantalon. Sûr qu'il devait montrer ça à Naïs ! Amusé à cette idée, il regarda les jeunes se remettre de leurs émotions. Ils étaient tous plus ou moins amochés mais leur mine ravie en disait long sur leur état d'esprit. Cette mission suicide était un succès ! Pour Kaünis davantage que pour les garçons. Elle rayonnait presque. Quoi qu'elle ait pu vivre, il était certain qu'elle allait remonter la pente. Elle avait déjà fait la moitié du chemin ! C'était une dure à cuire, une vraie. Sexuellement et phsychologiquement cinglée. Syles était sans doute pire, parce que moins facile à déchiffrer dans sa folie furieuse ; il cesserait peut-être un jour de l'épater, mais Gil espérait que ce ne soit pas pour demain. Kramür restait étrangement silencieux. Curieusement, Gil ne l'appréciait que moyennement. Il était titillé par quelque chose chez lui – et pas seulement sa double personnalité monstrueuse... Incapable de déterminer ce qui en était la cause, il haussa les épaules. Quelque chose lui disait que c'était l'heure de tirer sa révérence. Il allait récupérer Couillon, ce fichu canasson qui n'en foutait pas une, et rentrer chez lui. Mais avant...

-J'ai deux mots à te dire, lança-t-il à Kaünis.

Il s'éloigna un peu parce qu'il voulait qu'elle soit seule à entendre ses paroles.

-Arrête de déconner. Non, tu la fermes et tu m'écoutes : je parle de cette histoire de suicide manqué. Je te raterai pas si tu t'abaisses encore une fois à ce genre de chose. Tu m'as déçue... mais cette putain de mission t'a fait remonter dans mon estime alors ruine pas tout. Pigé ?

Sans attendre sa réponse – parce qu'il s'en foutait royalement, du moment que le message était bien passé là où il le fallait – Gil tendit le poing et le cogna contre celui de la jeune femme. A plus, gamine. Il porta deux doigts à son front pour adresser un signe à Syles et leva imperceptiblement le menton à l'attention de Krämur. Puis il tourna les talons et disparut sans demander son reste. Il savait très bien ce qui l'attendait s'il s'attardait. Rien que d 'y penser, il se sentait presque fiévreux. Ouais, ouais, songea-t-il en s'efforçant d'ignorer les images les plus crues. On baisera un autre jour, hein !

… ou pas !



[Voilà, moi je m'arrête là xD C'était encore du grand n'importe quoi mais purée, c'que c'est chouette de faire du grand n'importe quoi avec vous deux ! Déjà hâte de remettre ça... mrred]

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 677
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Jeu 25 Aoû 2016, 03:31

Le frontalier parla un instant avec Krämur de choses qu'il considérait comme non-importantes, lui racontant au passage la rencontre avec l'empereur qui lui valut un regard entre l'exaspération et l'hilarité de la part de son interlocuteur... Le genre de regard que Gil lui envoyait souvent, quoi. Kaünis revint près d'eux peu après le signe d'au revoir de Gil et les deux hommes se retournèrent vers elle en même temps, carrément à sa disposition.

Alors la Ts'liche, d'autre plans merveilleux? Ou si tu veux qu'on aillent prendre un verre... Ou te prendre toi..?

La réplique lui valut un petit coup d'oeil un peu surpris de sa franchise de Krämur, toujours pas habitué mon grand? Pas de secret ici, si elle veut coucher y'a pas de jeux de séduction et de tentation, y'a qu'une chose... ''Allez, viens, on baisent!''

Et c'était très bien comme ça, se dit le jeune homme. Cela dit il avait encore l'adrénaline dans les veines, il aurait bien fait un petit génocide, mais c'était un peu extrême... Avec un peu de chance il n'avait pas encore de prix sur sa tête... Cela dit, ça ne durerait pas. Tant qu'il suivrait Kaünis, il serait dans les emmerdes... Et contre toute logique, il adorait ça. C'était comme un poison dont il s’enivrait. Kaünis était sa drogue, qu'elle s'en rende compte ou non. Et cette dépendance était incurable.

L'envoleur tira le couteau de l'empereur, surtout une dague d'apparat, de sa poche et commença à jouer avec en pratiquant sa greffe, exercice auquel il s'adonnait souvent qui avait augmenter son contrôle et son endurance avec celle-ci. L'homme à ses côtés avait encore ce regard comme émerveiller chaque fois qu'il faisait voler la lame, c'était presque exaspérant. Et puis il était un peu trop... Trop à son goût, voilà. Mais bon, c'était son avis et il s'en foutait un peu, au final. parce que bon au final, ça restait la même chose, il n'avait pas besoin d'être son pote, il était pas là pour ça, il était là pour Kaü.

Point barre.

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Envoleuse
avatar

Nombre de messages : 877
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   Jeu 25 Aoû 2016, 07:52

Un sourire fier se dessina sur les lèvres de Kaünis quand Gil lui demanda si c’était vraiment ce qu’il pensait que c’était. Ce qu’elle lui tendait… Bah oui, évidemment ! Échangeant un regard amusé avec Syles, la jeune femme pouffait intérieurement de rire : bah voilà, ils s’en étaient tous sortis finalement ! Et puis, c’était cool, elle avait vu l’Empereur, et elle lui avait même piqué son slip – elle pouvait même se targuer de lui avoir au moins un peu fait peur, sinon il ne la lui aurait pas donnée, sa culotte !

Se passant une main dans les cheveux, l’Envoleuse prit une grande inspiration.
Elle se sentait rayonner de félicité. Elle était fière d’elle, c’était un fait. Et être entourée de son ancien Maître et de Syles, ça lui faisait du bien. En fait, malgré ce qu’il pouvait en dire, ou qu’il avait pu en dire, il tenait à elle, finalement. Ça faisait chaud au coeur, même si fondamentalement ça changeait pas la face du monde pour elle. Par contre, Syles… Ça, ça comptait vraiment.
Mais avant qu’elle n’ait pu s’avancer vers son compagnon, justement l’ancien ours mal léché la tira un peu plus loin.

- Arrête de déconner. Non, tu la fermes et tu m'écoutes : je parle de cette histoire de suicide manqué. Je te raterai pas si tu t'abaisses encore une fois à ce genre de chose. Tu m'as déçue... mais cette putain de mission t'a fait remonter dans mon estime alors ruine pas tout. Pigé ?
D’abord agacée, en fait elle était plus amusé par la remontrance Gil. Elle avait envie de lui rire au nez. Oh, elle l’avait déçu, le pauvre petit chou !
Mais bon, apparemment il attendait pas de réponse, alors elle se contenta de hausser les épaules. Elle faisait ce qu’elle voulait, déjà. C’était même lui qui le lui avait appris, ça. Et puis, il était pas vraiment à la meilleure place pour lui faire des leçons de morale hein, avec une gosse et une Marchombre sur les bras, il faisait des jolies partouzes avec ses anciens apprentis !
Un sourire moqueur sur les lèvres, Kaünis laissa donc filer son ancien Maître avant de s’approcher de Syles par derrière.

Mais elle n’eut pas le temps de faire ce qu’elle voulait que déjà Kramür et Syles se tournaient tous les deux vers elle. Fronçant les sourcils à la question de l’Envoleur, elle haussa les épaules un instant. Elle capta la surprise de Kramür – toujours pas habitué – mais se contenta d’adresser un regard sombre à Syles, par dessous ses cils, en se mordant la lèvre inférieure.

- On n’a qu’à essayer de faire les deux en même temps, ça peut être drôle ! lâcha-t-elle, provocatrice. Elle claqua des doigts devant le nez de Kramür pour détacher son attention de la lame avec laquelle Syles jouait de sa Greffe. Arrête ça. Allez, on va se mettre quelque chose sous la dent ! fit-elle en attrapant Syles par la main pour l’entrainer à sa suite.


* *


Reprenant difficilement son souffle, complètement recouverte d’une couche de sueur, Kaünis fixa le plafond un instant avant de lâcher un gloussement de profonde satisfaction.
Se redressant sur un coude, elle colla son sein droit contre le torse de Syles, allongé à côté d’elle. Attrapant délicatement la peau de son épaule entre ses dents, elle lui adressa un regard encore sombre de désir même si elle était largement rassasiée.

Kramür les avait laissés au troisième round.
Tournant sur le lit, la jeune femme attrapa le verre à pied sur la table de nuit pour avaler une gorgée de vin blanc et laissa le liquide frais envahir sa bouche… En relâcha un peu dans le nombril de Syles, avant de le laper doucement du bout de la langue, pour finir par attraper son sexe dans sa bouche.
C’était brûlant comparé à la froideur du vin juste avant. Délicieuse sensation.

Laissant ses dents aller à la rencontre de la chair tendue et sensible de son compagnon, elle entama le round 4.


* *

Quand elle ouvrit les yeux, il faisait parfaitement nuit dans la chambre. Ses jambes étaient emmêlées avec celles de Syles. Combien de tournées y avait-il eues ? Elle ne savait plus – elle avait arrêté de compter à dix ou douze… Hum.
Un sourire satisfait sur les lèvres, la jeune femme se redressa en démêlant prudemment ses jambes de celles de l’Envoleur.

Mais alors qu’elle allait s’asseoir et sortir du lit, elle ne put s’empêcher de s’arrêter pour observer le visage de Syles, apaisé par le sommeil.
Il était si… beau. Complètement attendrie par le tableau, elle ne vit pas le temps passer… Avant d’avoir vraiment trop envie d’aller au petit coin. Se levant, elle se dirigea dans la salle d’eau pour faire son affaire. Mais en revenant dans la chambre, elle n’avait plus aucune envie de dormir.
Et aucune envie de réveiller ce visage si calme et tranquille.

S’habillant rapidement de son short et son haut noirs, elle s’approcha du lit une dernière fois. Son pouce caressa doucement la joue de Syles, glissant sur sa barbe de quelques jours, et elle se pencha sur lui pour déposer un léger baiser sur la commissure de ses lèvres.

Avant de disparaitre par la fenêtre.

Le drap découpé par une lame dans un dernier message.
Je t’aime.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[-18] I wonder what's up under there? [ Syles & Gil ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Al-Jeit-
Sauter vers: