AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Rêves d'enfants [Seth]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hièlstan Filsèvres
Rêveur
avatar

Nombre de messages : 194
Date d'inscription : 10/04/2016

Feuille de personnage
Age: 35
Greffe: Non
Signe particulier: Porte une bure de Rêveur

MessageSujet: Rêves d'enfants [Seth]   Lun 22 Aoû 2016, 19:43

Et voilà, ses pas l'avait encore mené ici, sur ce banc - pas toujours le même, mais presque.
Il y avait moins d'enfants que lors de ses premières visites ; le temps fraîchissait doucement, les pluies plus fréquentes mouillaient le sable fin et les structures retorses ; mais toujours les rires, ces rires...

Y avait-il plus joli son que le rire, pur et clair, d'un enfant ? Ce rire sans tâche, ce rire sans sous-entendu, ce rire qui est encore juste une joie, et qui bientôt se teintera d'amertume, de déception, de cruauté, de mesquinerie, de moquerie... Le Rêveur pousse un soupir en songeant que la moquerie est déjà dans les rires de plusieurs de ces enfants, et que tout le reste s'y implantera, inévitablement... Pourvu qu'ils puissent garder un rire pur à faire éclater de temps à autres, pourvu qu'ils conservent cette petite part au fond d'eux, et tout ira bien, tout ira toujours bien.
Hièlstan adresse un signe de main à un gamin qui l'a reconnu. Les enfants sont plus ouverts à lui que les adultes, mais maintenant, les habitués du petit parc de jeu le connaissent, et il n'est pas rare qu'une maman ose venir lui demander un conseil pour soigner un rhume ou un bobo.

Souvent, les enfants qui se font mal viennent voir le Rêveur, et Hièlstan doit leur expliquer qu'une égratignure, ce n'est pas bien grave, que ça va se guérir tout seul, qu'il faut laisser leur corps apprendre à s'en sortir sans Rêve. Les enfants comprennent.
Finalement, de toutes les heures passées à rester assis là et à les regarder jouer, le Rêveur n'était intervenu que deux fois : lors d'une chute où un tout petit s'était cogné la tête - il n'y avait pas eu mal, heureusement - et lorsqu'une fillette un peu plus grande s'était tordue un poignet en jouant dans les cordages du bateau pirate.

Il ne s'était pas vraiment fait d'amis, ici, mais il n'avait pas cherché à s'en faire, non plus. Quand il les regardait... Il aimait bien être seul, avec lui-même, ses pensées. C'était un peu le seul endroit où il s'autorisait à rêver d'enfant, où il se laisser aller à imaginer serrer contre lui un nourrisson dont il serait le père, apprendre à compter à sa propre fille, ou emmener ses garçons à la pêche, comme son propre père l'avait fait autrefois.
Ca durait des fois quelques minutes, des fois des heures, jusqu'au moment où il se reprenait, se décidait à arrêter. A quoi bon rêver ? Jamais il ne connaîtrait ça.
Alors souvent, il rentrait chez lui triste et amer.

De plus en plus souvent.
Trop souvent.

Il était pourtant venu ici pour dépasser cette envie ; mais ces dernières semaines, depuis l'accouchement de Lounali, à vrai dire, ses désirs de paternité ne faisaient que s'accentuer. Il en avait touché mot à Rigs, l'un des maîtres Rêveur de Chériane avec qui il s'entendait bien, mais Rigs n'avait rien pu lui dire de plus que ce que ses anciens maîtres de Naoniane ne lui aient déjà expliqué.
C'était un choix à faire...

Un choix qu'il avait déjà fait bien des années auparavant.

Il n'aurait pas d'enfant.

Comme en réponse à ses pensées noires, le vent fraîchissant de la fin d'après-midi souffla, et le gamin le plus proche de lui resserra son manteau, tandis que Hièlstan frissonnait dans sa bure.
Un papa lui adressa un salut amical alors qu'il partait, avec ses quatre rejetons.
Un autre homme, plutôt de l'âge d'être un grand-père, lui jeta un regard curieux.

Quand on est un Rêveur et qu'on se balade seul en ville, on attire les regards ; alors quand on est un Rêveur et qu'on passe l'après-midi seul sur un banc dans un jardin d'enfant...

Mais cela importait peu à Hièlstan. Le regard des gens, il l'avait subi depuis son enfance, et il ne l'avait jamais gêné. Il ne l'empêcherait certainement pas de rester là encore une petite heure ; il restait à peine une dizaine d'enfants, désormais, mais chacun d'eux valait mille heures de son temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seth Jol
Groupe Geko
avatar

Nombre de messages : 103
Citation : "Vis comme si tu devais mourir demain, apprends comme si tu devais vivre toujours"
Date d'inscription : 31/12/2014

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Il connaît le Domaine comme sa poche/ Il avait un frère jumeau

MessageSujet: Re: Rêves d'enfants [Seth]   Mer 08 Fév 2017, 18:38

A genoux dans le sable, le jeune homme peinait à retrouver son souffle. Il avait couru comme un dératé dans tout le village. Il avait couru comme si le diable était à ses trousses – ou plutôt la mort. La voix du vieux guérisseur résonnait encore dans son esprit, tandis qu’un long frisson remonta le long de sa colonne vertébrale. Il n’en a plus pour longtemps, à moins que vous ne cachiez un Rêveur sous votre cape !

Il fallait qu’il se relève. Qu’il s’accroche, qu’il ne baisse pas les bras. Seth s’entendait encore hurler à la face du vieil homme ; il lui fallait juste un peu de temps. Quelques minutes à peine. Il allait trouver une solution – il lui fallait un Rêveur, et tout de suite. Il allait renverser la situation, comme toujours non ? C’était sa spécialité, ça. Ça, s’en sortir et toujours garder espoir ! Ça, déjouer les pronostics dans un fabuleux pied de nez à la mort. Alors il avait couru, dans une course pour la vie.

Dans une course contre le temps. Une course à la recherche d’un espoir, que chaque minute s’écoulant éloignait un peu plus. La vie de Makeno dépendait de lui ; mais le garçon avait bon prier la Dame et le Dragon, cela n’empêcherait sans doute pas le vieux médecin de l’amputer de sa jambe gangrénée. Seth était à bout de force, désespéré. Et n’avait même plus la force de hurler sa détresse dans le froid glacial de l’hiver. Les mains tremblantes, paumes tournées vers le ciel, l’apprenti Marchombre secoua vivement la tête pour repousser les visions d’horreur qui s’imposèrent dans son esprit. Dans un regain d’énergie, il releva la tête avec une détermination renouvelée. C’est alors qu’il croisa ce regard. Un regard profondément marron.

Si proche. Teinté de gravité et d’inquiétude. Fermant les yeux un instant, le jeune homme poussa un long soupir. Il avait soudain envie de pleurer et de rire à la fois, et ses joues reprirent quelques couleurs. Un nouvel élan d’espoir le traversa. Comme une petite flamme qui éclairait enfin l’obscurité d’une nuit noire. Sa voix était terriblement rauque lorsqu’elle s’éleva dans l’air froid. Si éraillée qu’il ne la reconnaissait même pas. Presque comme une plainte. Une supplique.

- « Il faut que vous m’aidiez… »

L’écho de ses mots se perdit dans l’atmosphère froide et humide de cette soirée d’hiver grisâtre.



Non ! Non ! Pas possible ! Ce n’était pas possible ! Makeno…

- « MAKENOOO !! »

Difficile de croire qu’un cri aussi inhumain puisse sortir de la poitrine du jeune homme, aussi puissant, aussi frappant, aussi désarmant. Le vieux Hicham leva le menton et son regard gris clair croisa celui de Seth. Il cligna fort des yeux, bouleversé par l’intensité de détresse qu’il pouvait lire dans le regard de ce brave gamin. Puis, il baissa de nouveau la tête en tentant de maîtriser l’hémorragie qui se dégageait du moignon qui subsistait à la place de la jambe droite du petit garçon. Le guérisseur jura entre ses dents – autant de sang, dans un si petit corps ! L’homme aux cheveux grisonnant pinça les lèvres dans une moue contrariée quand une main se posa sur la sienne avec douceur et fermeté à la fois. Prodigieusement agacé, il se racla la gorge.

Pour ravaler sa salive dans la seconde qui suivit, laissant docilement sa place au Rêveur, qui commençait déjà à dérouler son Rêve. Finalement, ce petit bonhomme avait peut-être une bonne étoile. Soupirant un instant, le vieux guérisseur se gratta nerveusement l’arrière du crâne et jeta un bref coup d’œil aux trois solides gaillards qui tentaient de maîtriser le grand frère du petit Makeno. Le jeune homme se débattait comme un forcené, le visage baigné de larmes. La mine sombre, Hicham se demanda d’où sortaient ces deux gamins à l’air un peu sauvage. Il avait vu beaucoup d’horreurs dans sa vie, mais jamais il n’aurait imaginé devoir amputer un petit garçon de sa jambe. Surtout pour une histoire d’empoisonnement à la Silencieuse – enfin, c’est ce son frère lui avait expliqué la veille, lorsqu’il était venu le trouver. De toute évidence, ce n’était pas la première fois que ces deux garçons côtoyaient la mort de très près. Rien qu’à cette pensée, le vieux guérisseur sentit une bouffée de colère l’envahir et il serra les poings.


Seth se redressa légèrement, en appuyant la paume de ses mains sur ses genoux. D’un revers de bras, il s’essuya le coin de la bouche. Il n’avait rien d’autre à vomir que de la bile. Il n’avait rien mangé depuis la veille – il en était tout bonnement incapable ! A chaque fois qu’il fermait les yeux, ne serait-ce que quelques secondes, il voyait tout ce sang. Il voyait ce moignon à la place de la jambe de Makeno. Il voyait Makeno, pâle comme un mort. Et toutes ces images horribles se superposaient à des souvenirs plus anciens. Des images de sang. De mort. Qui lui donnait encore plus envie de vomir. Mais cette fois, il parvint à se retenir et à se laisser glisser, le dos contre le mur de pierres froides. Juste à côté de la flaque de vomi.

Mais le jeune homme n’en avait absolument rien à foutre. Les poings ensanglantés à force d’avoir frappé dans le mur, il enfonça ses doigts dans la boue gelé. Avant d’enfouir sa tête entre ses bras et, peut-être que, épuisé, il finit par s’endormir. Parce que quand il releva la tête la nuit était déjà bien avancée. Un petit attroupement s’était formé autour de la maison du vieux guérisseur. L’apprenti Marchombre sonda le petit groupe, sans trop savoir ce qu’il cherchait de prime abord. Et puis, soudain, il le vit. Le Rêveur. En l’apercevant s’approcher, Seth bondit sur ses deux pieds. Un peu trop rapidement, sans doute, car il vacilla et dû se rattraper au mur derrière lui. Il vrilla son regard doré dans celui, marron, du Rêveur. Une question muette sur les lèvres. Il n’essaya même pas de parler, il sentait que sa gorge lui brûlait terriblement. Comme si une main invisible avait tenté de la lui arracher. Mais il voulait savoir. Il devait savoir. Le temps arrêta un instant sa course tandis qu’il resta suspendu aux lèvres de l’homme. Makeno ?








Spoiler:
 

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hièlstan Filsèvres
Rêveur
avatar

Nombre de messages : 194
Date d'inscription : 10/04/2016

Feuille de personnage
Age: 35
Greffe: Non
Signe particulier: Porte une bure de Rêveur

MessageSujet: Re: Rêves d'enfants [Seth]   Jeu 09 Fév 2017, 21:14

Il se lava lentement les mains dans la bassine d'eau tiède qu'Hicham venait de lui ramener. Lentement, parce qu'il n'y avait plus aucune raison de se presser ; il n'avait pas terminé son travail, mais la suite ne requérait nulle précipitation, bien au contraire.
Lentement aussi, parce qu'il était fourbu ; autant physiquement que mentalement et psychologiquement. Il s'était passé beaucoup de temps ; il n'aurait su dire combien exactement. Il avait peu mangé, juste assez pour tenir le coup. Il n'avait pas dormi, s'était à peine assis, et ses pieds lui faisaient mal, maintenant qu'il s'autorisait à prêter attention à son propre corps.
Il n'était pas bien vieux, mais il n'avait plus vingt ans.

Il était à bout de Rêve ; il avait tellement, tellement déroulé qu'il avait atteint les limites de son endurance ; cela faisait longtemps que ça ne lui était plus arrivé.
L'opération était énorme ; il aurait fallut être deux ou trois Rêveurs aguerris pour la mener à bien.
Il l'avait fait tout seul.

Il avait réussi, comme en avaient attesté ses collègues de Chériane arrivaient un peu plus tôt.
Il n'y avait plus de Rêve à dérouler, il avait fait tout ce qui pouvait être fait ; il pouvait aller se reposer, ils s'occupaient de la suite.

Il avait à peine trempé ses mains dans la cuvette qu'elle était déjà rouge du sang du gamin ; Hicham l'emporta aussitôt pour en apporter une deuxième.


"Nous avons pensé... Tiens, je la pose là, c'est une bure propre..."

Ils avaient bien pensé ; la sienne était rigide de sang.
Il termina de se laver, en prenant son temps ; il n'arrivait plus à penser à rien. Il aurait été bien en peine de se presser. Pourtant, il avait le sentiment flou que quelqu'un, ou quelque chose nécessitait sa présence ailleurs.
Il se débarbouillait le visage avec une énième quantité d'eau, quand les mots d'un des deux Rêveurs le ramena à la réalité.


"Le petit... Qui t'as prévenu ? Il a des parents, quelqu'un qui attend ?"

Comment avait-il pu l'oublier ?

___

Il ne savait même pas son nom.
Il ne connaissait de lui qu'un regard sur lequel il ne pouvait même pas mettre d'adjectif ; des yeux d'une couleur indéfinissable, pleins d'atrocité, de peine et d'espoir, plein d'une sorte de dernière énergie, une supplique...
Ce regard et cette voix qui l'avait ébranlé au plus profond de lui-même.

Il était dans le coin, c'était obligé ; ils avaient eu du mal à le faire sortir, il ne s'en serait pas allé comme ça. La vue de Hièlstan était trouble ; les gens qui attendaient là, devant la porte, l'étourdirent. Il se rattrapa au montant, un solide gaillard lui prit l'épaule pour le remettre d'aplomb. Il murmura un remerciement, à peine audible, parcouru la foule du regard...
Une femme lui désigna le jeune homme d'un geste de la main.

Vraiment jeune ; encore plus jeune dans cet état. Il était trempé, sale, boueux, il avait du sang sur lui, sur ses poings ; Hièlstan espéra un instant qu'il n'avait frappé personne. Le regard dans le vide, il attendait, hébété.
Son coeur se serait serré s'il en avait encore eu la force.

Le garçon, visiblement, avait encore de la ressource, car dès qu'il l'aperçut, il se redressa d'un bond ; l'énergie de la jeunesse.
Du dernier espoir.

"Il va bien, Makeno va bien."

Les deux hommes s'affalèrent l'un sur l'autre ; à vrai dire, Hièlstan aurait été bien en peine de dire lequel soutenait l'autre. Il avait grand besoin de s'asseoir, de se sustenter, de récupérer. Le garçon aussi, probablement.
La même femme qui le lui avait indiqué les invita à la suivre d'un signe de la main ; la porte de sa maison était juste à côté. Son visage disait quelque chose à Hièlstan ; il l'avait probablement déjà rencontrée, peut-être soignée. Il eut honte de ne pouvoir s'en souvenir alors qu'elle leur offrait son hospitalité.

___

Le pain était un peu sec mais n'importe quoi ferait l'affaire, et le ragoût un peu gras et sans doute trop lourd pour leurs estomacs durement malmenés par un jeûne forcé, mais il faudrait qu'ils s'en accommode. Elle leur servit de l'eau et de la bière, et eut le tact de ne pas les importuner de question ; elle se retira de la pièce à vivre où ils étaient attablés.


"Il faut que vous mangiez, maintenant. Ensuite, vous ferez ce que vous souhaitez."

Il lui servit un verre d'eau, écarta le pichet de bière d'un revers de la main ; il ne voulait pas qu'il ingurgite une seule goutte d'alcool, si léger fût-il, avant de s'être hydraté correctement et d'avoir mis quelque chose de solide dans son estomac. Le garçon puait le vomi, et à son état, il devinait qu'il avait passé la nuit devant la maison d'Hicham ; il n'avait pas du manger grand-chose.

"Vous verrez Makeno tout-à-l'heure. Pour le moment, il a besoin de repos. Deux autres Rêveurs sont à son chevet. Dès qu'ils seront assurés que son état est suffisamment stable pour le transporter, on l'emmènera à Chériane, où il pourra se rétablir aussi rapidement que possible. Il ne risque plus rien."

Il ne pensait pas que le poison représentât encore un risque, mais il était loin d'être un expert en la matière, et les deux Rêveurs présents non plus. Il leur faudrait l'avis et les soins de maîtres expérimentés, et cela devrait se faire dans un cadre optimal.

"Vous pourrez venir avec lui, si vous le souhaitez."

Aux hurlements qu'il avait poussés, Hièlstan imaginait qu'il les suivrait. En réalité, les Rêveurs auraient besoin d'un maximum d'info sur les antécédents qui avaient conduit à cette situation ; mais Hièlstan préféra taire ceci pour le moment. Le jeune homme n'avait pas besoin de savoir qu'il serait sollicité ; pour le moment, il fallait qu'il se repose, qu'il se remette.
Savoir que le petit était en vie et le resterait, c'était une information amplement suffisante.


"Savez-vous où sont ses parents ? A-t-il d'autres proches que vous que nous puissions contacter ?"

Il avait pris une voix très douce. C'était une question délicate ; peut-être que les parents étaient morts. Peut-être que les parents de Makeno étaient aussi ceux de Seth, peut-être qu'ils les avaient abandonnés, ou quelque chose de douloureux.
Hièlstan, cependant, avait sa propre idée quand à l'idée du père.
Quelques semaines plus tôt, Gil ne lui avait-il pas parlé de son fils, un bambin répondant au nom de Makeno ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seth Jol
Groupe Geko
avatar

Nombre de messages : 103
Citation : "Vis comme si tu devais mourir demain, apprends comme si tu devais vivre toujours"
Date d'inscription : 31/12/2014

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Il connaît le Domaine comme sa poche/ Il avait un frère jumeau

MessageSujet: Re: Rêves d'enfants [Seth]   Jeu 16 Fév 2017, 22:13

Makeno va bien.

Trois tous petits mots. Makeno va bien. Seth se le répétait mentalement, dans sa tête. L’apprenti Marchombre glissa ses doigts dans ses cheveux d’un noir de jais. Makeno va bien. L’information résonna encore durant de longues secondes sous son crâne bouillonnant avant qu’il ne le réalise vraiment. Malgré l’intense fatigue qu’il ressentait et l’angoisse qui se dissipait lentement dans ses entrailles, le jeune homme se fendit d’un sourire. Makeno va bien. Sourire qui évolua en un rire parfaitement nerveux. Makeno va bien. Un rire baigné de chaudes larmes. Partagé entre ses émotions, l’apprenti vacilla un instant, avant de se rattraper au mur derrière lui. Seth sentait les regards converger vers lui alors, baissant la tête, il ferma très fort les yeux comme s’il espérait disparaître d’un seul coup. Il se répéta encore mentalement cette toute petite phrase. Ces trois mots. Makeno va bien. C’était tout ce qui comptait !

Makeno va bien.


Ses grands yeux dorés fixés au fond de son bol, Seth remuait sa soupe sans grand appétit. Les quignons de pain s’étaient ramollis dans le liquide et se délitaient en petits morceaux spongieux. Ce repas dégageait vraiment une très bonne odeur, qui emplissait toute la pièce – sans doute l’une de ces recettes traditionnelles à base de courges nouvelles qui poussaient au cœur de l’hiver. Mais le garçon n’avait pas faim, mais alors pas du tout. Cela faisait pourtant presque deux jours qu’il n’avait pas mangé de repas digne de ce nom. Jussiane se mordit la lèvre inférieure, et secoua la tête d’un air désolé. Si ce gamin n’avalait rien, il allait finir par se trouver mal songea-t-elle en posant un pichet d’une bière ambrée sur la table.

Levant les yeux, le jeune homme croisa le regard de la petite femme rondouillarde qui les avait accueillis dans sa modeste maison. Affichant un pauvre sourire, il tendit le bras pour attraper le pichet d’alcool posé juste devant lui. Toutefois, son geste fut arrêté alors que le Rêveur repoussait la boisson avec une certaine détermination qui surprit Seth. Il avait sans doute la trentaine bien tassée cet homme, pourtant il avait déjà la sagesse d’un homme qui aurait vécu au moins deux ou trois fois son âge. L’apprenti hocha la tête doucement, le Rêveur avait raison. Il fallait qu’il mange. Qu’il reprenne un peu de forces. Alors il prit sur lui et porta la cuillère à sa bouche. Le liquide était agréablement chaud et onctueux et, curieusement, son estomac ne protesta pas. Et même en redemanda, tout gargouillant. Abandonnant la cuillère, l’apprenti plaqua ses deux mains contre le bol chaud pour le porta à ses lèvres. Laissant en suspens dans l’air la question du Rêveur.

Lorsque Seth reposa son bol, il avait une belle moustache de soupe qui lui barbouillait le visage. Il avait repris un peu de couleur également. Mais son regard s’était assombri d’une lueur orageuse inquiétante. Lâchant un grognement sourd, le garçon s’essuya la bouche avec le revers de sa manche – un bon bain ne lui ferait pas de mal ! Le Rêveur lui avait posé une question, et il ne tenait pas spécialement à y répondre. Pas tellement par pudeur ou pour quoi que ce soit d’autre ! Non ! En réalité, il avait mis le doigt sur un vrai problème. Un problème auquel le jeune homme n’avait encore jamais vraiment réfléchi. Un problème qui, indirectement expliquait que Makeno ait manqué de perdre la vie la nuit dernière. Un problème qui l’emplissait d’amertume et de colère.

- « Mouais » gronda Seth « Ses parents sont aussi irresponsables l’un que l’autre » lâcha-t-il avec âpreté.

Quoi ? L’apprenti Marchombre ne flancha pas une seule seconde en plantant son regard dans celui du Rêveur. Rien n’était plus vrai ! Leur mère, Naïs, passait la moitié de son temps à se fourrer dans les ennuis, à frôler la mort – sa façon bien à elle de se sentir vivante ! Sauf que ça n’était pas une vie pour un enfant… Quant à son père biologique, Gil, était éternellement absent. Makeno lui vouait pourtant une admiration sans faille. L’Envoleur était son héros. Naïs comme Gil, chacun à leur façon, avaient toujours clairement signifié qu’ils ne prendraient ni l’un ni l’autre la responsabilité de cet enfant, qui n’avait pourtant jamais demandé quoi que ce soit d’autre qu’un peu d’amour. Et dans toute cette histoire, les autres n’avaient qu’à ramasser les morceaux. Pan. Atal et Nwëlla. Ainhoa. Miin et Voëlle. Lui. Seth soupira.

- « Désolé, c’est la colère qui parle » s’excusa-t-il « C’est juste que j’ai eu très peur, et je ne sais pas où se trouve ma mère en ce moment. Et encore moins son père, à Makeno. Ça fait des semaines que je n’ai aucune nouvelles ni de l'un, ni de l'autre » expliqua ensuite le jeune homme en se mordant l’intérieur de la joue.

Avec une moue totalement dépitée, le garçon baissa la tête. D’habitude, jamais il ne parlait de ce qui pouvait toucher de près ou de loin à ses émotions. A ce qu’il pouvait bien ressentir. Surtout avec des inconnus. Mais cet homme-là, ce Rêveur, l’avait immédiatement mis en confiance. L’avait apprivoisé en un rien de temps. Il avait cet étrange pouvoir indéfinissable et Seth n’arrivait pas exactement à mettre le doigt dessus. En tout cas, il était vraiment spécial.

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hièlstan Filsèvres
Rêveur
avatar

Nombre de messages : 194
Date d'inscription : 10/04/2016

Feuille de personnage
Age: 35
Greffe: Non
Signe particulier: Porte une bure de Rêveur

MessageSujet: Re: Rêves d'enfants [Seth]   Jeu 23 Fév 2017, 21:12

"Je comprends que vous soyez en colère. Vous êtes donc son frère. Je crois qu'on n'a pas été présentés ? Je m'appelle Hièlstan Filsèvres."

[sourire cordial]

"Son père s'appelle Gil, n'est-ce pas ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seth Jol
Groupe Geko
avatar

Nombre de messages : 103
Citation : "Vis comme si tu devais mourir demain, apprends comme si tu devais vivre toujours"
Date d'inscription : 31/12/2014

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Il connaît le Domaine comme sa poche/ Il avait un frère jumeau

MessageSujet: Re: Rêves d'enfants [Seth]   Jeu 23 Fév 2017, 23:12

- « Oui, c'est mon petit frère, et je n'ai pas su le protéger... »

[Affiche un air un peu triste et songeur à la fois]

- « Oh, euh, j'm'appelle Seth. Seth Jol. Vous connaissez Gil ? »

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hièlstan Filsèvres
Rêveur
avatar

Nombre de messages : 194
Date d'inscription : 10/04/2016

Feuille de personnage
Age: 35
Greffe: Non
Signe particulier: Porte une bure de Rêveur

MessageSujet: Re: Rêves d'enfants [Seth]   Sam 25 Fév 2017, 21:38

Il était touchant, ce garçon. Hièlstan senti son coeur se serrer devant tant de détresse contenue, tant de culpabilité qu'il n'aurait pas du éprouver. Il n'aurait pas du s'excuser pour s'être mis en colère ; il était dans un état physique déplorable, il venait de quasiment perdre son petit frère, et même si celui-ci était sauvé, il y avait laissé une jambe. Il ne pouvait pas tenter de garder le contrôle en un moment pareil.
Il était jeune, il devait avoir quoi, une vingtaine d'années ? Et il se retrouvait avec un enfant en bas-âge à charge ; de frère, il devenait père, et bien qu'il ait l'air vaillant, ce n'était pas un statut facile à assumer quand on ne l'avait pas choisi.

Des parents instables et absents, des gamins livrés à eux-mêmes... Cela ressemblait aux histoires que lui racontait Rilend.
Le Rêveur soupira. Il ne pouvait malheureusement pas s'occuper de toutes ces situations ; il n'aurait, de toute façon, pas su le faire. Il était médecin du corps, et non de l'esprit.
Cependant, il aurait volontiers pris un peu du fardeau du garçon sur ses épaules. Il l'aurait fait bien volontiers pour tous les patients en détresse qu'il avait croisés dans sa vie.

Il ne répondit pas tout de suite, parce qu'il sentait que le garçon avait encore quelque chose à dire. Il avait besoin de temps, et de douceur ; cela, le Rêveur pouvait le lui accorder.


"Oh, euh, j'm'appelle Seth. Seth Jol. Vous connaissez Gil ?"

Seth Jol. Hièlstan plaça le nom dans un coin de sa mémoire. Il faudrait qu'il lui demande si Makeno portait le même nom ou pas. Il avait cru comprendre dans les propos décousus de Gil que ce dernier n'avait jamais réellement joué son rôle de père.

"Le connaître... Je l'ai croisé à deux reprises. C'est... C'est un homme intriguant, et très... Pas très stable, c'est le moins que l'on puisse dire, je crois. Il m'a parlé de Makeno, et des difficultés de... Leurs relations, si je peux dire ça de cette manière. Il l'aime beaucoup malgré tout, et je crois qu'il souffre de ne pas pouvoir agir en conséquence."

Il hocha gravement la tête ; les propos de Gil à ce sujet quelques semaines plus tôt l'avaient touché.

"Il m'a dit que lui et sa mère -j'ai oublié son nom- n'avaient pas un comportement exemplaire."

C'était le moins que l'on puisse dire, visiblement. Qui étaient ces parents qui laissaient mourir leur enfant sans le savoir ? Qui était sa mère qui laissait son fils à la garde de son autre fils ?

"Tu n'as pas à t'en vouloir. La faute ne te reviens pas, on a déjà du te le dire. Tu as sauvé ton frère, Seth, tu as su agir malgré l'urgence de la situation."

Il lui sourit avec douceur.


"Il est heureux que tu soies présent pour lui, et il va encore avoir besoin de ton soutien. Mais tu n'es pas son père, tu es son frère, ne l'oublie pas."

Il espérait bien s'en tirer ; ses propres mots retentissaient d'une banalité affligeante à ses oreilles, mais il était délicat de traiter d'un tel sujet avec un quasi inconnu, si jeune et si vulnérable.
Il secoua la tête.


"Excusez-moi, je vous ai tutoyé par réflexe ; je n'aurais pas du. Je pense que vous avez tout autant besoin d'aide et de repos que lui. J'ai bien peur de devoir me montrer insistant, mais il serait bon que vous restiez à la confrérie de Chériane le temps que Makeno se remette. Je crois que vous aussi aurez besoin de vous remettre. Vous êtes épuisé, Seth. Et après..."

Et après ? Tout dépendrait de la décision première de Seth, mais aussi des parents de l'enfant. Il n'aimait guère les sentiments que cette situation éveillait en lui.
Il préjugeait sur une femme qu'il ne connaissait pas, il préjugeait à tel point qu'au fond de lui, il espérait que cette femme ne reviendrait pas prendre le bambin en charge.


"Il n'est pas encore temps de songer à après. La décision vous appartient, pour l'instant, mais vous n'êtes pas obligé de la prendre tout de suite. Nous ne partirons pas avant de nous être tous reposés."

A ces mots, il réprima un bâillement, et il sentit plus que jamais la lourdeur de ses paupières.

"Vous avez un lien très fort tous les deux. Parfois, dans de tels cas, les gens craignent que de laisser quelqu'un les aider va affecter le lien, car il y aura une personne supplémentaire avec eux. Ce ne sera jamais le cas."

Il prenait un peu des pincettes ; il décida de se taire un moment, pour laisser Seth s'exprimer s'il en avait envie. Il avait l'impression de s'adresser à quelqu'un d'un peu sauvage, quelqu'un d'un peu fragile, qui risquait de s'en aller en courant à tout instant. Il tendait la main, le laissait prendre la mesure de l'absence de danger.
Il tentait d'apprivoiser ce garçon dévasté ; la fureur d'amour dans ses cris, la dureté de sa situation et la nature inconditionnelle de son amour fraternel ne laissaient pas de marbre le philanthrope qu'il était.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seth Jol
Groupe Geko
avatar

Nombre de messages : 103
Citation : "Vis comme si tu devais mourir demain, apprends comme si tu devais vivre toujours"
Date d'inscription : 31/12/2014

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Il connaît le Domaine comme sa poche/ Il avait un frère jumeau

MessageSujet: Re: Rêves d'enfants [Seth]   Lun 27 Fév 2017, 16:10

Les bras croisés sur la table, Seth observait la réaction du Rêveur, non sans une certaine curiosité. Malgré la fatigue et l’angoisse qui creusait ses traits, les yeux du garçon brillaient soudain d’un intérêt nouveau. Hièlstan avait déjà rencontré Gil. Il le connaissait. C’était évident ! Mais dans quelles circonstances ? D’habitude, l’Envoleur ne parlait pas comme cela de Makeno – il n’en parlait même jamais. Mais cela faisait tellement longtemps qu’il ne l’avait pas vu, son grand frère de cœur. Il l’adorait, c’était indéniable. Et il lui manquait. En revanche, d’aussi loin qu’il se souvienne, il s’était toujours comporté comme un gamin qui aurait la moitié de son âge. Peut-être avait-il changé ? Grandi ? Etait-ce vraiment possible ?

Seth écouta les paroles du Rêveur avec un air un peu pensif. Gil, un homme pas très stable ? Le mot était faible. Un euphémisme, songea l’apprenti Marchombre avec une moue mi figue, mi raisin. Il n’avait surtout pas le sens des responsabilités en fait. Et fuyait au moindre problème. Toutefois, il restait tout de même quelqu’un d’attachant, plein d’humour et toujours prêt à soulever des montagnes pour ceux qu’il aimait. C’était pour cette raison que le jeune homme l’appréciait beaucoup. Seth hocha la tête brièvement, appuyant en silence les paroles de Hièlstan. Il n’était pas en colère en réalité. C’était surtout la peur qui s’était exprimée dans la dureté de ses mots, quelques minutes plus tôt. Mais il n’en voulait pas à Naïs, ni à Gil. Pas vraiment. Il était juste triste que Makeno ne puisse pas grandir normalement, dans l’insouciance et l’innocence, entouré par l’amour de ses parents. Il n’avait pas eu ce luxe, mais son petit frère méritait de vivre l’enfance la plus normale et heureuse possible – il aurait tout le temps de comprendre l’horreur du monde plus tard.

Hièlstan s’exprima soudain avec gravité, et Seth releva la tête doucement. Et plongea son regard profondément doré dans celui du Rêveur, qui affichait un air clairement compatissant. Troublé, le jeune homme retint son souffle quelques secondes. Avant de cligner des yeux plusieurs fois. Pas de ma faute ? Pourquoi lui disait-il cela ? Le garçon fronçait les sourcils sans vraiment comprendre. En réalité, Seth savait pourquoi le Rêveur lui parlait ainsi ; il venait de mettre le doigt sur quelque-chose de profondément enfoui en lui. Et qui remontait à très longtemps. La culpabilité ! Ce sentiment qui le rongeait depuis la mort de son frère jumeau et qui s’exprimait chez lui à travers cet instinct protecteur poussé à l’extrême envers ceux qu’il aimait – et en particulier envers Makeno. Seth ne s’était jamais vraiment débarrassé de cette culpabilité qui le faisait encore se demander pourquoi il avait eu le droit de vivre et pas Morgan.

Baissant un instant les yeux, Seth observa son reflet au fond de son bol. Il n’avait pas franchement bonne mine – en même temps, vu ce qu’il venait de traverser c’était amplement compréhensible. Il avait les traits tirés, creusés, fatigués. Il arborait une tignasse de cheveux noirs en bataille, une barbe naissante qui lui mangeait les joues et une lueur un peu folle au fond des yeux. Il avait tout du parfait sauvageon ! Hièlstan avait sans doute raison, il portait un poids et une responsabilité, un peu trop lourds pour ses jeunes épaules. Et même s’il était robuste, il était carrément au bord de la crise de nerfs, ce qui n’était pas vraiment dans son tempérament. Hochant la tête, le jeune homme approuva en silence les paroles du Rêveur. Un peu de repos ne lui ferait certainement pas de mal à lui non plus – si seulement il pouvait réussir à dormir ne serait-ce qu’un tout petit peu il irait déjà mieux.

Lorsque la voix du Rêveur se tut enfin, Seth était partagé entre l’envie de se cacher au fond d’un trou de souris pour qu’on l’oublie et qu’on le laisse seul d’une part, et, d’autre part, ce besoin puissant d’être réconforté. D’être écouté. Il n’aimait pas vraiment que l’on s’apitoie sur lui. Il n’aimait pas non plus parler de ce trou béant au fond de lui, qu’il n’avait jamais vraiment su combler ; il considérait qu’il y avait pire dans la vie. Il ne parlait pas à sa mère – ou rarement – parce qu’il savait qu’elle était déjà bien assez torturée, brisée par la vie. Il ne parlait pas non plus à son oncle. Ni à sa tante. Pour ne pas les inquiéter. Il ne parlait à personne et gardait toujours tout sur ce qu’il ressentait sur le cœur. Parfois, ça le rongeait et puis ça finissait par passer. L’apprenti Marchombre voyait clairement cette main que lui Hièlstan. Encore un peu méfiant, le garçon hésita. Une demi-seconde.

- « Vous savez » dit-il d’une voix un peu tremblante et terriblement rauque « j’ai déjà perdu un frère » avoua-t-il finalement en plantant son regard doré dans celui du Rêveur.

Le jeune homme ne cilla pas. Rien que d’évoquer son frère jumeau, cela éveillait en lui un océan de souffrance. Mais il resta fort, ne ploya pas. Il y avait bien longtemps qu’il n’était plus un enfant. Et un homme, ça ne pleurait pas. Un homme devait rester solide. Coûte que coûte. Il serra soudain la mâchoire, baissa le menton. Des larmes lui brouillaient les yeux ; il ne voulait pas pleurer. Il ne voulait pas craquer, il était un homme. Un grand garçon. Une boule douloureuse s’était formée dans sa gorge et Seth prit une longue inspiration pour l’évacuer. Etait-ce la fatigue ? Ou bien parce qu’il avait ignoré trop longtemps les signaux de son corps ? En tout cas, l’apprenti sentit soudain qu’il avait chaud. Très chaud. Et qu’il frissonnait en même temps. Et il avait le tournis. Hièlstan avait raison, il avait besoin de dormir. De se reposer…

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hièlstan Filsèvres
Rêveur
avatar

Nombre de messages : 194
Date d'inscription : 10/04/2016

Feuille de personnage
Age: 35
Greffe: Non
Signe particulier: Porte une bure de Rêveur

MessageSujet: Re: Rêves d'enfants [Seth]   Lun 27 Fév 2017, 21:57

[J'étais partie pour un post court... x) Du coup j'ai pas mal anticipé sur Seth, tu me fais signe si quelque chose ne va pas !]


"Vous savez, j’ai déjà perdu un frère."

Ces quelques mots, si chargés de tant de choses sur lesquelles Hièlstan n'aurait pu mettre de mot ; accablé de fatigue, il prit sur lui toute la tristesse du garçon, tout son désespoir, toute son angoisse d'un présent qui menaçait d'être trop semblable au passé.

Il avança doucement la main et la posa sur son avant-bras nu et froid. Couvert de boue comme il était, Seth ne s'était pas réchauffé ; le jeûne forcé et la fatigue ne le permettraient pas, de toute façon.

Le Rêveur eut une pensée pour son propre frère ; comme cela l'aurais brisé de le perdre, et comme cela le briserait encore si un accident devait arriver !
Petit, lorsqu'il avait suivi sa mère pour amener son grand frère mourant à une confrérie de Rêveurs, il n'avait pas pensé à la mort probable ; plus tard seulement, il avait pu mesurer l'enjeu de l'instant.
La fatigue aidant, il se sentit lui-même ému aux larmes, d'imaginer le décès d'Alstan. Il y était préparé, car tout petit, dans un village de pêcheur, on apprenait que les accidents de mer pouvaient survenir à tout moment. Cela facilitait peut-être le deuil, mais n'amoindrissait pas la peine.

Il détourna la tête et s'essuya les yeux d'un revers de main ; quand il reporta son regard sur Seth, le garçon n'avait pas bougé, et il ne pleurait pas.
Il se retenait, et dans cette attitude, il semblait encore plus jeune. N'eusse été la barbe, Hièlstan lui aurait donné une quinzaine d'années seulement.
Il poussa un léger soupir.
Le garçon avait bien mangé, bu de l'eau, et semblait avoir renoncé à la bière qui l'avait tenté auparavant.

Hièlstan se leva, contourna la table et vint lui presser l'épaule en signe de soutien.


"Tout le monde a le droit de pleurer, Seth."

Il n'avait rien de plus à dire à dire ; ils pourraient en parler plus tard, quand ils se seraient reposés. Il n'était plus temps d'avoir une conversation de cette importance.

"Je reviens."

___

Il ne s'était même pas écoulé quelques minutes que déjà il déposait devant Seth une tasse fumante. Il s'assit, à ses côtés cette fois, toujours sans rien dire.
L'infusion avait pour but de faciliter son sommeil, de ne pas laisser le tourbillon d'évènements qu'il venait de vivre se transformer en insomnie. Lui-même avait jugé bon de s'en faire une tasse, qu'il avala promptement.

Il y avait une pièce pour le linge, dans la modeste demeure, et Jussiane leur avait préparé deux couches du mieux qu'elle pouvait avec les moyens du bord. Ce serait un peu humide, s'excusait-elle, et ils n'auraient pas de vrai matelas ; Hièlstan l'avait rassurée en lui disant que n'importe quoi ferait l'affaire, pourvu qu'ils puissent être au calme.
Sitôt que les tasses furent vides, il invita Seth à le relever. Comme lorsqu'ils étaient arrivés, ils avancèrent à pas lourds et lents appuyés l'un contre l'autre.

Hièlstan nota que Jussiane avait placé une cuvette d'eau propre à leur disposition. Elle était vraiment prévenante, et il sourit pour lui-même. Puis il adressa un sourire à Seth. Quand il fut assuré que le avait eu le courage de retirer ses vêtements souillés, enfin il s'abandonna à lui-même et céda à l'appel de l'amoncellement de draps frais, ne se souciant même pas de savoir s'il s'agissait de l'endroit où il était sensé dormir ou non.
Et il s'endormit.


___

Il ouvrit les yeux, réveillé presque d'un seul coup. Ce n'était pas qu'il avait assez dormi, il sentait encore largement la fatigue dans son organisme. Ce n'était pas un bruit ; la maison était calme. La lumière n'était pas non plus en cause ; bien qu'il ne fit pas noir dans la pièce, toutes les issues étaient fermés et l'ambiance tamisée était propice au sommeil.
Un peu plus loin, Seth dormait en boule dans un fratras de couvertures.

Le Rêveur n'eut pas à faire beaucoup d'efforts pour se rappeler les évènements de la veille ou de l'avant-veille -il avait perdu le compte. Et tout-à-coup, il se sentit à nouveau accablé de fatigue, mais se savait bien incapable de dormir. Il avait d'autres devoirs plus urgents.
C'était probablement ces préoccupations qui avaient joué leur rôle de réveil-matin.

Dans la maison, Jussiane s'affairait silencieusement, pour ne pas déranger les dormeurs. Elle avait préparé un peu de thé et en offrit un tasse à Hièlstan, qui l'accepta avec gratitude, ainsi qu'un peu de pain beurré. La faim commençait à se réveiller.
Elle lui expliqua brièvement que son mari était sur la route, comme souvent, car il faisait commerce d'épices ; elle-même était lingère. Ils n'avaient jamais eu d'enfants, sinon elle aurait eu des chambres où elle aurait été en mesure de bien mieux les installer ; Hièlstan lui assura que son hospitalité était déjà bien assez grande, et qu'il passerait sous peu pour la remercier comme il se devait.
Au risque de paraître impoli, il ne resta avec elle que quelques minutes, puis se retira en s'excusant : il devait aller voir son patient. Elle comprenait. Pourrait-elle indiquer à Seth, quand il se réveillerait, où Hièlstan se trouvait ? Elle le ferait. Il la remercia encore, plus sorti.
Il n'avait dormi que quelques heures.

Dans la maison du guérisseur, le silence régnait, mais pas l'obscurité. On avait largement ouvert la pièce ou avait eu lieu l'opération, et elle avait été récurée avec soin. Ses collègues patientaient en silence, sur une chaise.

Guidrez lisait, Joslain semblait juste absorbé dans ses pensées, une tasse fumante à la main.


"Hièlstan ! Tu as une sale mine.
- Toi aussi, tu sais.
- Pas pire que la tienne. Mais je suis heureux que tu soies déjà debout. Il faut qu'on le ramène au plus vite.
- Est-ce qu'il...
- Ne t'inquiète pas, il va bien, mais j'aimerais autant qu'il soit à la confrérie quand il se réveillera.
- Il vaudrait mieux. Alors pas d'hémorragie, rien, il est stable ?
- Il est stable et il le restera. Mais le réveil risque d'être... Il va être choqué.
- Son frère sera là.
- C'est déjà ça. Il est prêt à partir ?
- Il... Non, il dort encore. Comme je ne savais pas si c'était bon de notre côté...
- Oui tu as eu raison. Le vieil Hicham m'a dit qu'il n'a pas dormi depuis des jours, ce gosse... Mais là, si on veut ne pas trop tarder, il va devoir attendre un peu pour se reposer.
- Jolsain...
- Oui ?
- Il ne m'a pas encore vraiment donné son accord... mais je suis sur qu'il acceptera.
- De toute façon, je laisse pas le petit ici. Si son frère veut rester avec lui, il viendra avec nous. Et ses parents ?
- Pas de nouvelles."


Hièlstan laissa Joslain morigéner dans sa barbe, et s'éclipsa vers la porte que le rêveur lui indiqua du doigt.
Ici, on avait judicieusement laissé une semi-obscurité. Dans un lit bien trop grand pour lui, Makeno dormait du sommeil lourd que procurent les plantes et l'épuisement du corps. Sa respiration régulière fit plus d'effet à Hièlstan qu'il ne l'aurait cru ; ce fut comme si une soudaine tension quittait tous les muscles de son corps. Il eut envie de s'allonger sur le matelas douillet, de se blottir sous les couettes épaisses aux côtés de l'enfant et de partager son sommeil réparateur. Surtout, de ne plus jamais le laisser être seul.

Hicham était là, s'efforçant visiblement de rester éveillé, la mine sinistre. Il voulut parler, mais Hièlstan lui fit signe de se taire ; il lui adressa un doux sourire et lui murmura d'aller prendre un peu de repos.
Le vieil homme ne se fit pas prier, laissant le Rêveur seul dans la pièce avec l'enfant endormi. A voir son visage détendu, on aurait presque pu croire que tout allait bien, mais en soigneur expérimenté, Hièlstan savait déceler la tension entre les deux sourcils qui en disait long sur la douleur latente qu'affrontait l'enfant.

Le réveil serait dur, mais ce ne serait pas pour tout de suite. Il avait encore plusieurs heures de sommeil devant lui, et le cahot de la charrette ne le gênerait pas, pas plus que la lumière du soleil ; on lui avait administré de puissants sédatifs.

Il passa sa main fraîche sur le front légèrement transpirant du petit, cala sa respiration sur la sienne.
Il ferma ses yeux ; un instant, rien qu'un instant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rêves d'enfants [Seth]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rêves d'enfants [Seth]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [BloodBowl] Mon équipe : Les enfants du Curé...
» Aide speciale aux enfants du president Rene Preval!
» Haïti-Justice : L’affaire des 200 enfants empoisonnés bientô
» Haiti : protéger les enfants, une nécessité
» Dominicanie: Proposition sur les enfants d'immigrants illega

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Al-Chen-
Sauter vers: