AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 A fistful o' roses (Libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Narek Liam
Groupe Maisel
avatar

Nombre de messages : 301
Citation : ''Je suis prince incongru d'un talent dérisoire : me faire aimer des autres sans aimer.'' ~Florent Mothe (Salieri) - Mozart l'opéra rock~
Date d'inscription : 05/10/2013

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Corps qui devient intangible et passe à travers les objets.
Signe particulier: Yeux noirs qui ont des reflets rouges. Cicatrice de brûlure sur son omoplate gauche.

MessageSujet: A fistful o' roses (Libre)   Sam 20 Aoû 2016, 16:02

HRP:
 

En plein milieu.

Venir lui dire qu'il changeait de cours, et de prof par la même occasion, entre deux cours n'aurait pas trop énerver Narek, mais là un type avait débarquer en plein milieu du cours pour lui dire qu'il avait informé Milo et que le barde changeait de prof... Et en plus c'était pas juste un ''Je suis ton nouveau maître, suit moi'' oh non... C'était un ''Tu seras informé''. Dans le genre il savait toujours pas qui serait son maître, seulement qu'il devait le ou la retrouver à l'académie dans deux jours... Et le jeune homme avait décidé de perdre un peu de temps à Al-Chen, puisqu'il en avait.

Du coup il se retrouvait dans une taverne un peu étrange, avec un mur presque entier qui avait été levé comme un toit pour une aire extérieure et où, plutôt que l’atmosphère habituelle d'une taverne un peu écrasante, il y avait un air plutôt... Jovial. Les gens blaguais entre eux, jasaient et même les étrangers se payais des verres entre eux. C'était comme une grande fête où tout ceux qui passait une ligne invisible pour entrer dans les lieux étaient invités. En fait, même lui, qui avait simplement pensé rester calmement au bar après avoir manger un truc question de boire un truc lentement et tranquillement se retrouva happé par la fête alors qu'il finissait son repas. Presqu'immédiatement, quelqu'un vint s'asseoir à ses côtés et lui demanda avec un grand sourire s'il savait jouer de la guitare qu'il avait encore sur le dos...

Avant même que l'apprenti marchombre ne comprenne ce qu'il se passait, il jouait un morceau très... ''Vivant'' au côtés d'étrangers jouant, eux, d'autres instruments, certains qu'il n'avait jamais vu par le passé, tout ça dans un bar nommé ''La rose à moitié morte''.


~~~

This old town has gone to bits, all the folk are off their tits,
Screamin’, “Hoo-rah! Hurry the fuck t’blazes!”
A right parade o’ fools come to stomp all o’er yer jewels,
Like a fistful o’ half dead roses.

And we’re here again, ho again, let the whisky flow again,
Let the taps blow again, sound away the knell,
Like a fistful o’ roses, we’ll take ‘em to the grave,
Every last tale there is to tell.


~~~

À peine un morceau fini, il se retrouvait avec une bière entre les mains et une autre mélodie sur les lèvres, une fête à tout casser dans laquelle il venait d'être entraîner.

Quelque morceaux plus tard, tout le monde dans l'établissement était autour d'une table, sauf Narek qui était à une extrémité devant un autre mec de l'autre coté. Le jeu était plutôt simple, il devait commencer une phrase et l'autre devait placer quelques mots, habituellement deux, un au milieu et l'autre à la fin, et ce en pensant le moins possible, aussi vite que possible. Si la phrase était ''Négative'' envers celui qui l'aurait dit, c'était l'autre qui perdait car la phrase s'appliquait à celui qui la finissait. Si elle était positive, alors Narek perdait. Un jeu simple qui ressemblait un peu à un Haman-Lo des mots très difficile, au final, pour l'un comme pour l'autre puisque personne n'avait le temps de penser et il fallait donc avoir la langue sacrément bien pendue quand ça commençait... Son adversaire avait l'air méfiant, le garçon, lui, souriait.


Je vais t'avoir, vieil homme...

Pas cette fois, petit con..!

N'y a-t-il personne qui pourrait, S'IL VOUS PLAITS, venir et me...

BOTTER!

LE!

CUL! ET MERDE!

Les rires éclatèrent dans la taverne alors que Narek frappait une main laissée en suspension pour le féliciter, ça faisait bien six fois qu'il battait les gens à ce petit jeux en utilisant ce genre de tour, dire un truc presque préprogrammé dans le cerveau de son adversaire. Improvisant une genre de danse de la victoire avec ses nouveaux amis inconnus, il leva bientôt son verre avec eux et le vida d'un coup. Après tout, il avait la journée à lui, pouvait ne rentrer que le lendemain au besoin et puis c'était bien, de fêter un peu, plutôt que de ruminer des pensées noires dans son coin...

And we’re here again, ho again, let the whisky flow again,
Let the taps blow again, sound away the knell,
Like a fistful o’ roses, we’ll take ‘em to the grave...

__________________________________________


Spoiler:
 

Team Rocket Version Na/Syn/Tsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoanne Lil'Ayaân
Maître Marchombre
avatar

Nombre de messages : 67
Citation : La sincérité c'est le contraire du discernement. Pour atteindre l'harmonie entre soi et les autres, il faut analyser les penser, les filtrer, en refouler certaines. La sincérité ne constitue pas un but, elle n'a d'intérêt que si elle sert...
Date d'inscription : 13/05/2012

Feuille de personnage
Age: 62 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Une maladie incurable la condamne à mourir d'ici quelques mois, voire quelques semaines...

MessageSujet: Re: A fistful o' roses (Libre)   Mer 24 Aoû 2016, 10:31

« Et dans un dernier souffle, je comprends tout : que le temps n'existe pas, que la vie est notre seul bien, qu'il ne faut pas la mépriser, que nous sommes tous liés, et que l'essentiel nous échappera toujours. »



* * *



Ce n'était pas le Conseil qui avait prit cette étrange et douloureuse décision. C'était Zoanne. C'était l'une des rares fois où la sagesse l'emportait sur son éternelle insouciance, et elle devait admettre qu'elle n'en était pas peu fière – même si c'était un choix qui lui fendait l'âme et lui serrait le cœur.

- Il faut passer le flambeau aux plus jeunes, avait-elle dit d'un ton léger, sincère, peut-être un tout petit peu moins joyeux qu'à l'ordinaire.

Et le sort de l'élève de Milo, ainsi, avait été scellé. Mais Zoanne n'était sage que pour les grandes décisions qui méritent une telle réflexion. Dès que celle-ci fut prise, elle en fit une autre, secrètement, comme une petite fille qui croise les doigts derrière son dos en prêtant serment. Elle ne guiderait pas le jeune Narek Liam sur la Voie, mais...

… elle irait le voir quand même.



*



- Vous avez besoin d'aide, ma petite dame ?
- Merci, mais je suis grande et je vais me débrouiller seule,
sourit la marchombre en descendant souplement de cheval.

Grésille posa sa grosse tête sur l'épaule de sa cavalière et elle-ci partit d'un grand éclat de rire. Rassuré par leur complicité qui, à elle seule, prouvait que l'on pouvait les laisser tranquilles, le palefrenier s'écarta pour leur faire de la place. Zoanne prit le temps de soigner sa jument avant de payer sa pension.

- Vous connaissez bien la ville ? demanda l'homme en observant son interlocutrice.
- Je ne suis pas venue ici depuis un petit moment, mais oui, en effet. Dites, c'est une fête qu'on entend ?
- L'auberge voisine. Il doit y avoir quelques musiciens. Certains s'attardent après la Fête de l'Eté.
- Oh ! Il faut que j'aille voir ça. Merci, jeune homme.


Le « jeune homme » secoua la tête, amusé – ils ne devaient pas avoir plus de dix ans d'écart, et ce petit bout de femme lui paraissait plus énergique que lorsqu'il l'avait vu apparaître, juchée sur sa monture. En réalité, il n'était pas sûr de pouvoir lui attribuer la soixantaine. Si elle devina son trouble, elle n'en laissa rien paraître et disparut sur un petit signe de tête.

La musique provenait effectivement de l'établissement voisin. Zoanne sourit ; elle avait suivi la piste de son « ex-futur élève » et n'était pas étonnée de voir que celle-ci la menait à cet endroit précis. Il y avait, dans l'histoire de ce jeune homme, un singulier rapport avec l'univers des notes et des sons. Trouver Narek ? Il suffisait de suivre la musique...

… comme Zoanne, qui entra dans l'auberge et fut instantanément happée par la chaleur et l'ambiance qui régnait dans la salle. Ces gens-là ne se connaissaient pas ce matin, mais à présent ils chantaient et riaient ensemble, liés par la simplicité de l'instant. De quoi ravir le cœur de la marchombre ! Elle virevolta jusqu'au comptoir et commanda une boisson fraîche, un jus d'agrumes qu'elle porta à ses lèvres pour en savourer la première gorgée.

Elle s'appuya contre le comptoir et observa la salle, hochant la tête en rythme avec la musique. Son regard s'arrêta sur une table où se tramait l'intrigue d'un jeu qui faisait bien des curieux. A son bout, un jeune homme aux cheveux sombres et au regard malicieux menait la danse avec sa langue plus acérée qu'un poignard. Zoanne sourit.

C'était lui.

Elle décida de ne pas prêter attention au pincement de cœur qui l'assaillit pourtant lorsqu'elle observa avec plus d'attention celui qui aurait pu être son élève. Elle préférait suivre la scène et apprécier cette rencontre plus importante qu'il ne le saurait sans doute jamais ; se rendait-il seulement compte à quel point il était différent des autres, au milieu de cette foule ?

Zoanne continua de boire tranquillement son jus de fruits.

__________________________________________

Le Marchombre court sur la Voie, suit son instinct, invente son chemin. Toujours plus loin...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek Liam
Groupe Maisel
avatar

Nombre de messages : 301
Citation : ''Je suis prince incongru d'un talent dérisoire : me faire aimer des autres sans aimer.'' ~Florent Mothe (Salieri) - Mozart l'opéra rock~
Date d'inscription : 05/10/2013

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Corps qui devient intangible et passe à travers les objets.
Signe particulier: Yeux noirs qui ont des reflets rouges. Cicatrice de brûlure sur son omoplate gauche.

MessageSujet: Re: A fistful o' roses (Libre)   Mer 24 Aoû 2016, 16:47

La foule souleva le jeune homme, frais d'une énième victoire, celui-ci se retrouvant près du plafond, une choppe entre les mains. Un rythme naquit dans la foule, portée par les voix. Faisant tourner sa guitare jusqu'à ce qu'elle soit devant lui, le garçon mena celui-ci de façon enjoué et, bientôt, fut rejoins dans la musique par les voix, les pieds, les mains, même certains instruments.

Le groupe le soulevant jetèrent presque le garçon sur ses pieds dans toute cette énergie et il ne dut qu'à ses réflexes de finir sur ceux-ci et non tête première dans le plancher, tout comme il dut à ses réflexes d'éviter, dans son élan, la personne devant lui. Tournant sur lui même comme s'il dansait, le barde se retrouva assit sur un tabouret du bar comme s'il avait prévu tout ça, pratiquer une dizaine de fois. À peine assit, son verre se retrouva entre ses mains. Il ne buvait pas beaucoup normalement, mais tenait bien l'alcool et puis partager une bière avec des étrangers dans cet endroit était... C'était magique, la salle entière attirait les rires et la bonne humeur. Se retournant vers la femme qu'il avait évité de justesse, l'apprenti voulu dire un ''Salut ça va?'' énergique...

Voulu.

Parce que ses mots se gelèrent dans sa gorge. Ce n'était pas un gel à la ''T'es canon toi!'', d'abord parce qu'il n'était pas sûr d'être encore capable de ce genre de gel, mais surtout parce que ce gel était plus... Familier. Il y avait une lueur dans ces yeux qu'il connaissait très bien, une lueur un peu seule, avec peut-être une touche de regret... Cette lueur il l'avait longtemps vu dans son propre regard le matin, la voyait encore parfois. Dans le centre de la salle, certains c'était mis à danser, semblant plus s'amuser que se soucier de savoir s'ils avaient l'air merveilleux ou ridicules. Le garçon se contenta de sourire à l'étrangère en lui levant son verre. Parfois, on rencontre un inconnu, quelqu'un que l'on a jamais vu, mais qui nous semble connu, comme un ami de longue date perdu qui revient au bercail. Dans de tels moments, les mots étaient inutiles, simples parures ajoutés au regards et au messages de l'âme. Ces moments sont l'une des choses les plus étranges du monde, trop souvent ignorés.

Narek vivait l'un de ces moments, comme si cette rencontre avait été prédite depuis toujours, comme s'il avait un lien inconnu avec cette femme au regard ambré. Comme si, sans le savoir, il avait été guider vers ce moment. Certains auraient ignorés ce sentiment et auraient perdu l'opportunité d'une rencontre unique... L'apprenti était trop sage de son temps au milieux des foules pour faire cette erreur... Et surtout, surtout, Lyra lui avait appris, il y avait longtemps, à toujours suivre son instinct.



I once sported language that could strip the walls o' paint,
And draw colour to the cheeks o' toughened crooks.
I'd argue with the scholars 'til their words caught in their collars,
And they scurried home to burn their precious books.

Until I ran into a shadow & chased her down the alley,
where she had her way with me against a wall...

Laid me with a curse that left me sober & godless,
Saved my life and took away my soul...



Moi c'est Narek... Ça va la vie..?

Franchement, il ne savait pas comment, à part comme ça, il pouvait commencer cette conversation... Dire ''J'ai l'impression de vous connaitre'' c'était un peu trop ridicule à son goût.

Et puis il ne fallait pas douté du pouvoir de la simplicité.

__________________________________________


Spoiler:
 

Team Rocket Version Na/Syn/Tsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoanne Lil'Ayaân
Maître Marchombre
avatar

Nombre de messages : 67
Citation : La sincérité c'est le contraire du discernement. Pour atteindre l'harmonie entre soi et les autres, il faut analyser les penser, les filtrer, en refouler certaines. La sincérité ne constitue pas un but, elle n'a d'intérêt que si elle sert...
Date d'inscription : 13/05/2012

Feuille de personnage
Age: 62 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Une maladie incurable la condamne à mourir d'ici quelques mois, voire quelques semaines...

MessageSujet: Re: A fistful o' roses (Libre)   Mer 24 Aoû 2016, 18:15

- Moi c'est Narek... Ça va la vie... ?
- Zoanne... à ta santé, Narek !


Voilà.
Une rencontre parfois, c'est aussi simple que ça.
Et aussi beau.



*



Elle se dit qu'il était très beau.
Elle se dit aussi qu'il était loin de s'en rendre réellement compte, parce qu'il avait peur de perdre quelque chose, et que c'était dommage. Des paillettes rubis scintillaient au fond de ses yeux. Est-ce que ce n'était pas incroyable, ça ?

- Dis donc, elle est jolie ta nana !s'écria un garçon sensiblement du même âge que Narek. Tu nous présen...

Zoanne sourit tandis que le charmeur aux longs cheveux blonds se décomposait. C'était drôle, mais chaque fois, c'était la même chose : ils l'abordaient, trompés par sa silhouette gracile, et décoivraient avec stupéfaction une femme qui aurait l'âge d'être leur grand-mère – si seulement ils avaient la moindre idée de son âge véritable...

En réalité, ils étaient non pas sidérés par les pattes d'oie qui soulignaient ses yeux mais par son regard lui-même, flamboyant, infiniment malicieux, infiniment grand. Elle aimait les achever en sortant la carte de la répartie, ce jour-là plus volontiers que d'ordinaire, sans doute parce que Narek était juste à côté d'elle.

-Salut, beau blond ! Dis donc, tu as perdu ta langue ? Tu la retrouveras si je te sers un verre, tu crois ?

Le beau blond déglutit, glissa les doigts dans sa crinière et retrouva finalement ses moyens. Après un coup d'oeil en drection de Narek, il offrit à Zoanne son plus beau sourire.

- C'est moi qui vais vous offrir un verre, proposa-t-il.
- Ah, on est revenus au « vous », alors ? Dommage...
- Heu... je...
- Haha ! Ce n'est pas grave. Ecoute, je tiens vraiment à te l'offrir, ce verre, mais je vois bien que cela risque d'ébranler ta dignité. Voici ce que je te propose : un bras de fer. Tu gagnes, tu paies la tournée. Je gagne... c'est moi qui régale !


Les regards se tournèrent dans la direction du blond. Il s'empourpra vaguement, prêt à décliner – elle était folle ou quoi ? Il allait lui casser le bras ! - mais alors il croisa son regard, et sa décision fut prise.

- Tope-la.
- Ouais, Sefan ! Vas-y !!
cria quelqu'un.

Les tabourets raclèrent sur le sol, les sifflements fusèrent. Zoanne se retrouva assise face à son adversaire qui, en dépit de son grand sourire, n'en menait pas large. Il se demandait comment il avait fait pour se retrouver là. Zoanne, elle, était d'un calme extraordinaire au milieu de toute cette hystérie ; à croire qu'elle avait fait ça toute sa vie.
S'ils savaient...

- Prêt ? lança-t-elle en levant sa main, le coude sur la table.

Pour toute réponse, Sefan plaqua sa paume contre la sienne et hocha la tête.


*



Après avoir porté Zoanne, exactement comme ils l'avaient fait avec Narek un peu plus tôt, les joyeux drilles reposèrent leur nouvelle héroïne sur son siège, à côté du jeune homme. Elle récupéra son verre, but trois longues gorgées qui lui firent un bien fou, et choqua de nouveau son verre avec le sien.

-C'est fou ! J'ai voyagé un peu partout et rencontré des gens extraordinaire, mais personne qui soit capable de faire la fête aussi bien que les alaviriens !

Son cœur battat la chamade dans sa poitrine. Sans doute un peu trop vite. Mais qui s'en souciait, au fond ? Essoufflée, Zoanne essuya ses lèvres d'un revers du bras, sans remarquer le regard sidéré de Sefan, un peu plus loin. Même dans ce genre d'endroit et en exécutant ce genre de geste, elle restait gracieuse et délicate.

Un vrai mystère à elle seule !

__________________________________________

Le Marchombre court sur la Voie, suit son instinct, invente son chemin. Toujours plus loin...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek Liam
Groupe Maisel
avatar

Nombre de messages : 301
Citation : ''Je suis prince incongru d'un talent dérisoire : me faire aimer des autres sans aimer.'' ~Florent Mothe (Salieri) - Mozart l'opéra rock~
Date d'inscription : 05/10/2013

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Corps qui devient intangible et passe à travers les objets.
Signe particulier: Yeux noirs qui ont des reflets rouges. Cicatrice de brûlure sur son omoplate gauche.

MessageSujet: Re: A fistful o' roses (Libre)   Mer 24 Aoû 2016, 18:51

Tu peux sortir les verres...

Je sais même pas qui va me payer...

Tu ne comprends rien hein... Zoanne a déjà gagner.

Le sourire du garçon s’agrandit un peu alors qu'il prenait une nouvelle gorgée de son verre. Le gérant sembler douté. Le barde, lui, ne doutait même pas une seconde. Tous ne voyaient que l'âge du corps, ne comprenant rien à l'âge véritable, celui de l'âme.

Il ne souhaita pas bonne chance, n'observa pas le concours... Il n'envoyait qu'un message à la femme. ''Je t'attends ici.''


In Mullingar that night I rested limbs so weary,
Started by daylight next morning blithe and early,

Took a drop of pure to keep me heartfrom sinking;
Thats a Paddy's cure whenever he's on drinking.

See the lassies smile, laughing all the while,
At me curious style, 'twould set your heart a bubblin'

Asked me was I hired, wages I required,
I was almost tired of the rocky road to Dublin...


Comme il l'avait prévu, Zoanne fut posé comme une héroïne avec son verre tout prêt devant elle. Le garçon avait perdu son sourire légèrement sans s'en rendre compte. La lueur souriante dans ses yeux avait été remplacée par quelque chose de bien plus dangereux... Le doute.

Il doutait, de lui un peu, mais surtout de sa nouvelle voie... Plus il y pensait et plus il se disait que tout ça n'était peut-être pas pour lui. Fils de fermier devenu barde, c'était un curriculum qui manquait un peu de viande sur l'os, pour ainsi dire, selon lui. Et puis tout les marchombres qu'il avait rencontrer semblaient si sage... Lui qui n'aimait pas pensé au futur, ne pouvait pensé au passé et était trop occupé à s'amuser pour voir le présent, pouvait-il vraiment prétendre à un tel titre..?

Bien sûr Milo lui aurait dit oui avec une de ses phrases qui semblaient pleines de sagesse et d'évidence mais...

Le regard de sa nouvelle amie, interrogateur, le frappa à ce moment et il sourit légèrement, un sourire pas très franc, comprenant la question silencieuse.


Pour faire court, je doute un peu de ma capacité à suivre la voie que j'ai fais mienne...

Un compréhension surprenante apparut dans les yeux de la femme et ce qu'elle fit ensuite, Narek ne le vu jamais venir...

__________________________________________


Spoiler:
 

Team Rocket Version Na/Syn/Tsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoanne Lil'Ayaân
Maître Marchombre
avatar

Nombre de messages : 67
Citation : La sincérité c'est le contraire du discernement. Pour atteindre l'harmonie entre soi et les autres, il faut analyser les penser, les filtrer, en refouler certaines. La sincérité ne constitue pas un but, elle n'a d'intérêt que si elle sert...
Date d'inscription : 13/05/2012

Feuille de personnage
Age: 62 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Une maladie incurable la condamne à mourir d'ici quelques mois, voire quelques semaines...

MessageSujet: Re: A fistful o' roses (Libre)   Mer 24 Aoû 2016, 20:35

Zoanne était heureuse, mais elle vit en croisant le regard de Narek que quelque chose avait changé. Elle fut intriguée par ce qu'elle pouvait désormais y déchiffrer. Et surprise de percevoir un brin de lassitude dans le ton de sa voix lorsqu'il lui avoua, sans tourner autour du pot, qu'il se sentait perdu.

Elle ne lui laissa pas le temps de s'enfoncer davantage. Avant qu'il ait eu le temps de voir venir le coup, elle le frappa en pleine figure. Elle aussi, elle savait faire court. Sonné, il bascula de son tabouret et s'écroula lourdement sur le plancher.

La musique s'arrêta. Les rires aussi. Les observaient la scène, pressentant que ce duel-là n'avait rien à voir avec celui qui avait opposé Zoanne à Sefan, quelques minutes plus tôt. La marchombre frotta ses jointures sensibles. Elle ne quittait pas Narek des yeux. Son regard à elle n'était pourtant pas furieux ni déçu. Et lorsqu'elle parla, ce fut avec son calme habituel :

- Tu doutes ? Tant mieux ! On ne peut rien apprendre, sinon.

N'avait-elle pas elle-même passé sa vie à apprendre ? A douter pour mieux avancer, toujours ?
Elle ne connaisait pas Narek. Quelques minutes et un verre partagé ne suffisaient pas à déterminer si, oui ou non, il était digne de la Voie qui s'offrait à lui. Pourtant...

- Je ne doute pas de toi, en ce qui me concerne. Celui qui te prendra sous son aile aura de la chance.

Des mots sibyllins pour les gens tout autour.
Clairs comme de l'eau de roche pour l'apprenti qui la fixait sans bouger. Un peu de sang perlait à sa lèvre. Zoanne leva les yeux au ciel.

- Debout, jeune homme. Lève-toi et profite un peu de cette belle journée ! Après tout, rien n'est plus sûr que la mort, et rien n'est moins sûr que son heure...

Ces derniers mots, il était peu probable que Narek en comprenne le véritable sens. Il avait tout le temps, bien sûr.. Souriant à cette idée, Zoanne fit signe au serveur de servir un nouveau verre au jeune homme, qu'elle fit glisser vers lui d'un geste sûr. A ce moment-là, elle réalisa que le silence était bien trop grand.

- Eh bien quoi ? fit-elle en regardant tout autour d'elle. Depuis quand un coup de poing dans une taverne est-il source de calme ?

Elle sauta de son tabouret, tira la langue à Narek – pour la peine – et s'approcha des musiciens stupéfaits. Elle s'arrêta près du violoniste, et désigna l'instrument qui pendait au bout de son bras.

- Je peux ?

Il le lui céda sans rien dire, fasciné, sans doute, par l'aplomb de cette femme qui ne payait pas de mine. Après l'avoir remercié d'un sourire, elle posa le violon sur son épaule. La main qui tenait l'archer hésita un bref instant. C'était si loin...

Mais...



*



Les premières notes brisèrent le lourd silence, vives, légères, enjouées. Les yeux clos, Zoanne jouait ce qu'elle avait sur le cœur – et c'était beau ! Touché par un rythme qui s'imposait, le flûtiste accorda son morceau à celui de la marchombre, suivi de près par le joueur de cymbales. Les percussions ne tardèrent pas à trouver leur place et bientôt, les danses reprirent, plus joyeuses encore, portées par une musique qui venait du cœur et par les rires revenus dans la salle.

-Je vais l'épouser, affirma Sefan en donnant un coup de coude à Narek.

Il ne le savait pas, mais un jeune homme qui lui resemblait un peu avait prononcé les mêmes paroles, trente ans plus tôt. Il avait eu de la chance.

Elle avait dit oui.

Tirée de ses souvenirs par le poids d'un regard, Zoanne rouvrit les yeux et plongea dans celui de Narek. Le doute brillait toujours dans les étoiles vermeilles, mais celles-ci scintillaient de nouveau. Voilà qui était mieux ! Le sourire de Zoanne s'élargit.

Qu'attendait-il pour entrer dans la danse ?

__________________________________________

Le Marchombre court sur la Voie, suit son instinct, invente son chemin. Toujours plus loin...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek Liam
Groupe Maisel
avatar

Nombre de messages : 301
Citation : ''Je suis prince incongru d'un talent dérisoire : me faire aimer des autres sans aimer.'' ~Florent Mothe (Salieri) - Mozart l'opéra rock~
Date d'inscription : 05/10/2013

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Corps qui devient intangible et passe à travers les objets.
Signe particulier: Yeux noirs qui ont des reflets rouges. Cicatrice de brûlure sur son omoplate gauche.

MessageSujet: Re: A fistful o' roses (Libre)   Mer 24 Aoû 2016, 21:20

Après tout, rien n'est plus sûr que la mort, et rien n'est moins sûr que son heure...

Le regard de Narek avait changer légèrement, il était devenu un peu... inquisiteur.

Ce poing en pleine figure l'avait certes surpris, mais c'était une façon un peu directe de prendre l'expression ''Remettre les idées en place''. Elle jouait du violon et l'affirmation un peu amusée de Sefan ne coupa pas une seconde le regard du jeune homme... Cette façon de parler... Il l'avait pratiquer un sacré moment. C'était la façon de parler de quelqu'un qui croit, ou sais, que sa mort approche... Et d'un coup il se demandait si c'était le cas de la femme. Le regard qu'elle lui envoya, il eu l'impression qu'il confirmait ses pensées.

Un homme choisit ce moment pour faire semblant de se battre avec Narek, qui lui plongea un magnifique crochet du droit dans le nez, mais cette fois la musique ne s'arrêta pas, plutôt un cercle ce format autour des deux hommes et un autre, monter sur une table, prenait les paris... Ben voilà, il venait de s'embarquer dans un combat clandestin...

Aussitôt celui qui avait pris les paris avait finit son job qu'il criait aux combattants les règles, qui étaient assez simple, le premier K.O. perdait... Et l'autre colosse semblait avoir un avantage sur l'apprenti, mais celui-ci avait vu pire pendant son temps en tant que garde du corps. Le regard de Zoanne sur lui lui pinça l'esprit et il leva la main en criant un grand ''STOP!''...


''Pull yourself together boy,
And have a little fun.''

Well she took me by the hand,
I could see she was a fiery one.

Her legs ran all the way,
Up to heaven and past Avalon...
Tell me somethin' girl, what it is you have in store?

She said come with me now...

On the Devil's Dance Floor!

Well swing a little more, little more o'er the merry-o!
Swing a little more, a little more next to me,
Swing a little more, little more o'er the merry-o!

Swing a little more, on the Devil's Dance Floor..!

STOP!

Le cris retenti dans la salle et tous semblèrent gelé, certains croyaient qu'il allait abandonner, il lut la déception sur plusieurs visages, les combats étaient surement rare pour que ça les excite autant... Le sourire qui apparut sur les lèvres du jeune homme trouvèrent un écho de malice dans les yeux de Zoanne, qui fut la première à reprendre la musique quand il eut parlé.

Je veux doubler mes gains si je gagne...

Et comment tu compte nous faire accepter ça petit..?

Simple... Attachez moi les mains dans le dos avec interdiction de m'en servir pour le frapper...

Plusieurs éclatèrent de rire après un moment puis un homme attrapa Narek, qui avait retirer son vêtement de torse pour être plus flexible en combat, et lui attacha solidement les mains dans le dos avant de miser une pleine poche d'or sur l'autre homme, les paris reprirent et augmentèrent de plus belle puis furent fermés et le combat fut déclarer commencer.

L'homme se jeta sur le barde en meuglant, frappant le vide, et se retourna pour tenter de l'attraper. L'apprenti n'avait pas beaucoup penser avant d'agir, mais il avait vu juste, cet homme était lent, comparer à ceux contre qui il s'était battu par le passé et manquait de technique, il tombait dans tout les pièges systématiquement. Ayant soudain une idée, le jeune homme sourit, couru vers son adversaire, se jetant au sol pour glisser entre ses larges jambes, puis se releva de l'autre côté, continuant de courir vers le mur.


DÉGAGEZ LE PASSAGE!

Le cercle s'écarta pour le laisser passer et, s'appuyant sur le mur après un saut pour reprendre un peu de hauteur encore, il passa ses mains attachés sous ses pieds en tournant dans les airs. Être acrobate avait de très bon points... L'autre semblait soudain un peu incertain.

Allez, ne t'inquiète pas, je peux pas te frapper, rappelle toi...

L'homme sourit un instant, se jetant de nouveau dans le piège alors que Narek évitait une tentative de l'agripper pour envoyer violemment son genou dans le ventre de son assaillant.

Oooh, j'ai trouver l’échappatoire à la règle mon grand!

Le repoussant, l'homme enragé tenta de nouveau de l'attaquer mais le garçon se contenta de sauter par dessus le coup de pied sensé le déstabiliser et attrapa le coup de l'ennemi entre ses jambes, le jetant à terre dans une torsion du dos et lui attrapant le bras dans une clef qui semblait fort douloureuse, suffoquant l'homme en menaçant de lui casser le bras.

Il gigota un peu, tentant de se sortir de là, mais commença bientôt à manquer d'air et se laissa mou au sol... Le silence très surpris fut briser par une voix familière qui déclarait sa victoire et il se releva, en sueur, pour regarder les spectateurs stupéfaits, souriant.


C'est comme ÇA qu'on se bats..!

L'exclamation fut reçue avec des acclamations et la foule le porta de nouveau pendant que son pauvre adversaire se faisait soigner un peu par ses copains. Sa bourse fut drôlement renflouer alors qu'il repassait son haut puis se dirigea vers Zoanne avec deux verres, dont un qu'il lui offrit.

Tu veux dire vivre comme ça..?

__________________________________________


Spoiler:
 

Team Rocket Version Na/Syn/Tsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoanne Lil'Ayaân
Maître Marchombre
avatar

Nombre de messages : 67
Citation : La sincérité c'est le contraire du discernement. Pour atteindre l'harmonie entre soi et les autres, il faut analyser les penser, les filtrer, en refouler certaines. La sincérité ne constitue pas un but, elle n'a d'intérêt que si elle sert...
Date d'inscription : 13/05/2012

Feuille de personnage
Age: 62 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Une maladie incurable la condamne à mourir d'ici quelques mois, voire quelques semaines...

MessageSujet: Re: A fistful o' roses (Libre)   Mer 24 Aoû 2016, 23:04

Zoanne s'était trompée ! Son coup de poing n'avait pas calmé la salle... Elle s'arrêta de jouer un bref instant lorsque, sans prévenir, un bougre en mal de bagarre se jeta sur Narek. La réplique du garçon plut à la marchombre. Rassurée sur son compte, elle entama un morceau plus rythmé. Se battre en musique ? C'était un défi à la mesure de Narek !

Il demanda à ce que ses mains soient attachées. Sans cesser de jouer de son archer, Zoanne approuva cette idée. Pour un homme en proie aux doutes, celui-ci avait de la suite dans les idées ! Elle comprit néanmoins que son assurance presque trop grande visait à rétablir l'équilibre. S'il repoussait maintenant ses limites, Narek aurait une meilleure idée de ce qu'il valait vraiment.

Les notes s'envolèrent.
S'accordèrent aux gestes du jeune homme.
Trouvèrent son souffle, lui donnèrent vie.
Et un nouvel élan.



*



- Tu veux dire vivre comme ça ?

Zoanne chocha son verre contre celui de Narek.

- Exactement !

Elle but, posa son verre, s'appuya contre le comptoir. Il faisait chaud. Quelques cheveux s'échappant de sa tresse collaient par la sueur à son front. Elle les repoussa doucement et balaya la salle du regard, s'arrêtant sur l'homme que Narek avait un peu démoli.

- Beau travail... mais un conseil, si tu veux gagner quelques pièces supplémentaires la prochaine fois : rentre ton genou gauche. Contre un bagarreur de taverne, ça ne craint rien. Contre un adversaire plus expérimenté, en revanche...

Sourire énigmatique. Voilà, c'était plus fort qu'elle, il fallait malgré tout qu'elle se glisse encore une fois dans ce rôle qui lui allait si bien...

- Tu sais quoi, Narek ? Le merveilleux est dans l'instant. Il ne faut pas gâcher ton temps à trop penser. Vis ! Laisse les réflexions amères aux quatrième âge. C'est ce que je fais aussi !

Elle rit, cette fois, amusée par sa propre réplique ; sans se voiler la face, Zoanne ne s'était jamais sentie trop vieille pour quoi que ce soit. Sauf pour ce cours. Guider un élève aussi énergique que celui-là ? Un rêve un peu trop grand, même pour elle. Un rêve à la mesure de Syndrell. Cette petite avait de quoi en faire un marchombre du tonnerre. Et puis, qui disait tonnerre disait coup de foudre...

… n'est-ce pas ?

- Alors, ces beaux yeux ont-il déjà fait des ravages, dis-moi ?

Question naïve, la moitié de la gente féminine présente dans la salle avait dévoré le garçon du regard pendant son combat ! Zoanne, en réalité, étaitsurtout curieuse. C'était son trait de caractère le plus marqué. Parfois, cela la menait sur des chemins hasardeux... Et, à en juger par l'expression de nouveau sérieuse de Narek, Zoanne comprit qu'elle se trouvait sur l'un d'eux.

Bon sang, elle pouvait lire comme dans un livre en ce petit !

- Si tu me dis qu'en amour aussi, tu es plein de doutes, je t'assomme sur le champ – et je récupère tes gains !

La marchombre soupira. Elle plaisantait parce que c'était souvent la meilleure chose à faire, mais elle comprenait le désarroi de Narek. Et puisqu'il semblait que c'était la journée des conseils...

- Tout ce que tu peux faire, c'est mettre tes peurs entre parenthèses et être heureux.

Qui lui avait dit ça, déjà ? Réma, sans doute... Perdue dans ses pensées, Zoanne attrapa son verre, le reposa. La fatigue pesait soudain sur ses épaules. Refusant de s'asseoir seulement pour récupérer, elle proposa à Narek de manger un morceau.

- Après tout, tu as largement gagné de quoi goûter à tout ce que te fais envie sur la carte !

Gourmande, elle commanda un civet de lapin qu'elle attaqua avec appétit. Pile poil ce qu'il lui fallait pour reprendre vigueur !

__________________________________________

Le Marchombre court sur la Voie, suit son instinct, invente son chemin. Toujours plus loin...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek Liam
Groupe Maisel
avatar

Nombre de messages : 301
Citation : ''Je suis prince incongru d'un talent dérisoire : me faire aimer des autres sans aimer.'' ~Florent Mothe (Salieri) - Mozart l'opéra rock~
Date d'inscription : 05/10/2013

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Corps qui devient intangible et passe à travers les objets.
Signe particulier: Yeux noirs qui ont des reflets rouges. Cicatrice de brûlure sur son omoplate gauche.

MessageSujet: Re: A fistful o' roses (Libre)   Jeu 25 Aoû 2016, 01:01

En amour, je... Disons que l'on ne sais c'est quoi, de tout perdre, que lorsque ça nous arrivent...

Le silence les accompagnèrent jusqu'à leur repas, que Narek ordonna qu'il payerait sans répliques possibles. Il se commanda un repas respectable mais néanmoins pas des plus gros. Il mangea un peu en silence avant d'enfin posé la question qui lui brûlait le cerveau, à laquelle il n'aurait peut-être pas de réponses et dont il ne préciserait pas le sujet, en fait il ne leva même pas les yeux de son assiette pour la poser.

Combien de temps..?

Il aurait pu rajouter ''Te reste-t-il'' mais ça aurait peut-être attiré un peu l'attention si quelqu'un avait entendu... Il ressenti l'effet de légère surprise chez la femme et son coeur lui tomba dans les talons... C'était vraiment injuste, Lyra, Zoanne... Pourquoi était-ce toujours les personnes si uniques, si spéciales, qui devaient êtres condamnées..?

Sa réponse importait peut, au final, il avait sa confirmation, sans qu'elle ne s'en rende compte elle l'avait donnée. Son repas non plus n'importait plus tient...

Il n'avait plus faim.

Il aurait tellement aimé présenter Zoanne à Milo, Syndrell, Erwan... À tout ses autres amis aussi. Mais bon, il n'avait jamais aimer faire de plans de toute façon... Et puis tout ces gens, il pouvait très bien ne pas en revoir une grande partie. Après tout, qui savait si son nouveau maître serait bien, peut-être quitterait-il au final la voie à cause d'un mauvais maître, ça devait bien exister...

D'un côté, ça expliquait la façon de parler de vivre dans l'instant présent... Si elle avait vécu dans l'inévitable, elle serait sûrement devenue folle.

__________________________________________


Spoiler:
 

Team Rocket Version Na/Syn/Tsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoanne Lil'Ayaân
Maître Marchombre
avatar

Nombre de messages : 67
Citation : La sincérité c'est le contraire du discernement. Pour atteindre l'harmonie entre soi et les autres, il faut analyser les penser, les filtrer, en refouler certaines. La sincérité ne constitue pas un but, elle n'a d'intérêt que si elle sert...
Date d'inscription : 13/05/2012

Feuille de personnage
Age: 62 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Une maladie incurable la condamne à mourir d'ici quelques mois, voire quelques semaines...

MessageSujet: Re: A fistful o' roses (Libre)   Jeu 25 Aoû 2016, 01:08

(La fourchette s'arrête au bord de ses lèvres. Elle le regarde. Et sourit.)

- Plus beaucoup, je suppose.

(Mais à quoi bon s'en faire ?)



__________________________________________

Le Marchombre court sur la Voie, suit son instinct, invente son chemin. Toujours plus loin...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek Liam
Groupe Maisel
avatar

Nombre de messages : 301
Citation : ''Je suis prince incongru d'un talent dérisoire : me faire aimer des autres sans aimer.'' ~Florent Mothe (Salieri) - Mozart l'opéra rock~
Date d'inscription : 05/10/2013

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Corps qui devient intangible et passe à travers les objets.
Signe particulier: Yeux noirs qui ont des reflets rouges. Cicatrice de brûlure sur son omoplate gauche.

MessageSujet: Re: A fistful o' roses (Libre)   Jeu 25 Aoû 2016, 01:11

Et après les gens se demandent pourquoi on dis que la vie est injuste...

[Il soupire, avec l'envie de repousser son assiette, écoeuré qu'une si belle personne ais un tel destin.]

__________________________________________


Spoiler:
 

Team Rocket Version Na/Syn/Tsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoanne Lil'Ayaân
Maître Marchombre
avatar

Nombre de messages : 67
Citation : La sincérité c'est le contraire du discernement. Pour atteindre l'harmonie entre soi et les autres, il faut analyser les penser, les filtrer, en refouler certaines. La sincérité ne constitue pas un but, elle n'a d'intérêt que si elle sert...
Date d'inscription : 13/05/2012

Feuille de personnage
Age: 62 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Une maladie incurable la condamne à mourir d'ici quelques mois, voire quelques semaines...

MessageSujet: Re: A fistful o' roses (Libre)   Jeu 25 Aoû 2016, 01:16

- Injuste ? Je ne suis pas d'accord. Tout ce que je devais vivre, je l'ai vécu. J'ai parcouru l'Empire en long, en large et en travers. J'ai vogué seule jusqu'au rivage des Nimurdes. J'ai déjeuner avec l'Empereur. J'ai eu l'immense honneur d'accompagner les pas de quelques apprentis sur la Voie que tu foules déjà avec adresse. J'ai rencontré mon mari un jour de pluie. Je l'ai épousé un soir d'été. J'ai gagné un bras de fer contre un gamin qui n'a pas la moitié de mon âge.

Injuste, tu dis ? Moi je trouve que j'ai de la chance...

__________________________________________

Le Marchombre court sur la Voie, suit son instinct, invente son chemin. Toujours plus loin...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek Liam
Groupe Maisel
avatar

Nombre de messages : 301
Citation : ''Je suis prince incongru d'un talent dérisoire : me faire aimer des autres sans aimer.'' ~Florent Mothe (Salieri) - Mozart l'opéra rock~
Date d'inscription : 05/10/2013

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Corps qui devient intangible et passe à travers les objets.
Signe particulier: Yeux noirs qui ont des reflets rouges. Cicatrice de brûlure sur son omoplate gauche.

MessageSujet: Re: A fistful o' roses (Libre)   Jeu 25 Aoû 2016, 01:19

Et moi j'en manque énormément de ne te rencontrer qu'aujourd'hui.

[simple constatation qui sortit toute seule... Et qui sortait droit du coeur, parce qu'il aurait bien aimer la connaitre un peu plus, pour voir dans quel genre de guêpier elle pouvait se fourrer...]

__________________________________________


Spoiler:
 

Team Rocket Version Na/Syn/Tsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoanne Lil'Ayaân
Maître Marchombre
avatar

Nombre de messages : 67
Citation : La sincérité c'est le contraire du discernement. Pour atteindre l'harmonie entre soi et les autres, il faut analyser les penser, les filtrer, en refouler certaines. La sincérité ne constitue pas un but, elle n'a d'intérêt que si elle sert...
Date d'inscription : 13/05/2012

Feuille de personnage
Age: 62 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Une maladie incurable la condamne à mourir d'ici quelques mois, voire quelques semaines...

MessageSujet: Re: A fistful o' roses (Libre)   Jeu 25 Aoû 2016, 01:24

- Hum... Oui. C'est peut-être ce qui est le plus injuste dans cette histoire. Et en même temps, je suppose que c'est toujours mieux que rien, n'est-ce pas ?

Allez, mange. Une allure pareille, ça ne se contente pas de quelques bouchées ! Je te préviens, je vais t'en piquer un peu si tu ne finis pas.

__________________________________________

Le Marchombre court sur la Voie, suit son instinct, invente son chemin. Toujours plus loin...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek Liam
Groupe Maisel
avatar

Nombre de messages : 301
Citation : ''Je suis prince incongru d'un talent dérisoire : me faire aimer des autres sans aimer.'' ~Florent Mothe (Salieri) - Mozart l'opéra rock~
Date d'inscription : 05/10/2013

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Corps qui devient intangible et passe à travers les objets.
Signe particulier: Yeux noirs qui ont des reflets rouges. Cicatrice de brûlure sur son omoplate gauche.

MessageSujet: Re: A fistful o' roses (Libre)   Jeu 25 Aoû 2016, 01:26

Tu sais que tu es un raton-laveur, Zoanne..?

[Petit animal enjoué qui pique la nourriture... C'était une drôle de métaphore, mais il aimait bien... Il se remit à manger assez lentement... Il n'avait toujours pas faim, en fin de compte.]

__________________________________________


Spoiler:
 

Team Rocket Version Na/Syn/Tsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoanne Lil'Ayaân
Maître Marchombre
avatar

Nombre de messages : 67
Citation : La sincérité c'est le contraire du discernement. Pour atteindre l'harmonie entre soi et les autres, il faut analyser les penser, les filtrer, en refouler certaines. La sincérité ne constitue pas un but, elle n'a d'intérêt que si elle sert...
Date d'inscription : 13/05/2012

Feuille de personnage
Age: 62 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Une maladie incurable la condamne à mourir d'ici quelques mois, voire quelques semaines...

MessageSujet: Re: A fistful o' roses (Libre)   Jeu 25 Aoû 2016, 01:31

(Ecarquille un instant les yeux... et éclate de rire)

- Non, mais on en apprend tous les jours !

(Elle pique un bout de viande chez Narek - pour la peine)

Mon maître me surnommait "sauterelle", figure-toi. Il faut dire qu'à l'époque, je voltigeais presque aussi bien que toi tout à l'heure...

__________________________________________

Le Marchombre court sur la Voie, suit son instinct, invente son chemin. Toujours plus loin...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek Liam
Groupe Maisel
avatar

Nombre de messages : 301
Citation : ''Je suis prince incongru d'un talent dérisoire : me faire aimer des autres sans aimer.'' ~Florent Mothe (Salieri) - Mozart l'opéra rock~
Date d'inscription : 05/10/2013

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Corps qui devient intangible et passe à travers les objets.
Signe particulier: Yeux noirs qui ont des reflets rouges. Cicatrice de brûlure sur son omoplate gauche.

MessageSujet: Re: A fistful o' roses (Libre)   Jeu 25 Aoû 2016, 01:34

[Hausse les épaules]

C'est pas grand chose, une petite acrobatie de base et un gros lourdeau comme adversaire... Contre toi, je suis sûr que j'aurais eu l'air aussi ridicule que lui en moins de temps encore.

__________________________________________


Spoiler:
 

Team Rocket Version Na/Syn/Tsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoanne Lil'Ayaân
Maître Marchombre
avatar

Nombre de messages : 67
Citation : La sincérité c'est le contraire du discernement. Pour atteindre l'harmonie entre soi et les autres, il faut analyser les penser, les filtrer, en refouler certaines. La sincérité ne constitue pas un but, elle n'a d'intérêt que si elle sert...
Date d'inscription : 13/05/2012

Feuille de personnage
Age: 62 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Une maladie incurable la condamne à mourir d'ici quelques mois, voire quelques semaines...

MessageSujet: Re: A fistful o' roses (Libre)   Jeu 25 Aoû 2016, 01:39

- C'est un défi, jeune loup ?

(Regard flamboyant)

__________________________________________

Le Marchombre court sur la Voie, suit son instinct, invente son chemin. Toujours plus loin...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek Liam
Groupe Maisel
avatar

Nombre de messages : 301
Citation : ''Je suis prince incongru d'un talent dérisoire : me faire aimer des autres sans aimer.'' ~Florent Mothe (Salieri) - Mozart l'opéra rock~
Date d'inscription : 05/10/2013

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Corps qui devient intangible et passe à travers les objets.
Signe particulier: Yeux noirs qui ont des reflets rouges. Cicatrice de brûlure sur son omoplate gauche.

MessageSujet: Re: A fistful o' roses (Libre)   Jeu 25 Aoû 2016, 01:42

[Le jeune homme sourit... Après tout, il avait affronter une marchombre une fois par le passé... Certes Hope n'avait rien fait sauf éviter ses coups mais au moins il savait un peu à quoi s'attendre. Il se leva en tendant la main à sa nouvelle amie.]

Seulement si tu me promet de vraiment t'y donner à fond...

__________________________________________


Spoiler:
 

Team Rocket Version Na/Syn/Tsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoanne Lil'Ayaân
Maître Marchombre
avatar

Nombre de messages : 67
Citation : La sincérité c'est le contraire du discernement. Pour atteindre l'harmonie entre soi et les autres, il faut analyser les penser, les filtrer, en refouler certaines. La sincérité ne constitue pas un but, elle n'a d'intérêt que si elle sert...
Date d'inscription : 13/05/2012

Feuille de personnage
Age: 62 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Une maladie incurable la condamne à mourir d'ici quelques mois, voire quelques semaines...

MessageSujet: Re: A fistful o' roses (Libre)   Jeu 25 Aoû 2016, 11:37

Plus sage, Zoanne aurait décliné cette incroyable proposition. Mais sage, elle ne l'avait jamais réellement été, et c'est dans un sourire flamboyant qu'elle glissa sa main dans celle de Narek.



*



L'arrière cour de l'auberge était suffisamment grande et dégagée pour leur offrir un espace adéquat. Une flaque de soleil faisait briller le pavé rose. Sur les murs, des roses trémières dégageaient un parfum délicieux. Ils n'auraient pas pu trouver de meilleur endroit pour s'affronter dans un corps à corps !

Assise sur une pile de caisses en bois, les jambes dans le vide, Zoanne avait dénoué ses longs cheveux argentés pour refaire une tresse plus serrée, qu'elle enroula en un chignon pour permettre davantage de liberté à ses mouvements, et surtout réduire les possibilités de saisie. Elle sifflotait un petit air enjoué, ses jambes battant la cadence en rythme.

Elle défit ensuite la capeline qui lui couvrait les épaules. Sa tunique d'un gris anthracite épousait parfaitement les lignes de son corps mince et délié ; certes, elle avait un petit peu maigri ces dernières semaines, mais le tissu délicat et néanmoins résistant soulignait uniquement la tonicité d'un corps entraîné chaque jour depuis des années.

Son regard tranquille se posa sur Narek. Il avait le corps d'un marchombre, tout en finesse et en puissance murmurée, si jeune encore, et déjà homme pourtant... Il l'attendait. Quittant sa rêverie dans un sourire ravi, Zoanne sauta à bas de son perchoir et s'approcha de lui. Elle avait défait sa ceinture. Le large fourreau dorsal, dans lequel dormait Saein, était resté sur la caisse de bois.

- Je propose un combat en trois manches, dit-elle en s'arrêtant à quelques pas de Narek. Sans autre arme que notre corps et notre imagination. Tous les coups sont permis !

Autrement dit, deux opportunités de se donner à fond, car la première allait être une sorte de préambule, d'introduction à ce qui allait suivre ; c'était la manche où chacun observait l'autre, apprenait son temps pour finalement s'y fondre. Zoanne se déplaçait lentement. Elle ne donnait pas du tout l'impression d'être en garde. Elle était prête, pourtant. Elle réagit à la seconde même où elle vit seulement tressaillir le muscle de la cuisse de Narek.

Un souffle, un geste...

Narek se retrouva sur le dos. Penchée au-dessus de lui, Zoanne sourit.

- Est-ce que je me suis un peu trop donnée à fond ?

La plaisanterie n'avait pas la couleur de la moquerie, et pour en souligner l'affection qu'elle portait au jeune homme, elle lui tendit la main. Elle recula ensuite, malice incarnée, prête à reprendre.

Cette fois-ci, elle ne jaillit pas comme une flèche au premier mouvement de Narek. Elle le laissa venir et profita de son genou qui traînait pour lui envoyer son talon dans l'articulation. Pas assez fort pour la briser, mais suffisamment pour que la douleur s'imprime en lui – et lui permette de corriger ce défaut.

Et elle tint sa langue, réprimant les paroles du vieux maître qu'elle était. Parce qu'elle n'était pas le sien, et parce que Narek n'était pas son élève. C'était comme ça, voilà tout ! Pour l'heure, au beau milieu de cette cour baignée de soleil et entourée de fleurs, ils étaient seulement deux nouveaux amis qui s'affrontaient par pur plaisir.

A deux reprises, elle le sentit passer très près d'elle. Audacieux et têtu ! Deux qualités qu'elle lui reconnaisait bien volontiers et qui, elle n'en doutait pas, s'accorderaient parfaitement à l'enseignement de Syndrell. Si seulement elle avait pu être une petite souris pour assister à leurs échanges...

Un léger son détourna son attention. Ténu mais très élevé, il était suffisamment insistant pour qu'elle se laisse déconcentrer une seconde. Celle dont Narek profita pour remporter la deuxième manche.

- Bien joué, affirma la Zoanne en se remettant en place.

Inutile d'avouer à Narek qu'il avait eu de la chance ! Son sourire valait tous les mensonges du monde et il avait bien mérité cette victoire. La marchombre fronça les sourcils. Comment faisait-il pour ne pas se laisser distraire par ce sifflement aigu ? Il lui vrillait l'oreille droite avec assez d'aplomb pour que...

Zoanne cligna des yeux.
L'oreille droite.
La sienne.
Pas celle de Narek.

Un grand sourire naquit sur ses lèvres.

Se donner à fond, hein... ?


*


Dernière manche. Il n'y aurait qu'un seul vainqueur, ils le savaient tous les deux. C'était l'ultime chance de se montrer digne de l'être. Un silence absolu régnait dans la cour. Instant figé dans le temps, magnifique, inoubliable. Et puis tout à coup, Zoanne s'élança. Vive, plus que jamais. Au dernier moment, elle bondit et son corps décrivit une courbe formidable.
Non. Improbable.

Son chignon défait par le mouvement libéra la longue tresse d'argent. Sans un bruit, sans un souffle, elle atterrit derrière Narek et l'emprisonna dans son étreinte. Il était à sa merci. Armée d'un poignard, elle n'aurait eu qu'à l'égorger. Dépourvue de scrupules, elle lui aurait brisé les cervicales. Elle choisit de déposer un baiser rapide sur le chaume naissant de sa joue.

Gagné.



*



Alors, ses forces la trahirent, et elle glissa lentement vers le sol.

__________________________________________

Le Marchombre court sur la Voie, suit son instinct, invente son chemin. Toujours plus loin...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek Liam
Groupe Maisel
avatar

Nombre de messages : 301
Citation : ''Je suis prince incongru d'un talent dérisoire : me faire aimer des autres sans aimer.'' ~Florent Mothe (Salieri) - Mozart l'opéra rock~
Date d'inscription : 05/10/2013

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Corps qui devient intangible et passe à travers les objets.
Signe particulier: Yeux noirs qui ont des reflets rouges. Cicatrice de brûlure sur son omoplate gauche.

MessageSujet: Re: A fistful o' roses (Libre)   Jeu 25 Aoû 2016, 17:09

Rappelle toi toujours, jeune homme... Je t'engage, te paye, t'apprends la musique pour que tu me défende, pour que tu te batte... Mais n'oublie jamais, un combat, un vrai, c'est le plancher de danse du diable. L'une des personnes présente perdra tout et ce ne sera peut-être pas celui ou celle que tu crois... Mords dans la vie et dans les notes à pleine dents, Narek, car un jour tu comprendras, et ce jour là...

Ce jour là, si tu y survis, tu t'en souviendras toute ta vie.


~~~

Well she took me by the hand,
I could see she was a fiery one.

Her legs ran all the way,
Up to heaven and past Avalon...
Tell me somethin' girl, what it is you have in store?

She said come with me now...

On the Devil's Dance Floor.

Well swing a little more, little more o'er the merry-o,
Swing a little more, a little more next to me,
Swing a little more, little more o'er the merry-o.

Swing a little more, on the Devil's Dance Floor...

Swing a last time, on the Devil's Dance Floor.

~~~

Pourquoi les paroles de son ancien maître barde lui revinrent à l'esprit à ce moment, il n'aurait pu le dire. Il aurait dut être très heureux et non avoir de telles pensées, il venait d'avoir la chance de sa vie et de prendre une marchombre par surprise, certes la première manche avait bien démontré la différence de niveau mais... Pourtant quelque chose lui grignotait cette victoire. Par quoi avait-elle été si distraite? Un son? Il l'aurait entendu... Pourtant...

Il ne la vu pas arriver, seulement un éclat entre l'argent et le gris... Zoanne avait volé. Elle avait sauter et elle avait volé jusque derrière lui... Aurait pu le tuer, lui laissa un petit baiser.

S'écroula.


ZOANNE!

~~~

I've seen a lot of sights and traveled many miles,
Shook a thousand hands and seen my share of smiles,
I've caused some great concern and told one too many lies...

I'm going out in style...

On the Devil's dance floor.

~~~

Erwan

Je t'envoie ce message car je ne sais vers qui me tourner, je suis désoler si je te dérange.

J'ai fais la rencontre d'une marchombre merveilleuse à Al-Chen qui m'as beaucoup appris en très peu de temps dénommé Zoanne, je ne sais pas si tu la connais, mais je me suis dis que peut-être que oui.

Elle s'est effondré, je crois qu'elle n'a plus beaucoup de temps.

Que tu la connaisse ou non, j'aimerais que tu nous retrouvent à Al-Chen, j'ai pris une chambre dans la taverne nommé ''La rose à moitié morte'', nom étrange, je sais.

Je sais que c'est un peu présomptueux, mais elle est si énergique et gentille que je trouve qu'il serait injuste qu'elle ''parte'' sans avoir au moins un véritable marchombre confirmé avec elle.

Tu es peut-être occuper et je n'ais aucun droit de te demander une telle chose mais... S'il te plais, Erwan, viens.

Je ne sais pas quoi faire d'autre.


Narek


La lettre écrite un peu à la va-vite, avec des traces évidentes d'hésitation, un peu de désespoir et même quelque larmes se retrouva bien rapidement à la patte de l'oiseau messager qui vola rapidement droit vers l'académie, le barde ne savait pas où d'autre il aurait pu se tourner.

Essuyant ses yeux qui gouttaient malgré lui, ce face-à-face avec la mort ouvrant à nouveau une plaie béante dans son âme, le garçon se retourna, évidemment le tavernier avait voulu faire venir des rêveurs, au moins un, ou la transporter à une confrérie... Mais si les rêveurs avaient la solution, elle aurait été guérie depuis longtemps.

Tirant une chaise, il prit place non loin d'elle, tentant de repousser son chagrin afin qu'elle se réveille devant un sourire et non des larmes, et attendit en espérant qu'elle se réveille, au moins une fois qu'Erwan serait là... Au cas où il n'arriverait pas à temps, Narek ne sachant pas si elle était déjà dans ses dernières heures, il resta près d'elle, même quand le tavernier vint demander s'il avait besoin de quelque chose, des heures plus tard...

Personne ne méritait de mourir seul, surtout pas une femme si unique et merveilleuse.

__________________________________________


Spoiler:
 

Team Rocket Version Na/Syn/Tsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoanne Lil'Ayaân
Maître Marchombre
avatar

Nombre de messages : 67
Citation : La sincérité c'est le contraire du discernement. Pour atteindre l'harmonie entre soi et les autres, il faut analyser les penser, les filtrer, en refouler certaines. La sincérité ne constitue pas un but, elle n'a d'intérêt que si elle sert...
Date d'inscription : 13/05/2012

Feuille de personnage
Age: 62 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Une maladie incurable la condamne à mourir d'ici quelques mois, voire quelques semaines...

MessageSujet: Re: A fistful o' roses (Libre)   Jeu 25 Aoû 2016, 18:16

« ZOANNE ! »

Elle battit des paupières et ouvrit les yeux. Deux questions naquirent presque immédiatement dans son esprit : comment était-elle arrivée dans ce lit ? Et pourquoi son œil droit refusait-il de s'ouvrir ? Son regard un peu désorienté accrocha un visage. Elle reconnut Narek et ses yeux noirs pailletés de rubis. Voilà qui répondait à sa première question !

Quant à la seconde... la marchombre leva un bras lourd comme du plomb et tâta du bout de ses doigts une paupière qui était bien ouverte, et qui ne semblaitsouffrir d'aucune lésion. La main retomba doucement sur le lit. Eh bien, voilà, son œil droit avait tout simplement cessé de fonctionner. Une chance qu'il ait attendu la fin de son combat avec Narek !

Zoanne tourna la tête pour mieux voir le jeune homme. Que pensait-il de cette expérience ? Doutait-il encore de sa place ? Ce combat n'était pas totalement loyal, il avit opposé un apprenti à un maître confirmé. Pourtant, et en dépit d'un petit coup de chance, Narek avait remporté une manche. Il s'était donné à fond, exactement comme il l'avait attendu d'elle-même.

Il pouvait être fier et s'il ne l'était pas, elle l'était pour lui.

- Et bien alors, qu'est-ce que c'est que cette tête de dix pieds de long ?

Le sifflement avait diminué, remarqua-t-elle en essayant de se redresser sur ses oreillers. Elle lui en savait gré, c'était pénible, ce son continu qui lui annonçait tout simplement que son audition aussi n'allait pas tarder à en prendre un coup. Elle soupira. C'était prévu, non ? On lui avait dit que tout irait très vite.

C'était une bonne chose. Vivre plus vieux, se décrépir en plusieurs longues années, vieillir et se voir vieillir... Très peu pour elle ! Sa fougue l'emporterait avec panache ! Mais, contre toute attente, elle n'allait pas le faire dans la solitude et l'oubli...

- Narek.

Zoanne attendit qu'il daigne enfin la regarder dans les yeux pour continuer. Un sourire flottait sur ses lèvres, même si elle était très sérieuse.

- J'ai appris que j'étais malade à l'âge de douze ans. A l'époque, on me donnait deux ans à vivre, guère plus. Deux ans, tu te rends compte ? Et regarde où je me trouve, cinquante ans plus tard... Chaque jour, j'ai brûlé ma vie au lieu de m'éteindre à petit feu. J'ai sans doute pris plus de risques que de raison. C'est bien, non ?

Elle prit une inspiration, voulut ajouter quelque chose... ne le fit pas. Ce n'était pas encore le moment et puis...

- J'ai faim. Ce combat m'a ouvert l'appétit. Pas toi ?

C'était vrai, son ventre gargouillait et lui tira une moue penaude – et amusée ; elle se doutait qu'il n'allait l'accompagner que pour faire bonne figure, mais elle ne comptait pas le laisser s'en tirer de la sorte.

- Je me demande si l'on sert des crêpes, ici...

__________________________________________

Le Marchombre court sur la Voie, suit son instinct, invente son chemin. Toujours plus loin...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek Liam
Groupe Maisel
avatar

Nombre de messages : 301
Citation : ''Je suis prince incongru d'un talent dérisoire : me faire aimer des autres sans aimer.'' ~Florent Mothe (Salieri) - Mozart l'opéra rock~
Date d'inscription : 05/10/2013

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Corps qui devient intangible et passe à travers les objets.
Signe particulier: Yeux noirs qui ont des reflets rouges. Cicatrice de brûlure sur son omoplate gauche.

MessageSujet: Re: A fistful o' roses (Libre)   Jeu 25 Aoû 2016, 18:55

There's a boy here in town, says he'll love me forever,
Who would have thought forever could be severed by...

...the sharp knife that ends life, oh well...
I've had just enough time.

So put on your best, boys, and I'll wear my pearls,
What I never did is done...

Le garçon ne se fit pas prié pour décider de lui faire des crêpes... Mais il ne comptait pas la laisser là, seule, dans ce qui pouvait être ses derniers moments! Zioup, il la souleva dans ses bras comme on soulèverais une princesse, puis la porta pour se diriger vers les cuisines sans demander la permission... Le patron ne dit pas un mot, ni le cuistot, ils les laissèrent seuls. Les deux hommes avaient très bien compris que la femme n'en avait pas pour longtemps, tout l'établissement l'avait deviné en voyant le jeune homme porter celle qui avait sembler si forte évanouie dans ses bras plus tôt. Tous buvaient toujours, une chanson pendait toujours dans l'air, mais celle-ci n'avait pas le même air enjoué que la veille. Narek compris à ce moment que même si Erwan arrivait trop tard, Zoanne ne serait pas seule du tout... Tout l'établissement était avec elle.

Tant d'étrangers qui l'avait prise comme amie sans plus de questions... Elle n'était pas seule. Attrapant la farine pour commencer le mélange, Narek marqua une seconde d'hésitation pour repousser une envie de pleurer cette femme qu'il venait à peine de rencontrer mais avait l'impression de connaitre depuis toujours.

Depuis les cuisines, il entendait clairement une voix familière guidant les chants.

Sefan faisait honneur à celle qui l'avait vaincu au bras de fer d'une voix douce et juste.


Kind friends and companions, come join me in rhyme,
Come lift up your voices in chorus with mine,
Come lift up your voices, all grief to refrain...
For we may or might never all meet here again.

So here's a health to the company and one to this lass,
Let's drink and be merry all out of one glass,
Let's drink and be merry, all grief to refrain...

For we may or might never all meet her again

Here's a health to the wee lass that I love so well,
For style and for beauty there's none can excel.
There's a smile on her countenance as she sat on my knee,
There is no man in this wide world as happy as me...

Though I may or might never meet her again...

La chanson, quelque part entre un air de fête et de regrets, accompagna le garçon dans sa cuisine et il n'osa pas le briser pour parler... C'était un cadeau. Pour Zoanne. Toute ces voix se regroupant, c'était la façon de tout ces gens de le lui affirmer... Elle n'était pas seule. Qu'elle ais des centaines d'amis ailleurs ou non, tout les gens ici en étaient. Et tout les verres consommer en cette journée serait en son honneur. Entre deux couplets, l'apprenti marchombre se retourna des fourneaux, il avait préparé trois portions de crêpes, au cas où...

Un vacarme de pas se mélangea à la chanson, qui ne s'interrompit pas pour autant, et Narek aperçu le patron du coin de l'oeil qui montrait le chemin à quelqu'un... Erwan entra dans les cuisines et Narek, en voyant Zoanne qui semblait presque plus fatigué déjà qu'en se réveillant, se tourné et sembler surprise, puis se retourner vers lui comme si elle demandait ''C'est toi qui..?'', sourit légèrement, toujours avec un peu de tristesse dans le regard mais content que le marchombre aîné ne soit là. Sans un mot de plus, il déposa les crêpes dans trois assiettes et en tendit deux à ses amis, en gardant une pour lui...

Le chant s'était tût doucement... Parce que la voix entraînée, presque angélique, du jeune homme en chantait un couplet.

Dans la salle, la tristesse dans les yeux pour la femme qu'il connaissait à peine, Sefan fut le premier à rejoindre doucement la voix de Narek qui provenait lentement, avec douceur, des cuisines, ajustant habilement la situation en métaphores pour ne pas briser le peu de joie qui planait encore dans l'endroit. Tous reprirent doucement le dernier refrain en levant leur verre.


Our ship lies at anchor, she is ready to dock,
I wish her safe landing without any shock...
And if ever I should meet you by land or by sea,
I will always remember your kindness to me...

So here's a health to the company and one to you, lass,
Let's drink and be merry all out of one glass...

Let's drink and be merry, all grief to refrain,

For we may or might never all meet you again.

__________________________________________


Spoiler:
 

Team Rocket Version Na/Syn/Tsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwan Narcos
Admin
avatar

Nombre de messages : 3462
Citation : L'amour c'est l'Harmonie des sentiments
Date d'inscription : 18/10/2008

Feuille de personnage
Age: 36 ans
Greffe: Lames dans le prolongement du cubitus et du radius
Signe particulier: Se tranforme en jaguar ; A une fille avec Miss : Yllena

MessageSujet: Re: A fistful o' roses (Libre)   Jeu 25 Aoû 2016, 19:07

L’odeur des écuries embaumait l’air de sa consistence si particulière. Surtout quand à l’extérieur, la pluie vient à peine de cesser et qu’il y a cette forte odeur d’humidité qui exacerbe chaque sensation et chaque particule odorante. Quand Joya leva la tête vers Erwan, le foin lui attaqua les narines et il inspira un grand coup avant de caresser sa jument sur le chanfrein en guise de bonjour.
Joya comprit rapidement qu’ils partaient pour de nouvelles aventures, car Erwan sortit rapidement son harnachement et elle en piaffa d’impatience.

Le Marchombre était déterminé.
Il voulait aller jusqu’à Al-Jeit. Quelques indices lui indiquaient que le plus gros des forces qui tentaient de les attraper, Ylléna et lui, venait de la Capitale de l’Empire. Ylléna restait à l’Académie, et elle avait compris que c’était pour sa sécurité. Malgré son caractère plus que casse-cou, elle était suffisamment intelligente pour ne pas se mettre en danger – en tout cas, tant qu’elle ne savait pas vraiment se débrouiller seule. Et surtout tant que ces personnes seraient à leurs trousses.

Poussant un soupir, le Marchombre amena Joya à l’extérieur des écuries, vérifia une dernière fois son sanglage et se hissa sur la jument souplement.

Ce fut à cet instant précis qu’il vit l’oiseau se précipiter vers lui à toute allure dans une tornade de plumes. Joya renâcla, pas rassurée, mais l’animal volant se posa sur l’épaule d’Erwan, arborant un petit parchemin sur sa patte droite.
Fronçant les sourcils – cela faisait extrêmement longtemps qu’il n’avait pas reçu d’oiseau, et il n’était de toutes façons habitué à ça – Erwan attrapa le bout de papier pour le déplier, alors que l’oiseau s’envolait, fort de sa mission réussie.

Son visage s’assombrit au fur-et-à-mesure de sa lecture.
C’était une lettre de Narek. Qui avait besoin d’aide. Il parlait de Zoanne – la Maître de l’Académie sans doute la plus avancée en âge désormais, deuis que Bella et Aïwen étaient partis. Un long frisson se propagea sur les avant-bras du Marchombre. Il ne pouvait pas laisser l’apprenti Marchombre ainsi, ni Zoanne d’ailleurs.

Il irait à Al-Jeit après.
Relâchant son souffle, Erwan passa sa main dans ses cheveux blancs et mi-longs. Puis, il se pencha sur l’encolure de Joya pour lui murmurer doucement quelques mots d’encouragement.
La jument prit le galop.



*


Quelques heures plus tard, le Marchombre et sa monture passèrent la porte Sud d’Al-Chen. Le nom de l’auberge dont avait parlé Narek lui disait quelque chose, et il pensait savoir où elle se trouvait.
Laissant Joya au palefrenier des écuries principales d’Al-Chen – toujours ce Eli qui commençait à connaitre le caractère trempé de la jument d’Erwan – il prit la direction des quartiers concernés.

Les rues étaient occupées, mais la foule n’était pas aussi dense qu’en jour de marché, et Erwan trouva rapidement son chemin, avant d’arriver enfin devant le bâtiment en question.

L’atmosphère était épaisse, à l’intérieur, même si un chant bourdonnait doucement dans les bouches des gens attablés, et des cuisiniers derrière le comptoir.
Se mordant l’intérieur de la joue, Erwan prit une inspiration, avant de se diriger vers l’arrière-boutique.

Zoanne était là.
Tout comme Narek.

Ce dernier tenait des assiettes avec des crêpes, et cela tira un sourire à Erwan. Le Marchombre s’avança vers sa collègue, et glissa une mèche de cheveux argentés derrière son oreille.

- Comment tu te sens ? demanda-t-il doucement.
Puis, il se tourna vers Narek alors que ce dernier entammait un couplet de la chanson. Il ne la connaissait pas, alors il se contenta d’écouter.
En fermant les yeux.

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoanne Lil'Ayaân
Maître Marchombre
avatar

Nombre de messages : 67
Citation : La sincérité c'est le contraire du discernement. Pour atteindre l'harmonie entre soi et les autres, il faut analyser les penser, les filtrer, en refouler certaines. La sincérité ne constitue pas un but, elle n'a d'intérêt que si elle sert...
Date d'inscription : 13/05/2012

Feuille de personnage
Age: 62 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Une maladie incurable la condamne à mourir d'ici quelques mois, voire quelques semaines...

MessageSujet: Re: A fistful o' roses (Libre)   Jeu 25 Aoû 2016, 20:08

- Oh !

Narek venait de la surprendre en la soulevant dans ses bras, sans prévenir – mais passée la surprise, elle s'accrocha à lui et éclata d'un rire frais et heureux. Il y avait bien longtemps qu'on ne l'avait portée ainsi ! Tandis qu'ils descendaient les escalier, Zoanne se laissa aller un bref instant à l'émotion qui lui nouait la gorge. Elle appuya sa têt contre l'épaule du jeune homme, juste quelques secondes, le temps de reprendre contenance.

Voilà.

Etonnée qu'ils ne croisent personne en cuisine, Zoanne réalisa soudain que tout était silencieux dans la pièce. Et qu'un chant s'élevait dans la pièce d'à côté. Enveloppée dans sa couverture, elle tendit l'oreille, ignorant le sifflement qui revenait à la charge, alors que Narek ouvrait placards et tiroirs à la recherche de ce qui pouvait lui être utile.

Un chant... pour elle ? Etonnée, la marchombre croisa le regard de Narek, une question au fond des yeux, mais il resta silencieux. C'était la meilleure réponse qu'il pouvait lui offrir. Emue, Zoanne porta la main à son cœur fatigué. Et écouta.

C'était beau.

Bien trop beau pour une seule personne.
Pourtant, les voix qui résonnaient doucement transformaient une simple chanson en un merveilleux cadeau. Elle reconnut celle de Sefan et secoua doucement la tête. Celui-là, si elle avait eu quelques années de moins, il lui aurait sans doute volé son cœur...

L'odeur agréable des crêpes envahit la pièce. Immobile, Zoanne en savoura le parfum du bout de la langue qu'elle pasa sur ses lèvres. Et puis tout à coup, la porte s'ouvrit. Intriguée, elle leva les yeux et haussa les sourcils en découvrant celui qui venait d'entrer de sa démarche tranquille et silencieuse.

Une caresse, dans ses cheveux.
Un murmure près de son oreille.

- Comment tu te sens ?
- Erwan !


Ravie et troublée à la fois de le voir, Zoanne croisa de nouveau le regard de Narek. Elle comprit, à l'éclat presque malicieux qui le traversa, qu'il n'était pas innocent dans cette histoire, mais elle ne dit rien. Elle resta silencieuse.

Parce que Narek avait commencé à chanter.


Our ship lies at anchor, she is ready to dock,
I wish her safe landing without any shock...
And if ever I should meet you by land or by sea,
I will always remember your kindness to me...



*



- Honnêtement, je me sens... sur un petit nuage.

Le silence était revenu dans la cuisine. Les brouahahas résonnaient de nouveau à côté. Assis tous les trois, Erwan, Narek et elle dégustaient les crêpes – une véritable pile trônait au milieu de la table. Zoanne essayait de répondre à la question avec le plus de sincérité possible. Elle n'était pas idiote, elle savait très bien pourquoi Erwan était ici. Cela la touchait énormément. Le moins qu'elle pouvait faire, c'était lui dire la vérité.

- Je perds mes facultés une à une, mais tant que j'arrive à savourer tout ce que ces gens font pour moi... Je me sens bien, vraiment. Par la Dame ! Ces crêpes sont...

Délicieuses ! Elle n'arrivrait pas à en manger plus d'une, mais c'était tellement bon qu'elle en avait les larmes aux yeux. Elle éclata de rire pour distraire son émotion.

- Si je m'étais attendue à ça ! Cette soirée est mémorable.

Elle ne se rendait pas compte que le jour éclairait la pièce. Sa vision baissait encore. Elle perdait l notion du temps.

- Mais dis-moi, Erwan, qu'as-tu fais de ta fille ? Si elle est restée avec Lyke, je ne donne pas cher de la peau de Mia. Ils vont encore la rendre chèvre à force de dérober ses gâteaux.

Un petit sourire dansait sur les lèvres de Zoanne. Combien de fois avait-elle accompagné les deux garnements dans leurs facéties à l'Académie ?

__________________________________________

Le Marchombre court sur la Voie, suit son instinct, invente son chemin. Toujours plus loin...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
A fistful o' roses (Libre)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Al-Chen-
Sauter vers: