AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 J'ai vu Aivy embrasser la mère noël..! (PV Aivy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 233
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: J'ai vu Aivy embrasser la mère noël..! (PV Aivy)   Dim 25 Déc 2016, 17:45

HRP:
 

Il fait vraiment froid, ces temps-ci...

...Et le seul habit de fourrures chaudes qu'il restait, un genre de déguisement zarbi rouge et blanc avec des collants et une jupe, c'est pas exactement idéal.

Bon, pour le coup je voulais viré les collants pour des pantalons, mais merde ces truc sont plus chauds que le reste de mes vêtements normaux combinés!

Au moins, s'ils sont à moitié transparent sur les jambes, ce n'est pas le cas plus haut donc on s'en tape un peu...

Quand même je me sens ridicule avec cet accoutrement...

Sérieux quoi, j'ai l'air d'un arbre de noël!..

Oh.

Mon.

Dieu.

NOËL!

Mes yeux s'écarquillent quand je comprends en regardant la neige autour de moi et en fixant les bottes en fourrure qui venaient avec l'habit.

C'EST NOËL!

J'avais totalement oublié bon sang!

Mais du coup ça explique tout! C'est un déguisement de maman noël bon sa--

... Oh.

Je comprends les collants maintenant, c'est pas un costume pour le public...

Et bien merde, voilà, de toute c'est marrant de voir les gens me regarder tout rouges de gêne et tenté de ne pas fixé sans tout à fait réussir.

De toute j'ai jamais été gênée de mon léger bronzage, on m'as toujours dis que cet air sauvage m'allais bien donc c'est tout.

Cela dit, j'ai un peu faim... Et puis après tout, il me reste un moment avant d'avoir à retrouver Lib pour les cours...

...Ou Gil pour la traque...

Bah tagada tagada tsouin tsouin hein! J'entre dans une taverne sans me posé plus de questions, au pire l'habit va attiré les regards, je suis habituée et je suis sobre, donc pas à m'en faire, ils risquent pas de penser que j'ai bus et que donc je suis facile.

Et s'ils risquent le coup, le coup risquera pas de les manqués, lui..!


Hark how the bells,
Sweet silver bells,
All seem to say,
Throw cares away.

Christmas is here,
Bringing good cheer,
To young and old,
Meek and the bold.

Ding dong, ding dong,
That is their song,
With joyful ring,
All caroling...

Je croyais jamais que je me retrouverais dans une telle situation en entrant dans l'endroit...

Dire qu'un simple habit ferait un tel effet.

Tout le monde dans l'établissement, devant moi, me fixent, certains s'approchent à pas de loup...

Je me place en position, un plan en tête...

Si je me plante, j'aurais pas de seconde chance.


One seems to hear
Words of good cheer
From everywhere
Filling the air.

Oh how they pound,
Raising the sound,
O'er hill and dale,
Telling their tale.

Gaily they ring
While people sing
Songs of good cheer,
Christmas is here...

Je saute, une pirouette impressionnant avec un tour en vis complet sur moi même dans les airs en remerciant mes cours de gymnastique avant de retomber sur mes pieds.

Je fait les deux pas qu'il manque alors qu'elle se retourne au dernier moment, sur le point d'éviter par réflexe la masse de mon corps qui s'est élancé vers elle...


Merry, Merry, Merry, Merry Christmas.

Merry, Merry, Merry, Merry Christmas.

On on they send,
On without end,
Their joyful tone
To every home.

Ding dong...
Ding dong...


Ding dong...

Ding dong.

Hark how the bells,
Sweet silver bells,
All seem to say,
Throw cares away...

Plouf sur les lèvres d'Aivy pour ponctuer mon chant.

Sboom sboom bon!

Dire que je me retrouverais à chanter des chansons de noël pour tout ces gens, puis à remarquer Aivy alors qu'elle entrait justement!

Uno perfecto momento, comme dirait l'autre!

Je décolle mes lèvres des siennes en la fixant un instant, elle ne m'aurait surement pas reconnue au premier coup d'oeil, avec mon accoutrement corset, jupe et demi cape de noël.

SURPRISE!

Bon du coup le baisé à rendu l'audience complètement folle, mais dans le bon sens, on vois qu'ils l'envie pas mal hein!

Du coup je recule une seconde en balançant lentement la tête de gauche à droite, invitation pour mon amie à me rejoindre dans une jolie petite danse de noël, en ponctuant le rythme lent de cette partie de chanson de petite onomatopées.


La la la dadadam da da daladadadada, dam ladadam dadam da...

En Tsukia, les amis, ça veut dire ''Tu viens, jolie Aivy?'' !

HRP:
 

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aivy Sil'Lucans
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 251
Citation : « Trompe-toi, sois imprudent. Tout n'est pas fragile. N'attends rien que de toi, parce que tu es sacré. Parce que tu es en vie. Parce que le plus important n'est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d'être. »
Date d'inscription : 24/04/2015

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Greffe: Non
Signe particulier: //

MessageSujet: Re: J'ai vu Aivy embrasser la mère noël..! (PV Aivy)   Dim 25 Déc 2016, 20:16

Un pas après l'autre, Aivy avançait péniblement dans la neige. Par la Dame, ce que ce truc pouvait être envahissant ! Non contente d'être particulièrement collante ce soir, la poudreuse revêtait un long manteau d'une bonne vingtaine de centimètres de haut, de quoi décourager les pieds des plus téméraires.

L'apprentie, elle, n'avait plus de bonnes bottes depuis que Méryna lui avait volé la dernière paire chaude qu'elle possédait. Sans rancune, évidemment. Elle n'avait pas eu le temps de se rendre compte de la supercherie que sa petite sœur s'était déjà enfuie par la fenêtre, et l'oeil amusé de Syles et Rybris lorsqu'ils l'avaient vue débarquer pieds nus en bas de l'auberge n'avait rien eu de réconfortant. Elle se contentait donc de vieilles bottes abîmées sur les bords, dont la semelle usée jusqu'à la corde ne protégeait en rien de l'atmosphère glaciale du mois de décembre.

Mais qu'à cela ne tienne, sa sœur en avait sans aucun doute plus besoin qu'elle. Ses conditions de vie étaient bien plus dures que celle de la jeune femme.

Peinant à avancer dans ses bottes qui ne la protégeaient pas, Aivy soupira de soulagement quant apparut la silhouette bienveillante de la taverne dans laquelle elle devait rejoindre Tsu. Le mot qu'elle lui avait laissé au pas de sa porte était énigmatique, et la perspective de cette rencontre encore plus. L'apprentie ne savait pas même quand elle devait rejoindre son amie et consœur, et avait pour seule indice une petite adresse griffonnée sur un papier rouge et blanc. L'invitation semblait claire, Tsukia souhaitait passer les fêtes là-bas... Avec elle ? L'idée l'avait fait rougir plus que de raison.

Après tout, son cœur n'était pas encore tout à fait prêt.

Mais sa famille lui manquait, et le dilemme s'était montré cruel. Les fêtes de l'hiver étaient la seule période pendant laquelle l'ensemble de sa famille était susceptible d'être réunie, et cette étrangeté nouvelle appelée "Noël", amenée depuis quelques années par une bande d'illuminés ("Pour l'argent, chérie, c'est tout pour l'argent !", d'après la vieille Maya) était devenue, au fil des ans, un véritable symbole d'unité familiale. Entre amour et famille, Aivy s'était trouvée bien incapable de trancher.

Finalement, le destin avait décidé pour elle. La dernière lettre qu'elle avait reçue de la part d'Altan, écrite à l'encre bleue et non noire, avait spécifié que l'ensemble de la petite famille allait passer la fin de l'année et le Nouvel An dans un cottage nouvellement acheté près de la jungle d'Hulm, loin d'Al-Vor et de son agitation, unie par le besoin de se retrouver dans son intimité. Son frère ajoutait qu'il savait plus où moins où se trouvait Aivy, et qu'au vu de la distance énorme à parcourir, il comprenait si elle ne les rejoignait pas cette fois, et se consacrait entièrement au chemin qu'elle avait choisi.

Dépourvue d'autre alternative, la jeune femme s'était donc élancée dans un voyage de plusieurs jours vers Al-Poll - qui n'était, au final, pas tellement plus proche de l'Académie que ne l'était la Jungle d'Hulm, mais, qui pouvait le savoir ?, dans l'espoir de retrouver Tsukia, et d'éclaircir quelques points.

Une fois devant l'auberge du rendez-vous, qui n'arborait étrangement aucune plaque dénominative, l'apprentie souffla un bon coup, ré-ajustant sa large besace ronde, et pénétra dans l'établissement...

... Pour y trouver une Tsukia déchainée qui sauta sur elle et l'embrassa immédiatement.

Le baiser fut bref, mais intense. Aivy ne rougit pas, mais sentit la chaleur monter en elle. La douceur des lèvres de son amie et amante fit subitement tomber toute la tension et toute l'angoisse qu'elle avait accumulées ces derniers jours tant la perspective de cette rencontre l'inquiétait.

Quand elle sortit de sa torpeur, elle constata avec ébahissement la tenue de Tsukia, et se contenta d'un sourire. Ce n'était ni plus ni moins qu'une nouvelle frasque Tsuesque, et personne n'avait rien à y redire. Devant l'ensemble des consommateurs qui avaient les yeux rivés sur elles deux, elle se contenta à nouveau de sourire, et de constater avec plaisir qu'une fois qu'elle était avec la fille de son cœur, personne n'avait rien à redire sur rien, et que cette sensation était décidément la meilleure qui fut au monde.

Puis il fallut danser au rythme d'une musique endiablée, sans même s'être préparée. Aivy oublia bien vite ses pieds gelés et son énorme sac rond qui lui avaient tant pesé durant le voyage, et s'élança à la suite de Tsu, réchauffée par l'atmosphère. Au centre de l'auberge, une dizaine de voyageurs avaient déjà commencé à donner de la voix pour accompagner les violons en tapant des mains. L'ambiance, presque irréelle, emporta la jeune femme dans un tourbillon de bonne humeur, et elle se colla à l'autre apprentie du groupe sans cesser de sourire.

Elles dansèrent longtemps, jusqu'à ce qu'épuisées, elles sortent de la ronde en riant, se dirigeant vers le comptoir d'un commun accord pour demander de quoi se restaurer. Aivy n'avait pas quitté Tsukia des yeux, et n'hésita pas à l'embrasser tout en l'attirant contre elle dès qu'elles furent posées au bar. Ni les yeux ronds de la tenancière face aux amours de deux personnes du même sexe, ni même la musique derrière elles qui reprenait de plus belle n'eurent raison de son envie, et elle se prit à approfondir le baiser tout en laissant doucement balader ses mains sur le corps à demi-nu de la mère Noël improvisée.


- Alors ?, murmura-t-elle à son oreille, toujours pressée contre elle. Qu'est-ce qui me vaut l'honneur d'être invitée dans une auberge sans nom au milieu de nulle part, accompagnée de la plus belle des femmes de tout l'Empire ?



Spoiler:
 

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 233
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: J'ai vu Aivy embrasser la mère noël..! (PV Aivy)   Mar 27 Déc 2016, 16:11

Pour tout les autres, je continue de rire en avançant puis en fermant la porte de la chambre que j'ai loué juste avant d'être entraîné dans le chant, pour tout les autres tout semble ''normal'' ou du moins aussi normal que je puisse le sembler.

Pour tout les autres, mais pas pour ma vyvy hein! Elle comprends vite que c'est la comédie quand je garde un oeil dehors par la porte après avoir examiner la chambre dans tout les coins...

...Et semble se demander ce que je fais pendant un instant, instant avant que je lui révèle ce que je fais, justement.


Je ne t'ais laissé aucune invitation, Aivy, je ne savais même pas où tu étais...

... Et si je ne t'ais pas envoyer d'invitation...


Quelqu'un d'autre l'a envoyer. Et si quelqu'un d'autre l'a envoy--

J'évite de justesse le coup de dague qui aurait été mortel si ce n'était de mes réflexes entraînés depuis le plus jeune âge.

Mon assaillant frappe à nouveau, un coup aussi rapide que précis, une feinte pour sa seconde main qui tente de m'atteindre avec sa lame que j'évite de si près que je la voie briller.

Bleu, elle brille bleu. Poison donc, on y mets une goûte de colorant pour ne pas se tromper avec un liquide de même couleur.

Je sais pas s'il est mortel, mais je veux pas vraiment tester.

Les coups sont précis, en théorie cette personne pourrait me tuer.

En théorie...


Whoa Black Betty, bam-ba-lam,
Yeah Black Betty, bam-ba-lam,

Black Betty had a child, bam-ba-lam,
Damn thing gone wild, bam-ba-lam.

She's always ready, bam-ba-lam,
She's all rock steady, bam-ba-lam,
Whoa Black Betty, bam-ba-lam,
Yeah Black Betty, bam-ba-lam...

ALRIGHT..!

...Mais pas en pratique.

Les coups sont théoriques, justement, ça démontre que si toute la théorie du combat à été absorber, mon assaillant n'as que très peu d'expérience en véritable combat.

Tout le contraire de moi quoi, même la théorie, je l'ais absorber par la pratique, pas le choix à la citadelle, on s'en fiche de savoir si tu peux écrire un livre sur la guerre, ce qui importe c'est si tu peux la gagner, cette guerre, justement.

Après t'auras le temps d'écrire ton bouquin, voilà.

Du coup je décèle enfin ce que j'attendais.

La faille tant attendue.

Si cette personne avait plus de pratique, elle aurait vu cette faille et l'aurait fermé, mais voilà, sur papier, c'est pas une faille, simplement un mouvement pour changer de posture et préparer la prochaine attaque.

En pratique, c'est une GROSSE faille.

Dans laquelle je me glisse tel un serpent, appliquant la pression nécessaire derrière les genoux de l'assassin pour qu'il tombe par terre, puis je tente de-- Ah merde, il roule par terre. Je roule avec.

Du coup c'est bataille de gnons, il a plus ses dagues et moi j'en ais pas besoin.

Donc voilà, on roule en échangeant les coups, jusqu'à ce que je réussisse à me relever juste attends pour-- AÏE!

Woah, ça a dut faire mal, c'était ça que j'évitais justement, il vient de se prendre la tronche dans un meuble, l'assassin... Doit être habituer à avoir l'avantage de la surprise, me dis-je en l'attrapant pendant qu'il est sonné pour lui croisé les mains dans le dos et lui enlever sa stupide capuche pour mieux voir là--

Bon qu'est-ce qu'il y a, ENCORE?! Pourquoi Aivy a l'air surprise maintenant? Et pourquoi l'autre assassin évite son regard--

AH non, pas assassin, assassine... C'est une fille ! Une jolie jeune fille de... Ben je connais pas son poids mais peut importe, la blague est pas drôle de toute.


Tu la connais..?

Parce que c'est une vraie anguille! Elle se tortille dans tout les sens!

HRP:
 

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aivy Sil'Lucans
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 251
Citation : « Trompe-toi, sois imprudent. Tout n'est pas fragile. N'attends rien que de toi, parce que tu es sacré. Parce que tu es en vie. Parce que le plus important n'est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d'être. »
Date d'inscription : 24/04/2015

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Greffe: Non
Signe particulier: //

MessageSujet: Re: J'ai vu Aivy embrasser la mère noël..! (PV Aivy)   Dim 29 Jan 2017, 20:49

- Je ne t'ai laissé aucune invitation, Aivy, je ne savais même pas où tu étais... Et si je ne t'ai pas envoyé d'invitation...

Palpitation du coeur.
Brutale.

Tsukia évite de justesse la lame destinée à lui trancher la gorge.
Aivy retient son souffle, un cri bloqué dans la gorge.

Ses yeux se plissent alors que son regard croise celui de l'assaillant.



*Non...?*


***


Elle était là.
A genoux devant elle, sous l'emprise de la fille qui avait fait chavirer son cœur.

Celle qu'elle avait à toux prix tenté de retrouver, de ramener à la raison. Aivy détailla doucement le visage de sa sœur : il n'avait pas bougé. Quelque chose dans son regard, en revanche, avait changé. Quelque chose de sombre, indicible, et terriblement angoissant.

La question de Tsukia ricocha comme une pierre dans son esprit alors qu'elle passait au crible cette gosse à l'esprit beaucoup plus fragile qu'elle ne voulait bien le laisser croire. Méryna avait beau cacher ses faiblesses du mieux qu'elle le pouvait, l'apprentie restait sa grande sœur et avait parfaitement compris où elle voulait en venir en se comportant de la sorte avec elle. Jouer les ennemis publiques ne lui allait pas du tout, pourtant il fallait admettre qu'elle s'en sortait remarquablement bien.

Une autre chose qu'Aivy avait commencé à comprendre quand Méryna lui avait sauté à la gorge pour la première fois était qu'elle ne pouvait et ne voulait plus revenir en arrière. Qu'elle le veuille ou non, la rousse faisait partie du passé de cette enfant et rien ni personne ne pourrait le changer. Cette perspective la terrifiait purement et simplement sans qu'elle n'arrive à s'y faire. Pourtant, elle aussi se battait.

Contre elle-même, et contre le monde entier, à maudire un sort qu'elle ne pourrait jamais avoir sous contrôle.

La jeune femme lâcha un soupire et, pour la première fois face à sa petite sœur, elle laissa son regard onyx se recouvrir d'un voile de tristesse.


- Tsukia, je te présente Méryna Sil'Lucans... Ma petite sœur, rajouta-t-elle dans un souffle.

La nausée lui monta d'un coup tant la fraternité supposée les lier lui sembla fausse.


- Je te l'ai déjà dit, répondit sèchement Méryna, incroyablement calme d'apparence mais dont le regard trahissait le bouillonnement interne, je ne suis plus de ta famille. Si tant est que je l'ai un jour été. Tu as simplement eu de la chance que celle-là m'ait vue, sinon tu aurais déjà dit bonjour aux poissons...

Aivy ne tiqua même pas. Son visage ne se montra pas d'humeur à jouer une nouvelle fois la confrontation.
Son cœur, en revanche, fit un bond de plusieurs mètres dans sa poitrine, et elle serra le poing devant la révélation.

Si les exercices de méditation imposés par Charm avaient eu un bon nombre d'effets étranges sur sa psyché au cours des derniers jours, ils avaient au moins eu le mérite de lui faire voir clair sur la nature profonde du problème que représentait la trahison de Méryna, son appartenance aux Mercenaires du Chaos et, comme si cela n'avait pas été assez, son désormais très clair désir de mettre fin à l'existence de sa grande sœur.

Décidée à mener sa tâche à bien, cette dernière remua sauvagement d'un coup et, profitant de l'effet de surprise, asséna un violent coup de tête qui vint cueillir Tsukia dans le ventre, ce qui eut pour effet de lui faire lâcher les mains prisonnières.

Une seconde.

Assez de temps pour que Méryna récupère sa lame et se jette sur Aivy.

Par réflexe, celle-ci se jeta sur le côté pour l'éviter, et s'engagea alors dans un affrontement qu'elle avait souhaité éviter depuis le début. La jeune femme lança un regard entendu vers Tsu, histoire de lui faire comprendre qu'il ne fallait qu'elle intervienne qu'en cas de grand danger.

C'était son combat, après tout.
Ce qu'elle avait compris en méditant...

Clac.
La lame de Méryna vint trouver le bois du comptoir, faisant de nouveau reculer Aivy et paniquer un peu plus l'assemblée. Aussi rapidement qu'elle le put, l'apprentie Marchombre dégaina sa propre drague et partit à la rencontre de l'acier trempé.

Le chuintement des lames envahit la pièce alors que les deux jeunes femmes glissaient dans l'air entre les coups. Si l'on ajoutait le fait qu'elles ne se ressemblaient en rien physiquement, personne n'aurait pu savoir qu'elles étaient directement liées par le sang.

Le coeur au bord des lèvres et le sang battant dans les tempes, Aivy sauta, para, frappa et esquiva tour à tour, nourrie par le secret espoir de parvenir à maîtriser sa petite sœur sans la blesser sérieusement. Méryna, en revanche, semblait avoir totalement abandonné l'idée de repartir sans avoir fait de mal à l'apprentie. Elle n'avait même pas pris la peine de lui dire pourquoi elle en voulait à sa vie. Mais ce n'était pas la peine... La victime du jour avait tout compris.

Enfin, au bout d'un moment qui lui sembla une éternité, Aivy vit une ouverture : un genou mal placé, bancal, signe d'inexpérience en affrontement direct. La jeune femme sauta sur l'occasion, prenant son appui du pied gauche sur un tabouret tout proche, et venant percuter de plein fouet grâce à l'élan et du talon droit la cible choisie. Acculée par le manque d'équilibre, Méryna tomba en arrière, et sa grande sœur se précipita par-dessus elle pour lui maintenir fermement les poignets de ses propres mains et les jambes grâce au poids de son corps.

Alors, seulement, elle s'aperçut des larmes qui venaient d'envahir ses yeux, et du tremblement frénétique de ses mains contre celles, trop frêles, de sa petite sœur.


- C'est cette Iké qui t'envoie ?! Pourquoi, dis ? Qu'est-ce que je t'ai fait ? QU'EST-CE QU'ON T'A FAIT ?!

Le cri sortit seul.
Incroyable dans son désespoir.

Et Méryna, face au désarroi d'Aivy, se contenta de sourire.

Et de dégager violemment son bras droit, profitant de la faiblesse temporaire de la jeune femme qui la tenait.
Pour venir planter sa lame droit dans la chair au niveau de l'épaule.

Aivy hurla.
La douleur la tétanisa une seconde, puis revint comme un coup de fouet envahir son bras entier, la forçant à lâcher prise. Méryna en profita pour se relever souplement, prête à asséner un nouveau coup...

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 233
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: J'ai vu Aivy embrasser la mère noël..! (PV Aivy)   Lun 13 Mar 2017, 04:15

...Pour se faire balayer d'une claque monumentale à la tempe, courtoisie d'un hamster-humain.

Je sais pas ce que tu lui veux, mais on ne blesse pas ma Vyvy, encore moins la faire douter d'elle même alors--

Et elle repasse à l'attaque avec rage... Je dois l'avouer, elle est presque douée...

Presque.

Parce qu'elle as aucune expérience en combat, comme je l'ais réaliser avant...

Et du coup j'évite et je pare sans problème.

Elle tente de s'approcher de Vyvy et je lui coupe le chemin pour la repousser, puis lui sauter dessus, elle n'as pas le choix de lâcher son arme pour rouler sur le plancher un instant, et je réussis à me placer au dessus d'elle, assise sur son torse.

J'évite un coup en bougeant légèrement la tête de je lui assène plusieurs coups en réponse, puis un court, sec, violent, droit sur le nez... Qui la fou K.O.

Lui ais peut-être briser le nez, donc je vérifie en touchant... Bah ouais, je lui replace de mes mains avant de l'asseoir, question qu'elle ne se noie pas dans son propre sang, puis je'attrape une corde dans mes affaires, non loin du lit, et je l'attache solidement... Saucisson, tient, maintenant tu bouge plus.

Je me dirige vers Vyvy, qui est mal en point, et regarde la blessure... Bon, elle semble avoir manqué tout ce qui est important, bonne preuve de son manque d’expérience, mais pas de beaucoup, un peux mieux ajusté et--

Bon pour le coup on s'en fou, lui faut un rêveur...

Je fais ce que je peux pour éviter qu'elle se vide de son sang et j'ouvre la porte de la chambre... Ah, tu tombe bien toi, me dis-je en voyant un autre client de l'endroit passer.


Hep, tu peux me trouve un rêveur s'il te plait? Ma copine est mal en point, si tu reviens avec un bon rêveur qui pose pas de questions, donc un vrai de vrai, je te donne trois pièces d'or okay?

Regarde moi pas comme ça, okay alors, si j'ai pas l'argent à ton retour tu peux faire ce que tu veux de moi pendant deux mois, ça te va ça?


Pas besoin d'attendre de réponse, il as déjà descendu les escaliers... Bon pour le coup je retourne voir Vyvy et m'occuper d'elle... Faut que mes maigres connaissances en médecine l'empêche de se vider de son piti sang de Mignonne petite Vyvy...

"Girl, I've made a life out of readin' people's faces,
Knowin' what the cards were by the way they held their eyes...

So if you don't mind me sayin' I can see you're out of aces,
For a taste of your whiskey I'll give you some advice..."

Le rêveur entre, l'autre imbécile se lèche les lèvres puis me regarde déçu avant de partir quand je lui lance son argent... Tu est pas assez classe pour être ma première fois, imbécile de service...

So I handed him my bottle,
And he drank down my last swallow...

Then he bummed a cigarette,
And asked me for a light.

And the night got deathly quiet,
And his face lost all expression...

He said, "If you're gonna play the game, girl,
You gotta learn to play it right...''

Monsieur rêveur pose pas de question, comme je voulais, et bientôt la blessure de Vyvy est guérie... Mais il insiste pour rester afin de s'assurer qu'elle se réveille sans problèmes... Ce qu'elle fait un instant plus tard, puis me fixe une seconde, puis la nana attacher qui commence à se tortiller, elle s'est réveillée aussi, puis le rêveur qui l'étudie...

Ouais, pas plaisant de tomber dans les pommes à cause d'une blessure hein, Vyvy?

Bon, pour le coup faut savoir quoi faire de l'autre saucisson, me dis-je alors que le rêveur demande à Aivy comment elle se sent, si elle as mal quelque part, puis lui explique sa blessure et tout le tralala normal...

Je pourrais toujours l'interroger, les interrogation, c'est comme jouer au poker et je joue très bien..!


''You've got to know when to hold 'em,
Know when to fold 'em...

Know when to walk away,
Know when to run.

You never count your money,
When you're sittin' at the table...

There'll be time enough for counting,
When the dealin's done.''

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
J'ai vu Aivy embrasser la mère noël..! (PV Aivy)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chasse entre mère et fille
» LA TARTE AUX EPINARDS (comme celle de ma mère)
» Remèdes de grans mère (santé)
» Rien pour écrire à sa mère...
» Ce qui ne peut être évité, il faut l'embrasser.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Nord :: Al-Poll-
Sauter vers: