AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 [-18] I don't wanna be the exception to get a bit of your attention [ Libre ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice


Nombre de messages : 722
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Re: [-18] I don't wanna be the exception to get a bit of your attention [ Libre ]   Mar 04 Avr 2017, 07:08

- Je veux venir...
[ Inspire brusquement ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 961
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-18] I don't wanna be the exception to get a bit of your attention [ Libre ]   Mar 04 Avr 2017, 16:47

- Tu n'as pas peur ?

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 18/07 au 24/07]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 722
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Re: [-18] I don't wanna be the exception to get a bit of your attention [ Libre ]   Mar 04 Avr 2017, 16:58

- Je suis terrifiée.

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 961
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-18] I don't wanna be the exception to get a bit of your attention [ Libre ]   Mar 04 Avr 2017, 17:07

- Moi ça va. J'ai peur d'être tout seul. Si tu es avec moi, je me sens capable de repousser mes limites, d'aller plus loin encore...

Et toi ? Qu'est-ce qui te terrifie ?

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 18/07 au 24/07]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 722
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Re: [-18] I don't wanna be the exception to get a bit of your attention [ Libre ]   Mar 04 Avr 2017, 17:10

- D'être seule, aussi. De ne pas réussir à me relever. De m'engluer encore plus, et de ne pas avoir la volonté de m'en tirer. Ni la force.

Je t'admire tu sais. Tu parviens toujours à t'extirper de toutes les situations possibles... Moi, j'ai l'impression d'être faible, à côté.

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 961
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-18] I don't wanna be the exception to get a bit of your attention [ Libre ]   Mar 04 Avr 2017, 17:15

- Moi ?! C'est toi qui m'impressionne, pourtant... Tu traces ta route, quoi qu'il arrive, et quand tu souris c'est comme si tu partageais un peu de tes étoiles avec les gens qui t'entourent... Tu brilles quand moi, je parviens péniblement à sortir la tête de l'eau.

Tu ne me crois pas ? Regarde Tsukia, alors. Regarde Aivy. Elles sont tellement fières de te suivre, tellement heureuses que tu les guides... Même elles, j'ai pas réussi à te les piquer.


(Il a prononcé ces dernières paroles dans un demi-sourire amusé.)

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 18/07 au 24/07]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 722
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Re: [-18] I don't wanna be the exception to get a bit of your attention [ Libre ]   Mar 04 Avr 2017, 17:21

[ hausse les épaules ]

- Non, je ne trace pas ma route. J'essaye de partager ce que j'ai de meilleur, mais je fuis ce que je n'aime pas chez moi. Je le renie. Et je commence à comprendre que c'est pas comme ça que ça marche... Ça n'attire que des ennuis. Au moins, tu es fidèle à toi même en toutes circonstances.

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 961
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-18] I don't wanna be the exception to get a bit of your attention [ Libre ]   Mar 04 Avr 2017, 17:29

(Il soupire)

- On est ce qu'on est, Lib. C'est vrai, je suis moi-même, mais j'ai lutté tellement fort, tellement longtemps... Je suis fatigué de me battre. Désormais, je ne me bats plus à cause du regard de quelqu'un mais pour quelqu'un. C'est mieux. C'est difficile mais c'est mieux.

(Il tourne la tête, l'embrasse sur le front)

Qu'est-ce que tu peux bien ne pas aimer, chez toi ?

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 18/07 au 24/07]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 722
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Re: [-18] I don't wanna be the exception to get a bit of your attention [ Libre ]   Mar 04 Avr 2017, 17:33

- Ce côté dépressif. Comme si je n'avais aucune volonté dès que quelque chose devient douloureux et compliqué.

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 961
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-18] I don't wanna be the exception to get a bit of your attention [ Libre ]   Mar 04 Avr 2017, 19:30

- Le mien est destructeur. On échange si tu veux, mais...

(Il soupire à nouveau)

Des fois je me demande pourquoi tout est si compliqué. Est-ce que c'est le souci du détail ou bien une envie de chipoter quand tout va pour le mieux ?

(Il glisse la main dans ses cheveux, joue machinalement avec)

Ce qui nous arrive, ce n'est pas un petit détail. C'est ce qui change une vie, au moins. Mais... Tu vois, si j'entreprends ce voyage, c'est pour lâcher prise avec ce qui me prend ordinairement la tête. Je veux avancer dans tout ce qu'il y a de plus simple. Je veux partir dans l'inconnu, me faire peur, découvrir des choses que je ne connais pas, des endroits qui me laisseront sans voix, faire le point... Faire le point avec moi-même.

Et...

... être avec toi.

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 18/07 au 24/07]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 722
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Re: [-18] I don't wanna be the exception to get a bit of your attention [ Libre ]   Mar 04 Avr 2017, 20:31

Des fois, elle se demandait justement si la destruction ne serait pas mieux. Sans doute pas, il y avait une certaine équivalence entre tous ces côtés, finalement. Oui, c'était vrai que Gil avait ce côté destructeur - elle aurait même ajouté "auto-destructeur". Et oui, elle lui en avait voulu pour ça. Cette spirale infernale où il détruisait tout ce qu'il avait construit avec elle, consciemment ou pas, directement ou pas.
Et elle, où était-elle dans l'histoire ?
C'était elle qui s'était laissée submergée par tout ça. Qui n'avait pas vu plus loin que le bout de son nez, qui s'était embourbée dans cette situation car c'était finalement moins compliqué que de s'en sortir.

Elle secoua doucement la tête, se figea quand Gil glissa ses doigts dans ses cheveux. Un instant, elle ferma les yeux, appréciant la caresse inconsciente, avant de rouvrir les paupières.
Oh oui ce qu'ils vivaient changeait une vie. Plus d'une, d'ailleurs, au fond. Elle poussa un petit soupir contrit, se retenant de secouer la tête pour une énième fois.

- Tu vois, si j'entreprends ce voyage, c'est pour lâcher prise avec ce qui me prend ordinairement la tête. Je veux avancer dans tout ce qu'il y a de plus simple. Je veux partir dans l'inconnu, me faire peur, découvrir des choses que je ne connais pas, des endroits qui me laisseront sans voix, faire le point... Faire le point avec moi-même.

Elle hocha doucement la tête : elle comprenait ça. Mais quand Gil murmura la suite dans un souffle, elle retint le sien.

- Et… être avec toi.
Libertée releva vivement le menton pour tenter de détailler le visage de l'envoleur dans le noir. Seul son souffle lui répondit. Son cerveau l'informa plusieurs dizaines de secondes plus tard qu'elle devait respirer, et elle s'ébroua contre le flanc de Gil.

Faire le point hein ?
Elle avait peur de l'issue de cette réflexion, en réalité.


- J'ai peur Gil. Peur que tu t'en ailles à nouveau. Peur de cet inconnu qui se profile. Peur de ce qu'on peut ou va devenir.
Sa voix était enrouée, mais elle retint les sanglots qui encombraient son torse et ses poumons.
Se détachant de Gil, elle tapota distraitement son pectoral droit et se tourna dans la couverture pour plaquer son dos contre lui.
Un soupir d'appréciation passa ses lèvres, une seconde : sentir la chaleur de l'homme contre elle faisait du bien, mais le noir était trop profond...

Parce que les souvenirs se déversèrent en elle brutalement, violemment. Les images et les sensations l'envahirent, plongeant dans sa tête et dans sa peau.
Elle ferma les lèvres avec force, retenant avec difficulté le son d'un cri déchirant, qui ne fut qu'un infime couinement. Elle sentait tout son corps contracté,violenté, serra les doigts à s'en entailler les mains de ses ongles, les dents à s'en faire grincer la mâchoire, ramenant ses cuisses contre son torse dans un geste instinctif de protection. Réalisa un peu tard que ça exposait son dos, pivota précipitamment sur son autre flanc pour faire face à…
Gil.
Son souffle se coupa, elle enfouit son visage dans ses mains, tentant de reprendre le contrôle de son corps. Luttant contre elle-même pour allonger les jambes, tremblant soudain de tous ses membres.

Là, elle ne savait même pas comment Gil était en train de réagir. S'il lui parlait, elle ne l'entendait pas. Elle devait se débarrasser des résidus de violence, de sa chair découpée, de son intimité forcée. Toutes les sensations étaient trop réelles, trop personnelles ; elle se sentait affreusement sombrer là tout de suite ; le noir était oppressant.

Trop de noir.

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 961
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-18] I don't wanna be the exception to get a bit of your attention [ Libre ]   Mar 04 Avr 2017, 22:10

J’ai peur… peur que tu t’en ailles à nouveau.

Gil ferma les yeux.


*


Moi aussi j’ai peur.
De moi, de ce qui vit en moi, de ce qui me pousse en avant, de ce qui cherche à me retenir, peur de tout, peur d’un rien…
De lui, de ses yeux trop bleus, de ses mains trop douces, trop aimantes, peur qu’il t’offre une étoile plus grande que la mienne, et plus belle…
Peur que tu réalises qu’il vaut mieux que moi.
Je pourrais te promettre que rien de tout cela ne se produira.
Je pourrais te jurer que tout ira bien.
J’aurais pu faire ce serment pour Suviyo.
Mais…
La vie.
La vie est un long chemin semé d’embûches et nul ne sait jamais ce qu’il va y découvrir, ce qu’il va devoir affronter.
Je t’aime. Dans une pulsion destructrice, dans le désespoir, dans le bonheur le plus parfait, dans ce monde ou un autre, dans cette vie ou la prochaine, je continuerai de t’aimer aussi fort.
C’est ce qui me rassure.
C’est ma promesse.



*


Il rouvrit presque aussitôt les yeux, alerté par le cri silencieux de Libertée. Il avait senti venir sa crise avant même qu’elle ait réellement débuté. Son premier réflexe fut de l’enlacer, mais il réprima son geste in extremis ; il fallait être idiot pour envisager de lui imposer pareille chose alors qu’elle était en train de lutter avec les effets dévastateurs du traumatisme. Gil serra les dents à s’en faire craquer la mâchoire. Rester immobile et l’observer, c’était bien au-dessus de ses forces. Il préférait encore se pendre. Merde ! Il jura à voix basse, ou peut-être bien à voix haute, et il attrapa la marchombre par les épaules. La secoua, doucement d’abord, puis plus franchement en réalisant qu’elle ne sortait pas de sa torpeur.

- Je suis là ! cria-t-il. Calme-toi, je suis avec toi, je ne te lâche pas d’une semelle… Lib ! Ouvre les yeux. Regarde-moi. Regarde-moi, bon sang !

Il lui attrapa les mains et les écarta de son visage pour chercher son regard. Dès qu’il le trouva, il s’y accrocha, le retint, l’emprisonna.

- Je suis là, répéta-t-il plus doucement, plus lentement. C’est notre présent, toi et moi, la grange, la lune, l’odeur du foin… Tu ne crains plus rien.

C’était rare mais, pour une fois, il souhaitait de toutes ses forces que les mots soient assez puissants pour l’atteindre, percer le brouillard dans lequel elle s’était enveloppée, illuminer la nuit dans laquelle elle sombrait. Il ne savait pas quoi faire d’autre ! Il ne pouvait rien faire d’autre… Juste, ne pas la lâcher. L’empêcher de se perdre. De souffrir. Voyant qu’elle allait détourner les yeux, il lui attrapa le menton. Pas brutalement, non, mais assez fermement pour qu’elle reste avec lui. Ses yeux dans les siens. Son souffle précipité contre le sien. Il ne cessa pas de lui parler. C’était peut-être idiot mais il se raccrochait à cette idée folle qu’elle puisse l’entendre. L’écouter.

Le croire.

- Je t’aime, murmura-t-il dégageant doucement une mèche de son front. Tout va bien, Lib. Tout va bien. Je suis là…

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 18/07 au 24/07]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 722
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Re: [-18] I don't wanna be the exception to get a bit of your attention [ Libre ]   Mer 05 Avr 2017, 17:00

Ça faisait mal. Douleurs physiques ou douleurs fantômes ?
Elle ne savait plus. C’était trop réel. Ça lancinait partout, elle sentait les lacérations sur ses flancs, sur ses reins. Elle pouvait sentir bouger en elle.
Était-ce réel ?

- Je suis là !
Est-ce que cette voix venait de son cerveau ? De son coeur ? Ou autre part ? Pourquoi y aurait-il quelqu'un pour la sauver, là, ici ? Personne ne pouvait la sauver, personne ne pouvait la trouver. Il faisait trop noir. Ce mec était trop fou, dérangé. Il ne fonctionnait pas comme les autres.

Elle serra les dents, pressa ses paupières sur ses yeux. Endurer. Elle ne pouvait plus que faire cela, après tout. Tout le reste était flou. Lointain. Elle faisait ça pour..

- Suviyo !
Le hurlement la tira des sensations violentes qui l'avaient assaillie.
Tout son corps se mit brusquement à trembler alors que la pression éclatait. Les larmes explosèrent sur ses joues, les dévalant silencieusement alors qu'elle se recroquevillait soudain sur elle-même.


-Je t’aime. Tout va bien, Lib. Tout va bien. Je suis là…

Un gémissement s'échappa de ses lèvres, presque imperceptible. On la serra fort, dans une étreinte puissante mais douce et tendre. Un instant, elle laissa la panique refluer alors que tout son corps pulsait d'adrénaline. Elle se blottit contre le torse de l'homme - Gil ! -  et poussa un petit soupir tremblant.
Secouant la tête, elle resta là un moment, n'osant plus se dégager de la chaleur du corps de son compagnon. La tempe posée sur l'avant de son épaule, elle respirait son odeur et profitait de son cocon sécurisant.

Quand elle sentit que son coeur avait repris un rythme normal, plus régulier, et que son souffle était plus profond, elle se dégagea avec une infinie douceur… Non en fait. Elle se contenta de lever les yeux vers le visage de Gil.

- Tu as pas de quoi laisser une lumière allumée ?

Elle n'avait pas envie d'avoir peur du noir.


♥ ♥ ♥

Gil avait parlé d'aller au delà des Océans. Ils se dirigeaient vers le Sud mais Lib n'avait aucune idée de la destination finale. Peut-être que l'envoleur non plus, d'ailleurs, au fond. Elle avait juste envie de se retrouver seule.
Seule avec la nature.
Avec la nature, et Gil.

La passe de la Goule étendait ses larges plaines autour d'eux. Ils n'avaient croisé que quelques voyageurs, sans s'attarder en leur compagnie. C'était comme si tout cela devait être occulté un temps.

La fuite vers l'avant était inévitable.
C'était ou cela, ou sombrer.

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 961
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-18] I don't wanna be the exception to get a bit of your attention [ Libre ]   Mer 05 Avr 2017, 20:54

Combien de temps serra-t-il Libertée contre lui, tout en la berçant pour la calmer ? Gil ne saurait le dire. Il s’en moquait. Le monde pouvait bien continuer de tourner, les minutes persister à s’écouler, rien d’autre ne comptait que cette volonté farouche d’apaiser la marchombre. Il embrassait ses joues baignées de larmes, il murmurait des choses sans queue ni tête. Ne songeait qu’à la protéger. Alors, quand le prénom de leur fille explosa dans un éclat de souffrance, il parvint sans trop savoir comment à juguler la sienne, à maîtriser cette lame de douleur qui cherchait à le transpercer lu aussi. Pour elle, il fallait qu’il soit fort ! Il fallait qu’il tienne bon ! Le dernier des remparts face à la tristesse immense qui brisait sa compagne… Et il ne flancha pas. Il resta aussi solide que possible, un véritable exploit alors que tout son être n’aspirait qu’à rejoindre Libertée dans sa bulle ténébreuse ; sa colère latente l’aida beaucoup. Chaque fois qu’un spasme la secouait, il maudissait Tornak. Quand elle gémissait contre lui, il se revoyait en train d’entraver ce cinglé. En pensée, il le laissa brûler, puis le fit revenir à la vie pour le brûler encore. Et encore. Et encore. En lui, la bête se repaissait de cette violence contenue. Elle patientait, attendait sagement son heure, encore vexée d’avoir été aussi bien mouchée la dernière fois, lors de leur altercation improbable.

- Tu n’as pas de quoi laisser une lumière allumée ?

Gil serra les dents : comment une simple question pouvait l’ébranler à ce point ? Sans un mot, il donna un coup de pied dans le battant du volet, et celui-ci s’ouvrit en grand sur l’extérieur. Il y avait quelques nuages, mais la lune était pleine et sa lumière éclairait le paysage ; pas tout à fait comme en plein jour, et pourtant l’on aurait pu se déplacer sans bougie. Gil s’assit au bord et passa ses jambes à l’extérieur, dans le vide. Il attira Libertée contre lui, tout doucement, avec cette délicatesse qu’ont les hommes qui manipulent de la porcelaine extrêmement fragile, mais quand elle fut de nouveau entre ses bras, il l’étreignit avec force. Désormais silencieux, il laissa son cœur prendre le relais, puisqu’elle avait sa tête contre sa poitrine, et lui dire ce qu’il n’avait pas dit. Son regard se perdit au loin, caressa pensivement les arbres qui se découpaient dans la lumière argentée, suivit les rondeurs d’une colline, traça les contours d’un moulin, s’envola vers le ciel étoilé. La lune eut le temps de jouer à cache-cache avec les nuages avant qu’il sente Libertée se détendre enfin. Il attendit qu’elle s’endorme pour poser sa tête contre le mur et fermer les yeux à son tour. Mais il ne trouva pas le sommeil avant longtemps, et lorsque ce fut le cas, deux heures avant l’aube, ce fut si léger qu’il reprit conscience à chaque mouvement de la marchombre.

Je suis là...


*


Accroupit près du petit ruisseau qui serpentait joyeusement entre les hautes herbes, Gil plongea sa gourde dans l’eau et la remplit d’un grand geste du bras. Il but quelques rasades fraîches, s’essuya les lèvres d’un revers du bras et tendit sa gourde à Libertée. Il observa les reflets mordorés de ses cheveux sous l’éclat du soleil pendant qu’elle se désaltérait à son tour, ne résista pas à l’envie d’y glisser ses doigts et sourit quand elle leva les yeux vers lui. C’était plus fort que lui. Le plus étonnant, c’était peut-être sa facilité à sourire quand son cœur pesait lourd dans sa poitrine ; un sourire un peu fatigué – il n’y avait qu’à voir les cernes bistres qui soulignaient son regard dépareillé pour constater son épuisement – et sans doute pas aussi lumineux qu’avant, mais sincère et débordant de tendre malice. Ce voyage, après tout, était celui du changement… Il n’était déjà plus le même, il pouvait le sentir, le deviner au fond de lui. A l’intérieur, évidemment, mais à l’extérieur aussi : dans la matinée, il avait demandé à Libertée de lui couper les cheveux. Courts. Non pas en signe de deuil, mais par la volonté de suivre le courant de changement. Ça lui faisait tout drôle de ne pas sentir ses cheveux chatouiller sa nuque, et il avait le réflexe inutile de repousser des mèches qui ne tombaient plus devant ses yeux, mais ça lui donnait un air plus… déterminé.

Il se redressa souplement, balança son sac sur son épaule et ils se remirent en route. La piste rocailleuse qu’ils suivaient s’élançaient au milieu des plaines sauvages de la Passe de la Goule. Gil ne suivait aucun itinéraire précis mais il évitait autant que possible les villages et les routes principales, trop fréquentées à son goût. Il n’avait aucun mal à protéger cette solitude volontaire dans laquelle Libertée et lui s’étaient blottis ; il avait toujours fonctionné de cette façon. Mais ce voyage apportait aussi son lot de surprises et de nouveautés : le simple fait de l’entreprendre à pieds et avec le strict minimum, déjà, le rendait unique. Il fallait chasser pour se nourrir – sans arc, Gil utilisait ses aiguilles ou bien posait des pièges à lapin – et dénicher les sources pour remplir les gourdes ; s’abriter sous les arbres quand la pluie tombait vigoureusement ; revenir sur ses pas ou bien faire des détours importants quand le chemin devenait impraticable ; dormir à la belle étoile quand le temps le permettait, et chercher un abri s’il faisait trop mauvais ; se laver dans l’eau glacée d’une rivière, en profiter pour laver aussi leurs vêtements puis attendre qu’ils sèchent… L’un et l’autre étaient rompus à ce genre de conditions parfois rudes, mais Gil avait l’étrange impression de tout redécouvrir : si ses gestes étaient teintés d’une efficacité que seule l’expérience pouvait apporter, ses yeux s’agrandissaient de curiosité devant un oiseau capable de plonger en piquée sous l’eau pour attraper un poisson, ou d’admiration quand les rayons du soleil couchant effleuraient l’horizon, dessinant les Dentelles Vives avec la précision d’un artiste. Chaque seconde compte, avait dit Thaom. Gil était fermement décidé à n’en plus gâcher aucune.

Le vent du changement était encore plus fulgurant avec Libertée. Ils s’étaient littéralement consumés de passion au début de leur relation, un peu à la manière d’allumettes craquées trop tôt et brûlées trop vite… Là, c’était totalement différent. Ils marchaient des heures, avalaient des kilomètres sans prononcer une seule parole. Et c’était bien. Sans mots, les liens qui les unissaient étaient plus évidents que jamais, révélés par cette nouvelle façon de se côtoyer, de s’apprécier… de s’aimer. Les quelques personnes qu’ils croisaient avaient tendance à se retourner dans leur dos, intrigués, incapables de trancher : ensemble ou non ? Cette question, ils n’étaient pas les seuls à se la poser. Gil marchait parfois en tenant la main de Libertée dans la sienne, et quand il cédait à la tentation de passer la main dans ses cheveux, il lui caressait toujours la joue au passage. La nuit, il ne la quittait pas, sacrifiant sans regret quelques heures de sommeil pour prévenir ses angoisses, apaiser ses craintes, affronter ses peurs avec une patience infinie. Quand il finissait par s’endormir, épuisé, il avait vaguement conscience de la chaleur de la marchombre contre lui. S’il marchait derrière elle, il ne pouvait pas s’empêcher de la regarder, fasciné par sa démarche, ou bien par la danse de ses cheveux sur ses épaules. Et voilà. Il s’en tenait là. Il craignait trop de l’étouffer, de l’agacer, de la lasser. Il appréciait trop cette nouvelle complicité, un peu fragile, un peu timide, qui était née.

Un après-midi, il se réveilla doucement d’une petite sieste. Comme il passait le plus clair de ses nuits à combattre la peur du noir de Libertée, il avait tendance à s’écrouler dans la journée. Cette fois-ci, c’était à l’ombre d’un grand saule pleureur, au bord d’un étang. Il avait posé sa tête sur les genoux de la marchombre et dormi du sommeil des justes, une bonne heure, avant d’ouvrir les yeux, chatouillé par le frôlement de ses doigts dans ses cheveux. Ce fut pour plonger dans le regard immense et rose de Lib. Son cœur s’affola. Sans réfléchir, il se redressa à demi et l’embrassa.

Fougueusement.

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 18/07 au 24/07]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 722
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Re: [-18] I don't wanna be the exception to get a bit of your attention [ Libre ]   Mer 05 Avr 2017, 22:52

Elle aimait aussi tellement passer sa main dans les cheveux de Gil. Cela lui avait fait vraiment un pincement au coeur quand elle les lui avait coupé, mais elle avait compris cette nécessité. Après tout, elle était bien placée pour savoir. Et cela lui avait montré que oui, son coeur était là. Il battait toujours, douloureusement, certes, mais il était là.
Meurtri mais vivant.

Alors quand il était là, allongé sur ses cuisses, elle passait ses mains sur son crâne avec une délicate affection.
Le voyage avait commencé. Tranquille et lent, il allait au rythme de leur propre cicatrisation. Il fallait tout nettoyer, avant de laisser guérir. Il fallait pouvoir vérifier qu'il n'y avait pas d'infection, pas de pus, pas de saletés qui se mettaient dans la plaie. Ce n'était pas facile ; le voyage serait long oui.
Mais il était plus que nécessaire.

Elle savait qu'elle n'était pas facile à supporter. Ses crises de panique soudaines étaient handicapantes, même si elle avait l'impression qu'elles s'espaçaient. Elle sentait également Gil sur le fil, il y tanguait dangereusement. Il était fort, et si c'était ce dont elle avait besoin, elle savait que cela ne pourrait pas durer éternellement ; il faudrait aussi qu'il prenne le temps de s'effondrer. Ou pas, cela dépendrait de lui, mais cela l'aiderait peut-être, finalement.

L'envoleur s'était endormi là, c'était peut-être sa façon aussi de lâcher un peu prise. Elle lui coupait ses nuits, il rattrapait son sommeil pendant la journée.
Libertée ne savait plus vraiment à quoi s'en tenir. Cette vague, cette bulle, dans son coeur, lui disait dix mille fois qu'elle l'aimait oui. Mais son coeur endoloris et son cerveau lui rappelaient à quel point ça avait fait mal. A quel point ça n'avait pas suffit.
Mais elle n'avait pas envie de se contenter de survivre. Même si dans l'état actuel des choses, c'était exactement ça. Ils survivaient à deux ; dans leurs silencieux échanges, dans ce voyage nécessaire, dans cette nouvelle communication, cette nouvelle complicité, ils construisaient de nouveaux socles, de nouvelles bases. L'espoir était-il envisageable ?

Elle secoua la tête pour elle-même : elle ne savait pas trop. Elle ne savait même pas si elle serait capable un jour d'être touchée comme avant. Avec cette passion, avec cette brutalité, ce qui faisait qu'elle aimait cela, en réalité.
Rien que d'y penser, elle ne pouvait empêcher son corps d'en trembler. D'émotion ? De quelque chose de refoulé ? De peur ? Elle ne savait même pas.

Elle sentit le réveil le Gil plus qu'elle ne le vit, eut tout juste le temps de tourner son regard pour le plonger dans celui de l'homme. L'espace d'une seconde, elle vit son impulsion comme une étoile dans ses yeux dépareillés, et retint son souffle alors qu'il se redressait pour l'embrasser.
Un peu trop fougueusement.
Elle luttait contre elle-même pour ne pas repousser sa langue, un peu trop intrusive. Pour ne pas trembler sous les caresses, dans sa nuque, passionnées. Pour ne pas s'effondrer quand elle sentit les doigts de Gil sur sa cuisses, entre ses cuisses, alors que son être-même était déchiré entre deux émotions absolument contradictoires.

Son corps en voulait plus. Elle le sentait brûler doucement.
Mais il y avait cette mémoire imprimée en elle, qui la faisait chevroter.

Elle glissa sa main sous la nuque de Gil, pour déposer un autre baiser sur ses lèvres. Elle n'enfouit pas sa langue en lui, elle ne s'en sentait pas la force, mais elle prit le temps de suçotter un instant sa lèvre inférieure.


- J'ai peur, Gil.
Murmure-angoisse. Murmure-détresse.

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 961
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-18] I don't wanna be the exception to get a bit of your attention [ Libre ]   Jeu 06 Avr 2017, 00:39

[Court, désolée !! Je suis claquée - mais je voulais tellement répondre que... bon, bref ^^]



L’odeur fruitée de Lib frappa Gil de plein fouet. Enfer ! Sonné, il s’accrocha à elle sans cesser de l’embrasser, poussant sur ses muscles pour se redresser complètement. Enfer de… il perdait pied. Il lâchait prise ! Sa peau était si douce, elle sentait si bon ! Les sensations ricochaient, aveuglantes. Terriblement excitantes. Il avait conscience de ne pas faire ce qu’il fallait, mais soudain, c’était comme si sa force le quittait ; comme si le mur solide qu’il avait élevé autour de lui à la manière d’une carapace était en train de s’effriter. D’exploser, même. Parce que c’était violent. Une véritable boule de feu qui grandissait en lui, incontrôlable et foutrement dangereuse. Trop tard. Dans un grognement de plaisir, Gil renversa Libertée dans l’herbe. Ses mains glissaient sur son corps avec impatience, ses lèvres pressaient les siennes avec avidité, son cœur battait la chamade avec fièvre. Elle lui avait tellement manqué… ! Et plus il s’enhardissait, plus la sensation du manque devenait prégnante, comme si ce qu’il faisait, ce qu’il prenait n’était pas assez suffisant. Chaque caresse était un supplice. Le moindre souffle lui donnait le tournis. Du satin ? Ah oui. Ses doigts sur les cuisses de Libertée. Il glissa son genou entre elles pour les ouvrir, laissa ses doigts remonter, enfouit son visage dans le cou de Libertée et…

- J’ai peur, Gil.

Quatre mots.
Quatre putains de mots à peine perceptibles, surtout dans le chaos qui régnait en lui.
Ils frappèrent Gil aussi efficacement qu’un bon coup de poing dans le ventre, et l’Envoleur bondit aussitôt sur le côté, comme s’il s’était brûlé. En un sens, c’était le cas…

- Je…

Il haletait. Merde ! C’est pas vrai ! Il avait réellement fait ça ? Dérapé comme un con alors que Lib était… Gil ferma les yeux.

- Lib, je… je suis désolé.

Là, maintenant, tout de suite, il n’avait qu’une envie : se la couper. Il n’arrivait pas à croire ce qu’il venait de faire. Il n’arrêtait pas de penser à ce qui avait failli se produire. Le pire, c’est qu’en y pensant, il n’arrangeait pas son état… Il tremblait d’excitation. Ça ne lui était encore jamais arrivé. Effrayé, il recula encore un peu. Il gardait résolument les yeux baissés. Il craignait de lui sauter dessus si par malheur, il croisait ses yeux roses… Bon sang, elle devait le haïr à présent. Après ce que ce taré lui avait fait subir, voilà qu’il prenait la même direction. Il l’avait plaquée dans l’herbe ! Existait-il plus brillante idée pour aider une fille à se remettre d’un traumatisme aussi grand ? Non ? Bravo Gil. Bravo. Tu bats tous tes records, là. A quand la médaille ? Abruti !! Bien sûr, s’engueuler in petto ne servait à rien du tout. Strictement à rien.

Merde !

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 18/07 au 24/07]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 722
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Re: [-18] I don't wanna be the exception to get a bit of your attention [ Libre ]   Jeu 06 Avr 2017, 18:10

[ Et ben moi alors ! C'est super court ! Et j'ai pas d'excuse, il est pas 1h du matin x) ]



Libertée ne put retenir un gémissement quand Gil bascula vivement sur le côté pour se dégager. * Non ! Reviens ! * Elle ne voulait pas qu'il s'en aille, elle avait juste besoin d'un peu de temps. Elle en avait envie, et à la fois elle était absolument terrifiée d'en vouloir plus.
Le coeur affolé, elle ne pouvait pourtant pas laisser l'envoleur dans un état pareil.

Il haletait à côté d'elle, rempli d'un besoin puissant, et elle pouvait aisément deviner que c'était sa façon à lui de lâcher prise aussi. Sauf qu'elle ne se sentait pas capable de résister à la peur panique qui l'envahissait alors que les gestes de Gil étaient rudes.
Pourtant, ce n'était que Gil ! Rationnellement, elle savait parfaitement qu'il ne lui ferait pas de mal. Mais plus profondément enfoui, la crainte violente distillait une terreur telle qu'elle ne pouvait y résister. Luttant contre un nouveau frisson, elle tourna le regard vers l'envoleur recroquevillé sur lui même, juste là.


- Lib, je… je suis désolé.
Une boule se forma dans la gorge de la marchombre. Elle prit une inspiration, rassembla son courage et s'approcha doucement de Gil. Elle n'avait plus de petite mèche à repousser derrière son oreille, et glissa simplement ses doigts dans ses cheveux, une seconde.

- Gil…
ELle sentit sa gorge se serrer, alors qu'elle rassemblait ses idées. Son courage. Et qu'elle repoussait la panique brutale qui s'emparait d'elle.

- C'est moi qui suis désolée. Je… Je crois que j'ai envie de toi. Mais je suis paniquée.
Et il suffisait d'un sens de l'observation très basique pour le constater : sa respiration était sifflante et trop rapide, elle en tremblait toujours un peu, son menton tressaillait quand elle parlait et sa voix chevrotait.
- Je ne sais pas quoi faire. Tu es si fort pour moi. J'aimerais pouvoir te rendre la pareille ; je voudrais être forte pour toi…
Elle leva son regard pour le plonger dans celui de Gil, la gorge tétanisée.
- Je peux te toucher ?
Elle en avait envie ! Si elle le faisait, ça serait plus facile. Si ça venait d'elle, ça marcherait peut-être. Mais elle n'était pas certaine que ça suffise à l'envoleur…


__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 961
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-18] I don't wanna be the exception to get a bit of your attention [ Libre ]   Jeu 06 Avr 2017, 19:09

- Gil…

Il tressaillit au contact des doigts de Libertée dans ses cheveux, avala sa salive, serra les poings ; elle s’était rapprochée de lui, il ne savait pas quoi faire pour lutter davantage contre cette envie brutale qui dévorait ses entrailles, pour s’empêcher de se jeter à nouveau sur elle comme le dernier des salauds. Comme Tornak, peut-être… Il garda résolument les yeux fermés. La meilleure solution était de s’en aller, c’était clair, mais il ne pouvait pas laisser Lib ! Il n’en avait pas envie de toute façon. Alors, endurer cette souffrance physique ? Laisser retomber la vapeur ? En était-il seulement capable, lui, le type infoutu de garder sa queue dans son pantalon ? Il siffla entre ses dents. Je peux le faire. Je peux y arriver si je… Si… Bon sang. Lib réalisait-elle que même sa voix la rendait terriblement désirable ? On y percevait sa peur au léger trémolo, mais il suffisait qu’elle prononce deux mots pour que Gil ait l’impression saisissante de se liquéfier. C’était dingue. Le pire, c’est qu’elle continuait de lui caresser les cheveux. Tant qu’elle le touchait, se calmer allait être vraiment, vraiment très compliqué…

- Je crois que j’ai envie de toi. Mais je suis paniquée. Je ne sais pas quoi faire.

Laisse-toi faire, supplia la voix tendue de son désir. Sauve-toi, souffla en même temps la part lucide de son esprit. Elle ne pouvait pas rester là sans y laisser quelques plumes… Lui, il en pâtissait déjà. Lib disait vrai, toutefois ; il avait senti quelque chose, quelques minutes plus tôt, dans son étreinte insensée… une étincelle. Elle vacillait en cet instant fatidique, sur le point de s’éteindre brusquement ou de donner lieu à un véritable incendie, le laissant dans une position extrêmement délicate : souffler ou ne pas souffler ? Stimuler la petite étincelle ou la laisser périr ? Encore un choix, bordel ! J’en ai marre !! Il eut un rictus quand Libertée enchaîna, toujours près de lui – beaucoup trop près… Il n’était pas fort. C’était une illusion. Qu’elle s’approche davantage et elle comprendrait… Il était à sa merci, incapable de prendre la moindre décision seul, de demeurer rationnel un instant. Si elle disait oui, il allait la prendre ici, à l’ombre de cet arbre dont les branches minces formaient comme un rideau autour d’eux. Si elle disait non, il allait endurer mille souffrances et rester immobile. Mais il fallait qu’elle dise quelque chose, sinon, il allait devenir fou. Enfin, plus qu’il ne l’était déjà !

- Je peux te toucher ?

Il ne put s’empêcher de lever les yeux et BAM, de croiser son regard, et BADABOUM son cœur dégringola d’un étage, et MERDE, pourquoi lisait-il cette envie dans l’immensité rose de ses iris ? Elle était si près qu’il n’avait qu’à pencher un tout petit peu la tête afin de retrouver ses lèvres. Il suffisait de si peu de chose… elle avait peur ? Il était terrifié ! Marcher sur du verre n’avait jamais été sa spécialité... ! Il déglutit péniblement, en profita pour détailler son visage, ses traits tirés, sa grimace gênée. Elle avait l’air de regretter ce qu’elle lui proposait, mais pas parce qu’elle n’en avait pas envie… parce qu’elle se sentait coupable ? Envers moi ? Il cligna des yeux. C’était tout le contraire ! Enfer, ce qu’elle lui demandait, c’était trop beau pour être vrai ! Il n’était pas certain de parvenir à contenir son plaisir aussi longtemps qu’il le voudrait, il craignait de ne pas répondre à son envie à la fois courageuse et fragile, et puis… Et puis il redressa les épaules. Pas question de laisser passer cette chance alors qu’elle leur tendait les bras. Pas possible de reculer devant cette nouvelle expérience. Bouger ensemble ? Peut-être que tout commençait maintenant…

Aussi doucement qu’il put, il tendit la main et attrapa la sienne. Attendit qu’elle se détende un peu pour l’amener à lui. Il la posa sur sa poitrine, dans l’échancrure de son tabard, et sentit un immense frisson le secouer tout entier. Percevait-elle les battements désordonnés de son cœur qui lui martelait les côtes ? Oui. Cela s’écrivit dans ses yeux en petites étoiles qui le rassurèrent. Ça n’allait pas être simple. Il était bien plus habitué à se laisser aller à la bestialité qui le composait, et jusqu’ici, c’était cette sauvagerie que Lib avait recherché. Elle y avait toujours répondu avec acharnement. Il ferma les yeux un instant, assailli par des images, des souvenirs qui l’électrisèrent complètement et qui le firent se durcir encore plus dans son pantalon. Dans un effort incommensurable, il rouvrit les yeux, plongea dans ceux de Libertée et se pencha en avant. Il effleura ses lèvres si doucement qu’il crut mourir de bonheur et de malheur tout à la fois.

- Lib, caresse-moi… souffla-t-il, son front contre le sien.

Tremblant de désir et d'amour.

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 18/07 au 24/07]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 722
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Re: [-18] I don't wanna be the exception to get a bit of your attention [ Libre ]   Jeu 06 Avr 2017, 20:17

Sous sa paume, le coeur de Gil tambourinait à toute allure.
C'était tout l'effet qu'elle lui faisait, concentré dans ce battement affolé. Dans la moiteur brûlante de cette peau, sous sa main, sous ses doigts. Elle les fit glisser doucement dans les poils de l'envoleur, dans une caresse électrique. Elle se sentit frissonner en même temps que lui ; ouvrit la bouche dans un soupir mi-effrayé, mi-envieux.

- Lib, caresse-moi…
Elle se mordit la lèvre. Fort. Jusqu'à sentir le goût du sang sur sa langue. Mais elle ne renonça. C'était difficile, affreusement effrayant, mais elle devait aller au delà. Et dans un élan de lucidité, elle comprit que c'était ça finalement le courage, la vie, la Voie : aller au delà de ses peurs, au delà de tout ce qui pouvait nous bloquer. Physiquement, mentalement. C'était côtoyer ses limites et aller au delà de sa zone de confort.
Ce n'était jamais facile.
Mais il fallait bouger.
Ensemble.

Se rapprochant un peu plus de lui, elle fit glisser lentement ses doigts sur son tabard, les enfouissant sous ce dernier arrivée à la taille de Gil.
Elle voulait y aller. Mais elle prit son temps.
Pour lui.
Pour eux.


♥ ♥ ♥

Le voyage était paisible.
A vrai dire, c'était exactement ce dont Libertée avait besoin. Ce dont ils avaient besoin.
Toujours aussi nécessité de parler, le partage de ces instants sauvages et silencieux continuait de tisser entre eux ce filet de secours. La beauté du paysage était à couper le souffle ; les couleurs du coucher de soleil majestueuses.
La lune éclairait les nuits et le printemps s'installait doucement mais sûrement alors que les températures se faisaient plus douces.

Un jour pourtant, Libertée sentit un nouveau souffle la traverser.
Un souffle sauvage et puissant, une lumière prenante qui la travailla pendant toute une journée. Du matin au réveil jusqu'à ce qu'ils s'arrêtent pour le dîner alors que le soleil se couchait derrière l'horizon qui s'applanissait alors qu'ils approchaient enfin des côtes de l'océan.

Et alors qu'ils passaient le point culminant d'une petite colline et que leur champ de vision se dégageait sur quelques centaines de mètres, elle s'arrêta brusquement pour poser ses poings sur ses hanches et inspirer une grande goulée d'air. Ça sentait le sel.
Elle eut un petit sourire, avant de tourner la tête vers Gil et de croiser son regard.

- J'ai envie de courir. Le dernier arrivé pêche le diner !

Et elle s'élança dans la descente à grandes enjambées.
Oh, elle était encore faible et un peu trop maigre, mais l'adrénaline qui explosa dans ses veines et le souffle de l'air sur sa peau l'électrisèrent.
Elle accéléra.

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 961
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-18] I don't wanna be the exception to get a bit of your attention [ Libre ]   Jeu 06 Avr 2017, 22:32

Le bois sec craquait doucement en s’embrasant dans la minuscule flambée. Quelque part, une chouette hulula. Un frémissement parcourut les fourrés tandis qu’un vent frais dansait dans les feuilles et poussait les nuages vers le nord. Cette brise-là venait de l’océan, c’était certain. Assis dans l’herbe, le dos appuyé contre le tronc noueux d’un chêne, Gil sourit. La nuit était belle, le vent portait la promesse d’un lendemain riche en aventure… l’avenir était intéressant et l’instant présent, serein. C’était ce qu’il fallait pour s’éloigner un d’un passé trop tourmenté. Suviyo occupait ses pensées, c’était inévitable et douloureux, mais cette douleur signifiait qu’il était en vie et qu’il était capable de guérir. Il avait déjà commencé, et Libertée aussi. Ensemble, ils pansaient leur âme… Gil baissa les yeux vers la marchombre endormie près de lui, roulée en boule sous la couverture. Elle semblait si fragile… Comme tout à l’heure, quand elle avait lutté contre sa peur pour lui donner du plaisir : sous ses caresses, il n’avait pas tardé à venir dans une fulgurance qui l’avait laissé pantelant, et elle secouée ; il l’avait alors serrée dans ses bras, doucement, et bercée jusqu’à ce qu’elle retrouve son calme. Cette épreuve l’avait toutefois épuisée au point qu’elle s’était endormie plus rapidement, ce soir. Gil renversa la tête en arrière, contre le tronc, et la sensation de l’écorce contre ses cheveux bien plus courts lui sembla étrange, un instant, avant que ses pensées s’envolent. Aujourd’hui, ils avaient fait un pas en avant. Un pas de fourmi, certes, et dont la signification était évidente : quelle que soit la direction qu’ils prendraient, la route serait longue avant qu’ils puissent vraiment se dire « je vais bien ». Peu importe. Gil était bien décidé à faire ce voyage, et à apprendre ; auprès de Libertée, il allait devoir travailler sa patience et sa douceur… son sourire s’agrandit, il ferma les yeux.

Il relevait ce défi.


*


Bon… C’était facile à dire mais pas si simple à faire, en fait. La douceur, passe encore : il se découvrait un don naturel pour ébouriffer délicatement les cheveux de Libertée, ou bien frôler sa peau du bout de ses doigts – et il appréciait cette nouveauté. Mais la patience, c’était une autre histoire. Enfant déjà, il avait du mal à imiter la tranquillité de sa mère, sans doute parce qu’il avait hérité de l’impétuosité de Giliwyn ; avec Seren, il avait lamentablement échoué chaque fois que celui-ci, capable de déployer des trésors de patience avec son abruti d’apprenti, lui imposait des exercices qui convoquaient cette sérénité qu’il était loin de posséder. Il ne s’était pas franchement amélioré avec Kaünis, ni avec Syles. Alors le défi était de taille. Par exemple, réprimer son désir et s’armer de patience en compagnie d’une femme aussi belle que Libertée le rendait fou. Elle n’avait même pas conscience que certains gestes la rendaient sensuelle… follement désirable, même. Sa façon de passer une main dans ses cheveux, de se mordre la lèvre, de s’étirer au lever du jour, de se rouler en boule contre lui la nuit… Une fois, elle lui parla tout en mordillant distraitement son pouce, et il se laissa littéralement tomber dans l’étang près duquel ils étaient en train de marcher. Espoir vain que l’eau froide parviendrait à doucher son impatience frustrée !

Ce soir-là, toutefois, il était plus apaisé que jamais tandis qu’il marchait d’un pas tranquille, les mains dans les poches, un brin de chardon au coin des lèvres. La plaine recouverte d’herbe folle avait petit à petit cédé la place à un terrain vallonné de petites collines ; depuis une heure, le sol changeait d’aspect, l’herbe se raréfiait, les buissons devenaient plus durs, les arbres plus inclinés, frappés depuis toujours par des vents puissants. Les collines devinrent dunes, la terre devint sable. Et lorsque le soleil embrasa l’horizon, Gil et Libertée surplombèrent enfin l’océan. L’Envoleur s’arrêta, fasciné par le spectacle d’un ciel qui prenait feu, et dont les couleurs se reflétaient sur l’immensité mouvante et scintillante de l’eau. Incroyable. Il connaissait, pourtant. Il était déjà venu ici mais, soit sa mémoire lui faisait défaut, soit il n’avait encore jamais assisté à quelque chose d’aussi beau ! Au loin, les voiles d’un navire glissaient paresseusement. Les mouettes criaient, joyeuses, tandis que la marée basse dévoilait un buffet de coquillages et de crustacées qu’elles avaient longtemps attendu. Un vent frais, chargé d’embruns et de sel, caressa le visage d’un Gil définitivement conquis. Il tourna la tête pour observer Libertée et haussa les sourcils : elle souriait ! Son visage s’était illuminé et ses yeux brillaient, leur couleur ravivée par les nuances flamboyantes du couchant. De quoi laisser Gil totalement pantois.

- J’ai envie de courir, dit-elle, apparemment insensible à son trouble. Le dernier arrivé pêche le diner !

… hein ?

Gil cligna des yeux. Libertée avait déjà dévalé la moitié de la pente ! Il s’ébroua vivement pour se réveiller et s’élança à sa suite. Ses bottes s’enfonçaient dans le sable, l’inclinaison du chemin l’obligeait à réaliser d’immenses enjambées qui l’entraînaient à une vitesse folle – mais la marchombre était sacrément rapide ! Gagné par l’euphorie de la course, il accéléra l’allure. Dès qu’il arriva sur la plage, il fonça, les coudes le long du corps, et dépassa sa compagne une centaine de mètres avant d’atteindre l’eau. Il écarta les bras en signe de victoire, et attendit que Lib s’approche de lui pour décocher un sourire de petit garçon ravi :

- J’ai faim ! On mange quand ?

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 18/07 au 24/07]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 722
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Re: [-18] I don't wanna be the exception to get a bit of your attention [ Libre ]   Ven 07 Avr 2017, 00:01

La sensation du sable sous ses pieds, où elle s'enfonçait avec la vitesse et l'impulsion, était grisante. Ça faisait longtemps qu'elle ne l'avait plus sentie, et elle se laissa porter par ses jambes qui n'étaient pas exactement d'accord car au bout de cinq cent mètres ça commença à sérieusement lui brûler les cuisses…
Et Gil passa devant elle à toute allure lui aussi, lui tirant un sursaut de surprise… Et une moue de défi sur les lèvres. Mais elle ne pouvait pas dire qu'il n'avait pas gagné : il n'y avait qu'à voir son air de petit garçon fier de lui pour fondre complètement. Ça le rendait… adorable.

S'approchant de lui en quelques dernières foulées, la marchombre prise d'une impulsion le percuta de son buste sur son torse pour le faire basculer en arrière.
Ils plongèrent dos en premier dans le sable, roulèrent un instant, et elle ne put s'empêcher d'éclater de rire.

Une vague vint leur lécher les coudes, et Libertée se redressa sur les avant-bras, au dessus de Gil pour échapper à l'eau. Plongeant son regard dans celui bicolore de l'homme, elle y vu la même étincelle que celle qu'elle sentait naître en elle.
Se coulant dans un baiser salé et sablé, Libertée retint son souffle un instant, avant de bondir sur ses pieds pour laisser Gil là. Une décharge s'était diffusée en elle et elle ne tenta pas le diable : elle sentait maintenant venir les crises de panique et si elle ne pouvait pas toujours les arrêter, elle savait en reconnaître les prémices.

Secouant la tête un peu trop vivement, la marchombre s'ébroua. Puis, elle posa son regard sur Gil.

- Bon, ben je dois pêcher alors !

♥ ♥ ♥

De l'eau jusqu'aux cuisses, Libertée fixait le fond marin pour trouver de quoi manger.
Les vagues s'invitaient contre sa peau, impérieuses. Au début, cela avait été très difficile de résister à la panique, puissante et irrationnelle, qui l'avait poussée à vouloir sortir en courant de l'océan pour se retrouver sur la terre ferme. Mais ce n'étaient que des vagues, bon sang ! Alors, elle s'était fait violence, elle avait avancé petit pas par petit pas.
Doucement.
Seule.

Et puis, elle s'était élancée. Elle avait plongé.
La pression sur sa peau avait fait éclater la bulle de paix qu'elle essayait de se construire depuis qu'ils avaient entrepris le voyage, et elle avait cédé à la pression de la crainte alors que l'oceán s'était refermé sur ses épaules. Paniquée, elle n'avait pu que garder la tête hors de l'eau.

La tête hors de l'eau.
L'image était parfaite. L'océan n'avait pourtant cessé de la violenter. Mais ses caresses brutes et impersonnelles avaient fini par apaiser le feu de la peur.

Et le reflet des écailles d'un poisson avait fait le reste.

♥ ♥ ♥

Le feu et le poisson embaumaient l'air et Libertée se laissa aller un instant.
Les yeux fermés, elle laissa son imagination patrouiller, prenant soin de ne pas la diriger vers Suviyo. Pas trop, en tout cas.

Jusqu'à ce qu'un regard la brûle tellement qu'elle ouvrit les paupières un instant.
Une ombre de sourire provocateur sur les lèvres.


__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 961
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-18] I don't wanna be the exception to get a bit of your attention [ Libre ]   Ven 07 Avr 2017, 01:28

Il avait encore les bras en l’air et surtout, il s’était imaginé qu’elle allait s’arrêter aussi… alors, quand Lib lui fonça dessus pour le percuter de plein fouet, Gil expulsa tout l’air de ses poumons en un « OUFFFF » et tomba à la renverse, entraînant la marchombre avec lui. Le sable mouillé était dur mais ils roulèrent comme deux gamins, jusqu’à ce que Lib se retrouve au-dessus de lui. Gil se figea instantanément. Les vagues léchaient son flanc droit, le vacarme des rouleaux retentissait, les mouettes criaillaient, dispersée par leurs jeux d’enfants – il n’y prêtait guère d’attention, happé par le regard brillant de Lib. Il se redressa sur les coudes au moment où elle se penchait et leurs lèvres se trouvèrent. Mais il referma les bras sur du vide : la marchombre s’était coulée hors de son étreinte avant d’aller trop loin.

- Bon, ben je dois pêcher alors !

Vidé, Gil se laissa lourdement retomber sur le dos.

- Bonne idée… lâcha-t-il d’un ton exagérément exténué.

Il entendit ses pas s’éloigner sur le sable.
Un sourire se dessina sur ses lèvres.

Wahou.


*


Les poissons grillaient doucement.
Ils s’étaient installés plus haut sur la plage, au pied des dunes pour être protégés du vent et hors de portée de la marée qui montait ; Gil était installé sur le dos, la tête posée sur son sac. Il écoutait le bruit de l’océan, laissait ses pensées vagabonder… ne parvenait pas à quitter Libertée des yeux. Depuis quelques minutes, elle avait fermé les yeux alors il en profitait largement, intrigué par le changement qu’il percevait en elle, sans savoir exactement de quoi il retournait ; entre hier et aujourd’hui elle semblait… différente. Plus lumineuse ? Plus détendue ? Il pencha la tête sur le côté, perplexe. Atteindre la côte était une étape dans leur voyage, et sans doute aussi leur périple intérieur. Il n’avait pas l’impression qu’une page s’était tournée, plutôt l’idée qu’une main, quelque part, s’était remise à écrire… Elle rouvrit les yeux et le regarda avec un air matois. Ça lui donna une idée. Délaissant le poisson en train de cuire – il y en avait encore pour un moment, il se leva et contourna le feu pour la rejoindre. Il lui tendit les mains pour la relever – et lui voler un rapide baiser au passage. Puis il recula, un sourire espiègle sur les lèvres.

- Tu rumines encore ta défaite, hein ? Mais je suis bon prince : je t’offre la possibilité de te refaire. On se fait un petit duel à mains nues ?

Il se mit en garde, souple sur ses appuis et conscient que le sable allait changer beaucoup de choses, tout en les rendant vraiment intéressantes. Il leva les bras, mains tendues, doigts serrés, et soutint le regard de Libertée.

- Le perdant devra un câlin au vainqueur, ajouta-t-il d’un ton léger.

Alors… cap ou pas cap ?

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 18/07 au 24/07]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 722
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Re: [-18] I don't wanna be the exception to get a bit of your attention [ Libre ]   Ven 07 Avr 2017, 17:52

[ Super court, désolée ! ]



Le perdant, devoir un câlin à l'autre.
Libertée dut réfléchir plusieurs secondes avant de hocher doucement la tête. Elle devait se réentraîner de toutes façons. Elle commençait à en avoir un peu marre de devoir tout reprendre à zéro, régulièrement. C'était exténuant et vraiment pas aidant pour la confiance en soi. Après la naissance de Suvyio elle avait déjà dû s'y mettre. Puis, quand elle s'était enfuie de Gil, elle avait maigri, même si elle n'avait pas perdu ses capacités.
Mais là, elle se sentait affreusement faible. Le pire, c'était sans doute à quel point cela faisait écho à son état d'esprit, bien qu'elle se combatte elle-même pour ne pas penser ainsi. Mais elle devait toujours faire attention où s'engageaient ses pensées et c'était aussi fatiguant.

Elle se mit en garde, plongeant en elle-même plusieurs secondes pour chercher cette force qui l'animait.
Elle pouvait sentir l'énergie qui parcourait son corps, mais la faiblesse de ses muscles également. Leur raideur, leur manque de volume, de force. Elle devait recommencer à s'astreindre à s'entraîner, mais là tout de suite, elle ne savait pas si elle en avait la force. Elle avait peut-être besoin d'un peu plus de temps ?
Ouvrant les yeux, elle trouva le regard de Gil.

Non.
Elle n'avait pas besoin de plus de temps. Plus de temps, c'était encore plus de temps pour sombrer, c'était continuer à creuser au fond du trou. Elle devait trouver ses propres ressources, les utiliser pour rebondir, pas pour s'enterrer encore plus.

Tonifiant ses appuis, Libertée releva le menton pour croiser le regard de Gil. Elle était prête. Dans la lueur vascillant des flammes, le visage de l'envoleur se parait de mystère. Les ombres dansaient sur son visage, sur sa peau, lui donnait un air un peu rude mais une beauté à couper le souffle.

Elle s'élança.
Utilisant chaque parcelle de son corps jusqu'à chacun de ses points de limite - qui avaient affreusement régressés - elle se jeta dans ce combat à corps perdu. Évitant les coups, bondissant, roulant, elle tentait de frapper des mains et des pieds.
Un poing la percuta dans les côtes, elle virevolta sur le côté. Un genou passa très près de son ventre, mais elle se coula le long de la jambe. Elle manquait encore de souplesse, son corps ne réagissait pas exactement comme elle l'aurait voulu, comme elle en avait l'habitude, mais elle ne s'en sortait pas trop mal.

A vrai dire, elle ne savait même plus si elle voulait perdre ou gagner.
Parce qu'elle ne le ressentait pas comme ça.
On y gagnait toujours, après tout, tant qu'on en ressortait en vie…

Non ?

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 961
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-18] I don't wanna be the exception to get a bit of your attention [ Libre ]   Ven 07 Avr 2017, 21:37

[J'ai pris quelques libertés, tu me dis si quelque chose ne te va pas, hein ! - ta réponse est géniale, comme d'hab, je me régale Very Happy]



Gil était parfaitement immobile. Comme il étudiait attentivement le visage de Libertée, il la vit nettement soupeser sa proposition, hésiter, se résigner, se raidir, se détendre un peu, se préparer ; cela se passa en une poignée de secondes, mais il perçut l’instant précis où, de ce combat intérieur qu’elle menait farouchement, la volonté sortit vainqueur. Un éclat différent dans ses yeux. Une brève inspiration. Sa main droite qui descendit vers sa hanche quand la seconde remonta légèrement. Elle s’élança soudain, rapide comme l’éclair, et il se décala pour lancer son bras : son poing frappa la marchombre au niveau des côtes. Pas assez pour commettre des dégâts sérieux, suffisamment pour qu’elle riposte avec véhémence. D’un geste, Gil para l’attaque et se remit en garde. Il aurait pu se laisser berner par l’apparence fragile de sa partenaire, retenir ses coups, la ménager… Il ne tomba pas dans le panneau. D’abord parce qu’il savait qu’en dépit de sa fatigue, Libertée restait un adversaire redoutable, certitude entérinée par sa rencontre avec Thaom – elle avait reçu l’enseignement d’un homme hors du commun, pas étonnant qu’elle soit aussi incroyable, elle aussi ! – et ensuite parce que ne pas se donner à fond dans ce duel, c’était ni plus ni moins une façon d’insulter Lib, de lui manquer de respect. Taquin, cabochard, couillon, Gil acceptait tous les surnoms mais pas celui de macho et, s’il fit en sorte que ses coups ne la blesse pas dangereusement, il ne lui laissa aucun répit. Il bondit, envoya son talon, son coude, son poing, s’effaça, roula, faucha, rétorqua avec une telle fougue que son front et ses tempes se couvrirent d’un fin voile de sueur.

Au début, ce fut lui qui mena le jeu et il ne s’en priva pas. Il se sentait rouillé après plusieurs jours sans castagne, et c’est avec un soulagement évident qu’il enchaîna quelques parades, appréciant l’effort physique autant que la petite gymnastique de l’esprit qu’imposait ce combat. Une Marchombre contre un Envoleur ! Deux maîtres aguerris qui partageaient une blessure commune… c’était un duel où l’amertume et la frustration se disputaient la part belle avec le plaisir de l’affront. Un moment chargé de puissance et d’abandon. Gil sentait confusément que la bête réagissait à cette poussée d’adrénaline, mais elle était encore douchée par leur récente prise de bec, sans doute, et ne montra pas les crocs. L’Envoleur avait donc le contrôle, et il en profita pour oser une, puis deux techniques particulièrement audacieuses qu’il n’avait encore jamais eu l’occasion de mettre en pratique. Il en fut quitte pour un bon coup de poing dans la mâchoire. Un gout ferrugineux dans la bouche, Gil consolida sa défense. En face de lui, Libertée s’enhardissait, gagnée par la fièvre du combat – à moins qu’elle ait pigé le truc ? Y’aura pas de perdants, sourit-il intérieurement, tout en évitant de justesse un dangereux atémi. Et moi je vais à la pêche aux câlins ! Il bondit. Le sable vola.

Un geste. Un souffle.

- Gagné, glissa-t-il à son oreille, tandis qu’il se tenait juste derrière elle, sa poitrine contre son dos.

Il l’immobilisait totalement.
Enfin… pas vraiment. Elle avait été plus rapide que lui – encore… Amusé, il bloqua son coude avant qu’elle lui explose le sternum. C’était une technique qu’il lui connaissait bien et il était plutôt content de l’avoir anticipée. En revanche, il ne vit pas du tout venir le coup suivant.

Ses roubignoles non plus.


*


Plié en deux, Gil essayait de retrouver son souffle. C’était l’enfer. Il siffla doucement entre ses dents, ignorant le sang qui lui montait à la tête – mais pas le mouvement de sa tortionnaire quand elle esquissa un geste vers lui. Il l’arrêta d’un bras tendu vers elle, et surtout, d’un doigt accusateur. Ne. M’approche. Pas. Pas avant qu’il ait repris vie, ce qui risquait de prendre un moment ! En réalité, dès qu’il parvint à respirer à peu près normalement, la douleur reflua doucement. Il se redressa prudemment, la fusilla du regard - il ne savait pas pourquoi, mais il sentait que, d'une certaine manière, ce coup porté à la partie la plus sensible de son anatomie était une façon de le punir pour avoir approché d'un peu trop près Naïs, puis Kaïunis … Il soupira. Et ouvrit grand les bras.

- Câlin, marmonna-t-il, vexé de s’être fait avoir d’aussi belle façon.

Il l’embrassa sur la tempe, respira son odeur de pêche et de femme, recula légèrement. Dingue. A croire qu’émasculé il avait encore envie d’elle ! Il grimaça parce que c’était quand même fichtrement douloureux, et résista à la tentation de lui enfoncer la tête dans le sable pour attraper la première pensée qui arriva au vol dans son esprit dérangé.

- Tu pourrais refaire ce truc ? demanda-t-il tout de go.

Puis il vit son expression, et il leva les yeux au ciel.

- Nan, pas le truc qui vient de réduire en purée ma virilité, grommela-t-il. Je parle de la parade de tout à l’heure. Quand tu t’es retournée pour me surprendre. Comment tu as fait ça ?

Sa curiosité était sincère, et dans l’heure qui suivit, il s’employa à écouter, observer et reproduire avec application des techniques qu’il découvrait avec un intérêt non feint. Il en profita pour lui montrer un ou deux dégagements. L’instant était intriguant et unique. Autour d’eux, la nuit. Le feu qui dansait avec le vent et dessinait des ombres sur leurs visages concentrés. Puis le goût du poisson, un peu trop grillé, quand ils s’arrêtèrent pour manger.

L’esprit du voyage et de la liberté…

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 18/07 au 24/07]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Libertée Iuaskallaphun
Maître Marchombre
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 722
Date d'inscription : 03/02/2012

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Greffe: Cheveux contrôlables
Signe particulier: Attire les hommes comme des aimants

MessageSujet: Re: [-18] I don't wanna be the exception to get a bit of your attention [ Libre ]   Ven 07 Avr 2017, 22:42

Le combat était grisant.
Ce n'était pas quelque chose de commun, à vrai dire. Une marchombre contre un envoleur, deux maitres. Libertée sentait à quel point elle côtoyait les limites de son corps, ça l'agaçait fortement mais elle ne pouvait pas pousser plus sinon c'était la blessure assurée et elle mettrait encore plus de temps à s'en remettre.
Alors, elle devait jouer avec cette souplesse qu'elle n'avait plus, cette force réduite, cette vitesse ralentie par le manque de force et de souplesse.
Les coups pleuvaient, et ni l'un ni l'autre ne les retenait vraiment, juste assez pour ne pas faire trop de mal, mais pas suffisamment pour pouvoir les arrêter complètement.

Gil était plus qu'audacieux, et sa technique était impressionnante. Libertée aimait ce qu'elle découvrait, un panel de possibilités, d'attaques à anticiper, parer ou éviter. Ça la poussait dans ses retranchements, et ça lui donnait du courage. Une nouvelle confiance en elle naissait doucement, et elle se laissait porter par l'adrénaline.

Elle passa sous un coude, évita un coup de poing, se retrouva plaquée le dos contre le torse de Gil. Coincée. Enfin presque.

- Gagné.
Elle eut un petit sourire triomphant - il ne pouvait pas voir son visage là - poussa son coude vers son sternum, le remontant vers le haut… Il l'intercepta. Juste, pas assez vite pour avoir le temps de voir le coup suivant arriver, alors qu'elle pliait brusquement le genou pour envoyer son talon à l'envers dans son entrejambe.

- Aha !

♥ ♥ ♥

Libertée hésita un instant quand Gil ouvrit les bras… Fit un petit pas, puis un second, avant de se glisser doucement contre son torse et le laisser refermer son étreinte sur elle. Un léger frisson la parcourut, mais cette fois, ce n'était pas un frisson de peur.
Il avait transpiré et son odeur si particulière l'enveloppait, particulièrement forte. Elle inspira profondément, emplissant la totalité de ses poumons de cette senteur rassurante.

Elle fut d'ailleurs surprise par sa demande.
Un sourire éclaira son visage un instant, alors qu'elle croisait le regard de l'envoleur. Oh, et lui, avec sa parade impressionnante ! Elle voulait aussi apprendre.
C'était impressionnant, et si la technique restait facile à apprendre, autant Gil aurait eu besoin de moins de masse à bouger, autant elle aurait eu besoin de beaucoup plus de force. Mais c'était la beauté d'un apprentissage : on devait toujours finalement trouver sa propre sauce, faire ce qui était possible avec son propre corps, ses propres capacités.

Et alors qu'ils s'effondraient, épuisés après ces quelques heures de pratique, le poisson enfin prêt - ou plutôt grillé - Libertée ne put retenir un petit soupir de bien-être : tout simplement parce qu'elle était fatiguée physiquement mais que c'était une sensation agréable. Elle se réveillerait sans doute perclue de courbatures mais peu importait.
Elle allait devoir continuer à s'entraîner !

- On recommence demain ?

♥ ♥ ♥

Le regard perdu sur la surface agitée de l'océan, Libertée écoutait d'une oreille distraite Gil discuter avec le nautonier pour embarquer sur le bâteau. Elle ne savait même pas où il allait, ce bateau. A vrai dire, elle s'en fichait un peu.
Ils avaient passé plusieurs jours sur la côte, à laisser leurs traces dans le sable, observer la brise, jouer avec le vent. Se trouver et se retrouver.
Ce qui comptait, toujours, maintenant et après, c'était de bouger.
Et les archipels étaient des terres non explorées pour elle. Quelque chose de nouveau à découvrir pour aider à un nouveau départ.
Cela faisait parfaitement sens.

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 961
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: [-18] I don't wanna be the exception to get a bit of your attention [ Libre ]   Sam 08 Avr 2017, 17:54

[Ahlala, je sens qu'attendre ta prochaine réponse, ça va pas être facile ! Niah  ]



Ils passèrent trois jours sur la côte.

Trois jours durant lesquels ils parcoururent des kilomètres de plage et vadrouillèrent dans les criques. Ils mangeaient le poisson qu’ils pêchaient, agrémentaient parfois leurs repas de petits crustacés et de baies dénichées dans les dunes, et reculaient un peu dans les terres pour s’approvisionner en eau douce. La nuit, ils dormaient sur le sable, bercés par la musique des vagues et le murmure du vent. Quand ils n’étaient pas en train de sauter sur les rochers ou de découvrir une galerie dans la falaise, ils se mesuraient l’un à l’autre, chacun rivalisant de techniques compliquées et audacieuses ; ils étaient animés par la passion du défi, mais surtout ils en profitaient pour apprendre. Ils étaient alors tour à tour maître puis élève, et ce perpétuel changement les grisait. Le quatrième jour, ils reprirent leur route sans même se concerter, poussés par l’envie de bouger, d’aller plus loin encore. Ils longèrent la côte jusqu’à atteindre la ville de Faranji, surnommée aussi « la Blanche » par les gens de la région, en raison de ses murs blancs qui semblaient briller dans la lumière du soleil. La cité était bâtie à flanc de colline, surplombant un port de taille moyenne, ouvert sur une baie d’eau turquoise. Une multitude d’embarcations colorées étaient amarrées aux quais fourmillant d’activité. Un peu avant d’arriver, Gil attrapa la main de Libertée dans la sienne et la serra. Il était temps de renouer un peu avec la civilisation.

Passer d’un silence presque sauvage à l’animation de la ville leur fit l’effet d’une vague en pleine figure, et ils s’avancèrent d’abord avec prudence dans cet univers de bruits et d’agitation. Et puis, petit à petit, ils se laissèrent porter par la foule bigarrée et joyeuse, retrouvant instinctivement des réflexes qui leur permettaient d’éviter les bousculades et de se glisser à travers cette masse de gens. Ils se promenèrent parmi les étals jusqu’à se lasser des cris tonitruants des commerçants qui proposaient leur marchandise. Alors, ils s’approchèrent des quais. Une brise salée jouait dans les cordages des embarcations. Par-delà la baie animée, le Grand Océan du Sud scintillait. Le large les appelait. Gil échangea quelques mots avec les marins qui s’affairaient, en quête de renseignements sur un prochain départ. Il apprit ainsi que l’Incessant s’apprêtait à appareiller. C’était un navire marchand côtier qui, d’après ses sources, convoyait de la marchandise jusqu’aux premières îles Alines. Grand, pourvu de trois hauts mâts et de voiles triangulaires, il mouillait à l’écart des quais ; par chance, son capitaine, un certain Luk Rant, était encore sur le ponton, occupé à vérifier l’enregistrement de sa marchandise dans un gros livre aux pages cornées. Très mince et plutôt petit – le sommet de son crâne arrivait seulement à l’épaule de Gil, – Rant en imposait par sa force de caractère et une allure étrange, avec ses longs cheveux blonds retenus en catogan sous un chapeau aux larges bords, des oreilles percées et bardées d’anneaux, et surtout, une longue cicatrice verticale qui lui barrait la joue gauche. Ses yeux étaient d’un bleu tirant sur le vert, en accord avec le manteau bleu sarcelle qu’il portait, ouvert sur une chemise large et échancrée. Gil découvrit rapidement que cet homme était dur en affaires, et il lui fallut négocier leur départ avec ruse et fermeté pour éviter d’avoir à débourser tout l’argent qui leur restait.

- Ce type doit avoir du sang pirate dans les veines, marmonna-t-il lorsqu’enfin, ils s’installèrent dans la petite embarcation qui allait les emmener à bord de l’Incessant.
- Est-ce que vous croyez que nous allons en croiser ? s’inquiéta l’homme qui était assis en face d’eux.

Il était immense, sa taille avoisinant sans aucun doute les deux mètres. Pourtant, à côté de Luk Rant, cet homme-là faisait bien pâle figure, avec sa moustache impeccable et ses cheveux plaqués sur son crâne, son veston sagement boutonné et ses lunettes remontées sur son nez. Il avait la peau blanche de ceux qui ne voient presque jamais le soleil et regardait un peu partout d’un air anxieux. Le marin qui guidait leur embarcation laissa échapper un léger rire.

- Avec Zoran, ça m’étonnerait.
- Zoran ?
- Notre Dessinateur. Il s’est taillé une belle réputation auprès des pirates, ces dernières années.


L’homme à la moustache remua sur son banc, perplexe. Il semblait douter des facultés d’un seul homme face aux flibustiers. Surprenant le regard inquisiteur de Gil, il s’empourpra et tendit une main hésitante.

- Vanek Jil’Arius, se présenta-t-il.
- Giliwyn, fit l’Envoleur en refermant les doigts sur la main longiligne et délicate. Et Libertée.

Le visage déjà rose de Vanek vira au rouge framboise quand il posa les yeux sur la marchombre. Amusé, Gil étendit ses jambes et regarda passer quelques bateaux.

- Qu’est-ce que tu vas faire dans l’archipel le moins sûr du monde ?

Avec Gil, le tutoiement était habituel, mais pour des gens comme Vanek, c’était surprenant ; il cligna des yeux et laissa filer quelques secondes avant de réaliser qu’il fallait répondre.

- Heu, je suis comptable, en fait. Je viens voir mon nouveau client, un homme à la tête d’une certaine fortune qui s’est établi sur l’île de, heu… je n’arrive pas à prononcer son nom.
- Il ne pouvait pas se déplacer lui-même ?
- Malheureusement non…


Gil se mordit la joue pour ne pas éclater de rire devant la mine déconfite de Vanek. Ils arrivèrent alors près de l’Incessant, qui paraissait soudain beaucoup plus grand. A son bord, les marins préparaient le départ, chaque homme faisant office de rouage dans l’immense engrenage que formait l’équipage. Sidéré, Vanek se plaqua contre le bastingage pour ne pas gêner le passage des gabiers. Gil, lui, se tourna vers Libertée. Il délaça son tabard de cuir et le retira, dévoilant son torse musclé et marqué de cicatrices. L’empreinte noire de la Silencieuse s’entrelaçait sur sa clavicule droite, en un genre de tatouage dont peu de gens connaissaient le sens véritable. Il tendit le vêtement à la marchombre en souriant.

- J’ai offert mes talents naturels en échange d’un beau voyage, expliqua-t-il avec ironie. Et d’une cabine où tu pourras être tranquille. Tu peux aller installer nos affaires si tu veux.

Il l’embrassa au coin des lèvres et fila pour se rendre utile, emportant le parfum de la pêche avec lui. C’était ainsi depuis qu’il avait failli lui faire du mal en lui sautant dessus comme le dernier des obsédés : un baiser par-ci, un câlin par-là… Il apprenait à faire autrement. Et aussi surprenant que cela puisse être, il appréciait ce genre de frôlements légers, de désir contenu dans un élan de tendresse, de caresses à la dérobée ; d’une certaine manière, c’était un jeu, et c’était à celui qui parviendrait à surprendre l’autre sans pour autant franchir la limite. Le jeu du chat et de la souris.

Meow…


*


Gil s’affairait dans la mâture lorsque l’Incessant leva l’ancre. Cramponné aux cordages, il regarda le continent alavirien s’éloigner tandis que de puissantes vagues les poussaient vers le large, frappant la coque en gerbes d’écume. Un matelot cria quelque chose, et il se concentra sur le déferlement de la voile, guidé par les hommes qui dansaient dans les haubans, tout près de lui. C’était grisant ! Il n’était plus remonté sur le mât d’un navire de ce genre depuis plusieurs années, mais il retrouva vite des gestes qui ne s’oubliaient pas et travailla avec engouement. Soudain, une sensation familière lui fit tourner la tête. Sourire. Libertée était juste à côté de lui, pour le plus grand étonnement des matelots proches d’eux. Ils avaient sans doute imaginé qu’elle resterait dans sa cabine ou sur le pont pendant la traversée.

Lui n’y avait même pas songé.

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



[Absent du 18/07 au 24/07]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[-18] I don't wanna be the exception to get a bit of your attention [ Libre ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Énième recensement des armes d'exception.
» Fruit du Démon et Sabres d'exception oubliés ?
» 01. Girls just wanna have fun !
» ➺ IF I'M GONNA DIE, I WANNA STILL BE ME.
» and we don't wanna go home - le 26/01 à 20h15

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Nord :: Plateaux d'Astariul-
Sauter vers: