AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Au retour de la chasse [persos de Syles]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rilend Ansakh
Admin
avatar

Nombre de messages : 722
Citation : ...
Date d'inscription : 18/03/2009

Feuille de personnage
Age: 34 ans
Greffe: Absorption des coups
Signe particulier: Sa dague fétiche, Talisman. Bien dissimulée sous les cheveux, une cicatrice à l'arrière du crâne suite à une commotion cérébrale. Un pendentif rond, en nacre. Elle se transforme en Panthère noire.

MessageSujet: Au retour de la chasse [persos de Syles]   Jeu 03 Nov 2016, 22:44

L'aurore n'en était qu'à ses prémisses quand elle émergea du bois.
Le pas lourd, secouant la tête.

Pourtant, la nuit avait été belle.
Obéissant à une pulsion habituelle, un vieil impératif, elle s'était faufilée entre les arbres sous la lune rousse, annonciatrice d'une journée froide. Assise sur un tapis de feuilles, les yeux clos, à son habitude, elle s'était laissée tomber. Comme on se laisse basculer en arrière, avec au coeur la même interrogation à chaque fois : sera-t-on rattrapé ? Saura-t-on ne pas se blesser ?
Ses yeux gris étaient devenus jaunes, sa chevelure noire s'était muée en fourrure ocelée, ombre sur ombre, et des griffes d'ivoire avaient joué à ses pattes de velours. D'humaine aveugle et sourde, elle était devenue l'Autre, celle aux yeux perçant la plus noire des nuits, capable de percevoir jusqu'à la plus infime fragrance dans le grand tableau odoriférant de la forêt, de sentir jusqu'aux moindres souffles de vent sur ses moustaches et son pelage lustré. Elle avait perçu le plaisir immense de l'animal d'être enfin libérée, et avait lâché prise pour de bon.
Que cette nuit soit la sienne.

La suite n'avait été qu'évènements confus, souvenirs brouillés d'odeurs, de sang et d'une vitalité flamboyante de chasseur, de prédateur. Elle avait couru, humé, traqué, bu, chassé, tué, bu encore et mangé, déchiqueté, lacéré et lissé sa fourrure épaisse à grands coups de langue. Allongée sur un rocher glacé, avantageusement isolée et protégée par son manteau de fourrure dense et noire, elle avait écouté les loups chanter la nuit.
Ils n'étaient pas des concurrents. Elle avait des griffes, des crocs, une souplesse de chat et elle était la Panthère. Nul ne s'en prenait à la Panthère.
Elle s'était mesurée à la course à des biches effarouchées, l'odeur délicieuse de leur peur emplissant ses narines et lui faisant monter l'eau aux babines, les yeux brûlant d'une lueur de folie, de chasseresse, du désir de vaincre et de tuer. Et l'humaine, de se montrer discrète, en retrait, spectatrice impuissante et pourtant enflammée.
Que les humains étaient limités !
Cette simple jouissance animale s'était trouvée entachée d'un incident ; un vieux mâle, faisant front, l'avait menacée. Bois bas, front buté, il avait résisté de son mieux aux assauts de la tueuse enfiévrée, allant jusqu'à lui porter des coups. L'un d'eux, faisant mouche, avait zébré d'écarlate l'épaule de la Panthère juste avant que ses mâchoires se referment sur le jabot de peau du vieux ruminant, serrant, remontant par à-coups pour broyer le larynx dans leur étau de fer. Le vieux mâle se savait perdu ; il tomba, et le sang du fauve se perdit dans la marée d'écarlate qui noya son poitrail et sa gueule.
Toilette faite, repos pris, curée achevée, elle avait profité de quelques heures de paix et de promenade solitaire, croisant de loin en loin une autre proie qu'elle poursuivait parfois pour le simple plaisir de la traque. Sa patte avant la lançait cruellement, et plus d'une fois elle s'interrompit pour la mordiller avec colère avant de reprendre sa marche.


L'humaine avait ouvert les yeux sur le même tapis de feuilles qu'au soir. Inspirant profondément, elle avait pris le temps de pratiquer la gestuelle marchombre et de réveiller, muscle après muscle, son corps d'humaine trop engoncé après cet épisode de chasse sauvage.
La douleur dans son avant-bras l'avait alertée, mais la plaie, vulnérante et profonde, ne semblait pas dramatique ; un nettoyage suffirait le temps de rallier la cité.
Les premiers soins achevés, légèrement ivre encore de cette débauche des sens, Rilend se faufila entre les arbres et émergea du bois. Un pansement sommaire protégeait son bras en attendant qu'elle puisse recoudre la lacération, ou se trouver un guérisseur - une si petite atteinte ne justifiait en rien l'intervention d'un Rêveur, quand bien même l'idée lui eut traversé l'esprit. Et puis, sérieusement, c'était le pire prétexte du monde.

Une tête dans le lac plus tard, ruisselante d'eau et nue comme au premier jour de sa vie, Rilend se laissait sécher en pratiquant sa gestuelle. Ca y était. Ses muscles se réveillaient, la Panthère cédait à nouveau la place à la marchombre et elle était redevenue la femme et non la chasseresse.
Aussi, quand elle fut sèche, commença-t-elle tranquillement à enfiler ses vêtements en toute tranquillité, souple et alerte. Puis elle se retourna et esquissa un sourire railleur :

"Un admirateur, ou un espion ?"

__________________________________________

*Parce que la panthère en toi peut être apprivoisée
Parce que le plus grand des trésors est la liberté.*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek Liam
Groupe Maisel
avatar

Nombre de messages : 301
Citation : ''Je suis prince incongru d'un talent dérisoire : me faire aimer des autres sans aimer.'' ~Florent Mothe (Salieri) - Mozart l'opéra rock~
Date d'inscription : 05/10/2013

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Corps qui devient intangible et passe à travers les objets.
Signe particulier: Yeux noirs qui ont des reflets rouges. Cicatrice de brûlure sur son omoplate gauche.

MessageSujet: Re: Au retour de la chasse [persos de Syles]   Sam 05 Nov 2016, 05:34

Le jeune homme inspira doucement, puis expira.

Cela devait bien faire des heures qu'il ne bougeait pas le moindrement, les yeux fermés, en position de méditation, à mettre de l'ordre dans ses pensées.

Derrière lui, Yìlna, une frontalière qu'il avait rencontrer sur son chemin et avec qui il était vite devenu ami, faisait de larges mouvements d’entraînements, se pratiquant doucement dans une suite de mouvement qui ressemblait à la gestuelle marchombre en un peu moins... Harmonieux.

Elle termina sa suite de mouvements et se lança à l'attaque immédiatement, un coup de pied violent et tout à fait gratuit se dirigeant vers le jeune homme qui n'avait aucune façon de voir venir le coup...

Le pied rencontra un bras, une garde parfaite au coup si rapidement préparer.

Deux mondes de noir percer par des traces de rouges se dévoilèrent alors que l'apprenti marchombre ouvrait les yeux doucement, un léger sourire apparaissant sur ses lèvres.

Yìlna se recula d'une pirouette et Narek se releva d'un mouvement pour se retourner puis les deux amis se saluèrent de façon formelle, un salut de combat amical qu'ils brisèrent un instant plus tard pour prendre des gardes très différentes l'une de l'autre...

Celle de la frontalière était centralisée, focalisée sur elle même et ses points faibles.

Celle du jeune homme était plus ouverte, tel qu'il l'avait appris en observant les marchombres aînés qu'il avait rencontré.

Une garde ouverte sur le monde, en harmonie avec son environnement.

Sa compagne de combat porta le premier coup, un coup de poing fulgurant qui aurait dut l'atteindre en plein ventre mais qu'il attrapa au vol, attaquant de l'autre main pour voir celle-ci prise au piège par son adversaire.

Il n'avait cependant pas dit son dernier mot et la projeta derrière lui en pivotant, tout droit vers le lac, un peu derrière un rideau d'arbres qu'elle brisa en reprenant pied...

Pour se prendre un coup de pied monumental qui la poussa de plusieurs centimètres, puis elle tenta de répliquer, ce qui donna naissance à un échange de coups de pieds qui se bloquaient les uns les autres les poussant plus vers la berge...

La jeune femme ressentit la présence et son instinct changea son attention vers l'inconnue une seconde...

Seconde qui suffit à Narek pour la faire tomber par terre d'un balaiment des pieds pour ensuite frapper un coup décisif sur le sol à côté de sa gorge, coup fatal imaginé démontrant que le combat était terminé.

La saluant de nouveau pour démontrer la fin du combat, il se retourna vers l'inconnue à son tour... Il l'avait aperçut aussi, mais voilà, il n'en avait pas fait cas... Dangereuse? Sûrement, mais tout de suite là? Naaaaah...

Ou du moins il ne croyait pas, se dit-il en lui faisant un grand signe de salut.


Hey, ça boom?!

Quoi dire d'autre..? Il ne savait pas trop, et puis de toute façon valait mieux être sociable que risquer de frustrer quelqu'un, non?

All I want,
Is a little of the good life,
All I need,
Is to have a good time...

...The good life...

__________________________________________


Spoiler:
 

Team Rocket Version Na/Syn/Tsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rilend Ansakh
Admin
avatar

Nombre de messages : 722
Citation : ...
Date d'inscription : 18/03/2009

Feuille de personnage
Age: 34 ans
Greffe: Absorption des coups
Signe particulier: Sa dague fétiche, Talisman. Bien dissimulée sous les cheveux, une cicatrice à l'arrière du crâne suite à une commotion cérébrale. Un pendentif rond, en nacre. Elle se transforme en Panthère noire.

MessageSujet: Re: Au retour de la chasse [persos de Syles]   Dim 06 Nov 2016, 00:35

Deux personnes.
Un garçon - un jeune homme plutôt, mais vraiment jeune, sans la patine qu'ils acquièrent avec l'âge - et une jeune femme qui semblait tourner autour de la même tranche d'âge. A savoir, la vingtaine, dix ans de moins que Rilend qui les étudiait avec un sourire léger. 

C'étaient donc bien des bruits de combat qu'elle avait entendus juste avant de percevoir leur présence ! La fille, en retrait, se déplaçait avec une certaine souplesse et beaucoup de délicatesse, dénotant une longue pratique des arts martiaux. Elle était nerveuse de corps, certainement athlétique. Le garçon n'était pas loin de cette description...mais il avait plus, ou du moins, quelque chose de différent. 

Sa façon de se tenir, de se mouvoir et même son geste de la main quand il la salua alertèrent Rilend : ce garçon-là avait reçu un entraînement spécial. Là où la jeune guerrière, frontalière peut-être, au vu de sa carnation, et en tous cas femme du Nord, signait sans ambiguïté son statut de combattante, le jeune homme exhalait davantage. Il avait l'éclat d'une pierre enchâssée dans une gangue calcaire : brute encore, mais qui dévoile déjà l'éclat qu'elle aura après polissage. La jeune femme était burinée par le combat, le garçon, plutôt ciselé et la différence infime n'échappa pas à la marchombre.

Etaient-ils des siens ? C'était bien possible, même probable au vu de la proximité de l'Académie - il faudrait qu'elle y fasse un saut, d'ailleurs, ne serait-ce que pour y installer Vaillant dans les écuries. Elle préférait le savoir là qu'à Al-Chen, et il y serait chouchouté. 
Rilend n'aurait, à la réflexion, pas parié sur la jeune femme. Mais le jeune homme pouvait très bien être un futur marchombre...enfin. 
La discussion éventuelle le dirait !

La rumeur voulant que les marchombres se reconnaissent les uns les autres au premier coup d'oeil était généralement fondée. Rilend, rencontrant un pair avancé sur la Voie, n'aurait pas su ne pas la remarquer en cette personne. Mais c'était là un talent particulier, apporté et poli par l'expérience ; apprentie, elle avait parfois été bien en peine d'identifier les marchombres autour d'elle et le même problème se posait quand elle faisait face à un élève. Elle devinait généralement leur potentiel mais, à moins qu'ils ne soient déjà avancés dans leur formation, pas nécessairement la Voie.

En attendant, le garçon, amène, lui adressa un grand signe qu'elle traduisit comme enthousiaste et, avec un sourire léger, elle fit quelques pas vers lui. La marchombre ne se précipita pas ; ces deux guerriers en herbe ne semblaient pas dangereux dans l'absolu, mais l'expérience lui avait appris à ne pas négliger ses semblables et quand elle s'avança, ce fut de son pas souple et glissant, ses appuis judicieusement placés et parée à toute éventualité ou presque.
Petit geste de la main :


"Oui, ça roule. Vous deux aussi, j'ai l'impression.
Moi, c'est Rilend."

__________________________________________

*Parce que la panthère en toi peut être apprivoisée
Parce que le plus grand des trésors est la liberté.*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek Liam
Groupe Maisel
avatar

Nombre de messages : 301
Citation : ''Je suis prince incongru d'un talent dérisoire : me faire aimer des autres sans aimer.'' ~Florent Mothe (Salieri) - Mozart l'opéra rock~
Date d'inscription : 05/10/2013

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Corps qui devient intangible et passe à travers les objets.
Signe particulier: Yeux noirs qui ont des reflets rouges. Cicatrice de brûlure sur son omoplate gauche.

MessageSujet: Re: Au retour de la chasse [persos de Syles]   Lun 07 Nov 2016, 03:47

Narek, elle c'est Yìlna, content de faire ta connaissance, Rilend!

Le jeune homme n’exagérait pas une seconde son enthousiasme, il venait après tout de passé près d'un mois en isolation presque complète, depuis sa rencontre avec Syndrell où il avait faillit se prendre un lancer de couteau le garçon n'arrêtait de se dire qu'il devait entraîner tout ses sens pour devenir plus alerte et plus rapide que jamais.

Cet exil choisi avait eu l'effet escompté; Là où, avant, il se prenait coup après coup de la part de la frontalière si bien entraînée, maintenant il les sentait venir.

Il n'arrivait pas à se l'expliquer lui même, ce n'était pas qu'il les voyaient ou même qu'il la connaissait assez bien pour prédire les mouvements... En fait, elle jouait avec son temps en combat comme on jouaient avec une poupée de chiffon et il le savait.

Pourtant, de plus en plus souvent, malgré le ''temps du combattant'' qui était contre lui... C'était comme s'il entrait en quelque sortes dans le temps, comme avec la rivière dans l'exercice avec Syndrell, et il dansait doucement avec comme sur le haut du mat, dans son cours le plus récent.

Cela frustrait la jeune femme d'autant plus qu'il ne savait pas l'expliquer lui même, pour elle, c'était là indigne d'un combattant que d'agir ainsi à l'aveugle...

Elle se releva d'ailleurs, légèrement frustrée de la cuisante défaite malgré l'effet de surprise, pour saluer rapidement Rilend d'un signe de la main...

Et faire plusieurs signes qui firent éclaté de rire le jeune barde qui expliqua ensuite.


Désolé pour ça, elle est complètement muette vois-tu, bien qu'elle entende très bien... Blessure de guerre en traitement qui, selon les rêveurs, prendra encore plusieurs rencontres pour être traité comme il le faut et complètement...

Bref, elle disait que tu sent ''sauvage'', comme un prédateur! Venant d'elle, c'est tout un compliment!


Yìlna sourit grandement à cela, oui, c'était un compliment... Qu'elle aurait bien crier sur les toits si ce n'était de cette fichu blessure qui était si grave qu'elle avait décider de s'exiler entre les traitements...

Parce que ne pas pouvoir communiquer avec son unité de la citadelle aurait put être mortel... Si elle avait sut qu'elle rencontrerait quelqu'un comme Narek, en exil volontaire lui aussi, elle aurait fait ce voyage même si elle avait été en pleine santé.

Une telle occasion d'apprendre était rare et il fallait dire qu'il avait appris sa façon de communiquer sans parlé avec une facilité et une rapidité toutes deux déconcertante. Cette Rilend, cela dit, dégageait également quelque chose de subtil mais de très... Spécial.

Yìlna aurait mit sa main à couper que cette jeune femme n'était pas n'importe qui, se dit-elle avant de s'approcher pour lui offrir un peu d'eau de sa gourde, politesse de voyageur du nord où trouver des provisions pouvait être presque impossible, ainsi offrir de l'eau ou de la nourriture était la meilleure façon de démontrer ses bonnes intentions.

Restait de savoir si l'autre femme avait soif..!

__________________________________________


Spoiler:
 

Team Rocket Version Na/Syn/Tsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rilend Ansakh
Admin
avatar

Nombre de messages : 722
Citation : ...
Date d'inscription : 18/03/2009

Feuille de personnage
Age: 34 ans
Greffe: Absorption des coups
Signe particulier: Sa dague fétiche, Talisman. Bien dissimulée sous les cheveux, une cicatrice à l'arrière du crâne suite à une commotion cérébrale. Un pendentif rond, en nacre. Elle se transforme en Panthère noire.

MessageSujet: Re: Au retour de la chasse [persos de Syles]   Lun 07 Nov 2016, 23:56

"Eh bien saluts, Narek, Yilna."

Narek semblait absolument ravi de rencontrer la marchombre, ce qui lui valut un regard amical quoique légèrement dérouté par ces effusions. D'un certain aspect, Rilend avait l'impression d'avoir face à elle un jeune chien enthousiaste, et l'illusion aurait été parfaite si Narek n'avait pas en même temps dégagé une telle maturité. La jeune femme sourit et resserra d'un trou sa ceinture, rebouclée trop lâche quand elle s'était rhabillée alors que ces deux-là se battaient à quelques pas d'elle.

Quand la jolie Yilna leva la main pour lui adresser un signe, Rilend le lui rendit volontiers, tant la candeur, la fraîcheur et l'enthousiasme de ces deux jeunes gens étaient contagieux. Puis la demoiselle enchaîna sur une série de mouvements rapides et abscons qui laissèrent son interlocutrice bouche bée. Mais qui, de toute évidence, faisaient sens pour elle.

C'est Narek qui lui donna la solution de l'énigme, et Rilend regarda la jeune fille avec des yeux nouveaux. Muette ? Blessure de guerre ? C'était là un argument en faveur de sa première impression : nulle autre qu'une Frontalière n'aurait pris part à une quelconque guerre à un âge aussi jeune, nulle autre n'aurait assez de maîtrise du combat sinon une marchombre, et les marchombres ne guerroyaient pas.
Mais plus encore, le mutisme de l'infortunée en rappelait un autre à Rilend...comment l'oublier, la femme sourde et muette qui, par gestes et à l'aide d'un plan sommaire dessiné dans la poussière, avait su orienter une adolescente perdue en direction d'Al-Chen ? La femme qui lui avait offert du pain, une bourse pour la route et toute la sérénité qu'elle exsudait littéralement ? La marchombre sourde et muette dont Rilend n'avait jamais appris le nom dansait encore dans sa mémoire...

Elle sourit à la jeune fille et esquissa un geste respectueux à son égard. Combattante, elle respectait la guerrière. Prédatrice, elle saluait ce petit renard du Nord en égale.

"J'en suis très honorée. Tu as toi aussi des allures de chasseresse, le sais-tu ?"

Et puis voilà que la guerrière s'avançait vers elle pour lui proposer de l'eau. Rilend faillit tout d'abord refuser, avant de se raviser. Lui remontaient soudain en tête de vieux souvenirs d'enfants des rues, et de rituels primitifs consistant à offrir un fruit sec, un grain de raisin, presque rien à ceux dont on souhaitait s'attirer les bonnes grâces.
Rilend avait été du nombre. Enfant perdue, campagnarde découvrant la cité, il lui avait fallu apprendre avant tout qui soudoyer et quelle protection s'attacher. Pour ce faire, l'adolescente d'alors avait observé, questionné, appris et finalement s'était essayé à l'exercice des offrandes. Oh, pas avec la grâce et la fierté féroces de cette frontalière ; les enfants des rues se comportaient plutôt en chiens couchants, jusqu'à ce que leur aube se lève et qu'ils puissent, à leur tour, goûter à la sécurité du haut de la pyramide, de ceux qu'on n'ose attaquer.

C'est pourquoi, en un éclair, lui vint l'idée que le geste n'était peut-être pas anodin et, peu désireuse d'offenser sa nouvelle connaissance, Rilend tendit la main et accepta le cadeau.

"Merci, Yilna."

Elle n'en but qu'une gorgée, même moins, avant de rendre la gourde à la jeune femme et de, mue par l'instinct de réciprocité qui soude toutes les sociétés humaines, lui proposer quelques baies, les restes d'une cueillette plus que matinale.
Puis la marchombre se tourna vers Narek en souriant :

"Je vous ai entendus approcher. Votre combat était du beau travail. Net, sans fioritures ou presque.
Cela fait longtemps que je n'ai pas eu l'occasion de m'entraîner avec des adversaires inédits. Est-ce que ça vous dirait de remettre ça...soit deux à deux, soit à trois ?"


Clin d'oeil.
Sourire.
Ils n'étaient peut-être pas exactement à son niveau, mais ils bougeaient comme des êtres conscients, des combattants. Il serait agréable de les affronter, si ils l'acceptaient dans leur duo.

__________________________________________

*Parce que la panthère en toi peut être apprivoisée
Parce que le plus grand des trésors est la liberté.*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek Liam
Groupe Maisel
avatar

Nombre de messages : 301
Citation : ''Je suis prince incongru d'un talent dérisoire : me faire aimer des autres sans aimer.'' ~Florent Mothe (Salieri) - Mozart l'opéra rock~
Date d'inscription : 05/10/2013

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Corps qui devient intangible et passe à travers les objets.
Signe particulier: Yeux noirs qui ont des reflets rouges. Cicatrice de brûlure sur son omoplate gauche.

MessageSujet: Re: Au retour de la chasse [persos de Syles]   Mer 23 Nov 2016, 05:10

Les deux jeunes gens échangèrent un regard... Un sourire...

...Puis celui-ci s’agrandit alors qu'ils exécutèrent un salut presque chorégraphique vers Rilend.

Yìlna avait grignoter les baies avec entrain, toute contente de ce cadeau inattendu. Cette fille avait le don d'avoir le sérieux et l'esprit glacé d'une grande frontalière un instant puis le coeur enjoué et joueur d'un enfant celui d'après, mais après tout c'était bien normal.

Pour elle, la vie était un combat, donc dès qu'elle le pouvait, elle dansait, chantait, jouait, souriait... Il fallait profiter de chaque moment tranquille, puisqu'il aurait put être le dernier.

Cela dit son regard se durcit au moment où elle prit une garde efficacité, une garde qui avait été mis à l'épreuve chez les guerriers du nord pendant des générations entières.

Garde très différente de celle du jeune homme, qui se contentait d'être aussi efficace que simple.

Parce qu'il se méfiait toujours d'un adversaire inconnu.

Et il faisait bien, parce que quand Yìlna se lança pour porter le premier coup, elle visa parfaitement, avec une vitesse et une efficacité folle...

...Rilend fut plus rapide.

Elle était déjà ailleurs quand le poing tenta de lui toucher les côtes et elle avait déjà évité le coup de pied réplique un instant avant que celui-ci ne l'atteigne.

Yìlna se donnait à fond, Narek, lui, ne tentait qu'une ou deux attaques, évitant les parades au lieu de les bloquer comme la jeune femme qui tenta une autre attaque audacieuse...

...Qui permit au garçon de briser le mystère.

Un coup de poing frontalier fut éviter, un coup de pied réplique aussi... Puis le dit coup de pied fut attrapé.

L'apprenti profita de l'effet de surprise pour la lancer en tournant, elle ne vola pas bien loin, mais l'élan suffit à mettre un peu de distance et à briser la danse un instant.

Il s'était demandé qui pouvait ainsi se jouer d'une frontalière...

Le barde ferma les yeux, prit une grande inspiration, puis se positionna de façon neutre, une garde qui n'en était pas une, trop simple, trop...

...Ouverte.

Puis il rouvrit lentement ses yeux, fixant son adversaire alors qu'un petit sourire s'étirait sur ses lèvres quand il lut la compréhension dans son regard, cette étoile qui disait ''Maintenant je comprends mieux''.

Et il se dit que la partie commençait vraiment, désormais.

Marchombre contre apprenti et frontalière.

C'était presque égal, non..?


My conscience rings like a siller bell & I can waltz like a dervish my dear,
Two boots full o’ gravel through your blazin’ hell,
With a shit-smeared grin from ear to ear...

Some hearts are like lightning in a bottle, and others like a moth in a can,
Some hearts are a Dead Sea apple, a poison to God & man,
I’m the sweetest bag o’ rats that you’ve ever seen,
I look like trouble & I walk like a king,
It’s my thing, why bawl when I can sing...

...Of all the blows & unkind words?

Tombant sur les fesses, le garçon reprit son souffle auprès de ses deux compagnes de bataille, sourire d'oreille à oreille.

Quand on parlaient de beau combat... S'en était tout un!

Il avait plusieurs bleus à montrer pour preuve qu'il en avait prit toute une quand le rythme avait augmenter...

...Mais la même chose pouvait être dite pour les deux autres..!

Quand même, il n'avait jamais vu Yìlna si heureuse, elle était comme une gamine à noël. Ça ce voyait qu'une bagarre de ce genre, c'était pour elle le meilleur des remèdes. Elle fit d'ailleurs plusieurs mouvements et Rilend fixa le jeune homme... Il en avait presque oublier qu'il était traducteur..!


Elle dit que tu te bat comme une déesse et qu'elle trouve qu'elle a beaucoup de chance d'avoir eu la chance de se mesurer à toi...

Et je suis plutôt d'accords!


Le garçon se demanda un instant si elle connaissait Syndrell...

Il aurait put lui demander, c'était le plus simple, mais si elle demandait d'expliquer sa relation avec la marchombre bleue...

...Ça pouvait vite devenir étrange.

__________________________________________


Spoiler:
 

Team Rocket Version Na/Syn/Tsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rilend Ansakh
Admin
avatar

Nombre de messages : 722
Citation : ...
Date d'inscription : 18/03/2009

Feuille de personnage
Age: 34 ans
Greffe: Absorption des coups
Signe particulier: Sa dague fétiche, Talisman. Bien dissimulée sous les cheveux, une cicatrice à l'arrière du crâne suite à une commotion cérébrale. Un pendentif rond, en nacre. Elle se transforme en Panthère noire.

MessageSujet: Re: Au retour de la chasse [persos de Syles]   Jeu 24 Nov 2016, 17:50

Rilend était bien obligée de le reconnaître, ils étaient mignons quand, dans un bel ensemble, ils firent révérence. Leurs saluts furent synchrones, élégants et peut-être un brin ironiques, du moins les perçut-elle ainsi avec amusement. La marchombre elle-même avait cette tendance à singer, d'une certaine manière, les façons de la haute quand elle esquissait un pas de danse ou un salut élégant.
Bref, ils étaient attachants, complices, et ils l'amusaient avec leur synchronicité.

Mais c'est Yilna qui la surprit le plus.
La demoiselle avait commencé à grignoter ses baies avec un plaisir non dissimulé, et même plus : un ravissement d'enfant à qui on offre une framboise. Rilend, en un coup d'oeil, l'avait vue passer d'une jeune femme sauvage, dont l'attitude clamait la compétence et au port noble, à une gamine barbouillée de jus de baie.
Pareille dichotomie était rare et participait à convaincre la marchombre que ces deux jeunes n'étaient pas ordinaires, loin de là.
En témoigna également leur posture de garde. Yilna avait opté pour une position que Rilend avait déjà eu l'occasion d'observer quand, autour d'Al-Far, elle vendait ses services afin de protéger les caravanes et travaillait avec des mercenaires, des Thüls et des Frontaliers. La jeune fille utilisait tout simplement la garde et la technique de son redoutable peuple, prouvant mieux que les mots n'auraient pu le faire son appartenance à la Citadelle.
Narek...
Narek, c'était différent. Il se tenait dans une position plus simple, pratique, alerte, une garde discrète qui ne disait pas son nom à un oeil non exercé. Pourtant, la marchombre, étudiant son regard, y lut la vigilance et son acuité soudaine avertit la jeune femme de ne pas prendre le garçon à la légère.

Rilend sourit.
Ouvrant les mains, le coeur battant d'excitation et heureuse que ce duo incongru ait accepté son invitation, elle plaça avec soin ses appuis et respira paisiblement. En quelques fractions de seconde elle avait plongé dans cet état à nul autre pareil, cette concentration à la limite de la transe où l'esprit, toutes frontières abaissées, laisse voir et sentir l'autre...comme le lui avaient appris ses maîtres.
Comme elle l'apprenait jour après jour.
La Panthère grondait en frontière de son esprit, joueuse.
Elle était prête à danser !

C'est Yilna qui ouvrit le bal.
La gamine n'usurpait pas son aspect et sa noblesse ; elle frappa comme un petit animal sauvage, un coup sec, précis, sans colifichets mais efficace. Un coup qui toucherait son but...
L'air.
Rilend effaça les épaules, les hanches, se déplaça d'un rien, presque nonchalamment et laissa le poing flotter dans le courant. Un nouveau geste et c'est le pied qui se perdit aux rives de son Temps.
La Frontalière était douée.
Mais elle, elle était marchombre.
Rilend n'était pas tendue, pas haletante. Aux aguets et vigilante, elle demeurait relâchée, les mains ouvertes, ancrée dans le sol et en même temps se jouant de la pesanteur. Elle ne souriait pas, mais elle ne grimaç_ait pas non plus, simplement neutre. Sereine.
Elle évita encore quelques coups, avec aisance ou in extremis, et en plaça deux quand elle aperçut des ouvertures. Yilna esquiva, Narek para, mais l'un comme l'autre démontraient une certaine maîtrise qui rassura la marchombre.
Elle les avait bien jugés : les jeunes savaient ce qu'ils faisaient, dans l'ensemble.

Tandis que Yilna, après un vol bref et imprévu, se réceptionnait souplement, la marchombre releva les yeux et croisa le regard de Narek, qui venait de s'éclaircir d'un coup, comme frappé d'une brusque compréhension. Le bref répit lui permit de voir le garçon fermer les yeux et souffler, puis modifier sa garde, imperceptiblement mais de façon aisément lisible par les deux femmes.
Et il sourit à la marchombre.
Les yeux de Rilend pétillèrent. D'accord. D'accord, jeune disciple.
Elle lui renvoya un sourire sibyllin, félin.
Bienvenue dans la danse, dans notre danse.
Elle n'avait plus aucun doute.
Ils seraient des adversaires de valeur.

Marchombre, Frontalière, marchombre en devenir. Trois entités, trois styles et trois gestuelles, mais au coeur, la même exaltation toute simple du combat et du geste juste. La même quête du moment idéal, du mouvement parfait.
Trois guerriers ?
Trois artistes.

L'affrontement avait été rude et Rilend, quand Narek se laissa tomber sur l'herbe, haletait elle aussi, souriante.
Elle était enchantée !
La marchombre n'avait pas eu l'occasion d'affronter de véritables adversaires depuis la fin de son apprentissage, et avait oublié le plaisir simple et intense qu'elle pouvait y trouver. Il avait suffi d'un apprenti et d'une guerrière pour lui rappeler à quel point elle pouvait se sentir complète, apaisée, au sortir d'un combat.
Ils avaient tous trois donné de leur personne, partagé énormément et notamment des coups, comme en témoignaient leurs ecchymoses sans gravité. Rilend sourit, prit le temps d'étirer ses bras et puis se laissa glisser au sol aux côtés de l'apprenti, goûtant la fraicheur du sol et de l'herbe après ce combat brûlant.
Yilna semblait enthousiaste et ses gestes, traduire à peine sa pensée tandis qu'elle les enchaînait si vite que la tête de Rilend lui tournait. Tout naturellement, elle se tourna vers Narek pour qu'il traduise, mais le jeune homme marqua un temps avant de réagir.
Pourtant, cela valait le coup d'attendre...

Rilend cligna des yeux, touchée, aux jolis mots de la jeune femme et à ses compliments. Sans se lever, elle la remercia d'un sourire rayonnant et répondit avec chaleur, s'adressant autant qu'à Narek :

"Merci, Yilna, Narek. Tous les deux, vous êtes deux adversaires de choix !
C'est à moi de vous remercier pour tout ce que vous venez de me donner..."


Ses yeux gris se posèrent avec affection sur Yilna :

"Il m'est déjà arrivé de m'entraîner avec des Frontaliers, et tu les vaux bien. Même très bien...c'est un plaisir de te voir combattre."

Puis sur Narek, des yeux plus sombres, autrement lumineux, argentées et orage. Le genre de regard, non pas complice, mais initié que peuvent échanger deux personnes qui se connaissent d'autant mieux qu'elles ont échangé des coups :

"Vous avez tous les deux un style très différent..."

Grimace amusée, histoire de détendre l'atmosphère :

"Mais percutant !"

__________________________________________

*Parce que la panthère en toi peut être apprivoisée
Parce que le plus grand des trésors est la liberté.*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek Liam
Groupe Maisel
avatar

Nombre de messages : 301
Citation : ''Je suis prince incongru d'un talent dérisoire : me faire aimer des autres sans aimer.'' ~Florent Mothe (Salieri) - Mozart l'opéra rock~
Date d'inscription : 05/10/2013

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Corps qui devient intangible et passe à travers les objets.
Signe particulier: Yeux noirs qui ont des reflets rouges. Cicatrice de brûlure sur son omoplate gauche.

MessageSujet: Re: Au retour de la chasse [persos de Syles]   Dim 27 Nov 2016, 04:58

HRP:
 

Narek sourit à la jeune femme, oui, il savait que son style de combat était pour le moins ''percutant''... Il s'était souvent fait dire de moins se donner, d'être moins émotif, ce qu'il s’efforçait de développer avec Yìlna, mais voilà, il préférait se battre toutes émotions dehors, même si cela voulait dire donner la possibilité à ses démons de sortir, comme disait son ancien maître.

Il était cependant très explosif dans ces moments, prenant des risques pas particulièrement calculés pour le simple but de donné des coups, ses équimoses comme celles de Rilend en témoignait!

Il devait avoué être fichtrement heureux, se mesurer à une marchombre était une étape merveilleuse sur la voie, sa voie, et raconter cette rencontre à Syndrell serait une expérience merveilleuse.

Ce fut les mouvements de la frontalière qui brisèrent le silence en faisant rire Narek.


Ça c'est bien trouvé! Elle dit que tu as la finesse et le courage d'un chat sauvage! J'avoue ne pas être sûr de quel type elle parle, exactement, cette méthode de communication pourrait être amélioré, il faut avoué...

Le jeune homme observa le soleil pour déterminer l'heure... Ils avaient encore bien du temps devant eux, réalisa-t-il avec délice, ça laisser la possibilité d'une conversation intéressante.

Connais-tu Syndrell..?

La question avait fusée, naturelle, et le garçon faillit se mordre la langue...

...Ça pouvait vite devenir glauque..!

__________________________________________


Spoiler:
 

Team Rocket Version Na/Syn/Tsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rilend Ansakh
Admin
avatar

Nombre de messages : 722
Citation : ...
Date d'inscription : 18/03/2009

Feuille de personnage
Age: 34 ans
Greffe: Absorption des coups
Signe particulier: Sa dague fétiche, Talisman. Bien dissimulée sous les cheveux, une cicatrice à l'arrière du crâne suite à une commotion cérébrale. Un pendentif rond, en nacre. Elle se transforme en Panthère noire.

MessageSujet: Re: Au retour de la chasse [persos de Syles]   Lun 28 Nov 2016, 01:45

Quand l'apprenti - elle n'avait aucun doute quant à son statut et son avancée sur la Voie ! lui sourit, Rilend lui rendit la même expression, ses yeux gris brillant de sympathie. Elle l'aimait bien ; sa fraîcheur, son enthousiasme manifeste étaient communicatifs et attachants. Pour quelqu'un d'assez sauvage comme l'était la marchombre, la spontanéité de Narek avait également un côté appréciable. Comme beaucoup d'êtres réservés, Rilend préférait se confronter à des personnalités sociables plutôt qu'à d'autres timides. Cela lui permettait d'éviter ces moments gênants où nul ne semble savoir que dire, ni même vouloir prendre la responsabilité d'entamer la conversation.

Oui, percutant, c'était sans doutes le mot.
Narek se battait d'une façon plutôt imprudente : il tapait. Il fonçait tout droit, indifférent aux coups à moins qu'ils ne soient vraiment dangereux, quand il apercevait une ouverture. Ce comportement avait l'inconvénient d'être impulsif et l'avantage d'être plus difficilement prévisible que celui d'un adversaire prudent, et méritait d'être conservé. Il faudrait simplement que le jeune homme apprenne à ne pas se laisser avoir par une ouverture trop évidente, qui pouvait se révéler un piège, et développe sa conscience du Temps.

Rilend se prit à réfléchir aux exercices et épreuves auxquelles elle aurait pu soumettre un élève du genre de Narek, et se reprit aussi vite. Elle n'était pas maître marchombre, et ce n'était pas parce que l'idée d'enseigner l'avait traversée pour la première fois quelques jours auparavant qu'elle était déjà prête à guider quelqu'un sur la Voie !
En même temps, elle avait franchi l'étape, l'examen qui justifiait de cette capacité...

La marchombre relégua cette réflexion dans un coin de son esprit pour se forcer à revenir au moment présent. Il serait toujours temps de songer à ce nouveau rôle plus tard, les élèves potentiels n'allaient pas s'envoler !
Grand bien lui en prit car Yilna reprit la "parole" à cet instant, par une rapide série de gestes que Narek, à son habitude, traduisit. Rilend écouta et adressa un sourire à la Frontalière. Un sourire plutôt appréciateur...elle était bien perceptive, cette petite.
Le genre de chat était très certainement grand, noir, souple et chasseur nocturne...

La marchombre cligna des yeux en s'étirant et répondit d'abord à Yilna :

"Toi aussi, tu ressembles dans ta façon de bouger et d'être à un animal. Va savoir pourquoi, mais depuis tout à l'heure, tu me fais penser à un renard !"

Et elle s'adressa ensuite à Narek :

"Oui...mais pour une méthode improvisée, c'est déjà plutôt appréciable ! Attribuer un geste à chaque mot risque de s'avérer ardu...peut-être un système permettant d'épeler les mots les moins usités, ou même une combinaison de gestes, seraient envisageables ? Par exemple, pour préciser de quel type de chat on parle, faire un geste général qui signifie "chat" et ensuite un autre pour préciser l'espèce..."

Rilend n'insista pas quand Narek tourna les yeux vers le soleil, encore bien haut dans le ciel. La marchombre pressentait qu'à moins d'un gros imprévu, elle avait de bonnes chances de demeurer ici, confortablement installée - ou en mouvement - avec ces jeunes gens.
Et cela lui convenait tout à fait.
L'apprenti brisa de nouveau le silence et Rilend le dévisagea avec un brin de surprise. Syndrell. Hièlstan lui avait parlé de Syndrell il y avait moins de deux jours de cela ! Pas en détails, bien sûr, mais assez pour que la jeune femme devine qu'elle était une amie assez chère pour lui.
A cette pensée, Rilend sentit comme une gêne, quelque chose en toile de fond qu'elle ne parvint pas à saisir et qui s'évanouit comme c'était venu.
Légèrement intriguée, elle répondit en choisissant ses mots :

"Eh bien...je la connais de nom, pour l'avoir souvent entendu au cours de ma...formation. Je l'ai peut-être aussi croisée un jour ou l'autre sans le savoir. Et récemment, un ami m'a encore parlé d'elle, mais très succinctement, et je ne la connais pas personnellement.
Pourquoi cette question, si ce n'est pas indiscret ?"

__________________________________________

*Parce que la panthère en toi peut être apprivoisée
Parce que le plus grand des trésors est la liberté.*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek Liam
Groupe Maisel
avatar

Nombre de messages : 301
Citation : ''Je suis prince incongru d'un talent dérisoire : me faire aimer des autres sans aimer.'' ~Florent Mothe (Salieri) - Mozart l'opéra rock~
Date d'inscription : 05/10/2013

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Corps qui devient intangible et passe à travers les objets.
Signe particulier: Yeux noirs qui ont des reflets rouges. Cicatrice de brûlure sur son omoplate gauche.

MessageSujet: Re: Au retour de la chasse [persos de Syles]   Ven 02 Déc 2016, 00:15

Le jeune homme se demanda un moment comment aborder le sujet mais ne put s'empêcher de sourire un peu... La croiser sans le savoir..? Était-il possible de la raté, elle qui rayonnait tellement? Ou était-ce là seulement lui qui la voyait ainsi parce qu'elle était toujours dans son coeur..?

Cheveux bleus et d'or les yeux, la manqué est impossible pour qui sait voir et non seulement regardé...

La courte poésie lui était venue toute seule et il se demanda un instant si cela paraîtrait étrange, ainsi que comment la présenter.

Syndrell... Syndrell est mon maître.

Avoir dit ''Syndrell est l'élue de mon coeur'' aurait probablement été un peu étrange... Cela dit, le garçon se demanda un instant si, à long terme, cela n'aurait pas été plus clair...

Cela dit, il se doutait que la marchombre comprendrait qu'i y avait une autre dimension à la relation, mais peut-être croirait-elle simplement qu'il s'agissait du lien si spécial maître/apprenti...

...Si, au contraire, elle comprenait tout, ça pouvait facilement semblé très étrange, mais bon, au moins il aurait essayer, c'était le mieux qu'il pouvait faire, après tout..!

Yìlna, quand à elle, se tenait de son côté, assise en tailleur, à regarder ses deux compagnons comme une gamine curieuse... Elle ne savait pas ce qu'ils étaient, mais ils faisaient partis d'un groupe, ça c'était sûr, et sa curiosité de renard du nord, pensa-t-elle, voulait qu'elle écoute attentivement.

__________________________________________


Spoiler:
 

Team Rocket Version Na/Syn/Tsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rilend Ansakh
Admin
avatar

Nombre de messages : 722
Citation : ...
Date d'inscription : 18/03/2009

Feuille de personnage
Age: 34 ans
Greffe: Absorption des coups
Signe particulier: Sa dague fétiche, Talisman. Bien dissimulée sous les cheveux, une cicatrice à l'arrière du crâne suite à une commotion cérébrale. Un pendentif rond, en nacre. Elle se transforme en Panthère noire.

MessageSujet: Re: Au retour de la chasse [persos de Syles]   Dim 04 Déc 2016, 23:29

Rilend dressa l'oreille.
Dieux, mais il était poète ce garçon...et quelle admiration envers ladite marchombre !
A y bien réfléchir, Hièlstan lui avait également parlé de Syndrell avec un ton particulier. Certes moins rêveur - Rilend sourit, se moquant d'elle-même. Si Narek énonçait de la poésie sans y penser, elle, elle donnait dans le jeu de mot, de toute évidence... - mais tout aussi affectueux et respectueux, voire admiratif. Tout ce qu'on pouvait exprimer avec un simple nom ! En tous cas, la marchombre aux cheveux bleus et aux yeux dorés semblait femme à marquer tout autant un Rêveur timide qu'un apprenti déluré. Peut-être était-elle belle à couper le souffle, comme semblait le suggérer Narek, ou simplement d'excellente composition et marchombre accomplie, une de ces femmes au coeur ouvert et au sourire chaleureux qui attirent l'affection et la reconnaissance autour d'elles ?

Un temps, Rilend avait presque jalousé ce type de personne. C'était, bien sûr, il y avait très longtemps mais elle s'en souvenait comme si c'était hier, avec une pointe de honte mêlée à l'indulgence qu'elle éprouvait pour l'adolescente qu'elle avait été. L'enfant, la presque encore enfant, de dix-sept ans qui avait mis les pieds à l'Académie au terme d'une longue fuite en avant avait découvert un nouveau monde. Un univers merveilleux peuplé d'êtres non moins extraordinaires, qui dansaient sur les étoiles, chevauchaient le vent, faisaient des mots les plus simples les plus subtils des poèmes...et, par dessus le marché, des hommes et des femmes accomplis, épanouis, souvent même ouverts. Les marchombres, dans ses yeux d'adolescente effrayée, accoutumée à la pauvreté et aux corps et visages abîmés par la vie de misère, étaient athlétiques et beaux. Et dans ses yeux d'adolescente pas plus sûre d'elle que n'importe quelle autre gamine de son âge, les femmes, notamment, faisaient figure de déesses. Magnifiques, indépendantes, attirant le regard. De quoi lui faire déplorer, à l'époque, son corps plutôt liane que pulpeux et ses cheveux basiquement noirs.

C'était avant. Des années auparavant.
Depuis, Rilend avait grandi, ou plutôt achevé de grandir et étiré, torturé, entraîné, soigné, noyé, bref, chéri ce corps qui était le sien, avec lequel elle était née et mourrait. Elle avait constaté que, plus qu'un aspect, la beauté qu'elle avait longtemps admiré chez les marchombres était avant tout une allure, un état d'esprit, et constaté qu'elle bénéficiait, de plus en plus, de la même attention.
Avant de remarquer qu'elle s'en fichait. Complètement.

Un peu déroutée par l'emphase et le ton rêveur de la réponse, la marchombre adressa un sourire incertain au jeune homme et, de peur de commettre un impair, attendit une suite qui clarifierait les choses. Elle vint, heureusement, bien vite et Rilend hocha la tête. Que voilà un apprenti bien dévoué à son maître, qui lui dédiait comme cela, tout de go, une poésie...
Mais il y avait autre chose dans le ton, dans l'hésitation du jeune homme, qui interpella la marchombre. Narek parlait de Syndrell...autrement. Autrement qu'elle-même aurait pu décrire Erwan ou Libertée, d'une façon qu'elle n'avait jamais entendu utiliser par un apprenti mentionnant son maître. Quelque chose de différent de l'affection mêlée d'admiration qui liait étroitement ces duos.
Elle ne releva pas.
Pas complètement du moins.

Sourire en coin :

"Si elle est d'une splendeur pareille, je n'aurais su la croiser sans la reconnaître...Serait-elle flattée que tu lui dédies une poésie pour la décrire à qui ne la connaît pas ?"

__________________________________________

*Parce que la panthère en toi peut être apprivoisée
Parce que le plus grand des trésors est la liberté.*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syles Agarest
Envoleur
avatar

Nombre de messages : 769
Citation : ''Je prie sans la foie pour que le temps efface cette rage qui ronge mon esprit...'' ~Florent Mothe (Roi Arthur) Le légende du roi Arthur, Quand l'amour change le cours de l'histoire.~
Date d'inscription : 23/02/2014

Feuille de personnage
Age: 23
Greffe: Paumes magnétiques
Signe particulier: Un tatouage représentant des ailes sous l'oeil droit.

MessageSujet: Re: Au retour de la chasse [persos de Syles]   Mar 06 Déc 2016, 22:18

[Le jeune homme ne retint pas un léger rire cristallin]

Elle me connais bien assez pour ne pas être étonné de ma façon de parler..!

Que veux-tu, quand on a été barde...

Ça reste, ce genre de chose.

__________________________________________


Spoiler:
 

Some people's lives are like their love,
A fragile, flickering flame which might burn out...
I want to live my life like my love for you,
A great flame of darkness which engulfs all,
With you at the center of my world,
Controlling all...

Corrupting all.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rilend Ansakh
Admin
avatar

Nombre de messages : 722
Citation : ...
Date d'inscription : 18/03/2009

Feuille de personnage
Age: 34 ans
Greffe: Absorption des coups
Signe particulier: Sa dague fétiche, Talisman. Bien dissimulée sous les cheveux, une cicatrice à l'arrière du crâne suite à une commotion cérébrale. Un pendentif rond, en nacre. Elle se transforme en Panthère noire.

MessageSujet: Re: Au retour de la chasse [persos de Syles]   Mar 06 Déc 2016, 22:47

"Ha oui ? Tu as été barde ?"

Curiosité.
Invitation.

__________________________________________

*Parce que la panthère en toi peut être apprivoisée
Parce que le plus grand des trésors est la liberté.*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narek Liam
Groupe Maisel
avatar

Nombre de messages : 301
Citation : ''Je suis prince incongru d'un talent dérisoire : me faire aimer des autres sans aimer.'' ~Florent Mothe (Salieri) - Mozart l'opéra rock~
Date d'inscription : 05/10/2013

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Corps qui devient intangible et passe à travers les objets.
Signe particulier: Yeux noirs qui ont des reflets rouges. Cicatrice de brûlure sur son omoplate gauche.

MessageSujet: Re: Au retour de la chasse [persos de Syles]   Mer 07 Déc 2016, 05:12

*** HRP IMPORTANT***

Bon ben... j'avais commencer ET posté mes réponses sous Narek, mais soudain tout a déclinguer parce que je me suis connecter sur syl en même temps... Donc dsl, c'est pour ça xD

***

C'était il y a une vie...

Une éternité..

Autant dire que ce n'était pas tout à fait moi.

Ou du moins pas le ''moi'' que tu vois en ce moment..!


Sourire,

Ouverture.

Et une histoire, longue, certes raccourcie pour passer les passages les plus émotifs, mais une histoire très personnelle...

Dont même Yìlna ne coupa point le court.

__________________________________________


Spoiler:
 

Team Rocket Version Na/Syn/Tsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rilend Ansakh
Admin
avatar

Nombre de messages : 722
Citation : ...
Date d'inscription : 18/03/2009

Feuille de personnage
Age: 34 ans
Greffe: Absorption des coups
Signe particulier: Sa dague fétiche, Talisman. Bien dissimulée sous les cheveux, une cicatrice à l'arrière du crâne suite à une commotion cérébrale. Un pendentif rond, en nacre. Elle se transforme en Panthère noire.

MessageSujet: Re: Au retour de la chasse [persos de Syles]   Sam 10 Déc 2016, 23:14

Elle était belle, l'histoire du garçon.

Elle était porteuse d'espoir, aussi. Le récit d'un gamin parti à l'aventure, plus ou moins de son plein gré, et qui trouvait une première voie ou du moins, croyait la trouver. D'un gamin qui devenait jeune homme et excellait dans son domaine, puis trouvait réellement sa Voie, son véritable chemin, pour de bon et pour sa vie entière - probablement, mais Rilend n'imaginait pas que l'on puisse renier la Voie au cours d'une existence humaine.

Rilend approuva silencieusement, à l'issue du récit, à la remarque de Narek, la toute première qu'il avait faite avant de se laisser embarquer dans ce torrent de mots. Oui, c'était une longue histoire. Non, le jeune homme dont il parlait n'était manifestement pas celui à qui elle s'adressait en cette belle journée ensoleillée. L'apprenti marchombre, confortablement installé dans l'herbe, perclus de contusions et bientôt, certainement de courbatures - tout comme ses deux compagnes de jeu ! - n'avait plus grand-chose de commun avec le jeune barde talentueux qu'il décrivait tout en finesse.

C'était un long récit dont les mots, choisis, légers, dissimulaient d'autres réalités et aventures plus profondes, plus chargées d'émotions et de souvenirs. Des images et des scènes sur lesquelles Narek glissait avec, semblait-il, une certaine pudeur et en tous cas une délicatesse que la marchombre apprécia.
Ils n'étaient pas tout à fait du même bois.
Ils avaient beaucoup en commun.

Etait-ce le talent d'un ancien barde, accoutumé à captiver son auditoire et à jouer de ses mots ou de sa voix comme d'un luth ? Etait-ce simplement l'intérêt que Rilend portait au garçon, lui-même né de la sympathie qu'elle éprouvait pour lui et qui ne faisait que grandir ? Toujours est-il que ni le temps, ni le conte ne lui parurent bien longs et qu'ils filèrent et se déroulèrent sous ses yeux sans une seule seconde d'ennui.
Elle le regardait. Elle l'écoutait.
Surtout, elle l'entendait et le voyait.
Yilna, à leurs côtés, faisait de même au vu de son regard grave et perçant, de son attitude dynamique autant que posée qui trahissait son attention.

Quand les derniers mots de Narek s'évanouirent dans l'air automnal, le silence les enveloppa, confortable et chaleureux. Ce calme particulier qui suit les confidences, quand chacun trouve dans les mots d'autrui matière à réflexion et éprouve le besoin de se retirer en lui-même.
Ce ne fut que quelques minutes après que Rilend reprit la parole, sans pour autant briser la tranquillité de ce moment. La marchombre expira doucement et sourit, tournant vers Narek un regard aussi gris que lumineux, empreint de sympathie et d'une certaine compréhension :

"Tu as raison, c'était toi, et c'était pourtant un autre...mais je crois qu'il en est ainsi de chacun de nous tant que nous ne trouvons pas notre Voie.
A Al-Far et même plus tard, quand j'avais oublié jusqu'à mon nom, j'étais moi aussi une autre personne. Ceux qui me connaissaient vraiment auraient eu de la peine à me démasquer, tandis que ceux qui m'avaient simplement aperçue ou perçue un jour m'aurait "reconnue" ou auraient cru le faire."


Sourire serein.
Tranquille.
Félin.

__________________________________________

*Parce que la panthère en toi peut être apprivoisée
Parce que le plus grand des trésors est la liberté.*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Au retour de la chasse [persos de Syles]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LE RETOUR DE LA CHASSE / Théodore LAVIGNE
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Réveil pour la chasse ! [PV Plume]
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Lac Chen-
Sauter vers: