AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes


Nombre de messages : 961
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Mar 01 Nov 2016, 23:33

- Tais-toi et bois, Kaü... Syles, j'ai trouvé la femme que je cherchais. Aile de Corbeau. Elle aussi a tenu un certain rôle dans mon passé, figure-toi... C'est elle qui m'a parlé de mon père. Elle a simplement dit qu'il était vivant. Je n'en sais pas plus, ce n'est pas la peine d'essayer de me tirer les vers du nez !

(tend son verre à son tour, le vide cul-sec. Certaines choses sont parfois longues et difficiles à digérer...)

Je pensais qu'il était mort de ses blessures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 757
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Mar 01 Nov 2016, 23:35

Et du coup tu va faire quoi... Suivre son fantôme pour lui parler? Le tuer? Lui dire qu'il existe pas pour toi?

Tu te rends compte, j'espère, que même pour toi, c'est très brouillon, comme plan...

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Mar 01 Nov 2016, 23:36

[ Lève les yeux au ciel ]

- En tout cas s'il est vivant, tu as raté une leçon... "il faut toujours aller jusqu'au bout"...

[ Boit encore un verre cul-sec ]

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 961
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Mar 01 Nov 2016, 23:43

- Vous n'y êtes pas, les gars - désolé, Kaünis, mais maintenant que t'as remis ton pantalon... Je n'ai pas tué mon père. J'ai simplement tourné les talons, plein de certitudes qui sont en train de tomber une à une. Et si vous voulez mon avis, je ne pense pas que mon père, s'il est réellement vivant, soit à l'origine du merdier dans lequel je me trouve.

Et puis pourquoi est-ce qu'on parle toujours de moi ? Vous en avez à me raconter aussi, je crois. Syles, à toi de cracher le morceau. Je dois voir qui, à la Citadelle ? Et toi, morveuse, toujours en train de faire la nique aux Mentaïs ?

(Oui, le terme était choisi...)

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 18/07 au 24/07]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 757
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Mar 01 Nov 2016, 23:45

Ta gueule sera beaucoup mieux quand tu verras que si je te le dis simplement, et puis tu aimais bien me surprendre pendant les cours, mon tour maintenant.

[Le jeune homme eu du mal a retenir un sourire, oui, la tête de Gil serait extra...]

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Mer 02 Nov 2016, 00:40

Kaünis ne put qu’approuver la réponse de Syles d’un large sourire. Oh, ouais, c’était bon ça.
Enfin, elle n’avait de toutes façons rien à ajouter, et aucune réponse à fournir à Gil : elle s’en branlait pas mal à vrai dire des Mentaïs, depuis un moment déjà. S’il remettait ça sur le tapis, c’était qu’il devait être suffisamment retourné, le petit Gil. Elle secoua la tête doucement, mais se contenta de hausser les épaules…

Avant de s’ébrouer doucement, de se relever, tituber un instant entre le vin, ses sens et le roulis de la carriole en marche, puis de marcher directement vers Syles.
S’accrochant à ses épaules à cause d’un cahot qui ébranla la structure de bois, elle poussa un soupir en se mussant contre lui, avant de le pousser violemment sur un banc pour qu’il s’asseye et littéralement lui escalader les genoux pour se blottir contre son torse dans un soupir de bien-être.

Hmm.
Il sentait bon.

Dégageant son visage de la chaleur du corps de l’Envoleur, elle fixa un instant Gil.
- Ouais, j’pense que tu sais bien te fourrer dans les emmerdes tout seul, t’as raison. Mais s’il est vivant, ça implique quoi au final ? Ça change vraiment quelque chose ? demanda-t-elle doucement, étonnamment sans manque de tact.
Puis, elle passa une main autour du torse de Syles et ne put retenir un petit gémissement en se pressant encore un peu plus contre lui.

Ça lui avait manqué.
En fait, c’était effrayant. Elle n’avait pas l’impression que ça lui manquait ou qu’elle était en manque de quoi que ce soit avant de retrouver Syles, à chaque fois. C’était comme une sorte de drogue à retardement, ou un truc du genre. Bon, et alors, elle devait vraiment s’en faire ?
En fait, elle ne savait pas trop. Mais elle avait mal à la tête, et l’air dans la carriole devenait de plus en plus chaud à cause de leurs souffles et de leurs corps.

Prenant une petite inspiration, elle se détacha de Syles en posant une main au centre de son torse, se redressant sur ses pieds en cherchant son équilibre une seconde. Se mordant la lèvre inférieure, elle finit par pousser un petit soupir en se dirigeant vers l’arrière et pousser les tentures qui les cachaient.
Clignant des paupières, elle laissa son regard s’accommoder à la nuit un instant, avant de s’asseoir sur la dernière planche, les jambes dans le vide, les yeux dans le vague.

Elle se sentait étrangement détachée d’elle-même.
De son corps qui réagissait au froid dans de longs frissons remontant le long de son échine et de sa poitrine. L’air frais fit du bien à sa tête dont elle sentait le sang pulser à ses tempes.

- Syles ? demanda-t-elle doucement. Tournant légèrement la tête vers l’intérieur, elle attendit qu’il entre dans son champ de vision pour continuer. C’est joli les étoiles, t’as vu. Mmm.
Elle fixa le firmament encore un instant. Petites loupiottes allumées tout le temps, mais pas assez lumineuses pour lutter contre le soleil pendant la journée. C’était dommage, ça aurait pu être sympa de les voir aussi dans un ciel clair !
Elle prit une petite inspiration qui lui piqua la gorge. Juste avant d’attraper les doigts de Syles, juste derrière elle.

- Je t’aime…

Murmure sensuel.
Une promesse.
Comme une boucle infinie.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 961
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Mer 02 Nov 2016, 10:04

[Si quelque chose ne vous convient pas, sonnez-moi ! Razz]


Il ne fut pas surpris que ni l'un, ni l'autre ne réponde à ses questions ; ces deux affreux étaient allergiques à toute forme d'autorité, tant et si bien que parfois il se disait que, s'il avait réussi à leur enfoncer deux ou trois choses dans le crâne durant leur formation, c'était un vrai miracle... Plus amusé qu'agacé, il accepta ce silence conjugué. D'accord, on va jouer la surprise, alors, songea Gil. Il n'était pas dupe, il se doutait de ce qui l'attendait au terme de ce voyage, mais il semblait que la paternité soit à l'honneur, cette fois, alors pourquoi tenter de s'y soustraire, hein ? Il jeta un coup d'oeil à Kaünis. Pas de soucis avec les Mentaïs, ça voulait dire que lui-même pouvait respirer un peu. Il n'avait pas recroisé Voïmakas et ça lui allait très bien comme ça. En fait, réalisa-t-il soudain, il y avait un moment que l'Ordre ne l'avait pas sollicité. Aurait-on compris qu'il valait mieux le laisser tranquille, ou s'agissait-il du calme avant la tempête ? Laisse tomber mon vieux, tu te poses trop de questions, là...

La question de Kaünis coupa court à ce monologue intérieur, mais enjoignit l'Envoleur à réfléchir sérieusement. Même elle paraissait comprendre qu'il ne s'agissait pas d'un événement important, cette fois. Pour tout dire, cette nouvelle l'avait ébranlé bien plus que de raison.

- Je ne sais pas, avoua-t-il après un instant de silence. Pour un type qui a entièrement changé de vie et qui se fiche pas mal de son passé, cette histoire est plutôt dingue.

Il avait modifié jusqu'à son identité, croisant celle de ses parents dans un dernier défi plein de douleur et de regrets... Pouvait-il réellement affirmer qu'il se moquait de son passé ? Il secoua la tête.

- Non, ça ne change rien à ce que je suis. J'ai simplement besoin qu'on réponde à quelques questions. Nul ne peut se concentrer sur son avenir s'il n'a pas définitivement réglé ses comptes avec son passé. Vous n'êtes pas d'accord ?

Il leur posait sérieusement la question, oui, parce qu'il se doutait qu'ils étaient en mesure de comprendre. Ils ne connaissaient pas toute son histoire – Kaünis avait eu quelques bribes de son lourd passé quelques années plus tôt, mais au fond, ils ignoraient les enjeux de possibles retrouvailles avec Giliwyn sénior... Le Marchombre qui s'était épris d'une Envoleuse et qui l'avait tuée. Il pensa à Libertée, à ses parents contraints de rester prudents en toutes circonstances, de demeurer cachés. Il pensa à sa maison qui n'était plus qu'un insignifiant petit tas de cendres, là-bas, près des marais d'Al-Chen. Il pensa à Suviyo. S'il pouvait éviter de commettre les mêmes erreurs que ses aînés...

Kaünis remua sur son siège. Incapable de tenir en place, celle-là. Gil la regarda se coller à Syles et haussa un sourcil en percevant son gémissement étouffé, brûlant de désir et d'un sentiment qu'il connaissait bien. Il réalisa alors deux choses. La première, c'était que Kaünis, en dépit du fait qu'elle était une barbare sans scrupules, capable d'assassiner toute une tripotée de gens en portant une robe blanche, était en fait extraordinairement sensible. Sa froideur, si bien matérialisée par sa greffe, était une jolie facade qui dissimulait un monde de sentiments que peu de gens avaient la chance de découvrir un jour... La seconde chose que Gil découvrit, ce fut la complémentarité parfaite qui liait ses deux anciens élèves. Il l'avait éprouvée des tas de fois sans vraiment la comprendre, jusqu'à ce que, soudain, ça lui saute aux yeux : ils étaient l'un et l'autre des Envoleurs. Chacun avait son caractère propre, mais leur bestialité, la sauvagerie qui brillait dans leurs yeux à chaque instant venait essentiellement du fait qu'ils n'avaient rien à cacher. Et ils n'auraient jamais à le faire, puisque leur relation ne frôlait d'autres interdits que ceux qu'ils s'escrimaient à titiller pour le plaisir. Cette complémentarité fantastique et naturelle, il l'avait déjà vue.

Entre Erwan et Libertée.


*


- Alors, Vladi, quoi de neuf ?
- Que du vieux, j'en ai peur... et de votre côté ?
- C'est ce stupide vouvoiement qui me flanque un coup de vieux, mon pote. Tu veux pas... ?
- Non.
- Tant pis pour moi, alors...


Gil soupira avec une théâtralité qui tira un sourire à Vlad, et se concentra sur la route. Il était venu s'installer à côté du cocher lorsque, dans la carriole, les choses avaient commencé à virer à l'eau de rose. Venant de Kaünis et Syles, ça ne pouvait annoncer qu'une seule chose : une partie de galipettes torrides et sanglantes à souhait. Pile poil ce qu'il préférait éviter, voilà pourquoi il s'était éclipsé – non sans avoir dit à Syles que lui aussi, il l'aimait, avant de lui envoyer un tendre baiser qu'il avait soufflé sur la paume de sa main, plus malicieux que jamais. Vlad n'avait pas émis le moindre commentaire en voyant Gil se hisser près de lui, mais il s'était décalé sur le côté pour lui faire de la place, et avait accepté la bouteille que l'Envoleur avait subtilisée à ses compagnons. Ils buvaient tranquillement dans un silence serein et partagé, entrecoupé seulement du cahot des chevaux qui filaient à toute allure sur la piste. Celle-ci filait à travers la plaine balayée par un vent frais. La nuit était belle, le temps clair avait chassé les nuages et dévoilait un million d'étoiles au-dessus de leurs têtes.

- Qui es-tu, Vlado ? Demanda-t-il d'un ton léger, bercé par les mouvements de la carriole.
- Le cocher du Général.
- Suis-je buse...
railla Gil.
- Et vous ?
- Le maître d'armes du Général.
- Cela va de soi !


Un bruit émergea de la carriole et Gil éclata de rire avant de frapper du poing contre le battant :

- Syles, mon pote ! Tu savais que les mantes religieuses bouffaient leur partenaire pendant l'acte ? Sois fort !

Le rire de Vlad se mêla au sien dans la nuit argentée.


*



Le soleil était levé depuis une heure lorsqu'ils s'arrêtèrent pour faire souffler les chevaux. Gil sauta de son perchoir et aida Vlad à s'occuper de l'attelage, puis il s'éloigna du groupe et s'enfonça dans un tout petit bois planté de chênes et de bouleaux. Il fit ce qu'il avait à faire, puis s'accroupit près d'un ruisseau pour remplir sa gourde et se désaltérer. Son regard plongea dans celui, bicolore et chargé d'histoire, de son reflet. Il soupira. Lorsqu'il rejoignit les autres, Vlad et Syles étaient en pleine conversation, aussi s'arrêta-t-il près de Kaünis. Appuyé contre la carriole, les bras croisés sur la poitrine, il observa la jeune femme avant de pencher la tête sur le côté – sa curiosité reprenait le dessus.

- Dis-moi... ce type, là, Krämur... ça lui arrive souvent de jouer au vilain gros Brûleur ?

Il savait qu'il touchait du doigt quelque chose, sans savoir exactement de quoi il s'agissait. Gil étant Gil, il n'avait pas posé la moindre question après avoir assisté à l'incroyable transformation du jeune homme, mais il avait rangé cette sidérante information dans un coin de sa mémoire, et il espérait que Kaünis lui en apprenne plus à ce sujet.

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 18/07 au 24/07]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 757
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Jeu 03 Nov 2016, 05:12

Le jeune homme avait enlevé ses médailles et s'était mis un peu plus à l'aise...

Ce qui ne lui faisait pas perdre de la classe de ses habits, c'était un uniforme frontalier après tout, le peuple du nord était bien trop habitué au combat pour se paré de vêtements les encombrants en cas de faits d'armes.

C'est avec cette apparence plus souvent vue dans les camps de guerre frontaliers et rarement sur un général qu'il approcha Vlad pour lui serrer le poignet dans une poignée de main amicale qui remettait en question les apparences de relation de passage.

Pour d'autre, il aurait été dur de s'avancer... Mais Syles savait que si Gil les apercevaient, il devinerait qu'ils étaient plus que simples amis de circonstances...

Il s'agissait de frères d'armes.

L'envoleur termina de voir l’itinéraire avec le chauffeur puis le remercia avant de s'écarter un peu pour aller retrouvé Gil et Kaünis qui parlaient dans leur coin...

Avec un petit divertissement en tête.


Hep! Gil! J'ai une petite idée pour te dégourdir!

Je te parie ce que tu veux que Vlad, simple chauffeur, peut te donner autant de fil à retordre que moi en combat!


Un défi qui semblait bien prétentieux vu que l'homme était svelte et ne semblait pas bien fort...

Seulement Syles, lui, savait que Vlad était beaucoup plus fort que lui même, peut-être même capable de tenir tête à Dil'Duran!

Les apparences trompaient toujours... Et surtout, elles cachaient le passé.

Un chauffeur n'était pas dangereux.

Une ancienne Sentinelle qui avait, avant cela, servit comme premier garde personnel du noble frontalier le plus important...

Ça, c'était un vrai danger, se dit le jeune homme en ne retenant pas un sourire.


Si ce n'est pas le cas, je suis même prêt à me taire pour tout le reste du trajet et à ne plus jamais me moquer de toi!

Voilà un appât appétissant...

Et un qu'il tendait en connaissance de cause.

Si Gil prenait la chance de se mesurer à son ami, il s'en prendrait plein la gueule et aurait toute une leçon d'humilité, s'en était presque certain...

...Mais ne lui avait-il pas montré lui-même que si l'on ne se testaient pas, de temps à autre, on pouvaient perdre de vu à quel point le chemin qu'il restait à parcourir était long et palpitant?

Une partie de lui-même lui disait qu'il s'agissait du genre de pensées qu'un maître aurait, et non un simple envoleur.

Le reste de lui défonça la gueule de cette partie.

C'était pas pour lui, ces conneries...

Il ne serait jamais Maître.

Jamais.

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Jeu 03 Nov 2016, 15:42

- Dis-moi... ce type, là, Krämur... ça lui arrive souvent de jouer au vilain gros Brûleur ?
Kaünis ne put s'empêcher de lever les yeux au ciel, un sourire dans le creux de la joue.  Puis, elle se contenta de hausser les épaules : c'était pas comme si de toute façon elle avait quelque chose à cacher.
- Non, j'crois pas. Enfin, en vrai j'le savais même pas avant que… Elle coula un regard vers Syles qui était en train de serrer la main à Vlad. Se mordant la lèvre, elle ferma les yeux un instant, avant de secouer la tête. Qu'ils viennent me chercher dans le Palais Impérial, tous les deux.
Bon, certes, c'était pas comme si elle l'avait côtoyé très longtemps avant ça, mais enfin. Il lui donnait plutôt l'impression étrange qu'il avait un peu honte ou peur de sa transformation. Mais bon, elle était pas dans sa tête, donc en fait elle en savait absolument rien.

- Hep! Gil !
L'Envoleuse se retourna elle aussi quand Syles appela Gil, et elle ne put s'empêcher de se mordre la lèvre quand son regard se posa sur l'homme.
- Si ce n'est pas le cas, je suis même prêt à me taire pour tout le reste du trajet et à ne plus jamais me moquer de toi !
Soupirant, la jeune femme leva les yeux au ciel : quoi encore, il était si fort ce Vlad ? Et Syles le connaissait de la Citadelle ou d'autre part ? Ça l'agaça un instant, de ne pas connaître de gens si forts, avant qu'elle ne se rende compte que connaitre des gens, ça voulait dire les côtoyer sans les tuer, les torturer ou… les baiser ?

Elle coula un regard vers Gil et Syles.
Nan, les baiser, ça posait pas trop de soucis tant qu'on ne lui faisait pas trop perdre la tête, en fait.

Un demi sourire ambigu sur les lèvres, l'Envoleuse fit passer sa masse de cheveux dans son dos, avant de s'adosser à la carriole.

Elle avait bien envie de voir Gil se faire casser la gueule. Ou au moins galérer.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 961
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Sam 05 Nov 2016, 10:08

Malheureusement pour lui, Kaünis n'était pas plus avancée au sujet de cet incroyable don. Gil laissa échapper un grognement dépité. Le souvenir d'Erwan traversa son esprit avant qu'il ne le jette hors de ses pensées à grands coups de pieds mentaux. Fous-moi le camp de là, sale bête ! Il sentait qu'il touchait du doigt quelque chose de crucial, mais c'était une recherche à mener plus tard. Pour l'heure, Syles l'interpelait et Kaünis avait haussé les épaules, signifiant la fin de leur minuscule conversation.

- Quoi ?
- J'ai une petite idée pour te dégourdir!
- Génial ! Garde-la pour toi.
- Je te parie ce que tu veux que Vlad, simple chauffeur, peut te donner autant de fil à retordre que moi en combat!
- Je préfère parier sur les chances que tu as de la boucler avant la fin de ce voyage,
marmonna Gil.
- Si ce n'est pas le cas, je suis même prêt à me taire pour tout le reste du trajet et à ne plus jamais me moquer de toi!

Oh ? Intrigué, Gil scruta le visage de Syles – il cherchait le piège, mais visiblement l'Envoleur était on ne peut plus sérieux. Le regard de Gil glissa vers Vlad. Celui-ci attendait patiemment, impassible sous son chapeau haut de forme. Cet homme-là n'était pas qu'un simple conducteur de carriole, mais de là à l'affronter en combat singulier... il s'apprêtait à repousser la lumineuse idée du petit génie, pressé de repartir, lorsqu'il surprit un mouvement, sur le visage neutre de Vlad. Un fantôme de sourire.

- Dix jours muet comme une carpe c'est long, dit-il en retroussant les manches de sa chemise.

Vlad quêta l'approbation de Syles avant de se préparer à son tour. Du coin de l'oeil, Gil le vit ôter son couvre-chef, libérant des boucles châtaines qui s'éclaircissait sous l'éclat du soleil. Tranquillement, il retira son cache-poussière et le plia soigneusement pour le poser sur le siège de la carriole, puis il tira de son fourreau un sabre long et mince. Gil, de son côté, tira la lame qu'il avait subtilisée au garde devant le manoir. C'était une belle épée, avec laquelle il fit quelques mouvements pour en apprécier l'équilibre. Il regarda Vlad ; leur cocher avait une drôle d'allure avec cette arme entre les mains mais Gil n'en était pas à son premier combat. Il repéra immédiatement la garde sans faille de son adversaire, en dépit de sa nonchalence apparente, et décida de jouer la méfiance. Il fit un pas en avant et cogna sa lame contre celle qui lui faisait face. Le chant de l'acier résonna dans l'air humide du matin.

- Tous les coups sont permis, ou bien on évite de prendre le risque que tu ne puisses plus conduire ton attelage ?
- Ne vous en faites pas pour moi,
répondit doucement Vlad, sans la moindre provocation mais avec un sourire plus franc.

Ce fut lui qui engagea le combat. Et il s'en fallut d'un cheveu pour que tout s'achève en une seconde.
Un cheveu ? Non.

Un poil de souris.


*


-C'était incroyable... Comment fais-tu pour bouger aussi vite ?
- Je me dépêche.
- Et pour porter des coups d'une telle précision ?
- Je vise le milieu.


Gil éclata de rire, une chose rare qui, pourtant, lui allait bien, et leva la main pour attraper celle que lui tendait Vlad.

- Bob, mon ami, tu viens de remonter dans mon estime !

Loin de s'offusquer du surnom dont Gil persistait à l'affubler, Vlad s'assura que l'Envoleur tenait bien sur ses jambes avant de le lâcher. Du bout de sa main gantée, il effleura la coupure qui suivait la ligne de sa joue, juste au-dessus de sa barbe.

- Vous êtes un guerrier d'exception. Personne n'avait encore réussi à me toucher ici.
- La prochaine fois je ferai mieux,
affirma Gil.

Il fit quelques pas et s'appuya contre la carriole ; il lui fallait du temps pour reprendre pleinement son souffle. Et ses esprits.

- Alors, on est repartis ou bien quelqu'un d'autre souhaite se mesurer à Bob ?

Le rire de Vlad résonna doucement tandis qu'il se hissait sur son siège. Le voir grimacer tira un sourire ravi à Gil. Il se laissa lourdement tomber à sa place, dans la carriole et ôta sa chemise déchirée. Son torse, ses bras étaient constellés de coupures et d'hématomes qui fonçaient déjà. Vlad avait pris soin d'éviter les points vitaux et il ne s'agissait guère plus que de simple peccadilles. Le cocher en possédait une jolie collection aussi, mais lui n'allait pas pouvoir les soigner avant leur prochaine halte. Le sourire de Gil s'élargit. Il n'avait pas gagné le silence de Syles mais qu'importe : ce voyage était brusquement devenu plus intéressant !


*


En un battement de cils Vlad se retrouva près de lui, et le sabre glissa le long de ses côtes ; sans ses prodigieux réflexes, Gil n'aurait pas pivoté à l'ultime seconde et la lame aurait déchira la peau plutôt que la chemise... Il envoya son coude dans le thorax de son adversaire pour le repousser mais celui-ci n'était déjà plus au même endroit. Encore une fois, Gil dut faire appel à sa réactivité pour éviter un second coup fatal. Son cœur battait la chamade, mais une lueur d'intérêt s'était allumée dans ses yeux vairons : Vlad n'était plus Vlad. En tout cas, le cocher affable et presque trop courtois avait troqué sa réserve contre une personnalité plus franche, plus dangereuse... plus guerrière. Le niveau de ce duel était haut, ce combat était sérieux : une erreur de calcul, un défaut d'attention et l'un ou l'autre risquait la mort ! Gil redoubla de vigilance... et de puissance. Lui aussi était impressionnant lorsqu'il combattait. Il y avait également deux Gil : le pince-sans-rire qui était capable de tourner en ridicule une flopée de gardes, et l'Envoleur dont la technique, le maintien, la rapidité étaient parfaitement équilibrés ; lorsqu'il était sérieux, Gil en imposait franchement. En l'occurrence, il déploya toute sa science du combat, osant les parades les plus complexes et les feintes les plus audacieuses, bondissant plus haut qu'il n'est normalement possible de le faire et bougeant si vite que ses gestes paraissaient flous. Pendant trois minutes, il repoussa chaque attaque de Vlad et lui fit face avec une maestria fantastique... sans jamais parvenir à l'égaler.

Vlad était un Frontalier. Toute la force et la discipline d'un entraînement intensif, depuis l'âge de quatre ans, coulait dans ses veines. Sa lame s'enroulait entour de celle de Gil avec une aisance déconcertante, et ouvrit une première blessure – sans aucune gravité – sur la cuisse de l'Envoleur. Une autre se dessina sur son bras gauche. Il grogna et tira de sa ceinture sa lame courte, à l'instant même où Vlad dégaina une dague effilée. Quatre lames se mirent à danser, si rapides qu'il était tout simplement impossible de suivre des yeux leur ballet éclatant. Et puis, tout à coup, Vlad s'immobilisa. Il rompit l'échange, recula d'un pas et s'inclina légèrement en un salut martial empli d'un respect que seuls les plus grands combattants savent apprécier à sa juste valeur. Une coupure saignait sur sa joue et il avait le souffle court. En face de lui, Gil inclina la tête à son tour, avant que ses jambes ne cèdent finalement sous son poids. Il s'assit lourdement dans l'herbe et, à moitié sonné, regarda Vlad. Son expression était celle, pleine d'admiration, qu'un enfant aurait eu en posant les yeux sur son héros.


*


Le soir venu, ils s'arrêtèrent dans une petite bourgade, à quelques lieues d'Ondiane. Gil ne fut donc pas surpris de croiser plusieurs Rêveurs dans les rues, reconnaissables à leur bure caractéristique et leur tonsure.

- Vous pouvez aller jouer, les enfants, railla-t-il à l'attention de Kaünis et Syles. Le sang peut couler, nous sommes bien entourés !

Plutôt que de faire le plein de provisions, ils décidèrent de se restaurer dans l'unique auberge de la ville, la Panse Gâtée. Il y régnait une chaleur étouffante et l'on aurait dit que tout le sud de l'empire s'était retrouvé à cet endroit : il fallut jouer des pieds et des mains pour atteindre une table libre. Gil se laissa tomber sur sa chaise et croisa les mains derrière la nuque.

- Tu tiens bien l'alcool, Bob ?

Vlad échangea un regard amusé avec Syles avant de répondre, tout en posant soigneusement son chapeau au bord de la table :

-A peu près aussi bien que je tiens un sabre...

Alors cette soirée va être démentielle, songea Gil.

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 18/07 au 24/07]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 757
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Mer 09 Nov 2016, 02:44

Le combat avait été spectaculaire, tel que Syles l'avait prévu en faisant l'offre... Et surtout, Gil était passé de ''Aller les enfants on y va, je m’emmerde'' à ''Hey Bob, tu tiens bien l'alcool!?'' ce qui était un changement plus que bienvenu.

Cette question tira d'ailleurs un sourire à l'envoleur... Sachant que Vlad avait déjà fait des beuveries avec Dil'Duran, autant dire qu'il tenait bien l'alcool, oui.

Il était un peu perdu dans ses pensées, se demandant comment il trouverais ceux qui semblaient le poursuivre et qui avaient apparemment décidés d'embarquer Kaünis dans tout ça...

C'est alors qu'il senti le regard de son ancien maître.

Subtil mais perçant, c'était ce fameux regards qu'il lui dirigeait, à l'époque, pour lui permettre de poser ses questions.

Ce regard de ''Je sais que tu pense à un truc, parle, sale gosse''.

Le frontalier vida son verre et se leva en prétextant vouloir prendre un peu l'air.

Gil compris le message et, à peine dehors, le jeune homme était rejoint par l'envoleur aîné.


C'est peut-être mon tour de t'embarquer dans mes emmerdes, Gil...

Le sourcil soulevé de celui-ci lui communiqua tout ce qu'il devait savoir. Il était devenu écoute, ce trait de personnalité si étrange qui faisait de lui un excellent maître et le meilleur des amis...

Il y a un moment déjà que des gens semblent en avoir après moi, je ne sais pas qui ils sont ni pourquoi, mais ils s'en sont pris à Krämur avant et on essayer de s'en prendre à moi et Kaünis... Et je sais qu'ils vont réessayer.

Je crois qu'ils vont s'en prendre à toi aussi, ils tentent tout pour m'atteindre.


Et ça me fout en rogne, mais ça tu le sais, se dit le jeune homme. Son frère d'armes était plus que bien placer pour comprendre à quel point il était frustrant de voir un attaquant inconnu s'en prendre à sa famille...

Pour le coup le jeune homme soupira. Il n'aimait pas du tout l'idée de causer plus de problèmes à Gil qu'il en avait déjà mais voilà, ce n'était pas son choix...

Chienne de vie.


~~~

Le repas du soir fut placer sur la table devant eux et le ventre du frontalier lâcha un grondement en même temps, bon sang qu'il avait faim de VRAIE nourriture, pas les apéritifs de riche desquels il devait se contenter dans les soirées que son rôle le forçait à rejoindre.

Il attrapa un morceau du saumon absolument délicieux que l'on avait servit à chacun à table et l'enfourna sans plus attendre pour se délecter de la saveur... Même Vlad, pourtant habituellement inexpressif comme tout bon conducteur frontalier, sembla sérieusement content de pouvoir manger quelque chose de consistant...

...Vive le poisson, quoi!

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Jeu 10 Nov 2016, 03:07

La Panse Gâtée.
C’était un nom amusant, pour une auberge, et Kaünis jaugeait de la clientèle en se balançant sur un seul pied de sa chaise, comme à son habitude. Surtout des gens pour manger, il semblait pas encore y avoir de sales trublions qui buvaient comme des trous, sans doute l’heure pas assez tardive.
Poussant un soupir, l’Envoleuse coinça une mèche de cheveux derrière son oreille droite alors que Gil demandait à Vlad s’il tenait bien l’alcool…  

La bouffe arriva vite, et Kaünis se délecta du goût sublime de son poisson – cuit parfaitement, avec les petites pommes de terre et la sauce qui va bien, ça faisait danser ses papilles alors qu’elle avalait une nouvelle gorgée de vin blanc. Tout semblait presque calme, enfin, jusqu’à ce qu’elle sente une présence dans son dos et un petit toquement de doigt sur son épaule droite.

Elle termina sa bouchée de nourriture avant de relever le menton, un peu de sauce y dégoulinant encore. Son regard marécageux croisa des yeux d’un bleu si clair qu’on aurait presque pu les qualifier de blancs. L’homme plissa les yeux, une seconde, avant que son visage ne se détende et que son poing file à toute allure vers la pommette de Kaünis…
Qui avait déjà réagi en donnant une impulsion du talon sur le pied de la table. Ça renversa les verres sur le bois, mais lui permit de prendre de l’élan pour éviter la trajectoire du coup.
Dans un même mouvement, elle posa son pied gauche sur le sol, attrapa le bord de sa chaise, bascula son centre de gravité et avec l’énergie cinétique souleva la chaise et l’explosa littérament dans le dos du mec qui tituba alors que des éclats de bois rebondissaient partout autour d’eux.
L’assaillant s’effondra littéralemnent dans son assiette, en renversant la moitié du contenu alors qu’il avait la tronche dans l’autre moitié.

Avec une mine de dégout, Kaünis attrapa le mec inconscient par la peau du coup pour le repousser sur le côté, et le pousser du pied.
- Une autre assiette par ici ! Ce couillon a tout renversé ! lâcha-t-elle vivement. Ah et une autre chaise aussi.

Elle avait faim quoi !

Devant le regard interrogateur des trois mecs assis à sa table, elle haussa les épaules.
- Roh, vous savez, moi je nage toujours dans les emmerdes. Y’a des mecs qui ont pas encore compris que j’suis plus recherchée, j’crois. Tant pis pour eux.


*

Elle avait encore faim.
Affreusement faim, en fait. Son ventre grondait grave alors qu’elle avait avalé deux assiettes complètes en plus de celle qui avait été renversée.

Ronchonnant seule, la bouche dans la paume de sa main, le coude sur la table, elle suivait la serveuse du regard méchamment. Elle avait intérêt à revenir de ce côté, sinon c’était elle qu’elle allait bouffer, sérieusement !
Mais quand la nana vint vers elle, ce fut avec un large plat de civet de sanglier qui surprit Kaünis.

- C’est de la part du monsieur, là-bas, fit-elle en désignant un autre client, de l’autre côté de la salle.
Fronçant les sourcils – elle était entourée de trois mecs là, et y’avait encore un pechno qui tentait de la pécho – elle finit par hausser les sourcils et planter sa fourchette dans le premier bout de sanglier.
Mais quand elle le porta à sa bouche, une odeur alerta ses sens, et elle jeta sa fourchette dans son assiette, ce qui fit tinter les couverts.

Bon, deux en deux soirs, ça faisait chier là.
Levant les yeux vers Syles, elle serra les dents, avant de se relever en poussant sa nouvelle chaise, pour se diriger à grands pas vers le mec en question.
S’appuyant sur sa table d’une main, elle se pencha en avant en pianotant des doigts sur le bois.

- T’es qui ? Tu veux quoi ? cracha-t-elle vivement.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 961
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Jeu 10 Nov 2016, 13:04

[Je fais rien avancer du tout, j'ai pas osé prendre les devants pour une fois ! xD]



Gil but une gorgée de vin et ferma les yeux, appréciant la chaleur de l'alcool dans ses veines et l'effet systématique sur son humeur : il se sentait bien. L'atmosphère était tranquille, du moins pour l'instant, et les conversations environnantes étaient un brouhaha diffus qui engourdissait doucement ses sens, en même temps que la boisson. C'était toujours mieux que broyer du noir dans son coin, tout seul ! Il avait le pressentiment de se précipiter au-devant des ennuis – comment pourrait-il en être autrement, avec ces deux sales gosses qui, où qu'ils aillent, étaient incapables de ne pas se faire remarquer ? - mais curieusement, ça réveillait en lui la soif de l'aventure et du danger qui s'était tu ces derniers temps. Une vieille amie qui lui avait manqué... Il rouvrit les yeux et son regard bicolore se posa sur Syles. T'es trop silencieux, morveux, ça ne te ressemble pas. Il n'avait pas remporté son pari, pourtant. Quelque chose tracassait visiblement le jeune homme, alors, quand celui-ci vida son verre puis se leva en marmonnant qu'il sortait prendre l'air, Gil repoussa sa chaise à son tour.

- Pas touche à mon assiette, grogna-t-il à l'attention de Kaünis et Vlad.

Il rejoignit Syles à l'extérieur. La fraîcheur de la nuit contrastait vigoureusement avec la chaleur presque étouffante qui régnait dans la salle, et Gil redressa le col de son tabard, davantage par réflexe que par réelle sensation de froid. Il enfonça ses mains dans ses poches et appuya son dos contre le mur. Le silence qui les enveloppa s'éternisait mais il ne le brisa pas ; c'était à Syles de parler. Il était sorti pour cette raison et, Gil n'en doutait pas, était en train de réfléchir à la situation. De choisir soigneusement ses mots. C'était une des particularités qui rendait ce garçon tout à fait hors du commun : il était bavard et n'avait pas peur de dire ce qu'il avait en tête, mais il savait tourner sa langue dans sa bouche et il le faisait bien plus souvent qu'on ne le pensait. Gil n'était pas la patience incarnée, toutefois il attendit sans broncher que Syles soit enfin prêt à ouvrir son clapet.

- C'est peut-être mon tour de t'embarquer dans mes emmerdes, Gil...

Non, sans blague ? Un rictus tordit les lèvres de Gil. Il ne dit rien. C'était encore à Syles de parler.

- Il y a un moment déjà que des gens semblent en avoir après moi, je ne sais pas qui ils sont ni pourquoi, mais ils s'en sont pris à Krämur avant et on essayer de s'en prendre à moi et Kaünis... Et je sais qu'ils vont réessayer.

Troublante, cette ressemblance entre sa propre situation... Là encore, Gil ne fit aucun commentaire. Il rangea simplement cette information dans un coin de son esprit, conscient que, si Syles était troublé à ce point, c'est que l'affaire était grave.

- Je crois qu'ils vont s'en prendre à toi aussi, ils tentent tout pour m'atteindre.

Logique. A leur place, c'est ce qu'il ferait aussi. Mais l'imperceptible inquiétude que Gil perçut dans la voix de Syles lui fit froncer les sourcils ; l'envie de lui en coller une le démangea, histoire de lui enfoncer dans le crâne qu'il ne devait pas se laisser distraire par ce genre de chose : Kaünis et lui étaient largement capables de se débrouiller tout seuls. Syles n'avait pas à s'en faire, sinon il allait tomber dans le piège. Mais l'Envoleur ne le cogna pas, préférant garder cette idée pour plus tard ; Syles se confiait rarement et, lorsqu'il le faisait, c'était un moment extrêmement important. Précieux, même. Un écho de leur complicité d'avant, quand l'un était le maître et l'autre, l'élève... L'instant ne valait pas d'être brisé par une bagarre, même amicale.

- C'est bon, t'as fini ? On peut retourner boire et manger ?

Pour beaucoup, cette remarque aurait pu paraître incroyablement déplacée, grossière, signe qu'il n'avait rien écouté ou qu'il se moquait bien des paroles de Syles. C'était pourtant tout le contraire. Il n'y avait rien à ajouter à ce que le gamin venait de dire, et Gil n'était pas connu pour sa conversation ; toutefois, en balayant cette inquiétude d'un haussement d'épaule, il venait de signifier, en termes cachés mais très précis, qu'il suivait Syles. Peu importe où, et peu importe les risques. Je vais te coller aux fesses, mon pote. Si près que je pourrai en profiter pour te botter l'arrière-train comme je meurs d'envie de le faire depuis des mois !




*




Boire et manger, avec Kaünis, c'était une aventure à part entière. Cette fille attirait les débordements comme une vache attirait les mouches. C'est la pensée qui traversa l'esprit de Gil au moment où un parfait inconnu s'en prit à l'Envoleuse, au beau milieu de leur repas. Du coin de l'oeil, il perçut la soudaine raideur de Syles, et il vit Vlad poser une main sur le manche de son sabre, sous son manteau. Lui, en revanche, ne bougea pas d'un cil. Il connaissait Kaünis mieux que quiconque, ici, et il se délecta du spectacle qu'elle leur offrit en maîtrisant l'opportun avec la délicatesse dont elle seule savait faire preuve. Un sourire dans sa sur ses lèvres. Il était loin, le temps où cette insupportable gamine le suivait en râlant et en faisant un bruit monstrueux ! Quand elle leur expliqua d'un air vaguement blasé qu'elle aussi avait ses propres emmerdes, il éclata de rire.

- Le jour où vous ne serez pas poursuivis, tous les deux, c'est qu'il pleuvra des siffleurs !

Il fronça les sourcils lorsque la serveuse déposa un plat devant Kaünis. Etrangement, qu'il ait sauvagement baisé avec elle – trois fois – ne changeait rien à la jalousie presque paternelle qu'il lui portait, et c'est avec une mine renfrognée qu'il la vit hausser les épaules, puis piquer un bout de viande de sa fourchette. Avant de lâcher l'ustensile pour se précipiter vers l'homme à qui elle devait cette charmante – et intrigante – attention. Gil se pencha vers l'assiette et renifla la viande qu'elle n'avait pas touché. Poison. Son regard se durcit. Cette fois, il se tint prêt à intervenir ; l'homme que Kaünis avait abordé ne ressemblait pas à celui qu'elle avait vigoureusement envoyé paître un peu plus tôt. Celui-ci était plus dangereux.

Cherchez plus, les mômes.
Les emmerdes sont ici.

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 18/07 au 24/07]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 757
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Dim 13 Nov 2016, 16:48

La tension montait d'un cran, s'était perceptible, puisqu'il était clair que l'empoisonneur était... Dangereux.

Cela dit, Syles et Vlad continuèrent de manger sans paraître s'en formaliser.

Paraître inquiets ou prêt à intervenir? Ça aurait seulement alerté l'autre, alors c'était bien inutile. De plus, Syles voyait mal quelqu'un tenté de tué Kaünis par sa faute alors qu'il semblait clair qu'on voulait le retrouvé lui... La tuée elle aurait été une très mauvaise idée pour cela.

Sauf si l'on le connaissais mieux que quiconque... Car oui, il le savait, il se serait empressé de défoncer la gueule de ces emmerdeurs... Et ça impliquait de se jeter dans la gueule du loup tête première, chose qu'il faisait déjà de toute façon, mais ça ils ne le savaient pas encore.

Du coup, meilleure solution? Attendre et voir comment ça ce développait...

De toute façon, vu le nombre de couteaux en métal présent dans la salle, il n'avait qu'un mouvement de poignet à faire et ce type regretterait amèrement d'être né.

Ça impliquait de ne laisser aucun survivants, pour sa couverture et le secret de sa greffe... Mais ni lui, Gil, Kaünis ou Vlad ne verraient à y redire au besoin.

Donc il fallait seulement qu'il observe... Avec patiennnnncceeeuuhh....

...

..

.

PUTAIN C'ÉTAIT TROP LONG LÀ! ILS ALLAIENT BOUGER OUI OU MER-- Ah, tout de même...


HRP:
 

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Dim 13 Nov 2016, 20:24

Le mec releva lentement le menton vers elle, et Kaünis fronça les sourcils un instant. Parce que cette tête lui disait quelque chose, déjà, et ensuite – surtout – parce que le gars avait un sourire en coin sur les lèvres… Ce qui l’agaçait prodigieusement dans un premier temps, avant qu’elle ne prenne une inspiration qui calma les palpitations de son coeur. Alors, seulement, elle s’amusa un instant de la situation.
Attrapant une chaise, elle la tira à elle et s’y assit tranquillement, se penchant en avant sur la table pour fixer le mec dans les yeux.

- Pourquoi tu as voulu me filer un plat empoisonné, mon chou ? demanda-t-elle, absolument provocatrice.
L’homme la considéra une seconde, peut-être deux, en tapotant sur le bord de la table des doigts de sa main droite.
- Pour voir si tu es aussi balèze que ta réputation le prétend.
Haussant un sourcil, surprise, Kaünis se redressa et commença à se balancer sur un seul pied de sa chaise. Elle finit par pencher la tête sur le côté.
- Et donc ?
- Pas mal pour un début…
murmura-t-il du bout des lèvres… Avant de littéralement jaillir en avant. Dans un réflexe qui frôlait l’impossible, Kaünis parvint à pousser le bord de la table pour donner une impulsion en arrière, faisant basculer sa chaise, et roulant en arrière pour éviter le coup.
Elle attérit dans les jambes d’un mec, mais ne s’en formalisa pas, bondissant vers le plafond pour poser l’avant de son pied sur la table qui bascula légèrement sur son poids, tandis qu’elle sautait de l’autre côté.

Un sifflement étrange retentit à son oreille, et elle se jeta en avant pour éviter la fléchette qui ne fit qu’effleurer son trapèze…. Y traçant un sillon brûlant.
Trop brûlant.
Roulant sur l’autre épaule pour éviter de se faire plus mal, elle pivota sur ses pieds pour trouver l’homme tout en attrapant trois étoiles de jet à sa ceinture. Quand il apparut entre deux tables, elle lança ses étoiles qui firent mouche… Dans chaque coiffe de rotateurs et au milieu du ventre.

Mais… Tout devint noir soudain.
Dans un réflexe, elle jeta un coup d’oeil à la griffure sur son épaule… Et à la peau qui avait commencé déjà à virer noire / verte foncée et puante tout autour.

* Youpi… *



*


Quand Kaünis se réveilla, une douleur irradiait toujours de son épaule. Elle tourna légèrement la tête et avisa le bandage qui lui tenait l’aisselle et la pointe de l’épaule, et ça l’agaça prodigieusement.
Se redressant vivement sur sa couchette, elle chercha une présence autour d’elle.

- C’est quoi ce bordel ? cracha-t-elle méchamment.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 961
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Dim 13 Nov 2016, 21:30

[Une fois n'est pas coutume, je prends un peu les devants donc si quelque chose ne va pas, sonnez-moi !]



Ni Syles ni Vlad n'interrompirent leur repas, mais Gil devina qu'ils observaient la scène avec attention. Le jeune Envoleur était d'ailleurs tendu comme un arc et bouillonnait de se précipiter au-devant d'une belle bagarre ; qu'il se maîtrise était la preuve d'un parcours encore plein de progrès et Gil, qui s'impatientait tout autant, hocha la tête. Deviens pas trop sage quand même, songea-t-il en croisant les bras, sinon ce sera plus marrant... Son attention revint vers Kaünis. Elle s'était installée face à l'homme et le toisait avec l'air hautain qu'elle-seule possédait. Ils discutaient et Gil en profita pour observer son interlocuteur. Des vêtements de cuir usés, une attitude nonchalente mais un regard vif... Fais attention, gamine. A trop jouer avec le feu, l'on récoltait parfois un joli retour de flammes... !

Retour de flammes que Kaünis évita de justesse. Plus vive qu'un serpent, elle se mit en mouvement et dévia deux attaques qui fusèrent, mortelles et efficaces ; l'homme avait bougé sans prévenir et le pressentiment de Gil s'avéra justifié. Ce type-là était un tueur comme on en croise peu – du moins, hors du Domaine... Sans plus attendre, Gil attrapa la bouteille qui trônait sur leur table et la lança. Il ne vit pas Syles passer à l'action mais des lames s'envolèrent d'un peu partout, quittant les mains des clients éberlués pour s'en aller trancher quelques gorges. Que le jeune homme dévoile sa greffe n'agaça pas Gil ; il se fichait pas mal des conséquences, il n'était pas assez dévoué à l'Ordre pour s'inquiéter de la sauvegarde de ses plus grands secrets. D'ailleurs, quelqu'un laissa échapper un « marchombres ! » qui lui tira un petit rire amusé. Les gens connaissaient les Marchombres. Ils ignoraient généralement l'existence des Envoleurs. Si cette histoire retombait sur le dos de leurs "ennemis », tant mieux ! Ce n'était pas lui que ça dérangerait.

L'homme qui affrontait Kaünis n'était pas seul. Ses potes étaient aussi redoutables que lui et Gil ne tarda pas à dégainer ses lames pour se battre. L'alcool qui brûlaitses veines lui donnait une pêche phénoménale et une audace qui lui fit prendre de grands risques – et à voir la façon dont Syles se débarrassait de ses adversaires, il n'était pas le seul ! Heureusement pour eux, Vlad veillait. Contrairement à ses compagnons, le Frontalier n'avait pas tiré son sabre : il se contentait de tenir ses ennemis en respect de ses pieds et de ses poings, chacun de ses mouvements frôlant la perfection tandis que les armoires à glace qui se jetaient sur lui s'écroulaient sans avoir eu le temps de comprendre ce qui leur arrivait.

- Quelle soirée ! S'écria Gil en collant son dos contre celui du cocher. Chouette auberge, hein ?
- Un peu trop bruyante à mon goût...
- Au contraire, ça manque d'animation ! Et de femmes, aussi. Tu es un homme à femmes, Bob ?
- Et vous ?

Gil ne répondit pas. Il venait de voir Kaünis vaciller et eut tout juste le temps de tendre les bras pour la rattraper. Ignorant le désordre qui régnait autour de lui – il avait une totale confiance en Syles et Vlad pour empêcher quiconque de les atteindre – il posa un genou à terre et ausculta rapidement l'Envoleuse. Merde, jura-t-il en voyant la peau de son épaule prendre une teinte de mauvaise augure.

- Il faut battre en retraite, mon général ! cria-t-il pour attirer l'attention de Syles.

Précaution inutile, bien sûr : celui-ci était à l'affût de tout ce qui pouvait concerner Kaünis. Imité par Vlad, il ouvrait déjà un passage vers la sortie. Gil rengaina ses lames puis jeta son ancienne – et très stupide – élève sur son épaule pour se redresser et piquer un sprint. Il fallait se dépêcher : il en allait de sa survie !


*


- Et voilà.

Vlad poinctua sa remarque en achevant le pansement. Ses grandes mains ne servaient pas qu'à manier le sabre ou à diriger les chevaux, elles étaient aussi délicates que possible lorsqu'elles soignaient ; une fois Kaünis à l'abri dans la carriole, il avait laissé les rênes à Syles et s'était proposé de seconder Gil pour extraire le poison et traiter la blessure. En silence, les deux hommes avaient passé une heure entière à conjuguer leur savoir et leur expérience afin de sauver la jeune femme. Ils avaient fait un choix risqué mais nécessaire : un Rêveur n'aurait pas pu intervenir aussi rapidement, même avec son Art, pour affronter les effets du poison. Très peu de gens connaissaient celui-ci, au moins aussi rare que la Silencieuse, mais plus foudroyant : L'Argéance aurait pu être fatale si Gil et Vlad n'avaient pas réagi aussi vite, ni aussi efficacement. A présent, la carriole était arrêtée dans une clairière baignée par un rayon de lune, au bord d'un ruisseau dans lequel ils avaient trempé un bout encore à peu près propre de la robe de Kaünis pour lui humecter le visage. Vlad essuya son propre front couvert de sueur.

- Elle se réveille.
- Recule, Bob ; quand elle émerge, cette fille est un vrai fléau...

Joignant le geste à la parole, Gil s'assit sur la banquette opposée et regarda Kaünis battre des paupières. Comme prévu, elle se redressa d'un bond et proféra quelques paroles d'un ton qui ne laissait rien présager de bon.

- Du calme, morveuse. Tu t'es encore fait remarquer. Sans nous trois, t'étais fichue ! Une morte-vivante toute verdâtre avec une jolie chair pourrie...Dis merci.
- On ne devrait pas traîner ici,
intervint Vlad. Ces hommes étaient dangereux et visiblement déterminés à vous tuer. S'ils nous ont pris en chasse, ils ne tarderont pas à nous trouver.

Gil approuva d'un signe de tête, puis il suivit le cocher à l'extérieur de la carriole.

- Deux chevaux pour tirer, ça peut suffire ?
- On ira un peu moins vite, mais oui.
- Mieux vaut aller plus doucement mais être protégés,
décida Gil.

Ensemble, ils détachèrent les chevaux de tête. Quelques réglages plus tard, Gil et Syles étaient en mesure d'en monter un chacun. Le plus dur fut de convaincre Kaünis de rester dans la carriole.

- Le poison ne va pas te tuer mais si tu ne laisses pas la fièvre retomber, il peut te clouer au lit pour des semaines. Tu restes à l'intérieur, trancha l'Envoleur en reprenant instinctivement le ton du maître qui donne un ordre.

Elle ne l'écouterait pas et trouverait le moyen de l'envoyer paître, mais pour l'heure, elle était contrainte par la force des choses à lui obéir. Il fit volter son cheval et croisa Syles.

- Pars devant, tu connais le chemin. Ouvre l'oeil.

Lui-même se plaça à l'arrière de la carriole, à quelques mètres de cet étonnant convoi qui repartit à bonne allure. Ils avaient frôlé la catastrophe mais Gil n'était pas plus inquiet que cela. C'était la routine, pour eux...

Une simple routine !

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 18/07 au 24/07]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 757
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Mar 31 Jan 2017, 20:10

L'homme prit une grande respiration... Ferma, puis rouvrit les yeux en calmant son coeur...

Décocha.

Le trait s'envola à l'horizon, décrivit un tournant improbable à cause du vent, fit presque un 90 degrés, puis se planta en pleine tête de la cible.

Le jeune tireur d'élite attrapa une autre flèche et l'encocha...

Une de moins, plus que cinq.


You're in the sniper's sight,
First kill tonight,
Time to die...

You're in the arrow's way,
The white death's prey,
Say goodbye..!

Vlad n'était pas au courant, pour la greffe de Syles.

Aucun frontalier ne l'était.

Seulement, voilà, l'homme avait juré son service et il ne comptait pas entacher cela avec des questions inutiles.

L'envoleur, lui, se contenta de jeter un petit sachet à Kaünis sans plus s'expliquer et de prendre les devants de la caravane, gardant ses sens en alerte. Ça n'empêcherait pas la jeune femme de pensée à sortir, mais elle n'avait pas pu manger à sa faim... Et le mélange de baies fraîches, il le savait, ne serait pas perdu.

Surtout qu'il y avait des fraises et des framboises..! Ce n'était pas exactement ''facile'' à trouver, dans le coin, en cette saison...

Le jeune homme s'arrêta soudain et leva la main, signalant à la calèche d'arrêter, ce qu'elle fit non loin de lui.

Vlad l'observa, un sourcil relevé, et Gil ne tarda pas à les rejoindre.


Pieds à terre, sortez les arcs et les flèches, Vlad, la routine...

Six hommes, un feu, ils grillent... Du cerf. Sept cent mètres, environ...


Il n'eut pas plus à s'expliquer... Le vent venait de tourner. Ce qui voulait dire que leurs nouveaux potes ne savaient pas qu'ils les avaient repérés... Et le nombre correspondait.

Snow in mouth,
Hiding his breath,
He is steady at hand...

Eye to eye,
Target in sight,
The moment to fire has come.

Il avait eu raison, ils avaient reconnus l'un d'eux... Du coup Vlad et Kaünis, avec des télescopes portatifs, donnait les cibles... Syles et Gil, avec des arcs et des flèches, s'occupaient de les trucider.

Kaünis avait presque rouspéter, jusqu'à ce qu'il soit clair qu'elle pourrait ainsi VOIR la mort des hommes... Contrairement aux tireurs... Et bon, Syles lui avait demander très gentiment en lui promettant une récompense, ça valait son pesant d'or, quand même...

L'homme prit une grande respiration... Ferma, puis rouvrit les yeux en calmant son coeur...

Décocha.

Le trait s'envola à l'horizon, décrivit un tournant improbable à cause du vent, fit presque un 90 degrés, puis se planta en pleine tête de la cible.

Le jeune tireur d'élite attrapa une autre flèche et l'encocha...

Une de moins, plus que cinq... Quatre, corrigea-t-il en entendant Vlad confirmer le tir de Gil.

Quatre dont un qui aperçut un des cadavres et sonna l'alerte... Et merde, se dit le jeune envoleur. Dans peu de temps ils seraient repérés et, surtout, il serait plus dur de les touchés sans qu'ils ne soient vus, maintenant.

Il ne put s'empêcher, cela dit, de remarquer que Kaünis semblait avoir légèrement frissonner de bonheur en voyant la flèche frapper la tête, en faisant éclater une partie.

Elle était folle, et lui il était fou.

Fou de... De sadicité, peut-être, mais surtout...

Fou d'elle.

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Jeu 16 Fév 2017, 00:42

Elle fronça les sourcils quand GIl tenta de la calmer - boah au pire, verdâtre et puante, c'était pas comme ça qu'étaient les zombies ? Ça aurait pu être drôle. Enfin bref, elle avait pas spécialement demandé à être sauvée, elle, et elle s'en fichait bien de tout ça…
Ça piquait un peu quoi !
Elle tenta de bouger un peu l'épaule pour voir, et une douleur fulgurante naquit dans sa nuque pour se propager jusque dans le bout de ses doigts endoloris.

Levant les yeux, l'Envoleuse admira un instant le visage de Syles qui disparaissait hors de la caravane non sans lui lancer une petite bourse qu'elle ouvrit presque immédiatement.
Ses doigts étaient définitivement pas au mieux de leur forme, c'était comme si elle ne pouvait pas les contrôler normalement et qu'une sorte d'engourdissement douloureux l'empêchait d'avoir la précision nécessaire pour enlever ce tout petit bout de cuir qui tenait la bourse fermée.

Se mordant la lèvre supérieure à sang, Kaünis se concentra et parvint à défaire ce truc… Et y découvrit un bouquet de framboises qui la fit sourire en relevant la tête. Des baies, en cette saison ? Se mordant la lèvre inférieure cette fois, elle se dit que décidément, Syles était plein de surprises.

Le pire ?
Elle adorait ça.


* *  


Les flèches volaient dans tous les sens.
Chaos parfait et contrôlé par la seule volonté - bon okay, avec la Greffe aussi -  de Syles.
C’était spectaculaire. Un long frisson remontait le long de son échine à chaque fois qu’un empennage explosait une carotide, défonçait un crâne ou perçait un oeil.
Bientôt, il ne resta que de la charpie - du sang, des bouts de membres et autres trucs vitaux étalés sur le sol - près du feu de camp, et la petite caravane qu’ils formaient purent s’en approcher non sans surveiller les alentours.

Descendant du chariot en titubant encore un peu - manger lui avait fait du bien mais elle manquait encore de force et de repos - Kaünis poussa un petit soupir en se penchant vers un corps inerte et déjà froid. Elle fouilla rapidement les poches, en sortit un pendentif en or et quelques pièces triangulaires, avant de continuer son office sur les autres cadavres.

Son corps tremblait, de faiblesse mais aussi d’une envie presque incontrôlable de se battre. Elle secoua la tête, se demandant un instant pourquoi elle en était arrivée là. Peu importait, au fond, en fait. Finissant par hausser les épaules, elle se dirigea vers Syles qui discutait - ou donnait des ordres - aux petits bataillons qui les suivaient depuis le début. Posant sa main sur l’épaule de l’Envoleur, elle se hissa sur la pointe des pieds pour déposer un baiser sur l’angle de sa mâchoire, avant de sourire distraitement et de retourner à la caravane.
Une formidable envie de dormir venait de s’emparer d’elle.


* *  


Lovée dans un coin de caravane, recroquevillée sur elle-même en position foetale, enroulée dans une couverture de fortune, Kaünis se réveilla soudainement en clignant des paupières.
La carriole était repartie la veille au soir, et c’était l’absence de rouli qui l’avait éveillée, les sens en alerte. Elle prit cependant le temps de respirer un bon coup, avant de se débarrasser de la couverture. Frissonnant dans l’air frais, elle se redressa et constata avec soulagement qu’elle ne se sentait pas aussi faible que quelques heures auparavant. Bonne nouvelle.

Sortant des tentures sans réveiller Syles et Gil qui dormaient à même le bois, silencieuse comme un rêve, elle découvrit que Vlad avait arrêté les chevaux le temps de s’éloigner - sans doute pour des besoins physiologiques.
Poussant un petit soupir, elle haussa les épaules, avant de monter sur le siège avant et de se passer la main dans les cheveux, ramenant ces derniers en arrière.

Vlad ne sembla qu’à moitié surpris quand il la découvrit juste à côté de son propre siège, mais se contenta de lui adresser un sourire.
- Je crois que j’ai assez dormi… pour au moins deux semaines.
- Il faut que tu te reposes quand même. Ton corps doit récupérer du poison.

Kaünis se contenta de hausser les épaules.
- Boah, j’ai vu pire, lâcha-t-elle, entre l’impertinence et la résignation. Oh, oui, elle avait vu bien pire, souffert beaucoup plus que ça. Là, c’était juste pof, fatiguée, dodo. Ça faisait pas mal, juste quelques courbatures, mais franchement c’était pas la fin du monde. Entre ses hanches, son infection généralisée et le reste, oui, elle avait clairement subi bien pire.
Vlad ne put s’empêcher de lui adresser un coup d’oeil surpris, étonné de sa réaction blasée et pourtant de la pertinence de ses mots, qu’il percevait sincères.
- Je serais bien curieux de savoir, fit-il, tirant un sourire asymétrique à l’Envoleuse.
- Faut croire qu’on a du temps devant nous, répondit-elle en fixant le croissant de lune qui brillait haut dans le ciel.


* *  


Non, en fait elle n’avait pas assez dormi pour deux semaines, car elle était retournée se blottir contre Syles alors que l’horizon commençait à changer de couleur, au tout petit matin.
Mais cette fois, ce qui la réveilla, ce fut l’absence de chaleur à ses côtés. Fronçant les sourcils et le nez, elle se redressa en prenant appuis sur ses deux mains devant elle. Ça allait mieux, en tout cas, elle sentait l’énergie affluer de nouveau dans ses muscles et son corps.

Se levant complètement, elle se débattit un instant avec la couverture, avant de bondir dehors pour voir ce qu’il se passait…
Elle se figea une seconde trop tard, alors que son visage dépassait les tentures…

Une seconde trop tard, car son visage se retrouva à deux doigts de celui d’un immense ogre qui la fixait de ses petits yeux porcins.

Dans un éclat de contentement, elle laissa son centre de gravité basculer en arrière une seconde, juste le temps de prendre un peu d’élan pour se jeter sur l’ogre en question, tous ongles dehors.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 961
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Ven 24 Mar 2017, 23:46

Quand il vit la carriole ralentir, puis s’arrêter complètement, Gil devina qu’il se passait quelque chose et piqua des deux pour rattraper rapidement le petit groupe. Syles était déjà en train de prendre les choses en main.

- Pieds à terre, sortez les arcs et les flèches, Vlad, la routine...
- Combien ? demanda simplement Gil en sautant à bas de sa monture.
- Six hommes, un feu, ils grillent... Du cerf. Sept cent mètres, environ...
Sept cent mètres. Rien que ça. Avec une si faible luminosité c’était carrément démentiel et pourtant… Pourtant Gil empoigna son arc et rejoignit Syles, comme s’il s’agissait de la chose la plus évidente qui soit. Une mission complètement tirée par les cheveux ? Une course poursuite infernale ? Une danse du poison et une partie de chasse à l’aveugle ? Il en était. A cent pour cent ! Il y avait quelque chose de grisant dans ces plans foireux, réalisa-t-il en mettant un genou à terre. Quelque chose d’unique qu’il ne ressentait qu’en présence de ces deux-là, et seulement quand ils étaient enfouis dans les emmerdes jusqu’au cou. Gil banda son arc, emmena la corde jusqu’à son oreille, calma les battements de son cœur. Il décocha sa première flèche dans un plaisir qui l’aiguillonna au niveau de l’abdomen, fugacement, et lui tira un rictus amusé. Et de un. Plus que quatre. A côté de lui, Syles le défiait, sûr de lui. S’il n’avait été absorbé dans la concentration intense que son entreprise requerrait, Gil l’aurait gratifié d’un coup d’œil empreint d’une fierté toute fraternelle. Le maître qu’il était se rengorgeait d’avoir pu guider les premiers pas d’un garçon aussi prometteur. Le Cabochard, lui, était navré de constater que le sale gosse était incapable de ne pas en faire trop. A croire qu’il voulait en mettre plein les yeux de sa belle, laquelle était non pas dans le carrosse en train d’attendre son prince charmant, mais l’œil dans le viseur, en train de se délecter du sang qui jaillissait, des cervelles qui explosaient, des gorges qui se transperçaient. Bande de tarés dégénérés !



*


Gil roula dans son sommeil et se cogna contre quelque chose de dur. Il grogna, ouvrit un œil, pataugea dans la semoule quelques secondes et se souvint qu’il dormait par terre, dans la carriole. Le coude de Syles lui rentrait dans dos. Il remua, finit par se redresser péniblement, attrapa la banquette pour se relever et réalisa au même instant que Kaünis ne s’y trouvait plus. Un coup d’œil vers Syles confirma ce qu’il avait deviné. Pas étonnant qu’il se soit retrouvé écrabouillé contre la portière, avec ces deux-là qui dormaient comme si de rien n’était ! Ronchon, il s’extirpa de l’habitacle et laissa la porte claquer – pour la peine. Il passa ensuite la main dans ses cheveux, les yeux plissés à cause de la luminosité du jour, puis enfonça les poings dans ses poches et fit quelques pas entre les arbres. Il ne faisait pas encore si jour que ça, et un filet de brume s’enroulait autour des troncs. Vlad n’était pas là. C’était à se demander s’il lui arrivait jamais de dormir… Etouffant un bâillement, Gil se trouva un petit buisson fort plaisant et déboutonna son pantalon pour soulager sa vessie. Il était en train de rêvasser tout en émergeant tranquillement, l’engin à l’air, quand un grognement guttural s’éleva dans son dos.

- Ouais, bonjour à toi aussi, morveux, marmonna-t-il en tournant la tête vers Syles.

Ce n’était pas Syles.
C’était un troll.

Et Gil, en se retournant avec surprise, lui pissa dessus.



*


- Oooh bordel de m…

Rouler à terre pour éviter un coup de poing en pleine poire, remettre son froc, se réveiller et analyser froidement la situation en un quart de seconde, c’était un peu tendu, quand même. Gil ne pouvait décemment pas réaliser un tel exploit sans jurer – et pour jurer, il jura. Copieusement. Dans toutes les langues qu’il connaissait. A en faire pâlir un Dil Duran cuité. Quand il se redressa, il compta trois affreuses peluches, dont celle sur laquelle il avait très légèrement « débordé ». Vlad arrivait déjà, surgissant de nulle part et redoutablement efficace, suivi de près par Syles. Kaünis n’était pas en vue mais en percevant le beuglement d’un quatrième troll, un peu plus loin, Gil eut une idée assez précise de ce qu’elle était en train de faire. Bon, okay. A mon tour, maintenant. Il évita un coup, puis un autre avec une agilité qui contrastait avec la gaucherie qui l’avait tirée du sommeil, et plongea soudain en avant, sous les bras du troll, pour le percuter avec force. La créature heurta le tronc d’un arbre qui se fendit sous l’impact et poussa un cri affreux. Gil recula, un poignard ensanglanté dans chaque main. Pas suffisant mais déjà bien !

- On fait la fête ici ou bien on va voir ailleurs ? lança-t-il à la cantonade, s’adressant à tout le monde et à personne à la fois.

Si le choix lui revenait, il prendrait la poudre d’escampette. Les trolls étaient des ennemis féroces, et ils se déplaçaient généralement en groupe. Quatre spécimens, c’était trop peu. Mais bien assez pour faire des dégâts !

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 18/07 au 24/07]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 757
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Lun 27 Mar 2017, 19:56

Le contrôle.

Quelque chose de simple, mais de compliqué.

Un mur que l'être humain place entre l'instinct et l'action.

L'instinct.

Masse d'émotions et de sentiments refoulés.

La main qui dicte et guide les actions tout en demandant la permission à l'humain.

Syles.

L'humain qui contrôle son instinct.

Lynx.

L'instinct personnifié qui tente de prendre le contrôle pour de bon.


I walk alone,
Think of home,
Memories of long ago...

No one knows I lost my soul long ago,
Lied too much...

They said that they've had enough...

Am I too much..?

They said that they've had enough.

Standing on my own,
Remembering the ones I left at home,
Forget about the life I used to know,
Forget about the ones I left at home..!

Syles était déjà réveiller quand Gil se leva, fit semblant de dormir parce qu'il en avait, finalement, rien à foutre pour l'instant. Il avait besoin de penser, quelque chose, au fond de son crâne, grattait une porte qu'il avait crut exterminer, une porte fermée depuis longtemps... Et il n'aimait pas ça.

Un peu contre sa propre volonté, le jeune homme se leva. Son ancien maître était le pire cabochard du monde, mais il était également étrangement de bon conseil dans ce genre de situation.

Enfin, en temps normal, quand il était pas trop occupé à pisser sur les trolls...

À... Pisser sur les trolls..?

Le jeune homme maudit intérieurement le timing pas bon du tout vu son combat intérieur qui recommençait et sortit son arme de la carriole pour aller aider Vlad et Gil à se débarrasser de ces sales bêtes.


You say you feel so down,
Every time I turn around...

And you say you should've been gone by now,
And you, you think that everything's wrong.

You ask me how to carry on,
We'll make it through another day just hold on...

Attention mon pote, t'es lent...
Fiche moi la paix, Lynx, je croyais que t'avais dis que tu serais d'accords pour ne plus m'énerver.
Ne plus t'énerver? Oui, je suis d'accords, te laisser crever..? J'ai pas l'intention de mourir de si tôt.
Je t'ais rien demander, dégage.
Je sais que tu m'as jamais apprécier et--

La branche, lourde masse du troll, décrivit un arc rapide, puissant, mortel...

Syles, distrait par sa fatigue mentale et ce combat interne, ne réagit pas assez vite...

Entendit le cris impuissant de Vlad, aperçu les yeux écarquiller de Gil, crut entendre le début d'un cris de Kaünis, quelque part derrière lui, alors que la masse parcourait la trentaine de centimètres restant, il avait l'impression que tout était au ralentit, ses mouvements aussi, malheureusement...

Il allait mourir.


Non.

Je ne peux pas mourir comme ça...

Je... Je ne veux pas mourir comme ça...

Je veux vivre, je veux les vaincre, je veux gagner...

Je dois gagner.

La masse se gela dans le temps, bloquée par une chaîne volante. Gil et Vlad, même le troll semblèrent surpris.

Vlad et le troll, par la chaîne peut-être...

...Gil, probablement par la vitesse et la précision foudroyant que celle-ci avait eu, bien au dessus des capacités de Syles.

Le frontalier leva son regard dément vers la créature qui lui faisait fasse en ricanant...

La chaîne s'enroula autour du bras de la dite créature et commença à se serrer avec une telle violence que le membre tomba bientôt sur le sol dans une effusion de sang et un cris guttural.

Le serpent de métal revint à son maître.

Lynx lécha tranquillement une goutte du liquide vermeille, un sourire sur les lèvres...

Le monstre de muscle se jeta sur le jeune homme, mais avant même qu'il ne se soit assez approcher pour attaquer, les différentes lames du jeune homme s'étaient envolés pour attaquer toutes en même temps, découpant avec une efficacité effrayante la créature.

Malgré le combat sanglant que les lames portaient, il y avait bien pire...

Car l'envoleur marchait doucement vers un autre Troll qui semblait particulièrement gros et enrager, le tout sans armes en main.

Un danger pour qui que ce soit d'autre.

Une routine pour Lynx.

Le frontalier ouvrit une main au moment où le monstre chargeait, le manche d'une épée pris place dans sa paume et il s'élança à son tour, un bouclier décoratif, sur la carriole, vola vers lui et se déposa par terre.

Juste avant d'entrer en contact avec la créature, il y pris pied et le bouclier jaillit vers le ciel avec une violence surprenante, propulsant le jeune homme dans un saut vertigineux par dessus la tête de son énorme adversaire.

Pirouettant, tournant sur lui même dans les airs, le frontalier planta son arme profondément entre les omoplates de ce monstre, qui laissa échapper un cris de douleur en se débattant alors que l'envoleur, s'agrippant à son épée dans la chair, tendit l'autre main dans laquelle une seconde arme se déposa.

Un instant plus tard, elle rejoignait sa jumelle dans le corps de l'être inhumain.

Sautant de cette position dorsale pour éviter les grosses mains rageuses qui tentaient de l'agripper, le jeune homme se réceptionna par terre, derrière son adversaire, à quelque mètres de celui-ci, et tendit les bras de chaque côté de son corps, attirant toute sortes d'objets métalliques, le bouclier de plus tôt, les armes de rechange, même une dague que Vlad avait à la ceinture.

Seules les armes utilisées par ses comparses restèrent en place dans leurs mains.

Plaçant ses paumes devant lui, le garçon utilisa toute ces pièces de métal pour créer ce qui ressemblait fortement à une gigantesque lance composée de multiples lames qui ne tenaient ensemble que par le pouvoir casi-magique de sa greffe.

Le garçon, son sourire démoniaque toujours sur les lèvres, leva la paume droite au dessus de sa tête au moment même où le troll se retournait en laissant échapper un énorme grognement gutturale.

La lance de lames se déplaça pour se positionner au dessus de la paume droite ouverte du frontalier et se mit à tourner lentement, comme si elle se préparait à être lancé avec force.

Le monstre chargea en hurlant.

L'envoleur ne bougea pas d'un centimètre, se contenta de baisser la main droite vers l'avant.

L’amas de métal se propulsa avec violence.

La gigantesque créature fut transpercer par le nombre effrayant d'armes et d'objets métalliques...

S'écrasa par terre dans une flaque de son propre sang.

Le garçon leva ses yeux démentiels, cherchant à voir s'il restait quelque chose de décent à tuer, dans le coin...


Cometh the Hour of our Reckoning,
We will be ready,
Cometh the Man who will Fight beside me and be steady.

Cometh the Angel, the messenger from Hell we dreaded,
Cometh the Devil's disciples...

So we must be ready.

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Lun 27 Mar 2017, 20:23

Bon, les ongles, c'était pas super efficace contre un troll.
Elle lui avait arraché les yeux, du coup la créature pissait le sang mais tentait toujours de l'atteindre par de grands arcs de cercles de son énorme massue. Se faufilant sous son coude, Kaünis bondit dans son dos et poussa sa Greffe dans la nuque de la créature qui émit un grondement terrifié, mais se retourna avec une vivacité qui fit vaciller l'Envoleuse.

Elle évita de justesse un coup de massue, plongea entre les jambes du troll pour lui geler les chevilles avant de rouler hors de sa portée.
Dans un volte-face impressionnant de rapidité, elle crocheta un talon de la créature qui s'effondra dans un hurlement perçant, et elle finit par l'achever en plongeant ses doigts dans ses orbites explosées pour y pousser le gel de sa Greffe et atteindre son micro-cerveau.

Se redressant brutalement, ses cheveux volèrent un instant autour d'elle alors qu'elle évaluait la scène du regard.
Gil finissait de s'occuper de son troll, mais Syles était un peu plus loin aux prises avec l'un d'entre eux… Et quand la masse impressionnante du tronc qui lui servait d'arme fusa vers l'Envoleur, Kaünis sentit un cri au bord de ses lèvres…
Inutile.
L'attitude de Syles avait changé du tout au tout en quelques dixièmes de seconde, et elle savait ce que ça voulait dire. Un sourire étira ses lèvres alors qu'il écrasait un autre troll un peu plus loin, avec ses chaines et sa Greffe.

Un long frisson remonta le long de l'échine de l'Envoleuse alors que Syles - Lynx - relevait le menton pour chercher une prochaine victime.
Oh ?
Ça sentait la grosse bataille ça. Comme s'il allait s'en prendre à l'un de ses alliés. Elle le sentait venir gros comme une maison.

Elle poussa un soupir en levant les yeux au ciel.
- Gaffe à vous. C'plus Syles là. Enfin, plus vraiment, lâcha-t-elle tranquillement. Avant de s'approcher du jeune homme sur le côté, la tête inclinée cachant en partie son visage sous un rideau de cheveux.
Ouais, elle ne savait pas si ça serait pris comme un défi ou pas. En fait, elle n'avait aucune intention de le calmer - elle savait que c'était quasiment impossible - mais là, elle avait besoin de réconfort et voilà.
Peut-être qu'il la baiserait ?
Elle ne savait pas. Mais elle prenait le risque. Ça pouvait très mal finir, mais tant pis.

Alors, elle s'approcha encore. Jusqu'à toucher son épaule et y faire glisser doucement ses doigts. Sa peau était brûlante, et elle eut une envie soudain et impulsive de se blottir contre lui.
Elle ne se méfiait qu'à moitié en fait. Au pire, il la tuerait ? Ouais, au pire.
C'était pas si grave. Elle avait bien vécu.

Puis, au moins, elle mourrait dans ses bras voilà.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 961
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Mer 29 Mar 2017, 21:29

Pas de réponse, et pour cause : chacun était fort occupé à faire connaissance avec son nouvel ami ! On s’amusera donc ici, trancha Gil en joignant le geste à la pensée d’un coup de lame bien placé. Son adversaire déjà bien amoché poussa un grognement de douleur, mais riposta de plus belle, obligeant l’Envoleur à se baisser pour éviter de se faire arracher la tête. Les trolls étaient de sales bestioles passablement repoussantes et sans aucune conversation, mais il fallait leur reconnaître au moins une chose : ils étaient combattifs. Et sacrément tenaces. Hélas, pas autant que trois chevaliers de l’Apocalypse et un serviteur qui offrait de bien redoutables "services" ! Il n’y avait qu’à voir la façon dont Vlad se débarrassa du sien, sa lame virevoltant entre ses mains. Ou comment Kaünis énucléa le sien avec son soin habituel. Et comment Syles… Minute. Gil fronça les sourcils en voyant la massue décrire une courbe mortelle vers la caboche visiblement distraite de son ancien élève. Elle aurait dû logiquement lui éclate la boîte crânienne, sans compter l’intervention mi-exaspérée, mi-désespérée de ses trois compagnons, mais aucun d’entre eux n’eut seulement le temps de faire le moindre geste. Celui de Syles fut d’une vélocité quasiment irréelle.

Déjà sa chaîne revenait à lui, contrôlée par sa Greffe, tandis que le bras de son adversaire gisait sur le sol, purement et simplement arraché en une fraction de seconde. Gil jeta un coup d’œil en direction de Vlad mais, si celui-ci avait été surpris par ce qu’il venait de voir, il avait déjà repris son expression impassible. Peu de choses devaient surprendre cet homme, et sans doute guère plus de trois secondes. Pourtant, la Greffe de Syles était impressionnante : attirer le moindre objet en fer à la manière d’un aimant, quel atout ! Surtout dans le corps d’un homme tel que Syles ! Gil ne pensait pas uniquement ainsi par fierté, et puis quoi encore, crâneur ?! Disons plutôt qu’il avait eu la chance d’entraîner longuement le jeune homme et donc, d’observer chez lui des capacités physiques et mentales singulièrement développées. N’importe qui pouvait faire de belles choses avec un tel don. Syles, lui, faisait des prouesses, grâce à une vivacité prodigieuses et des réflexes bien aiguisés. Voilà ce à quoi Gil était habitué. Ça, et l’engouement d’un garçon débordant naturellement d’énergie et d’une témérité qui faisait courir bien des risques. Il y avait aussi un certain dépassement dans tout ce qu’il entreprenait, d’emportement qui portait sa marque et prouvait soit sa bonne foi, soit une rage importante.

Et puis, il y avait le Syles capable de torturer un homme des jours durant, et de faire chanter sa douleur sur tous les tons possibles. Ce Syles-là était… différent. La raison n’avait rien à voir avec lui, pour commencer. Seule une certaine gamme d’émotions était présente en lui. Et puis il y avait sa force, soudain proportionnelle à sa démence : une puissance féline et plus dangereuse que jamais. Gil n’avait pas eu l’occasion de fréquenter beaucoup cette version de Syles, mais il la reconnut toutefois dans ce combat face au troll, et surtout dans sa brusque puissance. La suite ne fut qu’une conséquence logique de cette première vague de fureur : la Greffe du jeune homme attira à elle tout ce qui pouvait l’être, ou presque. Gil grogna quand le couteau caché dans sa botte droite s’envola. T’as toujours su le trouver, celui-là… Voir toutes ces armes se déplacer dans les airs et s’assembler en quelque chose de plus grand encore, voilà qui n’était pas commun ! Gil était presque déçu qu’en face de Syles, il n’y ait que des trolls dépourvus de toute intelligence, incapable de saisir eux aussi la force improbable de cet instant. Evidemment, avec pareille efficacité, le tour fut rapidement joué. Le silence revint sur les lieux de la bataille, plus assourdissant que le bruit des combats. Tous les regards étaient braqués sur Syles. Celui-ci ne semblait pas s’en apercevoir : il tournait la tête à droite et à gauche, l’œil fou, à la recherche d’une autre cible sur laquelle il puisse déverser sa folie.

- Gaffe à vous. C’plus Syles là. Enfin, plus vraiment.

Comme si cette réalité ne la concernait pas, Kaünis se détacha du petit groupe qu’ils formaient pour s’approcher de Syles. Sans doute inquiet, Vlad esquissa un geste mais Gil posa la main sur son épaule et secoua brièvement la tête. Quand son ancien élève toujours aussi stupide entrait dans cette phase destructrice, c’était comme s’il ne reconnaissait plus ses proches. Comme si son cerveau cessait de fonctionner pour faire appel à des sens bien plus primaires. Et bien plus sélectifs. S’approcher davantage était le meilleur moyen de finir dans le même état que le troll qui gisait là, éparpillé aux quatre vents par une multitude de lames. La seule qui avait une chance réelle, quoiqu’infinitésimale, de s’en tirer vivante, c’était son autre ancienne élève toujours aussi stupide. Pas un pour rattraper l’autre. A moins que ce soit justement le contraire ? réalisa Gil en plissant les yeux pour observer la scène. Une complémentarité aussi délurée que parfaite ? Capable du pire comme du meilleur ? Il était clair que l’Empire pâtissait jour après jour de l’efficacité de ce duo, mais si l’on prenait la chose sous un angle différent, il n’était pas très difficile de comprendre que c’était dans le chaos que ce duo perdurait. Ils avaient besoin l’un de l’autre d’une manière unique et, si rien ne garantissait que Kaünis n’allait pas se faire arracher la tête dans trente secondes, en revanche tout garantissait à Gil que rien d’autre, absolument rien d’autre ne pouvait marcher. Pas tant que Syles avait ce regard-là. Et bien des gens, à la place de Kaünis, n’auraient pas tenté une telle folie. Mais justement, cette fille était consciente de ce qu’elle était en train de risquer, sauf que… sauf que ça te va, pas vrai ? songea Gil en la suivant du regard. S’il te décapite là, maintenant, tout de suite, tu mourras, certes, mais ça ne te pose aucun problème parce que tu mourras heureuse…

- Bob…

Vlad suivait la scène sans mot dire. Il affichait son air imperturbable qui le rendait si classe et si mystérieux, mais l’ombre d’un sourire étira les lèvres de Gil quand il baissa les yeux et découvrit sa main posée sur la poignée de son sabre. Aussi inutile que fût son geste, Vlad était prêt à tout pour protéger Kaünis – et Syles – de la fureur destructrice du garçon.

- Viens, poursuivit Gil en s’éloignant doucement, à reculons. Laissons les jeunes souffler un peu et dressons le camp un peu plus loin.

Quelques minutes plus tard, les deux hommes étaient assis devant une petite flambée. Ils s’étaient installés quelques mètres plus loin, sous l’ombre des arbres qui les protégeait d’un soleil bien vif pour la saison, en dépit de la fraîcheur de l’air, et s’occupaient en faisant cuir le petit-déjeuner. Ou le déjeuner, vu que le temps s’écoulait lentement mais sûrement. Ils auraient dû se remettre en route mais Gil n’était pas décidé à bouger tant que Syles n’était pas redevenu lui-même. C’était trop dangereux, pour eux comme pour lui. Il avait failli se recevoir une massue dans la tronche, tout de même. C’est ce à quoi Gil était en train de penser tout en tournant machinalement sa broche improvisée. Il revoyait l’air tourmenté du jeune homme ; Kaünis avait eu le même lorsqu’elle lui avait avoué, des années plus tôt, qu’elle ne comprenait ni ne maîtrisait sa Greffe. La situation présente était plus délicate, toutefois : Syles contrôlait sa Greffe, mais pas sa folie. Pas ce qui le rongeait de l’intérieur et menaçait de le consumer à petit feu. L’Envoleur soupira : entre la Folle des Glace et le Démon du Feu, décidément, il était bien entouré…

- On ne peut rien faire pour les aider ?

La question de Vlad tira Gil de ses pensées. Il leva ses yeux vairons vers lui et le dévisagea un bref instant : quelle drôle d’allure, tout de même, avec ce chapeau et cet air indéchiffrable ! En plus, il n’avait pas l’air inquiet. Pressé, à la rigueur. Comme s’il s’ennuyait un peu.

- Crois-moi, leur foutre la paix les aide beaucoup.

Certitude sincère. Gil était convaincu que ces deux-là avaient besoin d’un peu d’intimité pour s’entretuer/s’aimer/baiser/se disputer/s’arracher la tête avec les dents. Ou quelque chose du genre. Hors de question qu’il s’en mêle, c’était le coup à y laisser des plumes/du sperme/la vie !

- Beau combat, Bob…

Vlad se contenta de cligner des yeux. Ça veut dire quoi, ça ? « bwof » ?

- Tu me montres ton truc ?

Contre toute attente, Gil parvint à s’attirer un regard franchement expressif de la part de Vlad, et donc, vaguement surpris. Il faillit mourir de rire en réalisant que sa question était peut-être un peu trop… simple. Propice à mille interprétations amusantes, selon l’imagination de chacun.

- Ton coup de lame, précisa Gil, amusé. Ce que tu fais avec ton sabre, là, « wooosh » et puis « zioum tchac tchac tchac » et « scouic ».

Vlad haussa légèrement un sourcil – expression numéro deux ! A sa décharge, demeurer impassible face à un type vaguement abruti sur les bords en train de plaisanter tout en étant très sérieux, c’était impossible… Parce que oui, Gil s’amusait un peu, mais il était sérieusement intéressé. Curieux. Chacun de ses muscles se souvenait de l’affrontement avec Vlad, de cette impression de lenteur qui ne caractérisait pourtant pas sa façon de se mouvoir… Alors, quand le cocher se leva tout en ôtant son chapeau, Gil se sentit soudain animé par une émotion lointaine. Une émotion qu’il n’avait plus ressentie depuis longtemps : celle de l’apprenti qui s’apprête à découvrir une nouvelle technique. C’est ce qui amusa Vlad, d’ailleurs – même s’il ne se permit pas d’afficher une troisième expression ; le fait qu’en cet instant, alors qu’ils se plaçaient face à face, le regard de Gil brille avec la même intensité que celui de Syles.

- Regarde.

Propos laconique mais on ne peut plus suffisant en l’occurrence. Il n’en fallait pas davantage pour que l’attention toute entière de Gil soit braquée sur la démonstration silencieuse de Vlad. Enfin, non. Pas toute entière. Une infime partie demeurait à l’affût. Tournée vers les deux zozos, relié à eu par un lien invisible, conséquence de trois années de formation pour l’un et pour l’autre et surtout, d’une amitié solide, inébranlable.

Indéfectible.

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 18/07 au 24/07]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 757
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Mar 11 Avr 2017, 08:08

You'll never take us alive,
We swore that death will do us part,
They'll call our crimes a work of art...

You'll never take us alive,
We'll live like spoiled royalty,
Lovers and partners...

...Partners in crime.

Touché.

Là, sur son épaule.

Le jeune homme arrêta de respirer un instant pour distinguer ce que c'était... Il voyait rouge et avait envie de tout détruire, particulièrement cette présence qui entrait dans son espace vital,
mais quelque chose le retenait, il avait l'impression qu'il DEVAIT savoir qui - ou quoi - l'avait approcher.

Calmant son cerveau, il était bien plus doué que cet imbécile de Syles pour contrôler ce corps, après tout, Lynx aperçut enfin la femme... Encore elle, elle ne savait vraiment pas ce qu'elle voulait, entre se battre à tenter de presque le tuer et l'approcher comme une amante...

...Il l'embrassa donc en agrippant assez violemment l'un de ses seins, ce qui lui tira un petit gémissement tout à fait délectable.

Puis il sourit en décollant ses lèvres d'elle et passa un bras autour de ses épaules pour marcher avec elle, ce n'était pas vraiment normal cela dit, moins un ''elle est à moi'' comme position et plus un... Un simple ''Aller, viens, on marchent''...

Il soupira néanmoins une mini explication de sa voix légèrement plus menaçante en permanence que celle du vrai Syles.


L'autre imbécile s'est épuisé...Toi ou les deux autres, vous allez devoir m'endurer pendant un moment...

Ça promet d'être intéressant.


L'envoleur lécha ses canines à sa dernière phrase, ils pourraient bien trouvé un peu de... ''Viande fraîche'' en chemin, non..?

Ils approchaient de Vlad et Gil, cela dit, et si le second sembla simplement se tendre légèrement, prêt à tout - bonne idée, mon gars, se dit la monstre psychologique du jeune homme - le cocher,
lui, devint carrément plus raide qu'un des immenses murs de la citadelle, la main sur l'épée qu'il tenait encore devant lui, prêt à donner une démonstration, mais fixant le jeune homme qui, plus que sa prestance précédente, dégageait simplement une assurance folle... Et pire, un danger énorme, le même que ce qu'un grand prédateur devant sa proie dégageait.

L'incertitude perceptible de l'homme fit agrandir le sourire du jeune homme... Qui décida d'embrasser sa reine une fois de plus, question de lui laisser le temps de penser à sa réaction, mais en s'attardant pour mordre la lèvre de la jeune femme jusqu'à ce que perle quelques goûtes de vermeille qu'il recueillit du bout de la langue... Il avait été entraîner à la limite des capacités humaines,
ce mec, non..? Alors qu'il dégèle...


The secret side of me,
I never let you see,
I keep it caged,
But I can't control it...

So stay away from me,
The beast is hungry...

I feel the rage,
And I just can't hold it..!

Le duel avait commencé par une simple proposition de Vlad, qui semblait vouloir tester ce que ce nouveau visage de son commandant pouvait faire...

Un simple duel amical avec des règles strictes : Pas de coups bas,
pas de techniques spéciales, ce qui voulait bien sûr dire que l'homme ne pouvait pas utiliser l'imagination pour augmenter ses prouesses déjà immenses et que l'envoleur ne pouvait pas se servir de sa greffe ni de tout autre habiletés spéciales qu'il aurait put avoir...

...Puis Vlad avait voulu voir l'extrême limite de cette nouvelle force...

Il avait dessiner.

Rien de bien méchant, un simple couteau qui s'était précipité vers le jeune homme entre deux attaques... Facile à éviter, avec sa vitesse.

Le garçon n'avait pas évité.

Il avait rit...

...Et son rire avait figé le temps.

Ou plutôt le lancer, car le couteau qui tournait en coupant l'air avait figer sur place une fraction de seconde avant que le jeune homme ne dise qu'il n'aurait ''Pas dut briser les règles''.

Une seconde, non, moins plus tard, le jeune frontalier s'était retrouver carrément entouré d'armes, de la chaîne à son bras qui s'était animé aux épées qui avaient volés de son dos vers ses mains en passant par les dagues équipés de courtes chaînes qui avaient sorties toutes seules des fourreaux sur ses bras et ses jambes, même la lame de son adversaire l'avait rejoint...

...Le roi menant son armée de métal, son armée de mort.

C'est ainsi que le frontalier aîné s'était retrouver dans une telle position : un simple bâton entre les mains à tenter de paré un les coups de sa propre arme qui obéissait maintenant à sa propre âme... Il avait remarqué que plus il s'éloignait de l'envoleur, plus le mouvement des lames devenait flou, voir brouillon, mais le simple nombre de celles-ci auraient pus facilement contré leur manque de précision à une certaine distance... Pire, le garçon pouvait bouger en les contrôlant et semblait gagner à la fois en vitesse et en précision quand il tendait la main pour contrôler cet étrange pouvoir...

L'homme réalisa qu'il ne pouvait pas gagner, pas en étant si mal préparé, en fait, comprit-il, il pouvait continuer à se battre seulement par le bon vouloir du jeune homme... Après tout, il portait une cote de maille d'un acier très résistant, ainsi qu'une ceinture avec une boucle de fer...

...Si le garçon l'avait voulu, comprit-il, il serait gelé sur place en un instant.

Il s'élança néanmoins dans un essais désespéré, entrant dans l'imagination tout en bougeant pour faire apparaître, à sa main, une épée de bois très affilée.

Dans un seul mouvement, elle fut sous la gorge du garçon, à un centimètre à peine...

...Alors que les lames et chaînes de celui-ci étaient tout aussi proche de l'homme qui, bien qu'il le cachait bien, commençait sérieusement à fatiguer d'éviter ainsi les coups... Alors que son adversaire, qui avait à peine bouger de tout le combat, semblait encore pimpant.

Vlad dut se l'avouer à ce moment là : Peut importe ce qu'était Syles, il n'était pas un simple frontalier, il était quelque chose d'autre, de sombre et dangereux, et quelque chose lui disait que les deux autres zigotos en étais aussi... Dans quoi diable s'était-il embarqué..?


My secret side I keep,
Hid under lock and key...

I keep it caged,
But I can't control it.

'Cause if I let him out,
He'll tear me up,
And break me down...

I feel it deep within,
It's just beneath the skin,
I must confess that I feel like a monster...

Do I hate what I've become..?

The nightmare's just begun,
I must confess that I feel like a monster...

Lynx sourit malgré lui, ce type savait se défendre, mais ce petit combat amical à égalité aurait put finir bien autrement... Juste un petit coup de greffe au torse et boom, étouffé par sa propre armure dissimulée...

Le jeune homme pointa la main vers son ancien maître, qui regardait le combat avec intérêt, surtout la technique des combattants, lui semblait-il, et une flasque de métal sortit toute seule de son manteau pour venir se poser dans la main de son ex-élève qui pris une large gorgée du contenu avant de parler.


Combien de fois Syles t'as dis de changer ta cachette, pour ta flasque..?

T'écoute vraiment jamais rien, Giliwyn.


Sans plus de cérémonie, il se détacha du combat, laissant tombé ou rangeant les armes qui volaient autour, puis lançant la flasque à l'envoleur toujours sur ses gardes, lui semblait-il.

Calme toi, j'vais pas te manger, ou du moins pas pour l'instant...

L'autre gamin était exténuer, l'imbécile manque de sommeil dernièrement parce qu'il s'en fait pour toi, entre autre, alors je prends les reines un moment... Habitue toi, je vais pas te faire le thé comme lui, moi.


* Et puis entre nous... T'en as un joli, de monstre, toi aussi, non..? *

It's hiding in the dark,
Its teeth are razor sharp,
There's no escape for me,
It wants my soul,
It wants my heart..!

No one can hear me scream,
Maybe it's just a dream..?

Or maybe it's inside of me..!

Stop this monster!

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 965
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Jeu 20 Avr 2017, 17:30

I came to fight for the love of the game, unstoppable
That's why I, I'm undefeated
Off the leash, out of the cage, an animal
That's why I, I'm undefeated

Oui, elle avait senti le changement, et d'ailleurs le baiser brutal ne la choqua pas. En même temps, en quoi ça aurait été surprenant ? La violence appelait la violence, la passion appelait la passion. Les deux ensemble, c'était explosif ! Et brutal.

Ce qui l'étonna plus, par contre, ce fut la manière dont il la prit par l'épaule pour l'emmener un peu plus loin.
- L'autre imbécile s'est épuisé...Toi ou les deux autres, vous allez devoir m'endurer pendant un moment… Ça promet d'être intéressant.
Kaünis eut une petite grimace qui lui fit retrousser le nez, avant de se tourner vers Lynx. Elle inclina légèrement la tête sur le côté.
- J'ai aussi un sacré faible pour toi, petit chou ! dit-elle en se mordant la lèvre inférieure.

Oh, elle n'avait pas peur de lui. Elle ne le redoutait pas.
Elle savait qu'il était capable du pire mais… et alors ? La notion de danger lui devenait de plus en plus étrangère, en réalité. Ouais, il était carrément redoutable avec sa Greffe, mais… franchement, et alors (bis) ? Ca ne lui faisait pas peur. Il pouvait bien tenter de la contrôler à distance, de balader toutes les armes en métal qu'il voulait après tout. Mais chacun avait une limite, même les deux parties distinctes d'un cerveau ou d'une personnalité. Alors hein, qu'on ne vienne pas lui parler de faire gaffe blablabla.
Rien à foutre.
Sans doute parce qu'elle était au moins aussi dangereuse que lui. Et étonnamment, elle avait cette certitude inébranlable malgré les branlées qu'elle s'était reçues durant toute sa vie. Son assurance quand à ses capacités n'avait fait que gonfler depuis que ce débile de Märr avait tout cassé. Elle avait fini par s'en sortir face à lui alors même si elle en avait chié, même si après elle s'était sentie affreusement sale et vulnérable, ça n'était plus le cas.
Elle était allée bien au delà de tout ça. Alors ouais, ouais, y'avait toujours des rechutes, mais l'important c'était d'y croire. Et de ne pas trop réfléchir.

D'ailleurs, elle ne prit même pas la peine de regarder le combat que Lynx lança contre Vlad, en fait. Entrant dans la caravane, elle tira quelques couvertures, trouvant une pomme qui trainait, avant d'en sortir en leur accordant qu'un seul regard un peu exaspéré.

Il y avait une rivière tout près, et elle avait envie de se tremper un peu. Ça lui ferait du bien.
Elle se faufila entre les rochers et les buissons sans bruit, observant les traces d'animaux sur le sol, silencieuse comme une ombre. Elle finit par rentrer dans un bosquet tranquille, leva les yeux vers les feuilles des arbres qui poussaient là, près du lit du ruisseau, et sourit en voyant un petit écureuil sauter de branches en branches.
Dans un soupir, elle se déshabilla, puis posa ses affaires sur un rocher un peu plus loin avant de s'immerger dans l'eau fraiche de la rivière.
Le courant était puissant, et pourtant elle s'y sentait parfaitement à l'aise. Ça faisait du bien à ses muscles, et elle put se débarrasser de la poussière de ces derniers jours, humidifiant ses cheveux complètement.

Quand elle sortit la tête de l'eau, elle perçut une présence qui l'observait… Non, plusieurs. Deux, trois ? Quatre ?
Elle ouvrit un oeil, se demandant qui c'était.

Almost dead, but I will rise up on my own
No, I'm never alone and it's all that I need to survive
Through the sweat and the blood, if I fall, I'll get up
It's the hunger that keeps me alive
This time, I'm coming like a hurricane, this time

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 961
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Ven 21 Avr 2017, 19:17

La parade de Vlad était impressionnante. Gil était assez doué pour la reproduire, mais il sentit qu’il allait lui falloir un peu d’entraînement avant de la maîtriser complètement. Sans un mot, le cocher rompit le pas et baissa sa lame, sans la ranger au fourreau. Surpris, l’Envoleur suivit son regard et découvrit les jeunes qui revenaient lentement vers eux. Il plissa les yeux, détailla l’expression froide de Syles, soupira. Allons bon. Ils allaient visiblement devoir supporter le garçon et son mode « vilain margoulin ». C’était pas si terrible que ça en avait l’air, mais à la longue ça risquait de devenir un peu gênant… non, sanguinolent. Gil rangea lentement son épée sans ôter ses doigts de la poignée, mais Vlad, lui, leva la pointe de la sienne en une invitation significative.

- Méfie-toi, marmonna Gil à l’attention de son compagnon. Il a le regard de celui qui n’hésitera pas à tuer – et qui aimera follement ça.

Vlad hocha simplement la tête et adopta une garde que Gil n’avait encore jamais vue. Il s’écarta pour leur faire de la place. Du coin de l’œil, il vit Kaünis s’éclipser et s’étonna un bref instant qu’elle ne soit pas intéressée par le duel qui commença ; c’était pourtant à couper le souffle. Dès les premières secondes, la puissance de Syles poussa Vlad à utiliser toutes ses ressources. Enfin non, pas toutes, mais il était clair que, tout guerrier qu’il était, Bob le Grand était surpris et malmené par la combattivité décuplée de Syles. Celui-ci ne prenait pas tellement de risques, pourtant. C’était comme si sa fureur se déversait dans sa greffe, lui permettant de la manipuler à loisir et de manière spectaculaire. Mais Gil était déçu. Il préférait le style plus franc et naturel du jeune homme à cette… parade violente. Observer Vlad, en revanche, était un vrai régal : armé d’une simple épée en bois aussi inoffensive qu’un jouet pour gamins, il parvenait à impressionner l’Envoleur. Et à menacer Syles. Qui finit par rompre le combat, probablement intéressé par autre chose. La flasque de Gil, par exemple. Il la regarda jaillir de sa doublure de cuir pour aller se poser entre les doigts de son ancien élève.

- Combien de fois Syles t’as dit de changer ta cachette, pour ta flasque.. ? T’écoute vraiment jamais rien, Giliwyn.

Et moi, je t’emmerde, songea Gil en laissant parler son majeur dans un geste bien senti. Parce que non, « Syles » se trompait : il n’avait pas peur. Il connaissait ce genre de perte de contrôle, de changement de personnalité, de violence à peine contenue. C’était plutôt le phénomène en lui-même qui le rendait nerveux, sans doute à cause de ce qui dormait dans son ventre ; la bête s’agitait, sensible à la force décuplée de Syles. Elle aussi avait envie de s’amuser. Pas Gil. Il savait très bien que, s’il basculait à nouveau dans cette folie, il était à peu près sûr de ne plus en sortir. Et Syles ? Etait-il capable de dominer cette rage monstrueuse ou bien était-il en train de rendre les armes ? Nan… t’es loin d’être aussi mou du ciboulot, quand même, hein, stupide apprenti ? Le vrai Syles était peut-être épuisé, en revanche Gil le connaissait assez bien pour savoir qu’il n’était pas du genre à renoncer aussi facilement. Il allait finir par refaire surface. La question était : quand ? Parce que, il fallait l’avouer, le sale gosse était d’une compagnie plus agréable que le vilain margoulin.

- T’avise surtout pas de toucher mon thé, grogna-t-il avant de tourner les talons.

C’était le coup à se retrouver empoisonné.


*


C’était fort, quand même. A sa place, les autres filles auraient eu la trouille – pour Syles, pour eux, pour elle, pour rien – ou bien aurait fait l’impossible pour aider Syles à retrouver sa personnalité de sale gosse. Mais non, Kaünis, elle, elle faisait trempette. Comme si de rien n’était. Et en même temps… En même temps, c’était pour ça qu’elle était aussi bien assortie à ce mec, au fond. Plus tarée que lui. De peu. Gil s’arrêta et enfonça les mains dans ses poches. Cette femme était diaboliquement belle. Quand elle était encore son élève, il avait fait l’effort de la voir comme une fichue gamine incapable de faire quoique ce soit tel qu’il l’attendait. C’était plus facile, alors, de vivre avec elle jour et nuit. Mais ensuite… Il avait fini par se faire avoir. Et ç’avait été incroyable. A tel point qu’il avait réitéré. C’était comme si elle était la tentation à laquelle il devait résister – ou céder. Il appuya son dos contre le tronc d’un arbre.

- Et maintenant ?

Question à double sens. Ou triple, voire même quadruple. A elle de voir ce qu’elle en pensait – ou bien à eux, puisque Syles et Vlad s’approchaient.

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 18/07 au 24/07]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 757
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Jeu 04 Mai 2017, 04:17

Le frontalier, sur sa branche, souffla légèrement dans la feuille qu'il avait écraser sur ses lèvres.

C'était unique, ce moment, un moment de détente sans avoir à se demander si Syles allait reprendre le contrôle puisqu'il était encore loin du compte, niveau énergie.

Mais pour le coup, Lynx ne savait pas trop quoi faire, donc il soufflait dans cette feuille, en tirant un sifflement étrange, entre le bruit strident d'un cris animal et celui mélodieux d'une flûte.

Au bout d'un moment, il se laça de cette occupation et lâcha la feuille pour ensuite se laisser tomber de son arbre, se réceptionnant par terre d'une roulade qui devenue une marche toute simple.

Il avait, avec le temps, intégré une grande partie de l'agilité de Syles à ses mouvements et son style de combat et devait avouer que c'était drôlement mortel, comme truc.

Peut après, cela dit, le garçon soupirait devant la question de Giliwyn...

Il avait besoin d'un dessin..? Le garçon pointa la jeune femme d'un index tout simple, pour la désigner avec le plus grand naturel du monde.


Et maintenant, elle as pas de vêtements, et ça veux dire que ce serait une perte énorme de pas en profiter, donc moi je sais ce que je fais, j'hésite pas, et si toi t'hésite t'es carrément taré...

Ou con, bon d'accord, t'es con ET taré, mais pas à ce point, si?


La réponse symbolique d'un doigt tant utiliser fit sourire le jeune homme.

Alors toi, Vlad, vous décidez, en ais rien à foutre, mais moi et Kaünis, on baisent..!

Voilà, il avait son dessin, se dit l'envoleur en retirant ses vêtement le plus naturellement du monde pour ensuite s'approcher de la jeune femme qu'il mordit sauvagement, sans prévenir.

Alors quoi, ils venaient s'amuser, ces deux couillons, oui ou merde?

Il y avait sérieusement pas de raison d'hésiter, se dit-il en se penchant pour mordre violemment le sein de la femme, cette fois, et s'ancrer profondément en elle d'un coup de reins puissant...

Il ne l'avouerait pas à voix haute mais...

Putain ça lui avait manqué..!

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Bloody London
» Graph' paint
» Pour les grands fans de Paint ^^
» PAINT IT BLACK [01/02, 18:50]
» Délire sur Paint : Spirit en Jambon !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Al-Vor-
Sauter vers: