AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Syles Agarest
Envoleur


Nombre de messages : 769
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Jeu 04 Mai 2017, 04:17

Le frontalier, sur sa branche, souffla légèrement dans la feuille qu'il avait écraser sur ses lèvres.

C'était unique, ce moment, un moment de détente sans avoir à se demander si Syles allait reprendre le contrôle puisqu'il était encore loin du compte, niveau énergie.

Mais pour le coup, Lynx ne savait pas trop quoi faire, donc il soufflait dans cette feuille, en tirant un sifflement étrange, entre le bruit strident d'un cris animal et celui mélodieux d'une flûte.

Au bout d'un moment, il se laça de cette occupation et lâcha la feuille pour ensuite se laisser tomber de son arbre, se réceptionnant par terre d'une roulade qui devenue une marche toute simple.

Il avait, avec le temps, intégré une grande partie de l'agilité de Syles à ses mouvements et son style de combat et devait avouer que c'était drôlement mortel, comme truc.

Peut après, cela dit, le garçon soupirait devant la question de Giliwyn...

Il avait besoin d'un dessin..? Le garçon pointa la jeune femme d'un index tout simple, pour la désigner avec le plus grand naturel du monde.


Et maintenant, elle as pas de vêtements, et ça veux dire que ce serait une perte énorme de pas en profiter, donc moi je sais ce que je fais, j'hésite pas, et si toi t'hésite t'es carrément taré...

Ou con, bon d'accord, t'es con ET taré, mais pas à ce point, si?


La réponse symbolique d'un doigt tant utiliser fit sourire le jeune homme.

Alors toi, Vlad, vous décidez, en ais rien à foutre, mais moi et Kaünis, on baisent..!

Voilà, il avait son dessin, se dit l'envoleur en retirant ses vêtement le plus naturellement du monde pour ensuite s'approcher de la jeune femme qu'il mordit sauvagement, sans prévenir.

Alors quoi, ils venaient s'amuser, ces deux couillons, oui ou merde?

Il y avait sérieusement pas de raison d'hésiter, se dit-il en se penchant pour mordre violemment le sein de la femme, cette fois, et s'ancrer profondément en elle d'un coup de reins puissant...

Il ne l'avouerait pas à voix haute mais...

Putain ça lui avait manqué..!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 987
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Jeu 04 Mai 2017, 20:05

Trois présence.
La première, Gil. Il était appuyé contre un arbre, en mode "rien à foutre qui veut te foutre tu-sais-quoi-tu-sais-où". Kaü laissa son regard errer sur sa carrure un instant, alors qu'il posait une question stupide.
- Et maintenant ?
Quoi, il avait vraiment besoin d'une réponse ? Nan, il demandait ça pour la forme - et la forme, elle était dans son pantalon, Kaü pouvait la voir de là où elle était.
En tournant un peu plus la tête, elle vit Syles arriver, et un sourire étira ses lèvres. D'anticipation, un frisson lui parcourut le corps, et elle se sentit serrer les cuisses dans l'eau fraiche. Oh oui !


Toujours avec son petit ami dans la tronche - alias Lynx - Syles répondit vertement à Gil, déclamant qu'il faisait ce qu'il voulait, et Vlad aussi, mais lui, il y allait…
Se mordant la lèvre, Kaünis resta immobile quelques instants en regardant l'Envoleur se déshabiller, juste pour le mater un peu plus.
Il était vraiment canon. Et les muscles qui roulaient sous sa peau, et la poussière qui mettait en valeur quelques stries par ci, par là, miam !
Elle avait faim là. Faim de lui.
Et elle allait se faire manger toute crue ! Et elle allait aussi le bouffer. Et les autres ? Oh, ils pouvaient venir. Qu'ils se dévorent tous ensemble !


Quand Syles entra dans l'eau, elle se mordit la lèvre, et ne put retenir un gémissement grogné quand il la mordit violemment.
Oh, oui, encore plus que ça !
Elle se tourna légèrement, plantant ses ongles dans la nuque de son partenaire, les enfonçant entre ses côtes quand il bascula sous l'impulsion qu'elle donna sur un rocher. Se retrouvant ainsi un instant au dessus de lui, elle pouvait le faire s'enfoncer en elle et la labourer déjà de l'intérieur. Elle, tendue, en une sorte de planche écartellée parce que le sol était pas droit et qu'elle ne pouvait pas être à quatre patte, elle avait tout ses muscles contractés et ça lui brûlait déjà l'intérieur.


Douleur et plaisir se disputaient déjà, et elle laissa sa tête basculer en arrière, avisant du coin de l'oeil que Gil était juste là.
Alors, dans un sourire, elle redressa un peu plus les fesses, exposant leur brillance humide de l'eau fraiche à son ancien Maître dans une invitation plus qu'explicite.


La dernière fois, ça avait était Kramür et Gil. Mais Kramür était vraiment moins bien monté que Syles, et un peu aussi que Gil. Elle avait eu Syles et Krämur en même temps aussi. Mais là, ça risquait… d'être littéralement la fête.


Explosive.
Et elle ondulait des hanches, alors qu'elle peinait à garder son équilibre sur ses bras, à cause des cailloux qui roulaient dans le fond de la rivière. L'eau qui venait s'ajouter à tout ça rendait les sensations encore plus questionnables…
Encore plus intense.


C'était brûlant et glacial.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 974
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Jeu 18 Mai 2017, 19:39

Enfin, Vlad approchait d’un pas souple et mesuré. Syles, lui, était déjà là depuis quelques minutes. Perché sur une branche au-dessus de la tête d’un Gil silencieux, il s’amusait à souffler avec une feuille, lui tirant un son étrange. Puis il se lassa et se laissa tomber près de son ancien maître, lequel ne bougea pas d’un cil. Il sentait que ce n’était pas encore tout à fait Syles. Il sentait aussi la bête s’agiter au fond de lui. Qui se ressemble s’assemble, murmura-t-elle insidieusement. Et les monstres sont de sortie ! Dans l’eau, Kaünis tremblait déjà. D’excitation. Une pointe de désir sauvage traversa le corps de Gil, qui écouta d’une oreille distraite le verbiage de Syles. Son cœur se mit à battre plus fort. Pas plus vite, le rythme restait tranquille, un peu trop même, comme si c’était le calme avant la tempête ; mais il pouvait l’entendre et le sentir, pulsations aussi remuantes que le roulement d’un tambour de guerre. Il resta sagement contre son arbre quand Syles entra dans l’eau. Vlad s’était arrête à moins d’un mètre et lui aussi demeurait immobile. S’il succombait à l’attraction sexuelle qui émanait de la rivière en cet instant, cela ne changerait sans doute pas grande chose à leurs relations dans le groupe. Mais le mystérieux guerrier allait-il céder à ce genre de pratique ? Est-ce que toi aussi tu es un monstre, Bob ?

Gil garda cette question pour lui. Oubliant la présence de Vlad, il décolla son dos du tronc et ôta sa chemise, puis ses bottes et son pantalon. Le fond de l’air était frais. Nul doute que l’eau devait être glaciale, mais l’Envoleur ne sentit pas la morsure du froid quand il s’immergea dans la rivière. La sensation était trop lointaine, écrasée par des émotions trop prégnantes : l’envie, la violence, la colère… un trio fatal. Restait à savoir pour qui. Sans prévenir, Gil attrapa les hanches de Kaünis, approchant son érection de ses fesses et, sans prendre la peine de la préparer, il appuya son gland contre son anneau de chair et ferma brièvement les yeux en la pénétrant. Enfer. De. Bordel. Il rouvrit les yeux, s’étonnant à peine de la facilité avec laquelle elle l’accueillait en lui. C’était Kaünis. Son corps était ferme, musclé, taillé pour ce genre de sport et le plaisir évident qu’elle prenait était communicatif : il eut la sensation que son érection prenait une raideur supplémentaire au son de ses grognements sauvages. Pour la peine, il lui donna un bon coup de reins bien senti. Désormais maintenue par le deuxième Envoleur, Kaünis pouvait remuer plus facilement, en forçant moins sur ses bras, et le fait qu’elle donne elle-même le rythme était plus simple pour tous les trois ; Gil n’avait pas à s’occuper d’accorder ses mouvements à ceux de Syles. Tant mieux. La bête se réveillait. Elle gommait ses principes et exacerbait son instinct sexuel, lequel ne se préoccupait que de son propre plaisir. Il ne se souciait même pas de lui faire mal. C’était d’ailleurs plutôt recherché puisqu’à chaque torsion, à chaque morsure, à chaque griffure, Kaünis criait de bonheur.

Des monstres.
En plein accouplement.

Gil enfonça ses doigts dans la chair tendre des hanches de la jeune femme. Il l’embrochait à sa guise et c’était bon. Putain de bon ! Un grognement lui échappa. Il la prit plus fort, plus… violemment. Sans cesser d’écraser sa hanche de la main gauche, il leva la droite et enroula son poing dans ses cheveux mouillés pour lui tirer la tête en arrière. Et enfoncer ses crocs dans son cou. Il suça le sang qui roulait sur la peau de Kaünis tout en continuant de la baiser furieusement. Dans sa bouche, le goût ferrugineux l’excita d’une telle manière qu’il sentit un bout de son humanité s’effilocher. Et disparaître. Le cri qu’il poussa n’était d’ailleurs pas humain, c’était celui… d’une bête sauvage. Une bête capable de tout. Alors, quand il perçut la présence dans son dos, il réagit avec cet instinct sauvage et tueur : il pivota juste assez pour que sa main se referme sur une gorge. Une main de fer.

Sur la gorge de Vlad.

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 25/08 au 28/08]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 769
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Mar 23 Mai 2017, 17:36

Comment passer de partie de baise à baston 101 :

1 ) Prenez un Gil, préférablement -iwyn, définitivement Sangrelune.

2 ) Rajouter un Lynx et une Kaünis, mijoter à feu doux violent cinq à dix minutes

3 ) Incorporer lentement une petite dose de Vlad.

Attention : le mélange seras explosif.

Et ça pétait sérieusement le moment, là. Pas que ça l'empêche de continuer les mouvements de hanches, en fait ça donnait un spectacle intéressant... Même s'ils déplaçaient beaucoup d'eau pour rien, dire que tout ça avait commencer par la main de Gil sur la gorge du frontalier, frontalier qui avait réagit au quart de tour, se libérant et tentant un coup par réflexe, coup qui avait été bloquer et spouf, voilà que Giliwyn-qui-as-tué-un-Mentaï se retrouvait à se battre contre un autre type de dessinateur-combattant du plus haut niveau...

Lynx se demandait qui gagnerait entre les deux hommes, lequel était le loup et lequel était la proie.

Mais l'autre connard de Syles, lui, au fond, insistait qu'il n'avait aucune intention de voir le résultat.

Seulement voilà, il avait pas envie d'arrêter alors... Ben il avait une bonne solution.

La chaîne vola, attrapa un méchant chien chien par la jambe, le fit tomber, Gil, le regard un peu fou, tenta de se libérer... Pour se faire saucissonner par le bout de métal dont son ex-apprenti tenait l'autre bout.

Le sentinel, lui, était tout haletant, semblant se demander comment diable un homme pouvait ainsi se battre pour aucune raison avec la simple intention de tué.

Le garçon continua de donner de forts mouvements de hanches en chuchotant un ''Font chier ces deux là...'' bien ressentit...

...Puis il mordit violemment le sein de sa compagne, sentant une vague familière venir.


Oh là... Si elle gèle tout ici, on est mal,
hein...

We tame the storm,
We are the martyrs in the light,
Take your soul when you run.

We are the dark,
We are the saints of blood at night,
We hear the call, when the moon shines red,
We grab your body,
In morning all we are,
Satisfied when you are dead...

...We drink your blood,
When the midnight sky is red.

We drink your blood,
And we call the sanguine saints.

Le garçon soupira... Au final, Vlad avait assuré, se dit-il en regardant son ancien mentor se tortiller.

Bon je retire la chaîne de ta grande gueule, mais si ce n'est pas quelque chose d'humainement compréhensible et foutument Giliwyn-esque qui en sort, elle y retourne, comprit?

Le garçon retira la chaîne de la bouche de l'homme sans y toucher...

...Sérieux, avec tout ça, ils allaient être en retard...

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 987
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Ven 02 Juin 2017, 19:34

Là. Voilà.
Comment décrire les sensations qui ne cessaient de l'asticoter ? Les griffures, les marques sur sa peau, bleues et sanguinolentes, les traces dans son cou, le sang qui dégoulinait sur son épaule, sur la langue brûlante de Gil, qui allait rejoindre l'eau glacée dans laquelle ils s'agitaient ?


Kaünis ferma les yeux juste après avoir vu que Vlad tentait une incursion lui aussi. Oh, il voulait se joindre à eux ? Mais quand Gil réagit au quart de tour, elle poussa un soupir contrarié, attrapa son bras au passage et lui mordit violemment l'avant-bras.


- Vous battez pas, y'en a assez pour tout le monde ! siffla-t-elle alors que Syles venait s'empaler plus violemment en elle. Elle bascula la tête en arrière, exposant sa gorge délicate, la sueur et l'eau se mêlant allègrement sur sa peau tannée par le soleil.
Bougeant ses hanches, elle contracta les fesses autour du membre de Gil pour l'empêcher de s'échapper alors que Syles l'enchaînait pour ne pas qu'il fasse trop de conneries… Mais elle s'en fichait, à vrai dire. Ou plutôt, elle fit en sorte de ne pas lui laisser trop l'occasion de penser, ou de faire croire à cette bête qu'elle sentait aussi bouillir dans son ancien maître qu'elle avait l'occasion de se battre avec un autre mâle : c'était complètement pas le point.


S'il voulait se battre, c'était pour gagner le droit, par elle, de pouvoir s'amuser avec elle. Et en même temps, elle s'amusait bien avec lui.


Dans un instant de lucidité, Kaü se dit que si Gil et Syles avaient des personnalités assez distinctes entre leur temps "normal" et leur temps "bestiole", elle n'avait pas du tout l'impression que c'était ce qui lui arrivait à elle. Dans le fond, c'était elle, et toujours elle, qui voulait se battre, baiser, tuer, tout le reste. Toute la violence venait d'elle-même, c'était un ouragan dans sa tête, quelque chose d'impalpable mais de pas fondamentalement différent d'elle. C'était juste elle, sans contrainte, sans limites, sans frontière, sans morale. Du début à la fin. C'étaient ses émotions à elle, peut-être amplifiées par la Greffe à la base, n'empêche qu'il n'y avait rien de distinct. Pas de trigger à part elle-même. Pas de double personnalité.


Juste elle. Entière.
Monstrueuse.
Un sourire se dessina sur son visage alors qu'elle ouvrait brusquement les paupières. Son regard croisa celui de Vlad, et elle se passa la langue sur les lèvres d'une manière outrageusement provocatrice. Et ça fonctionna. quand il s'approcha suffisamment, elle tendit les mains, ouvrit les lèvres, pointa sa langue pour l'accueillir dans sa bouche.


Remplie.
Elle était complètement remplie, et c'était terriblement bon.
La tempête se déchaîna en elle, mais elle accepta ces émotions, ces digressions, ces sensations.
Ses émotions. Ses digressions. Ses sensations.
Les siennes.
Et alors que l'immense boule orgasmique explosait dans son ventre, dans sa poitrine, dans sa gorge, elle s'offrit à elles. A elle.


Abandon.
Don.


Nirvana.




* *




Cela faisait une semaine que Kaünis était sur un petit nuage.
Ils avaient repris leur voyage, un peu plus nuancé. Oh, la scène s'était reproduite, peut-être une ou deux fois. Pas forcément dans l'eau d'ailleurs.


Elle se sentait rayonner, c'était à la fois un étrange sentiment de félicité et de sérénité.
Quelque chose irradiait en elle, et elle avait l'impression prenante d'avoir une énergie à toute épreuve, une ressource infinie de volonté et de tranquillité. C'était bizarre et apaisant en même temps, et rien ne semblait pouvoir perturber cette humeur très persistante.


A la fin de la septième journée cependant, la Citadelle se découpa enfin à l'horizon.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 974
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Dim 04 Juin 2017, 23:55

Une… pause.

Voilà ce que fit le cerveau de Gil. Pendant un court laps de temps, il perdit toute notion du temps, de l’espace et de ce qui se passait actuellement. C’est-à-dire qu’à partir du moment où ses doigts se refermèrent sur la gorge de Vlad, le rideau tomba. Et lorsqu’il se rouvrit, un instant plus tard, il était tout emberlificoté dans la chaîne de l’autre andouille. C’était assez déstabilisant pour qu’il s’immobilise complètement. Syles dut croire qu’il était redevenu raisonnable, parce qu’il le libéra aussitôt. Sonné, Gil se redressa. Il ne comprenait pas. Est-ce qu’il venait juste de… laisser libre court à sa bestialité, lui aussi ? Est-ce que c’était ça que vivait Syles ? C’est franchement effrayant. Il nota le regard méfiant de Vlad et comprit qu’il allait devoir s’excuser, sans pour autant savoir ce qu’il s’était réellement passé. Mais plus tard, pas maintenant. Parce que là, maintenant, tout de suite, il y avait une Kaünis qui se trémoussait littéralement devant lui. Elle était tellement désirable qu’il la prit à nouveau et sans effort. Cette fois-ci, en revanche, ce fut Gil qui resta aux commandes et qui la baisa longuement.

Pas la Bête.


*


La suite du voyage fut moins chaotique ; leur étrange groupe avait trouvé son rythme et, si les sautes d’humeur de chacun faisait parfois voir des étincelles aux autres, aucun incident majeur ne les empêcha d’atteindre la Citadelle. Gil chevauchait en tête, pour une fois ; il mit sa main en visière et observa le fief des Frontaliers qui se découpait dans la brume. Bastion inexpugnable qui menait la vie dure aux Raïs. Il n’était pas certain d’avoir très envie de s’en approcher. Il n’avait jamais vraiment apprécié les Frontaliers. Mais la carriole avançait toujours, et il semblait que Syles devait se rendre là-bas. C’était comme ça. Gil haussa les épaules avec fatalisme, puis il fit avancer sa monture. Vlad le rejoignit très vite.

- Ne me dis pas que tu as laissé Kaünis conduire la carriole...

Vlad n’eut rien besoin de dire : en entendant ladite carriole arriver à toute allure, Gil poussa un long soupir.

- J’ai essayé de leur apprendre la discrétion.
- Honnêtement, je ne sais pas comment tu as fait pour survivre à leur formation.
- J’ai eu de la chance.


Le courant passait à nouveau normalement entre les deux hommes. Vlad avait compris qu’il voyageait en compagnie de trois personnes complètement folles à lier ; pas besoin de lui faire un dessin, ni de lui expliquer que ces dingues étaient aussi des êtres extraordinaires… Gil, de son côté, restait pensif. La Bête était restée sage depuis son coup de sang dans la rivière, mais il se méfiait. Il était inquiet. Et il s’efforçait de ne rien en laisser paraître, mais il se doutait que ces deux psychopathes d’anciens apprentis avaient remarqué son trouble. L’avantage, avec ces deux-là, c’est qu’ils ne posaient pas de questions. Ils lui foutaient même une paix royale, ce qui l’arrangeait bien.

- Si tu n’étais pas avec nous, ils nous auraient déjà cernés et désarmés, pas vrai ? fit Gil en désignant les cavaliers qui arrivaient dans leur direction.

Vlad ne répondit rien mais un sourire fleurit sur ses lèvres. Etouffant un juron, Gil colla sa monture contre la carriole qui fendait la prairie à toute allure, sauta et se percha aux côtés de Kaünis.

- Fais demi-tour et ramène-moi à la maison, la pria-t-il.

Sachant très bien qu’elle n’en ferait rien. Alors, il regarda Syles et Vlad se porter au-devant de leur drôle de convoi.

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 25/08 au 28/08]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 769
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Lun 05 Juin 2017, 00:23

Déclinez votre destination!

Ben la citadelle, espèce d'andouille...

L'homme s'apprêtait à apprendre à ce jeune insolent à ne pas manquer de respect à ses meilleurs... Un instant avant de se faire clouer le bec par un détail qu'il avait faillit manqué...

...La marque d'un commandant, sur les vêtements pas réglementaires du tout du garçon...

...Mieux valait ne pas courir le risque, se dit-il en se promettant de le défier lui même s'il était un imposteur.

Quand même, il aurait put laisser son véritable conducteur à la carriole, et pas cette furie!

L'homme ordonna à son petit groupe d'escorter les nouveaux arrivants, se demandant un instant pourquoi la carriole portait un sceau qu'il ne reconnaissait pas, on auraient dit un drôle de marteau ouvragé avec une inscription indéchiffrable... L'autre sceau, lui, était celui des Agarest... C'était donc vraiment le plus récent commandant à être monté à ce rang en surprenant tout le monde...

...Peut-être pourrait-il le défier quand même, histoire de voir si toute les histoires à son sujet étaient vraies...


It's a wrath of Thor,
They are men at war,
The sign of the hammer's our guide...

...It's a metal daze,
It's the outlaws' ways,
Return of the warlord at last...

Dire qu'ils perdirent un temps précieux en idioties aurait été loin d'exagéré, se dit le garçon en s'occupant de la paperasse lié à son retour sans ses hommes, puis au meurtre et l'investigation sur les événements du bal rapidement, disant à un intendant de s'occuper du reste même si cela ''brisait le protocole'' en disant simplement qu'il n'avait que faire du protocole, il voulait des résultats.

Quand il fut enfin libre, il retrouva Gil et Kaünis, qu'ils avait laisser avec Vlad, dans ses appartements familiaux, pour leur dires de le suivre... Il était carrément impatient de voir la réaction de son ancien maître...


Blood of the king's defender,
King of the gods of war...

...With a heart of steel,
And hell on wheels,
The kings of metal lead us.

It's the king of kings,
The crown and ring...

...Carry on,
As the kingdom come.

Un homme dans une cellule, à moitié aveugle, les cheveux longs, le corps semblant en morceaux, un traître à l'honneur frontalier... Un homme oublié qui fixait le jeune homme avec une haine sans pareille dans les yeux.

Un autre, calme, hors de la cellule, qui semblait être en pensées profondes, qui réagit à leur arrivée à tournant légèrement la tête,
dévoilant son regard perçant, comme celui d'un aigle ou d'un faucon, et une barbe hirsute qui contrastait avec ses cheveux mi longs, tout deux de la même couleur que ceux de Syles, son tatouage sous l'oeil ne laissant aucun doutes quant à leurs liens serrés.


Gil, je te présente mes pères.

Si Rybris n'avait pas été envoleur, voir même peut-être s'il ne maîtrisait pas si bien l’électricité de sa greffe, lui permettant de s'électrocuter les nerfs pour réagir plus vite que normalement possible - ce qui donnait une douleur de fou, quand même - il n'aurait jamais put voir venir la réaction du maître envoleur, qui fut au moins aussi vive que l'éclair.

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 987
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Lun 05 Juin 2017, 00:37

Quoi, elle avait même plus le droit de s’amuser en arrivant à fond ? De toutes, franchement, avec le bordel qu’ils avaient foutu à la Citadelle, la dernière fois, avec Syles - enfin… en fait, c’était leur première rencontre mais bref - elle n’était plus à ça près..
Si ?

Boah. En tout cas, ce qui était sûr, c’était que la paperasse administrative, ça lui sortait par les yeux. Et les appartements de Syles, elle les connaissait déjà… Et elle tournait en rond. Elle avait envie d’être dehors, mais elle n’était pas entièrement stupide non plus : elle n’allait pas se promener comme ça à la Citadelle avec tous ces gens qui pouvaient en vouloir à sa vie.
Elle était casse-cou, mais pas débile.

Donc quand Syles vint les chercher - enfin ! - elle s’accrocha un instant à son coude et griffa le bord de ce dernier de ses ongles, juste pour lui faire comprendre qu’elle en avait marre d’être là et qu’elle aurait préféré s’amuser autrement. Et puis, elle se demandait bien où son compagnon les emmenait en fait !
Descendre, descendre, encore et toujours descendre… Ça devait être les cachots. Mais pourquoi les embarquait-il là ?

Elle comprit quand elle vit Rybris appuyé sur un bord de mur.
Et l’autre vieux derrière les barreaux.

- Gil, je te présente mes pères.

Le sang ne fit qu’un tour dans les veines de l’Envoleuse, et elle eut une formidable envie de défoncer la tronche à ce mec, dans cette cellule. Elle ne connaissait pas tous les détails, mais parfois c’est tant mieux. Ce qu’elle savait en revanche, c’était qu’il n’aurait pas dû être vivant.
Jamais de la vie.

Elle s’approcha souplement du bord de la cellule et croisa le regard brûlant de  haine de l’autre vieux. Posant ses doigts sur les barreaux, elle poussa sa greffe hors de sa peau pour les couvrir de flocons serrés et eut un sourire mauvais.

Alors, seulement, elle se tourna pour admirer la réaction de Gil et le combat qui s’était lancé.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 974
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Lun 05 Juin 2017, 11:11

Bien sûr, Kaünis ne fit pas demi-tour. En même temps, ils s’étaient plus ou moins mis d’accord pour accompagner Syles, n’est-ce pas ? C’était le genre de pacte qui se faisait sans paroles officielles, une promesse née d’un lien extrêmement tenace et scellée par un simple échange de regards… Gil était prêt à tout pour ces deux-là. Y compris s’inviter à la Citadelle. Il ne put pourtant réprimer un frisson dégoûté en passant les portes, gardées par quelques Frontaliers impassibles. Je dois avoir du sang Thül dans les veines. Il y avait quand même nettement plus d’ambiance chez ces derniers que dans la discipline d’acier qui régnait ici ! D’ailleurs, il se serait permis une réflexion à ce sujet s’il n’avait pas remarqué l’expression grave de Syles. L’Envoleur choisit donc de se taire et de rester sage. Il se laissa conduire dans « les quartiers du général » et comprit, en retrouvant le blason familier, qu’il s’agissait des appartements de Syles. De sa famille, plutôt. Intéressé, il s’éloigna de Vlad et Kaünis pour déambuler à droite et à gauche. Il y avait, dans cet endroit, une froideur et une solitude qui rappelait étrangement l’attitude de la facette monstrueuse de Syles… Coïncidence ?

Une vingtaine de minutes plus tard, alors que Gil songeait à partir en excursion à l’extérieur, Syles vint les retrouver. Il leur demanda de le suivre. Haussant les épaules, Gil obéit. Il n’avait pas grand-chose à faire de toute façon. Mais sa curiosité s’accrût lorsqu’il réalisa qu’ils descendaient dans les cachots. Qui allaient-ils voir ? Qui les Frontaliers pouvaient bien retenir captif dans ces murs ? La réponse lui fut offerte par l’éclat ténu d’une torche fixée au mur. Elle fit briller le regard de l’homme adossé au mur – un homme qui ressemblait à Syles avec quelques années de plus. En face de lui, dans la cellule, un autre homme leva la tête, dans la pénombre. Il était sale, maigre, à moitié aveugle mais son regard était celui d’un fou. Gil s’arrêta. Une minute… est-ce qu’il avait raison de croire que ces deux-là, c’étaient…

- Gil, je te présente mes pères.

Ah, donc, il avait raison.
Bien.
Bien, bien, bien.
Alors dans ce cas, il pouvait ne pas se retenir, n’est-ce pas ?
C’est ce qu’il fit. Il ne se retint pas.

Absolument pas.


*


Ma mère aussi as été tué… Mon père l’as laissé mourir, puis nous avons été bannis… Il me frappait de toute ses forces, disait que ma mère était morte par ma faute, j’ai jamais su pourquoi…

Un père naturel qui fout le camp.
Un père adoptif qui bat son enfant.
Gil avait beau être un père minable, il ne pouvait pas admettre ce concept. C’était impossible. Il n’était pas là pour Makeno, sauf si Makeno avait besoin de lui ; il l’avait sauvé de la Silencieuse, et s’il apprenait que Pan lui faisait du mal, l’empire ne serait jamais assez grand pour que l’Envoleur cornu se cache. Non, Gil n’était pas un bon père. Mais il n’en était pas un mauvais non plus, finalement. Ces deux-là, en revanche… Ordures. Gil bondit et frappa de toute sa force, de toute sa haine. L’homme aux yeux mordorés bloqua son poing avec une vivacité inouïe. Il riposta en lançant sa main libre, Gil faucha son poignet et brisa l’égalité qui s’installait en avançant brutalement la tête en avant. BAM. Méchant coup de boule qui explosa le nez de l’homme. Ça ne parut pas le choquer plus que ça. Le visage ruisselant de sang, il se lança dans une série de techniques complexes et infiniment dangereuses. Gil répondit sur le même ton. Il faisait très sombre, l’endroit était peu propice à ce genre de sport mais les deux combattants n’en avaient cure ; ils bondissaient, utilisaient les murs comme tremplin, les chaînes comme appui, les torches comme armes. Ils s’affrontaient avec une sauvagerie sans pareille. Dans un éclair de lucidité, Gil se demanda pourquoi est-ce qu’il se battait avec autant de conviction. Syles était un homme adulte et… bon, responsable n’était pas le mot juste, n’empêche que c’était l’idée quand même ; il n’avait pas besoin d’être protégé. Alors, quoi ? Qu’est-ce qui poussait Gil à se mettre autant en danger quand rien ne l’y obligeait, finalement ?

Je t’aime moi non plus.

C’était une phrase de Kaünis et Gil lui jeta un rapide coup d’œil entre deux attaques violentes. Il remarqua le gel sur les barreaux de la cellule. Ouais, ce mec aussi, il allait le tabasser. Bien méchamment. Mais ce qui attirait son attention, là, c’était le souvenir des paroles de l’Envoleuse. Si justes ! C’était la réponse ! Voilà pourquoi il se battait contre ce parfait connard : parce qu’il tenait à Syles, sans doute plus que ces deux abrutis réunis. Il avait passé trois ans à former ce sale gosse et même s’il passait son temps à rêver de la manière de lui clouer le bec, il réalisa quelque chose d’absolument dingue : lui, à la place de ces types, il serait fier d’avoir un fils comme Syles. Enfer. C’était puissant. Et violent. Et distrayant ! Trop, sans doute, parce qu’il ne vit pas le poing venir, cette fois. Enfin, si, mais trop tard, et sa tête parti en arrière. Il heurta le mur et vit trente-six chandelles. Un instant plus tard, une poigne de fer le saisissait à la gorge et le soulevait de terre. Sonné et étranglé, Gil leva ses poignets, prêt à libérer sa greffe…

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 25/08 au 28/08]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 769
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Lun 05 Juin 2017, 15:28

Syles n'intervint pas, s'il en avait été capable, il aurait foutu cette raclée à Rybris depuis longtemps, alors...

...Également parce qu'il n'en était pas capable. Le regard de l'homme en cage le capturait, quelque chose l'empêchait de bouger et il ne comprenait pas quoi ni pourquoi...


Rybris


Dire que l'homme fut surpris n'aurait pas fait justice à la vivacité du maître envoleur qui l'avait attaquer, si ce n'était pas de ses années d'expérience, Rybris aurait sûrement finit écraser par terre sous les coups, se dit-il quand son nez éclata.

Le combat était rude, cela faisait un moment que l'homme n'avait pas affronter un envoleur digne de ce nom et il devait avouer que ce genre d'échange était plus dur que dans son souvenir... Ne put s'empêcher de se demander si Syles était aussi doué que son ancien maître.


Stop!

L'homme leva les poignets, Rybris ne savait pas pourquoi et ne tenait pas à le découvrir, se dit-il en laissant glisser un petit peu d'électricité dans ses mains, question de figer légèrement son adversaire.

J'ai dis stop!

Je ne vous veux aucun mal, ni à toi, ni à Syles, bon sang!


L'homme retira ses mains du col de Gil, le laissant libre d'agir à nouveau...

... Se prépara au pire...

...Jusqu'à ce que son instinct le fit se retourner, découvrant le père adoptif de Syles, que tous avaient oubliés, qui lançait une dague - Où diable avait-il eu ça et COMMENT l'avait-il fait entrer en cellule!? - vers le garçon avec un sourire, vengeance pour l'avoir fait enfermer.

L'envoleur, non, le père, réagit au quart de tour, lançant un couteau qui s’emmêla dans l'arme pour la faire dévié, puis tendant la main qui laissa échappé un éclair qui fouetta tout autour pour aller frapper le vieillard, la faisant se plier sous les spasmes, interrompant son cris de douleur devant l'aiguille qui s'était planté en même temps dans son épaule.

Aiguille identique à celle qui avait dévié la dague, elle aussi.

Rybris se tourna vers Giliwyn.

Giliwyn observa Rybris.

Un maître qui avait fait office de figure paternelle.

Un père qui avait été inconnu.

Un maître qui avait été là quand ça comptait.

Un père trop absent.

Tout deux liés par un sale gosse.

Promesse silencieuse d'un père pour un mentor...


Vas-y, frappe, je n'évite plus... Je l'ais mérité et on le sais tout deux...



I am thou, thou art I...

Thou hast acquired a new vow.

It shall become the wings of rebellion that breaketh his chains of captivity...

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 987
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Lun 05 Juin 2017, 18:01

Les deux combattants se valaient à peu de choses près. Kaünis admirait leurs prouesses physiques autant que techniques, la force brutale qui se dégageait de l'affrontement autant que la colère et l'amertume de l'attitude de Gil. Rybris, quand à lui… Elle ne savait pas trop quoi en penser. Il n'avait jamais été vraiment belliqueux ni avec elle, ni avec Syles, même au début. Elle se souvenait de la première fois qu'elle l'avait vu, dans la grotte derrière chez elle, dans le noir presque absolu…
Elle secoua la tête.

Un éclat vif attira son attention à sa droite, et elle tourna la tête à l'instant où le vieux déchet armait son bras pour lancer un poignard dans la direction de Syles.
Mais Rybris fut plus rapide, et son couteau dévia la lame et évita largement le jeune envoleur…

La colère, sourde, montait de plus en plus dans les veines de Kaünis. Elle la sentait pulser dans ses tempes, bourdonner dans sa tête, alors que le père - le "vrai biologique" - de Syles électrisait l'autre.
Se mordant la langue à sang, puis la lèvre inférieure, elle s'efforça de calmer sa respiration, sans grand succès. Elle avait envie de leur péter la gueule, là. Enfin, de lui péter la gueule, à ce sale vieillard, mais Gil et Rybris étaient encore à un point de bizarrerie, ils allaient faire l'accolade de l'amitié ou quoi ?
Sérieusement.

Elle se secoua, avant de s'avancer souplement vers les barreaux, défiant du regard le vieux dingo. Une seconde, peut-être deux, avant de montrer les dents. Puis, elle se tourna vers Syles, levant les yeux vers lui…
Et frissonna quand elle vit son état.
Sans réfléchir, elle s'avança vers lui, glissa ses doigts sur son épaule…  

Et le prit dans ses bras.
Pour le serrer.
Fort.

Les lèvres près de son oreille, elle souffla dessus sans le faire exprès, mais lâcha dans un murmure.
- Hé, je suis là. Je t'aime Syles.
Elle frissonna elle-même en le disant, mais se colla un peu plus contre l'Envoleur. Pour un peu de réconfort.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 974
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Lun 05 Juin 2017, 22:04

- Stop ! J’ai dis stop !

Gil se figea. Ce n’était pourtant pas l’ordre qui l’avait arrêté mais la volonté d’acier qu’il avait sentie dans le ton de l’homme. Une volonté pareille aurait arrêté un Brûleur en furie.

- Je ne vous veux aucun mal, ni à toi, ni à Syles, bon sang !

Sans blague ? songea Gil, peu enclin à croire sur parole un inconnu qui avait failli l’étouffer d’une seule main. Il n’eut toutefois pas le temps de tergiverser davantage. Du coin de l’œil, il vit le prisonnier s’agiter. En dépit de sa condition physique amoindrie et des barreaux qui minimisaient son champ d’action, l’homme tendit brusquement le bras. C’était un lancer parfaitement ajusté. Un tir effectué avec haine et précision, colère et puissance, volonté et efficacité. Un tir mortel et dont la cible, trop troublée par la situation présente, ne put réagir à temps. La lame fila, inexorable, mais…

… dévia de sa trajectoire. Frappée au côté par une autre lame et par une aiguille de métal. Gil bondit en arrière quand la foudre jaillit des doigts du père naturel de Syles. Wow. Woooooow, c’est quoi ce truc ??? Aucune idée, mais ça frappa l’enfoiré de plein fouet, dans sa cellule, et ça le fit se tordre de douleur. Pas sûr que son aiguille lui ait fait aussi mal. Tant pis. Il y reviendrait dans un instant. Pour l’heure, l’attention de Gil était focalisée sur l’homme aux doigts de foudre. Envoleur. Et Frontalier. Pas étonnant que Syles soit aussi doué. Il avait hérité d’un sacré mélange… Gil jeta un coup d’œil au jeune homme. Secoué, hein ? Pas étonnant. Mais Kaünis était près de lui. Il ne savait pas trop ce qu’elle lui murmurait mais il espérait que ça le sorte de sa torpeur. Puis le regard vairon de Gil se posa de nouveau sur l’homme qui lui faisait face. Il haussa un sourcil en découvrant une lueur d’indécision dans ses yeux mordorés. Quoi, tout ça parce qu’ils avaient réagi ensemble ? Et ça prouvait quoi ? Te fous pas de moi… Gil choisit d’ignorer l’indécision et d’obéir à l’étincelle de défi mêlée de résignation qui brillait dans le regard de l’homme.

Il lui envoya son poing dans l’estomac.


*


- Bon sang…

Le père de Syles, plié en deux, luttait pour retrouver son souffle et avait posé une main sur le mur pour garder son équilibre. Dans la cellule, l’homme qui avait tenté de tuer Syles laissa échapper un ricanement.

- Eh ben alors Rybris, on se fait mettre minable par un jeune loup aux crocs de lait ?

Gil se pencha pour chercher le regard de l’homme qu’il venait juste de frapper.

- Deux minutes, je reviens.

Il s’approcha lentement de la cage. Dans son ventre, une sensation familière se réveilla. Il faisait trop sombre pour remarquer que le regard de Gil avait changé. Plus foncé, plus… dangereux.
Et décidé.


*


« Réveille-toi mon vieux… Tu t’en rend pas compte, mais si tu continu, tu passeras à côté de la seule satané chose que tu as réussi dans ta vie, l’apprentissage de Kaünis et le mien mis-à-part… »

« Tu sais, t’es plus un loup qu’un homme, ça se voit dans tes yeux, mais je vais te dire une bonne chose, l’ami : il a raison, le sale gamin. Les loups, c’est fait pour vivre en meute. »

« C’est de moi que je doute aujourd’hui. Je ne sais pas si je serai capable de protéger ceux que j’aime. J’ai déjà mis leur vie en danger trop souvent pour que la peur de les perdre ne me colle pas à la peau sans arrêt. »


*


Le captif eut un mouvement de recul, mais Gil fut plus rapide ; son bras jaillit à travers les barreaux et attrapa l’homme à la gorge. Il le rapprocha de son visage et plongea dans son regard à moitié aveugle, à moitié fou.

- On. Ne. Touche. Pas. A. Ma. Meute.

Déjà, le type ourlait les lèvres en un rictus méprisant.
Déjà, une aiguille perforait son œil voyant.
Le rictus devint hurlement.
Le hurlement devint gargouillis.

Implacable, Gil avait décoché une deuxième aiguille, au niveau de la trachée cette fois-ci. Il lâcha l’homme et le laissa lentement crever dans son sang et sa folie. Il avait sans aucun doute dépassé des limites que les Frontaliers n’allaient pas tarder à lui renvoyer en pleine tronche. Ouais, et ben je m’en bats les noisettes. l’Envoleur retourna près du véritable père de Syles.

- Rybris, hein ? dit-il comme si de rien n’était.
- Ouais.
- Enchanté, moi c’est Gil.


Présentations anodines ? Bien sûr que non ! Gil broya littéralement la main de Rybris dans la sienne et, dans ses yeux vairons, le message était clair. Touche un cheveu du morveux et tu finiras comme l’autre, là, dans sa cellule. En pire.

Puis il recula et attendit la suite.

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 25/08 au 28/08]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 769
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Mar 06 Juin 2017, 20:10

* Et si jamais toi, tu lui touche, ton sort seras bien pire... *

Stand up all the Night and call the Fight,
Let your Mind go wild before the Light,
Here we come the Army of the Night...

Le gel du garçon ne se brisa que pour qu'il se retourne, attrape Kaünis dans ses bras, l’embrasse longuement et fougueusement et ne prononce qu'une toute petite phrase.

Moi aussi, je t'aime...

Regard brûlant échangé longtemps...

Come to the other Side,
Into the Dark we Hide,
Gather them for the Rite,
Sacristarum,
We are the Force allied,
Into the War we ride...

...Hallelujah..!

Le garçon observa la citadelle une seconde... Il avait un mauvais, très mauvais pressentiment...

...Dont il ne fit pas part directement à ses compagnons, son père aurait insister pour rester avec lui et ça aurait été chiant.


Faites bien attentions à vous...

Gil le regarda d'un air un peu amusé, Kaünis semblait penser que faire attention, ce n'était pas drôle, et son père... Son père n'écoutait déjà plus, occupé à retrouvé son gros chien surdimensionné de loup blanc à la con.

Le garçon échangea une dernière poignée de main avec Gil, puis un baiser avec Kaünis, avant de partir lentement sur le dos de sa jeune monture.


''I’ve reached the vanishing point without you.

Here my heartache begins with your pain,
trying to find an unborn start,
in this fatal disappearance...''

- From the poem ''Me with the Vanishing Point'' -

Un bruissement éveilla le garçon qui n'avait pas perdu de temps en installant un système d'alarme quelconque dans son campement improvisé, trop épuisé par la veille.

Il ouvrit les yeux juste attends pour voir la boite de bois apparaître de nulle part.


* NON! *

Coup sourd derrière le crâne.

Puis noirceur.

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Kaünis Gil'Ozh
Maître Envoleur
avatar

Nombre de messages : 987
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Mar 06 Juin 2017, 20:55

Pouf, deux petits mouvements, en train d'agoniser dans sa haine et sa débilité.
C'était nul. Lent et douloureux, certes, mais nul : aucun sens du spectacle, pour le coup. Mais enfin, au moins, il crèverait ce chien de salope.
Elle se blottit l'espace d'une seconde, peut-être deux, contre Syles qui lui répondit, avant de la séparer de lui. Il avait l'air préoccupé, et elle avait comme un pressentiment bizarre.

Son coeur dans sa poitrine tambourinait à toute allure, mais elle ne savait pas si c'était à cause du mec qui agonisait, ou de l'expression fermée de l'Envoleur. Ça la faisait chier de ne pas pouvoir déterminer ça, et le fait qu'il soit malgré tout un peu distant lui fit mordre l'intérieur de sa joue.

ELle le sentait mal.
- Faites bien attentions à vous…

Hé, ça voulait dire quoi ça ?
Elle avait affreusement envie de le rattraper, le choper par le col et lui demander des explications. Parce que ça va hein, ils avaient l'habitude des emmerdes, tous, alors à quoi il jouait ? C'était un aurevoir chelou, et ça ne plaisait pas du tout à l'Envoleuse, qui croisa les bras sous sa poitrine.
Mais alors que Syles disparaissait à l'horizon sur sa monture, Kaünis finit par hausser les épaules et monter elle aussi sur Voyage.

Elle ne savait même pas où elle voulait aller.
Le sentiment de félicité qui l'avait habitée pendant les dix derniers jours avait fondu comme neige au soleil et elle n'avait en elle plus qu'un sentiment de frustration incompréhensible.

Flattant l'encolure de Voyage qui s'ébroua un instant, l'Envoleuse leva les yeux vers Gil et Rybris et fronça les sourcils.
- Il est bizarre, non ? Elle était bizarre, elle, oui. Et Syles aussi. Mais là, c'était pas bizarre de sa bizarrerie normale.

Elle secoua la tête, décidant de prendre la direction d'Al-Chen.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 974
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]   Jeu 29 Juin 2017, 20:53

- Faites bien attention à vous…

Gil eut un rictus. Parle pour toi, microbe. Parce que ouais, Syles était un microbe, et c’était justement pour cette raison qu’il avait embroché la cervelle de l’enfoiré qui l’avait « élevé » : on ne fait pas de mal à un microbe. C’est inutile et ridicule. A la rigueur, il voulait bien accorder ce droit à Kaünis, mais uniquement parce que « qui aime bien châtie bien », et puis, entre ces deux-là, c’était assez violent, quand même… C’était explosif. A croire qu’ils avaient un feu d’artifice dans les tripes (ce qui était probablement le cas, quand on y pensait sérieusement). Et là, alors que Syles s’éloignait, Gil se figea, parce qu’il fut traversé par cette saloperie de sensation froide, insidieuse et flippante ; celle qui annonçait un truc moche en approche, le genre de truc qui vous bousille un morceau de vie en quelques secondes seulement. Il savait de quoi il parlait pour l’avoir vécu trop souvent. Du coup, Gil hésita. Pendant quelques secondes, il fixa Syles qui s’en allait avec cette urgence au fond de lui, comme si c’était le moment de prendre une décision cruciale : l’accompagner.

- Il est bizarre, non ?

Le regard de Gil glissa vers Kaünis. Il nota la pointe d’inquiétude dans son regard, hésita encore un peu... Haussa les épaules. Syles était un microbe qui avait du poil au menton et Kaünis, une princesse capable de tataner la tronche à un troll sans sourciller. Que pouvait-il leur arriver, à part des emmerdes ? Des emmerdes, songea Gil en soupirant. Et encore des emmerdes. Mais ils étaient programmés pour les trouver et s’en débarrasser avec efficacité. Cette aventure le prouvait une nouvelle fois, donc pourquoi s’en faire ? Il avait bien assez de chat à fouetter comme ça… Kaünis devait être au moins aussi occupée que lui parce qu’elle s’en alla à son tour. Gil ne ressentit pas la sensation qui lui avait donné la chair de poule en voyant Syles s’éloigner. Il secoua la tête, navré par sa propre réaction… et se tourna vers Rybris.

- Vous vous ressemblez pas du tout. Juste pour info.

Mensonge grognon – mais comment lui en vouloir ? Gil était forcément jaloux, même si c’était à peine consciemment ; il avait passé trois ans à faire marcher ce gosse dans ses pas, à lui apprendre la vie, la mort aussi, et puis le combat, la monte, l’escalade, le vol, la chute, la fuite, le culot, le poisson (vive le poisson !), les beignes, les retours de beignes, la discrétion, la précision, la folie… Que lui avait donné ce type ? D’accord, Gil ne connaissait pas toute l’histoire. Syles avait gardé le silence à ce sujet et Rybris se contenter de sourire en coin. Il ne savait pas vraiment ce qui, au juste, unissait exactement Rybris et son fils. Tout ce dont il était sûr, c’est que Syles portait en lui une blessure profonde et encore vive. Ça lui suffisait pour être de mauvais poil… même si pour ça, il se passait bien de raison !

- Non, il tient surtout de sa mère.

Gil serra les poings. C’est ça, ouais. La Bête remua dans son ventre, il souffla doucement : c’était pas le moment ! Parce que s’il avait bien envie de flanquer encore une fois son poing dans la margoule de Rybris, il n’avait pas l’intention de le tuer comme il avait tué l’autre.

- Bon, ben salut alors, et au plaisir de ne plus jamais vous revoir, hein !
- Mouais… quelque chose me dit qu’on se reverra plus vite que tu le penses.
- Oui, bien sûr, et on se fera un petit gueuleton pour fêter ça !


Hilare, Gil s’éloigna. Il ne vit pas Rybris secouer lentement la tête.

Sûr de ce qu’il voyait se dessiner, lui, sur son horizon...

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 25/08 au 28/08]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[-21]Let's paint this dance with bloody color [Gil & Syles]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Bloody London
» Graph' paint
» Pour les grands fans de Paint ^^
» PAINT IT BLACK [01/02, 18:50]
» Délire sur Paint : Spirit en Jambon !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Al-Vor-
Sauter vers: