AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 EVENT - La Fête de l'Eté à Al-Chen ! [Tous les volontaires]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
PNJ Events
Non validé
avatar

Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 06/11/2011

MessageSujet: EVENT - La Fête de l'Eté à Al-Chen ! [Tous les volontaires]   Mar 23 Aoû 2016, 17:59

Oh, Zaïna...

L'été arrive et je suis enfin là.
Mais combien de temps, encore, avant que le bateau mouille au port ?
Juste celui de fermer les yeux un instant.

Et de se souvenir...

* * *
Souvenir du temps où je n'étais qu'un enfant, petit garçon haut comme trois pommes, rêvant d'aventures depuis le parapet du vieux colombier... Je les regardait voguer, ces immenses navires qui fendaient l'eau comme des flèches, toutes voiles dehors dans la lumière du soleil, et je m'imaginais à leur bord, fier, hardi, enfin homme. Je rêvais de quitter la terre sans savoir alors que tu t'y trouvrais. Comment l'aurais-je seulement pu, alors que tu n'étais même pas née ?

Je rêvais...

Mon père, lui, me voyait déjà dresseur de chevaux, maître des étalons sauvages, et tandis que debout dans la poussière il faisait danser ses bêtes en bâtissant mon avenir, je le vivais déjà, les yeux tournés vers l'horizon.

Ma Zaïna. Rêvais-tu toi aussi, à mon âge ?


Souvenir de ce jour où, sur un coup de tête et après une violente dispute avec mon père, j'ai abandonné ses rêves pour vivre les miens. Je suis parti, sans rien, sans biens, mais seul possesseur de mon audace et de ma liberté. Elle fut mise à l'épreuve lorsque je m'engageai à bord de l'Ivresse, sous les ordres d'un homme qui servait l'Empereur avec la plus grande dévotion.

Une seule mission : vaincre les Pirates qui sévissaient dans les archipels Alines. Ces redoutables bandits hantaient mes nuits et pourtant, je m'en souviens bien : j'avais hâte de croiser leur route. Je voulais vérifier s'ils avaient les yeux rouges et s'ils crachaient des flammes, comme le prétendaient les légendes que j'avais pu entendre sur le port. Les tavernes en étaient pleines les soirs d'été.

J'ai grandi sur l'eau, Zaïna. Je suis tombé amoureux de l'océan. Ses vagues qui t'emportent en un rien vers l'inconnu... le sel qui te brûle la langue et creuse ta peau, le tumulte du vent dans les haubans... c'est un univers qui ne se décrit pas mais qui se vit. Je l'ai vécu de toute la force de mes dix-sept ans et, lorsque je suis revenu au port d'Abalyone, l'on m'a promu lieutenant de vaisseau.

Moi, Lukian Dantère, j'étais enfin ce que j'avais toujours rêvé d'être : libre ! Libre de voguer où bon me semblait, à bord de mon propre bâtiment, en construction tandis que, jeune et fier, je m'en allais par le Pollimage rejoindre Al-Chen, où mes parents s'étaient retirés pour vivre leur vieillesse dans l'agitation bienveillante de la ville.

Mon père n'était plus si colère. L'apparât de son fils et surtout les étoiles qu'il pouvait lire dans ses yeux clairs valait toutes les désillusions du monde. Ils étaient fiers. Moi, j'avais hâte de partir, de retourner sur l'eau, où je me sentais tout à fait à mon aise. J'avais le mal de terre. Afin d'y remédier, mon père m'emmena en ville, un soir. Il voulait me faire découvrir un événement hors du temps.

La Fête de l'Eté.

*

Je ne sais plus combien de temps je suis resté planté là, sur la grand place, ébloui par les lumières ; amusé, mon père vint me tirer par le bras, me sortant de ma torpeur sans écailler ma fascination. Tellement de couleurs ! Tellement de rires, de chants, de joie ! J'avais connu bien des fêtes à bord de l'Ivresse, pourtant la fièvre qui me prit cette nuit-là était la première qui m'ait été donnée de vivre depuis bien longtemps.

Al-Chen s'était éveillée au rythme de l'été. Chaque rue était décorée, tantôt par des épis de blé, tantôt par des fleurs que les jolies filles portaient aussi dans leurs cheveux ou à leur poignet. Partout l'on dansait, l'on chantait. Des musiciens enflammaient la nuit tandis que, ça et là, des danseurs, des jongleurs, des comédiens ravissaient les passants – j'en faisais partie.

Et c'est ainsi que je t'ai vue. Tu étais si jeune, si jolie sur la scène illuminée par quelques lampions rouges et violets... Je ne me souviens pas de l'air, je l'avoue, mais je revois parfaitement le mouvement souple de tes longs cheveux aussi noirs que la nuit. J'en ai compté chaque reflet. J'ai perdu le compte en croisant ton regard doré...

En fait, j'ai tout perdu ce soir-là : mes certitudes de jeune lieutenant, mon envie de reprendre le large, ma virginité. Ta danse s'est imprimée en moi, indélébile. Je repris la mer avec moins d'entrain, tenu par mes nouvelles fonctions, privé d'une liberté que j'avais pourtant cru effleurer du bout de mes doigts. Tu étais mon nouveau rêve, et la fin de l'été me faisait craindre de te perdre à tout jamais...

Pour que tel ne soit jamais le cas, j'ai nommé mon vaisseau La Danseuse, et son drapeau porte le rouge de ta robe ; chaque soir, je le regarde s'enrouler dans le vent, sans cesse agité par la brise qui m'a poussé loin des côtes – et loin de toi.

Dix ans ont passé. Dix années à fendre les flots, à esquiver les dangereux récifs des archipels et à poursuivre des êtres moins chimériques que barbares. Les combats se sont enchaînés, chacun plus rude, plus difficile à réaliser, à remporter. J'ai essuyé des défaites. Je n'ai jamais abandonné. Porté par le souvenir d'une nuit d'été, j'ai tenu bon. Je me suis accroché à mes rêves.

Je me suis accroché à toi.

* * *
Oh, Zaïna...

Ouvrir les yeux et distingur la côte est une sensation que je souhaite à chaque alavirien de vivre un jour. Pour la première fois depuis des années, je rentre chez moi. J'ignore si tu seras là, sur la scène, dansant dans un univers de voiles satinés et de lumières, tes cheveux détachés volant tout autour de toi.

J'ignore si tu te souviendras de moi.

Je ne suis certain que d'une chose...

… la Fête de l'Eté sera belle, cette année.




~ * ~

Comme Lukian, venez participer à la Fête de l'Eté d'Al-Chen ! Musique, danses, spectacles – et boisson à volonté ! De quoi ravir chacun d'entre vous, sans obligation ni contrainte. Ce petit Event sans prétention n'a d'autre objectif que celui de passer un bon moment entre nous ! Si vous avez de la chance, peut-être apercevrez-vous Lukian et Zaïna, quelque part au milieu des danseurs.

Ne les dérangez pas. Laissez-les se retrouver.


Et allez vous amusez !
trinque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hièlstan Filsèvres
Rêveur
avatar

Nombre de messages : 196
Date d'inscription : 10/04/2016

Feuille de personnage
Age: 35
Greffe: Non
Signe particulier: Porte une bure de Rêveur

MessageSujet: Re: EVENT - La Fête de l'Eté à Al-Chen ! [Tous les volontaires]   Mer 24 Aoû 2016, 13:01

[A moi l'honneur... Après cette magnifique introduction *-* C'est partiiii Very Happy arcenciel ]

Ca y est, c'était la fête, et nul ne devait l'ignorer. Cela faisait des jours et des jours que la ville était en ébullition, et même bien plus longtemps que les premières guirlandes avaient fait leur apparition. Les affiches coloraient les murs, et la date d'ouverture avait été placardée, murmurée, criée, écrite, envoyée ; bref, rien d'étonnant à ce que les rues soient bondées, et Hièlstan un peu tendu.

C'était beaucoup de monde, trop pour un pauvre Rêveur aux tendances largement solitaires, mais il avait décidé depuis longtemps qu'il irait à cette fête, et tout particulièrement qu'il participerait à la première des nombreuses soirées qui s'annonçaient. On lui avait dit qu'elle était haute en couleur, qu'elle valait le coup d'oeil, qu'on ne pouvait pas s'y ennuyer.
Et effectivement... De partout des voiles multicolores, des jeunes filles apprêtées et des duos qui virevoltaient, au son des milles et uns instruments qui enchantaient la nuit ; partout, des spectacles de rue qui attiraient les chalands, troupes de marionnettistes, jongleurs et souffleurs de feu se retrouvant autour d'un verre pour prendre une pause ; partout les rires, partout les éclats de voix joyeux, partout les sourires.

Un peu trop partout ; une heure qu'il était là, et déjà, il aspirait au calme. Mais il n'allait pas rentrer tout de suite, ça non !
Il allait tranquillement aller boire un verre, là où Ora lui avait fixé rendez-vous. Elle lui avait assuré que c'était une auberge très agréable, où la boisson et le couvert étaient de qualité, et le serveur fort charmant. Il espéra que ce n'était pas ce dernier critère à lui seul qui avait motivé le choix de son amie.

___

Hièlstan soupira. L'endroit était charmant, il ne pouvait nier que le serveur était bel homme, et qu'il devait probablement faire des ravages au sein de la gente féminine. La boisson était bonne, oui. La carte avait été rallongée pour la fête, et un nombre incalculable de cocktails s'y trouvaient. Il y en avait des tas sans alcool, ce qui avait fait le bonheur d'Hièlstan, et il se retrouvait maintenant à siroter un délicieux lait de chèvre parfumé de milles saveurs et agrémenté de fruits frais. Très joli, en plus d'être bon.
Le seul inconvénient, c'était qu'il se retrouvait tout serré au bar, pressé par les gens qui venaient commander, ceux qui tournaient en rond pour avoir une place, ceux qui, déjà un peu grisés par l'alcool, lui rentraient dedans au milieu de tout ce capharnaüm.
L'auberge était grande, il se demanda même si Ora l'y retrouverait. Cependant, il était encore un peu tôt pour qu'elle arrive, alors, il n'avait plus qu'à attendre.

Il observait d'une oeil discret les humains qui circulaient autour de lui. Pour l'instant, tout était calme, mais à quand les premières escarmouches, les petits accidents, les lanceurs de couteaux mal entraînés, les charmeurs de serpents imprudents ?
Il y avait, présents à la fête, quelques Rêveurs de Chériane, prêts à intervenir si le besoin était là ; et par eux, Hièlstan savait que de nombreux guérisseurs et guérisseuses se tenaient également sur le qui-vive. Il espérait, cependant, que les troubles fêtes ne seraient pas trop nombreux ; il n'aurait pas aimé voir une si belle ambiance gâchée par des esprits belliqueux.

Pour l'instant, tout allait bien. Oh, on le regardait de travers, mais il avait l'habitude. On ne pouvait blâmer les gens de trouver étrange qu'un Rêveur, ces êtres mystiques qui vivaient dans des confréries reculées, loin de l'agitation des grandes villes, boive un verre assis au bar d'une auberge bondée, au coeur de la plus grosse fête de l'année. En plus de ça, il portait une bure, vêtement bien trop chaud pour la circonstance, et qui dénotait aux côtés des tenues légères et colorées qu'arboraient les fêtards.
Et puis, il fallait bien l'avouer, ce Rêveur là n'avait pas l'air tout-à-fait à son aise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aivy Sil'Lucans
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 248
Citation : « Trompe-toi, sois imprudent. Tout n'est pas fragile. N'attends rien que de toi, parce que tu es sacré. Parce que tu es en vie. Parce que le plus important n'est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d'être. »
Date d'inscription : 24/04/2015

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Greffe: Non
Signe particulier: //

MessageSujet: Re: EVENT - La Fête de l'Eté à Al-Chen ! [Tous les volontaires]   Jeu 25 Aoû 2016, 19:03

Un pas après l'autre au cœur de la cité devenue fête le temps d'une petite semaine, Aivy n'en revenait pas. Ses yeux s'accrochaient à une multitude de couleurs portées par des ballons, banderoles et tenues de toute sorte. L'agitation bouillonnait et Al-Chen fulminait de toutes parts.

Dès l'apparition des premières affiches, l'apprentie avait relevé avec soin la date de l'événement et les lieux d'importance durant une petite séance de courses alimentaires pour Mia. "Tu veux dire les endroits où te bourrer la tronche facilement, hein ?", avait souligné la cuisinière dans un grand rire qu'elles avaient partagé devant l'évidence de la chose. A croire que Tsukia déteignait sur elle ; plus le temps passait, plus elle se laisser aller avec la boisson. Contrairement à tout ce qu'on avait pu lui dire autrefois, l'alcool n'était pas si mauvais, et avait des propriétés plus qu'intéressantes dont elle n'avait pas fini d'explorer les tréfonds.

Mais devant toute cette vie éclatante qu'elle n'avait même pas imaginé, elle ne savait tout simplement plus où donner de la tête. Le soir tombait à peine, il était un peu plus de six heures, mais la fête battait déjà de son plein. Les rues fourmillaient, remplis de familles, de couples ou tout simplement d'amis venus prendre un peu de bon temps à l'abri des jugements et des soucis quotidiens. Ses yeux n'avaient pas le temps de s'accrocher sur un bar à la musique entraînante - sans doute jouée par un groupe en vogue du moment - qu'ils étaient attirés à l'opposé par une fontaine décoré de centaines de guirlandes colorées. Le brouhaha montait et descendait au fil des mètres au rythme de ses pas. Aivy ne savait pas réellement où aller, cherchant simplement à profiter du lieu et de sa magie temporaire.

Venir seule n'avait pas été une option, mais n'avait plus rien de contraignant à présent qu'elle baignait dans l'atmosphère lyrique et sucrée de la fête de l'été. Tsukia aurait sans doute adoré visiter un tel endroit, mais elle s'était éclipsée de manière Tsuesque juste après leur récent retour à l'Académie. Sans doute à la recherche de nouvelles bêtises à faire devant tout le monde, ou d'un moyen de remplir sa réserve de boisson. Laissant de côté ses pensées à propos de la jeune femme, l'apprentie prit l'initiative de franchir la porte du premier bar venu. Elle était là pour s'amuser, par pour déprimer ! Le souvenir des marques sur son bras gauche se faisait de moins en moins oppressant ; elle avait presque oublié ses élans de masochisme, et son état général s'améliorait nettement, autant physiquement que psychologiquement. Le plus dur était derrière elle, alors autant profiter.

L'intérieur, majoritairement fait de bois et décoré de vives couleurs bleus et jaunes pour l'occasion, était aussi attirant que l'extérieur. Le serveur se relayait avec un jeune homme qui semblait son apprenti, et Aivy observa avec bonheur une population très diversifiée qui prenait du bon temps en sirotant quelques cocktails. Deux amoureux dans un coin, une mère et sa fille dans un autre, un groupe de jeunes qui s'enthousiasmaient près de l'entrée, et même un rêveur un peu étrange - mais plutôt séduisant ! - au centre, qu'elle reconnut grâce à sa bure. Alors, quand le serveur en question l'aborda pour lui demander ce qui lui ferait plaisir, elle prit une table avec plaisir et, une fois la carte en main, demanda avec entrain :


- Un "Dame du Lac" et une glace choco-vanille. Avec beaucoup, beaucoup de chantilly !

Aimable, le serveur sourit à sa bonne humeur, et il ne fallut que quelques instants pour qu'il apporte la commande. Un sourire aux lèvres, la jeune femme tourna son regard vers les grandes fenêtres qui donnaient une vue particulièrement agréable de l'agitation à l'extérieur, la paille de son cocktail entre les doigts. La soirée commençait bien !

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hièlstan Filsèvres
Rêveur
avatar

Nombre de messages : 196
Date d'inscription : 10/04/2016

Feuille de personnage
Age: 35
Greffe: Non
Signe particulier: Porte une bure de Rêveur

MessageSujet: Re: EVENT - La Fête de l'Eté à Al-Chen ! [Tous les volontaires]   Sam 27 Aoû 2016, 13:14

Une table de libre ! Hièlstan s'extirpa du comptoir, son verre à la main, distribuant des "pardons" à la ronde pour sortir de la masse qui s'agglutinait au comptoir afin de prendre commande -visiblement, ce soir la Feuille de Chen servait aussi des boissons et encas à emporter. Passé la zone du comptoir, l'ambiance était un peu moins étouffante, les gens attablés se tenaient plutôt calmement. La petite table qu'il avait vue face à la fenêtre irait très bien pour Ora et lui.

Ou pas, car le temps qu'il se lève et elle était déjà occupée. Evidemment ! Son verre à la main, il se trouva bien bête ; forcément, sa place au comptoir avait également trouvé preneur. Il ne pouvait pas sortir avec cette consommation, et puis de toute façon il avait rendez-vous ici. Il jeta un coup d'oeil devant l'établissement : un groupe jouait une musique endiablée, sur laquelle une vingtaine de jeunes gens se trémoussaient ; certainement un air à la mode.
Hors de question qu'il aille danser ! Regarder, applaudir, battre un rythme des mains, ça ne lui posait aucun soucis, mais il ne danserait pas.
Un Rêveur qui danse, et puis quoi encore?
Il faillit rire tout seul en imaginant maître Amotrel se dandiner en rythme devant l'établissement, mais se retint à temps.

Bon, bref.
Il hésita un instant.
Mais après tout, c'était la fête de l'été ! Et il avait promis à Syndrell et Ora de faire des efforts et de sortir un peu de sa solitude d'ermite.
La jeune fille rousse qui avait pris la table avait commandé ; elle n'avait pas l'air d'être accompagnée. Elle avait un truc de sympathique, une fraîcheur candide et un peu impertinente qui se dégageait d'elle. Il n'avait pas l'impression qu'elle soit du genre à se fermer à l'approche d'un Rêveur.


"Hm... Mademoiselle, excusez-moi ? Je peux... ?"

Il lui adressa un charmant sourire. Pourvu qu'elle ne croit pas à une tentative de drague ! Il devait avoir quasiment le double de son âge. Il espéra que ce simple critère suffirait à rendre improbable l'hypothèse d'une approche romantique à la jeune femme.
Et en plus, il était Rêveur ; les Rêveurs n'étaient pas connus pour être des coureurs de jupons. Il avait déjà remarqué certaines jeune femmes semblaient très attirés par l’inaccessibilité des Rêveurs, comme si pour elles ce serait une victoire de débrider un homme à la réputation pudique et sérieuse. N'importe quoi.

Devant la mine engageante de la jeune femme, il prit place. Femme ? De prêt, elle semblait encore plus jeune.


"Je suis désolé de m'imposer, mais à vrai dire j'étais attablé au bar, j'ai vu cette table et le temps que je me lève..."

Il haussa les épaules en souriant d'un air contrit.

"J'attends une amie, en fait. Vous êtes seule ? D'habitude les jeunes de votre âge font la fête avec leurs amis, non ?"

Oh, zut. Il avait juste voulu engager la conversation mais il se rendait maintenant compte que sa question pouvait sembler fort inquisitrice. Voilà qu'on aurait dit un vieux qui adressait des reproches masqués à sa petite fille pour ne pas agir comme il faut !
Mais peut-être qu'entre des gens qui font la fête c'était le genre de questions que l'on pouvait poser ? Ah, si seulement Ora pouvait être là ! La jeune noble, au moins, aurait su faire la conversation !
Il but une gorgée de son cocktail pour se redonner contenance, et tenta d'avoir l'air le plus détendu possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: EVENT - La Fête de l'Eté à Al-Chen ! [Tous les volontaires]   Dim 28 Aoû 2016, 17:25

Krämur était débile.
Ça tournait clairement dans l’esprit de Kaünis : ce mec était débile. Elle avait bien vu, ce qu’il voulait dire, avec ses yeux de merlan frit et sa bouche toute tordue. Elle essayait d’effacer son visage de son esprit, mais ça la gonflait royalement. Sérieusement, il pensait vraiment qu’elle aurait pu bien le prendre ? C’était complètement raté hein !
Elle n’avait qu’une envie, d’ailleurs, c’était retrouver Syles.

Pourtant, quand elle sortit de l’auberge, l’ambiance dans la rue détourna son attention, quelques secondes. Puis plus que ça. Ça chantait, ça dansait, ça buvait. Elle pouvait voir des gens, là-bas, qui avaient des foulards colorés plein les mains. Y’avait aussi un cracheur de feu, un peu plus loin.
Mais surtout…
Beaucoup, beaucoup, beaucoup de monde. Des gosses qui hurlaient, des parents qui jacassaient, des hommes qui buvaient et beuglaient… Arf. Mais elle avait trop envie de boire autre chose, là. Et de profiter un peu de la fête pour oublier la tronche du mercenaire métamorphe.

Se glissant dans la foule, l’Envoleuse laissa son attention pépiller d’activités en activités. Tout le monde avait l’air de bien s’amuser, et elle finit par se détendre un peu en observant un mec qui jonglait avec des lames. Rien de compliqué en soi, d’autant que bon, ses lames étaient parfaitement équilibrées. Puis il en avait que trois hein !
Ennuyée, elle passa dans le dos du mec en lançant ses cheveux dans son dos.
Elle vit la gamine une seconde trop tard.
Une gamine qui courait en criant, poussa le jongleur qui rata un lancer de lame…

Dans un réflexe improbable, l’Envoleuse décala ses épaules.
Pas assez rapide. Ni précise.
La lame entailla son bras du sommet de son épaule, tout près de la coiffe des rotateurs, jusqu’à son coude, tranchant dans son muscle, avant de se planter avec force dans le sol.

La gamine s’était arrêtée en écarquillant les yeux devant la blessure.
Le mec se retourna doucement en se rendant compte qu’il avait blessé quelqu’un.
Kaünis…
Kaünis se contenta de grogner. Déjà, parce que ça la gonflait que tout le monde la regarde. Ensuite, parce que ça piquait, et que son muscle était littéralement coupé en deux dans le sens de la longueur. Quelqu’un d’autre qu’elle aurait sans doute reçu la lame dans la clavicule et serait morte en se vidant de son sang, ses réflexes l’avaient sauvée mais..
Ça piquait.

Ignorant les regards fixés sur elle, elle plaqua sa main droite sur son bras gauche et laissa son regard tourner dans la foule.
Quelqu’un s’approcha d’elle, une femme aux cheveux presque argentés, et elle fronça les sourcils en lui lançant un regard noir. Quoi, ça ne se voyait pas qu’elle s’en tamponait de leur avis ?
- Il y a un Rêveur pas loin. Je l’ai vu dans l’auberge là-bas...
Fronçant les sourcils, Kaünis laissa ses yeux trouver l’enseigne de l’auberge.
- Okay, merci. La femme hocha du menton mais ne rajouta rien. Peut-être qu’elle se rendit compte que cette nana au regard noir ne disait pas souvent merci à qui que ce soit ?

Poussant la porte de l’auberge de son épaule valide, Kaünis vit quelques points noirs s’inviter à sa vision et elle dut prendre une petite pause pour que les étoiles sombres cessent de danser devant elle.
Lâchant son bras un instant, elle observa le sang qui gouttait rapidement de sa plaie, tout comme sa main pleine de sang. Grrrmph, il n’y avait vraiment qu’à elle que ça arrivait ce genre de chose !

Levant les yeux dans l’espoir de trouver un Rêveur, avec toute cette agitation, elle croisa d’abord une chevelure de feu… Qu’elle avait croisée une fois. Puis, la bure d’un homme qui guéri.
Quelques pas dans l’auberge, elle s’avança vers leur table mais elle sentait ses forces décliner rapidement. Serrant ses doigts autour de sa longue blessure, elle arriva à quelques tables des deux accolytes.

Vacilla un instant.
Hé merde.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aivy Sil'Lucans
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 248
Citation : « Trompe-toi, sois imprudent. Tout n'est pas fragile. N'attends rien que de toi, parce que tu es sacré. Parce que tu es en vie. Parce que le plus important n'est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d'être. »
Date d'inscription : 24/04/2015

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Greffe: Non
Signe particulier: //

MessageSujet: Re: EVENT - La Fête de l'Eté à Al-Chen ! [Tous les volontaires]   Dim 28 Aoû 2016, 18:47

Avec l'ambiance de plus en plus chaleureuse, l'humeur d'Aivy s'en ressortait fortement. D'une journée à première vue maussade passée dans la solitude était ressortie un très agréable moment au milieu d'une fête pleine de ressources, en tête-à-tête avec une glace si appétissante qu'elle valait toute la compagnie du monde. La jeune femme goûtait du bout des lèvres un peu de fraîcheur retrouvée dans la chaleur étouffante de l'été qui se prolongeait inlassablement, tout en profitant toujours plus des allées et venues des fêtards du jour.

Désormais en paix, son esprit s'envola vers Libertée, et l'engouement qu'elle aurait pu avoir face à un tel événement. Sans doute la Marchombre était-elle déjà au courant, peut-être prendrait-elle l'initiative de venir faire un tour. Retrouver son maître dans de telles circonstances avait de quoi créer une situation cocasse dont elles se souviendraient longtemps, surtout que l'apprentie comptait boire en quantité suffisante pour fêter son rétablissement. Elle sourit à la pensée de voir Lib virevolter comme elle savait si bien le faire entre les tables, peut-être accompagnée de Tsukia ou d'une de ses connaissances. La probabilité qu'elle croise une personne connue ne lui sembla alors plus si saugrenue : après tout, le monde était petit, et la fête était de renommée nationale.

Elle fut tirée de ses divagations mentales par les paroles quelques peu maladroites mais en rien agressives d'un homme et, quand elle tourna la tête, elle put apercevoir avec surprise le rêveur qu'elle avait repéré tout à l'heure au bar qui s'était avancé vers elle. Un verre à la main, une mine perdue sur le visage, il ne semblait pas à son aise et cherchait simplement un endroit où s'asseoir.


- Vous avez un permis pour accoster les inconnues comme ça ? Attention, je pourrais mal le prendre ! se moqua-t-elle un instant, sans réelle méchanceté dans la voix. Je plaisante, rectifia-t-elle aussitôt pour ne pas créer de malaise, un sourire engageant sur les lèvres. Asseyez-vous, il n'y a pas de raisons !

Lui désignant le siège libre en face d'elle d'un mouvement de bras, la jeune femme détailla rapidement le visage du rêveur qu'elle avait vu plutôt séduisant de loin, et s'aperçut avec plaisir que ses yeux ne l'avaient pas trompée. Aucune arrière-pensée cependant, par respect pour eux deux et pour ne pas se créer des ennuis supplémentaires - les rêveur étaient, après tout, réputés pour leur distance avec la gent féminine. S'il était près d'elle, c'était par un heureux hasard et un manque de place évident.

- Je m'appelle Aivy, lança-t-elle tout en avalant une nouvelle bouchée.

Elle lui tendit ensuite la cuillère alors que la musique devenait légèrement plus forte et entraînante, presque assez pour la faire lever et danser si elle n'était pas accompagnée.
Le rêveur, lui, venait apparemment de se faire piquer sa table sous ses yeux par la foule de plus en plus nombreuse au fil des minutes qui passaient. L'apprentie retint un rire à son histoire, et entreprit de le rassurer. Il n'y avait pas à s’embarrasser pour si peu !


- Ne vous inquiétez pas, c'est typiquement le genre de choses qui m'arrive tout le temps ! Une seconde d'inattention, et boum, plus de place...

Hièlstan, comme il avait dit s'appeler, sembla retrouver un peu de confiance et se permit même un petit commentaire. La question fit tiquer Aivy, mais pas assez pour la décontenancer.

- J'ai mes raisons d'être seule. Mais ce n'est pas triste du tout, vous savez ! Et puis, je ne le suis plus vraiment.

Nouveau sourire. C'était vrai, il y avait maintenant quelqu'un à sa table. Sans doute ne deviendraient-ils pas amis intimes en quelques minutes, surtout si l'amie du rêveur arrivait pour l'emmener avec elle d'ici peu de temps, mais un peu de chaleur humaine faisait toujours du bien.

La question qu'elle allait poser au sujet de l'amie en question ne franchit pas la porte de ses lèvres, et pour cause, la connaissance attendue venait de passer l'entrée du bar. Aivy ne retint pas sa surprise en voyant émerger, de la foule étouffante, la fille aux cheveux de jais qu'elle avait croisé une fois quelques rues plus loin, et avec qui elle n'avait pas réellement sympathisé. Le souvenir des heures qu'elle avait passé à réparer les dégâts de "La chieuse" dans cette auberge lui revint en mémoire, et elle se raidit, mi-amusée mi-agacée de la situation.

La fille, elle, s'était arrêtée à quelques tables de là, et la jeune femme sentit un long frisson lui parcourir l'échine à la vue d'une blessure plus que vilaine qui tranchait son bras de part-en-part dans la longueur, du coude à l'épaule. Comment diable avait-elle réussi son coup ? Ironiquement, et du peu qu'elle en avait vu, l'apprentie conclut rapidement qu'elle était tout à fait capable de s'être fait cela toute seule sans faire attention. Après tout, elle était une combattante féroce, plus qu'entraînée, et personne n'aurait l'idée de déclencher une bagarre à cette heure-ci - il était trop tôt pour les combats de soûls. A moins que ce ne soit elle, l'amie qu'il attendait ...?

La jeune rousse se leva pourtant rapidement quand elle la vit vaciller, mais se retint d'aller plus loin  en constatant qu'elle était encore capable de se tenir debout. Son regard se porta sur le rêveur en face d'elle, avant de glisser vers la chieuse qui peinait à stopper l'hémorragie :


- Je crois qu'elle est là pour vous...

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hièlstan Filsèvres
Rêveur
avatar

Nombre de messages : 196
Date d'inscription : 10/04/2016

Feuille de personnage
Age: 35
Greffe: Non
Signe particulier: Porte une bure de Rêveur

MessageSujet: Re: EVENT - La Fête de l'Eté à Al-Chen ! [Tous les volontaires]   Dim 28 Aoû 2016, 20:41

Il fut fort gêné de se rendre compte qu'il avait oublié de se présenter ; mais plutôt amusé de constater qu'elle n'avait pas compris qu'elle était celle qui avait pris la table tant convoitée. Il commençait à se détendre, car cette jeune fille était sympathique et semblait avoir envie de le mettre à l'aise. Comme il s'en doutait, elle ne se formalisait pas de ce qu'il fut un Rêveur.
Elle serait d'une agréable compagnie, et en plus elle plairait à Ora.
Il apprécia sa remarque sur la solitude qui n'était plus ; il sentait que cette petite avait de l'esprit. Peut-être voudrait-elle les accompagner, plus tard?

Alors il se souvint qu'il aurait presque pu être son père, et que sans doute elle ne s'amuserait guère, avec les vieux qu'ils étaient.
Elle allait lui poser une question -ouf, car s'il avait dû encore lui demander quelque chose il serait probablement passé pour un pervers bizarre- mais s'interrompit brusquement avant même d'avoir commencé. Il vit la surprise sur son visage, et suivit son regard.

Aussitôt, il se glaça, car cette créature, il l'aurait reconnue entre mille. Elle ne portait pas la même tenue, elle n'avait pas le même air de prédatrice, elle ne le contemplait pas de ses yeux de fauve, elle ne descendait pas un arbre, mais c'était sans nul doute Kaünis. Il espéra qu'elle ne le reconnaîtrait pas, et à ce moment elle l'attrapa du regard et se dirigea droit sur lui.
Oh non.
Pas de Syndrell pour le protéger, cette fois. Il jeta un regard en biais, se demanda si Aivy avait percuté ; oui, car elle regardait la femme aux cheveux noirs d'un drôle d'air. C'était à son arrivée qu'elle avait parut si surprise, alors. Est-ce qu'elles se connaissaient ? A la tête de la petite rousse, il devina qu'elles n'étaient pas trop copines. Il se demanda si cette femme si terrible avait réellement des amis.
Il se reprit ; sans doute. Elle était humaine, après tout.

Humaine, et salement blessée. A la vue du sang, il se leva aussitôt, fit un pas vers elle, puis se dit qu'il allait se faire égorger, puis se dit qu'il était stupide, et la rejoignit presque au pas de course. Les gens s'étaient écartés ; voilà qui lui faciliterait la tâche. Dommage qu'elle soit quasiment au milieu de l'auberge ; les curieux se massaient. Il s'assura qu'elle ne tomberait pas, glissa sous elle une chaise que l'on venait de libérer, et en pris une pour lui. Avant de s'asseoir, il lança un sage regard à la ronde, avec sur le visage une mine sérieuse qui n'était pas feinte.


"S'il-vous-plaît..."

Il n'avait pas parlé bien fort, mais souvent les Rêveurs ont un pouvoir singulier sur les foules, et cette fois-ci ne fit pas exception ; les curieux se détournèrent petit-à-petit. L'espace autour d'eux était assez restreint, mais pas trop. Hièlstan préférait ça ; on leur prêterait moins d'attention que s'ils avaient été au milieu d'un grand espace vide.
Il jeta un coup d'oeil à la plaie. Profonde, le muscle était probablement touché ; il fut étonné qu'elle ne manifesta pas plus sa douleur. Elle était juste pâle et crispée ; n'importe qui d'autre serait en train de crier ou pleurer.
D'après ce qu'il avait vu d'elle lors de leur première rencontre, ce n'était probablement pas la première fois.

Il se tourna, chercha Aivy du regard.


"Pourriez-vous, s'il-vous-plaît, demander de l'eau chaude, des linges propres et des compresses à l'établissement, s'ils en ont ? Prenez quelque chose de solide et sucré à manger pour la demoiselle aussi, je m'occuperai du règlement. Si vous pouviez m'amener avec ça ma sacoche, posée à notre table... Ce serait gentil."

Il lui adressa un sourire franc et se retourna vers sa patiente. Tomba en plein dans ses yeux. L'avait-elle reconnu ? On disait que les Rêveurs se ressemblaient tous...

"Je vais dérouler un Rêve de suite."

Il n'attendit pas son approbation ; elle n'était pas venue vers lui pour rien. Il l'avait juste prévenue parce qu'il aimait que les patients sache ce qu'il allait faire ; surtout quand il n'était pas certain de leur réceptivité.
Il posa ses mains sur sa peau fraîche et lança son esprit droit dans son bras, droit dans sa plaie. Elle était propre, le muscle était nettement coupé. Une lame bien affutée, une coupure qui lui rappelait celles que se faisaient les pêcheurs avec leurs grands couteaux aiguisés. Le Rêve fut simple ; il le lança à l'assaut du muscle pour rassembler les fibres, leur insuffler l'élan nécessaire pour se recréer et se réunifier ; il glissa pour calmer la tension qui le contractait, puis remonta au niveau des chairs, et sans effort alla de vaisseau en vaisseau pour réparer le bras abîmé.
Lorsqu'il émergea, il ne restait plus qu'une fine cicatrice, qui déjà se résorbait.
Oubliant presque qui elle était, il lui fit un sourire.


"Si vous avez quelques minutes, je peux vous préparer un emplâtre particulier, qui réduira encore la cicatrice. Si vous y mettez ce qu'il faut et que vous la massez tous les jours, elle ne sera presque plus visible à l'oeil nu."

Il ôta ses mains de son bras, et fronça les sourcils. Il ne s'en était pas rendu compte sur le coup, mais maintenant qu'il n'étais plus à son contact...


"Vous êtes en hypothermie légère. La température de votre corps est trop froide, mademoiselle. Pourtant..."

Pourtant, il ne faisait pas froid, dehors. L'hypothermie était une réaction courante à une blessure lorsque le patient était exposé à un temps froid ; pas là. Elle n'avait pas non plus subit d'intoxication à l'alcool ; il n'en avait pas cherché trace lors de son Rêve -qui, maintenant qu'il y repensait, avait été plus frais qu'un Rêve ordinaire- mais il un patient en avait abusé, il le savait. Il n'avait pas non plus senti de trace d'intoxication autre assez grave pour causer ce genre de phénomène... Il reprit la parole, à voix basse, comme avant ; il ne voulait pas que d'autres entendent leur conversation.

"Avez-vous déjà eu des réactions de ce genre ? Vous avez ingéré quelque chose d'inhabituel, au cours des dernières heures ? Vous a-t-on déjà parlé de problèmes de thyroïde ? Il me faudra peut-être Rêver à nouveau, pour l'instant ce n'est pas alarmant, mais... Ca pourrait devenir dangereux."

Il n'avait, à présent, plus vraiment cure de qui elle était.
C'était une patiente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: EVENT - La Fête de l'Eté à Al-Chen ! [Tous les volontaires]   Dim 28 Aoû 2016, 23:45

Elle s’accrocha rapido au dossier d’une chaise, vit un mec bondir de ladite chaise en question pour se tourner et la dévisager. Quoi, il voulait un portrait ? Qu’il dégage, sérieusement !
Elle était là pour se faire soigner, parce qu’on lui avait dit qu’il y avait un Rêveur, point barre. Qu’on ne vienne pas lui chercher des noises, elle était suffisamment en rogne comme ça.

Mais quand le Rêveur approcha, Kaünis le reconnut presque immédiatement. C’était celui qui était avec Syndrell quand elle l’avait croisée sur le chemin d’Al-Jeit. Est-ce qu’un Rêveur pouvait refuser de soigner quelqu’un ?
La question sortit de son esprit aussi vite qu’elle s’y était invitée. Et pou cause : lui aussi semblait l’avoir reconnue, et s’il se méfiait, il vint quand même à sa rencontre et fit s’éloigner les couillons qui s’étaient amassés autour d’elle.

- Je vais dérouler un Rêve de suite.
Kaünis se contenta de hocher très légèrement du menton : c’était pour ça qu’elle était ici après tout. Elle ne savait pas trop à quoi allait servir de l’eau chaude ? Ah, à nettoyer rapidement la plaie, okay. Bon.
Ça se passa bien. En fait, c’était vraiment pas souvent qu’elle se faisait réparer alors qu’elle était encore consciente, du coup la sensation la désarçonna un instant, mais bientôt la douleur s’estompa et il ne resta qu’une cicatrice le long de son bras.

Quand les doigts du Rêveur quittèrent sa peau, elle testa ses mouvements et soupira de contentement alors qu’aucune résistance ne venait l’emmerder. Alors, quand il lui sourit, elle lui rendit son sourire tranquillement.
Ouais, c’était du bon boulot…
- Si vous avez quelques minutes, je peux vous préparer un emplâtre particulier, qui réduira encore la cicatrice. Si vous y mettez ce qu'il faut et que vous la massez tous les jours, elle ne sera presque plus visible à l'oeil nu.
Elle haussa les épaules avec nonchalance. Elle s’en balançait comme de sa première culotte d’avoir des cicatrices, et elle n’avait pas envie de se faire chier à masser son bras avec un truc bizarre pendant plusieurs jours. Ça irait bien comme ça hein ! Et puis si la cicatrice finissait par partir, bah tant mieux. Sinon, c’était pas la fin du monde, elle n’était pas à une cicatrice près.

- Vous êtes en hypothermie légère. La température de votre corps est trop froide, mademoiselle. Pourtant... C”était pas nouveau ! Mais avant qu’elle n’ait pu répondre ou l’interrompre, il partit sur plein de questions qui lui firent froncer les sourcils de plus en plus.
Hého, hého, on se calme, s’il ne lui laissait pas le temps de répondre ça servait à rien de poser des questions !
- … Ça pourrait devenir dangereux.
Elle serra les dents un instant, plantant son regard sombre dans celui du Rêveur qui murmurait pour sans doute pas parler trop fort et attirer l’attention sur elle.
- Nan, ça va, fit-elle brusquement.  C’est pas nouveau. Et je sais d’où ça vient. Elle pouvait bien lui faire une démonstration même, s’il devenait trop chiant !

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aivy Sil'Lucans
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 248
Citation : « Trompe-toi, sois imprudent. Tout n'est pas fragile. N'attends rien que de toi, parce que tu es sacré. Parce que tu es en vie. Parce que le plus important n'est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d'être. »
Date d'inscription : 24/04/2015

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Greffe: Non
Signe particulier: //

MessageSujet: Re: EVENT - La Fête de l'Eté à Al-Chen ! [Tous les volontaires]   Lun 29 Aoû 2016, 22:43

Si les deux individus avaient l'air de bel et bien se connaître, l'ambiance ne semblait pas spécialement au beau fixe, et la jeune femme en conclut rapidement que la chieuse ne pouvait pas être la personne que le Rêveur attendait. Comme elle s'y était attendue, elle ne l'avait pas même calculé, et cela arrangeait bien Aivy qui n'aurait pas supporté le tas d'ennuis que cette fille pouvait représenter. Pour arriver à s'ouvrir de telle manière au beau milieu d'une fête à priori sans danger, il fallait le vouloir.

Mais l'apprentie garda ses réflexions pour elle, et se contenta d'opiner du chef quand l'homme à la bure lui demanda d'une voix toujours aussi douce bien que pressée par l'urgence d'aller chercher quelques affaires. Elle se dirigea d'un pas souple vers le comptoir, joua des coudes pour se faire une place au milieu des fêtards, et accosta le serveur en élevant la voix dès qu'il fut retourné :


- Excusez-moi ? Vous auriez une cuvette d'eau chaude, des linges propres et de quoi compresser une blessure assez vilaine ? Avec un morceau de gâteau ou quelque chose du genre...
- C'est pressé ?, répondit le barman tout en rangeant d'une main ferme une rangée de plateaux sous la table de cuisine. Parce que là, tout de suite, on est débordés...
- Disons que si vous ne voulez pas du ménage en plus et un joli sol rouge... insista la jeune rousse en élevant un peu plus la voix pour passer au-dessus du brouhaha. Oui, c'est pressé !, conclut-elle en levant le bras pour désigner l'endroit où se trouvaient le rêveur et la blessée.

Vaincu par la situation, le serveur lui donna rapidement la cuvette demandée et quelques linges qu'il était parti chercher. L'eau était tiède, et il n'y avait qu'une petite quantité de compresses, mais cela suffirait. Un morceau de gâteau aux fruits avait été posé sur le tout. Il n'y avait pas de raisons de s'inquiéter outre mesure avec une personne qualifiée dans les parages ; la fille aux cheveux de jais n'allait pas se vider de son sang.

Au moment où l'apprentie revint chargée de ses trouvailles, la blessure était déjà refermée, mais le sol et le bras concerné allaient avoir besoin d'un sacré coup de nettoyage. Professionnel jusqu'au bout, le Rêveur proposa un emplâtre à la blessée du jour, avant de venir lui murmurer quelques mots plus bas.

Aivy ne capta que quelques bribes de phrases par-delà la clameur festive, occupée à poser ses affaires sur une table proche en même temps que la sacoche qu'elle avait récupérée au passage, mais en comprit suffisamment pour commencer à nourrir l'idée que cette fille avait peut-être un problème encore plus grave que celui d'être poursuivie par des tueurs en pleine nuit dans une ville à priori pacifique. Le genre de problèmes de santé qui tiennent au corps longtemps avant de devenir une véritable calamité.

Pourtant, la chieuse balaya les questions du soigneur d'un simple revers de phrase, arguant qu'elle était parfaitement au courant de la situation, tirant un long soupire à Aivy. Décidément...


- Tout est là, indiqua-t-elle à l'homme en désignant la cuvette, les linges et les compresses.

Elle doutait sérieusement que cette fille accepte un quelconque pansement ou nettoyage, mais qui ne tente rien...

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hièlstan Filsèvres
Rêveur
avatar

Nombre de messages : 196
Date d'inscription : 10/04/2016

Feuille de personnage
Age: 35
Greffe: Non
Signe particulier: Porte une bure de Rêveur

MessageSujet: Re: EVENT - La Fête de l'Eté à Al-Chen ! [Tous les volontaires]   Lun 29 Aoû 2016, 23:42

Elle n'était certes pas agréable, mais au moins elle n'était pas aussi... Voyons, le terme agressive n'aurait pas convenu, mais celui de taquine non plus, se dit Hièlstan. En tout cas elle était moins pire que la dernière fois ; du moins n'essayait-elle pas de l'effrayer. Peut-être était-ce chez elle une marque de reconnaissance. Elle lui avait même sourit ; et sans montrer les dents.
A sa réponse sèche et claire, ce fut à lui de hausser les épaules. Ca ne lui plaisait guère -on ne plaisante pas avec la température du corps- mais elle n'était pas le genre de patiente avec qui un Rêveur pouvait se permettre d'insister. Il n'avait pas cru déceler de surprise ni de mensonge dans sa réponse ; même s'il avait du mal à croire que ce n'était pas un problème grave.
Après tout, c'était à l'être humain de décider pour son propre corps ; souvent, ceux qui refusaient ses soins le faisaient pour de mauvaises raisons. Fierté, embarras, peur... Mais avec les années, il avait appris à reconnaître un véritable refus, un refus que toutes les paroles du monde ne changeraient pas.

Aivy se montra ; elle avait l'air un peu plus maussade qu'auparavant, et ne s'était toujours pas manifestée auprès de Kaünis. Hièlstan avait pourtant cru qu'elles se connaissaient... Peut-être cette ignorance mutuelle était-elle voulue ?
Si c'était le cas, songea-t-il, elles n'allaient guère apprécier sa proposition.


"Merci, Aivy."


Il gratifia la jeune fille d'un grand sourire. Il espéra qu'elle ne lui en voulait pas d'avoir aidé Kaünis ; si c'était le cas, il pourrait de toute façon lui expliquer son geste. Il se retourna vers la femme aux cheveux de jais, et croisa son regard. Il pensait qu'elle l'avait reconnu, maintenant, mais n'en était pas tout-à-fait certain.

"Très bien Kaünis, pas d'emplâtre, mais au moins essayez de faire attention à votre bras les jours qui viennent. Le muscle va rester un peu plus fragile que d'habitude."

La cicatrice, elle, était propre et ne se rouvrirait pas. Il n'avait proposé l'emplâtre que pour des raisons esthétiques. Il avait d'abord prit son haussement d'épaules pour une marque de non-décision, mais à sa moue légèrement dédaigneuse, il avait cru deviner qu'elle estimait que ce serait plus embêtant qu'autre chose.
Il avait pu voir qu'elle était une femme d'action, comme Syndrell -il se demanda un instant où était Syndrell- et cela le conforta dans son interprétation. S'il avait été plus jeune, il aurait probablement prit le geste pour un oui ; il se félicita de son sens de l'empathie, car il n'avait pas vraiment envie de l'énerver.


"La bassine est à votre disposition."

S'il souriait, il avait du mal à se montrer franchement chaleureux. Il faisait des efforts, mais cette fille l'avait réellement effrayé, quelques semaines plus tôt, et il ne savait pas trop à quoi s'attendre de sa part. Si ses espèces de pulsions carnassières la reprenaient, il n'en mènerait pas large.
En plus de ça, Hièlstan avait foi en l'humain, et il ne s'arrêtait jamais à une première impression. Tout le monde a droit à ses chances.


"Aivy vous a ramené de quoi manger. Il faudrait aussi que vous buviez ; vous avez perdu trop de sang."

A cet instant, il marqua une hésitation, puis laissa un sourire un peu timide encore sur ses lèvres.

"Vous accepterez peut-être de vous attabler avec nous ? Il vaudrait mieux que vous évitiez de courir partout. Vous le savez aussi bien que moi, j'imagine."

Elle se connaissait, celle-ci, c'était indubitable.
Il avait Rêvé très vite, mais il avait senti la faiblesse passagère dans son corps. Il se dit que s'il avait pris plus de temps, il aurait probablement vu d'autres cicatrices. Elle avait gardé bien trop de sang-froid à propos de cette longue estafilade pour que ce soit la première.


"Si ça vous intéresse, j'ai quelques herbes qui pourraient vous fortifier un peu plus vite."

Ce disant, il s'agenouilla pour éponger du mieux qu'il pouvait le sang qui avait goûté au sol.
En se relevant, il les regarda toutes les deux.


"Eh bien si nous en avons fini avec ça, je vais aller le ramener au comptoir. Allez vous installer si vous voulez, je vous rejoins tout de suite."

Les mains chargées, sa sacoche sur l'épaule, il désigna la table où Aivy et lui avaient encore leur consommations d'un geste du menton, agrémenté d'un sourire, beaucoup plus franc.
Il estimait n'avoir pas trop mal géré la situation ; au moins, il avait gardé calme et sang-froid. Il surveilla Kaünis du coin de l'oeil, car il ne voulait pas qu'elle parte sans rien boire ni manger. Sur ce point au moins, il se montrerait plus insistant. Il fit confiance à la foule qui se massait maintenant à l'entrée pour écouter la nouvelle chanson qu'entamait le groupe, dehors, pour la ralentir suffisamment si elle tentait de filer.

Il se faufila jusqu'au comptoir, y posa du bout des bras la bassine et les serviettes sales, adressa un geste de remerciement à un serveur, celui qui était plutôt beau. Il était en pleine conversation avec un homme attablé seul au bar que le Rêveur avait remarqué plutôt, mais répondit tout de même à son signe, d'un sourire déjà fatigué. Ca allait être une dure soirée, pour certains !

Hièlstan décida que ce ne serait pas son cas, et le sourire aux lèvres, s'en retourna d'un pas allègre vers sa table prêt de la fenêtre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: EVENT - La Fête de l'Eté à Al-Chen ! [Tous les volontaires]   Mar 30 Aoû 2016, 03:44

Aivy.
Ha oui, c’était vrai, la nana rousse lui avait donné son prénom la dernière fois qu’elles s’étaient croisées – enfin, première et dernière fois. Elle avait juste oublié son prénom. Les visages, ça allait, mais les prénoms c’était juste pas son fort –et puis il fallait bien avouer qu’elle n’en avait rien à foutre !
En tout cas, Aivy avait donc ramené une bassine avec de l’eau, et des linges immaculés… Ils le seraient pas longtemps, vu comment elle avait pissé le sang avant que le Rêveur ne lui raccommode le bras.

Kaünis adressa un sourire en coin à la rousse, justement, lui montrer que bon, ben elle se souvenait d’elle, même si au fond ça n’avait pas vraiment d’importance. Mais le Rêveur attira une nouvelle fois son attention en l’appelant par son prénom… Et elle eut très envie de le frapper pour ça.
Parce que bon, autant elle était encore recherchée ! Certes, elle n’avait plus vu d’affiches, mais bon, ça faisait pas longtemps qu’elle s’était faite la malle de chez l’Empereur, et elle n’était pas certaine qu’il ne finirait pas par changer d’avis !

Et blablabla sur le muscle qui était encore fragile.
Elle connaissait la chanson, merci ! Le nombre de fois où on l’avait réparée, elle savait. C’était d’ailleurs chiant, au final, de devoir faire gaffe à un truc qui ne se voyait plus vraiment. Enfin, c’était comme ça, et de toutes façons la plupart du temps elle ne suivait pas scrupuleusement les conseils – elle faisait comme elle le sentait, elle, par rapport à son corps.

Mais quand son regard tomba sur la part de gâteau qu’Aivy avait ramenée, Kaünis se mordit la langue alors que son estomac grondait férocement. Ouais, elle avait faim, et elle attrapa la pâtisserie pour l’engloutir littéralement.
- Vous accepterez peut-être de vous attabler avec nous ? Il vaudrait mieux que vous évitiez de courir partout. Vous le savez aussi bien que moi, j'imagine.
- Ouais ouais, ça va, c’est toujours la même rengaine…
grogna-t-elle dans sa barbe. Avant de planter son regard dans celui du Rêveur, quelques secondes. « Tu » , c’est mieux. Sinon, je te coupe un doigt pour te montrer que je suis pas vieille, pigé ? demanda-t-elle presque férocement, avant de s’adoucir instantannément. Ouais, j’ai faim. Je veux bien m’installer le temps de bouffer un truc.

Et alors que le Rêveur allait elle ne savait où – ranger des trucs a priori – Kaünis s’assit à la table qu’il avait désignée, où il y avait encore les boissons d’Aivy et de lui.
Se balançant de manière nonchalante sur un pied – comme à son habitude – l’Envoleuse laissa son regard glisser sur l’auberge, et plusieurs regards se détournèrent à son passage. Un petit sourire satisfait étira ses lèvres, alors qu’elle hélait une serveuse.
- Une double portion de ragoût de sanglier, avec des pommes de terre. Ah, et un verre de vin de figue. Et de l’eau.
La serveuse se contenta de froncer les sourcils avant de hocher la tête, et Kaünis posa sa main sur son estomac qui commençait à être trop bruyant. Grmph, elle avait vraiment faim. Et elle savait que ça ferait du bien à son humeur, et à sa condition, de bouffer.

- Alors Aivy, ça va la vie ? commença-t-elle avec un sourire moqueur sur les lèvres. Tu bois quelque chose ? T’as amélioré ton coup de pied retourné ? finit-elle, un sourire amusé sur les lèvres.
Quoi, elle pouvait bien demander, non ?

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aivy Sil'Lucans
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 248
Citation : « Trompe-toi, sois imprudent. Tout n'est pas fragile. N'attends rien que de toi, parce que tu es sacré. Parce que tu es en vie. Parce que le plus important n'est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d'être. »
Date d'inscription : 24/04/2015

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Greffe: Non
Signe particulier: //

MessageSujet: Re: EVENT - La Fête de l'Eté à Al-Chen ! [Tous les volontaires]   Mer 31 Aoû 2016, 21:48

L'attitude de la fille aux cheveux de jais était condescendante au possible, mais le sourire du Rêveur valait toutes les consolations du monde. Heureuse d'avoir aidé, fût-ce une personne aussi désinvolte, Aivy sourit en retour en se redressant. Les affaires qu'elle avait apportées ne trouvèrent pas grâce aux yeux de la chieuse, mais s'il avait fallu s'en servir, le nécessaire était là. Mieux valait prévenir que guérir, serinait sa grand-mère à longueur de journée en courant après ses frères les bras chargés d'onguents en tous genres.

Plongée dans ses souvenirs le temps d'une seconde, il ne fallut pas longtemps à la demoiselle pour remarquer qu'Altan et Sjörn lui manquaient terriblement. Avec le temps venait l'idée de repasser par chez elle, mais une nouvelle raison pour ne pas faire le détour apparaissait à chaque fois qu'elle le projetait, véritable coup du destin. Elle soupira. Le temps n'était pas à la déprime mais à la fête. Et ce qui devenait important, maintenant, était la présence de cette fille que le Rêveur avait eu bien du mal à convaincre malgré le sens évident de ses propos.

Kaünis.
Cette fille s'appelait Kaünis.

Drôle de nom, apprécia-t-elle. Kaünis, guerrière d'expérience, douée pour se faire de grosses blessures dans un endroit à priori sans danger et s'attirer des ennuis qui vous pourchassent en pleine nuit. Comme l'apprentie n'était pas provocatrice, elle ne dit rien, mais le pensa très fort. Et remercia au passage le soigneur, qui venait de repartir chargé de ses affaires pour rendre ce qui ne lui appartenait pas.

La jeune femme ne put s'empêcher de se sentir apaisée quand elle vit que sa vis-à-vis engloutissait littéralement la part de gâteau qu'elle lui avait ramené. Le geste la surprit alors qu'elle se demandait encore si le petit sourire en coin que lui avait adressé Kaünis quelques minutes plus tôt n'était pas le fruit de son imagination. Mais l'alcool était loin de lui avoir monté à la tête, et c'était un geste de remerciement tout à fait naturel pour le commun des mortels, alors elle se plut à considérer que cela devait en être un vrai.

Elle accepta finalement de s'attabler avec eux après une menace qui faisait froid dans le dos rien que d'y penser. Aivy soupira à nouveau, contenant une remarque cinglante pour le bien de tout le monde, sidérée qu'elle se permette un tel commentaire à l'encontre d'un homme qui venait de lui sauver la mise. Cette fille était un mystère, et pas un bon.



***


Kaünis commanda tellement de choses que la jeune femme se demanda sérieusement si elle allait pouvoir tout engloutir. Le service étant débordé, elle allait sans doute devoir attendre et, pour tuer le temps, elle ne trouva rien de mieux à faire que d'accoster Aivy directement par son prénom - créant la surprise chez la concernée : elle avait vraiment pris la peine de le retenir ? - et de déblatérer une référence sur leur dernière rencontre.
Ce à quoi l'apprentie, d'un ton totalement détaché, se contenta de répondre :


- Sans doute.

Ce n'était pas une vraie réponse, mais l'information ne pouvait ni être totalement vraie, ni totalement fausse. Elle avait fait des progrès fulgurants depuis sa rencontre avec Libertée, et sa formation avançait bien, mais il lui restait encore énormément à apprendre. Elle ne pouvait de toute façon pas s'estimer juge de sa propre manière de combattre, par manque pur et simple d'objectivité. Et puis, elle ne pouvait pas se voir combattre elle-même ! Chaque coup avait besoin d'être senti, réfléchi, travaillé puis corrigé par une personne plus expérimentée.
Elle laissa passer un instant, puis repris d'une voix moins distante :


- La vie va bien, et de ton côté ? Toujours aux prises avec des tueurs à gage ?

Non pas qu'elle s'intéressait concrètement à la vie de Kaünis, mais il fallait bien continuer la conversation. Peut-être que cette fille était aussi un être humain, et avait besoin de compagnie. De même, elle ne savait pas si les personnes qui la poursuivaient cette nuit-là étaient de réels tueurs à gage ou si elle avait fait du tort à quelqu'un au point de s'attirer une malédiction, mais en savoir un peu plus sur cette histoire l'intéressait vraiment - bien que la principale intéressée ne lui en dirait sûrement pas plus que ça.

Glissant son regard le long de la table qu'elle partageait désormais avec deux personnes, Aivy rencontra le cocktail toujours posé dans un coin, et qu'elle n'avait pas terminé. Du bout des doigts, elle le fit glisser vers sa voisine comme une proposition.


- Tu veux ? Vodka, orange, fraise et citron, précisa-t-elle. Très bien dosé.

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hièlstan Filsèvres
Rêveur
avatar

Nombre de messages : 196
Date d'inscription : 10/04/2016

Feuille de personnage
Age: 35
Greffe: Non
Signe particulier: Porte une bure de Rêveur

MessageSujet: Re: EVENT - La Fête de l'Eté à Al-Chen ! [Tous les volontaires]   Jeu 01 Sep 2016, 16:21

C'était quand même impressionnant, les changements d'humeur de cette fille, et la manière dont ils s'exprimaient sur son visage. Pour quelqu'un comme lui, un peu sensible aux expressions faciales et aux émotions, elle faisait l'effet d'un ouragan.
Il regarda les filles à table. Elles semblaient faire des efforts de courtoisie... Peut-être qu'en fait, elles s'aimaient bien ?
Il était un peu inquiet d'y retourner ; il se demanda si elle lui couperait vraiment un doigt. Mais après ça elle avait de nouveau été presque aimable... Ce devait être une plaisanterie.
Une plaisanterie très convaincante, mais juste une plaisanterie.
Il estima que personne ne couperait un doigt de sang-froid à quelqu'un qui ne lui avait pas vraiment fait de mal. C'était vrai, quel mal y avait-il à vouvoyer quelqu'un ? C'était simplement la politesse d'usage, quand on est pas assez familier pour un "tu".
De toute façon, il ne pourrait pas la tutoyer comme ça ; il avait le tutoiement difficile. Cependant, il prit la décision de faire attention à ne pas la vouvoyer.
Par mesure de précaution.

Lorsqu'il s'approcha, il crut entendre les mots "tueur à gage", et son sang se glaça ; est-ce qu'elles étaient des tueuses à gage ? Elles étaient collègues ?! Mais Aivy n'avait pas l'air 'une tueuse à gage ! Kaünis un peu plus. Etait-ce de là que venait la blessure ? Elle avait du chercher à profiter de l'ambiance festive pour attraper une proie insouciante, mais ça n'avait pas fonctionné et l'autre s'était défendu avec brio. Y avait-il un corps mort, ou mourant au dehors ?
L'idée que quelqu'un soit en train de se vider de son sang lui était assez insupportable. Devait-il lancer des recherches ?

Non ! Il s'efforça de se reprendre. Ce n'était que des suppositions, des tas de suppositions, personne n'était mort ou en train de mourir. Kaünis n'aurait pas pu arborer un air aussi impassible, si ç'avait été le cas.
Il tenta de se persuader que tout allait bien. Il y avait du personnel de secours au dehors. A moins que le corps ne soit caché ? Alors, il aurait beau l'interroger, elle ne dirait rien. Peut-être même qu'elle le tuerait ! Il n'avait pas peur de mourir, mais de cette manière-là, ce serait stupide. Non, il allait laisser couler, il verrait bien ce qu'elles se diraient.

Il s'assit à la table, peut-être un peu moins détendu que quelques minutes auparavant, mais tâcha de ne rien laisser paraître. Il laissa les filles discuter ; il n'avait guère envie d'énerver encore la jeune femme par une remarque mal placée. Il était très satisfait qu'elle se soit assise avec eux. Même si elle faisait n'importe quoi avec son bras, au moins donnerait-elle à son organisme de quoi se refaire un peu de sang neuf.
Il était plus contrarié par ce qu'il avait entendu, lorsqu'Aivy avait tendu son verre à Kaünis. De la vodka ? La rouquine semblait bien jeune pour boire ainsi de l'alcool, toute seule à une table ! Il n'était pas niais, il savait que les jeunes gens aimaient s'enivrer, mais c'était en groupe, généralement. Boire seul était un premier pas vers la dépendance.

En plus de ça elle en proposait à quelqu'un qui venait de perdre énormément de sang ! Ce n'était pas tout-à-fait une bonne idée. Un instant, il se demanda quel pourrait être le résultat si la jeune femme aux cheveux noirs se trouvait saoûle. Alcool joyeux, triste, ou serait-elle encore plus belliqueuse ?
Il n'était pas certain d'avoir envie de le savoir.


"Ce n'est pas prudent de consommer de l'alcool si... Si on a perdu beaucoup de sang. De l'eau en grande quantité serait plus avisé."

Il avait parlé un peu dans sa barbe. Il ne chercha pas à cacher sa moue désapprobatrice, et croisa ses bras contre son torse. Il n'ajouta rien ; les filles étaient assez grandes pour décider toutes seules. Si Kaünis se moquait de ses conseils, tant pis pour elle ! Qu'elle vomisse tout son saoûl et s'effondre par terre, elle l'aurait cherché !
Intérieurement, il soupira en se rendant compte que quoi qu'elle fasse, quoi qu'elle dise, elle aurait beau l'énerver, l'insulter, le menacer, il l'aiderait quand même. C'était comme ça. Elle était agaçante.
Quand même, il se félicita d'avoir réussi à lui adresser la parole sans la vouvoyer, ni la tutoyer. Pour l'instant, il garderait ses dix doigts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: EVENT - La Fête de l'Eté à Al-Chen ! [Tous les volontaires]   Ven 02 Sep 2016, 04:30

Aivy n'était pas à l'aise...
Et ça faisait ricanner doucement Kaünis. Oh, quoi, quelque chose n'allait pas, tête de linotte rousse ? Ou alors elle s'était beaucoup améliorée et ne voulait juste pas le dire... L'Envoleuse eut très envie de tester ça, mais fut coupée dans son élan par la serveuse qui lui amenait son verre d'alcool et de l'eau - pour "patienter pour le repas" qu'elle disait. Ça voulait dire que ça allait prendre du temps... Et Kaünis crevait littéralement la dalle, désormais. Le sang perdu, le truc du Rêveur, autre chose ? Peu importait. Elle voulait bouffer quelque chose !

- La vie va bien, et de ton côté ? Toujours aux prises avec des tueurs à gage ?
Kaünis ne put s'empêcher de grimacer quelques secondes à la question de la fille. Puis, finalement, elle haussa les épaules, passablement ennuyée par la question.
- Non, apparemment y'en a un qui a changé d'avis. Enfin, je sais pas si ce "repos" va durer bien longtemps, hein. Les gens ont toujours tendance à me chercher des noises... lâcha-t-elle avec un sourire malicieux. Ou alors c'est l'inverse. Dans tous les cas, ça me gonfle,. ajouta-t-elle dans un soupir.

Puis Aivy lui proposa de son cocktail... Vodka, orange, fraise et citron. Kaünis ne put s'empêcher de froncer le nez. Tous ces agrumes... Bweuark.
Cependant, avant qu'elle n'ai pu répondre – par la négative – le Rêveur était revenu vers la table.

- Ce n'est pas prudent de consommer de l'alcool si... Si on a perdu beaucoup de sang. De l'eau en grande quantité serait plus avisé.
Kaünis ne put s’empêcher de lever les yeux au ciel. Elle avait l’impression d’avoir son père dans les pattes, sérieusement ! Elle finit par hausser les épaules pour répondre à Aivy.
- Nan, l’alcool et le sucre, suis pas fan. Je me contenterai de mon verre. Et puis, je vais boire hein. L’important, ça reste de manger, je le sais, t’es pas le premier à me le dire de toutes façons. fit-elle à l’adresse du Rêveur.
Puis, reportant son attention sur Aivy, elle eut un petit sourire amusé.

- Enfin, normalement personne ne devrait venir nous embêter. De toutes façons, je mange et je repars hein. J’aimerais juste que ça mette pas dix ans à arriver. J’ai faim ! lâcha-t-elle en haussant la voix sur sa dernière phrase. C’était vrai quoi, certes l’auberge était pleine, mais la plupart des gens étaient déjà servis ou alors prenaient juste un truc à boire.
Ça ne devrait pas mettre trop longtemps !

Attrapant un bout de viande séchée dans l’une de ses sacoches de ceinture, Kaünis mit un coup de dent dedans pour tromper sa faim. Parfois, quand elle bougeait trop vite la tête, des étoiles noires venaient danser devant ses yeux et elle sentait son sens de l’équilibre faire des pirouettes. Ça passerait quand elle aurait bouffé, elle le savait, et elle détestait se sentir faible comme ça !

- Bon, et ça a quoi de spécial cette fête là au juste ? Y’a des trucs à voir, à faire, à part se bourrer la tronche ? demanda-t-elle d’un ton brusque à l’adresse des deux personnes attablées avec elle.
Voilà.
Elle avait déjà envie de partir.
Mais elle avait encore trop faim pour le faire. Alors elle attendait – impatiemment ! – que son plat arrive, qu’elle puisse se remplir le ventre et se carapater rapidement.
C’était pas qu’elle s’emmerdait, mais presque !

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aivy Sil'Lucans
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 248
Citation : « Trompe-toi, sois imprudent. Tout n'est pas fragile. N'attends rien que de toi, parce que tu es sacré. Parce que tu es en vie. Parce que le plus important n'est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d'être. »
Date d'inscription : 24/04/2015

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Greffe: Non
Signe particulier: //

MessageSujet: Re: EVENT - La Fête de l'Eté à Al-Chen ! [Tous les volontaires]   Dim 04 Sep 2016, 15:45

Pas prudent, hein ?

Le visage d'Aivy se revêtit en une seconde d'une sorte de moue plus réservée. Pourquoi n'y avait-elle pas pensé avant ? Il était évident, une fois le conseil annoncé, que l'alcool ne remplacerait jamais la quantité à peu près astronomique de sang perdu par Kaünis, mais l'idée ne lui avait pas même traversé l'esprit. Elle s'était contenté de proposer comme s'il ne s'était rien passé, à cette fille qui n'inspirait aucune sympathie à personne.

Peut-être était-ce le fait que la blessée elle-même agissait étonnement comme si l'événement n'avais pas eu lieu qui avait incité l'apprentie à agir avec la courtoisie la plus élémentaire. En y réfléchissant un peu, la proposition n'était doublement pas une bonne idée ; d'abord, elle n'était pas guérisseuse, et était bien incapable de prodiguer quelque conseil censé que ce fut à l'encontre d'une personne malade. La preuve en était, elle venait sans doute de passer pour une irresponsable aux yeux d'un Rêveur, ce qui n'était pas la meilleure des positions à avoir. Ensuite, au vu de la réaction de la fille, n'importe qui aurait pu comprendre que le cocktaïl n'était pas si bien dosé à ses yeux.

La jeune femme haussa les épaules dans un signe de nonchalance, reprit son verre et en but une nouvelle gorgée. Tant pis, elle en aurait plus pour elle !

Hièlstan, de son côté, était peu expressif, presque renfermé sur lui-même, et Aivy en vint à se demander s'il avait peur de la troisième personne ayant rejoint leur tablée. Elle voulut tenter un petit mot à son encontre, mais Kaünis reprenait la parole avec une vivacité désormais bien connue et qui exprimait clairement son impatience quant à la venue de son plat.


- Évite de tout casser, cette fois, intima l'apprentie d'un ton mi-posé, mi-pressant.

Passer deux heures à remettre la taverne de la fois dernière en ordre parce que mademoiselle avait jugé utile de la mettre sans dessus-dessous en disparaissant à la fin, la laissant seule aux mains d'une tenancière rouge de colère, était une expérience qu'elle ne souhaitait revivre pour rien au monde. D'autant que l'endroit n'était pas une auberge peu fréquentée et pleine de soûlards, cette fois-ci, mais un établissement correct où se retrouvaient amis, couples et familles avec enfants pour faire la fête.

Mais d'après les dires de la demoiselle en question, ils ne risquaient rien - pour l'instant, ne put s'empêcher de penser Aivy. Les personnes qui la recherchaient étaient sans doute loin, probablement Kaünis avait-elle effectué une enquête de son côté. Dans tous les cas, la jeune rousse considérait que l'affaire était derrière elle, et qu'elle avait eu assez d'ennuis sans le vouloir pour le moment.


- A toi de voir ce que tu cherches, répondit-elle à la fille aux cheveux de jais tout en reprenant une gorgée de son cocktaïl. Le plaisir ou les ennuis. On peut trouver un peu de tout ici. Avec un peu de chance, tu pourrais même te faire embaucher comme volontaire dans un spectacle de rue.

Une fois sa réponse trouvée, elle chercha Hièlstan du regard, lui adressant un sourire engageant comme pour lui signifier qu'il n'avait pas à se sentir rebuté par le fort caractère de leur camarade du moment. Elle allait interroger le rêveur sur l'amie qui devait les rejoindre, mais les mots n'eurent pas le temps de franchir ses lèvres car un serveur se présenta finalement à leur table, ce qui ressemblait à une double-portion de ragoût dans les bras, et Aivy se contenta d'écarquiller les yeux. Etait-il humainement possible d'avaler autant ?!

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hièlstan Filsèvres
Rêveur
avatar

Nombre de messages : 196
Date d'inscription : 10/04/2016

Feuille de personnage
Age: 35
Greffe: Non
Signe particulier: Porte une bure de Rêveur

MessageSujet: Re: EVENT - La Fête de l'Eté à Al-Chen ! [Tous les volontaires]   Dim 04 Sep 2016, 18:13

Il se demanda entre les mains de combien de Rêveurs elle était passée, pour avoir l'air si exaspérée par les règles de santé élémentaires.
Le tutoiement de sa part lui faisait vraiment bizarre, mais il n'eut pas le temps de s'y attarder, car déjà elle récupérait la parole de son ton acide et mordant, pour déclarer qu'elle n'allait pas rester en leur compagnie, et pour se faire remarquer à cinq tables à la ronde en se montrant plutôt grossière vis-à-vis du service. Fort heureusement, aucun serveur ne semblait avoir entendu sa remarque désobligeante. Il choisit de se taire, mais Aivy ne demeura pas en reste.


"Évite de tout casser, cette fois."

Il ne manquerait plus que ça ! Kaünis pourrait-elle vraiment s'énerver autant pour une histoire de plat un peu long à arriver ? Cela ne rassurait pas Hièlstan. Il but une gorgée de son propre cocktail en lui l'observant par dessus son verre.

"Bon, et ça a quoi de spécial cette fête là au juste ? Y’a des trucs à voir, à faire, à part se bourrer la tronche ?"

Ce langage ! Il ne put que grimacer. Il jeta un regard vers Aivy ; il s'était un peu promené, mais il ne connaissait pas bien Al-Chen. Peut-être cette fille n'en était-elle pas à sa première fête de l'été, et peut-être qu'elle pourrait aussi éclairer sa lanterne.


"A toi de voir ce que tu cherches. Le plaisir ou les ennuis. On peut trouver un peu de tout ici. Avec un peu de chance, tu pourrais même te faire embaucher comme volontaire dans un spectacle de rue."

Comment ça, des ennuis ?! Mais le regard de Hièlstan retomba sur la fine et longue cicatrice qui ornait le bras de Kaünis, et grimaça. Oui, sans doute quelques ennuis, mais il fallait sans doute bien les chercher alors ! Quand il releva le regard, ce fut pour croiser celui d'Aivy, qui lui mit du baume au coeur et l'incita à prendre la parole.

"Pour ma part, je ne suis ici que depuis quelques semaines, donc je découvre la fête ce soir... Mais j'ai vu beaucoup de spectacles de rue, et une grande piste de danse sur la Grand Place au Dessin. Je pense qu'il y en a ailleurs, aussi. Ah, j'ai aperçu des jeux ; tir à l'arc, des choses comme ça."

Il voyait mieux Kaünis sur un stand de tir-à-l'arc qu'à valser dans les bras d'un bel inconnu. Il hésita un instant, puis décida de ne pas relever cette histoire d'embauche dans un spectacle de rue ; en fait, il ne savait pas trop si Aivy plaisantait ou pas. Imaginer Kaünis faire des cabrioles pour amuser les enfants était plutôt ridicule, mais il était persuadé qu'elle pourrait faire une bonne lanceuse de couteaux ou quelque chose comme ça.
Il décida, plutôt, de l'interroger à son tour sur un sujet qui le turlupinait. Il n'osait pas trop, mais Aivy avait été encourageante, et après tout, c'était sa chance...
Il laissa le serveur poser l'assiette pour Kaünis, assiette sur laquelle il posa un regard appréciateur -voilà qui allait la remettre d'aplomb- puis se tourna vers elle, adressant un regard d'excuse à Aivy. Il avait bien vu qu'elle s'apprêtait à demander quelque chose, mais la femme aux cheveux noirs risquait de tout engloutir en moins de deux et de filer avant qu'il n'ait eu le temps de lui demander.


"Tu as revu Syndrell, depuis la dernière fois, près d'Al-Jeit ? Ca fait un moment que je n'ai pas de nouvelles, je suis inquiet. Je me disais que peut-être..."

Que peut-être, au détour d'un voyage, s'étaient-elles recroisées ; que peut-être le différent de l'homme aux cheveux verts avait été réglé ; que peut-être elles avaient d'autres connaissances en commun que Dolce qui aurait pu donner des informations à Kaünis.
Gwendalavir était grand, et il doutait fort que les deux femmes se soient croisées à nouveau par hasard, mais sait-on jamais...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: EVENT - La Fête de l'Eté à Al-Chen ! [Tous les volontaires]   Jeu 08 Sep 2016, 04:56

Un spectacle de rue ?
C’était une blague ? Si oui, c’était sacrément de mauvais goût, et Kaünis lança un regard noir et mauvais à l’intention d’Aivy pour le lui signifier. Non mais oh, elle la prenait pour qui, sérieusement ? Là, juste pour ça, elle avait tellement envie de lui couper les cheveux ! – parce que lors de leur dernière rencontre, elle avait l’air de beaucoup y tenir. Non mais oh !

Le Rêveur prit cependant la suite à cœur, puisqu’il répondit à sa question et Kaünis s’affala sur sa chaise, dos contre le dossier, et se balançant comme à son habitude sur un seul pied en observant l’homme à la bure. Quoi, alors c’était que des troufions qui s’amusaient à jongler avec des lames sans pouvoir anticiper un mouvement humain, des mecs qui faisaient des soi-disant prouesses techniques avec quelques tours de passe-passe, et c’était tout ?

C’était clair que là, elle n’allait pas rester.
Surtout pour du tir à l’arc contre des rigolos.

Ah ! Son plat arriva enfin, et Kaünis ne put s’empêcher de s’humecter les lèvres devant l’immense assiette bien remplie. Elle en avait l’eau à la bouche, et le fumet que la viande dégageait était super engageant. Plantant d’ors et déjà sa fourchette dans un bout, elle l’avala rapidement, ne prenant pas le temps de mâcher car c’était trop chaud…
La bouchée suivante fut mieux, et elle savoura son plat en fermant presque les yeux pour mieux ressentir les arômes de la sauce.
Il y avait des feuilles de laurier qui relevaient le goût, c’était juste divin.
Bon, et elle avait tellement faim que n’importe quoi aurait sûrement fait l’affaire, mais bref. C’était drôlement bon.

- Tu as revu Syndrell, depuis la dernière fois, près d'Al-Jeit ? Ca fait un moment que je n'ai pas de nouvelles, je suis inquiet. Je me disais que peut-être... Kaünis haussa un sourcil vers le Rêveur en attrapant des dents son morceau de viande. Puis, l’avalant, elle secoua la tête de droite à gauche.
- Nan, fit-elle abruptement quand elle eut terminé. Mais elle aussi elle sait se fourrer dans les ennuis ! ajouta-t-elle avant de mâcher une autre bouchée.

Bah ouais, parce que bon, elle se souvenait bien de l’épisode de la ferme dans les Plateaux d’Astariul. Elle leur avait sauvé la peau parce qu’à l’époque y’avait Darwen, et puis elle n’avait de toutes façons rien de personnel contre Syndrell – et puis c’était plus drôle de se battre contre des Envoleurs expérimentés que contre des apprentis Marchombres qui savent pas se protéger.

Haussant les épaules, Kaünis vit l’expression de Aivy changer et fronça les sourcils un instant. Elle connaissait une Syndrell, peut-être ? Décidant de clarifier les choses – autant que ce soit fait, puis le Rêveur avait l’air d’être vraiment inquiet, comme elle avait pu l’être pour Syles alors elle pouvait bien un peu comprendre – elle mâcha une dernière fois avant de déglutir.
- Cheveux bleus, yeux dorés. Elle envoie du pâté, en vrai. Parce que c’était la stricte vérité : elle n’aurait eu aucune chance, la fois où Syndrell s’était battue contre Maïeul. Maintenant, sans doute un peu plus : elle s’était entraînée, même si Syndrell aussi, potentiellement. Mais elle était Maître Marchombre alors hein ! Il fallait bien qu’elle valle ce titre.
Et il fallait bien avouer que son mec envoyait aussi du pâté dans le jeu de la baise. Ça, c’était une qualité qu’elle pouvait relever !
- Apparemment tu la connais. Simple constatation, parce que l’attitude de la rousse avait changé, d’un coup. Ça passait juste pas inaperçu aux yeux de l’Envoleuse, qui ne put s’empêcher de grimacer, toujours moqueuse.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaizo Morden
Groupe Kabay
avatar

Nombre de messages : 67
Citation : No matter what, my heart will be forever yours and I will fight until the day I see you again
Date d'inscription : 23/06/2016

Feuille de personnage
Age: 20
Greffe: Non
Signe particulier: Cicatrice de l'épaule droite jusqu'au bas du dos

MessageSujet: Re: EVENT - La Fête de l'Eté à Al-Chen ! [Tous les volontaires]   Lun 12 Sep 2016, 22:32

Je suis revenu. Cela faisait un moment que je n’étais pas venu à Al-Chen. Depuis ma rencontre avec Erhan et Hièlstan. Plusieurs semaines me semblait-il. Le Rêveur nous avait parlé de ce festival dans la ville. Il fallait avouer que vu comment il nous l’avait décrit cela semblait être une belle fête. Le ciel était bleu et le soleil brillait sur la ville. J’avais emmené avec moi ma dague comme d’habitude. Un grand évènement avait toujours ses petits problèmes la nuit tombée, sans oublier que l’importante affluence pourrait bien attirer des personnes mal attentionnées. Simple précaution donc.

Avant de partir j’ai pensé à emmener de quoi me payer deux nuits à l’auberge de façon à pouvoir profiter un maximum des festivités et pourquoi pas voir Hièlstan. Peut-être serait-il chez lui avec un peu de chance ou bien même au festival. J’entrais dans la ville. Al-Chen était en effervescence. De la musique, des chants, quelques coins de l’artère principale ou je marchais maintenant était même aménagés en piste de danse pour ceux qui le souhaitaient. Le sourire aux lèvres, tout le monde profitait de ce moment. L’odeur des plats préparés sur certains étals parvenaient jusqu’à moi, délicieusement appétissante. Cela me donnait faim et mon regard s’arrêta sur un stand où ils vendaient des brochettes de viande de siffleur grillées. J’en achetai une quinzaine et pris la direction d’une taverne au loin dont la façade était un peu décorée.

* J’y trouverais sûrement quelque chose à boire avec mes brochettes. *

Sur le chemin j’aperçus un ensemble de petits commerces où étaient proposés des jeux de réflexes, de mémoire ainsi qu’une affiche avertissant d’un concours de tir à l’arc organisé juste à l’extérieur de la ville en fin de journée. Je souris en pensant y participer. Je me savais bien aucune chance de victoire mais au moins je m’y amuserais. J’arrivai enfin devant la taverne et poussa la porte. Du monde à pratiquement toutes les tables. Quelques une restaient libres mais je ne souhaitais pas prendre une table pour quatre personnes juste pour moi. Tout en passant mes yeux sur les gens déjà attablés comme pour vérifier que quelqu’un que je connaissais déjà n’était pas présent, je commandai une bière à l’homme derrière le bar.

Le temps que celui-ci me la serve je remarquai un homme de dos. Son vêtement me disait quelque chose. Il était en train de parler à une jeune fille, les cheveux de celle-ci faisaient penser à de douces flammes orangées. Par chance il restait une place à leur table. Je décidai donc de vérifier qui était l’homme et pourquoi pas manger un peu avec eux. Après tout un festival était fait pour rencontrer de nouvelles personnes. Au fur et à mesure que je m’approchais le vêtement de l’homme attablé me revenait en tête. Hièlstan ! C’était la bure de Hièlstan. Elle ressemblait à la sienne comme deux gouttes d’eau. Je m’approchai de la table lentement et quand je reconnu son visage, un sourire étira mes lèvres :

-Bonjour Hièlstan, comment ça va ? Plutôt bien à ce que je vois, quel tombeur tu fais ! dis-je sur le ton de la plaisanterie. Mais il était vraiment en bonne compagnie cela dit.

Puis me tournant vers la jeune fille en face de lui :

- Bonjour, je m’appelle Kaizo, enchanté. Beaux cheveux. Tu dois être une amie de Hièl non ? Arborant toujours un sourire amical.Pourrais-je m’attabler avec vous ? Et d’ailleurs j’ai acheté ça en venant par ici. Si vous en voulez on partage.

Je sortis le sac contenant les quelques brochettes de viande grillées. J’en pris une et mordis dedans. Délicieuse. La viande juste grillée et encore saignante à l’intérieure. Cette saveur…mmm. Je m’en régalais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aivy Sil'Lucans
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 248
Citation : « Trompe-toi, sois imprudent. Tout n'est pas fragile. N'attends rien que de toi, parce que tu es sacré. Parce que tu es en vie. Parce que le plus important n'est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d'être. »
Date d'inscription : 24/04/2015

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Greffe: Non
Signe particulier: //

MessageSujet: Re: EVENT - La Fête de l'Eté à Al-Chen ! [Tous les volontaires]   Mer 14 Sep 2016, 17:18

Le monde extérieur est une chose bien particulière à confronter, et Aivy fut contente de constater qu'elle en prenait l'habitude aussi naturellement que possible. Si elle était venue seule à cette fête, c'était en partie à cause de cela. Le concours de circonstances avait été bienvenue au moment où elle avait décidé qu'il était temps d'apprendre à se débrouiller seule face à autant de personnes regroupées dans un seul endroit.

Se retrouver attablée avec deux individus qu'elle ne connaissait pratiquement pas était un pas énorme pour la petite fille des collines qu'elle était. Même à Al-Vor, elle n'avait jamais pris l'initiative de se rendre dans ce genre d'endroits très fréquentés. La ville étant de plus relativement peu dynamique, la plupart des jeunes de la nouvelle génération partaient vers Al-Jeit une fois l'âge adulte atteint, fuyant la tradition oppressante qui se cachait derrière les constructions archaïques de la capitale régionale.

Al-Vor, pour elle, était synonyme de problèmes. Al-Chen, si les choses ne se tassaient pas - et par "choses", elle entendait "Kaünis" -, elles allaient prendre le même chemin au grand galop. A voir la fille aux cheveux de jais manger avec autant d'appétit et de concentration, l'apprentie sentit une vague de soulagement s'emparer d'elle. Au moins, tant qu'elle était occupée, elle n'embêtait personne !

Sa réaction farouche à l'évocation des spectacles de rue aurait fait peur à n'importe qui la connaissant un peu, et Aivy prit fut particulièrement impressionnée par le fait qu'elle n'avait pas besoin de parler pour exprimer ce qu'elle ressentait. Elle ne releva même pas le fait qu'il ne s'agissait que d'une plaisanterie et se contenta de terminer son cocktail d'une traite. Inutile d'épiloguer sur un point qui ne rassemblait pas tout le monde.

La jeune femme tourna la tête vers l'extérieur alors qu'Hièlstan répondait à la question en une myriade de descriptions à propos de ce qu'il avait vu, et observa les passants. Son cœur se réchauffa à l'idée que tous étaient plus ou moins heureux, à en croire les sourires visibles sur les nombreux visages qui se tournaient vers elle l'espace d'un instant. Amis, familles et couples, tous y trouvaient leur compte. Il était réellement dommage que Tsukia n'ait pas pu se déplacer, mais...

Un soupire franchit ses lèvres, qui tenaient toujours la paille coincée. C'était une bonne chose qu'elle soit venue seule. Tsukia était un phénomène, particulièrement difficile à gérer. Sans doute qu'elle aurait trouvé le moyen de se saouler encore plus et de déclencher une catastrophe purement truesque.

Il fallait bien se rendre à l'évidence, et l'évidence était aussi belle que terrifiante : elle avait cette fille dans la peau, et ce n'était pas prêt de s'arrêter.

Son attention fut rapidement détournée par une nouvelle intervention du Rêveur qui semblait chercher à combler le blanc créé par la mauvaise humeur évidente de Kaünis - que lui fallait-il donc en plus de son plat pour arrêter de tirer cette tête d'enterrement ?

La question d'Hièlstan lui coupa le souffle.
Purement et simplement, sans crier gare.

Syndrell ?

Il lui fallut bien trente secondes pour parvenir à emmagasiner l'information, véritable boule de tension lancée à pleine vitesse dans sa direction. Elle ne coupa pas la chieuse quand elle s'aperçut de la situation en décrivant la Marchombre. Elle savait qu'il s'agissait d'elle, de manière intrinsèque et puissante. Il n'y avait qu'une Syndrell Ellasian dans tout l'Empire, elle en était sûre. Et apparemment, les deux personnes à côté d'elle la connaissaient aussi.

Le monde était petit. Trop petit. Une multitude de questions assaillirent l'esprit d'Aivy, ne laissant aucune chance à quoi que ce fut d'autre. Comment chacun d'entre eux avait-il fait la connaissance de la loutre ? Hièlstan ou Kaünis l'avaient-ils vue comme elle-même l'avait vue quelques jours à peine auparavant ? Le Rêveur et la Marchombre étaient-ils amis de longue date ?

Toute la complexité de la triple relation dont elle faisait partie malgré elle lui revint alors en pleine face. Le monde était décidément bien trop petit. Elle avait souhaité s'éloigner de ces souvenirs peu simples à gérer, et voilà qu'elle se retrouvait à discuter de Syndrell - Syndrell ! avec deux personnes qu'elle n'avait vues qu'à une et deux reprises. Au vu des regards sur elle, il fallait bien se lancer. Elle n'était pas bien sûre de vouloir dire quoi que ce soit, mais l'ambiance ne devait pas en pâtir par sa faute.


- Oui, se contenta-t-elle de dire dans un premier temps. Je la connais... Un peu. Disons qu'on a l'occasion de se croiser plutôt souvent.

En évoquant l'Académie de manière sous-jaçente, l'apprentie savait qu'elle ne prenait pas de réels risques. Si Syndrell avait côtoyé les deux autres présents suffisamment longtemps, ce n'était plus un secret pour eux qu'elle était Marchombre confirmée, et elle-même n'avait aucune honte à révéler qu'elle suivait une formation semblable à la sienne. Le cas échéant, elle ne perdait rien s'ils n'étaient même pas au courant de l'existence des Marchombres, ce qui pouvait être mis en doute au vu de la notoriété discrète mais certaine qu'ils possédaient dans ce coin de l'Empire.

- Quand est-ce que tu l'as vue pour la dernière fois ?, interrogea-t-elle Hièlstan d'un air concerné.

Elle ignorait totalement ce que la loutre bleue avait fait une fois que les trois filles avaient quitté Al-Jeit, très peu de temps auparavant. Entreprendre un voyage dans son état était dangereux, mais elle avait suffisamment de volonté pour y parvenir... Si seulement ses cauchemars ne revenaient pas la hanter.

Le Rêveur allait répondre, mais fut coupé dans son élan par une nouvelle voix qui venait de la gauche. Aivy fut surprise de constater que, trop occupée par ses pensées, elle n'avait pas vu le garçon approcher. De taille relativement grande, aux yeux et cheveux d'un noir corbeau sans nuances, il apostrophait Hièlstan un grand sourire aux lèvres, comme s'ils étaient des amis de longue date qui se retrouvaient par hasard.

Sa plaisanterie tira un sourire en coin à la demoiselle, qui s'empressa ensuite de répondre à sa supposition pour éviter tout malentendu.


- Enchantée, Kaizo. Ne te trompe pas, Hièlstan est une personne très gentille, mais je ne le connais que depuis ce soir...

Elle se tourna ensuite vers Kaünis, qui regardait les brochettes de viande comme si elle avait encore assez faim pour en engloutir une dizaine. Mais où cette fille stockait-elle toute cette nourriture ?!

- Non merci, répondit-elle au nouvel arrivant en déclinant poliment son offre. J'ai suffisamment mangé.

Sur ces mots, elle entreprit de tirer une chaise miraculeusement libre vers eux, et la désigna au dénommé Kaizo, avant de poser son regard sur lui pour lui répondre une fois qu'il fut installé :

- Je m'appelle Aivy. Je peux te demander d'où est-ce que tu connais notre ami Rêveur ?

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hièlstan Filsèvres
Rêveur
avatar

Nombre de messages : 196
Date d'inscription : 10/04/2016

Feuille de personnage
Age: 35
Greffe: Non
Signe particulier: Porte une bure de Rêveur

MessageSujet: Re: EVENT - La Fête de l'Eté à Al-Chen ! [Tous les volontaires]   Mer 14 Sep 2016, 18:24

D'abord, il y eut la surprise de Hièlstan à la réponse de Kaünis, et sa description de Syndrell ; il ne put qu'hocher la tête bêtement pour confirmer ses propos. "Elle envoie du pâté..." C'était le moins qu'on puisse dire !
Et puis, il y eut la drôle de tête d'Aivy ; une expression qui ne pouvait signifier qu'une chose.


"Apparemment tu la connais."

Alors, Aivy eut l'air perplexe ; et Hièlstan le fut aussi. Trois personnes autour de cette table, trois personnes qui connaissaient Syndrell ? Est-ce qu'Aivy était une amie Marchombre, ou juste une amie pas Marchombre ? Voilà qui, peut-être, expliquerait son comportement solitaire. Ou pas du tout : qui a dit que les Marchombres étaient solitaires ?
Il se demanda si elle avait aussi des lames, quelque part dans son corps. Et Kaünis ? Pas dans son bras droit, il l'aurait vu en Rêvant.  Brièvement, il se demanda si son hypothermie s'était arrangée ; en tout cas elle avait l'air d'aller mieux.


"Oui. Je la connais... Un peu. Disons qu'on a l'occasion de se croiser plutôt souvent."

Son hésitation n'avait pas échappée au Rêveur ; cette jeune fille en était probablement, si elle connaissait Syndrell de la sorte. A moins qu'elles ne se voient à un club d'autre chose. Syndrell devait faire mille choses, dans sa vie ; cependant, l'hypothèse Marchombre lui semblait la plus probable, et aussi la plus séduisante.
Ce qui le perturbait plus, c'était qu'Aivy avait l'air plutôt contrariée. Comme si elle hésitait, un peu. Il décida de ne pas lui poser la question tout de suite ; elle la connaissait, il venait de demander à Kaünis.
Peut-être qu'Aivy, si elle la "croisait souvent"...


Quand est-ce que tu l'as vue pour la dernière fois ?

Elle avait l'air et le regard grave. Il sentit son coeur s'affoler, son souffle s'amplifier. Elle savait quelque chose. Quelque chose de pas agréable... Ou alors, elle non plus ne l'avait pas vue depuis longtemps, elle aussi s'inquiétait, et elle aussi espérait des nouvelles plus fraîches que les siennes.
Il ne savait trop quelle solution espérer...
Il s'apprêtait à répondre, la main crispée sur son verre, mais déjà il était interrompu par une voix familière.


"Bonjour Hièlstan, comment ça va ? Plutôt bien à ce que je vois, quel tombeur tu fais !"

"Kaizo !"

Il se retourna vivement et se leva pour saluer l'intéressé. C'était bien le jeune homme bagarreur qu'il avait rencontré peu après son arrivée à Al-Chen. Il semblait de bonne humeur... Même de trop bonne humeur ; Hièlstan se sentit gêné par sa question, et bien qu'il sache qu'il s'agissait là d'une plaisanterie, elle lui ôta les mots de la bouche. Il ne voulait pas qu'Aivy se méprenne sur ses intentions, ou qu'elle croit qu'il était dans ses habitudes de charmer les femmes !
Mais déjà voilà que le garçon reprenait ; et en jouant les charmeurs, ce qui ne sembla pas incommoder la jeune fille.
Et lui qui n'avait pas le temps d'en placer une !


"Enchantée, Kaizo. Ne te trompe pas, Hièlstan est une personne très gentille, mais je ne le connais que depuis ce soir..."

Intérieurement il soupira, et jeta un regard de remerciement à Aivy. Elle était décidément plus douée que lui en société ! Elle lui faisait un peu penser à Ora, pour qui tout était si simple, toujours avenante, toujours réponse à tout, toujours prête à entamer une discussion et agile dans l'art de la courtoisie... Qu'est-ce qu'elle fabriquait, d'ailleurs ?

Voilà que déjà, Aivy refusait la brochette ; lui-même n'avait pas eu le temps de reprendre contenance qu'elle s'était présentée, et l'avait interrogé. Il allait vite être perdu, entre ces deux-là !


"C'est avec plaisir, merci Kaizo."

Plus par envie que par besoin, il prit un peu de viande. Il aimait partager avec les gens. La discussion sur Syndrell semblait suspendue, pour le moment... Il jeta un regard en biais à Aivy. Qu'avait-elle à dire ? C'était peut-être trop confidentiel pour être lancé devant une tierce personne... Peut-être trop grave. Sa gorge se serra.
Enfin, à tous les coups, Kaizo connaissait aussi la Marchombre aux cheveux bleus... Arrivé à ce point, plus rien n'aurait pu étonner Hièlstan !
Il se rassit sur sa chaise, et tâcha de se détendre un peu. Il ne pouvait pas savoir pour Syndrell maintenant ; il essayerait plus tard. Si quelque chose d'urgent avait dû être fait, Aivy le lui aurait demandé.

Alors, il s'installa confortablement, en attendant. Il aimait bien ces deux jeunes gens ; ils avaient une fraîcheur et une vitalité, une insouciance typique qui lui plaisaient. On aurait dit qu'ils venaient d'un autre monde que Kaünis.
Il jeta un coup d'oeil à cette dernière, tout en faisant signe à Kaizo de raconter leur histoire.


"A toi l'honneur, Kaizo. Tu en profiteras pour continuer l'histoire jusqu'à aujourd'hui, j'espère. Je serais curieux de savoir si tu t'en encore battu en pleine ville !"

Il lui adressa un sourire malicieux. Il repensa à la petite serveuse qui avait semblé craquer pour Erhan, à l'auberge où il avait soigné les garçons. Si Aivy aussi aimait les voyous, alors peut-être que ces deux-là allaient passer une charmante soirée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: EVENT - La Fête de l'Eté à Al-Chen ! [Tous les volontaires]   Ven 16 Sep 2016, 00:11

[ voilà voilà, c'est court, mais Kaü s'en va... Rolling Eyes ]



Ouais, Aivy la connaissait, et le monde était vachement petit au final.
Mais bon, Kaünis n'avait pas que ça à fouetter. Finissant rapidement son énorme assiette de bouffe, elle avala goulument les dernières traces de jus. L'apprentie Marchombre demanda au Rêveur quand est-ce qu'il avait vu Syndrell pour la dernière fois et l'Envoleuse se désintéressa immédiatement de la conversation pour se passer une main dans les cheveux et bondir sur ses pieds.

Ah, ça allait drôlement mieux !
Engloutissant sa boisson, elle s'essuya précipitamment  le bord des lèvres de l'avant-bras, avant de lancer un regard circulaire au Rêveur et à Aivy…
Et de faire demi-tour, pour se glisser souplement entre les tables.

Elle croisa un plateau de brochettes et en piqua une, sortant de l'auberge en mâchant la viande qui était parfaitement tendre.
Claquant la porte dans son dos, elle observa le bois une seconde…
Un sourire sur les lèvres, elle s'appuya dos contre cette dernière, et plaqua ses deux mains contre le battant.

Les fibres blanchirent et se recouvrirent rapidement de quelques gouttes de gel, avant de givrer complètement.
Un sourire torve sur le visage, Kaünis poussa la Greffe dans la porte et cette dernière finit de se craqueler, virant au blanc bleuté de la glace qui fissura brusquement le bois et le fit se contracter brutalement..

Elle se contenta de passer sa main devant sa bouche dans un petit rire franchement amusé, comme un gloussement, mais avec cette ombre ténébreuse dans les yeux, alors que le bois émettait un craquement sinistre…
Elle se décala suffisamment pour ne pas se prendre de bout de porte dans la tronche, et juste à temps : le battant explosa littéralement sous la contraire soudain glaciale en des miliers de petits morceaux de bois gelés…
Et quelques flocons de neige.

Ah !
Elle était belle, la fête de l'été.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rilend Ansakh
Admin
avatar

Nombre de messages : 716
Citation : ...
Date d'inscription : 18/03/2009

Feuille de personnage
Age: 34 ans
Greffe: Absorption des coups
Signe particulier: Sa dague fétiche, Talisman. Bien dissimulée sous les cheveux, une cicatrice à l'arrière du crâne suite à une commotion cérébrale. Un pendentif rond, en nacre. Elle se transforme en Panthère noire.

MessageSujet: Re: EVENT - La Fête de l'Eté à Al-Chen ! [Tous les volontaires]   Ven 16 Sep 2016, 01:39

Oh, était-ce une si bonne idée que cela d'être venue ? Al-Chen, toujours colorée et vivante, était bondée et bourdonnante. Les badauds s'ébaubissaient, les monte-en-l'air tiraient les bourses trop garnies et les aubergistes leurs tonneaux de bière claire.
Vaillant, dans une écurie de bonne facture, la mangeoire remplie d'un foin vert et odorant, profitait d'un repos bien mérité, lui qui n'avait guère eu de fatigue ce jour-là...à peine le grand étalon avait-il porté le léger sac de Rilend et suivi le pas tranquille de la marchombre qui marchait devant lui. La jeune femme avait fait le choix, en achetant ce bel étalon de guerre, de ne pas l'enfourcher de suite. A ce compagnon qui partagerait sa vie des années durant, elle l'espérait, elle voulait offrir le choix de l'accepter ou non sur son dos. Pour l'heure, Vaillant tolérait le bât et la selle, l'entrave et les nuitées à la belle étoile, lui, cheval d'apparat choyé. Il avait ronflé d'effroi à la première apparition de la Panthère, et puis peu à peu s'y était fait : le grand mâle bai méritait son nom. Entre la femme, le cheval et le fauve s'établissait une relation de confiance fragile, aussi délicate qu'un papillon, aussi légère et belle à la fois et le jour naissant voyait Rilend blottie non loin des pieds de son compagnon de marche, le félin repu, la fourrure propre et le goût du sang encore en gueule. Bientôt, elle lui proposerait une nouvelle forme de voyage...

En attendant, Rilend avait laissé la nouvelle prunelle de ses yeux aux bons soins d'un garçon d'écurie consciencieux et déambulait prudemment dans la foule babillante et bruissante. Bruit, mouvement, couleurs et odeurs, la foule avait son temps propre et pour la supporter, elle tentait de le lire, de l'envisager en entité et non en affreuse masse braillante et humaine, collante, suante, malodorante...
Bordel. Tu te calmes, Rilend. Tu ne risques rien.
Sinon une légère et problématique perte de tranquillité d'esprit. Un trois fois rien.
Après une assiette de siffleur - succulent - et un sourire de vendeur -tout aussi succulent -, la marchombre alla s'égayer dans les ruelles, un éclat de plaisir aux yeux tandis que les guirlandes colorées peignaient des ailes de paon sur sa peau diaphane. Al-Chen babillait et rayonnait, fière, taquine, effrontée aussi et, comme sa grande soeur Al-Jeit, ce soir, elle faisait de la nuit la lumière.

Elle courut, sauta, dansa, garda un oeil sur les alentours et ressentit partout les vibrations de bonne humeur et de joie de la foule en goguette, le bourdonnement sourd de ceux qui vont le coeur léger. Elle répondit à moult sourires et éclats de rire, se laissant tenter par un regard, un visage et, ma foi, derrière un tas de foin qui les cachait des lampes...et puis, une faim nouvelle au ventre, Rilend se laissa attirer par une auberge bondée et bruyante, animée comme seules savent l'être les auberges passée une certaine heure.
L'idée amusante lui vint, en pénétrant par un battant qui avait bien souffert, qu'elle pourrait y retrouver Libertée. Libertée...son deuxième maître, la pétillante et pétulante jeune femme qui lui avait offert ses ailes il y avait si peu de temps. Pourtant, tant d'expériences s'étaient déjà écoulées depuis !
En commandant au bar, Rilend conclut que oui, elle aurait grand plaisir à revoir Libertée un jour ou l'autre. Ne serait-ce que pour lui montrer qu'elle était toujours en vie, heureuse, et que sa voie la menait toujours sur celle des marchombres.

Le verre à la main, plein d'une bière ambrée et mousseuse, Rilend commanda un plat et précisa qu'elle se trouverait à table quand il arriverait. Le cuisiner, un homme rouge, essoufflé et au bord de l'implosion, lui fit comprendre que l'attente serait longue et la marchombre haussa les épaules avec un sourire désarmant. Seigneur, mais c'était la fête, elle pouvait bien attendre et la nuit n'était pas finie...
C'est pourquoi elle se faufila entre les buveurs attardés, tenant sa chope d'une main sûre et portée haute pour échapper aux secousses et aux heurts. L'auberge était pleine de promeneurs impénitents dont les pieds endoloris réclamaient une pause.
Elle qui aurait voulu s'installer tranquillement dans un coin, pour peut-être sourire à un nouvel éphèbe - elle était en plein dans ce qu'elle appelait pudiquement une période hédoniste - se retrouva à se faufiler à la dernière place libre.
La table de bois massif et poisseux était occupée par un trio plutôt paisible au regard des autres clients tapageurs, composé d'une jeune femme et de deux hommes. Posant sa chope sur la table, Rilend s'excusa poliment :

"Bonsoir. Veuillez me pardonner cette intrusion, mais il est impossible de trouver ne serait-ce qu'un quart de banc ailleurs, et j'ai malencontreusement oublié ma table personnelle sur le dos de mon cheval...partageriez-vous la dernière place libre ?"

Et dans un sourire aimable, de se glisser sur le bois dur.

__________________________________________

*Parce que la panthère en toi peut être apprivoisée
Parce que le plus grand des trésors est la liberté.*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erhan Arfas
Groupe Kabay
avatar

Nombre de messages : 84
Citation : "Je suis désabusé, fatigué. Car nos efforts semblent invariablement nous conduire vers la même chose : Le Chaos." Ezio Auditore da Firenze
Date d'inscription : 23/06/2016

Feuille de personnage
Age: 21
Greffe: Non
Signe particulier: Cicatrice près du coeur. A des visions de son amie d'enfance. Porte la chaînette de celle-ci autour du cou.

MessageSujet: Re: EVENT - La Fête de l'Eté à Al-Chen ! [Tous les volontaires]   Dim 18 Sep 2016, 12:09

La fête d’Al-Chen battait son plein.

Me faufilant dans la foule, je pus admirer brièvement un cracheur de feu, apercevoir des danseurs, effleurer le dos d’un musicien, et écouter les rires et les conversations. L’ambiance était plaisante, bien plus plaisante que ce à quoi je m’attendais. En fait, j’étais presque venu ici à reculons. C’était Hièlstan qui m’avait bien vendu l’évènement, et les rumeurs qui couraient dans la région.

Pourtant, je profitais à peine des festivités. Chaque évènement de ce genre permettait à des personnes plus discrètes… d’accomplir quelques délits.

J’avais d’ores et déjà repéré un jeune garçon, de seize ans peut-être, qui me paraissait louche. Il portait un peu trop attention aux bourses des autres.

Puis, enfin, après cinq minutes passées à l’observer discrètement, je le surpris sur le fait. Il glissa en direction d’un homme qui riait à gorge déployée, une chope à la main, et il se le soulagea discrètement d’une petite bourse qui semblait pourtant bien remplie.

Aussitôt après, il s’éclipsa vers une rue moins animée d’un pas pressé. Je le suivis à distance respectable, et dès l’instant où il s’engagea dans une ruelle, j’accélérai pour ne pas le perdre de vue.

Il s’était arrêté à l’ombre de la rue et regardait dans sa bourse en souriant. Je m’approchai mais il m’entendit et se retourna brutalement. Je dégainai ma dague et dit :

—Si on partage, je ne te dénonce pas.

Il jeta un œil effrayé à mon arme.

—Je ne m’en servirai pas si tu obéis.

Le garçon prit quelques pièces qu’il mit dans sa poche, puis me jeta le bourse avant de tourner les talons et de disparaître. Je soupirai avant de vider la bourse dans la mienne. Je n’étais pas fier de ça, mais c’était un moyen rapide de gagner de l’argent quand on n’en avait plus. Et de toute façon, ce garçon parviendrait certainement à en trouver ailleurs de la même manière, tout comme l’homme qui avait été dépossédé ne m’avait semblé être vraiment de cette catégorie très pauvre du peuple.

C’était donc plus ou moins justifié à mes yeux.

Revenant sur mes pas, je songeai à ce passé de voleur que j’avais pourtant juré de mettre de côté.

On ne changeait pas une manière de vivre du jour au lendemain, si ?


***


Assis sur une marche d’un porche plus ou moins calme, je profitais de la fête sans vraiment y participer. Les cris, la musique, les chants, les rires… Je les entendais, je voyais les gens sourire, je cherchais ceux qui avaient des intentions moins louables. Pourtant, à ma grande surprise, je n’en vis pas d’autre.

Al-Chen était bien différente d’Al-Far.

Là où dans ma ville natale le crime et le vol étaient partout, ici une fête parvenait à rester hors de portée des délits, ou presque.

Pas de violence, pas d’insultes, pas de problèmes. L’atmosphère restait joyeuse et agréable. C’était vraiment surprenant.

Je me levai, comptant finalement dépenser le peu d’argent obtenu de ce gars de tout à l’heure. J’avais faim, vraiment. Il était temps de trouver un endroit où manger. Une auberge, peut-être ?

J’en trouvai rapidement une, mais elle était pleine à craquer, si bien que des gens attendaient dehors. Je mis bien cinq à dix minutes à marcher parmi la foule avant de tomber sur une seconde taverne, légèrement moins remplie. Mais c’était un peu la même chose, finalement. Il y aurait certainement pas mal de temps avant d’être servi, et trouver une table vide relevait de l’impossible.

Mais c’était ça ou chercher indéfiniment une taverne vide… Et une taverne vide un tel jour aurait signifié un repas de faible qualité.

Allez, il fallait bien se lancer…

Juste avant de traverser la route encombrée de danseurs, je remarquai que l’auberge n’avait plus de porte. Des copeaux de bois jonchaient le sol. Comme si elle avait explosé en mille morceaux. Bah, certainement une bagarre qui avait dégénéré dans la journée !

Enfin, faisant fi de mes craintes qui naissaient à chaque fois que j’allais dans un endroit bondé, je m’avançai dans l’auberge.


***


Première chose qui me surprit ; il y avait énormément de monde. Trop de monde. Et beaucoup de bruit, aussi. Ah, les ruelles calmes que j’étais habitué à arpenter me manquaient…

Je dû jouer des coudes pour atteindre le bar. Heureusement, un couple partit au même moment et je sautai sur l’occasion avant de m’installer à l’une des places libres. Le barman me demanda ce que je voulais, et j’optai pour un cocktail de fruits alcoolisés ; à occasion exceptionnelle, boisson exceptionnelle. Je n’étais pas habitué à ce genre de chose trop raffiné à mon goût.

L’homme m’annonça que le service était long avant de se ruer littéralement en cuisine, sûrement pour y préparer d’autres commandes. Je comprenais que le pauvre homme soit surchargé…

Je m’assis sur mon grand tabouret dos au bar, histoire d’observer un peu la salle bondée.

L’ambiance y était plus sympathique que dans d’autres tavernes. Les chants grivois ne résonnaient pas encore, et j’entendais la musique provenant de l’extérieur. Je me surpris même à tendre l’oreille pour mieux écouter quelques notes plaisantes.

Mon regard tomba sur une table où des hommes jouaient aux cartes, puis, à l’opposé de la salle ou presque… j’aperçus un homme portant une bure de Rêveur, que je voyais de dos.

Je songeai brièvement à Hièlstan, mais ça m’étonnait s’il s’agissait de lui. De souvenir, il ne me semblait pas qu’il serait venu dans une auberge bondée pour faire la fête.

Des gens passèrent devant moi, m’empêchant de prêter plus d’attention à lui. Dès que mon champ de vision fut de nouveau libéré, j’observai de loin ceux qui étaient attablés à la table de ce mystérieux Rêveur.

Je remarquai une jeune femme aux cheveux d’un roux flamboyants, ainsi qu’une autre aux cheveux noirs et raides. Là, c’était sûr ; ce n’était pas Hièlstan. Jamais il n’aurait été en si bonne compagnie. Ça ne lui ressemblait pas.

Puis je remarquai qu’il y avait aussi un jeune homme à leur table, de mon âge. Je voyais son profil, mais… c’était moi ou il ressemblait à Kaizo ?

J’aurais bien voulu aller voir mais le barman dans mon dos posa brutalement mon cocktail sur le bar. Je m’en saisis en déposant quelques pièces à la place, et je sirotai la boisson fruitée  sereinement.

Mon regard s’attarda vers la table, mais je doutais toujours. Etait-ce bien Kaizo ? Et Hièlstan ? La lumière tamisée, la distance et les clients qui passaient devant moi sans cesse m’empêchaient de m’en assurer. Quitter ma place, c’était risquer à coup sûr que quelqu’un me la prenne, et si je m’étais trompé et qu’il ne s’agissait que d’inconnus, je regretterai vite mon choix. J’attendrai d’avoir fini mon cocktail pour aller voir ça de plus près.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaizo Morden
Groupe Kabay
avatar

Nombre de messages : 67
Citation : No matter what, my heart will be forever yours and I will fight until the day I see you again
Date d'inscription : 23/06/2016

Feuille de personnage
Age: 20
Greffe: Non
Signe particulier: Cicatrice de l'épaule droite jusqu'au bas du dos

MessageSujet: Re: EVENT - La Fête de l'Eté à Al-Chen ! [Tous les volontaires]   Lun 19 Sep 2016, 15:58

Hièlstan se tourna vers moi, un peu gêné. Il s’apprêtait à répondre à ma petite blague quand la jeune fille aux cheveux de feu prit la parole :

- Enchantée, Kaizo. Ne te trompe pas, Hièlstan est une personne très gentille, mais je ne le connais que depuis ce soir...

Une douce et jolie voix.Agréable à l'oreille. Elle refusa poliment mes brochettes. Dommage elles étaient vraiment bonnes. Hièlstan, lui, accepta de bon cœur.  Me regardant dans les yeux je vis que j’avais piquer sa curiosité en m’adressant si familièrement à Hièlstan :

-- Je m'appelle Aivy. Je peux te demander d'où est-ce que tu connais notre ami Rêveur ?

M’apprêtant à répondre à la demoiselle, Hièlstan me coupa dans mon élan tout en glissant une subtile réponse à ma taquinerie :

-A toi l'honneur, Kaizo. Tu en profiteras pour continuer l'histoire jusqu'à aujourd'hui, j'espère. Je serais curieux de savoir si tu t'en encore battu en pleine ville !

Eh beh… J’en restais surpris, je ne pensais pas que Hièlstan aurait de la répartie. Mes joues s’empourprèrent légèrement à la référence de mon combat contre Erhan quelques semaines plutôt. Et zut, il m’avait bien eu le rêveur. Sourire aux lèvres, je prenais place à table tandis que le serveur m’apportait ma bière. Je me tournai vers Aivy :

- Eh bien, il y a quelques semaines je suis venu à Al-Chen pour visiter la ville et accessoirement me trouver une lame courte. Cependant celle-ci était trop chère, le vendeur un vrai escroc. Ça m’avait mis en rogne… Et pendant que je me baladais un homme m’a violemment bousculé et sur le moment j’ai réagi au quart de tour, cerise sur le gâteau quoi. On s’est battu mais ce fut bref. Et c’est à ce moment que Hièl est apparu pour nous soigner. Enfin nous sommes devenus amis après une histoire rocambolesque dans une auberge.

Je finissais ma chope et regarda la jeune fille en souriant :

-Mais je te rassure je mords pas hein ! dis-je en riant.

À ce moment une femme posa sa propre chope sur la table. Mes yeux quittèrent Aivy pour la nouvelle arrivante. Grande, cheveux noirs. Elle avait l’air sympa. Je lui souris alors qu’elle nous présenta ses excuses pour cette entrée en scène. Elle n’avait pas trouvé de place dans la taverne, en effet celle-ci était bondée. Je regardais les membres assis autour de la table et d’après leur regard pensa qu’il n’y avait en effet aucun problème à ce qu’elle se joigne à nous. Je continuai de sourire et pris deux brochettes dans le sac, j’en tendis une à notre nouvelle compagnonne de table et croquai dans l’autre :

-Plus on est de fous plus on rit non ? Moi c’est Kaizo, je t’en prie assied toi ! Et si tu veux une brochette sers-toi !

Je fini de déguster mon bâton de viande, me tourna pour demander une deuxième chope au serveur. Celui-ci me dit qu’il l’apporterait promptement. Je le remerciais en hochant la tête. J’allais retourner à la conversation quand près du bar, je cru reconnaitre une silhouette familière. Erhan ? Sérieux ? Retrouver Hièlstan et Erhan au même endroit, un miracle. Je bloquai quelques secondes avant de l’interpeller :

-Erhan ! Hey, Erhan viens nous rejoindre ! J’ai des brochettes !

Je me retournai alors qu’il venait vers nous. J’étais heureux d’être avec ces gens et de profiter du moment. Un plaisir. Vraiment. Un sourire étira mes lèvres. Cela faisait longtemps que je n’avais pas ressenti cela.

[HRP: désolé RP court  siffle]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hièlstan Filsèvres
Rêveur
avatar

Nombre de messages : 196
Date d'inscription : 10/04/2016

Feuille de personnage
Age: 35
Greffe: Non
Signe particulier: Porte une bure de Rêveur

MessageSujet: Re: EVENT - La Fête de l'Eté à Al-Chen ! [Tous les volontaires]   Mar 20 Sep 2016, 21:55

Elle était belle, la femme qui s'approcha d'eux ; elle dégageait quelque chose d'assez particulier, quelque chose de félin. Elle avait cet air doux et réservé... Quelque chose de sensible, aussi, une manière de se déplacer, on aurait dit qu'elle ne faisait qu'un avec le reste. Elle devait avoir son âge, estima-t-il ; mais elle semblait plus jeune. Fine, sans doute musclée, et elle avait de l'esprit. Cavalière ; comme Syndrell, songea-t-il brièvement. Elle se glissa avec souplesse à ses côtés.
Il aurait eu envie de lui faire la conversation ; mais aussi, un malaise s'empara de lui. Ils commençaient à être nombreux, serrés, Kaizo et Aivy débordaient d'énergie, tout le monde parlait à la fois, et lui, pauvre Rêveur qui aimait le calme et la sérénité...

Bien qu'il fut en bonne compagnie, il espéra un instant qu'Ora arrive vite, afin qu'il put se retrouver dans une ambiance un peu plus calme. Oh, il ne doutait pas que les rues étaient très animées à l'extérieur aussi, mais au moins ne serait-il qu'en compagnie d'Ora, et à l'air libre.
Il prit alors une décision, et à peine l'inconnue aux cheveux noirs installés que lui-même se levait.


"Prenez-donc ma place, madame."

Il n'avait pas parlé très fort, car il ne s'adressait qu'à elle, mais une fois debout, ce fut à la tablée entière qu'il s'adressa.

"Eh bien, je vais m'en aller. Mon amie ne va pas tarder à arriver... Peut-être nous recroiserons-nous plus tard ?"

Il termina son verre, fit le tour de la table pour dire au revoir à chacun. Avec Kaizo, il se montra plus familier ; avec Aivy, il se contenta d'une poignée de main, mais se pencha à son oreille pour lui dire au revoir. Dans le brouhaha ambiant, cela ne paraîtrait pas suspect, se dit-il.

"C'est un brave garçon, parole de Rêveur."

En s'éloignant d'elle, il lui dit qu'il espérait qu'elle s'amuse bien, et qu'il serait heureux d'avoir l'occasion de la revoir, en prenant soin d'adopter un ton tel qu'on aurait dit qu'il ne faisait que continuer une phrase banale commencée à l'oreille de la jeune femme. Il tenait à ne gêner personne.
Le brun fougueux et la rousse pétillantes iraient bien ensemble, probablement.
La dernière qu'il salua fut la femme aux cheveux noirs, qui avait dit s'appeler Rilend. Il ne lui parla pas à l'oreille, mais à nouveau, il baissa la voix, car ses mots ne s'adressaient qu'à elle.


"Navré de vous quitter alors que vous arrivez à peine, mais je dois retrouver quelqu'un, et l'ambiance ici commence à se faire étouffante pour un Rêveur solitaire..."

Il se rendit compte, alors, que peut-être elle allait mal interprêter ses propos. Elle s'était montrée discrète et polie ; il ne désirait pas qu'elle croie que sa présence soit "étouffante".

"J'espère vous recroiser un jour, pour que nous puissions faire plus ample connaissance."

Il estima que cette femme aurait assez de jugeotte pour comprendre le sens de ses paroles. Il lui adressa un sourire chaleureux, puis à nouveau, à l'adresse de tous :


"Il y aura des Rêveurs présents tout le long de la fête de l'Eté. S'il y a le moindre problème, demandez-nous, ou un guérisseur... Sur ce, bonne soirée à vous !"

Et sur un signe de la main, il s'en alla ; alors, il faillit rentrer dans Erhan. Ah ! Décidément, la Feuille de Chen semblait être le point de ralliement de toutes ses connaissances ! Il n'y manquait plus que Syndrell... Son coeur se serra, et il se rappela qu'Aivy devait détenir une information ; mais déjà, une deuxième tête familière pointait par dessus l'épaule d'Erhan.


"Ah ! Te voilà ! J'avais peur de ne jamais te retrouver !"

C'était Ora ; voilà que tout le débordait à nouveau. Ora, Erhan, Syndrell, Aivy, il ne savait plus où donner de la tête. Déjà, il entendait Kaizo interpeler Erhan ; Ora le tirait par le bras parce qu'il fallait se dépêcher d'aller voir il ne savait quel clou de la soirée il ne savait où.
Il adressa un sourire maladroit à Erhan, une tappe amicale sur l'épaule.


"A bientôt, j'espère. Passe une bonne soirée !"

Et déjà la foule les séparait.

"Je voulais prendre un verre ici mais je n'arrive même pas à accéder au bar ! Viens, on trouvera autre chose dehors, on reviendra quand ce sera calmé !
- Ah, il fallait te dépêcher, c'était plus calme tout-à-l'heure !
- C'est la fête de l'Eté, Rêveur ! Je ne vais tout de même pas sortir habillée comme une souillon !"


Hièlstan ne répondit pas ; il avait les yeux fixés sur cet homme, accoudé au bar, qu'il avait vu discuter avec le serveur, plus tôt. Il Dessinait ! des petites broutilles, pas grand-chose, comme on aurait gribouillé dans une marge pour s'occuper la main... Il se dévissa la tête pour le suivre des yeux le plus longtemps possible -il rêvait de rencontrer un Dessinateur, et celui-là, Hièl le sentait, Dessinait avec plus d'habileté que la plupart des alaviriens- et leurs regards se croisèrent ; mais déjà, l'instant était terminé.

Il passa par l'embrasure de la porte défoncée - défoncée ?! et la nuit pleine de lumières s'ouvrit à lui.
Que la soirée commence !



[Je pars du principe que Rilend a dit son nom, mais c'est pas obligé ça change rien au rp de toute façon :3
Et Hièlstan vous quitte... Peut-être qu'il reviendra plus tard, je ne sais pas :3 Mais c'était un plaisiiir ! Amusez-vous bien <3]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
EVENT - La Fête de l'Eté à Al-Chen ! [Tous les volontaires]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [EVENT MELTED - NEON PARTY ♡ ] We shine forever - OUVERT A TOUS
» event coupe du monde la semaine prochaine
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» - Event II.2 - La Faiblesse des Jedi
» Event 5 : Ecriture & Dessin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Al-Chen-
Sauter vers: