AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Voie de terre et de cobalt [Erwan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hièlstan Filsèvres
Rêveur
avatar

Nombre de messages : 196
Date d'inscription : 10/04/2016

Feuille de personnage
Age: 35
Greffe: Non
Signe particulier: Porte une bure de Rêveur

MessageSujet: Voie de terre et de cobalt [Erwan]   Mer 05 Oct 2016, 13:04

Le lac souffle une brise froide, qui enveloppe le Rêveur et s'insinue par chaque interstice de sa chaude bure.
Le Rêveur s'en moque.
L'air mordant hérisse son crâne lisse, et picote de douleur ses joues mises à mal par le tranchant du rasoir.
Le Rêveur s'en moque.
Ni sa natte, ni son coussin ne peuvent parer à l'humidité glacée qui remonte du sol droit jusqu'à sa colonne vertébrale.
Le Rêveur s'en moque.

Le Rêveur médite.


Au fin fond des pensées de Hièlstan, Syndrell tourne toujours. Depuis des semaines qu'elle est reparue, depuis des semaines qu'elle le hante... Depuis des semaines qu'Ezadrah surgit, floue et menaçante, pleine de spectres terribles et prêts à l'arracher à la vie. A chaque méditation, ce problème. Il ne peut pas y échapper ; des gens souffrent et meurent, en ce moment même. Il le sait. Il sait où. Et il ne fait rien pour eux.
En état d'éveil, cette idée le tourmente. Quand il médite, cette idée n'est qu'une constatation.
Syndrell a dit qu'il ne pouvait rien faire. Syndrell a dit qu'il était en danger s'il tentait quelque chose. Syndrell a dit qu'elle en parlerait à ses amis. Syndrell sait qu'elle aura le soutien des Rêveurs dans son entreprise. Hièlstan doit attendre.

Patience.

Il a toujours été patient. Aujourd'hui, il mène chaque chose avec patience. Patiemment, il attend un signe de Syndrell. Patiemment, il attend la visite d'Erwan.
Il viendra, c'est sur. Il viendra. Hièlstan le sait, il l'a senti, entendu. Il n'a qu'à attendre. Dans sa méditation, surgit Libertée, Marchombre quasiment certaine au cœur si incertain. Dans sa méditation, Gil vole à ses côtés. Marchombre présumé, noir d'une chose qui dépasse le Rêveur. Le Rêveur aimerait revoir cet homme. Il espère qu'il s'est remit de ses blessures. Il espère que Libertée va mieux. Cette femme porte un joli nom.
C'est le nom que devraient porter tous les captifs d'Ezadrah.
C'est le nom de Syndrell leur donnera.

Le bleu de ses cheveux, comme l'océan. L'océan lui manque. Ce manque commence à prendre trop de place dans sa vie active. Il s'infiltre dans beaucoup d'instants. Les lettres de ses proches ne lui suffisent plus vraiment. Il songe à leur rendre une visite. Pour cela, il faudrait trouver une caravane. Refaire le voyage. Affronter les dangers. Pour les voir...


Aidées par l'herbe du Rêveur qu'il a ingurgité plus tôt, les pensées de Hièlstan se firent de plus e plus profondes. Calmes. Il explora beaucoup de choses ; c'était une bonne séance. Elle dura longtemps. Il n'avait, pourtant, pas absorbé plus d'herbe que la dose de rigueur. Depuis que Syndrell était partie, il s'efforçait de ne pas céder à ses tentations douteuses : si elle revenait, il fallait qu'il ait l'esprit clair et alerte.
Il avait honte lorsqu'il songeait que cela pouvait l'aider à réguler sa consommation. Il aurait dû penser ainsi pour chaque patient potentiel. Chaque personne venant frapper à sa porte dans l'urgence méritait un Rêveur à l'esprit clair et alerte. C'était son rôle ! Mais, au fond de lui, une petite voix lui assurait qu'il ne prenait pas de doses dangereuses... Que même s'il dépassait les limites conseillées, il s'était toujours trouvé un mesure d'aider autrui... A part cette fois-ci sur la falaise, mais n'avait-il pas droit à l'erreur ?
Non. Pas si l'erreur mettait en jeu la vie d'autrui.

Quand il sortirait de cette séance de méditation, il aurait clarifié tous ces soucis qui lui pesaient. Pour un temps, du moins.
Quand en sortirait-il ? Bientôt : son corps ne tarderait pas à le ramener à la réalité matérielle par la faim, la soif, ou le besoin de se soulager. Bientôt, il ouvrirait les yeux et constaterait que l'après-midi tombait. Il s'étirerait, se frictionnerait les mains et les pieds pour les réchauffer, puis rentrerait allumer un feu et se préparer une seconde tisane. Après... Après, il verrait bien.

Mais tout ceci pouvait très bien se passer autrement. Peut-être que le gamin qui aimait bien être tout seul viendrait le voir et le tirerait de sa méditation, pour une de leurs drôles de conversations silencieuses. Peut-être que l'herboriste de Brazdul voudrait lui proposer le fruit de sa cueillette journalière, ou lui demander un conseil avisé. Peut-être qu'on viendrait le chercher pour l'amener au chevet d'un malade, ou d'un mourant. Peut-être un homme percé d'une flèche comme Gil allait arriver et se traîner à sa porte. Ou Syndrell.
Ou quelqu'un d'autre.

Hièlstan sut, en se sentant émerger de sa méditation profonde, que ce n'était pas un réveil naturel ; mais presque. Il aurait, d'une manière ou d'une autre, ouvert les yeux peu de temps après ; mais pas en cet instant précis. Quelque chose avait accéléré le processus. Il ignorait quoi. Il tendit l'oreille : rien.
Il ne tourna pas la tête. Il devait d'abord renouer avec ses sens. Aussi, il ne bougea pas d'un poil, le regard fixé sur le lac clapotant. Un instant, il se demanda si cet hiver, le lac gèlerait un peu. Puis, il fit bouger les extrémité de ses doigts, et de ses orteils, activa les muscles de son visage, et laissa son esprit reprendre peu à peu possession de son corps. Il n'était pas pressé.
Si ç'avait été un brigand, il serait assommé depuis longtemps ; si ç'avait été un proche, il se serait approché plus près. Il était vulnérable, quand il méditait ; tellement retranché dans son intérieur que l'on pouvait lui effleurer l'épaule sans qu'il ne s'en rende compte. Cette fois-ci, cependant, il ne sentait pas de danger, et pas vraiment de présence non plus. Depuis qu'il avait émergé, pas un bruissement, pas un craquement de branche, pas un son de respiration, pas un bruit animal. C'était comme s'il était bel et bien seul, pourtant, il était certain que ses sens ne l'avaient pas trompé.

C'était un joli mystère, pour accompagner la fin d'une méditation ; Hièlstan en était heureux. Il se leva, sans se retourner, en déroulant doucement chaque membre de son corps et en faisant rouler ses muscles sous sa peau. Quand, enfin, il se retourna, son visage, déjà auréolé d'une lueur paisible due à la méditation, s'orna d'un grand sourire. C'était à la fois un sourire de bien-être, de bienvenue, de surprise, d'invitation, et de joie.


"Erwan."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwan Narcos
Admin
avatar

Nombre de messages : 3457
Citation : L'amour c'est l'Harmonie des sentiments
Date d'inscription : 18/10/2008

Feuille de personnage
Age: 36 ans
Greffe: Lames dans le prolongement du cubitus et du radius
Signe particulier: Se tranforme en jaguar ; A une fille avec Miss : Yllena

MessageSujet: Re: Voie de terre et de cobalt [Erwan]   Mar 20 Déc 2016, 00:39

Se penchant en avant, Erwan flatta l'encolure recouverte de sueur de sa jument qui galopait avec entrain à vive allure. Le ciel était clair, et rien ne pressait vraiment, pourtant. Mais Joya avait de l'énergie à revendre, et lui avait clairement besoin de se vider la tête.
Trop de choses y tournaient, et s'y retournait sans cesse. Surtout depuis qu'il avait quitté Al-Jeit… Non, en fait, depuis qu'il avait rallié Al-Jeit avec Libertée. Pourtant, pendant le voyage, tout était clair pour lui. Limpide, même. Mais la Marchombre ne facilitait pas les choses. Alors, comment pouvait-il se comporter alors qu'il sentait l'intérieur de lui-même déchiré entre deux décisions ?
Qu'est-ce qu'il voulait, lui, au fond de lui ? Sans prendre en compte ce que son ego qui avait refait surface quelques semaines plus tôt lui disait… Ou en tout cas, voulait lui faire croire.


En soi, c'était plutôt évident : il voulait que Libertée soit heureuse.
Cependant, ce qui le faisait douter, c'était la manière dont elle pourrait l'être. Après tout, elle était la seule à pouvoir savoir exactement ce qui pouvait la rendre sereine. Mais il lui semblait, pourtant, à lui, humble homme qui ne la connaissait finalement pas si bien que ça, qu'elle était complètement perdue dans ses propres sentiments et émotions, et que par ce chaos intérieur elle repoussait sa chance de pouvoir profiter de la vie, et elle ne s'accordait même pas le droit d'être heureuse… Par culpabilité ? Autre chose ?
A cela, il était bien incapable de répondre.


Pourtant, il considérait qu'il était suffisamment sensible pour éprouver de l'empathie et comprendre ce que les autres pouvaient ressentir. Et savoir ou du moins avoir une idée d'où tout cela pouvait venir. Mais peut-être parce que lui aussi était impliqué émotionnellement dans ce noeud de problèmes, il ne parvenait plus à prendre suffisamment de recul pour se décider si Libertée avait retrouvé suffisamment d'elle-même pour s'accorder des instants de plénitude et de joie. Pour elle-même, et pas pour les autres et par les autres.


Secouant la tête, Erwan se pencha un peu plus sur l'encolure de Joya, qui renâcla avant d'accélérer encore.
En réalité, il ne savait pas vraiment où il allait.
Ou alors, si, peut-être bien.


Dans une cabane près du Lac Chen.
Une maison, tout près de celle de Libertée.


Un frisson remonta le long de son échine quand il se souvint des flammes et de la maison qui explosait presque littéralement alors que Libertée et lui étaient dedans.
Non, ne pas y repenser.


Galoper de tout son soûl.



*

I'll never be the same
I'm caught inside the memories, the promises
are yesterdays and I belong to you.
I just can't walk away
'cause after loving you
I can never be the same

*



La rive du Lac Chen se découpait dans l'aube qui avançait au rythme du soleil. Les ombres s'étiraient déjà, et la fraicheur de la journée se transformait en froid insidieux et sombre qui se glissait dans n'importe quel interstice.
Un soupir franchit les lèvres d'Erwan alors qu'il longeait les dernières maisons du village qu'il venait de traverser. La maison qu'il cherchait n'était plus très loin, il le savait.
Il s'en souvenait.


Et soudain, dans l'air piquant et se remplissant la buée de son souffle et de celui de Joya, une nouvelle maison rabougrie mais charmante fait son apparition. Un peu plus loin, une silhouette se découpait, près de la rive du Lac.
Hièlstan.
Sa bure le rendait reconnaissable, et Erwan clignant des paupières alors qu'il comprenait que l'homme était en pleine séance de méditation. Descendant de sa monture, le Marchombre laissa Joya paiser tranquillement et s'approcha sans un bruit du Rêveur.


Il n'avait pas l'intention de le déranger et attendait simplement qu'il reprenne possession de son corps et de ses sens avant de s'avancer de quelques pas lorsqu'il tourna la tête dans sa direction.

- Erwan.

Le Marchombre sourit.

- Hièlstan, répondit-il d'une voix basse, dans un demi-sourire.
Le Rêveur lui avait dit de passer, il était donc là, finalement. Pas exactement parfaitement à son aise, mais pas anxieux pour autant.


Juste curieux.

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hièlstan Filsèvres
Rêveur
avatar

Nombre de messages : 196
Date d'inscription : 10/04/2016

Feuille de personnage
Age: 35
Greffe: Non
Signe particulier: Porte une bure de Rêveur

MessageSujet: Re: Voie de terre et de cobalt [Erwan]   Mar 24 Jan 2017, 19:15

L'homme n'avait rien perdu de son charisme et de sa superbe, et Hièlstan fut encore surpris de constater comme il était grand, en s'approchant de lui.
Ses cheveux restaient résolument blancs, et il se déplaçait, comme dans son souvenir, avec une grâce féline étonnante quand on considérait sa carrure.
Etonnante, du moins, si on ne connaissait pas ces gens étranges et fascinants qu'étaient les Marchombres...

Erwan était-il une sorte de chef, chez eux ? Les Marchombres confirmaient qu'il avait rencontrés semblaient tous le connaître ; Inwëlle, Rilend et Syndrell avaient toutes les trois adopté comme une attitude différente lorsqu'elles avaient évoqué son nom. Aucune, cependant, ne lui avait révélé en détail leur relation avec cet homme ; aux yeux d'Hièlstan, il restait un mystère.

Sa visite à la maison des parents de la femme nommée Libertée n'avait fait qu'ajouter aux zones d'ombres ; il avait découvert un colosse capable d'une discrétion infinie, dégageant une aura troublante, possédant cette fameuse greffe Marchombre à laquelle Hièlstan ne comprenait pas grand-chose... Mais le plus intriguant, sans nul doute, c'était cette présence, cette sorte de vie supplémentaire qu'il avait sentie remuer dans le corps de l'homme.
L'entretien d'aujourd'hui amènerait-il des réponses à ses questions ? Oserait-il lui demander des précisions quand à ce qu'il avait vu ? Peut-être, si le courant passait suffisamment bien, s'il sentait l'homme en face de lui réceptif ; pour l'instant, il ressentait surtout une distance polie.

Erwan n'était là que parce que Hièlstan l'avait invité à venir, parce qu'il lui avait dit avoir quelque chose à lui remettre, non pas par sympathie ou désir de compagnie.

Il inclina légèrement la tête, et invita le Marchombre à le suivre à l'intérieur.


___

Dans la petite pièce sommairement meublée, il faisait encore bon ; Hièlstan invita son hôte à s'assoir, le laissant choisir entre les chaises et la petite table à manger, ou le canapé et sa modeste table basse. Il alla agiter les braises du feu, et y relança une bûche pour le faire partir ; il ne s'habituait décidément pas au froid qui venait du Nord, et que charriait le grand lac.

"Merci de vous être déplacé. Je vois que vous vous êtes remis de l'accident."

Simple constatation tandis que Hièlstan allait mettre de l'eau à chauffer pour servir un thé à Erwan. Il eut une pensée pour Libertée, qui, elle, avait été plus durement touchée par l'explosion.

"J'espère que Libertée va bien, elle aussi. J'ai recroisé Gil près des Dentelles Vives il y a quelques semaines, d'ailleurs. Etrange comme le monde semble être régit par des coïncidences, lorsque l'on a mis les pieds à Al-Chen..."

Il percuta qu'il venait de glisser sans s'en rendre compte vers le sujet qui l'avait poussé à inviter Erwan chez lui.

"Je suis originaire du Sud, je suis arrivé à Al-Chen il y a quelques mois. Pour la première partie de mon voyage, j'ai été accompagné d'une Marchombre qui s'appelle Inwëlle. Je ne connais pas son nom entier... Mais elle m'a parlé de vous. Elle m'a chargé de vous remettre..."

Il était déjà penché sur son bureau ; il n'eut pas à chercher, car le papier plié et scellé par un cachet de cire occupait une place de choix, afin qu'il ne le perde pas.


"Ceci."

Il le tendit à Erwan, s'en retourna à son eau qui chauffait.

"Puis, d'Al-Jeit à Al-Chen, j'ai voyagé dans une caravane aux côtés de Syndrell. Nous nous sommes revus depuis, je l'apprécie beaucoup. Et enfin, à la fête de l'Eté, j'ai croisé une dénommée Rilend."

Il appréciait aussi beaucoup Rilend, mais préféra taire ce point.


"Alors vous comprenez ma surprise quand Gil m'a mené à vous... Tout le monde ici semble savoir qui vous êtes. A vrai dire, je comprends mieux pourquoi maintenant."

Il servit deux généreuses tasses de thé, les apporta précautionneusement avec un petit plateau de fruits d'hivers et de gâteaux secs, et s'installa en compagnie du Marchombre.

"Personne, cependant, ne m'a vraiment parlé de vous ; mais ce n'est pas par curiosité que je vous ai proposé de venir. C'est Inwëlle qui m'a conseillé de m'adresser à vous pour obtenir peut-être certains éclaircissements... Connaissez-vous bien la région ? Les gens qui y résident, la faune locale, le climat, les mentalités ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwan Narcos
Admin
avatar

Nombre de messages : 3457
Citation : L'amour c'est l'Harmonie des sentiments
Date d'inscription : 18/10/2008

Feuille de personnage
Age: 36 ans
Greffe: Lames dans le prolongement du cubitus et du radius
Signe particulier: Se tranforme en jaguar ; A une fille avec Miss : Yllena

MessageSujet: Re: Voie de terre et de cobalt [Erwan]   Mer 25 Jan 2017, 17:24

La maisonnette était simplement meublée, mais il se dégageait de son intérieure une profonde sérénité et des vibrations positives et calmes. Le bois vieillit avait sa propre âme, qui ondulait et se distribuait dans les légers courants d'air entre les pièces, le long des portes qui s'ouvraient et se fermaient, des étagères et des mouvements des deux hommes dans la salle principale.


Oui, il s'était remis de l'accident, mais tout n'était pas encore exactement clair dans son esprit. Après tout, Libertée restait inaccessible, et il était hors de question de l'obliger à faire un quelconque choix. Il s'éloignait d'elle, pour elle, pour lui. Même si cette évidence ne se parait pas encore exactement des couleurs de la certitude, Erwan savait qu'il était sur le chemin qui s'accordait le plus à lui-même.
A sa Voie.

- J'espère que Libertée va bien, elle aussi. J'ai recroisé Gil près des Dentelles Vives il y a quelques semaines, d'ailleurs. Etrange comme le monde semble être régi par des coïncidences, lorsque l'on a mis les pieds à Al-Chen…
Intrigué par les paroles du Rêveur, Erwan redressa légèrement le menton. Il sentait venir une nouvelle coïncidence, quelque chose de vraiment spécial, sans parvenir à mettre le doigt dessus. Quand Hièlstan se pencha sur son bureau pour attraper une lettre cachetée posée dessus, le Marchombre ne put s'empêcher de froncer très légèrement les sourcils, surpris.


Une lettre ?
D'Inwëlle ?
Ceci était encore plus surprenant. La jeune femme ne s'exprimait que très rarement, et si sa langue s'était un peu déliée avec son apprentissage, il s'étonnait de voir qu'elle avait écrit quoi que ce soit. A son égard d'autant plus. Non pas qu'il doutait qu'elle pensait à lui, ce n'était simplement pas quelque chose de naturel chez elle l'écriture, ou ce type de moyen de communication.
Lui, il avait régulièrement ses apprenties en tête, que ce soit Alaya, Inwëlle, Rilend ou Crystal. Il savait qu'elles n'étaient pas loin, qu'elles n'allaient pas mal ; il pouvait le sentir quand le matin il montait au sommet d'un arbre pour écouter le monde.
Et cela lui suffisait.


Il saisit la lettre du bout des doigts, toujours intrigué par ce morceau de papier. Et la cire qui cachettait l'enveloppe.

- Puis, d'Al-Jeit à Al-Chen, j'ai voyagé dans une caravane aux côtés de Syndrell. Nous nous sommes revus depuis, je l'apprécie beaucoup. Et enfin, à la fête de l'Eté, j'ai croisé une dénommée Rilend.
Soulevant les sourcils par tout ce monde qui avait croisé Hièlstan - et que lui-même connaissait plutôt bien, il devait bien l'admettre - il ne pouvait que comprendre la surprise du Rêveur de l'avoir rencontré après cette série de coïncidences.

- Tout le monde ici semble savoir qui vous êtes. A vrai dire, je comprends mieux pourquoi maintenant.

Erwan haussa un sourcil : il comprenait mieux ?
Lui, il ne comprenait pas ce qu'il y avait à comprendre. Simplement, beaucoup de Marchombres passaient par l'Académie. Peut-être était-ce à cela que pensait Hièlstan ? Cependant, Gil était loin d'être un Marchombre - au contraire, même. Et la mère de Libertée, c'était la même chose - même si à vrai il, Erwan avait plus confiance en elle qu'en Gil.
Secouant la tête, le jeune homme poussa une petite inspiration et son regard tomba sur la lettre entre ses doigts. Il la fixa quelques secondes encore, ne sachant pas ce qui pouvait s'y trouver. Cela l'intriguait, mais en même temps il ne savait pas ce qu'il allait y trouver : et si c'était une mauvaise nouvelle quelconque ?

- Personne, cependant, ne m'a vraiment parlé de vous ; mais ce n'est pas par curiosité que je vous ai proposé de venir. C'est Inwëlle qui m'a conseillé de m'adresser à vous pour obtenir peut-être certains éclaircissements... Connaissez-vous bien la région ? Les gens qui y résident, la faune locale, le climat, les mentalités ?
Se redressant, Erwan ne put s'empêcher de sourire en aidant le Rêveur à répartir les tasses et les en-cas sur la table. Cet homme avait décidément l'art de recevoir, et…


La mine du Marchombre s'assombrit un instant.
Hièlstan avait un chez-lui, c'était simple mais douillet, et cela semblait bien le représenter. En pensant à cela, Erwan ne pouvait que faire le lien avec leur maison face à l'Océan, et un pincement dans la poitrine lui indiqua que ça lui manquait.
Un chez-lui.
Il avait l'Académie, oui, et Ylléna s'y sentait certes comme chez elle, mais avait besoin de bouger. Il n'avait aucune utilité à avoir un toit de plus au dessus de la tête. Pourtant… Se rendant compte qu'il commençait à divaguer, il s'ébroua un instant, revenant à la conversation.

- Cela fait un moment que je suis dans la région, bien que je voyage beaucoup, oui. Ma fille est née par ici il y a presque douze ans maintenant, dit-il en souriant, avant d'avaler une gorgée du thé brûlant. La saveur ronde et un peu âpre se glissa sur son palais et le long de sa langue, lui tirant un petit frisson de plaisir. C'était bon.
- Que voulez-vous savoir exactement ? demanda-t-il, invitant Hièlstan à s'exprimer ouvertement, avec un petit sourire encourageant.

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hièlstan Filsèvres
Rêveur
avatar

Nombre de messages : 196
Date d'inscription : 10/04/2016

Feuille de personnage
Age: 35
Greffe: Non
Signe particulier: Porte une bure de Rêveur

MessageSujet: Re: Voie de terre et de cobalt [Erwan]   Mer 25 Jan 2017, 21:47

L'homme n'était pas très expressif ; mais Hièlstan, en observateur aguerri, pouvait discerner les expressions légères qui parcouraient son visage au fil de ses paroles.
Chez lui, la surprise se résumait à une légère moue et à un froncement de sourcils, un haussement de sourcil équivalait à une question, et un trouble se traduisait par un bref regard un peu lointain, un subtil hochement de tête...

Il le laissa parler en silence ; le Rêveur prit son temps et s'exprimait avec un débit sur et mesuré, parce que c'était ce qui convenait le mieux à la situation.
Ce ne fut que quand il se fut assis et que tout fut immobile un instant qu'Erwan prit enfin la parole. Lui aussi avait un débit patient et maîtrisé.


"Cela fait un moment que je suis dans la région, bien que je voyage beaucoup, oui. Ma fille est née par ici il y a presque douze ans maintenant."

La première réaction de Hièlstan fut un pincement au coeur ; ainsi, il connaissait le bonheur d'avoir un enfant. Douze ans... Il estimait qu'Erwan avait à peu près son âge, mais c'était dur à définir. Ses cheveux blancs brouillaient les pistes, ainsi que l'aura qu'il dégageait. Peut-être était-il plus vieux, finalement, surtout s'il avait une enfant qui avait déjà douze ans.
Cela lui rappela sa discussion sur la parentalité avec Rilend, lors de son retour de voyage d'Al-Far ; elle lui avait dit qu'elle connaissait des Marchombres parents, que ses Maîtres avaient eux-même des enfants.
Etait-il possible que... ? Erwan serait-il bien plus vieux que ce que Hièlstan n'imaginait ?

Là n'était pas le sujet.

Il connaissait la région depuis douze ans ; ainsi, Inwëlle ne lui avait pas indiqué ce contact au hasard. Il présumait que la jeune femme, peu encline à la compagnie, n'avait pas beaucoup d'amis ; Erwan devait être un des rares qu'elle connaissait à Al-Chen, qui y avait résidé longtemps et y résidait toujours.
Il voyageait beaucoup, évidemment ; cela semblait aller de pair avec la voie des Marchombres.

Que voulez-vous savoir exactement ?

Question directe, les yeux dans les yeux, un sourire pour en ôter tout soupçon d'hostilité ; c'était un homme franc, et qui était à l'aise avec les autres.
Cela plut à Hièlstan ; il décida qu'il pouvait avoir confiance en lui. Mais n'avait-il pas déjà décidé de ça bien avant de le rencontrer ?
Il lui répondit d'abord par un autre sourire.


"Je ne suis pas venu ici sans but ; en vérité, j'avais à la fois besoin de m'isoler un peu de ma confrérie, et il se trouvait que mes maîtres cherchaient un volontaire pour voyager jusqu'à Al-Chen et ne pas en revenir de suite.
Vous savez probablement que la seule confrérie dans les environs de cette ville est Chériane, et que ce n'est pas une très grosse confrérie, par rapport à la taille d'Al-Chen. Les confréries les plus proches de Chériane sont à plusieurs jours de cheval du lac."


A son tour, il avala un peu de thé.

"Les maîtres de ma confrérie -Naoniane, sur les rivages du Sud, pas très loin d'Al-Jeit- entretiennent des liens avec les maîtres de Chériane. Ils ont eu l'idée..."

Il marqua une brève hésitation.

"Ils ont eut l'idée que, peut-être, nous pourrions implanter une nouvelle confrérie dans les environs d'Al-Chen, à quelque chose comme une journée de cheval de Chériane, afin que les soins des Rêveurs soient plus accessibles."

Il marqua une nouvelle pause, afin de laisser le temps à son interlocuteur d'engranger les informations. D'instinct, il savait qu'Erwan était un être assez sensible pour savoir quand un orateur marquait des pauses, et quand il avait terminé de parler.

"Cette confrérie serait fondée par des Rêveurs de Naoniane ; nous y sommes en excès, et plusieurs d'entre nous ont la volonté de découvrir de nouveaux lieux. C'est pourquoi ils m'ont envoyé en reconnaissance.
Je suis ici pour voir si ce projet est réalisable, et surtout s'il est souhaitable. Vous comprenez, nous ne vivons que des dons des Alaviriens et des financements un peu maigres de l'empire. Bâtir une confrérie demandera un gros investissement, surtout jusqu'à ce que nous disposions de vergers et potagers aptes à subvenir à nos besoins. Aussi, si les gens d'ici n'ont pas besoin de nous, nous ne viendrons pas."


Il épluchait un petit agrume rosé tout en parlant, sans trop détacher ses yeux du visage d'Erwan.

"Aussi, je suis en charge de voir quels types de soins demandent les gens d'ici, si des maladies sévissent, si la région représente des dangers qui méritent que des Rêveurs soient sur place, comme l'océan et ses falaises dans le Sud, par exemple. Je dois aussi m'assurer de comprendre le sentiment des habitants des environs à l'égard des Rêveurs ; dans certaines régions, les gens ne nous apprécient guère. Si l'idée se concrétise, alors je devrais démarcher pour trouver un endroit approprié, et préparer les habitants à voir s'installer une nouvelle confrérie parmi eux."

Le fruit était plutôt bon ; un peu acide, mais bien juteux. C'était quelque chose qui ne poussait pas dans son Sud natal.

"Aujourd'hui, je sais que la confrérie de Chériane a beaucoup de travail, sans pour autant que les gens se plaignent d'un manque significatif de Rêveurs. Je sais qu'il y a peu de prédateurs dangereux sur les rives du lac, un peu plus quand on s'éloigne dans les terres et du côté d'Ombreuse. Le terrain ne présente pas de dangers d'accidents particuliers. La ville, en revanche, est un peu plus dangereuse ; elle est grande, ce qui augmente les frictions, les bagarres, les accidents domestiques. Je sais que les gens ne sont pas hostiles aux Rêveurs ; j'ai été moi-même bien accueilli. La flore est suffisamment diverse et abondante pour que nous disposions de tout ce dont nous avons besoin à ce niveau."

Là, à nouveau, il marqua une pause.


"Enfin, je sais de manière assez floue qu'il y a beaucoup de Marchombres dans le coin d'Al-Chen. Et je sais, pour avoir discuté avec plusieurs d'entre vous et en avoir soigné au moins la moitié, que vous vous exposez fréquemment au danger."

Syndrell qui avait plongé dans l'incendie par bravoure, Kaizo et Erhan qui s'étaient battus en ville, Kaünis qui s'était salement ouvert le bras il ne savait trop comment, Erwan, Libertée et Gil avec leur explosion, et le dernier nommé qui avait réussi à se faire harponner par une flèche...
Même s'il pensait que plusieurs d'entre eux n'étaient pas des Marchombres mais plutôt des Mercenaires du Chaos, ils étaient néanmoins reliés, et formaient visiblement tous une cliente fidèle des confréries.


"J'ai expliqué brièvement mon but à Inwëlle, et elle m'a suggéré que vous seriez peut-être en mesure de m'éclairer un peu."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwan Narcos
Admin
avatar

Nombre de messages : 3457
Citation : L'amour c'est l'Harmonie des sentiments
Date d'inscription : 18/10/2008

Feuille de personnage
Age: 36 ans
Greffe: Lames dans le prolongement du cubitus et du radius
Signe particulier: Se tranforme en jaguar ; A une fille avec Miss : Yllena

MessageSujet: Re: Voie de terre et de cobalt [Erwan]   Jeu 26 Jan 2017, 22:26

Fonder une confrérie près du Lac Chen.
C'était, en résumé, ce pour quoi était venu Hièlstan. Il était vrai que la région avait de quoi faire attraction, et la ville avait besoin de guérisseur sans aucun doute. De là à créer une nouvelle confrérie ? Erwan ne savait pas trop. Ce qui était certain, c'était que en effet, cela pourrait être utile pour beaucoup de choses ; cependant il n'était pas naïf : entretenir de tels services et surtout les mettre en place n'était pas quelque chose de facile ou rentable immédiatement ou même en quelques mois.
Cela prendrait sans doute des années à se mettre en place, à pouvoir subvenir à ses propres nécessités, autant pour la nourriture que pour d'autres choses ; les gens faisaient bien des dons aux Confréries de Fériane, Tintiane et Ondiane.


Mais à côté de cela, et d'un point de vue totalement subjectif concernant l'Académie, il était clair qu'avoir une confrérie, même petite, près du Lac serait d'une grande utilité.
Il ne voulait pas donner trop d'indices à Hièlstan, d'autant qu'il semblait déjà en savoir beaucoup, sur les Marchombres en général.


D'ailleurs Erwan se souvint vaguement du visage surpris du Rêveur quand il l'avait soigné, quelques semaines plus tôt. En réalité, les Rêveurs en savaient beaucoup sur les Marchombres, bien au delà des rumeurs qui pouvaient courir, c'était clair.
Clignant des paupières, l'homme prit une inspiration.



- Le terrain n'est pas si exempt de dangers que cela, on a quand même beaucoup de prédateurs qui remontent jusqu'au Lac Chen pour avoir accès à de l'eau et au gibier, plus abondant sur les rives du lac. La région n'est pas extrêmement sûre non plus, avec les marécages environnants et les forêts, beaucoup de petits groupes de brigands sévissent et sont parfois un peu trop agressifs…
Prenant une inspiration, le Marchombre porta le thé à ses lèvres et en avala une gorgée doucement. Il était brûlant mais délicatement parfumé.
- Mais oui, au delà de ça, la vie dans Al-Chen peut être rude et les soigneurs, s'ils font de leur mieux, n'ont pas du tout le même type de compétences que les Rêveurs. Je pense sincèrement qu'une Confrérie par ici sera bien accueillie…
Il eut un petit sourire mystérieux qu'il tenta de cacher en prenant une nouvelle gorgée.

- Et personnellement, je suis persuadé que cela sera d'une grande aide, dans la région, en effet. J'ai déjà fait les heures de cheval à toute allure pour ma fille, notamment. Et beaucoup de personnes seraient rassurées d'avoir des Rêveurs plus proches et accessibles.

Il poussa un petit soupir en se redressant légèrement, sa tasse toujours fumante entre les doigts. Son regard vogua de la surface du thé à la pièce autour de lui, lentement, avant de revenir sur le Rêveur. Il semblait mesuré, calme, patient, mais également très tolérant et ouvert. Aucun doute sur les raisons qui avaient pu pousser ses confrères à lui faire confiance pour une telle idée. Il avait quelque chose de chaleureux.



- Mais vous savez, les Marchombres sont partout… et nulle part, ajouta-t-il dans un clin d'oeil. Puis, il tourna le regard vers la maison et son sourire s'élargit. Cela fait longtemps que vous êtes ici ? Cette maison a un sacré caractère, on la sent rayonner… fit-il dans un souffle, se grattant légèrement le menton de sa main droite.

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hièlstan Filsèvres
Rêveur
avatar

Nombre de messages : 196
Date d'inscription : 10/04/2016

Feuille de personnage
Age: 35
Greffe: Non
Signe particulier: Porte une bure de Rêveur

MessageSujet: Re: Voie de terre et de cobalt [Erwan]   Mer 01 Fév 2017, 21:07

"Le terrain n'est pas si exempt de dangers que cela, on a quand même beaucoup de prédateurs qui remontent jusqu'au Lac Chen pour avoir accès à de l'eau et au gibier, plus abondant sur les rives du lac. La région n'est pas extrêmement sûre non plus, avec les marécages environnants et les forêts, beaucoup de petits groupes de brigands sévissent et sont parfois un peu trop agressifs…"

Ah ! Eh bien, cette discussion ne serait pas stérile, il avait déjà appris quelques renseignements. Il interrompit Erwan d'un signe poli, et se leva lestement pour aller chercher un petit carnet réservé à l'usage de cette sorte de mission, et griffonna rapidement quelques mots pour ne pas oublier ce qu'Erwan lui avait dit.
C'était une prise de note concise ; il ne voulait pas mettre son interlocuteur mal à l'aise.


"Mais oui, au delà de ça, la vie dans Al-Chen peut être rude et les soigneurs, s'ils font de leur mieux, n'ont pas du tout le même type de compétences que les Rêveurs. Je pense sincèrement qu'une Confrérie par ici sera bien accueillie…"

Hièlstan répondit au sourire de mystère d'Erwan par un sourire de connivence ; oui, il voyait de quel genre de "clients" il voulait parler. Il aimait bien cet homme, qui savait lire entre les lignes et s'exprimer à demi-mots. C'était le genre de conversations qui lui plaisait beaucoup, qui lui donnait l'impression d'utiliser tous ses esprits.
Il y avait effectivement pas mal de soigneurs à Al-Chen, et c'était une branche dans laquelle le travail ne manquait pas, par ici. Cependant, jamais ces gens ne se trouveraient en manque de client par la faute de l'implantation d'une nouvelle confrérie ; les gens ne se rendaient pas chez les Rêveurs et les soigneurs pour les mêmes raisons.


"Et personnellement, je suis persuadé que cela sera d'une grande aide, dans la région, en effet."

Hièlstan fut singulièrement heureux d'entendre ces mots succéder à ceux, encourageants, que le Marchombre venait de prononcer.
A vrai dire, il ne s'en était pas bien rendu compte mais il semblait que cette mission d'implantation lui tenait plus à coeur que ce qu'il aurait pu penser. Elle n'avait pas été au centre de ses préoccupations, ces derniers-mois ; il s'était plutôt centré sur lui-même, décidant de remettre ses investigations au moment où il rencontrerait Erwan.

Maintenant, il se sentait prit d'une fougue toute nouvelle, de l'envie d'aller arpenter la campagne pour monter son projet, pour en parler aux gens, de trouver un emplacement...
Un emplacement qui puisse arranger les Marchombres, ce serait le mieux, car ils seraient visiblement assez demandeurs des soins des Rêveurs.


"J'ai déjà fait les heures de cheval à toute allure pour ma fille, notamment. Et beaucoup de personnes seraient rassurées d'avoir des Rêveurs plus proches et accessibles."

Il s'apprêtait à demander avec un peu de subtilité à quel endroit les Rêveurs pourraient se montrer "proches et accessibles" ; mais, alors qu'il ouvrait la bouche, le géant aux cheveux de neige reprit la parole.

"Mais vous savez, les Marchombres sont partout… et nulle part."

Ce coup-ci, Hièlstan en resta bouche-bée. Erwan avait-il le pouvoir de lire dans les pensées ?
C'était une sensation qu'il avait déjà expérimentée avec plusieurs personnes, mais avec les Marchombres, c'était encore plus récurrent, presque systématique. Etait-ce une particularité dont ils étaient dotés, une chose qu'ils apprenaient à force d'ouverture d'esprit et d'harmonie, puisque ce mot semblait important, avec leur interlocuteur, ou était-ce une sorte de pouvoir qu'ils acquéraient, comme leur greffe peut-être ?
Ou tout simplement étaient-ils des êtres plus sensibles que la moyenne, plus à l'écoute des détails...


"Cela fait longtemps que vous êtes ici ? Cette maison a un sacré caractère, on la sent rayonner…"

Hièlstan sourit de l'intérêt d'Erwan, et de son attitude visiblement détendue. Cela l'aurait gêné qu'il n'ait pas apprécié la visite un peu forcée. Il remarqua du coin de l'oeil qu'Erwan n'avait pas ouvert la lettre ; normal, c'était probablement quelque chose de personnel, qu'il ne voulait pas lire chez un quasi inconnu.

"Je suis arrivé au début de l'été. La maison était abandonnée, comme les trois autres un peu plus loin sur la plage, mais j'ai tout de suite eu le coup de coeur pour celle-ci. J'ai embauché un charpentier pour la rénover, puis je me suis débrouiller pour récupérer des meubles, en bricoler d'autres...
Je l'adore, cette petite maison ; et les gens s'y sentent bien, alors, c'est le principal. J'ai un peu plus de mal à me faire au climat... Et vous, vous avez un pied-à-terre dans le coin ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwan Narcos
Admin
avatar

Nombre de messages : 3457
Citation : L'amour c'est l'Harmonie des sentiments
Date d'inscription : 18/10/2008

Feuille de personnage
Age: 36 ans
Greffe: Lames dans le prolongement du cubitus et du radius
Signe particulier: Se tranforme en jaguar ; A une fille avec Miss : Yllena

MessageSujet: Re: Voie de terre et de cobalt [Erwan]   Jeu 16 Fév 2017, 01:29



[ Visage qui se ferme ]

- J'avais une maison près de l'océan, oui.

[ Regarde sa tasse ]

- Après, actuellement, pas vraiment. Ça me manque.






[ Pas très loquace, et j'ai préféré répondre en dialogue !]

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hièlstan Filsèvres
Rêveur
avatar

Nombre de messages : 196
Date d'inscription : 10/04/2016

Feuille de personnage
Age: 35
Greffe: Non
Signe particulier: Porte une bure de Rêveur

MessageSujet: Re: Voie de terre et de cobalt [Erwan]   Jeu 23 Fév 2017, 21:24

"Je suis désolée. J'ai toujours eu la chance d'avoir un lieu où je me sentais chez moi... Je crois que c'est important, même si l'on voyage beaucoup, comme vous. Mais..."

[hésitation]

"Si cela vous manque... Pourquoi ne pas vous retrouver une petite maison, pour vous et votre fille ? Je suis certain que le bien-être que l'on ressent à un endroit dépend en grande partie des personnes qui y sont liées. Alors j'imagine qu'avec son enfant, on peut se sentir chez soi partout..."

[secoue la tête, sourit]

"Mais je ne fais qu'imaginer. Je suis navré de vous avoir amené sur ce sujet."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwan Narcos
Admin
avatar

Nombre de messages : 3457
Citation : L'amour c'est l'Harmonie des sentiments
Date d'inscription : 18/10/2008

Feuille de personnage
Age: 36 ans
Greffe: Lames dans le prolongement du cubitus et du radius
Signe particulier: Se tranforme en jaguar ; A une fille avec Miss : Yllena

MessageSujet: Re: Voie de terre et de cobalt [Erwan]   Mer 26 Avr 2017, 20:46

- Il est encore difficile pour moi de pouvoir me projeter dans une maison quelconque. Mais non, un enfant a besoin de repères fixes pour pouvoir se développer. Heureusement, ma fille en a, on peut considérer cela comme une maison, simplement nous ne sommes pas seuls à y vivre.


[ sourit doucement ]


- Ce n'est pas votre faute, vous ne pouviez pas savoir.


[ Reprend une gorgée de sa tisane ]



__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Voie de terre et de cobalt [Erwan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Probabilité d’un nouveau tremblement de terre 5.0 avant 21 février
» tremblement de terre haiti
» Entre Ciel et Terre [pv Nuage d'Or et Nuage Enneigé]
» Un temple sous terre [PV Kusari]
» 7.0 earthquake hits Haiti / Puissant tremblement de terre en

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Lac Chen-
Sauter vers: