AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Certains membres prennent un an !

Pour voir si votre personnage est concerné,
merci de consulter ce sujet !

Si d'ici deux semaines, vous n'avez pas ajouté l'année à votre personnage,
vous serez sorti de votre groupe.
Si d'ici un mois cela n'est toujours pas fait, cela sera un avertissement !

Partagez | 
 

 Groupe Vegna ==> [Cours N°1, suite]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rilend Ansakh
Admin


Nombre de messages : 690
Citation : ...
Date d'inscription : 18/03/2009

Feuille de personnage
Age: 34 ans
Greffe: Absorption des coups
Signe particulier: Sa dague fétiche, Talisman. Bien dissimulée sous les cheveux, une cicatrice à l'arrière du crâne suite à une commotion cérébrale. Un pendentif rond, en nacre. Elle se transforme en Panthère noire.

MessageSujet: Groupe Vegna ==> [Cours N°1, suite]   Ven 17 Fév 2017, 01:00

La ville les accueillit à bras ouverts, pimpante et baroque à son habitude.
Aux portes peintes de couleurs chaudes, les travailleurs des alentours se pressaient, désireux de profiter qui d'un repas acheté à la sauvette, qui d'une pinte entre amis, midi et deux. Paysans, aux visages burinés par le soleil qui même en cette saison frappait encore, voyageurs au regard blasé ou curieux, badauds et promeneurs égarés se mêlaient dans une foule bigarrée. Parmi eux, Rilend repéra même quelques pêcheurs dont elle se garda de détailler les traits sculptés par l'eau et le vent, les mains calleuses, tant ils lui rappelaient un autre habitant des lieux.

Sur leur droite, un garde avait rivé les yeux sur eux. Rilend nota son regard attentif, mais papillonnant et sa posture d'apparence sérieuse. Le garçon était gringalet, plus jeune encore que son jeune élève et faisait de son mieux pour se donner des airs de vieux briscard. Mais la tension de son dos, ses pieds ancrés dans le sol étaient bien loin des attitudes faussement relâchées de ses camarades plus expérimentés, dont la fausse nonchalance masquait une vigilance sans faille. Le gardien sembla soudain prendre une résolution et ouvrit la bouche sans quitter des yeux le duo, mais quand il héla les marcheurs, ce fut le prénom de Daos qu'il prononça.

L'apprenti s'immobilisa puis louvoya entre les passants pour s'approcher du jeune homme, suivi à pas furtifs par Rilend. La jeune femme ne s'approcha pas assez pour avoir à se présenter ou expliquer sa présence, mais suffisamment pour pouvoir intervenir si le besoin s'en faisait sentir, quoique le garçon parût assez amical. Non pas immobile mais balançant au rythme de la foule, pieds rivés au sol et pourtant dans le mouvement de ce flux ininterrompu, la marchombre se laissa oublier le temps d'un échange.
Il fut bref, amical et cordial, et Daos fournit une explication à son maître quand ils s'éloignèrent. La jeune femme sourit, amusée :

"Dois-je en déduire qu'il va très vite falloir t'initier à l'escalade de remparts ?"

Il mentionnait également une jeune femme, Lou, une marchombre dont la description éveilla de vagues souvenirs dans l'esprit de Rilend. Lou...si elle n'avait jamais connu son prénom, il lui restait néanmoins de ses souvenirs d'apprentissage l'image d'une blonde délurée et pétulante, pétillante, au sourire toujours chaleureux pour tous les apprentis qu'elle croisait.
Elle hocha pensivement la tête :

"Je ne connaissais pas son nom, mais je l'ai souvent croisée lors de mon dernier séjour à l'Académie."

Elle ne précisa pas qu'elle était alors apprentie. Daos et elle se connaissaient depuis à peine une matinée, et il auraient trois ans pour aborder ces sujets, quand elle le connaîtrait mieux et quand il oserait lui parler sans détours aucuns.

D'un mouvement de hanche, elle se coula entre deux nobles affairés et bavards dont les mains volaient, ponctuant leur discours. Les deux hommes s'éloignèrent dans leurs riches atours sans même se rendre compte qu'une femme s'était faufilée entre eux.

Ils parcoururent les rues marchandes, fief des marchands éphémères et des travailleurs affamés aux bourses aussi vides que les estomacs. Siffleur ruisselant en brochettes rôties, poisson frit, saisi, cru ou presque, légumes croquants ou fondus, la variété de plats n'avait d'égal que celle des épices. Sur les étals, elles dessinaient des tableaux ensoleillés et poudreux, odorants. Sans se presser, au rythme de la foule et pourtant marchant plus vite que les badauds, Rilend se glissait entre les promeneurs avec régularité. Les fragrances populaires et lourdes éveillaient son appétit et le souvenir d'un temps où une brochette de siffleur constituait un festin sans pareil. Indifférente au boniment des marchands, elle sourit à Daos :

"Si elle t'a fait visiter la ville, je parie qu'elle t'a emmené manger à L'Evaline ?"

Elle passa donc devant la bicoque célèbre pour son ragoût sans s'arrêter : l'endroit était un repaire de marchombres et Rilend était prête à parier que ladite Lou y avait déjà emmené Daos. Tous les apprentis découvraient le lieu durant leur première semaine à l'Académie, et en étaient familiers trois années plus tard. La jeune femme s'était d'ailleurs souvent dit que le tenancier avait bien du mérite d'avoir ainsi retenu le nom - ou le pseudonyme - de tant de générations d'apprentis devenus marchombres et maîtres.

Une bouffée d'émotion la saisit, brièvement, à cette phrase.
Devenus marchombres et maîtres...

Elle se reprit, tourna dans une ruelle, se faufila dans une autre si étroite qu'ils n'auraient pas eu à beaucoup écarter les bras pour toucher les murs ocres et suintant l'humidité. A son extrémité, le soleil les accueillit tandis qu'ils débouchaient sur une petite rue résidentielle et que Rilend se dirigeait sans hésitation vers une bâtisse toute en longueur d'où s'échappaient de délicieux effluves de viande grillée.
Si L'Evaline était le fief du siffleur bouilli, La Cardinale en remontrait à toute la ville pour ses brochettes et légumes rôtis. C'était aussi la deuxième cantine attitrée des marchombres après quelques mois, et la matrone qui s'accoudait au comptoir salua Rilend d'un geste cordial quand la jeune femme entra dans la salle. Plutôt tranquille d'ailleurs - l'heure de la pause de midi était passée pour la plupart des travailleurs.

Les autres clients de la Cardinale étaient pêcheurs, comme le patron qui avait raccroché ses filets pour attraper les casseroles. Le nom de la taverne venait de la culture de la mer et du lac, désignant les piques plantées dans les fonds pour signaler les dangers à fleur d'eau. Ces hautes silhouettes longilignes, une perche surmontée d'une flèche orientée vers l'un des points cardinaux - car la cardinale indiquait sa propre position par rapport au danger - étaient familières à qui avait fréquenté les eaux.

La tenancière était d'humeur loquace ; quand elle vint les saluer, elle entama un laïus interminable sur le soleil, le beau temps, l'hiver qui venait et les pêcheurs qui amarraient aux mouillages non autorisés, s'attirant l'ire des autorités...Rilend lui répondit par un sourire et, quand elle leur demanda enfin ce qu'ils désiraient, sauta sur l'occasion en espérant que Daos ferait de même : tout temps de réflexion de la part du jeune homme entraînerait un nouveau discours.

Leurs plats arrivèrent avec une vitesse presque surnaturelle et Rilend souhaita bon appétit à son élève, puis ne se fit pas prier pour attaquer le sien. Mine de rien, elle avait faim à force de promener le jeune homme dans les bois depuis l'aurore...
Elle n'engloutit pas l'intégralité de son plat avant de reprendre la parole :

"Tu as des questions à propos de ce matin ? Ou de quoi que ce soit d'autre d'ailleurs..."

[Début du cours ici]

__________________________________________

*Parce que la panthère en toi peut être apprivoisée
Parce que le plus grand des trésors est la liberté.*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daos Loner
Groupe Vegna


Nombre de messages : 38
Date d'inscription : 13/01/2017

Feuille de personnage
Age: 24
Greffe: Non
Signe particulier: Bracelet de cuir avec une boucle de métal en forme de feuille

MessageSujet: Re: Groupe Vegna ==> [Cours N°1, suite]   Aujourd'hui à 13:49

Rilend le mena le long de rues jalonnées de boutiques et étals, où s'affairaient marchands, artisans, cuisiniers, promeneurs et clients par centaines. La marchombre avançait tranquillement parmi les badauds, flanquée de son apprenti. Là où elle se glissait souplement entre deux passants sans même effleurer leurs vêtements, Daos était contraint de régulièrement se heurter à une ou deux épaules. Même s'il était plus épais que son maître, il remarquait qu'elle était infiniment plus à l'aise que lui dans la foule, qu'elle esquivait les promeneurs sans même paraître y prêter attention. Elle tourna la tête vers lui en souriant :

"Si elle t'a fait visiter la ville, je parie qu'elle t'a emmené manger à L'Evaline ?"
- Oui
, répondit Daos dans un sourire. Elle et Oturo avaient même l'air de tous deux bien connaître Rant, le tenancier.

Ils passèrent par la placette bordée par l'établissement, qui semblait accueillir bien plus de monde que lorsque le jeune homme y était allé en compagnie des deux marchombres. Rilend bifurqua à une ruelle et le mena dans un passage si étroit et obscur qu'il en était oppressant. L'ombre fit place à la lumière aveuglante du soleil, tirant quelques larmes au jeune homme tant elle l'éblouit. Battant rapidement des paupières pour tenter de s'accoutumer aux reflets blanchâtres sur les pavés brillants, il emboîta le pas à la marchombre qui s'en allait tout droit vers un long bâtiment étiré dont l'enseigne indiquait La Cardinale, ornée d'une gravure représentant un long trait avec une flèche en son bout.

Une alléchante odeur de grillades vint chatouiller les narines de Daos alors qu'il suivait Rilend à l'intérieur de l'établissement. La décoration était portée sur le thème de la pêche : filets, tableaux et gravures représentant des poissons égayaient les murs de pierre claire. Les tables proches du feu qui ronflait dans la cheminée en bout de salle avaient été prises d'assaut, mais le reste de la pièce était plutôt vide. La marchombre adressa un signe de tête en souriant à la tenancière qui était accoudée au comptoir. Elle le mena à une table proche du centre de la salle et ils furent presque immédiatement assaillis par la patronne, qui semblait enchantée de pouvoir bavarder maintenant que l'affluence de midi était terminée.

Le plat de Rilend et la brochette de volaille qu'avait commandé Daos arrivèrent bien plus vite qu'il ne l'aurait cru en se basant sur ses repas à
L'Evaline et La Choppe Argentée. Tous deux se souhaitèrent bon appétit et le jeune homme imita son maître en commençant à manger.

La viande était épicée à merveille, cuite à la perfection et les légumes rôtis d'une main de maître. L'assiette était un régal, surtout après une matinée aussi éreintante que celle qu'il venait de vivre. Daos avalait une grande gorgée d'eau fraîche lorsque Rilend cessa sa mastication pour lui demander :


"Tu as des questions à propos de ce matin ? Ou de quoi que ce soit d'autre d'ailleurs..."

Il regarda la machombre dans les yeux avant de reposer son verre, puis se mit à fixer pensivement un morceau de poivron couvert de sauce dans son assiette.

- Des questions... reprit-il toujours songeur.

Reposant sa fourchette, il se cala contre le dossier de sa chaise en croisant les jambes.


- J'en ai des tonnes. Mais je pense qu'en trois ans, j'aurai le temps d'obtenir des réponses à la plupart d'entre elles. Je me contenterai donc d'une « petite » poignée, poursuivit-il en accentuant l'adjectif. D'où venez-vous ? Quel âge avez-vous ? Depuis combien de temps avez-vous terminé votre apprentissage ? Combien d'élèves avez-vous eu avant moi ? Pourquoi avoir construit l'Académie, un aussi grand bâtiment à proximité d'Al-Chen alors que les marchombres cultivent secret, discrétion et mystère ? Et...

Il hésita en fronçant les sourcils. Savoir s'il était moins bon ou meilleur que d'autres apprentis lui importait peu, mais il craignait que la marchombre se méprenne sur son ultime question. Il se lança néanmoins.

- … Et... Est-ce que, pour l'instant, je me débrouille bien ?

__________________________________________

Un immense merci à Wëlle pour l'avatar !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
Groupe Vegna ==> [Cours N°1, suite]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Groupe 8 - En cours
» [NOV] Premier cours de vol : Travail de Groupe
» Voiture de Djakout-Mizik impliqué dans un autre accident de la circulation
» cours de latin
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Al-Chen-
Sauter vers: