AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 [-16] I can always see them coming... [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 231
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: [-16] I can always see them coming... [Libre]   Mar 18 Oct 2016, 04:36

Après tout ce qui m'est arrivé dans les tavernes, on pourrais croire que je n'y entrerais plus...

Pourtant, malgré la rencontre mouvementé avec Gil qui est encore fraîche dans ma mémoire - ou peut-être à cause de ça - je suis attirée par cet endroit...

Drôle de nom, pour une genre de taverne-auberge, quand même, ''Le Zoanne''... Mais le logo est joli et le type qui s'en occupe, apparemment le proprio est souvent absent, est plutôt craquant, même s'il a ce regard un peu triste dès qu'il croise le logo... Mauvais souvenirs le petit..? Ou trop bon peut-être.

C'est un endroit haut en couleur, quand même, il y a des événements musicaux tout les soirs, sans véritable horaire. Moi je ne participe pas, malgré le fait que j'aime bien la musique, je ne chante pas très souvent, sachant que je n'ais pas de filtre sur mes paroles...

Ce soir, cela dit, personne n'as encore commencer les concours de danse et de chant, ni même les combats légèrement clandestins qui prennent parfois d'assaut la salle. J'aime bien l’atmosphère... En temps normal.

Là, un groupe de lourdaud sans manières est entré et personne ne semble bien content de les voir, évidemment. Un seul d'eux semble avoir un peu de charisme, un grand blond qui me rappelle quelqu'un que j'ai connu à une autre époque, surement le chef de la bande.

Il se lève... Se dirige vers moi... Qu'est-ce qu'il me veut l'espèce de--


Bonjour...

Ah, il dit juste bonjour avec un grand sourire avant de commander un verre et d'en boire une toute petite gorgée.

Moins con qu'il n'en a l'ai---


Joli p'tit cul!

Plus con.

Beaucoup plus con.

Ses compères éclatent de rire et je sens la tension de la salle monter d'un cran, même le mec derrière le bar semble sur le point de lui foutre les point sur les ''I'' ou bien son poing sur la gueule, lui qui est pourtant si pacifique habituellement...

Puis l'autre imbécile place sa main sur ma hanche pour tenter de me tirer à lui comme si j'étais une genre de poupée, j'entends plusieurs personnes se lever, mais ces connards son armés... Pas les autres, dans ce bar, et puis on ne veux tué personne, nous, mais eux, ces cons...

Mon esprit tsukissime agit avant même que je pense, approchant mon visage du sien alors qu'il sourit encore plus, persuadé d'avoir trouvé une petite chose impressionable, les autres dans la salle semblent grincer des dents...

Puis éclatent de rire quand mon pied sur son tabouret l'envoi valser et que mon menton viens se déposer sur mon poing, mon coude sur le genou d'une de mes jambes croisées...

Et que je le surprend.

Pour battre des mecs armés, la surprise et l'humiliation sont clefs.

Ma bouche s'ouvre toute seule et tous se taisent, les clients réguliers souriant grandement devant ma voix... Ça faisait longtemps que je n'avais pas chanter... J'avais presque oublier que je chantais vraiment bien, au fond...

Presque.


Why am I always hit on by the boys I never like..?
I can always see 'em coming, from the left or from the right.

I don't want to be a priss, I'm just try'na be polite,
But it always seems to bite me in the...

Il se relève, tout comme ses compères, mais ils semblent tous surpris par mon chant, surtout que bientôt des musiciens m'accompagnent et que je me lève moi même pour lui tendre la main et l'aider à se relever, ce qui le surprends encore plus...

Ask me for my name, yeah, you put me on the spot,
You think that we should hook up, but I think that we should not.

You had me at "Hello", then you opened up your mouth...

...And that is when it started going south...

Aussitôt debout, je m'approche en chantant puis le repousse au moment où j'en viens au fait qu'il ais ouvert sa grande gu--

Son petit clapet.

Bref.

Tous dans la salle, sauf les emmerdeurs de services, m'accompagnent d'instruments ou de leurs mains/pieds.

Enfin, presque tous, il y a quelques uns qui ne suivent pas, dont un avec une capuche très suspecte, dans son coin et deux ou trois personnes que je vois vaguement du coin de l'oeil pendant un petit mouvement de danse, forçant l'autre à me suivre dans l'enchaînement et me laissant peu de temps pour observer l'auditoire, je crois reconnaître un visage ou deux mais bon, je peux me tromper...


Get your hands off my hips, 'fore I punch you in the lips!
Stop your staring at my-- HEY!
Take a hint, take a hint!

No you can't buy me a drink, let me tell you what I think,
I think you could use a mint,
Take a hint, take a hint!

La, la, la...

T-take a hint, take a hint

La, la, la...

De nouveau par terre, l'autre, il tombe tout seul! Sérieux! Même pas marrant tellement il est ridicule!

Il est aussi incertain et surpris que ses potes qui restent ébahis devant le hamster qui le mène en bateau, ah ils ne croyaient pas que j'étais redoutable? Mauvaise nouvelle, les gars, vous êtes contre une Tsukia dans son habitat naturel...

Une taverne!

Ah tient, il se relève...

Round 2!


I guess you still don't get it, so let's take it from the top...
You asked me what my sign is, and I told you it was "Stop".

And if I had a dime for every time that you just dropped,
You'd be here and I'd be on a yacht, oh...


Je sens plus que je ne vois les gens qui ont commencer à danser avec moi, plusieurs filles se sont joint aux mouvements, surtout les serveuses, qui en ont vues d'autre, des chansons, il semble, et une d'elles, en particulier, une blonde vêtue de blanc, a une voix angélique, si je n'avais pas moi-même une jolie voix quand je chante, elle me foutrait la pâté!

Du coup je lui pique un clin d'oeil et, tout sourire, elle me rejoins lentement, se frayant un chemin au travers des autres danseurs qui ont encerclés le groupe de bandits du dimanche qui semblent désormais intimider par cette formation presque militaire de la gente féminine, et vu nos mouvements et accoutrements, y'aurait de quoi être jaloux de leur vue...

Mais pas de leur position...

Parce que tout nos efforts sont déployés pour les pousser dehors à pas de danses... Et sans s'en rendre compte, ils reculent doucement vers la porte, les bougres.


Get your hands off my hips, 'fore I punch you in the lips,
Stop your staring at my-- Hey!

Take a hint, take a hint!

No you can't buy me a drink, let me tell you what I think,
I think you could use a mint!

Take a hint, take a hint
La, la, la...

T-take a hint, take a hint...


Cette fois, c'est une vraie bande de moutons et en plus je leur ais sceller les armes avec des rubans pendant la danse, du coup rien pour se protéger du petit chaperon rouge devenue grand méchant loup.

Ils vont regretter d'être entrer ici, je crois...


What about "No" don't you get?
So go and tell your friends, I'm not really interested.

It's about time that you're leavin'...

I'm gonna count to three, open my eyes and you'll be gone...


Je ferme les yeux en comptant doucement, les mains devant mes globes oculaires...

Cela dit, je souris en comptant, la nana en blanc a compris, car elle continue de chanter et de les repousser de mouvements de danse pendant que je ne vois rien.


One...

Get your hands off her...

Two...

'Fore she punch you in the...

Three...

Stop your staring at our--

HEY!

Elle chante drôlement bien et nous finissons de repousser ces salops à deux, pas besoin des autres, ils sont loin de mériter des renforts...

We are not your missing link,
Let me tell you what we think,
We think you could use a mint,
Take a hint, take a hint!

Je les repoussent dehors d'un bon coup de pied en plein dans le plexus du grand blond avec un dernier couplet puis leur claque la porte au nez avant de me retourner, souriante, pour faire une révérence à mon audience...

Et me présenter à la blon-- Euh, okay, elle est plus là...


Get your hands off my hips, 'fore I punch you in the lips,
Stop your staring at my-- Hey!

Take a hint, take a hint!

Bon ben du coup l’atmosphère plaisante est revenue et, après une petite conversation, j'apprend que la blonde était Carian, une amie du proprio... Je voudrais bien la revoir, tient, mais bon, pour l'instant je--

Ah non...

Ça va pas recommencer, me dis-je en sentant quelqu'un prendre place au bar à côté de moi!

Je me retourne pour lui foutre un poing, cette fois, mais m'arrête avant d'initier le mouvement...

C'est pas qui je pensais, ça...


HRP:
 

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aivy Sil'Lucans
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 250
Citation : « Trompe-toi, sois imprudent. Tout n'est pas fragile. N'attends rien que de toi, parce que tu es sacré. Parce que tu es en vie. Parce que le plus important n'est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d'être. »
Date d'inscription : 24/04/2015

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Greffe: Non
Signe particulier: //

MessageSujet: Re: [-16] I can always see them coming... [Libre]   Mar 18 Oct 2016, 13:08

Les yeux dans le vide, pas après pas, Aivy s'avançait dans les rues d'Al-Chen.

Cela faisait bien longtemps qu'elle n'était pas revenue dans ce coin de la ville. Depuis la fête de l'été, elle s'était tenue à l'écart de la cité, en grande partie à cause de son entraînement avec Libertée et Tsukia. Les cours avançaient bien, mais leur maître était revenue tant changée depuis leur première rencontre qu'elle ne savait plus où se placer vis-à-vis d'elle. La vie était parfois étrange, et le destin joueur... Trop joueur.

Déambulant dans les rues à la recherche d'un but précis, la jeune femme levait le regard de temps à autre pour attraper un nom, un signe ou un passant. Détailler les personnes qu'elle croisait n'avait jamais été son passe-temps favori mais, sans savoir comment l'expliquer, elle se sentait de plus en plus en besoin de le faire. Peut-être pour se chercher un point d'attache, repérer les alentours. Ce qui n'avait aucune réelle utilité au vu du nombre de passants qui parcouraient ces rues. Elle avait beau être physionomiste, elle se trouverait bien incapable de reconnaître le moindre habitant d'Al-Chen.

Grâce à sa proximité avec l'Académie, la cité était devenue son repère, et était sans doute également celui de nombreux autres Marchombres. Il n'y avait qu'à voir la concentration de membres de la Guilde qu'elle avait déjà croisé dans cet espace fort réduit à l'échelle Alavirienne. Le contraste qu'ils offraient avec le reste de la population lui plaisait et l'amusait en même temps, et plus encore l'amusait le fait que personne n'avait jamais assez remarqué leur différence pour crier le genre de choses que l'on criait parfois dans les grandes villes à propos d'eux : tour à tour voleurs, sorciers ou assassins, il était désolant de voir à quel point les Marchombres traînaient parfois derrière eux une aussi sombre réputation.

Aivy finit par tourner dans une ultime rue, se remémorant les indications fournies par cet autre apprenti, et s'arrêta net devant l'entrée d'une taverne à l'apparence peu commune.

Le Zoanne.

L'étrangeté du nom lui tira un sourire. La première fois qu'elle en avait entendu parler, c'était au réfectoire, alors qu'elle remuait distraitement sa part de gâteau du bout de sa fourchette tandis que le petit groupe assis près d'elle faisait le tour verbal de tous les coins à visiter d'Al-Chen.


- C'est une taverne de Marchombres, avait lancé un jeune blond sur le ton de l'évidence, piquant la curiosité d'Aivy.
- Comment peux-tu le savoir ?, avait alors rétorqué celle-ci, achevant de transformer le dessert en compote. Les Marchombres sont censés rester discrets.
- Peut-être, mais c'est ce qu'on dit.
- Et personne ne sait pourquoi, hein ? Encore une idée sans fondement.
- Elle est peut-être simplement visitée par beaucoup de Marchombres. Mais la rumeur est tellement forte en ce moment...
- La rumeur ?
- On dit qu'elle a quelque chose de très spécial. Au pire, pourquoi ne pas simplement aller y faire un tour ?


Ni une, ni deux, Aivy avait plié ses affaires et choisi le lendemain comme date de voyage. Al-Chen n'était pas bien loin, mais y aller à pieds lui aurait pris une demi-journée, alors elle avait préféré embarquer Uranie avec elle. La petite jument postée au milieu d'autres chevaux aux portes de la ville, sous la surveillance avisée de plusieurs gardes affectés à l'écurie, aurait tout le loisir de se reposer pendant les explorations de sa cavalière.

Le nom "Zoanne", tout en étant persuadée qu'elle ne connaissait personne qui s'appelât ainsi, lui semblait étrangement familier maintenant qu'elle se tenait face à l'établissement. Sans plus de cérémonies, l'apprentie ouvrit la porte, bien décidée à percer les mystères de cette soi-disant "Taverne de Marchombres".

Elle se retrouva face à un intérieur on ne pouvait plus classique, mais auquel les meubles tout en bois et les décorations florales ajoutaient un certain charme. L'automne était là, et les murs des tavernes commençaient à attirer de nombreux hommes en leur sein à ce genre d'heures de fin d'après-midi. La jeune femme demanda une table à l'étage, histoire de ne pas paraître impolie, prévoyant son petit interrogatoire à l'avance. Ce qui lui sembla être une employée serviable et souriante la guida à travers les escaliers et, d'une démarche joyeuse, l'installa à une petite table sur la mezzanine.


- Une petite portion de ragoût de siffleur, demanda-t-elle, résignée pour le bien de son enquête à ne pas dîner plus tard.
- C'est noté ! Je reviens vous servir d'ici une vingtaine de minutes ! Vous souhaitez quelque chose à boire pour patienter ?
- Non merci,
déclina poliment Aivy. Mais peut-être pouvez-vous m'aider. Votre patron, il est là, ce soir ?
- Désolée mademoiselle, mais il est absent. Je vous dirais bien de revenir un autre jour si vous voulez lui parler, mais il se trouve être quelqu'un de très volage...
- Je vois.
- Je peux peut-être lui transmettre votre question ?


La jeune femme hésita une seconde, puis décida de se lancer. Après tout, elle n'avait rien à perdre.

- C'est à propos de cet endroit. Vous allez sûrement rire, mais j'ai entendu qu'elle était spéciale... D'ailleurs, à propos du nom...
- BAGARRE GÉNÉRALE, BAGARRE GÉNÉRALE !


Le cri fit sursauter les deux femmes, qui se tournèrent immédiatement vers sa provenance. Essoufflé et visiblement en panique, un homme d'une trentaine d'années se tenait en haut des escaliers, essayant de couvrir de ses paroles un brouhaha croissant qui provenait du rez-de-chaussée de la taverne.

- Olivia, c'est le souk en bas, il faut les arrêter ou ils vont tout détruire !
- Encore ?! Par la Dame, j'en ai plus qu'assez de ces batailles de brutes ! Que va dire le patron ?!


La serveuse s'avança vers les barrières de la mezzanine, et constata avec horreur que l'ensemble des clients était en effet en train de se livrer à une activité des plus barbares.

- Ça se voit, que je suis désespérée ?, demanda-t-elle à Aivy, qui venait de se lever pour la rejoindre. C'est déjà la deuxième fois cette semaine, et comme on dit, jamais deux sans trois... Et ces imbéciles qui ne trouvent rien de mieux à faire que de chanter !

L'apprentie vint se ranger à ses côtés, et observa le chaos qui se déroulait sous ses pieds. De touts côtés, les assaillants pleuvaient, s'assommant à coup de chaises et de poing dans la mâchoire. Derrière le bar se tenait un petit groupe de chanteurs, visiblement très amusé de la situation, qui accompagnait de la voix la seule cible de toutes ces attaques.

- Cette fille doit être bien peu habile pour provoquer une telle... Hey ?!

Le cœur d'Aivy rata un battement quand elle reconnut brusquement la fille en question.
Tsukia.

Un long sourire étira ses lèvres.


- Bon, je descends chercher des gardes !, cria le jeune employé en faisant mine de descendre.

La jeune femme enjamba rapidement les quelques mètres qui les séparaient, le retenant par le bras. Entonnement confiante.

- Ne faites rien. Ce sera bientôt terminé.


***


En effet, la bagarre s'acheva très rapidement, dans un mélange de borborygmes de douleur et de blessures superficielles.

Une fois le calme retrouvé, Aivy descendit l'escalier, et se fraya un chemin au milieu des assaillants vaincus. Tsukia s'était assise à une petite table pour retrouver son calme et ses esprits, et elle ne manqua pas de la rejoindre, poussée par elle ne savait quel instinct.


- Joli bazar, Tsu ! Tu deviens de plus en plus douée pour foutre le bordel, dis donc...

Et, après lui avoir offert un franc sourire, elle l'attira contre elle pour l'embrasser.



[... Ouais, bah merde, hein. On est repartis pour les emmerdes ! XD]

__________________________________________



Dernière édition par Aivy Sil'Lucans le Mer 19 Oct 2016, 15:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 976
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-16] I can always see them coming... [Libre]   Mar 18 Oct 2016, 23:25

[ Lalala !! siffle ]





Bras croisés sous la poitrine, adossée contre le mur d'une ruelle sombre coupe-gorge, Kaünis dévisageait les cinq mecs qui s'étaient engagés à sa suite dans le cul-de-sac. Ils pensaient la surprendre peut-être ? Ils étaient aussi discrets qu'un troupeau d'éléphants dansant la samba. Mais des éléphants, ça avait des sacrées trompes, et eux ils n'avaient que des grandes gueules.
Poussant un soupir désabusé alors que le premier s'avançait vers elle avec un sourire grivois, l'Envoleuse leva les yeux au ciel.

- Nan, attends… Blablabla, vous voulez m'apprendre la vie, toussa toussa. On va à l'étape suivante, où mon poing rencontre vos parties génitales, ou vous prenez aussi de l'avance et vous vous barrez ?
- Qu'est-ce que tu racontes, salope ? Allez, montre-nous ton c…

Un soupir.
Passant d'immobilité à jaillissement, Kaünis fondit sur l'homme pour lui asséner un talon dans l'entre-jambes, avant de bondir sur le côté pour prendre d'assaut les quatre autres.

Six gémissements plus tard, tous ces débiles au cerveau dégoulinant d'alcool et à l'amour-propre défoncé à coup de poings et de couilles écrasées étaient étalés sur le sol, incapables de bouger, et une silhouette fine sortait de la ruelle avec une dangereuse grâce.


* *


Kaünis marchait tranquillement dans les rues d'Al-Chen quand elle finit par s'arrêter à un nouvel angle de rue. Se passant une main dans les cheveux, elle se dit que la ville, ça pouvait vraiment devenir chiant des fois. Hésitant à reprendre sa monture dans les écuries de la ville, la jeune femme se mordit la lèvre une seconde…
Avant de voir plusieurs mecs sortir d'une auberge, un peu plus loin… Et ils avaient typiquement l'attitude de la virilité foutue en morceaux, ou presque.

Intriguée, l'Envoleuse s'approcha de l'enseigne de l'endroit et déchiffra le nom "Le Zoanne". Haussant un sourcil, elle poussa un petit soupir… Avant que son estomac ne fasse un gros bruit de faim.
Ha, elle devait manger.
Bon, ben tant qu'elle était là, à côté de l'auberge, autant s'y arrêter et bouffer. Et dormir, potentiellement, si elle trouvait une victime pas trop stupide.

Poussant la porte de la salle, elle fronça les sourcils rapidement.
Il y avait encore des mecs par terre, et surtout une nana assise sur une table, un peu plus loin. Cheveux noirs, yeux dépareillés, nonchalante. Elle plut instantanément à l'Envoleuse, qui se fraya un chemin parmis les corps - sans oublier de foutre un coup de pied à celui-là, qui la matait par en dessous - pour s'approcher du comptoir.
Du coin de l'oeil, elle vit une forme rousse s'approcher de la fille, mais s'accouda sur la planche pour commander à manger. L'aubergiste avait l'air un peu perturbé mais finit par acquiescer et Kaünis se tourna vers l'intérieur de l'auberge vivement.

Son regard sombre tomba sur Aivy qui embrassait la fille - celle qui avait foutu ces mecs KO apparemment.
Un sourire mauvais étira ses lèvres, et elle ne put s'empêcher de vouloir mettre son grain de sel.

- Wha, traitement de reine dis-donc ! Moi la dernière fois que j'ai foutu une auberge en bordel, Aivy a montré les dents, pas la langue !
Kaünis éclata de rire devant la mine d'Aivy, pour le coup. C'était vraiment drôle à voir, son air d'ahurie.
- Ça… mouille, les filles ? J'aurais aimé en trouver un pas trop débile, mais apparemment ces mecs-là sont tous trop stupides pour croire qu'une midinette ne sait pas se servir de son corps…
Oh, oui, elle s'amusait beaucoup.

Une main d'un de ces mecs - justement - tenta d'attraper sa cheville sans doute pour montrer qu'il était disponible… Elle se contenta d'écraser consciencieusement chacun de ses doigts sous son talon, lui tira des cris de douleur.
Bien fait pour sa gueule.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 231
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: [-16] I can always see them coming... [Libre]   Mer 19 Oct 2016, 02:30

Je me retourne d'un coup après le baiser vers la nana qui vient de parler... Et, jambes croisées, je la fixe un sourcil relevé puis sourie doucement.

C'est sûr que t'as pas l'air d'être intéressée dans ce qui mouille, en même temps...

Et puis parfois, les dents, c'est bien aussi.


Elle a l'air légèrement surprise mais un truc dans ses yeux s'allume, un genre de ''T'as pas idée'' et je lui pousse ma bouteille. Tient ma grande, bois et je paye!

Du coup je me retourne vers Aivy un instant.


Quand tu rencontre des nana qui mordent faut me les présentez, vyvy! C'est toujours marrant de faire un concours pour voir qui a plus de dent! J'connais un connard-de-lune qui peut en témoigner!

Et tchap tchap je claque des dents vers elle puis lui pique un clin d'oeil. Attention ma grande, t'es pas la seule avec des dents dans le coin et j'ai pas peur de mordre!

Mais elle a l'air sympa... Non, pas sympa, pas sympa du tout... Mais je sais pas, je l'aime bien, déjà! Mais bon, je la connais pas -vraiment - ... Il manque encore une courte conversation et une bagarre! Faudrait pas oublier la bagarre!

On ne connais pas vraiment quelqu'un avant une bagarre!

Parlant de bagarre, y'as deux types que je reconnais du groupe d'avant qui semblent attendre dehors, ils observe surement le moment de ma sortie pour fondre sur moi... Et ils ont sûrement des complices plus loin.

La nouvelle arrivante et Aivy les ont vus aussi, il semble, et je lui adresse un petit sourire qui veut tout dire...

On bouffent et ensuite on sort digérer tout ça avec une promenade et un cassage de grande gueules..?

Mais d'abord, je commande deux plats de merveilleux spaghetti au siffleur qui m'a été fortement recommandé...

Un pour moi et un pour vyvy que j'encourage à manger! Interdit de faire des retrouvailles et de se faire une nouvelle amie l'estomac vide, c'est pas bon pour le métabolisme!

Apparemment que les crêpes de l'établissement sont à tomber aussi, mais faut un truc plus consistant, à cette heure!

Et puis j'aime ça, moi, les pâtes!

Du coup je doit l'avouer, ce plat est un délice. Entre deux bouchés, et sans quitter mon plat des yeux, je tends ma main gauche vers la fille que je ne connais pas.


Tsukia, heureuse de faire ta connaissance...

Et maintenant sert cette main que je puisse la retourner à sa fourchette... Et puis zut, je change de main pour continuer de bouffer en attendant, c'est trop boooonnnnn!

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aivy Sil'Lucans
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 250
Citation : « Trompe-toi, sois imprudent. Tout n'est pas fragile. N'attends rien que de toi, parce que tu es sacré. Parce que tu es en vie. Parce que le plus important n'est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d'être. »
Date d'inscription : 24/04/2015

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Greffe: Non
Signe particulier: //

MessageSujet: Re: [-16] I can always see them coming... [Libre]   Mer 19 Oct 2016, 16:04

Tsukia.

Croiser une personne connue ici n'était pas si impossible au vu de la proximité d'Al-Chen avec l'Académie. Mais croiser Tsukia, c'était un sacré coup du destin. Trop joueur, avait-elle pensé, et à juste titre. Elle avait passé le cap de se mettre dans tous ses états quand elle était à proximité, et en venait à regretter amèrement le temps - qui n'était pas si loin - où elle avait tant de fois entaillé son bras en ne voyant en elle rien d'autre qu'une impossibilité.

Son cœur, lui, n'était pas tout à fait intact et, près d'elle, il menaçait de la trahir à chaque seconde, surtout connaissant la situation. Sans doute l'apprentie ne lui apporterait-elle qu'une marre d'incertitudes toutes plus grandes les unes que les autres. Qu'à cela ne tienne : Aivy préférait cent fois l'incertitude à une ignorance fatale.

Le baiser fut bref, mais terriblement intense. Elle ne s'était pas retenue. Sa camarade de cours lui manquait de plus en plus, sans qu'elle ne sache quoi réellement faire pour lui faire comprendre sans pour autant la gêner. Elle n'avait pas revu Altaïs depuis des mois, ni même répondu à sa dernière lettre. S'il venait à débarquer dans le coin pour une visite comme il l'avait promis, elle ne donnait par cher de sa tête...

Tsukia ouvrit la bouche pour répondre à sa question, mais leurs réjouissances furent coupées net par l'arrivée d'une troisième personne qui avançait vers elle, et Aivy fronça sérieusement les sourcils lorsqu'elle passa la porte. Elle connaissait cette silhouette.

Au moment où elle franchit la limite de son champ de vision, l'apprentie ne put contenir sa surprise, et la voix délicieusement emmerdante qui prit possession de l'atmosphère durant quelques secondes ne fit que confirmer ses doutes. Ah, si elle pensait intervenir dans ses affaires de cette manière, elle n'était pas sortie du sable !


- Salut, Kaünis, se contenta-t-elle de répondre à la provocation.

Pour le peu d'expérience qu'elle avait auprès de cette chieuse, elle savait bien qu'il était parfaitement inutile de rétorquer, contribuant ainsi à alimenter un jeu dont elle ne serait jamais le maître. Si elle n'avait pas la maîtrise de la situation, alors tant pis. Elle ne rentrerait pas dans la bataille. Pas contre cette fille.


- Désolée, Tsu, lança-t-elle à son amie en se tournant vers elle. Il se pourrait en effet que j'ai omis de faire les présentations. Voici Kaünis, spécialiste en saccage de tavernes et en emmerdes en tous genres.

Elle avait prononcé ces mots sur un ton railleur, pensant qu'elle risquait plus de faire rire la fille aux cheveux de jais qu'autre chose.

- Et à propos de traitement de faveur, tu comprendras bien que cela concerne uniquement les personnes qui me sont proches, continua-t-elle en passant une main autour des épaules de Tsukia.

Sa poigne n'était pas serrée, mais le geste était suffisamment possessif pour faire passer un message. Elle ne savait pas de quoi Kaünis était réellement capable dans ce domaine-là - et une petite voix lui soufflait qu'elle ne préférait pas savoir - et priait pour que son amie ne rejette pas son bras.

Cette dernière ne sembla pas s'en formaliser, et tira un petit rire à Aivy lorsqu'elle menaça de mordre Kaünis. Il lui faudrait sans doute bien plus qu'une morsure pour venir à bout d'une combattante aussi expérimentée, mais c'était un bon début.

Son attention fut alors attirée par deux types à l'allure peu recommandables qui attendaient dehors, et fixait le petit groupe dans un message clair de menaces. Tsukia eut tôt fait d'envoyer à la rousse un unique regard qui lui transmit ses intentions, et lui tira un nouveau sourire. Un peu de bagarre de temps en temps ne faisait pas de mal, surtout si elles ne faisaient que se défendre face à une menace... Et puis, dans ce genre de cas, il était bien plus confortable d'être les premières à frapper.

Aivy engloutit donc ses nouilles sous le regard attentif de son amie - amante ? -, acceptant de bon cœur son offre généreuse. Syndrell et Tsukia l'avaient vue dépérir, tandis qu'elle-même et Tsukia avaient vu dépérir Syndrell. Sans doute toutes trois marquées par cette expérience peu réjouissante, chacune s'appliquait désormais à ne plus laisser le choix aux autres. Cette pensée creusa un petit sillon de tristesse dans le cœur de l'apprentie. Elle n'avait pas revu la loutre depuis cette fois-là, et espérait plus que tout qu'elle aille bien.

Le repas fut vite terminé, et le paiement remis.
Quand les trois filles sortirent, elles firent face au soleil, et se mirent en garde instantanément.



***


Le combat fut bref.

A trois, dont deux apprenties Marchombres et une guerrière expérimentée, elles eurent tôt fait de se débarrasser non seulement des deux brutes qui les attendaient mais aussi de leurs complices. Tsukia s'était amusée comme une petite folle, tandis que Kaünis s'était défait de ses adversaires avec une simplicité qui faisait froid dans le dos. Aivy, elle, constata avec plaisir que les courbatures imposées par Libertée prenaient tout leur sens dans une telle situation : elle avait gagné en force et en souplesse. Sans doute sa petite escapade dans une maison truffée d'Envoleurs - accompagnée de deux de ces mêmes Envoleurs - avait-elle également contribué à sa formation...

- Alors ?, lança-t-elle aux deux présentes. Qu'est-ce que vous faisiez par ici ?

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 976
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-16] I can always see them coming... [Libre]   Mer 19 Oct 2016, 18:26

- C'est sûr que t'as pas l'air d'être intéressée dans ce qui mouille, en même temps…
Kaünis ne put s'empêcher d'éclater d'un rire haut et fort qui cascada de sa gorge pendant plusieurs secondes. Elle avait mit le doigt pile sur le bon truc, cette nana ! Et Aivy qui la prenait par les épaules là, c'était tellement cocasse. Se mordant la lèvre pour retenir un petit rire ricanant de plus, Kaünis ne put s'empêcher de faire une grimace pour montrer les dents quand son interlocutrice ajouta quelque chose.
- Et puis parfois, les dents, c'est bien aussi. Oh, elle n'avait pas idée ! Se passant le bout de la langue sur les incisives et les canines, l'Envoleuse opina du chef. C'est toujours marrant de faire un concours pour voir qui a plus de dent! J'connais un connard-de-lune qui peut en témoigner!

Connard-de-lune ?
Ça ressemble à Sangrelune mais pas assez pour que Kaünis se pose plus de question que ça. Un sourire sur les lèvres, elle adresse un regard moqueur à Aivy.
- Ce qui mouille, ça dépend comment ça mouille. Mais ouais, quand ça mouille vers le bas, nan merci ! lâcha-t-elle dans un ricanement.

- Voici Kaünis, spécialiste en saccage de tavernes et en emmerdes en tous genres. La concernée leva les yeux au ciel.
- T'es gentille dis donc. Je suis bien pire que ça ! fit-elle dans un sourire carnassier.

Mais des plats arrivèrent devant elles, et la discutaille fut terminée. L'Envoleuse dévora son repas en quatrième vitesse et prit même un extra en pâtes.
Quand Tsukia tend sa main gauche, Kaünis se contenta de la fixer dans ses yeux dépareillés une seconde, et de lui adresser un sourire en coin. Pas besoin de se serrer la main, hein, c'est trop formel et puis elle bouffe là. Trop occupée. Apparemment c'est aussi l'avis de la fille, du coup c'est parfait.


* *

Des couillons.
Pires que des couillons.
Des débiles.
Franchement, même pas capables de se concerter et de porter un micro-coup. Trop lents. Des tortues. Sauf qu'ils arrivent pas à point là, hein. Ils sont même défoncés.
Et voilà, ces badauds déchéants sont tous hors d'état de nuire et Kaünis a eut le temps d'observer que la technique d'Aivy s'était un peu améliorée et que celle de Tsukia est juste magiquement délirante.
Déliramment magique.

- Alors ? Qu'est-ce que vous faisiez par ici ?
Kaünis se contenta de hausser les épaules.
- Sais pas. Cherchais un peu de... compagnie, en attendant de retrouver Syles. Ou Gil. Ou les deux. Bref, la routine. lâcha-t-elle avec nonchalance. De toutes façons, elle s'en tamponait que ces nanas ne connaissent pas son ancien Maître ou bien l'homme de sa vie. Voilà.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 231
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: [-16] I can always see them coming... [Libre]   Jeu 20 Oct 2016, 05:47

Le Zui Quan consiste de deux arts en un seul...

Un côté plus joyeux, plus clair, utile après un long entrainement ou lorsque légèrement saoul, qui transforme tout les coups en jeux, en quelque sorte...

L'autre côté, l'autre art, est celui que je ne montre -presque- jamais... Celui qui a été développer pour être certain que l'on ais le temps de dé-saouler avant que l'autre ne se relève... Un art d'assassins méconnu est très mortel, visant les points sensibles et les coups mortels, les points de pressions sont une des particularités de cet art : Il les incorpore parfaitement, les frappants un après l'autre pour créer une véritable prison du corps de l'adversaire, tout ça pour finir par le ou la tuer d'un coup décisif.

Art unique, il utilise une arme tout aussi rare dans Gwendalavir au besoin : Des aiguilles très pointues faites spécifiquement pour atteindre certains points stratégiques, entraînant la paralysie, le coma ou même la mort de coups précis et gracieux.

L'art que j'utilise en ce moment...

EST ÉVIDEMMENT LE PREMIER!

Câlin mon lourdeau, t'es même pas foutu de foutre un poing dans ma tronche de toute, mais poua tu pue! Allez, YOUPS! Et sbam, suplex! Tu fais le travail pour moi avec ta force de mouvement, yopladou! Du coup il tente de se relever avec une main sur le dos et je m'assoie sur lui, ce qui lui tire un grognement...

Et un de ses compagnons tente un coup de pied de haut en bas.

Mauvais choix mon pote, youpla que j'me déplace et boom que tu frappe ton ami! Crétin va! Bon, quand même, Kaünis a finit son doublon d'imbéciles, Aivy termine... Et je devrais finir rapidement mais voilà, c'est pas simple en mode débile alors... Aivy ne me voie pas de toute, je risque pas d'être découverte donc je porte deux petits coups rapides, paf, pop, et voilà, les types sont K.O. sans le savoir, je saute par dessus leur riposte et leur fou une claque sur les fesses pour les envoyer par devant et ils finissent par terre.

Je me relève en ajustant mes habits, vois qu'Aivy me sourie, probablement contente de voir que je les mets K.O. en leur tapant la tête d'eux même comme je le fais si souvent...

Et Kaünis... Me souris... Parce qu'elle a compris qu'ils étaient hors jeux avant d'avoir toucher le sol.

Griller, le hamster!

Bon mais elle en parle pas, c'est bien, et du coup elle mentio--


Tu connais Mana-- Je veux dire Giloulou!? TAPE M'EN CINQ, COPINE!

Et je laisse ma main dans les airs sous espoir que ça ne développe pas un silence de mort qui tue... Parce que bon... Ce serait étrange.

Mais c'est un drôle de hasard qui fait bien les choses, ça! Et je lui pique un clin d'oeil incapable de retenir le commentaire semi moquerie sur le dit Gilou.


Tu sais qu'il a caresser l'idée de me prendre sous son aile, ce couillon?

Faut dire, j'ai fait en trois secondes plus de dommages que lui en plusieurs mois!


Si elle comprend, tant mieux, sinon... Bah, de l'eau sous les ponts! Mais j'aime bien ses yeux, c'est joli le vert! Couleur de la folie!..

Ou était-ce la jalousie..?

Bah m'importe, plus on est folle, plus on ris...

Et bisou Vyvy!


HRP:
 

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aivy Sil'Lucans
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 250
Citation : « Trompe-toi, sois imprudent. Tout n'est pas fragile. N'attends rien que de toi, parce que tu es sacré. Parce que tu es en vie. Parce que le plus important n'est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d'être. »
Date d'inscription : 24/04/2015

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Greffe: Non
Signe particulier: //

MessageSujet: Re: [-16] I can always see them coming... [Libre]   Ven 21 Oct 2016, 11:47

"Bien pire que ça" était un euphémisme.
Mais Aivy se contenta de sourire.
Elle n'avait pas envie d'en savoir plus.



***


Pire que joueur, le destin se moquait ouvertement d'elle en réunissant sous le même toit la personne à laquelle elle tenait le plus et la seule personne de tout l'Empire qu'elle aurait souhaité évité. Non pas qu'elle l'effrayait, mais cette aura malsaine dégagée par Kaünis avait de quoi faire fuir n'importe quelle personne censée.

Comment Syndrelle avait-elle pu tomber sur une telle âme ? Le hasard, encore une fois, semblait avoir apprécié de réunir les contraires à de nombreuses occasion. Et, en ayant cette pensée sur les opposés, l'apprentie n'imaginait pas encore à quel point.

Les hommes à terre, véritable avertissement qui aurait fait fuir n'importe quel lourdaud, ne s'étaient pas encore relevés. Deux étaient complètement assommés, et le reste de la bande avait pris ses jambes à son coup.

Aivy rit intérieurement en songeant qu'avec un peu plus d'entraînement, elle aurait sans doute sous peu la capacité de se débarrasser de ce genre de problèmes tous seuls mais, qu'en attendant, Kaünis et elle formaient bien malgré elles une équipe plutôt efficace. Si l'on ajoutait Tsukia et son Zui Quan, la petite équipe était finement rodée et prête à parer à toute éventualité.

Mais les dernières paroles de la chieuse la firent presque sursauter. Si le premier nom évoqué ne lui disait absolument rien, elle reconnut d'emblée celui de Syles. Le prénom n'était pas répandu, et elle n'en connaissait qu'un. Était-il possible que...?


- Tu connais Mana-- Je veux dire Giloulou !? TAPE M'EN CINQ, COPINE !

Aivy écarquilla les yeux de surprise, abasourdie. Depuis quand son amie était-elle intime avec une connaissance de cette fille ? La suite de son discours la surprit d'autant plus que c'était particulièrement inattendu, même de la part d'une personne aussi imprévisible que Tsu. La prendre sous son aile ?

Se créa alors dans la tête de la jeune femme un rapprochement atroce, qui lui tira un violent haut-le-cœur et qu'elle repoussa aussitôt. Pourtant, une petite voix dans son cœur lui murmura rapidement que son instinct était, une fois de plus, une valeur sûre.

Si Kaünis était belle et bien membre de cet ordre, alors tout pouvait s'expliquer. Son attitude étrange, détachée, parfois macabre ; les ennuis qu'elle attirait aussi facilement que la lumière attirent les mouches, et surtout, sa puissance féline et dévastatrice.

Elle lui rappelait Iké, d'une certaine manière...
Iké qui, même les membres brisés par Syles, restait dangereuse.

Les Envoleurs n'allaient-ils donc jamais la laisser tranquille ? Être Marchombre ne lui apporterait donc pas la paix promise par Libertée ? Son histoire personnelle la rattrapait de plus en plus, et la menace que représentait cette organisation de tueurs semblait chaque jour plus grande.

De tueurs de Marchombres.

Kaünis avait beau être lunatique, elle ne semblait pas du genre à se jeter sur elles sans une bonne raison. Mais qui pouvait prédire ce qu'elle ferait si elle comprenait qu'elle faisait face à deux apprenties Marchombres ? Libertée deviendrait folle, si elle voyait dans quelle situation Aivy et Tsukia s'étaient fourrées bien malgré elles.

Les paroles de cette dernière tournaient toujours dans la tête de la rousse. La prendre sous son aile ? Tsukia avait-elle failli... Non ?


- Qu'est-ce que tu racontes, Tsu ?, demanda Aivy dans un souffle.

Les pensées se télescopèrent dans son esprit, réveillant le feu tapi au fond de son ventre.


- Et Lib, alors ? Et nous ?! Tu vas me dire que tu serais partie sans même te retourner pour aller rejoindre... Ça ?!

Elle n'en avait plus rien à faire. Ni de leur secret, ni de leur couverture. Kaünis pouvait bien penser ce qu'elle voulait. C'était indirectement sa faute, après tout.

C'était leur faute.

Sa sœur, et maintenant la personne à laquelle elle tenait sans doute le plus dans ce monde ? Quand allaient-ils cesser de se mêler de sa vie, de leur vie...?

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 976
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-16] I can always see them coming... [Libre]   Ven 21 Oct 2016, 16:47

Ah ben en fait, Tsukia semble connaître Gil puisqu'elle s'excite soudain toute seule en criant comme une délurée - qu'elle est apparemment. Et ça tire un large sourire à Kaünis, parce que voilà. Elle aime les gens tarés, basiquement.
- Tu sais qu'il a caressé l'idée de me prendre sous son aile, ce couillon? Faut dire, j'ai fait en trois secondes plus de dommages que lui en plusieurs mois!

Si l'Envoleuse ne savait pas de quoi parlait Tsukia - ou alors c'était de ces mecs qui en voulaient à Gil ? - et qu'elle s'en tamponnait le coquillard, par contre la première partie de la tirade lui tira un haussement de sourcils.
Putain, il avait quand même rien à voir avec quand elle, elle l'avait rencontré et qu'il était devenu son Maître. Apparemment, ça s'était bien passé avec Syles - il avait piqué le jeune homme de ce qu'elle avait compris - et il aurait apparemment pu faire pareil avec cette nana. Et en même temps, Kaü le comprenait : elle avait l'air vraiment trop cool ! Mais en apprentie ? Boah, c'était pas son truc de toutes facons. Mais en même temps, pour le coup, Gil ne voulait pas d'apprentis à la base. Elle avait été le crash-test…

Secouant la tête, Kaünis poussa un soupir. Mais avant qu'elle n'ait pu ouvrir la bouche pour répondre, Aivy s'excitait toute seule ce qui lui tira un froncement de sourcils… Avant qu'un sourire malsain n'étire ses lèvres.
- Qu'est-ce que tu racontes, Tsu ? Quoi, elle avait besoin d'un dessin ? Ou alors mademoiselle rouquine avait enfin compris ou entendu parler des Envoleurs ? Kaünis opta pour un sourire affreusement moqueur.
- Et Lib, alors ? Et nous ?! Tu vas me dire que tu serais partie sans même te retourner pour aller rejoindre... Ça ?!

Lib ?
Un ricanement diabolique cascada de la gorge de Kaünis, qui croisa ses bras sous sa poitrine avec une grimace de mauvaise augure. S'appuyant contre un mur d'une épaule, elle jaugea les deux filles quelques secondes. Avant d'ajouter sa touche personnelle à la discussion.

- Oh… Des apprenties de blondasse ! cracha-t-elle avec sarcasme. Blondasse qui serait ravie d'apprendre que brunette ici présent cherche son mâle pour s'amuser ! Le ricanement était profondément méchant. Et suintait de satisfaction. Quoi t'as un soucis Aivy ? T'as peur de quoi ? Ta blondasse de Maître fait sa vie avec mon couillon d'ancien Maître. Ils sont aussi cons l'un que l'autre, mais bon. Gil es utile au moins… ajouta-t-elle en se passant la langue sur les lèvres.
Avant d'éclater d'un rire démoniaque.

- C'est pas tout ça, mais j'ai soif moi, finit-elle par lâcher.
Se tournant, elle entra à nouveau dans l'auberge et alla jusqu'au comptoir pour demander un verre de Rhum épicé. Que Tsukia et Aivy veuilent la rejoindre ou pas, rien à foutre.

Elle avait besoin de se défouler là.
Ouvrir des ventres et se rouler dans des entrailles était la première option.
Se trouver un mec à baiser la seconde.

Alors bon.
Son regard glissa sur les gens dans la salle. Beaucoup de mecs baissèrent le nez dans leur assiette ou leur verre quand elle les regarda et elle eut un petit sourire satisfait… Avant de croiser ce regard incroyablement bleu qui attrapa le sien.
Des épaules suffisamment carrées, assez bien foutu.
Bon, allez, adjugé.

Terminant cul-sec son verre, elle glissa entre les tables avec grâce pour venir s'appuyer sur celle où était installé le mec en question. Se penchant en avant, elle allait l'interpeller quand on lui tapota sur l'épaule…

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 231
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: [-16] I can always see them coming... [Libre]   Sam 22 Oct 2016, 07:05

Je reste un peu figé sur place... Rooooh je peux me cacher..? La Vy a prise en feu! WOOSH!

Sérieux je suis là non? Et puis j'ai dis que LUI il avait caresser l'idée de me prendre sous son aile, pas le contraire, Gilou il est sympa, mais pour le Zui Quan il serait pas très doué, pas assez original! Du coup Kaünis parle rapidement mais je vois que Vy attends encore ma réponse... Alors je lui saute dans les bras pour un câlin quand l'autre entre dans la taverne de nouveau, et nah! Plus fâchée! Câlin!


Calmos un poquos amigos... Enfin gas... Je crois... Bref!

D'abord, quitter pour quoi, pour le petit ami de Liblib, Gilou-lou ou pour son groupe, les envoleurs?

D'une façon ou d'une autre, tu te débarrasse pas de moi si facilement, je suis là et je reste!

Enfin pas dans tes bras, mais si dans tes bras, mais si je reste là toujours ça va être chiant parfois alors il vas y avoir des pauses hein!


Justement je prends une pause de ses bras pour reculer d'un pas en lui faisant un bisou sur le nez... Mais qu'est-ce qu'elle a contre ces fameux envoleurs? bon d'acc, on dis que c'est des tueur sans pitiés, mais certains disent de même sur les marchombres hein! Comme certains disent que je suis toujours saoule! Sérieux!

Que des conneries, me dis-je en contemplant mon intelligence pour avoir découvert les dites conneries et me récompensant d'une gorgé de l'alcool que je garde en réserve secrète...

Et le regain d'énergie se fait sentir tient, j'ai envie de taper du pied, de chanter, de me battre, de danser de.... De jouer! En dansant! Et en tapant du pied! Voilà! Il doit bien y avoir un violon à la con dans cet endroit...

Ah! Voilà, un type qui en a un sur sa table, je le vois par la porte encore ouverte depuis que Kaünis est entrée!

Du coup j'attrape Vy par la main et la traîne à l'intérieur puis me dirige vers la table où je point le violon d'un doigt, le type semble intrigué et me hoche la tête donc je l'attrape et vérifie rapidement chaque corde d'un doigt... J'ai toujours détester les cours de violon de la citadelle, supposés me rendre ''plus féminine''...

Faut dire que c'est pas dur de voir pourquoi quand je commence, eux ils aimais les musiques lentes moi...

Et bien moi les gens ouvrent grands les yeux vu la vitesse à laquelle je tire ma mélodie de l'instrument...

Tsukia, ou comment prendre tout à 220%! Je fait pas les choses à moitié et voilà bon!

Du coup je joue un rythme endiablé en tourbillonnant avec Vy, tentant de danser avec elle en jouant même si je suis difficile à suivre.

Cela dit bientôt plusieurs frappent du pied ou tapent des mains pour m’accompagner, quelques-uns sortent même leurs instruments respectifs, j’aperçois une guitare et un luth ainsi qu'un autre violoniste qui tente de suivre mes accords endiablés.

C'est rapide et joli...

Voilà, je suis pas une grande musicienne, je dois l'avouer mais vous savez, le rythme, c'est comme l'alcool...

J'ai ça dans le sang!


HRP:
 

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aivy Sil'Lucans
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 250
Citation : « Trompe-toi, sois imprudent. Tout n'est pas fragile. N'attends rien que de toi, parce que tu es sacré. Parce que tu es en vie. Parce que le plus important n'est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d'être. »
Date d'inscription : 24/04/2015

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Greffe: Non
Signe particulier: //

MessageSujet: Re: [-16] I can always see them coming... [Libre]   Lun 24 Oct 2016, 12:16

Lib et Gil.
Marchombre et Envoleur.

Aivy, Tsukia et Kaünis.
Deux apprenties Marchombres et... Une Envoleuse ?

Un sentiment étrange envahit l'esprit de la jeune femme, à mi-chemin entre une explosion interne et un ébahissement total. L'évocation même de ce genre de rapprochements lui donnait la nausée, doublée d'une forte envie de s'en aller sur le champ. Et Kaünis riait de plus belle, sans interruption, ce qui l'irrita passablement ; elle se contint suffisamment pour ne pas lui envoyer un belle droite entre les dents.

Le monde tournait décidément de manière complètement atroce. Plus elle avançait dans sa découverte, plus Aivy avait l'impression que "c'était juste n'importe quoi". Tsukia, elle, n'avait pas l'air de s'en formaliser.

Que leur maître fasse sa vie, c'était une chose. Avec un tueur de Marchombres en était une autre. Kaünis avait eu une manière bien peu plaisante de le présenter, le ravalant à une simple notion d'utilité, et elle n'avait pas l'air choquée non plus par sa propre manière de parler. Les Envoleurs n'avaient-ils aucun respect pour leurs guides ?

Elle finit par rentrer dans la taverne à la recherche de quoi satisfaire sa soif naissante, et Aivy poussa un long soupire. Son poing se desserra - depuis quand était-il serré ?

L'incompréhension l'envahit plus fortement, glissant en elle comme un serpent le long d'un arbre. Comment les Marchombres pouvaient-ils ne serait-ce qu'envisager la possibilité de faire leur vie avec l'ennemi ? Les Envoleurs étaient mauvais, typiquement le genre de personnes qu'elle avait appris à éviter comme la peste - exception faite de Syles, exception qui confirmait la règle.

Une véritable tornade s'empara alors d'elle, chassant pour un temps ces divagations. Son discours était toujours aussi truesque, et tira un sourire tendre à Aivy. Evidemment, qu'elle restait. Elle venait de lui promettre, d'une certaine manière, qu'elle ne l'abandonnerait pas. Elle n'abandonnerait pas leur formation, leur histoire, Syndrell, Libertée, l'Académie. Rien de tout cela ne pouvait être laissé derrière de manière indifférente, surtout pour rejoindre un autre camp au rayonnement malsain. Ce revirement qu'elle avait connu s'expliquait sans doute par autre chose...

Elle avait eu tort de manquer de confiance. Alors, quand elle la serra contre elle, elle ne put que lui rendre son affection et déposa un baiser sur son front.


- Excuse-moi, Tsu. Je n'aurais pas dû douter de toi.

Puis, elle se laissa embarquer avec joie dans la taverne. Tsu tournait déjà au milieu des clients restés malgré la bagarre, animant l'espace et se saisissant d'un violon récupéré à la volée. Les notes volèrent autour d'elles à un rythme endiablé, et Aivy ne se départit pas de son sourire quand son amante l'invita à danser avec elle. Elle suivit le rythme tant bien que mal, embarquée dans un tourbillon de bonheur et d'enthousiasme, rapidement rejointe par quelques clients emballés par la perspective d'une danse collective. Après la baston, l'art pour calmer les mœurs !

Plus par réflexe qu'autre chose, la jeune femme tourna la tête en direction de Kaünis, et plissa les yeux quand elle la vit tournée en direction du bar, sans doute en train de siroter une boisson, et accompagnée de... Non, approchée par un homme à l'allure étrange, vêtu d'une longue cape noire. Le sang d'Aivy ne fit qu'un tour lorsqu'elle aperçut avec effroi qu'il tenait une lame repliée dans sa main gauche, dissimulée par sa position. Le rapprochement se fit dans sa tête, et elle cessa de danser pour s'élancer à leur rencontre, un très mauvais pressentiment dans les tripes.

Heureusement, la distance entre l'endroit où elle se trouvait et le comptoir n'était pas grande, et elle atteignit l'endroit très rapidement, poussée par l'adrénaline, et juste au moment où l'inconnu tapait sur l'épaule de Kaünis. Elle eut à peine le temps de voir le mouvement de bras qu'il fit, révélant son arme en même temps que sa volonté évidente d'attenter à la vie de l'Envoleuse...

... Et fut stoppé net par l'apprentie qui, sans plus de cérémonie, lui sauta dessus avec l'intention de le désarmer. Surpris dans son élan, l'homme sous la cape tomba à la renverse, et se retrouva rapidement avec Aivy au-dessus de lui, qui luttait de toutes ses forces pour le maintenir à terre. Profitant de la surprise qu'avait créé son acte, elle appuya son genou au niveau du poignet de l'assassin du dimanche, bloquant ainsi toute tentative de sa part de riposte, tandis que son autre jambe bloquait, elle, son autre bras. La position n'était pas confortable, mais relativement efficace, même avec un petit gabarit comme celui de la jeune femme.

Son regard d'onyx vint alors rencontrer celui de l'Envoleuse.


- Je ne vais pas tenir longtemps, alors dépêche-toi !

Elle ne savait pas si elle l'avait vu venir ou si elle venait simplement de lui éviter une sacré blessure - à défaut de lui sauver la vie. Elle n'attendait pas de remerciements de sa part, surtout connaissant l'oiseau, mais un peu d'aide pour maintenir cet homme ne serait pas de refus...

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 976
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-16] I can always see them coming... [Libre]   Lun 24 Oct 2016, 17:31

Un frisson dans l'échine à ce contact.
Dégageant brusquement son épaule en tirant vers l'arrière, Kaünis se prépara à encaisser ou  éviter un coup… Mais en l'occurrence, le mec qui tenta de lui trouer la peau se retrouva avec une crinière rousse sur le dos qui l'empêcha de faire ce qu'il aurait voulu. Au moins un peu.
Alors bon, c'était vachement brouillon comme approche, mais ça avait eu le mérite de surprendre le mec. Un sourire mauvais étira les lèvres de Kaünis quand elle vit la position qu'avait prise Aivy sur le chasseur de tête - cocasse hein ! - et elle releva à peine la tête vers Tsu qui venait d'accélérer encore un peu plus son rythme.

- Je ne vais pas tenir longtemps, alors dépêche-toi !
Levant les yeux au ciel, Kaünis poussa un petit soupir… Avant de se pencher vers la tête du mec pour le fixer dans les yeux. Elle eut envie de lui demander ce qu'il lui voulait, mais laissa tomber : après tout, à quoi bon ?
Dans un ricanement à peine audible, elle contourna le corps de son "assaillant" et se retrouva proche de son ventre tendu par sa position saugrenue…

D'une pichenette, elle récupéra le poignard dans sa main droite et en fit courir le fil sur le tissus qui recouvrait sa peau… Avant de déchirer le tissus en question et d'exposer un ventre aux abdominaux fins et tendus, mais bien visibles. Se passant la langue sur les lèvres, en appréciation à ce corps bien foutu, Kaünis se mordit la lèvre inférieure.
- C'est dommage que tu aies cherché les emmerdes, petit chou, t'es drôlement bien foutu… murmura-t-elle d'un ton à la fois excité et dangereux.

La lame du poignard glissa sur le ventre de l'homme, l'entaillant superficiellement. Le liquide vermeille compléta son geste en jaillissant en beauté de la première coupure, et cela encouragea Kaünis à continuer son affaire. Il avait écarquillé les yeux mais pas encore hurlé, et l'Envoleuse leva les yeux vers les siens pour en attraper le regard… Et se mordre la lèvre inférieure de manière absolument provocatrice.
- On ne s'amuse pas avec moi. C'est moi qui vais m'amuser avec toi maintenant… Qu'elle soit au milieu d'une auberge ne la dérangeait pas un seul instant. Alors, elle enfonça son poignard avec précision dans le ventre de l'homme, lui tirant un hurlement de douleur cette fois. Mais elle ne voulait pas le tuer tout de suite, bien au contraire.
Coinçant l'arme sous son genou droit, la jeune femme se pencha en avant et fit glisser avec délicatesse, presque avec sensualité, ses mains sur la peau de l'homme, jouant avec les poils sous son nombril un instant… Avant d'enfoncer ses doigts dans la plaie, index et majeur en premier, pour attraper un bout d'intestins, et le tirer hors de la chaleur abdominale.

Ça fumait tellement c'était chaud.
Enhardie, Kaünis écarta la plaie pour tirer un peu plus sur les entrailles du mec et en enrouler un bout autour de ses doigts, de sa main. Elle se mordait la lèvre à sang, et finit par pousser Aivy : de toutes façons, elle avait la main dans le bide du mec, il savait très bien - et ça se voyait - que s'il bougeait, elle lui découperait les intestins et ça, c'était mortel.
Lâchant le morceau sanguinolent, elle fit remonter ses doigts dégoulinants de sang et de lymphe, brûlant de la chaleur de ses entrailles, sur la peau du torse du mec, traçant un sillon de feu sur son épiderme secoué de spasmes.

La musique l'entraînait.
C'était extatique, chaud et stimulant. Excitant.
Le regard chargé de besoin, de désir, Kaünis se redressa complètement et balaya la pièce du regard. Beaucoup s'étaient figés sous la scène, d'autres avait détourné la tête, d'autres encore avait dégueulé une partie de leur repas. Haussant les épaules, l'Envoleuse attrapa le mec par les épaules pour le redresser… Cela fit couler le sang d'un flot épais, mais elle parvint à le redresser sur son dos, pour le tirer hors de la taverne et le poser à l'extérieur, le long de la petite ruelle qui longeait l'auberge.

Le plaquant contre le mur, elle pressa son corps contre le sien, sentant le sang s'étaler contre sa propre peau dans un frisson délicieux.
Mais le mec perdit connaissance à ce moment-là, et elle poussa un soupir d'exaspération… Avant de le lâcher. Elle le regarda glisser le long du mur pour s'écrouler sur le sol, et finit par hausser les épaules en déchirant un pan de ses vêtements pour essuyer le sang sur son propre ventre, avant de faire demi-tour et de rentrer à nouveau dans l'auberge…

Tous les regards convergeaient vers elle.

Quoi, ils voulaient un portrait ?!

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 231
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: [-16] I can always see them coming... [Libre]   Lun 24 Oct 2016, 20:01

J'arrête de jouer au moment même où elle fait la première entaille...

Gil m'avait dit qu'ils étaient pas des enfants de coeurs... Mais c'est pas le spectacle qui me dégoutte ou me fais peur...

C'est le fait que j'aurais pus finir comme elle, moi aussi. Je m'apprête à aller l'arrêter quand le sang gicle pour la première fois vraiment, mais déjà je vois les gouttes restés en suspension dans les airs, avant de voler vers le mur d'un autre édifice pour s'y écraser. Kaünis ne semble pas le voir, absorber par son travail...

Aivy, elle, se recule comme tout le monde devant le phénomène.

À ce moment, la fille blonde de plus tôt passe, toujours avec ses vêtements blancs immaculés, à droite de moi alors qu'un mec tout aussi blond, fin, passe à ma gauche, le même genre de vêtements sur le dos et un air tout aussi grave sur le visage...

Et j'ai comme l'impression que c'est lui qui, en fermant les yeux un instant, fait apparaître un genre de brancard où la pauvre victime tombe...

Au moins nous sommes dehors... Parce qu'il est pas conseiller de se foutre entre une envoleuse et son ''repas''...


Danir


Alors c'est ça, la source de tout ce boucan? Franchement, quand Narek va apprendre qu'une telle tarée est passé...

Je soupire un instant, m'arrêtant quelque pas avant Carian, qui continue jusqu'à être face à face avec l'étrangère qui a causer ce désordre.

Toute doucereuse et émotive qu'elle est avec ses amis, Carian n'en reste pas moins une battante... Et quand elle a la rage, ça finit toujours mal, me dis-je en fermant les yeux, gardant un air calme.

J'entends dans mon crâne les sons se taire pour être remplacer par la mélodie à laquelle je pense... Mélodie de Lyra, mélodie de Narek... Celle que je devais jouer à leur mariage.

Elle me calme toujours autant, malgré la mélancolie qui devrait l'accompagner... Seulement voilà, je sais très bien que mon cerveau n'est pas normal, peut-être est-ce pour ça que la psychologie m’intéresse autant.

La fille rit au nez de Carian quand elle lui dit de la laisser amené l'homme chez un rêveur ou de s'en prendre plein la tronche...

C'est pas bon, ça.

Je ferme les yeux en voyant le poing de ma soeur se serrer et prendre de l'élan... Cette fille est trop sûre d'elle, Carian ne pense pas assez. Si je ne fais rien, elle y laissera au moins son bras.

La fille au cheveux noirs dont Carian me parlait a lâcher son violon pour intervenir...

Trop tard petite, toi aussi la rouquine...

Mais ne vous en faites pas.

Je m'en occupe.


Tsukia

J'ouvre grand les yeux en voyant ce qui se passe... La fille en blanc et Kaünis sont séparés... Par un mur de bois... Une planche, en fait, qui est venue de nulle part et disparais juste après les avoirs empêcher de se battre... Un dessinateur, me dis-je en regardant l'homme blond avancer d'un pas alors vers le blessé sans se préoccupé des deux femmes.

Il se penche à ses côtés et est le premier à briser le silence un moment en prenant les signes vitaux de l'assaillant...


Mesdames, si vous voulez vous battre, je vous demanderais de le faire ailleurs... Quant-à cet homme, je le porterais à la prison moi même, il n'en sortiras pas avant très longtemps...

Aussitôt finit de parler, il ferme les yeux un instant et... Bon sang, le mec! Ses blessures se guérisses lentement, se refermes... J'ai déjà vu des rêveurs à l'oeuvre mais là... Ce type à un niveau de ouf pour travailler si vite, seul, dans un tel chaos..! La blessure se referme un peu et il se relève en époussetant ses genoux...

Voilà, il ne devrait pas se vider de son sang, pour l'instant...

Gloups, un rêveur dessinateur de bon niveau dans les deux arts? Ça existe ce genre de type? Flippant, quand même... Et v'là qu'il se retourne vers Kaünis et fait une révérence en plus!

Au nom de l'établissement du Zoanne et de son propriétaire, mon ami Narek Liam, je vous demande pardon pour cet incident et ferais le nécessaire pour une sécurité accrue dans notre établissement...

Si vous le permettez, j'aimerais vous offrir une boisson à tout ceux présents, et une chambre pour la nuit et le déjeuner demain pour vous, jeune femme, en excuse.


Une boisson!? Mais il est génial ce type, alcool gratuit les mecs!

Bon par contre offrir la chambre et le déjeuner à Kaünis... C'est un peu exagérer, c'est elle qui en a fait une si grosse emmerde après tout... Mais allez hop, boisson! Je le vois s'approcher de Vyvy, qui reste comme gelée sur place et me rapproche aussi pour pouvoir intervenir au besoin...


Mademoiselle..? Ça va..?

Ouuuuaiiiis, un rêveur... Il vérifier les ''victimes'' quoi...

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aivy Sil'Lucans
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 250
Citation : « Trompe-toi, sois imprudent. Tout n'est pas fragile. N'attends rien que de toi, parce que tu es sacré. Parce que tu es en vie. Parce que le plus important n'est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d'être. »
Date d'inscription : 24/04/2015

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Greffe: Non
Signe particulier: //

MessageSujet: Re: [-16] I can always see them coming... [Libre]   Lun 24 Oct 2016, 20:33

Si elle avait su que les choses évolueraient dans cette direction, elle se serait volontiers passée de sauver la vie de cette chieuse.

Elle ignorait totalement pourquoi elle avait sauté sur cet homme et choisi de l'aider. Sa conscience s'était révélée plus forte que l'aversion qu'elle entretenait envers l'Envoleuse - et envers les Envoleurs en général -, et elle avait rapidement immobilisé l'homme comme elle l'avait pu. Sans savoir qu'elle le livrait au pire des démons qu'il ait sans doute jamais rencontré.

Aivy eut un haut-le-cœur quand elle comprit, malgré son dos offert à la chieuse et donc l'impossibilité de voir directement, ce qui se passait derrière elle. Elle faillit envoyer balader Kaünis lorsque cette dernière fit une remarque sur la constitution physique de celui qui aurait pu devenir son assassin, la sommer de se presser pour l'interroger et de faire ça proprement. Elle n'eut pas le temps d'ouvrir la bouche.

L'odeur du sang envahit rapidement le périmètre. La musique se jouait toujours par elle ne savait quel miracle, et la plupart des clients avaient arrêté de danser. Tsukia, elle, se tenait à l'écart. L'apprentie ravala sa salive et se décida à se retourner, histoire de vérifier si elle n'était pas en train de trop charcuter l'homme capé. Ce qu'elle vit lui provoqua un tell effet de nausée qu'elle dut faire un effort surhumain pour ne pas rendre la totalité de son dîner à la fois sur l'homme et sur Kaünis.

La tortionnaire, forte de ce qui semblait un geste habituel, était purement et simplement en train de vider l'assassin de ses intestins, et plongeait ses doigts dans la large plaie qu'elle venait de créer elle-même avec un plaisir évident. Devenue soudainement livide, la jeune femme n'émit aucune résistance quand elle la somma de se pousser, et dégagea le passage d'un geste souple.

L'Envoleuse continua son manège durant quelques minutes qui semblèrent des heures à Aivy. Repoussant avec violence la nausée qui l'assaillait de plus en plus, celle-ci se laissa glisser à même le sol, incapable de détourner les yeux de ce spectacle morbide. Cet homme avait beau être un salaud, il ne méritait pas un tel traitement. Personne ne le méritait.

Devant la pression des regards, Kaünis consentit finalement à sortir avec ce qui ressemblait plus à un cadavre ambulant qu'un homme encore en état de conscience. Elle revint une paire de minutes plus tard, totalement couverte de sang, et les mains vides. Trop choquée pour dire quoi que ce soit, Aivy regarda la fille en blanc de tout à l'heure s'interposer sur sa route, et lui intimer d'emmener sa victime chez un rêveur. Oh, si seulement elle savait à quoi elle s'exposait en contrariant cette fille... La jeune femme brûlait d'envie de lui dire de la laisser tranquille si elle voulait sauver sa peau, mais le choc était encore trop grand, et la nausée menaçait de la submerger à chaque instant.

Alors elle tourna la tête vers l'extérieur comme par réflexe, et fronça les sourcils quand elle aperçut un homme entrer dans la pièce. A ses côtés, Kaünis et la fille semblaient sur le point de s'engager dans une lutte à mort. L'Envoleuse n'était pas rassasiée, et prendrait sans doute encore beaucoup de plaisir à torturer le monde entier. Cette idée tira un frisson d'horreur à l'apprentie, et le doute dans son esprit se clarifia immédiatement : elle devait s'en aller, et vite.

Mais un mur de bois surgit entre les deux filles, et l'homme s'approcha encore plus près. Aivy perçut quelques bribes de paroles, toujours dans une léthargie causée par le choc. Rêveur, dessinateur ? Ah, il était bien tombé.

Et sa tête qui ne voulait pas cesser de tourner...


- Mademoiselle...? Ça va...?
- Je... Oui, répondit la demoiselle en question d'une voix peu assurée. Je crois...

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 976
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-16] I can always see them coming... [Libre]   Lun 24 Oct 2016, 21:06

Une fille habillée tout en blanc vient directement sur elle, alors que son regard vogue dans la pièce.
Elle a faim. Et cette couillonne, là, qui veut amener l'autre débile à un Rêveur. Sérieusement. Il pouvait le trouver tout seul, le Rêveur. C'était pas avec une micro-entaille qu'il allait crever si vite, de toutes façons. Quelqu'un l'aurait trouvé. En tout cas, elle n'avait aucune intention de lui trouver un Rêveur.
Qu'il aille se faire foutre ! C'était lui qui avait commencé.


Mais l'autre là, elle était agressive et Kaünis commença à avoir la moutarde qui lui montait au nez. Oh, merde hein ! Quoi elle voulait se battre ? Pff, comme si elle allait prendre la peine de sortir une lame ou autre pour une nana de taverne. Sérieusement, les gens étaient stupides.
Pliant les genoux pour être parée à une quelconque attaque maladroite, l'Envoleuse leva le nez quand un mur de planches apparut entre elle et l'autre nana.


Mesdames, si vous voulez vous battre, je vous demanderais de le faire ailleurs... Quant-à cet homme, je le porterais à la prison moi même, il n'en sortiras pas avant très longtemps...
Kaünis tourna la tête vers le mec qui venait de parler - un blond habillé en blanc lui aussi. Elle renifla avec dédain : pas envie de se battre contre une nana qui saurait même pas donner le change - ou pas assez. Secouant la tête, elle se passa une main dans les cheveux et fit volte-face.
Pff, même pas besoin d'un Rêveur, le mec là recoud bien le ventre tout seul. L'autre débile de chasseur de tête ne doit même plus avoir mal, c'est dommage.
Voilà, il ne devrait pas se vider de son sang, pour l'instant...


L'Envoleuse leva les yeux vers le mec. Une seconde.
Avant de faire tourner son propre poignard entre ses doigts et de découper de haut en bas tout le torse du mec. Sa lame ripa contre le sternum une seconde, mais elle la réenfonça avec force dans son diaphragme et son foie, juste en dessous, pour descendre sur ses intestins… Et remonter en crochet tout en poussant sa greffe dans le ventre brûlant et surtout le long de sa lame qui atteignit le coeur.


Un long frisson de délectation remonta le long de son bras quand elle sentit le sang gicler de l'organe vital. Deux secondes plus tard, la pompe vivante s'arrêtait, gelée. Se mordant la lèvre, Kaünis se redressa lentement, relevant le menton en signe de défi.


- La prison, ça apprend rien à ce genre de mecs. fit-elle d'un ton dédaigneux au possible. * A moi non plus, ça ne m'apprendrait rien, patate blanche. *
Un sourire étira ses lèvres, et elle essuya sa lame sur les vêtements du cadavre.
- Mais un verre, ça me dit bien, ajouta-t-elle, en faisant passer ses cheveux dans son dos.


Ouais, un bon vin de noix.
Miam.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 231
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: [-16] I can always see them coming... [Libre]   Lun 07 Nov 2016, 21:47

Mais putain, la petite, défend toi!

Pas... Gah... Encore...

Difficile de parler avec la lèvre tuméfiée de coups, mais je me relève et le gros tas de muscles me regarde avec un air énerver que je n'abandonne pas...

Et je lui souris malgré mes blessures à force d'encaisser... T'es fort mon mignon, mais moi je suis beaucoup plus endurante. J’aperçois Kaünis du coin de l'oeil qui me regarde, alors ma grande, je suis une vraie nana, oui ou merde, hein..? T'en pense quoi?

Le mec s'acharne sur ma défense, je n'ais pas la place pour éviter les coups dans l'espace restreint du ring... Aivy est non loin de Kaünis et je lis son inquiétude sur son visage... Ouais, d'accord, je suis mal, je sais, j'ai compris, mais déjà, tas de muscles ralenti doucement et je vois Kaünis sourire un peu, elle comprends la stratégie...

Soudain il commence à inspirer très fort, au bords de l'épuisement à force de me frapper et que je ne bouge pas, endurant les coups.

Je tourne ma tête pour regarder le mec, un gamin de 15 ans au plus, qui m'as crier de me défendre, juste à côté d'Aivy, avec un grand sourire.


Hey, gamin...

... Maintenant.


~~~

No one can make this better...

Take control and make this better.

Are you sick of it!?

~~~

Ça n'as pas pris de temps après le meurtre qu'on s'est fait foutre à la porte... Bon, Kaünis s'est fait foutre à la porte en fait, moi j'ai pris sur moi de l'inviter dans un endroit qu'elle aimerait bien en lui promettant une soirée beaucoup plus intéressante...

Aivy... Et bien je ne sais pas trop si elle nous a suivit par automatisme ou pour s'assurer que je ne me foute pas en danger avec cette nana complètement déluré.

De toute façon, ça ne compte pas, là, puisque nous sommes dans un endroit plutôt miteux que je connais de l'époque où je voyageais... Un endroit avec des combats en ring où il y a plusieurs règles que justement un des organisateurs, un homme me rappelant un marchombre par sa musculature féline... Nan, en fait il me rappelle Gil avec son air de danger, viens expliquer devant la foule d'environ 20 personnes présentes.


La première règle de nos combats est qu'on ne parle pas de nos combats.

Le seconde règle de nos combats est....

On ne parle PAS de nos combats.

Ici vous venez, vous vous battez, vous gagnez ou vous perdez, de toute façon si j'entends quelqu'un mentionner cet endroit à qui que ce soit en dehors de ces lieux je jure de l'écartelé à main nues c'est clair..?

Bien.

Troisième règle, pas de vêtement de torse, les filles peuvent garder leur haut si elles le veulent, question de ne pas donner un trop bon spectacle.

Quatrième règle, pas d'armes, que ce soit des dagues ou des anneaux, je m'en tape.

Cinquième règle, si quelqu'un n'est pas K.O. il n'a pas perdu, je m'en fou s'il a perdu les deux bras et les jambes, mordez l'adversaire!

Sixième règle, on ne tue pas, blessez gravement si c'est votre truc, un cadavre c'est trop de problème et ça ne sert plus à rien de toute façon.

Septième règle, au vainqueur va le prix, en d'autre mots le gagnant prends ce qu'il veux, mesdames vous êtes prévenues que cela inclut également le corps du perdant, messieurs, vous êtes prévenus que cela inclut se faire un putain de collier de nouilles avec vos couilles.

Huitième et ultime règle, si vous apportez avec vous de nouveaux à présenter... Vous devez vous battre au moins une fois par recrue présenté ou bien vaincre notre gentil petit videur pour gagner le droit de les présenter en tant que nouveaux... Je te préviens d'avance Tsukia, ma vieille, depuis la dernière fois il s'est fait treize roses de plus et il attends toujours de piquer la tienne.


Je sourit malgré moi... Des roses, c'est vraiment con d'appeler ça comme ça, sachant qu'il parle des vierges que ce gros excrément de muscles a violés...

Il va attendre longtemps avant de m'avoir moi, me dis-je en souriant alors que je grimpe dans le ring en lui faisant signe de venir...

Mon regard croise celui de Kaünis... Je suis pas aussi dangereuse que toi, mais il est temps de te montrer que je suis une vraie femme, qui mords bien comme il faut.


~~~

Before I got to fighting, or fighting got me,
I looked for examples in chivalry.
And I saw mighty arms much stronger then my arms could ever be,
So I though mayhaps this field was not for me...

But still I stayed and watched the fighting 'til one figure stood apart...
In leather oldly fashioned and hair cut more crazed than art...

But each blow was thrown with precision and a lightness of the heart...

So I took that step which soon became a start.

'Cause he was not the biggest fighter and loved to raise a fuss,
But I remember being proud that he was one of us.

And we might never stand together in the shield-wall side by side...

But 'cause of him I lift my fists with pride.

~~~

Soudain il commence à inspirer très fort, au bords de l'épuisement à force de me frapper et que je ne bouge pas, endurant les coups.

Je tourne ma tête pour regarder le mec, un gamin de 15 ans au plus, qui m'as crier de me défendre, juste à côté d'Aivy, avec un grand sourire.


Hey, gamin...

... Maintenant.


Au même instant je lui étale mon poing sur la tronche une première fois et il grimace sous l'impact, trop fatigué pour répliquer ou pour bloquer ou même éviter... Voilà gros tas, si t'avais pas tout ce gras à promener tu aurais peut-être put me battre, seulement voilà, c'est pas l'cas!

Après le quatrième coup il tente de répliquer de façon aveugle et je bloque le coup avec mon coude pour répliquer en lui frappant les oreilles, l'étourdissant pour de bon, il recule en portant ses mains à sa tête et je lui frappe le diaphragme d'un atemi puissant qui lui fait perdre le souffle, un petit coup un peu à droite de l’omoplate question de l’immobiliser et sboom que j'lui frappe l'arrière de la nuque du tranchant de la main.

L'homme tombe au sol dans un gros ''THUD!'' et les gens semblent tous étonnés de l'issue du combat...

Moi je saute par dessus les cordes et attrape une bouteille encore fermée dans les pattes d'un type pour la déboucher et y boire au goulot en m'approchant de mes amies...


Alors Kaünis, tu veux t'essayer..? Il déconnait pas au passage, avec la règle sept.

Je passe un bras autour des épaules d'Aivy pour la tenir près de moi... 1) Parce qu'elle sent suuuupppeeerrr boooonnnn! 2) Parce qu'elle doit un peu flipper que je connaisse un tel endroit 3) Parce que ça signale au méchants ours de se tenir loin, c'est ma nana, et 4 ) ELLE SENT BOOOOOONNNN!!!

HRP:
 

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aivy Sil'Lucans
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 250
Citation : « Trompe-toi, sois imprudent. Tout n'est pas fragile. N'attends rien que de toi, parce que tu es sacré. Parce que tu es en vie. Parce que le plus important n'est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d'être. »
Date d'inscription : 24/04/2015

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Greffe: Non
Signe particulier: //

MessageSujet: Re: [-16] I can always see them coming... [Libre]   Mar 08 Nov 2016, 12:39

Encore choquée par ce qu'elle venait de voir, Aivy se traîna derrière les deux filles plus par automatisme que par volonté. Il n'avait pas fallu beaucoup de temps avant que les employés du Zoanne, particulièrement mécontents de la scène qui avait provoqué la fuite de beaucoup de clients, ne chassent Kaünis à grands coups de pied aux fesses. Evidemment, celle-ci ne s'était pas fait prier, et avait tourné les talons sans demander son reste.

Les yeux dans le vague, l'apprentie avança péniblement entre les rues, deux pas derrière l'Envoleuse et Tsukia qui semblaient se chamailler. Encore surprise de ne pas avoir rendu la totalité de son repas par terre, la jeune femme commençait à se détacher de ce qui venait de se produire, ce qui n'empêchait pas une kyrielle de questions d'envahir son esprit. A commencer par : De quelle sorte de démence Kaünis était-elle atteinte pour faire subir ce genre de choses à un être humain et s'en délecter comme s'il s'était agi d'une chose agréable ?

Les paroles de Syles lui revinrent alors en mémoire et, pour la première fois depuis qu'elle avait entendu ces mots si justes, elle les repoussa avec force. Comment pouvait-on décemment assurer qu'il n'existait pas de différence fondamentale entre Marchombres et Envoleurs après ce qui venait de se jouer sous ses yeux ? S'il était évident que le monde ne tournait pas que dans un sens, et qu'il n'était ni noir, ni blanc, l'évidence était beaucoup moindre lorsque l'on assistait à un véritable cas de torture gratuite.

*Oui, gratuite. Ce type était peut-être un assassin, mais il ne méritait pas un tel sort.*

Heureusement pour lui, cet étrange dessinateur était intervenu.
Heureusement pour tout le monde, elles s'étaient fait virer.



***


- La première règle de nos combats est qu'on ne parle pas de nos combats. La seconde règle de nos combats est... On ne parle PAS de nos combats. Ici vous venez, vous vous battez, vous gagnez ou vous perdez, de toute façon si j'entends quelqu'un mentionner cet endroit à qui que ce soit en dehors de ces lieux je jure de l'écarteler à main nues, c'est clair ?

Le regard fixé sur cet étrange homme perché au-dessus de la scène, Aivy fronça les sourcils.

L'endroit était mal famé, mais peu fréquenté. Une vingtaine de personnes, tout au plus. Pourquoi Tsu les avait-elles emmenées dans un lieu aussi sordide ? Plus le discours avançait, plus le sourire en coin de l'apprentie s'élargissait. Cet homme avait quelque chose d'impressionnant au premier abord mais, lorsque l'on écoutait ses paroles de plus près, il ressemblait à une vraie coquille vide. Dommage, il était plutôt séduisant avec ses airs de videur de bar mal fréquenté.

L’apostrophe qu'il adressa à Tsu avait tout d'une mise en garde, mais évidemment, cette dernière se contenta de rire et l'ignora superbement en s'élançant la première sur le ring. Une brute se présenta face à elle, et le large sourire que l'homme s'empressa d'afficher témoigna comme un symbole de toute la confiance qu'il avait en lui-même.

Contre toute attente, l'affrontement dura suffisamment longtemps pour que l'assemblée entière commence à se poser des questions. Les coups plurent dans tous les sens et, bien loin du combat, Aivy sentit pourtant son coeur s'accélérer brutalement à chaque fois que son amie esquivait une attaque qui aurait pu être lourde de conséquences. Mais elle ne se défendit pas, laissant le géant attaquer à sa guise.

Enfin, elle se décida à répliquer, et la brute tomba à terre dans un bruit sonore qui trahit la manière simple mais efficace avec laquelle il avait été mis au tapis. Une série de poings bien placés sous l'emprise d'un alcool un peu fort, et le tour était joué... L'apprentie, elle, soupira de soulagement et sourit à nouveau. Cette fille était décidément pleine de surprises, et avait le don de la surprendre chaque jour un peu plus.

Alors, quand elle vint pratiquement se jeter contre elle, l'apprentie l'accueillit à bras ouverts.


- Joli combat, Tsu. Tu comptes continuer ?

Quelques mois plus tôt, la question aurait sans doute été fébrile, et aurait caché un profond désaccord avec la situation. Mais la jeune rousse avait pris du plomb dans la tête, et connaissait suffisamment la seconde élève de Lib' pour savoir qu'il ne pouvait pas lui arriver grand-chose quand elle était dans cet état proche de la transe.

La question adressée à Kaünis, par contre, la fit presque frissonner.
Ce n'était pas une bonne idée de laisser cette fille combattre ici. Sans aucune barrière pour la stopper, elle était tout à fait capable d'outre-passer les règles et de blesser son adversaire à mort avant de l'achever. De plus, l'Envoleuse aux cheveux de jais était toujours tâchée du sang de sa précédente victime. Le seul souvenir de cette scène redonna la nausée à Aivy.


- Tu ne devrais pas, intima-t-elle à la chieuse d'une voix peu convaincue, sachant qu'elle serait sans doute envoyée sur les roses. Vraiment pas.

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 976
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-16] I can always see them coming... [Libre]   Jeu 10 Nov 2016, 02:28

Bon, ben pas de verre alors…
Levant les yeux au ciel quand l’autre mec la mit à la porte, Kaünis poussa un soupir résigné. Il allait falloir qu’elle trouve une autre occupation, mais elle ne savait pas trop ce qu’elle voulait, là, tout de suite.
Mais apparemment Tsukia a une idée elle, et intriguée, l’Envoleuse la suivit dans les ruelles mal famées de la ville. Oh, ça sentait bon ça. Un frisson de délectation anticipée remonta le long de sa colonne vertébrale alors que son regard tombait sur l’enseigne défraichie d’un endroit qui puait la transpiration, le sang et d’autres fluides vitaux.

Un sourire mauvais éclaira le visage de Kaünis.

- Troisième règle, pas de vêtement de torse, les filles peuvent garder leur haut si elles le veulent, question de ne pas donner un trop bon spectacle.
Oh, ça c’était dommage…. D’autant que sous son faux-corset, elle n’avait absoluement pas de brassière ou truc du genre. Farfouillant dans ses poches de ceinture, l’Envoleuse finit par y trouver une longue bande et eut un sourire en coin alors que le « présentateur » continuait sur ses règles.
- Sixième règle, on ne tue pas, blessez gravement si c'est votre truc, un cadavre c'est trop de problème et ça ne sert plus à rien de toute façon. Un sourire torve étira les lèvres de Kaünis à cette mention. Oh, on pouvait aller très loin sur le « blesser gravement » et ce fil-là était très tentant à tendre ! Septième règle, au vainqueur va le prix, en d'autre mots le gagnant prends ce qu'il veut, mesdames vous êtes prévenues que cela inclut également le corps du perdant, messieurs, vous êtes prévenus que cela inclut se faire un putain de collier de nouilles avec vos couilles.
Ça, c’était bon, ça. Oh oui. Elle allait se faire plaisir !

L’Envoleuse laissa Tsukia monter sur le ring, un sourire sur les lèvres et une étincelle dans les yeux. Oh, oui, elle avait largement ça dans le ventre, cette gamine, et ça lui plaisait carrément. Croisant ses bras sous sa poitrine, Kaünis observa avec intérêt le combat…
Et la technique de Tsukia. Ça se voyait gros comme le nez au milieu de la figure qu’elle laissait l’autre s’épuiser, mais ce gros tas sans cervelle n’avait pas compris. Un videur, ça ? Un peu plus de jugeote lui aurait permis de ne pas se faire aplatir la tronche par une nana maigrelette, mais il était stupide et Tsukia elle, était bien plus intelligente que ça.

- Alors Kaünis, tu veux t'essayer..? Il déconnait pas au passage, avec la règle sept.
Un sourire torve étira les lèvres de Kaünis qui leva les yeux vers le ring. Apparemment, les gens étaient un peu choqués, encore… Qu’est-ce qu’ils allaient prendre !
- Tu ne devrais pas. Vraiment pas.
Kaünis ignora superbement Aivy en lui passant devant, et en murmurant d’un ton glacial.
- Tu sais pas comment t’amuser, et même ma mère m’aurait encouragée à monter là-haut !
Se hissant sur le ring, Kaünis se redressa lentement de toute sa – petite – hauteur et dévisagea la foule qui était pressée autour. Un sourire infiniment diabolique sur les lèvres, elle défit les boucles de son faux-corset devant tous ces mecs, le laissant tomber à ses pieds et l’envoya d’un rapide mouvement vers Tsukia et Aivy. Puis, elle ota sa ceinture et la fila à Tsukia en particulier, gardant avec elle la bande.

Seins nus, devant des mecs en rut, elle redressa le menton. Avant de prendre son temps pour s’enrouler dans la bande – les seins qui bloblotent, c’est pas pratique.
- Alors ? Des intéressés ? lâcha-t-elle, absolument provocatrice. Elle leur avait donné un bon avant-goût de ce qu’ils pouvaient gagner, non ?
Il y eu une petite jouxte à l’entrée du ring, avant qu’un mec se glisse enfin entre les élastiques, et un sourire satisfait et mauvais éclaira le visage de Kaünis qui le détailla de bas en haut, les deux mains sur les hanches.
- T’as beau mesurer deux mètres cinquante, tu vas te faire latter la tronche. C’est dommage que tu aies du coup pas plus d’os, ça aurait été plus drôle…
- Ta gueule salope, je vais baiser ton corps sanguinolent dans moins d’une minute !

Cela tira un éclat de rire à Kaünis, qui adressa une moue sexy au mec.
- Si t’es capable de me toucher, j’enlève ma bande pour le prochain combat, chéri !

Ce fut à ce moment-là que le bong retentit, et le mec lui courut littéralement dessus à toute allure.
Kaünis prit cependant le temps de lever les yeux au ciel et de pousser un soupir contrit… Avant de l’éviter souplement et de placer un coup de talon dans sa cheville, qui le fit s’étaler par terre dans un cri de souffrance. Ben ouais, quand on pèse 150 Kg, ça fait mal une cheville en moins ! Mais il se releva et commença à tourner autour d’elle dans une pseudo-garde qui aurait pu être parfaite s’il n’avait pas ré-attaqué.
L’Envoleuse se glissa dans un dos et plaça un second coup précis sur son genou gauche – de l’autre jambe – qui se déboita sous l’impact.

Elle n’avait pas le droit de tuer, mais elle pouvait s’amuser, alors… Elle en profitait !
Bondissant sur le dos du mec à demi-effondré, elle planta ses ongles juste au dessus de ses omoplates et enfonça ses doigts dans sa chair avant de tirer vers elle, emmenant des bouts de peau épais dans son sillage.  Il se redressa brutalement sous le coup de la douleur, et elle en profita pour enfoncer ses pouces sous la palme de ses omoplates, les ancrer sous l’os et tirer de toutes ses forces…
Pour déboiter ses épaules.

Les bras pendants et inutilisable, sans genou gauche et sans cheville droite, le mec n’était pas encore KO… Et essaya de se jeter sur elle, sur le côté.
Raté, gros tas de muscles – et de gras !
Elle poussa le mec du coude pour qu’il s’effondre sur le côté… avant de lui caresser presque tendrement le crâne.
Se penchant doucement vers lui, elle approcha ses lèvres de sa joue, près de sa tempe.  Et fronça le nez.
- En plus, tu pues sérieusement. Ton sang a une meilleure odeur… murmura-t-elle, doucereuse, à son oreille.
Avant de lui arracher l’oreille en question avec les dents.

Se relevant, Kaünis s’essuya la bouche d’un revers d’avant-bras, et poussa le mec inconscient du bout du pied, dédaigneuse.
Son regard fit le tour de la salle, tomba sur Tsukia et Aivy. La rousse était clairement choquée et ça amusa l’Envoleuse, qui releva le menton en s’adressant à la foule, jouant avec l’oreille déchiquetée distraitement de la main droite.
- Alors, petits chous ? Allez quoi, vous êtes des mauviettes ou quoi ? cracha-t-elle, vicieuse.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 231
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: [-16] I can always see them coming... [Libre]   Sam 24 Déc 2016, 06:18

Moi j'ai une idée...

Tsukia a battu la grosse brute, mais elle emmène deux nouveaux, non?

Il te manque un combat, ma vieille, pourquoi n'embarque tu pas dans l'arène de suite..?

Après tout, cette nouvelle t'as donné son corset, elle doit le reprendre et il n'y a qu'une façon de gagner quelque chose, ici bas...


L'idée leva une série de conversation, une nouvelle se battre contre celle qui la présentait, c'était une première, mais... Si c'était le grand chef qui le proposait... Personne n'aurait voulu se risquer en combat contre LUI pour s'opposer à l'idée...

Personne n'en eu l'occasion, de toute façon.


Bonne idée, mon vieux! Mais je suis un peux sec...

Pas un mot de plus ne fut nécessaire.

On lui avaient apporté un choix entre un alcool très fort et un plus doux, mais quand même à haut pourcentage... L'homme, qui la connaissait bien, sourit malgré lui quand elle piqua un clin d'oeil à l'autre nouvelle.


In a grave of roses, while the night is closing in,
My soul is so cold, but I want to live again...

I know you'll come to me, I wait in misery,
I want to fight for this, save me from this darkness.

I reach for the light,
I want to live my life,
The choice is mine, I've made up my mind!

Now, I'm free to start again,
The way I want to live and breathe,
The way I want that's right for me,
I may not know nothing else...

...But I know this :

I want to live!

Pas de questions sur le sujet, oui, je veux me battre contre cette tarée qui me rappelle vaguement Gil pour une raison qui m'échappe un peu!

Du coup j'attrape les deux bouteilles à la fois quand on me les apportes et je pique un clin d'oeil à Aivy...

...Cul sec, ma grande, me dis-je en me vidant les bouteilles dans le gosier devant les regards surpris de l'audience.

Puis je me glisse dans l'arène comme si de rien n'était, mais tout le monde attends le moment où l'alcool va me frapper et je vais tomber de haut.

Moment qui arrive une seconde après le son du gong, juste comme Kaünis est pour sauter au combat, je dégueule par dessus le côté de l'arène.

Trop... Pris...

Bleurgh...

... Bleurgh..?


Dégeu, petite ça va..? Tu sais il faut que tu te batte quand même..?

... Hic...

Je m'essuie vaguement les lèvres du dos de la main en ricanant un moment, tanguant sur mes jambes plus stable du tout, et je me retourne avec lenteur pour faire fasse à la--- Nan, au trois jeunes femmes...

Elles me regardent un peu comme si elles tentaient de comprendre, des vraies triplettes! Elle bougent de la même façon!

Puis elles haussent les épaules et passent à l'attaque.

Que j'esquive en lui tombant dans les bras, je lui chatouille le menton en faisant ''Guili guili!'' un quart de seconde, puis je tente de lui couper les jambes d'un coup de pied qu'elle esquive par instinct en reculant... Selon toute logique, sur une jambe, à moitié couchée dans les airs, je devrais tombé.

Mais je reste sur une jambe et je la fixe un instant... Elle aime pas les chatouilles..?

Dommageuh...


HRP:
 

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aivy Sil'Lucans
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 250
Citation : « Trompe-toi, sois imprudent. Tout n'est pas fragile. N'attends rien que de toi, parce que tu es sacré. Parce que tu es en vie. Parce que le plus important n'est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d'être. »
Date d'inscription : 24/04/2015

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Greffe: Non
Signe particulier: //

MessageSujet: Re: [-16] I can always see them coming... [Libre]   Mar 24 Jan 2017, 23:31

Aivy jeta un regard désapprobateur vers l'arène, un sourcil en l'air.
S'amuser, hein ?

Soit la définition qu'appliquait Kaünis à l’amusement avait un sérieux problème de sens commun, soit elle était purement et simplement folle.
Sans aucun doute les deux.

Ce fut pourtant le regard captivé par ce qui se joua devant elle que l'apprentie regarda l'Envoleuse superbement démonter son adversaire et le cogner jusqu'à ce qu'il rende ses tripes sur le sol. Il ne fallut pas beaucoup de temps pour que l'homme tombe à terre sous le traitement qui lui était infligé, tellement loin d'être conventionnel. La jeune femme avait déjà vu la chieuse à l'oeuvre, et savait parfaitement de quoi elle était capable. D'ailleurs, la seule perspective de se retrouver face à elle dans une position d'ennemie lui retournait les boyaux et lui donnait envie de courir vers la porte de sortie.

Elle n'était pas couarde. Elle possédait juste un sens de la survie qui n'était pas, contrairement à tout ce qui se trouvait autour d'elle, à la limite du déraisonnable.

Mais elle était assez vernie pour pouvoir se trouver au pied de l'arène alors que l'affrontement faisait rage. L'autre type, en revanche, n'eut pas cette chance, et se retrouva la tête dans les choux et une partie de la peau arrachée en moins de temps qu'il ne fallut pour dire "Raï".

Aivy déglutit difficilement face au spectacle. Elle croisa rapidement le regard de Kaünis, qui se couvrait d'une expression proche de la transe. Se battre l'excitait plus que de raison, la jeune femme l'avait assez compris pour savoir qu'il était on ne pouvait plus sage de rester à distance lors de ces phases d'excitation. Les hurlements de la foule en eux-même avaient de quoi exciter, ajoutés aux encouragements placides mais bien réels de celui qui faisait office de présentateur.

L'apprentie posa ses mains contre le bord de la scène, jointes comme en position de prière, et soupira. Elle plaignait sincèrement la prochaine personne qui monterait sur ce ring infernal. Que dirait Libertée si elle les voyait, Tsukia et elle, dans un endroit aussi débauché ? Sans doute rirait-elle aux éclats avant de s'élancer en direction du prochain adversaire, fut-il le pire Envoleur que l'Empire ait connu. Mais peut-être ne les autoriserait-elle pas, à leur niveau, à venir prendre des coups au risque de tomber dans les pommes.

Aivy soupira doucement, un petit sourire peint sur les lèvres.
Son sourire se figea lorsqu'elle vit Tsu monter sur la scène, visiblement animée par la ferveur de la foule et une véritable volonté de sauter sur son tour.

Son bras se leva pour attraper le sien, mais son amie fut trop rapide et elle la manqua de peu. Elle cala alors un peu mieux ses bras contre la plateforme de l'arène, se mordant violemment la lèvre inférieure alors que l'on proposait à la martialiste un peu d'alcool. Mauvaise idée, puisque l'alcool en question finit tout droit régurgité sur le sol tandis qu'Aivy se contorsionnait au milieu de la foule histoire de ne pas en prendre une goutte sur la tête...


- Tsu ? Hé, tu m'entends ?!

Non, elle ne l'entendait pas. Elle ne fit que s'élancer à corps perdu dans un combat ridicule, motivé par son seul désir de s'amuser.
Mais on ne s'amusait pas avec Kaünis. On ne faisait que mettre sa vie en danger.

*Et si cette chieuse aux cheveux de jais touche à un seul de ses cheveux...*

Sa main droite se serra d'elle-même alors qu'elle contemplait Tsukia, accrochée à son adversaire dans une drôle de position, se compromettre un peu plus sous les effets de l'alcool. Son cœur s'accéléra brutalement, alors que la réponse de l'Envoleuse ne tardait pas...

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 976
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-16] I can always see them coming... [Libre]   Lun 30 Jan 2017, 02:45

- … Après tout, cette nouvelle t'as donné son corset, elle doit le reprendre et il n'y a qu'une façon de gagner quelque chose, ici bas...

Kaünis leva un sourcil.
Quoi, elle devait se battre contre Tsu ? Elle n’en avait pas tellement envie en fait. Mais son regard ne quitta pas des yeux la fille, qui se ramassa un paquet d’alcool au fond de la gorge, lui tirant un sourire presque approbateur. C’est que l’alcool semble avoir de sacrées conséquences sur sa pugnacité – et sa technique de combat !

La regardant monter sur scène, l’Envoleuse se mordit la lèvre inférieure. Elle capta qu’Aivy tentait d’arrêter Tsukia, autant que son regard noir et menaçant. Haha ! Comme si cette nana pouvait faire quoi que ce soit contre elle !
Secouant doucement la tête, Kaünis redressa le menton vers son adversaire, un instant avant le gong… Qui signala plutôt le début de gerbe que le début de combat.

L’Envoleuse la fixa encore plusieurs secondes, le temps qu’elle s’en remette un peu. Alors, bon, elle va voir ce que ça donne, une Tsu-bourrée à mort. Ça a l’air drôle à combattre, en tout cas. Mais bon, elle n’a aucune envie de détruire ce bout de femme-alcool, parce qu’elle était cool, déjà, et ensuite parce que… ben, elle devait bien l’aimer, au fond.

Alors, elle s’approcha d’elle pour placer un premier coup, rapide mais pas transcendant non plus… Et ne put s’empêcher d’éclater de rire quand la Marchombre tenta de la chatouiller, ne se laissant pas abuser par la diversion cependant, reculant d’un pas pour éviter un coup de pied.
Observant la nana sur un pied, saoûle mais stable, Kaünis se mordit la lèvre. Oh, elle avait bien envie d’essayer, elle aussi !

Levant les yeux vers le présentateur, elle fit un signe avec sa main droite, pouce vers sa gorge, et une bouteille lui fut lancée à elle aussi. Faisant popper le bouchon d’un coup de dents, l’Envoleuse s’engloutit l’alcool qui lui brûla la gorge et l’oesophage, diffusant une chaleur puissante dans tout son torse.
Lançant la bouteille derrière elle, elle sentit l’alcool lui monter aux joues, qui rosirent presque instantannément.

Tout devint flou et exacerbé en même temps.
Se passant la langue sur les lèvres pour les humecter, elle vit Tsu tenter de lui fondre dessus…
C’était marrant ces petits papillons dans le sillage de ses mouvements tiens ! Papillons dorés que Kaünis essaya d’attraper du bout des doigts en évitant l’attaque de son adversaire.
Papillons qui poppèrent, disparus, paf ! Plus de papillons. QUOI ELLE AVAIT FAIT QUOI DE SES PAPILLONS ?  Agacée, l’Envoleuse serra les dents et attrapa l’épaule de Tsu pour y enfoncer ses doigts.
– ILS SONT OÙ ?! hurla-t-elle brusquement.
Et ils réapparurent, juste là, dans le sillage du mouvement de Tsu qui se débarassait d’elle d’un coup dans le menton. Jouant avec sa mâchoire, Kaünis se dit qu’en fait, c’était quand la nana bougeait qu’il y avait des papillons ! Alors, fallait la faire bouger !

Un sourire sur les lèvres, les inciscives un peu plantées dans sa lèvre inférieure, l’Envoleuse s’avança vers son adversaire et la poussa de l’épaule
PAPILLONS !
Oh !
Elle bougea, bondit, passa sous un pied, vit le deuxieme arriver, n’eut que le temps d’attraper le tibia et de l’emmener avec elle.
PLUIE DE PAPILLONS !
Attrapant Tsu un peu sonnée par les poignets, elle la tira pour la relever et la faire tourner.
TOURNE, TOURNE, TOURNE.
DANSE DE PAPILLONS !
Ah, la salle aussi elle tournait, et Kaünis en profita pour lâcher brusquement Tsu et se laisser tomber en arrière pour rouler sur une épaule.
La chaleur reflua un peu de sa tête, et en baissant le regard, elle vit que ses avant-bras avaient atteri sur le verre cassé d’une bouteille d’alcool. La douleur et la vue du sang la firent désaouler presque instantannément et elle bondit sur ses pieds pour se mettre en garde devant Tsu.

C’était dommage, parce que les papillons, c’était cool.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 231
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: [-16] I can always see them coming... [Libre]   Lun 13 Mar 2017, 03:39

Cette nana est complètement barge, ça c'est pour sûr.

Je sais pas de quoi elle parle quand elle me demande où est un truc sans préciser - mais pourquoi les gens aiment tellement utiliser un pronom sans préciser..? - mais pour le coup elle se plante éventuellement sur une bouteille... Et se relève plus sérieuse.

Moi je la regarde de mes grands yeux d'écureuils...

Puis m'approche lentement en imitant des vagues de mes mains, devant mon visage, et en les suivant du menton.

Elle tente de frapper - aucun respect pour les vagues, ces nanas! - et j'évite en reculant le haut de mon torse, prenant une pose improbable, qui semble défier la gravité...

Et je donne un bisou à son poing avant de tenter un coup de pied fouetté en sautant... Je ne frappe rien d'important, mais elle se le bouffe quand même sur son bras, qui était trop proche, après le coup de poing, pour éviter de façon efficace une attaque imprévisible.

Bon pour le coup je suis par terre donc je me relève et--

OUF AIE OUCH BLARG YARK!

AIEAIEAIE! C'est une furie bon sang!

Elle vient bien de me foutre six coups en aussi peu de secondes et je me frotte la pommette, où l'un des coups m'as eu...


ATTRAPE, LA NÉNETTE!

Je vais devoir défoncer ce mec pour le surnom, mais-- GNIAH BOUTEILLE!

J'attrape la bouteille qu'il me lance, il croit sûrement me donner une arme si je la casse, mais Aivy et moi on sais ce qui va vraiment arriver, Kaünis semble comprendre aussi et au début je crois presque qu'elle va m'arrêter ou tenter de l'attraper, mais elle me laisse faire...

Bon ben ça va être marrant, parce que je suis déjà bien échauffée hein...

Je l'attrape d'un bon et tombe sur le dos, par terre, me coulant la bouteille dans le gosier, à l'envers.

Je la termine d'un coup, puis la lâche alors que mes mains tombent de chaque côtés de mon corps et je bouge plus... Eheheh...

Chest booooon...

Oh le monde tourni-tourna-tournon... Me relève en tenant les ficelle de l'arène... Mais qu'est ce que je fou dans une arène, d'ailleurs, y'as pas d'alcool dans une aré... Une arei.... Oh et puis zut...

...

..

.


BLAAAAAAAAAAAAAAAAHHHH!

Ah! Naméoh, cha t'apprendras à me fixer, s'pèche de déluré nana...

...Une déluré nana? MAIS CH'EST MOI LA DÉLURÉ NANA! PERSHONNE A LE DROIT DE ME PRENDRE CHA!

Un p'tit coup, moi j'aime bien cha, à la poitrine ou sur le bras, un p'tit coup moi j'aime bien cha, ch'ten donnerais tant qu'il faudra~~

Bon cela dit elle tombe pas, cette nana...

Donc on se frappent, s'évitent, se retournent les coups, je lui en fou une shur la pommette auchi, tient, cha t'apprendras...

Je l'attrape dans une prise avec mes jambes, elle fait de même avec les bras, foutu cordes dans le chemin, donc je nous envoies toute deux par dessus, on roulent par terre et la foule se pousse pour nous faire de la place, on s'élance de nouv--

Merde, elle va frapper du pied... J'avais prévu un coup de poing, elle va me taper avec ce truc en pleine tronche et je suis pas sûr de tenir...



Mais voilà, tout à coup ma main est tenue par celle d'un mec, son autre main, au dit mec, tient la jambe de Kaüdikaü...

...C'est l’annonceur, le patron...

...Le champion...


Hors Ring, en même temps, égalité...

BOO! C'EST PAS UN COMBAT ÇA, ÇA COMMENÇAIT JUSTE À--!

Pas un mot de plus que le mec qui s'est avancé pour parler se retrouve K.O.

On ne doute pas, ni ne contredis pas les décisions du patron, c'est la règle...

Et si on ne la suit pas, il s'assure de la mettre en place lui même, comme le prouve bien son doigt qui s'est logé droit dans le ventre de l'autre à une vitesse phénoménale - heureusement, depuis que je côtoie des marchombre et des envoleurs, mes yeux sont plus rapide, parce que je vois à peine le mouvement tellement il est vif - Il recule d'un pas en se retournant pour revenir entre nous deux, l'autre s'écroule au même moment, et il fixe Kaünis de haut en bas un instant...

Ah ouais, c'était son combat initiatique, si elle as pas gagner et moi non plus, elle est supposé foutre le camp et jamais revenir... Du coup pour une égalité, c'est un peu le même programme, domma--


... C'est quoi ton nom..?

Kaünis hum?.. Joli, ça roule sur la langue...

Très bien donc, ÉCOUTEZ BANDE D'IMBÉCILES SANS COUILLES! NOUS ACCUEILLONS UNE NOUVELLE QUI POURRAIT ENFIN RENDRE LES CHOSES INTÉRESSANTES!

ET SI J'EN PRENDS UN À TENTER DES TRUCS PAS NETTES HORS DE L'ARÈNE OU À DOUTER D'ELLE, JE LE FOU DANS L’ARÈNE AVEC ELLE ET JE LÈVE LA RÈGLE SUR LE MEURTRE POUR LE MATCH...

ET J'INTERVIENDRAIS EN SA FAVEUR DANS LE MATCH SI JE LE SOUHAITE..!


Tous dans la salle gronde un coup en hochant la tête... C'est la règle, après tout, les comptes, ça ce règle dans l'arène, pas en dehors, et si tu veux coucher avec une nana qui veux pas, défi la dans l'arène, tente pas un truc à l'extérieur...

La loi, ici, c'est lui qui la fait... Et c'est lui le juge, le bourreau et l’exécuteur.

Pour le coup quand il s'éloigne un instant, les mecs de l'assemblé lèvent Aivy et Kaünis au dessus de leur têtes, moi aussi, pour nous amenés toute trois vers le bar et nous déposés de nouveau...

Le patron nous y attends justement et serre la main d'aivy et de ma nouvelle copine envoleuse...

Puis me sers un instant dans ses bras avec un sourire avant de reculer et de me frapper l'épaule un instant, m'observant de haut en bas.


Bon sang, t'as changé, Tsukia... T'es encore plus dingue et belle qu'avant..!

Je ris un peu avec lui et nous coulent des verres à tout les quatre, comme le patron est avec nous, on as la paix et personne n'osent s'approcher.

Toi t'as pas changé une seconde, toujours le même sale gamin frontalier qui piquait les armes de Dil'Duran au lieux de payé...

Définitivement, t'es devenu beaucoup plus doué en combat avec le temps, Eckhart, faudra que tu me donne l'adresse de ton entraîneur...


Mon vieil ami renifle un coup et pointe Kaünis du menton avant de répondre.

Demande à ta copine, de ce que j'ai vu, elle sais plus que moi où trouver ceux qui m'ont appris...

Bon, ceux comme ceux qui m'on appris, parce que ceux qui m'on appris pour de vrai, ils sont morts...

Ils voulaient que je rejoigne leur culte super bizarre mené par des dessinateurs et moi, j'en ais rien à foutre, de ces conneries. Je suis bien ici, et puis les battre m'as pris un sacré moment, surtout qu'ils avaient des drôles de techniques s'apparentant à du dessin, mais chaque combat, s'il m'as presque tué, m'as rendu plus fort...

Et puis bon, ils sont assez gentils, ils envoient un membre de leur petit culte à tout les deux mois, mais ils les envoient toujours un peu plus doués que moi, juste assez pour que j'apprenne, pas assez pour que je perde...

On diraient presque qu'ils s'amusent, les connards, mais moi j'en ais rien à foutre, tant que je peux me battre...


Je le frappe pour qu'il se taise, il ricane en comprenant et s'envoi son verre dans la gorge, je fais de même puis m'approche de vyvy un peu.

Ça va, feu follet..?

Parce qu'elle doit pas être super confortable, comme ça, ici... C'est pas vraiment son genre d'endroit...

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aivy Sil'Lucans
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 250
Citation : « Trompe-toi, sois imprudent. Tout n'est pas fragile. N'attends rien que de toi, parce que tu es sacré. Parce que tu es en vie. Parce que le plus important n'est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d'être. »
Date d'inscription : 24/04/2015

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Greffe: Non
Signe particulier: //

MessageSujet: Re: [-16] I can always see them coming... [Libre]   Mar 25 Avr 2017, 20:50

- Bon sang de fiente de purée de poix de...

Aivy se mordit la lèvre inférieure.
Violemment.

Si son grand-père l'avait entendue parler de la sorte, sans doute aurait-elle été rappelée à l'ordre avec force et sévérité. Mais personne n'était là pour l'empêcher d'exprimer sa colère autant que sa stupéfaction face à ce qui se déroulait devant elle.

Kaünis, pratiquement dénudé, dansait sans aucune logique face à son adversaire. Tsu, quant à elle, semblait simplement bien rire de cette situation absurde. Sous l'emprise de cette substance étrange que seule l'apprentie marchombre semblait pouvoir emmagasiner dans son organisme sans trop de problèmes, l'envoleuse se comporta d'une manière que la jeune femme n'aurait jamais espéré voir de sa part. Dans son regard rendu fou par ce qui lui semblait être plus une drogue qu'autre chose brillait la noirceur de la corruption physique.

Inquiète pour Tsukia, l'apprentie reporta son attention sur elle. Elle se défendait plutôt bien, elle la pratiquante d'un style déluré et à priori sans aucune logique. Aivy serra les dents quand elle encaissa un coup un peu trop fort - une série de coups un peu trop forts - à son goût, déglutit difficilement alors que l'affrontement volait toujours plus loin dans la violence et le n'importe quoi. Son cœur se serra, prisonnier de la vision chaotique qui s'offrait à elle.

Elle ne voulait pas voir Tsu comme ça.
Pas contre Kaünis, qui pouvait la tuer d'un geste mal calculé.

La jeune femme le savait, pour l'avoir affrontée par le passé cette fille était dangereuse. Comble extrême et absurde, elle avait pourtant aidé à soigner lors de la fête de l'été cette ennemie naturelle qui l'avait humiliée dans cette taverne, faisant naître en elle le goût de la revanche et du combat pour l'honneur. Un jour, elle affronterait Kaünis d'égal à égal. Un jour, mais pas maintenant.

Aussi, quand la tornade cessa et que Tsukia se trouva propulsée hors du ring en même temps que son adversaire, Aivy ne put s'empêcher de soupirer de soulagement. Mais son repos ne dura qu'un instant, le temps pour elle d'attraper son amante au vol pour ne pas qu'elle s'écrase contre le sol ni ne trébuche en se relevant à cause de l'alcool qu'elle venait d'ingérer en grande quantité. L'apprentie n'écouta que d'une oreille le discours enjoué de celui qui semblait être le meneur ici, qui glorifia ce qui venait de se passer comme s'il s'agissait d'une chose naturelle.

*Idiot. Tu es en train de mener tout ce monde à sa perte.*

La jeune femme n'était pas contre une bonne dose d'amusement, mais ce genre d'endroits ne lui plaisait définitivement pas. Ce n'était pas parce que l'on savait jouer de ses poings et de ses pieds qu'il était nécessaire de venir frapper à tout va dans une arène mal famée. Ce monde de brutes lui était inconnu de nature, et elle ne souhaitait pas en faire partie.

Transportée bien malgré elle jusqu'au bar, emportée par la folie des foules, Aivy passa tout le temps que dura l'effervescence à veiller sur Tsu. Toujours sous l'emprise de l'alcool, celle-ci ne semblait pas réellement réaliser ce qui se passait autour d'elle. L'apprentie ne lâcha sa main à aucun moment, lui intimant de la regarder dans les yeux à chaque instant pour ne pas sombrer. Partagée entre inquiétude et résignation, elle ne se résolut à lâcher son amie que lorsqu'elle fut assurée que le patron des lieux, venu les rejoindre au comptoir, pourrait l'aider à la rattraper si l'occasion le demandait.

La jeune femme accepta cordialement la main de l'homme et Kaünis fit de même. Au moment où il serra Tsu contre lui, s’épanchent en compliments et en souvenirs de tous horizons, elle ne put s'empêcher de sentir un petit pincement s'emparer de son coeur. Etaient-ils donc si proches ? Connaissant Tsukia, il était même probable qu'elle ait eu une histoire avec lui.

L'apprentie se mit une claque mentalement. Il n'était pas temps de se laisser aller à de telles suppositions. Le reste du discours de l'homme confirma l'idée que se faisait Aivy des personnes qui fréquentaient cet endroit : une bande de brutes sans réelle autre motivation dans la vie que le combat.

Alors, à la question de Tsukia, elle se contenta simplement de l'embrasser en l'attirant contre elle.
Fougueusement, mains sur ses hanches en signe de possession.


- Très bien Tsu, merci, répondit-elle à l'attention seule de son amante une fois qu'elle eut achevé son baiser. Je suis désolée, mais je ne vais pas pouvoir rester ici. L'ambiance est trop étouffante pour moi, tu comprends ? Prends soin de toi, on se revoie avec Lib...

Elle lui adressa un sourire engageant avant de l'embrasser sur le nez.
Un dernier coup d'oeil vers le petit groupe, et elle attrapa son amie contre elle dans une dernière étreinte.

- Ravie d'avoir fait votre connaissance, adressa-t-elle à l'homme qui les avaient rejointes. Kaünis, on se recroisera peut-être, continua-t-elle. Au fait, acheva-t-elle avant de disparaître dans la foule, Tsukia, c'est ma nana. Compris ?





[Après un immense retard dont je m'excuse platement, je vous annonce que je vais m'arrêter ici ! Je m'excuse également de cet arrêt un peu brutal, mais Vivy ne semble pas décidée à continuer dans cette direction... Luv quand même <3]

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 976
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-16] I can always see them coming... [Libre]   Mer 17 Mai 2017, 20:04

- NOUS ACCUEILLONS UNE NOUVELLE QUI POURRAIT ENFIN RENDRE LES CHOSES INTÉRESSANTES!

ET SI J'EN PRENDS UN À TENTER DES TRUCS PAS NETTES HORS DE L'ARÈNE OU À DOUTER D'ELLE, JE LE FOU DANS L’ARÈNE AVEC ELLE ET JE LÈVE LA RÈGLE SUR LE MEURTRE POUR LE MATCH...

ET J'INTERVIENDRAIS EN SA FAVEUR DANS LE MATCH SI JE LE SOUHAITE..!


Kaünis ne peut s'empêcher de grogner en frottant son avant bras ensanglanté sur son front, étalant le liquide vermeille sur sa peau claire. Elle a pas besoin qu'on la protège, elle peut bien leur faire leur fête dehors ! Mieux, coucher avec eux, et leur faire leur fête en même temps, hors de l'arène !
Parce que ça a bien l'air d'être ça : un truc pour protéger les participants, cette règle. Et elle a besoin de personne pour se protéger ! Elle ne veut de personne pour faire ça, surtout ! Même pas Syles ou Gil, alors un inconnu ? Nan, pas moyen !

Et quand on la dépose près du bar après l'avoir soulevée dans les airs - en la chauffant au passage, parce qu'elle a bien senti ces putains de main sur son cul et ses cuisses, et franchement maintenant dans l'état dans lequel elle est, elle a qu'une envie : baiser !

Mais la conversation de Tsukia et du "patron" l'intrigue et elle tend l'oreille pour en capter une partie.
- Et puis bon, ils sont assez gentils, ils envoient un membre de leur petit culte tous les deux mois, mais ils les envoient toujours un peu plus doués que moi, juste assez pour que j'apprenne, pas assez pour que je perde...
On dirait presque qu'ils s'amusent, les connards, mais moi j'en ai rien à foutre, tant que je peux me battre…


Kaünis leva les yeux au ciel : il y en avait beaucoup, au final, des Envoleurs qui ne croyaient pas vraiment au Chaos blablabla. Elle, elle avait grandi dedans, c'était son Dada, mais elle ne voyait pas ça comme un but, mais comme un moyen. Et c'était son moyen préféré, c'est le cas de le dire. Si les Mentaïs n'avaient pas lancé plus de trucs contre ce mec, c'étaient qu'ils devaient juger qu'il était plus utile dans ce qu'il faisait actuellement, pour servir la cause à long terme - disséminer le Chaos, elle le savait bien.
Et elle savait aussi qu'elle servait à ce but, même sans le vouloir. Parce que c'était sa nature, à elle. Elle en avait rien à foutre de ce qu'on pouvait attendre d'elle, elle faisait ce qu'elle voulait. Et en l'occurrence, elle commençait à comprendre que c'était exactement ce sur quoi comptaient les Mentaïs : que les Envoleurs fassent ce qu'ils voulaient, mais qu'ils agissent à leur niveau, quel qu'il soit.

Cependant, elle ne dit rien : déjà, parce qu'aucun intérêt. Et ensuite, parce qu'on venait de lui refiler un verre. Qu'elle avala cul sec.
Elle vit du coin de l'oeil Aivy qui attrapa Tsu pour une embrassade mignonnette et ne put s'empêcher de ricaner jaune.

Prends soin de toi, on se revoie avec Lib… Kaünis tiqua un instant, et un sourire mauvais étira ses lèvres. Au fait, Tsukia, c'est ma nana. Compris ? L'Envoleuse éclata d'un rire si fort que le silence se fit un instant autour d'elles alors qu'Aivy disparaissait dans la foule.
Quoi, Aivy avait pas compris que les nanas, c'était pas sa tasse de… thé ?

Elle se tourna un instant vers Tsukia, avant de faire volte-face vers la foule. D'une impulsion, elle monta sur le comptoir, mit sa main en visière au dessus de ses yeux et sonda la foule.
Elle hésita un instant, pencha la tête sur le côté, désigna un mec du menton - un immense gars de plus de deux mètres de haut, tout en muscles, avec des cheveux un peu longs aux omoplates et d'un châtain clair, aux deux iris de plusieurs couleurs à la fois qui la reluquait ardemment depuis plusieurs minutes.
- Hé toi, t'veux baiser ?
Elle vit son visage s'étirer dans une expression surprise, puis il fronça les sourcils, avant de lever le poing vers le haut en gueulant… Ça voulait dire oui, ça !
Alors, Kaünis se pencha par dessus l'épaule de Tsu.
- A la revoyure, Tsu ! Et dis à ta copine que les nanas, j'en ai rien à foutre.

Puis, elle plongea dans la foule, se glissa entre des mains, avant d'atterrir contre le torse du mec pour le saisir par le pantalon et l'entraîner à sa suite… Dehors. Autre part. Qu'elle puisse en faire ce qu'elle voulait !



[ Yep, moi aussi je m'arrête là, mais nia c'était cool et Kaünis veut revoir Tsu un de ces 4 ! ]

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 231
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: [-16] I can always see them coming... [Libre]   Mer 17 Mai 2017, 21:08

Stuck in a limbo,
Oh, here we go,
Me and my sins go
toe-to-toe, oh oh oh...

I played a vicious part,
I broke an unfair share of hearts,
I'm about to blow,
So if you come around then you should know...

SA nana?

Hep oh, on se calme, mademoiselle, Uno t'as oublié un certain partage avec une certaine loutre, secundamente, Kaünis en as rien à foutre, des nanas...

... Et tersio JE suis MA nana.

Je n'appartient à personne d'autre et je n'appartiendrais jamais à personne d'autre que moi même.

En plus elle se tire! ''T'es as moi, pas négociable et j'me barre hopla!'' Non mais j'ai bien envie de la rattraper pour lui foutre mon pied au fesses hein!

Et Kaü, elle, justement, confirme qu'elle est pas intéressée par les nanas en se barrant...

...Un type vient me demander si je veux faire ''comme ma copine'' moi aussi et j'ai bien envie de lui foutre la pâtée du siècle.

Me retient de justesse...

... Et sort.

Il me suit, en plus, quoi il croit que c'était un oui?

C'est pas recommandé, de me suivre, là, je suis pas saoule, pas contente et MORTELLEMENT pas intéressée.

Je lui donne une dernière chance en tournant dans une ruelle pour le semer.

Il me rattrape et pose sa grosse main sur mon épaule en disant que ''ici, ce seras bien''.

... Je jure que je vais lui arracher le bras et le frapper avec le bout qui saigne, ce connard, s'il me lâche pas dans les cinq secondes.


Allez, retire moi tout ces vêtements, pour les trois prochaines heures, t'es à moi..!

Il ne me voit même pas bouger, ne fait que sentir le mur qui percute son dos avec force, puis se retrouve avec une lame sous la gorge, ma bouche tout près de son oreille gauche.

Ose me dire que je t'appartiens...

...Encore juste une fois...


... T'es à moi.

Son regard et son sourire me dévoilent qu'il as pris ça comme ''Faisant partit du jeu''.

Soit une seule personne va sortit de cette ruelle, soit l'autre seras tellement amochée qu'elle pourras plus se reproduire, me dis-je alors que j'entends des types sortir des armes à leur tour... Ah alors il as des potes..?

Là où il y en as un, après tout...

...Il y as de la place pour quatre.


I'll tear you up in two,
Go ahead, walk it off if you know what's best for you...

I'm no good for you,
This heart ain't built for two so...

...Run away, run away,
'Cause I'm no, I'm no, I'm no good for you.

I'm no good for you,
Get in love then I'll bet you lose so...

...Run away, run away,
'Cause I'm no, I'm no, I'm no good for you...

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[-16] I can always see them coming... [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Al-Chen-
Sauter vers: