AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Groupe Furdh - Cours n°2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 734
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Groupe Furdh - Cours n°2   Jeu 16 Fév 2017, 07:13

Libertée poussa un profond soupir.
Se passant les mains dans les cheveux, devant le miroir, elle pestait contre ses mèches blondes et rousses qui se mêlaient autour de ses doigts de manière totalement désordonnées. Quand elle n’y touchait pas, ils lui tombaient déjà sous les oreilles, mais cela n’avait aucune structure, c’était prodigieusement agaçant.
Finissant par abandonner la bataille, elle secoua la tête et se tourna pour attraper ses vêtements sur le sol.

Un coup d’oeil sur sa droite lui apprit que Phel s’était aussi réveillé et la fixait d’un regard un peu trop… protecteur. Elle frissonna un instant, avant de s’habiller sous les yeux du Frontalier qui ne les avait pas détournés d’elle. Poussant un petit soupir, la marchombre finit par se redresser après avoir enfilé son short trop court qui dévoilait le bas de ses fesses. Elle glissa sur sa peau un débardeur à bretelles fines, le plus simple possible, d’un rose pâle qui faisait écho à ses yeux.


- Tu es toujours aussi parfaite, tu sais.

Libertée haussa les épaules. Elle se sentait mieux, oui, mais ce n’était pas encore quelque chose dont elle avait absolument envie de parler. Elle se sentait toujours étriquée dans son corps qui avait du mal à suivre les entraînements intenses qu’elle lui imposait quotidiennement, pour devenir plus fort, plus endurant.
Elle ne pouvait plus compter sur ses cheveux, sur sa greffe, pour l’aider. Au delà du fait qu’ils étaient trop courts pour ça, elle ne parvenait que trop rarement à se connecter à sa bulle intérieure pour pouvoir les sentir, comme elle le faisait avant.
Elle n’était pas capable de dire si c’était à cause de leur longueur raccourcie ou si cela venait de sa propre insécurité et de son déséquilibre intérieur.

Mais une chose était certaine : plus elle s’entraînait, et mieux elle allait.
L’exercice réveillait de vieux souvenirs, de vieilles habitudes. Elle se sentait en accord avec le moment présent et poussait ses muscles, son corps entier, dans ses derniers retranchements depuis des semaines. Tant et si bien qu’elle avait repoussé ses propres limites physiques et qu’elle en côtoyait de nouvelles chaque jour, et qu’elle n’avait jamais été plus forte, plus rapide, plus résistante.
Jamais elle n’avait été plus fine, plus sèche, non plus d’ailleurs. Le contour de ses muscles se dessinait avec précision sous sa peau, démontrant le peu de gras qu’il pouvait lui rester.

Mais elle baignait dans une énergie sans cesse renouvelée par les défis qu’elle se lançait - et qu’elle parvenait à relever.


- Tu vas voir Suviyo ?
- Non, pas aujourd’hui. Je rejoins mes apprentis, on part pour plusieurs semaines.


Surpris par cette annonce, Phel se redressa dans le lit en s’étirant comme un chat.

- Merci de me prévenir.
- Tu le sais, maintenant !


Elle se pencha pour laisser ses lèvres effleurer celles du Frontalier.
Avant de disparaître.
Seul le courant d’air filtrant de la porte de la chambre tint compagnie à Phel.

♥ ♥ ♥

Courant à toute vitesse, à en perdre haleine, Libertée se dirigeait droit vers l’académie. Elle avait enfin décidé d’y retourner. Non pas qu’elle ait peur d’y voir Erwan, au contraire. Elle savait, de manière totalement irrationnelle, qu’il ne lui en voulait pas et qu’il comprenait. Après tout, il l’avait toujours poussée à faire ses choix à elle, et avait décidé de rester simplement ami, avant qu’ils ne retrouvent Gil et Tsu, avec sa mère.

Elle courait cependant trop vite, à un rythme trop appuyé, pour s’autoriser un soupir et accéléra de plus belle. Elle était partie comme une voleuse, avait rejoint Al-Chen où elle s’était installée pour quelques semaines, avant que Phel de la retrouve à un bar, par pur hasard, un soir.

Ils s’étaient alors éloignés de la ville et elle avait commencé à panser ses blessures. Vraiment. Elle avait laissé Suviyo à ses parents pour tout ce temps, expliquant autant à son père que sa mère qu’elle n’avait aucun soucis avec le fait que Gil puisse vouloir voir la petite - ou même l’emmener avec lui, même si elle doutait qu’il le veuille. Elle savait que sa fille s’épanouirait bien mieux avec ses parents qu’avec elle, qui se sentait brisée et tentait de se reconstruire petit à petit.

Secouant la tête, elle ne ralentit que lorsque le chemin se transforma en dalle, celle de devant les écuries de l’académie. C’était là qu’elle avait donné rendez-vous à Tsukia et Aivy. Elle ne savait pas trop dans quel état elle allait retrouver ses apprenties, et se promit intérieurement de ne plus les laisser seules livrées à elles-mêmes pendant si longtemps jusqu’à la fin de leur apprentissage.
Enfin.
Ça dépendait.

Mais pas pour ces raisons-là.
Elle avait eu besoin de se retrouver un minimum avant de les retrouver, elles, tout simplement. Car pour enseigner, il faut être au clair ; et même si les faiblesses font partie de la vie, elle voulait porter ses apprenties, et non pas se faire tirer.

Un sourire étira ses lèvres alors qu’elle s’arrêtait tout à fait, les poumons en feu et les jambes presque coupées. Elle brillait de transpiration et son débardeur pastel collait à sa peau, devenu légèrement transparent car humide, dévoilant les formes de son ventre aux abdos dessinés malgré la grossesse pas si éloignée que ça.
Haletante, elle prit le temps d’étirer ses muscles en attendant les deux jeunes filles.

En fait, elles lui manquaient.

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aivy Sil'Lucans
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 251
Citation : « Trompe-toi, sois imprudent. Tout n'est pas fragile. N'attends rien que de toi, parce que tu es sacré. Parce que tu es en vie. Parce que le plus important n'est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d'être. »
Date d'inscription : 24/04/2015

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Greffe: Non
Signe particulier: //

MessageSujet: Re: Groupe Furdh - Cours n°2   Jeu 16 Fév 2017, 22:06

L'Académie lui avait manqué.

Sa chambre n'était pas bien grande, et se trouvait au fond d'un couloir particulièrement pénible à traverser à cause de son étroitesse. les architectes n'avaient pas été très tendres en bâtissant l'étage des dortoirs, mais ils avaient au moins fait en sorte que chaque élève ait son propre espace de vie. Un espace réduit, certes. Mais un véritable lieu de possibilités pour Aivy. Ses toiles, posées de manière nonchalante dans un coin, mêlées à ses pots de peinture et ses pigments rendus durs par son absence, l'attendaient comme un reflet d'avenir. Des dessins posés çà et là, qu'elle n'avait pas pris le temps d'arranger avant de partir vers Al-Jeit, renfermaient encore un monde de création.

Mais ce n'était pas cet avenir-là qu'elle était venue chercher.

En pénétrant à l'étage, son barda sur le dos et la fatigue sur ses yeux après un long voyage de retour à dos d'Uranie, elle avait soupiré. Non pas d'agacement, comme avec Gil, mais de nostalgie. Elle ne s'attendait pas à tomber sur ce qu'elle vit.

Un mot sur sa porte.
Et un monde de promesses.





***




Libertée était revenue.

La nouvelle avait fait l'effet d'une bombe dans son cœur. Inattendue, puissante. Aivy avait d'abord pensé qu'elle tombait comme un cheveu sur la soupe, après une montagne d'épreuves dont son maître ne soupçonnait sans doute pas l'existence. Puis les mots de Giliwyn lui étaient revenus en mémoire, et elle avait simplement souri. Lib, ignorer quelque chose ? C'était impossible. Elle comprendrait au premier coup d'oeil que ses deux apprenties avaient traversé un véritable désert de complications... Et en étaient sorties vainqueurs.

Les cicatrices sur son avant-bras gauche ne partiraient sans doute jamais ; elle les avait voulues dures, profondes. Aujourd'hui, elle regrettait profondément d'avoir abîmé son corps. C'était pourtant le regard tourné vers l'avenir que la jeune femme avait décidé de reprendre le chemin du seul endroit qu'elle pouvait désormais considérer comme chez elle. Elle n'oublierait pas, mais n'avait plus aucune raison de s'attacher à ces marques. Le doute quant à leur devenir subsistait encore dans son esprit. Elle savait que Charm pouvait les lui enlever d'un simple Rêve.

Elle n'était juste pas tout à fait sûre de le vouloir à cent pour cent.

Abandonnant ses pérégrinations mentales, l'apprentie se concentra sur le visage qu'elle voyait dans le miroir de la petite salle de bains qui terminait l'étage. Elle n'avait pas beaucoup changé depuis son arrivée. En réalité, ses traits étaient restés exactement semblables. Ses cheveux, seulement, étaient un peu plus proches du rouge que du roux en cette période de l'année, et au fond de ses pupilles couleur onyx brillait désormais une lueur de détermination qu'elle n'avait pas vue depuis des années. Le retour de son maître l'avait retapée à bloc, et la perspective de la reprise de sa formation l'enchantait et l'effrayait en même temps.

Comment allait agir Tsukia, à présent ? Leur relation n'était toujours pas claire. C'était pourtant en tant qu'amie, amoureuse et amante qu'elle avait présenté Aivy à Gil, cette nuit d'orage au cours de laquelle elle s'était engagée dans une aventure aussi follement dangereuse que palpitante... Qu'en était-il, à présent ? La jeune femme se mordit la lèvre inférieure, achevant d'attacher ses longs cheveux - qui atteignaient désormais ses mollets une fois libres - en une fine natte en épi de blé. Ses vêtements étaient souples, ses bottes neuves et son moral sans bavure. Tout allait pour le mieux, en apparence.

L'apprentie eut un fin sourire. Il était temps de laisser les apparences prendre le dessus.

La porte claqua doucement derrière elle, alors qu'elle s'engageait vers le fond du couloir.
Glissant comme sur une piste de danse.





***




L'écurie semblait vide, à cette heure-ci. Une pomme dans la poche pour Uranie, qu'elle projetait désormais sérieusement d'adopter auprès de l'Académie, à défaut de pouvoir se payer un cheval chez un marchand professionnel, et un rien d'appréhension dans le cœur, Aivy avança vers l'entrée.

Vers Libertée, qui l'attendait de pied ferme, un véritable sourire sur le visage.

Alors, sans réfléchir, la jeune femme s'élança vers elle.
La serra dans ses bras, comme on serre un membre de sa famille revenu d'un long voyage.


- Bon sang, mais tu étais passée où...?

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 235
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: Groupe Furdh - Cours n°2   Jeu 23 Fév 2017, 07:46

Parfois, la vie vous changent.

Sans demander votre avis, sans demander son reste, sans rien demander.

Elle vous changent.

Des événements s’enchaînent et démontre votre faiblesse et ça vous changent au plus profond de vous mêmes.

Bon, moi je suis toujours la même boule de hamster, me dis-je, tête en bas, tenue par les jambes à une branche, mais parfois la vie vous changent, voilà...

C'est pas que je ne puisse être changer par force ou même volonté...

...C'est juste que je suis trop folle pour ça.


And I’m crazy,
But you like it...

‘Cause the kinda girl like me,
They're running out of in the market.

Je regarde l'ombre de l'arbre auquel je suis accrocher un instant... Mon dieu déjà si tard..? Ou en fait si tôt, vu que j'ai pas dormis beaucoup, me suis habituer à avoir très peu de sommeil pour ma couverture d'ailes de corbeaux...

Je me laisse tomber, roulant en boule dans les airs pour tomber sur mes pieds, puis je marche vers le lieu de--- Nan, marcher c'est trop... Normal.

Je remonte donc mes mains le long de mes jambes, puis de mes hanches et je souris en avançant.

Je danse jusqu'au point de rendez-vous... C'est tellement plus...

...Moi.


You're a good soldier,
Choosing your battles...

Pick yourself up,
And dust yourself off,
And back in the saddle...

You're on the front line,
Everyone's watching...

You know it's serious we're getting closer,

This isn't over.

J'arrive au point de rendez-vous juste à temps pour voir Liblib se bouffer un câlin de Vyvy... OUAIIIIISSS!!! CÂLIN LA LIB!

Je saute dans le tas, nous faisant un peu tomber à la renverse sous le choc pour les serrer toute les deux dans mes bras en ronronnant comme un chaton.

C'est trop bien d'être ici, comme ça, tranquille...

...Mais j'ai besoin d'action alors je me relève et aide mes deux compagnes de câlin à faire de même d'une main chacune et me place devant notre maître... Elle me fixe un instant, ouais hein? Ça change, de jouer à l'envoleuse, de sauver ton cabochard de.... Ex petit ami..?

Bref, avec ces vêtements j'ai sûrement plus l'air d'une envoleuse séductrice que d'une apprentie marchombre... Mais je sais pas, j'aime, ça fait un peu... Kaünis... Mais en plus... Moi.


Ça roule en boule, Liblib?!

Son sourire semble s'illuminé un petit peu, quoi elle avait pas oublié que j'étais tarée, tout de même!

Je vois qu'Aivy me fixe un instant aussi... Elle semble toujours un peu plus incertaine de mon nouveau look, donc je lui pique un clin d'oeil en faisant deux pas de danse pour me poster prêt d'elle, en rang, la frôlant un instant...

Peut importe mon style, peut importe l'endroit...

...Si t'as besoin, je suis là pour toi...


Baby I would climb the Andes solely,
To count the freckles on your body.
Never could imagine there were only,
Ten million ways to love somebody.

Can't you see..?

I'm at your feet..!

Whenever, wherever,
We're meant to be together.

I'll be there and you'll be near,
And that's the deal my dear..!

There over, hereunder,
You'll never have to wonder.

We can always play by ear,
But that's the deal my dear..!

Je fixe ensuite Liblib, elle aussi as changée, depuis que je l'ais vue pour la dernière fois... Me demande si Gil lui manque..?

Bon je lui demanderais pas de voix haute, du moins pas maintenant, mauvais timing, mais tout de même...

Je sais la réponse de Gil à la question ''Regrette-tu Lib?''.

Faudrait savoir celle de la dite Lib...


Lucky that my lips not only mumble,
They spill kisses like a fountain.

Lucky that my breasts are small and humble,
So you don't confuse them with mountains.

Lucky I have strong legs like my mother,
To run for cover when I need it.

And these two eyes that for one other,
The day one leave will cry a river...

Alors Libilibiliblib, c'est quoi le plan pour cette fois?!

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 734
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Re: Groupe Furdh - Cours n°2   Ven 24 Fév 2017, 23:21

Elle entendit le pas d'Aivy bien avant de la voir.
Mais lorsque son regard put accrocher la chevelure de feu de son apprentie, cette dernière se précipitait déjà sur elle à toute allure, et Libertée eut tout juste le réflexe d'ouvrir les bras pour accueillir la jeune femme contre elle…

- Bon sang, mais tu étais passée où …?

Libertée eut un sourire, mais avant qu'elle n'ait pu répondre à Aivy, un autre boulet de canon vint les percuter, ce qui les fit toutes basculer en arrière et tomber à la renverse. Dans un éclat de rire, Lib sentit toute sa tension s'évacuer vers le ciel, éclaircissant ses pensées et peignant un sourire sur son visage.  

- Ça roule en boule, Liblib ?

Se redressant sur un coude, avant de se redresser complètement, Libertée riait encore en secouant la tête. Parfaitement droite, elle se passa une main dans ses cheveux courts pour fixer ses deux apprenties avec un petit sourire en coin, avant de hausser les épaules en faisant de larges signes de main.

- On fait aller, petites chachottières !
Elle désigna la tenue de Tsu - qui lui allait tellement bien ! Ça changeait complètement, et ça lui rappelait quelqu'un… Elle fronça les sourcils, secouant la tête.

Avant de froncer les sourcils à nouveau.
Tsukia venait de faire un mouvement étrange. Pas étrange pour elle, juste… avec un sens particulier, qui mit quelques secondes à être interprété par son cerveau en fait.
Elle fixa Aivy un instant. Puis Tsukia. Puis revint vers Aivy, détecta le rose sur ses joues.


- Alors Libilibiliblib, c'est quoi le plan pour cette fois ?!

Mais la marchombre ne se laissa pas distraire, fixant toujours les deux apprenties tour à tour, elle finit par croiser les bras en dessous de la poitrine, une moue amusée sur les lèvres.

- Cachottières, qu'est-ce que je disais !
Elle riait déjà en levant les yeux au ciel, pivotant sur elle-même pour avancer vers la grande porte des écuries. Puis, une pensée traversa son esprit, et elle fronça les sourcils.

Dans un volte-face surprenant de vivacité, elle s'approcha à grand pas des deux apprenties, et finit par planter ses deux mains sur ses hanches.

- Vy, me dit pas que tu es aussi allée te fourrer dans la merde ?! Tsu, je… Elle bloqua la suite de sa phrase dans sa gorge, ferma les yeux un instant pour juguler l'émotion qui montait brusquement dans ses tempes. Pour finir par continuer, d'une toute petite voix.
Comment il va ?

Oui, elle parlait de Gil.
Et si elle n'attendait pas une réponse spéciale de la part de Tsukia, elle doutait qu'Aivy ne l'ait finalement pas suivie dans les embrouilles, au vu et su de leur visage et des subtils changements qui étaient apparus autant chez l'une que chez l'autre.

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aivy Sil'Lucans
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 251
Citation : « Trompe-toi, sois imprudent. Tout n'est pas fragile. N'attends rien que de toi, parce que tu es sacré. Parce que tu es en vie. Parce que le plus important n'est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d'être. »
Date d'inscription : 24/04/2015

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Greffe: Non
Signe particulier: //

MessageSujet: Re: Groupe Furdh - Cours n°2   Sam 25 Fév 2017, 18:56

Boum, une boule de Tsukia.
Exactement comme Aivy s'y attendait.

La jeune femme eut un profond sourire en observant la scène se rejouer une nouvelle fois avec un changement d'actrice complètement radical. Ce sourire fut immédiatement suivi d'un grand élan d'empathie lorsqu'elle se rendit compte qu'entre elle et son amie, Libertée n'avait pas eu le temps de respirer. Ce n'était pas fondamentalement sa faute si ses apprenties avaient mal vécu son départ impromptu, mais elle n'avait après tout aucune raison de leur en vouloir de fêter leurs retrouvailles. La réunification du trio ne semblait pas se profiler de sitôt ; les deux jeunes femmes avaient de la chance, autant en profiter.

La réaction de leur maître ne se fit pas attendre. Aivy capta la lueur qui se glissa dans ses prunelles roses comme un signe qu'elles n'avaient définitivement rien à lui cacher. Le terme qu'elle employa trahit superbement la simplicité avec laquelle elle avait constaté les changements, quoi que subtils, qui avaient pris ses apprenties au dépourvu. Renonçant totalement à l'idée de cacher quoi que ce soit, la jeune rousse offrit un nouveau sourire à Lib, préférant la questionner sur l'évidence.

Les secrets attendraient.


- Lib, tes cheveux...?

Elle avait ponctué sa question, très douce, d'une immensité de précautions. Ce genre de changements physiques chez une femme n'étaient pas à prendre à la légère. Aivy en savait quelque chose, elle qui entretenait jalousement et avec un grand soin une tignasse de plus d'un mètre vingt de long sans jamais s'en lasser. Si elle décidait de se couper les cheveux - ce qu'elle ne jugeait pas utile pour le moment, et qui la faisait frisonner d'horreur rien que d'y penser - ce serait sans doute à la suite d'un événement plus traumatisant que tout ce qu'elle avait déjà vécu... Et la barre était haute.

Il était incontestable que la nouvelle coupe de son maître lui allait bien. Le changement, lui, était trop brutal pour passer pour une simple envie du moment. L'appréhension que l'apprentie avait placée dans sa question avait des allures de précaution : elle ne souhaitait en aucun cas brusquer Libertée à propos de choses dont elle ignorait sans doute la gravité.

Un rapide coup d'oeil vers Tsukia lui permit de constater qu'elle n'avait pas fondamentalement changé. Sa variation de style - merci, l'Envoleur - s'était fait dans la subtilité, et son tempérament de feu était toujours branché à deux cent pour cent. En témoignèrent les marques d'affection surexcitées qu'elle offrit à leur maître, qui se contenta de rire aux éclats comme pour faire honneur à sa propre réputation de joyeuse luronne.

Étonnement, rien ne sonnait faux dans leur échange.
Pas de sourires forcés. Pas de rires penauds pour accompagner une conversation creuse qui cachait les pires maux que l'on n'osait pas sortir de son cœur.

Aivy soupira d'aise. Cette ambiance de franche confiance lui avait terriblement manqué.
Se tourna vers Libertée, quelque peu gênée de sa dernière question, tâtonnant mentalement pour trouver une réponse convenable.


- Vy, me dit pas que tu es aussi allée te fourrer dans la merde ?! Tsu, je…
- Disons que "dans la merde" est un petit et sympathique euphémisme... Mais on s'en est très bien sorties, comme tu peux le voir ! Pas de raison de s'inquiéter !


Elle rit mentalement de ses propres paroles. Pas de raison de s'inquiéter ? Si seulement Libertée avait su un quart de la 'merde' dans laquelle elle s'était fourrée... Entre Kaünis, Syles, sa sœur et Giliwyn, elle avait assez pris en quelques mois pour au moins les dix prochaines années.
Si l'on y ajoutait cette histoire avec Tsukia et Syndrell...

L'apprentie se mordit nerveusement la lèvre inférieure. Il fallait passer à autre chose. Son apprentissage était sur le point de reprendre, et elle n'avait ni le temps, ni l'envie, de se morfondre sur le passé.


- Comment il va ?

La voix de Libertée lui cassa toute tentative d'échappatoire, et son cœur se souleva comme sous l'effet d'un ras-de-marée.
Alors, elle avait tout compris...


- Eh bien..., commença-t-elle, hésitante au possible.

Qu'était-elle supposée répondre ? Qu'il avait failli se faire tuer par son propre frère ? Qu'un nouveau poison avait laissé des traces plus profondes encore que les anciens dans son organisme ? Que sans elles et ce soigneur étrange au fond de la forêt, il aurait sans doute pu y laisser la vie ?

Qu'ils les avaient entraînées dans une aventure folle au risque de leurs vies, et qu'elles l'avaient suivi de leur plein gré ?


- Plutôt bien. Des hauts et des bas. Comme chacun d'entre nous, je présume.

*Bravo, t'en as d'autres des réponses nulles comme celle-là ?*

- Tu lui manques, continua-t-elle sans réfléchir, décidée à écouter son âme plutôt que sa raison. Beaucoup, ajouta-t-elle après un petit silence. Je crois qu'il voudrait te revoir.

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 235
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: Groupe Furdh - Cours n°2   Dim 26 Fév 2017, 05:10

Il avait un frère, mot clef étant ''avait'', qui a tenté de le tuer avec un poison de malade créer pour le faire souffrir sans cesse sans pour autant le tuer, je l'ais porter, avec Aivy, chez un vieux pote qui aime pas être déranger et encore moins que son nom ne sorte de chez lui, l'homme en question a réussis à faire un contre poison qui l'as remit sur ses pattes tranquillement, puis on s'est pointez chez fréro pour lui défoncer la gueule et yada yada, le reste est de l'histoire de famille qu'il vaut mieux qu'il t'explique lui même! D'ailleurs au besoin il me dois un verre dans un bar inconnu à un moment plus qu'incertain et je t'invite si tu le souhaite, sans lui demander, tient..!

... Ah oui et il va falloir que je lui fasse boire un poison pour le faire dégueuler à la dite rencontre, une dette à payer, alors t'es prévenue..!

Ah oui et euh...

Il est perdu.

Stupide de ma part de dire ça mais...

Sans toi, il semble vraiment... ''Fragile''.


Quoi? Moi? Trop parler?

Z'êtes dingues, vous le dis! Je ne parle jamais trop, toujours juste assez!

Lib semble presque noyée par le flot d'informations, donc je saute jusqu'à elle sur les orteils et je lui embrasse le bout du nez.

Parce que ouais, faut pas s'emmerder avec la passé et les ''Et si'' hein! Donc, on fait quoiiiiiiiiii!?

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 734
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Re: Groupe Furdh - Cours n°2   Mer 01 Mar 2017, 18:49

[ Court et pas très aidant, désolée ! ]





Il voudrait la revoir ?
Elle ne savait pas trop si c'était une bonne ou une mauvaise idée. Elle était pourtant persuadée désormais qu'ils avaient besoin de se recroiser, mais elle ne savait pas si elle était prête ou pas. Au fond, elle en avait terriblement envie, mais elle appréhendait ce moment également.
Secouant la tête, la marchombre poussa un petit soupir. Elle lui manquait ? Vraiment ? Cela, elle avait du mal à y croire, à vrai dire. Parce qu'il avait sûrement dû trouver de quoi la remplacer - comme elle avait trouvé de son côté de quoi combler ses propres besoins. Non ?
Une petite voix persistait à s'agiter dans le fond de sa conscience, mais elle la repoussa pour froncer les sourcils quand Tsu se mit à parler.

Un frère ? De son père qui n'était pas vraiment mort ?
Un frisson remonta le long de l'échine de Libertée qui ferma les yeux un instant, prenant une inspiration un peu hachée. Encore empoisonné ? Et son apprentie qui disait qu'elle voulait lui filer un truc qui le fasse vomir… Un sourire étira ses lèvres fugacement à cet instant : c'était bien le style de Tsu, et puis il devait l'avoir mérité, tant que ça n'allait pas plus loin que ça  - ce qui n'était pas gagné.

- Sans toi, il semble vraiment... ''Fragile''.
La marchombre se mordit la lèvre inférieure, avant de secouer la tête. Un long soupir franchit ses lèvres, et elle s'efforça de calmer les émotions qui montaient en elle brusquement. Même le manège de Tsu ne la rassura pas.

Elle prit le temps de fermer les paupières, jetant un coup d'oeil aux deux jeunes filles. Les yeux un peu humides, elle leur parla d'une voix un peu cassée.

- Préparez vos chevaux. Si vous pouvez me préparer la jument, là-bas, je vous en serai reconnaissante. Je reviens.
Sa voix s'était brisée sur le dernier mot, encore, et elle se détourna pour bondir sur le mur des écuries et se hisser rapidement sur les toits, sautant sur les tuiles de la grange, puis escaladant la petite tour de guet qui se dressait un peu plus loin, sans se retourner.

En hauteur, elle lâcha enfin la vanne qui venait de récupérer ses émotions dans sa gorge. Enfouissant son visage dans ses mains, elle laissa les larmes glisser sur ses joues quelques minutes, avant de se redresser et de s'adonner à la gestuelle marchombre.
Retrouver un équilibre, dans le monde, liant le ciel, l'air, et elle-même.

♥ ♥ ♥

Une vingtaine de minutes plus tard, Libertée avait rejoint ses apprenties devant les écuries et attrapa les guides de la jument qu'elles avaient sympathiquement préparée.
Elle avait de nouveau retrouvé son équilibre, et était désormais plus sereine : cela lui permettait de se concentrer sur les deux jeunes femmes, leur apprentissage et elle-même plutôt que sur ses problèmes auxquels elle accordait trop d'importance.

- J'avais prévu d'aller à la Citadelle, mais finalement j'ai changé d'avis. On va encore plus au Nord ! Donc, vous êtes prêtes pour un voyage ? Si vous avez besoin de quelque chose, allez le chercher !

Une heure plus tard, elles marchaient tranquillement au pas sur la piste passant à l'est du lac chen. Le rythme tranquille des chevaux était apaisant, et la marchombre se laissa entraîner.

- Il vous est arrivé quoi, les filles ?
Elle n'était pas invasive et son ton démontrait que c'était pour savoir comment elles avançaient dans leur vie, leurs perceptions, pas pour être intrusive. Un sourire en coin, elle poussa un petit soupir.

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aivy Sil'Lucans
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 251
Citation : « Trompe-toi, sois imprudent. Tout n'est pas fragile. N'attends rien que de toi, parce que tu es sacré. Parce que tu es en vie. Parce que le plus important n'est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d'être. »
Date d'inscription : 24/04/2015

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Greffe: Non
Signe particulier: //

MessageSujet: Re: Groupe Furdh - Cours n°2   Mer 01 Mar 2017, 22:00

A la tirade de Tsukia, la jeune femme vint frapper son front de la paume de sa main en signe d'exaspération. Bon sang, n'avait-elle pas pu se retenir ? Un peu finesse de temps en temps était décidément trop demandé ? Aivy croisa le regard de son amie dans la seconde, et se contenta de lui faire les yeux d'une mère face à une bêtise d'enfant. En rajouter une couche en verbalisant son erreur n'était pas une bonne idée, mais avec les yeux de merlan frit qu'elle était en train de lui faire, l'apprentie comprendrait sans peine qu'elle n'aurait peut-être pas dû s'avancer autant...

La rousse se tendit complètement en voyant l'attitude de Libertée changer du tout au tout en quelques instants. Moins sûre d'elle, le regard embrumé d'un quelque chose insondable, leur maître semblait avoir viré de bord au fil des mots.

*Eh mince... On aurait mieux fait de se taire.*

Aivy aussi était en cause. Sa petite phrase d'il y avait une minute avait engagé bien malgré elle un terrain qui aurait dû rester vierge. Mais comment mentir à Lib, même par omission ? Les mots de Gil résonnaient toujours en elle, véritable rappel aux allures de fatalité. Une douce fatalité, qui leur serait sans doute très utile dans un moment de non-dit particulièrement difficile à supporter. Exactement ce qu'elles venaient de traverser depuis la fin de leur première rencontre avec leur guide, en somme.

La douleur physique en plus.

Comme une vitre sous l'effet d'un orage, Libertée se brisa tout à fait en même temps que ses mots.
S'enfuit par-delà les toits en quelques enjambées dansantes, une simple indication au bord des lèvres.

Un long soupire franchit les lèvres d'Aivy, et un grand sentiment d'inquiétude lui remplit le coeur. Rien à voir avec ce qu'elle avait pu ressentir ces derniers mois : cette fois-ci, elle était sûre que Lib allait revenir, puisqu'elle leur avait explicitement demandé de préparer leur départ. Cette inquiétude-ci était plus sombre, plus insidieuse, comme si elle s'était cachée depuis toujours au fond de ses entrailles et avait attendu son heure. Comme si Aivy, face à une situation qu'elle venait elle-même de traverser, retenait un cri intérieur face au destin qui attendait la Marchombre lorsqu'elle devrait à son tour faire le choix décisif.

Si tant était qu'elle-même ait fait un choix décisif. La nature de sa relation avec Tsu était toujours aussi compliquée. Le manifeste que son amie avait hurlé face à ces brigands lors de leur retour était on ne pouvait plus clair, et l'emplissait aujourd'hui encore d'une immense fierté. Oui, elles étaient là l'une pour l'autre, de toutes les manières possibles. Mais comment savoir si Tsukia, ivre de liberté et ange d'imprévisibilité, n'allait pas sauter sur l'occasion d'aller voir ailleurs ? Aivy savait bien qu'elle ne pourrait rien empêcher. Mi-résignée, mi-concernée, elle guettait le moindre signe de la part de son amante. Si elle devait la laisser s'envoler...


- Allons-y, Tsu, intima-t-elle simplement à la jeune femme près d'elle. Elle n'est pas allée bien loin.

S'engageant dans l'allée principale, l'apprentie alla trouver Uranie en train de mâchonner une balle de foin dans son box, qu'elle gratifia d'une caresse sur le chanfrein. La jument de Libertée, quelques stalles plus loin, grignotait également de son côté. La jeune femme posa la pomme qu'elle avait gardée dans sa poche sur le mur de pierre qui ceignait la stalle et, alors que la petite jument blanche s'en emparait avec envie, glissa contre le mur qui menait à la sellerie pour récupérer ses affaires.

Harnacher la jument particulièrement concentrée sur son goûter ne lui prit pas beaucoup de temps. Bientôt, Uranie se retrouva parée de son filet, de sa selle et des extensions nécessaires au transport de bagages en prévision d'un voyage. Le temps de passer jusqu'au box de la jument de leur maître et de la préparer à son tour, celle-ci était déjà revenue, attendant sur le pas de la porte que ses apprenties aient terminé leur tâche.

Un fin sourire sur les lèvres.





***




Vers le Nord, donc.

Aivy n'avait pas prévu un voyage si long. L'apprentie s'était empressée de retourner chercher des affaires supplémentaires dans sa chambre en prévision de leur périple. A peine arrivée, il fallait déjà repartir dormir à la belle étoile et effectuer cent exercices de survie sous les ordres d'un maître impitoyable.

Ce fut donc armée d'un large sac de toile dans lequel elle avait entassé bon an mal an trois tenues de rechange, des bottines plus légères que ses bottes habituelles, sa bourse pleine de pièces triangulaires, quelques provisions qui restaient de leur dernier voyage et de petites lames - au cas où - qu'elle revint. Au-dessus de tout ce fatras, elle avait posé un oreiller, roulé sur lui-même et attaché par une corde.

Libertée se moqua à mi-voix de tout son barda, et Aivy savait très bien qu'elle avait raison de le faire. Mais après avoir dormi à la belle étoile et à même le sol aux côtés d'un Envoleur grognon, la jeune femme avait bien envie d'un peu de confort...

Les trois femmes partirent donc en suivant la route du Nord, leurs montures chargées et suivant un pas tranquille. Au bout d'une heure, rompant le petite silence de contemplation qui s'était instauré, Lib se décida à leur poser la question. La question qu'Aivy avait redoutée, et à laquelle elle ne savait pas s'il était prudent de répondre. Malgré tout mise en confiance, et portée par le rythme agréable de la marche des chevaux, la jeune femme se lança. De toute façon, si elle omettait le moindre petit détail, Tsukia se chargerait bien de compléter le tableau à sa manière.


- Beaucoup de choses en peu de temps. Des histoires de cœur, avança-t-elle en jetant un petit coup d’œil à Tsu, un peu tarabiscotées. Des rencontres fabuleuses, des aventures palpitantes...

Elle classait Syndrell, Syles et Charm dans la catégorie "rencontres fabuleuses", Gil dans celle des "aventures palpitantes".

- ... Et un bon gros tas de malchance, aussi. Mais tout ne peut pas être rose.

Son regard s'assombrit soudainement. Le temps qu'elle s'en rende compte, elle balaya rapidement cette lueur au fond de ses prunelles déjà peu lumineuses en temps normal. Comment parler de sa soeur ? De ces marques sur son bras qu'elle refusait de se faire enlever ?

Tournant la tête vers l'horizon comme pour dégager ces mauvaises pensées de sa tête, certaine que Libertée demanderait des précisions qu'elle n'était pas tout à fait prête à offrir, la jeune femme émit à son tour un tout petit soupire. Imperceptible.

Elle en parlerait plus tard.

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 235
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: Groupe Furdh - Cours n°2   Mar 07 Mar 2017, 16:39

Oh, rien de bien méchant...

Des vacances au bords de la plage 'vec vyvy...

Passé un sacré bout avec monsieur G, à me faire empoisonner mon verre, qui m'as causer de dégueuler toute la nuit, puis à servir d’appât, puis revue vyvy le temps de la sauver d'une vraie tarée qui pense être envoleuse...

...Puis infiltrer une organisation criminelle en me faisant passer pour une assassin afin d'aider M. G à taper sur des gros vilains qui ont pourris la vie de ma famille ''marchenvoleuse'' favorite...

Bon, pour ça tu sais, puisque tu l'as vue, enfin bref, vyvy nous as rejoins plus tards, yada yada, puis on est là...

La routine habituelle, quoi..!


Je porte à peine attention à mes mots, c'est que la vérité, un bon résumé, et vala, je suis pas prête de mentir à Liblib quand elle me pose une question en cours!

SATANÉE PURÉE DE RAÏ À FACE DE TROD TU VAS--

Ah, voilà, elle reste enfin derrière mon oreille, cette satanée mèche.

Pour le coup je me demande si Liblib a changé d'avis pour l'endroit à cause de mon bannissement... J'espère que non, parce que moi, au pire, je m'en fou hein...

Et puis ils auront pas trop le choix de restaurer mon nom éventuellement...

...Je suis la seule héritière restante...

Et pour ces vieux chnoque, laisser une famille s'éteindre, c'est bien pire que de pardonner une tarée qui as, techniquement, déjà gagner le dit pardon en combat...

Je m'écrase un peu sur mon cheval, la tête contre la sienne. Il s'est habitué à mon caractère, avec le temps, il est super calme et j'adore sentir son souffle, dans son corps, contre ma tête.

C'est un super calmant, me dis-je en lui flattant doucement l'encolure.

Dire que cette aventure à me faire passer pour une assassin m'aurais fournis une monture si vaillante et un merveilleux Katana...

...AH! LE KATANA!


Ah! Dis, Libby-libby-liblib, tu sais te servir d'un katana?

Parce que bon, moi je connais les bases et l'imbécile de service m'as appris un bon paquet du reste, mais arrêter d'apprendre, c'est le premier pas vers la mort, nan?


Et tant qu'on apprends, on est pas morts, même si le corps l'est... Une des seules maximes frontalières que j'aime bien...

Bon, techniquement c'est ''Se battre'' et non ''apprendre'', mais on s'en fiche! Passons à la question à un million...


... Tu crois que ça aime les pommes, un Raï..?

Avouuuueeezzz, l'image du gros homme cochon qui bouffe sa pomme c'est trop marrant!

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 734
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Re: Groupe Furdh - Cours n°2   Ven 24 Mar 2017, 21:10

Libertée ne put s'empêcher de sourire à la réponse évasive d'Aivy, avec ses histoires de coeur. Cependant, elle ne fit pas plus de commentaire : elle était assez fine pour comprendre que tout n'était pas encore clair et acquis ou même compris. Le monde des sentiments et des émotions est complexe, et elle ne pouvait rien dire pour rassurer l'apprentie à ce sujet : elle était actuellement bien trop perdue elle-même.
Quoi que cela allait mieux.
Malgré ses pulsions émotionnelles, elle se sentait bien plus à l'aise et en accord avec elle même depuis quelques semaines. Elle n'était pas certaine de vouloir pousser sa réflexion plus loin dans l'état actuel des choses, et elle avait besoin de temps pour panser ses blessures et construire quelque chose par dessus. Mais cela se ferait. Cela, elle n'en doutait pas.

Levant les yeux au ciel devant le résumé de Tsu, la marchombre poussa un petit soupir. Elle n'était pas exactement agacée, ni en colère. Cela ressemblait plus à de la résignation, mais en même temps elle pouvait bien voir que toutes ces aventures avaient fait avancer autant Tsukia que Aivy sur la voie, et ce sans doute bien malgré elle.
Parce que non, la voie n'est pas un large chemin. Elle peut être lumineuse, mais aussi tortueuse, comme un sentier escarpé en terrain hostile. Parfois, on pouvait avoir l'impression qu'elle disparaissait, mais au fond elle était toujours là. Il fallait juste écouter son coeur.

- Ah! Dis, Libby-libby-liblib, tu sais te servir d'un katana?
Parce que bon, moi je connais les bases et l'imbécile de service m'as appris un bon paquet du reste, mais arrêter d'apprendre, c'est le premier pas vers la mort, nan ? ... Tu crois que ça aime les pommes, un Raï..?


Libertée éclata de rire avant de secouer la tête.

- Je sais me servir d'un katana, oui. Pourquoi, tu veux couper la pomme dans la bouche d'un Raï avec ton katana ?
Elle rit un instant, avant de secouer la tête. Un instant, la sensation de ses cheveux sur sa peau lui manqua par son absence et elle fronça les sourcils.
Intriguée par cette sensation soudaine, elle passa une main dans ses cheveux qui lui arrivaient dans la nuque et… sous ses doigts, sa tignasse se mut.
Une formidable vague d'excitation la submergea soudain, et son visage se fendit en un immense sourire rayonnant. Elle ne se retint pas d'onduler des épaules, dansant sur son cheval qui tourna les oreilles vers elle. Puis, elle s'étira longuement et poussa un soupir de profond contentement.


- Euh, je disais quoi ? Ah oui ! Donc oui, en effet. Tu as bien résumé un principe fondamental, Tsu : celui qui croit savoir n'apprend plus ! Quoi que l'on sache, il y a toujours dix mille fois plus à apprendre, à découvrir ! La vie à elle seule est un apprentissage infini !
Pour en revenir à nos Raïs mangeant des pommes, j'ai emmené plusieurs armes avec moi. Vous allez toutes les tester ; parce que les armes sont des outils, vous devez être capable de les utiliser. Cependant, évidemment chacun est différent, et c'est en essayant ces différentes armes que vous comprendrez laquelle vous préférez, laquelle vous parle le plus, bref, celle qu'il vous faut. Et avec celle-là, on approfondira beaucoup plus le maniement.


Elle adressa un sourire à Tsu et à Aivy.

- Personnellement, l'arme qui me parle le plus, c'est mon corps. Et les mots ! Mais ça peut être quelque chose de totalement différent pour vous !

Un sourire, et avant que les apprenties n'aient pu parler, elle lança sa monture au galop.
En riant.

♥ ♥ ♥

Elles chevauchèrent une bonne partie de la journée et s'arrêtèrent pour manger alors que le soleil était haut. Libertée avait apporté de la nourriture, des lamelles de siffleur séché, et elles s'en contentèrent pour cette fois. Cependant, la marchombre prévint les apprenties que le soir, il leur faudrait chasser leur dîner -  et elle savait que cela allait être amusant à voir.

Mais il n'était pas encore temps.
Alors, pour l'instant, elle astreignit ses apprenties aux exercices de base en terme de renforcement musculaire, puis d'assouplissement et d'étirements. Après une bonne heure et demie, elle bondit sur ses pieds et se mit face à ses apprenties un instant, avant d'aller attraper deux bâtons qu'elle monta rapidement avant de les tendre aux jeunes filles.

- Bien ! Jouez un peu avec ça, puis quand vous vous sentez prêtes, attaquez moi. Si vous arrivez à me toucher,  je vous aide à chasser ce soir !

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aivy Sil'Lucans
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 251
Citation : « Trompe-toi, sois imprudent. Tout n'est pas fragile. N'attends rien que de toi, parce que tu es sacré. Parce que tu es en vie. Parce que le plus important n'est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d'être. »
Date d'inscription : 24/04/2015

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Greffe: Non
Signe particulier: //

MessageSujet: Re: Groupe Furdh - Cours n°2   Dim 26 Mar 2017, 12:08

Celui qui croit savoir n'apprend plus.
Phrase-clé sortie comme un guide au centre de milliers de miracles.

Aivy poussa un profond soupire de contentement et flatta l'encolure d'Uranie, le regard fixé sur l'horizon.

C'était bon de la sentir de retour.



***


Incroyable mais vrai.
L'apprentie n'avait pas encore déprimé une seule fois.

Leur petite aventure avec Gil, ses escapades familiales un rien risquées et ses problèmes de coeur n'étaient pas suffisantes pour la distraire de ce voyage inespéré. Lib était de retour pour de bon cette fois, et il lui semblait légitime de se consacrer uniquement à cela pour le moment. La Voie qu'elle avait choisie lui semblait désormais une merveilleuse promesse, aux portes d'un monde d'inconnu et de liberté.

Un monde de Libertée.


- J'aime les mots aussi, répondit-elle évasivement à leur maître, sourire aux lèvres. Mon corps, je ne le maîtrise pas assez bien.

Le souvenir de ses combats face aux agresseurs de la carriole et de la forêt lui revinrent en mémoire, de même qu'une réalité dont elle avait parfaitement conscience : elle ne les avait battus que parce qu'eux mêmes ne savaient pas se battre. Contre Kaünis, elle n'avait eu aucune chance. Dans l'arène non plus, elle n'aurait pas pu tenir autrement que par l'urgence de la situation.

Libertée rit comme elle seule savait le faire, et déplaça ses jambes en une fraction de seconde pour commander à sa monture de s'élancer dans les airs.
Une seconde plus tard, Aivy la suivait, Tsukia à ses côtés.


- Est-ce qu'elle est vraiment en forme, ou est-ce qu'elle fait particulièrement bien semblant ?

La question à Tsu ricocha dans l'atmosphère comme un rayon de soleil.


***


Les chevaux furent épuisés au bout d'une heure. Suants, de même que leurs cavalières. Il fallut s'arrêter pour le bien de tout le monde : Aivy mourrait de fin. Un rapide camp improvisé dans les hautes herbes des plateaux et un peu de viande séchée contentèrent ses jambes comme son estomac. A la demande de leur maître de desseller et attacher les équidés, elle sourit en comprenant que les choses sérieuses allaient commencer.

Exercices musculaires, encore et encore. Étirements, assouplissements. La jeune fille se sentit rouillée jusqu'aux os malgré tout ce qu'elle avait vécu ces derniers mois. Son corps la trahit à plusieurs reprises, et elle se maudit de ne pas avoir trouvé le temps de s'exercer plus souvent. Courir dans tout l'Empire avait été sa passion du moment, et elle en avait oublié la décision première qui devait guider sa vie. Libertée n'était pas en faute, c'était elle qui avait failli.

Cela lui coûta un bon essoufflement, une douleur lancinante dans les muscles des jambes et un grand rire lorsqu'elle s'écroula au sol à la fin de la session.

La prochaine demande de leur maître se passa de commentaire. Chasser le dîner ? Elle n'avait jamais fait une telle chose ! Sustentée par des provisions souvent assez nombreuses pour tenir quelques jours et, le cas échéant, assez de pièces triangulaires pour manger chaud, l'apprentie avait toujours voyagé sans ne serait-ce qu'envisager la possibilité de tirer à l'arc ou de tirer la lame. L'exercice du tir dans l'étable à l'Académie revint à ses souvenirs, et le lien se fit tout naturellement.


- Ça risque d'être drôle, tu sais, prévint-elle Libertée sur un ton presque moqueur. Et ridicule, aussi.

Sans doute leur maître le savait-elle déjà. Peut-être même avait-elle planifié cet exercice uniquement pour rire de leur maladresse.

Aivy ne s'en préoccupait plus, concentrée sur la pensée qu'apprendre à chasser était un excellent entraînement après ce qu'elles avaient vécu. Ses compétences à l'arc avaient augmentées sur le tas bien malgré elle, en témoignait échafaudage de bois encore gisant dont elle avait rompu l'unique corde de soutien à distance. Mais l'urgence de la situation n'avait rien à voir avec le cadre à la limite bucolique de leur voyage, et la jeune femme ignorait si elle arriverait à attraper d'une flèche un volatile maître de sa forêt plus facilement qu'une ficelle inerte, quoi que trimbalée sur une carriole.

Au moment où Lib ramena les deux bâtons de bois, Aivy se releva immédiatement. La douleur de ses jambes, signe avant-coureur de courbatures monstrueuses, lui tira une grimace. Elle attrapa le bâton du bout des doigts avant de le faire passer dans sa paume, en jaugea le poids relativement peu important et l'écorce fraîche à jamais : c'était un bâton taillé pour le combat, relié par un mécanisme invisible qui ne l'alourdissait même pas. L'idée lui plut beaucoup, et elle échauffa ses poignets par quelques mouvements de moulinet avant de se mettre en garde. Tsukia, deux pas plus loin, avait déjà fait sienne l'arme à sa manière...

D'un coup d'oeil entendu, les deux apprenties s'élancèrent vers Libertée d'un seul corps.

Frappèrent le vide.

Une fois.
Dix fois.

Libertée était trop rapide pour elles.

Agacée de son incapacité à toucher juste, la jeune femme se repositionna un instant, faisant signe à Tsu de se poser à son tour. Plus que rapides, il leur fallait être stratégiques : elles étaient deux, elles trouveraient bien quelque chose...

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 235
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: Groupe Furdh - Cours n°2   Sam 08 Avr 2017, 20:56

Nobody changes the world,
Standing in the crowd...

Nobody's voice is ever heard,
Until they open their mouth..

Won't our loud go quiet..?

Won't let the saints go silent...

Let's turn it up,
Tell the world what we're about..!

Je regarde le bâton un instant, le fait tournoyer un peu... Et je maudis mes vêtements, j'ai passer un truc plus décent que ce à quoi je suis habitué sous couverture d’ailes de corbeaux dernièrement et ça me fais suer des pommes de terres..!

Bon pas de façon littéraire, hein, mais bref...

Je retire mon haut sans plus y penser, révélant le fait que mon bas, ressemblant plus à des collants déchirés qu'à un pantalon, parce qu'il est coupé à des endroits stratégiques pour permettre aux muscles de bouger sans encombrement, n'est relié à mon haut que par deux bandes de tissu effriter sur les bords qui remontes en bandoulières qui se croises sur mon ventre, remonte sur mon torse et passe pour camoufler mes seins - qui sont, si vous me le demandez, de taille parfaite, hein, alors si vous trouvez que j'en ais pas assez, allez vous faire voir! - et passe derrière mon cou en une combinaison qui dévoile mon dos, je détache ensuite mes cheveux pour sentir le chatouillement entre mes omoplates... Ah, ça fait du bien de me sentir libre...

Vyvy semble me fixer avec un peu de rouge sur les joues, Liblib as un sourcil légèrement arqué... Ouais, j'étais comme ça, avec ton mec, libre et pas très couverte, que veux-tu, c'est moi, ça..!

Donc je prends le bâton et le fait tournoyer mais... Il manque quelque chose...

...Mais bien sûr..!

Je m'avance d'un pas léger vers ma Vyvy et lui fiche un baiser.

Sur la bouche, oui.

Si ça plait pas à Lib, qu'elle parle, bon m'en fou en vrai, mais en cours je peux toujours tenter de me retenir, ou du moins de distribuer les bisoux..!

Bref de rebref, je m'écarte en tournoyant sur moi même et je bouge le bâton pour m'accompagner, Aivy semble s'ébrouer et me fait signe d'attaquer, ce que je fais, mais il y as quelque chose qui ne me semble pas normal, un truc qui... Qui fait que Aivy et moi ne pouvons pas toucher Libby...

Mais bien sûr..!

Je prend le bâton et, plutôt que de me poser pour le combat, me pose dos à Lib, avec les yeux fermés, la tête légèrement baissée et le bâton dans ma nuque, tenant mes bras...

...Un seul geste...

Le monde est mon orchestre, mon coeur en est le tempo...

Il lui faut un centre.

Un centre du monde, un centre de l'univers.

Deux centres, un ying et un yang...

Un bleu et un rouge.

Syndrell et Aivy.

J'expire doucement en ouvrant les yeux.

...Un seul souffle...

Je tape doucement le pied par terre en frappant le tempo de mon propre coeur de ma tête...

...Une seule dance...

je tourne sur moi même d'un coup, tourbillonnant, tombant et me levant en faisant bouger le bâton...

...Dansant.

Déjà Libertée semble un peu plus lente, mais je sais que ce n'est pas le cas...

C'est simplement que je suis en harmonie avec le monde...

À un moment j'attrape le bâton de Vy de la main et la tire avec nous dans la danse.

Allez, viens... Bats toi...

...Danse avec moi...


Love is action that you take,
Passion that can make,
Any kind of wall come down...

...Love is action!

Walking out our faith,
Giving everything,
Nothing's gonna stop us now!

...Love is action..!

Love is action.

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 734
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Re: Groupe Furdh - Cours n°2   Mer 21 Juin 2017, 22:56

- Entrez dans la danse, sentez le temps. Il est là, immuable et changeant, percevez cet accord spécifique. Muez-le en quelque chose qui ai du sens pour vous. Percevoir le temps est un premier pas, avant de pouvoir l'utiliser.




__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aivy Sil'Lucans
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 251
Citation : « Trompe-toi, sois imprudent. Tout n'est pas fragile. N'attends rien que de toi, parce que tu es sacré. Parce que tu es en vie. Parce que le plus important n'est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d'être. »
Date d'inscription : 24/04/2015

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Greffe: Non
Signe particulier: //

MessageSujet: Re: Groupe Furdh - Cours n°2   Lun 25 Sep 2017, 12:51

- Entrez dans la danse, sentez le temps. Il est là, immuable et changeant, percevez cet accord spécifique. Muez-le en quelque chose qui ai du sens pour vous. Percevoir le temps est un premier pas, avant de pouvoir l'utiliser.

Immuable et changeant.

Aivy se relève, son corps tendu comme un arc, ses lèvres encore humides du baiser du Tsukia. Elle se redresse, la tête droite, le bâton dans sa main, imitant d'une poigne serrée le geste de défense de son amante.

Libertée est là. Elle danse autour d'elles, leur délivrant des explications aussi floues que ses gestes. Son cœur s'arrête un instant. L'apprentie reprend son souffle. Son âme se vide et sa mémoire s'active. Elle se souvient de tout alors que les mots de son maître résonnent en elle.

Sa décision d'arpenter la Voie, guidée par un seul mot. Son geste et son souffle, une simple indication venue d'un père omniprésent dans sa construction personnelle. Ses nuits avec Altaïs, remplacées par celles avec Tsukia, tellement plus brillantes. L'univers à ses pieds quand elle se tenait au sommet des collines de son enfance, les mots réconfortants de Charm aux moments du désespoir marqué dans ses bras. Les marques, profondes et silencieuses, taillées dans un souffle.

Un seul geste.
Un seul temps.

Les paroles de Libertée lui semblent énigmatiques. Quelle peut être la place du temps dans un combat ? Elles résonnent au fond de son coeur, immenses de possibilités tout autant que vides de sens. Son âme ne comprend pas.

Aivy se redresse encore une fois et attrape la main de Tsu, véritable bouée au milieu de la tourmente. Un regard vers elle lui fait comprendre à quel point son organe vital saigne encore de l'incertitude qu'amène leur relation. Elle se prend, un instant, pour une statue fêlée prête à tomber dans le vide. Mais les doigts sur son poignet la rassurent, et elle recommence à danser.

Le souffle court elle saute, tourne, pare et attaque avec toute l'agilité dont elle est capable. Son coeur s'emballe encore une fois, prêt à céder sous les assauts qu'elle lui inflige, incapable de la moindre endurance par nature et trop peu entraînée à son propre goût. La jeune femme possède suffisamment de vitesse pour ne pas paraître trop ridicule face à son guide, mais trop peu de panache en comparaison des mouvements gracieux qui la tiennent à distance. Tsukia, près d'elle, résonne encore comme un appui.


Muez-le en quelque chose qui ait du sens pour vous.

Qu'existe-t-il comme sens à donner au temps ? Au détour d'une pirouette, Aivy est envahie par la curieuse impression que cette simple locution a déjà du sens pour elle. Elle se pose un instant, fatiguée par l'effort. Ses souvenirs se voilent ; seul l'instant compte sur la durée. Elle comprend, son estomac remue, elle sait qu'elle comprend. Elle ne sait simplement pas quoi.

Entrez dans la danse, sentez le temps.

Les mots résonnent encore en elle, hypnotiques. Instinctivement, elle lâche la main de Tsu et revoit ses appuis. Les pieds ancrés dans la terre, connectés à toute l'énergie qu'elle peut en tirer, elle se tient droite, prête à frapper.

Seule, cette fois-ci. Un léger sourire sur les lèvres, destiné à son amie, est là pour signaler qu'elle est encore là, qu'elle ne souhaite pas s'éloigner, simplement prendre un peu de hauteur. Au fond de son coeur naît l'espoir que Tsukia comprendra sa stratégie qui n'en est pas vraiment une.

Et la danse reprend.

Le temps suspend son vol autour d'elle et l'apprentie lâche son arme sans même s'en rendre compte.


Percevoir le temps est un premier pas...

Ses mains se meuvent seules désormais. Elle les veut souples, sans mouvements inutiles. Ses appuis sont plus solides, son regard concentré. Tsukia à ses côtés bouge à son propre rythme, intense mais complémentaire. Aivy attend le moment exact où Libertée tressaille.

Enfin, l'ouverture se profile. Le mouvement de jambe de la jeune femme se fait plus rapide qu'à l'accoutumée, sans doute un peu maladroit, mais il complète dans une harmonie certaine celui de son amie. Le regard planté dans les iris étrangement roses de son maître, elle lui adresse un sourire.


... Avant de pouvoir l'utiliser.


Et frappe.



[Comme précisé par mp, je n'avais absolument pas vu ta réponse Lilib !
Et pourquoi passer au présent ? Ah, j'en sais rien. Je comprends pas grand-chose à Vivy de toute façon, en ce moment... XD Enfin bref, voilà ! A toi, Tsu !]

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 235
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: Groupe Furdh - Cours n°2   Lun 25 Sep 2017, 16:12

Girl you're the one I want to want me,
And if you want me, girl you got me.

There's nothing I, no I wouldn't do,
Just to get up next to you...

Sourire.

C'est simple comme truc, un sourire.

Pourtant, celui d'Aivy me réchauffe le coeur. Ça faisait un moment qu'elle semblait pas aller bien, mais elle sourit! Enfin!

Et elle passe à l'offensive. Pour le coup j'expire lentement. Liblib nous demandent d'être sérieuses, quand on tentent un truc. Et c'est pas en me retenant que je lui fais honneur en tant qu'apprentie.

J'inspire.

Il est plus temps de faire l'idiote, c'est tout ce que je suis, tout mon être, qui doit rejoindre la bataille.

Bon je sais que ce seras pas le cas à 100%...

J'ai un serment à tenir...


I was broken from a young age,
Taking my soul into the masses,
Write down my poems for the few,
That looked at me took to me, shook to me, feeling me...

Singing from heart ache from the pain,
Take up my message from the veins,
Speaking my lesson from the brain,
Seeing the beauty through the...

Nous frappons ensembles, à droite et à gauche, devant et derrière, en haut et en bas, parfaitement complémentaires.

Alors liblib, comment va tu répondre à ça..?

Surprends moi, j'attends que ça..!

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 734
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Re: Groupe Furdh - Cours n°2   Lun 23 Oct 2017, 19:03

Les voilà qui commencent à comprendre, puis à appliquer leur compréhension. La réalité est toujours bien loin de la théorie, et pouvoir s'approprier un concept ne garantit pas de pouvoir le mettre en pratique. C'est pour cela que Libertée les pousse toujours un peu plus loin, dans des retranchements dont elles n'ont pas consciente naturellement ; c'est aussi la beauté de la liberté, qu'elle soit de penser, d'agir ou de s'exprimer. Et s'exprimer, cela passe par la parole pour par les capacités, tout comme l'action.

Libertée a vrai dire, ne relève qu'à peine le baiser que Tsukia pose sur les lèvres d'Aivy. Elle est loin de pouvoir émettre un quelconque jugement de quoi que ce soit, et surtout pas sur l'amour ou la manière de se comporter vis-à-vis de cela. Après tout, elle avait ressenti cet amour, cette passion, pour un homme opposé à elle et qui aurait dû avoir en tête sa destruction - et si ce n'était pas le cas consciemment, il n'était vraiment pas passé loin de le faire - et pourtant elle n'avait cessé d'agir comme si tout cela était surmontable.
Et puis, si elle repensait à son apprentissage et à sa relation avec son maître, c'était sans doute quelque chose de plus approprié au contexte. D'un point de vue social, elle savait pertinemment que ce n'était pas quelque chose d'acceptable pour beaucoup, alors entre deux apprenties…? Ce n'était rien. Absolument rien. Tant qu'elles savaient, l'une et l'autre, faire la part des choses.

Dans tous les cas, la connexion s'établit.
En elles. Entre elles.
Libertée pouvait voir ce lien lumineux, cette lueur étincelante dans leurs yeux, cet ancrage dans leurs gestes.  Et alors qu'elles s'accordaient, la marchombre eut un sourire, continuant d'esquiver leurs attaques combinées.
Et lorsque leurs gestes s'harmonisèrent, qu'elles purent enfin pénétrer à deux dans le temps, et que leurs mains coordonnées venaient la toucher à l'épaule et à la hanche, Libertée éclata de rire.

Avant de bondir en arrière en frappant dans ses mains.

- C'est ça ! Encore ! Chacune son tour, Aivy, à toi d'abord.
Le moment présent était magique, Libertée était sur un nuage. Individuellement, elles étaient moins précises et rapides, elles manquaient de force et de vélocité, mais elles étaient sur le bon chemin. Leurs coups étaient plus ajustés, mieux calculés, plus rapides et précis.
Après Aivy, ce fut au tour de Tsukia de venir essayer de l'atteindre. Elle avait cette imagination débordante, cette impulsion de création vivante, et Libertée la poussa à encore plus se plonger en elle-même pour lui montrer à quel point elle avait plus de technique sans avoir bu.

Quand toutes les trois furent à bout de souffle, transpirantes et courbatues au point de sentir chacun de leurs muscles à chaque mouvement, Libertée décida que c'en était assez pour la journée. Elles s'étirèrent encore un peu avant de remonter à cheval pour avancer en direction du Nord.

♥️ ♥️ ♥️

Elles étaient à seulement quelques heures de Al-Chen quand Libertée dit à ses apprenties qu'elles s'arrêtaient là pour la nuit. Elles auraient pu continuer et trouver un endroit où dormir dans la ville, mais la marchombre voulait que ses apprenties apprennent à chasser efficacement.

Elle leur tendit donc un arc chacune, avec un sourire.

- Chacune de son côté, on chasse le diner. Allez zouh !
Le soleil commençait à s'approcher dangereusement de la ligne de l'horizon et l'air s'emplissait des couleurs de l'aurore. Les petits animaux seraient de sortie, surtout dans la plaine proche du Lac Chen.

Elles avaient donc toutes leurs chances.

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Groupe Furdh - Cours n°2   

Revenir en haut Aller en bas
 
Groupe Furdh - Cours n°2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Groupe Leenio - Cours n°5
» Groupe Humo - Cours n°3
» Groupe Bizya - Cours n°2
» cours de latin
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Nord :: Chaîne du Poll-
Sauter vers: