AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 I'm crazy, but she likes it... (Syndrell)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 217
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: I'm crazy, but she likes it... (Syndrell)   Lun 17 Avr 2017, 16:21

Je fixe le monde, en contrebas...

Tout est si petit, vu de cette hauteur. C'est comme être un oiseau au dessus du monde, virevoltant dans les vents, défiant la nature tout en s'harmonisant avec elle. Un bal qui n'as rien à envier à ceux de la citadelle, bien au contraire, il est mille fois plus beau.

Je prends une grande bouffée d'air, de ce même vent qui me réchauffe le coeur par sa pureté... Au même moment où j'entends un bruit de porte qu'on défonce derrière moi et le cris paniqué du garde qui entre en trombe en me criant de ne pas bouger, de ne pas sauter, de rester là où je suis et nianiania... Mais sa gueule, me dis-je en me retournant lentement et en lui faisant le plus grand sourire dont je suis capable, avec de grands yeux taquins...

...Il est plutôt mignon...

Un peu con, par contre, puisqu'il s'élance beaucoup trop tard, quand je saute à pieds joints par derrière...

...Droit vers le vide, me jetant en bas de la tour en continuant de le fixer pendant une partie du moment où je suis en train de tomber.

Il me fixe avec le désespoir dans les yeux, l'impuissance aussi...

Pauvre peluche, je voulais juste pas avoir ton sermons, me dis-je en lui tirant la langue...

...Et en lançant le couteau souder à une chaîne au niveau du manche qui me sert de grappin, me créant un fil de métal qui me rattache à la vie.

Comme si une petite chute allait suffire pour me...

Oh la... OH LA..! OOOOOOOOOOOOHHHHHHHH LLLLLLLLLAAAAAAAAAAAAAAAA!!!


Is your love mine for the taking..?

My love is,
Just waiting,
To turn your tears to roses...

I will be the one that's gonna hold you,
I will be the one that you run to,
My love is,
A burning,
Consuming fire...

CRASH SBIM BANG BOOM SPARADADADRAAAAAAAAAAHH!

Et v'là que je suis assise sur une table dans la taverne par la fenêtre de laquelle je viens de passer en défonçant le repas de quelques personnes et le plateau d'une serveuse...

Je relève la tête de ma position de protection précaire pour voir où je suis tomber et ce qui ce--

Hum... Je connais ce nez.

Niouf niouf..?

Ah! Pas niouf niouf! Léchouille!

Que je fais droit sur le nez de Syndrell aux jolies papattes qui as l'air tout aussi surprise que les autres et je pique un verre à une serveuse qui est gelée, interdite devant le boulet de canon que je suis, pour me l'envoyer au fond de la gorge et le re-déposer sur le plateau.


J'en prendrais bien un autre..!

Et voilà, tout se dégèle alors que j'évite une bouteille lancée par là et un plateau volant en m'écrasant sur la table, puis mon amie bleue me pousse sur les pieds, ce qui me fait glisser sur la table et je roule sur moi même pour tomber sur mes pieds devant un lourdeau qui tente de me frapper, le chaos se multipliant autour...

OH OUI! OH OUI! UNE BAGARRE!


No,
You'll never be alone...

When darkness comes I'll light the night with stars...

...Hear my whispers in the dark..!

J'évite le coup d'un petit mouvement de hanches et me glisse le long d'un bras en le frappant au coude, ce qui cause un vilain ''crac'' bien douloureux, à la vue du mec, mec à qui je frappe le ventre, lui coupant le souffle alors qu'il se penche pour se tenir le bide... Et je me retourne pour parer d'autres coups sans vraiment plus m'en préoccuper, Syn lui as déjà pété le nez d'un coup de genou quand je me retourne en me laissant tomber, lui assénant le coup final qui le fou K.O.

L'autre contre qui je me battais se bouffe un coup d'loutre et elle me tant la main, que j'attrape à la volée, elle se sert de l'effet de bascule pour rajouter de l'élan à un coup de poing, moi je bondis en me relevant pour que mes pieds fassent volés des dents, puis je frappe mon adversaire à la mâchoire, me retourne pour attraper le tabouret dont j'ai deviner que Syn me le tendais, puis lui pète la boîte à rêves à coup de bois.

Je me retourne à ce moment encore une fois, attrape la main de Syn et tire alors qu'elle fait de même, on profites toutes deux de l'élan rajouté pour fiche un coup de pied à nos adversaires respectifs, que l'on viens de s’échanger, et je me colle à son dos l'instant d'après alors que deux autres combattants viennent remplacer ceux que l'on as foutu K.O.

Eux, déjà, ils ont l'airs plus rapides, plus fins, et je souris malgré moi en replaçant une mèche derrière mon oreille.


Comme au bon vieux temps, hein, beauté bleue..?

Et j'évite le coup de ma nouvelle adversaire...

C'est toujours bien, se voir en baston..!

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4336
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: I'm crazy, but she likes it... (Syndrell)   Lun 17 Avr 2017, 18:02

[C'est partiiiiiii  ]



Al-Chen.
Vrombissante de vie et d’énergie, de monde, de cris, de rires et de bruits.
Immobile, figée par l’émotion, Syndrell réalisait seulement à quel point cette ville avait pu lui manquer ; il fallut que Vagabond presse sa tête contre son dos pour la sortir de ses pensées et la faire avancer.


- Espèce d’impatient, sourit-elle en se retournant pour le câliner.

Comment lui en vouloir ? Vagabond était resté dans le Désert des Murmures les six derniers mois, pas étonnant qu’il soit pressé de rentrer chez lui ! Et chez lui, c’était chez Eli : Syndrell trouva le palefrenier en plein travail, évidemment. Il était en train de réparer une selle défectueuse, perché sur un grand tabouret dans son atelier. Absorbé par son travail, il réagit à peine lorsqu’elle frappa doucement contre le battant de la porte grande ouverte, et ne détourna pas les yeux de sa tâche.


- Revenez plus tard, dit-il seulement, et si ça ne peut pas attendre, voyez avec Solina, mon apprentie.
- Tant pis, je vais dire à Vagabond que son meilleur copain n’est pas disponible ni pour lui, ni pour moi… fit la marchombre en croisant les bras sur la poitrine pour s’appuyer contre le chambranle de la porte, amusée.

Eli faillit tomber de son tabouret. Il n’évita la chute que par miracle, mais il avait l’air aussi sonné que s’il s’était violemment cogné la tête.

- Syn !

Elle eut à peine le temps d’ouvrir les bras avant que son ami se jette à son cou, tellement ému qu’elle-même sentit son sourire trembler un instant.

- Il t’a retrouvée, murmura le palefrenier en la serrant contre lui. Ce satané Dessinateur, cette tête de mule a réussi à te retrouver…
- Ne jamais jouer à cache-cache avec Ciel Kern,
ironisa Syndrell avant de s’écarter pour découvrir qu’Eli avait les larmes aux yeux. Ah non ! Pas de ça, mon vieux : ton rire m’a trop manqué ! Ne m’oblige pas à te chatouiller parce que je le ferai.
- D’accord, d’accord,
capitula Eli en s’essuyant les yeux d’un revers du bras. Aaah, bon sang ! Si je m’étais attendu… Tu m’emmènes Vagabond ?
- Il s’impatiente dehors, oui.

Eli eut bien du mal à ne pas pleurer encore en retrouvant Vagabond. Il ne dit pas qu’il avait maigri, comme sa cavalière. Il ne posa aucune question. Syndrell était de retour, c’était tout ce qui comptait désormais. Très vite, un bonheur sans nom l’envahit tout entier, chassant les dernières notes trop sensibles ; lorsque Syndrell quitta l’écurie, il sifflait joyeusement.
Comme avant.

« Comme avant » n’était pourtant plus une ère possible, Syndrell le savait alors qu’elle déambulait dans les rues de la ville ; le temps où elle flânait dans ces rues en compagnie de Dolce était révolu, tout comme celui où elle s’inquiétait seulement de savoir si elle allait pouvoir trouver des informations sur la disparition de Kunst. Depuis, elle avait remonté la trace du dernier voyage de la maman de Lyke, jusqu’au village maudit d’Ezadrah.

Là-bas, elle avait perdu sa confiance, ses amis, sa liberté et sa voix.
Il lui avait fallu des mois pour retrouver une petite partie de tout cela. Certaines choses étaient irrévocables, comme la cicatrice qui marquait son omoplate ; d’autres se transformaient avec le temps, s’intégrant à sa personne pour la rendre plus forte. Plus sage, aussi. La Syndrell d’avant était malicieuse et insouciante ; la nouvelle était sans doute plus réfléchie, forte de ce qu’elle avait appris à travers ce drame.

Elle avait réglé ses comptes avec les démons qui la hantaient depuis sa captivité. Hièlstan avait fait des merveilles – sans lui, la marchombre aurait probablement perdu la raison – et Narek avait fait le reste. Tuer Onku avait achevé cette lente ascension vers la guérison. A présent, Syndrell portait seulement les stigmates d’une année difficile : un corps un peu trop mince, un regard souvent songeur lorsqu’elle s’en allait dans ses pensées, inaccessible… Deux changements frappaient cependant.

Le premier, c’était sa tenue. Elle avait troqué sa tunique unie contre un débardeur sombre qui dévoilait son ventre et un short d’un bleu plus turquoise que ses cheveux, qui mettait en valeur ses jambes ; ses bottes marquées du dessin de la loutre et qui renfermait un secret mécanisme de Dil’Duran attiraient les regards, autant que ses cheveux bleu vif qui dansaient sur ses épaules. Elle portait sur le dos un long manteau de cuir d’un violet qui tirait sur le bleu, aux pans larges qui volaient au rythme de ses pas. C’était un nouveau style pour une nouvelle vie.

Le second changement était moins évident mais non moins déstabilisant : elle qui n’avait jamais eu sa langue dans sa poche était désormais bien plus discrète et silencieuse qu’auparavant. Peut-être s’agissait-il d’une conséquence du mutisme qui avait suivi son traumatisme, ou bien d’une évolution dans son caractère, mais l’intarissable bavarde n’existait plus ; Syndrell passait davantage de temps à observer et à écouter qu’à parler.

Elle grandissait, tout simplement. Et même si Ciel insistait pour qu’elle mange un peu plus – il avait bien raison – elle n’en restait pas moins jolie. Alors, quand elle s’installa dans une tranquille petite auberge pour déjeuner, histoire de prouver à son ami qu’elle l’écoutait, parfois, elle eut la désagréable surprise d’être abordée par un homme qui ne savait absolument pas comment courtiser une femme selon les règles.

C’était un grand gaillard, beau garçon mais, à côté de Narek, il faisait bien pâle figure, et s’il fit sourire Syndrell une minute, dès la deuxième il l’agaça. Elle continua de siroter son verre de liqueur de framboise avec patience, persuadée que, lorsqu’il réaliserait qu’il perdait son temps, son soupirant finirait par s’en aller. Mais c’est un tout autre dénouement qui eut lieu.

La fenêtre explosa. Sans prévenir et dans un bruit effroyable. Des morceau de verre jaillirent dans tous les sens, y compris sur Syndrell – qui avait réagi grâce à des réflexes hors du commun, déployant un pan de son manteau pour se protéger le visage. Quand elle redressa la tête, ce fut pour croiser le regard surpris puis amusé puis tendre puis espiègle de Tsukia. Elle ne s’étonna pas de cette entrée en matière, ni du coup de langue que son nez reçut en guise de salut.

Elle ne s’étonna pas non plus de la débandade qui régna ensuite dans l’auberge. Il suffisait parfois d’une étincelle pour donner naissance à un incendie, et d’une Tsukia pour créer la plus grosse bagarre du siècle… Syndrell poussa son amie pour lui éviter de se prendre une bouteille en pleine tête et se leva à son tour. Elle envoya son pied si haut que son soupirant écarquilla les yeux devant tant de souplesse. Il aurait sans doute continué à profiter du spectacle si Tsukia ne l’avait pas envoyé au tapis.

- Comme au bon vieux temps, hein, beauté bleue..?

Comme au bon vieux temps... Syndrell prit le temps d’évaluer la chose alors que l’enfer se déchaînait autour d’elles. Non, c’était faux, le bon vieux temps ne reviendrait jamais… Mais c’était des retrouvailles qui avaient un parfum de vanille et de bonheur ; Syndrell attrapa la main de Tsukia et la fit tourbillonner dans ses bras pour lui planter un baiser sur le bout du nez.

- Et si on trinquait pour fêter ça ?

Sans cesser de danser – ou de se battre, c’était pareil – Syndrell attrapa un verre et le tendit à Tsukia. Elle récupéra le sien, le choqua contre celui de son amie et but sa boisson. Légèrement alcoolisée. Une vague de feu déferla dans ses veine – l’adrénaline, surtout, et le plaisir de retrouver la fille la plus tarée de tout l’empire…

D’instinct, son corps trouva cet équilibre déséquilibré.
Ses bras s’écartèrent, son corps ploya, souple et imprévisible.

Le Zui Quan lui avait manqué.

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…




Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 217
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: I'm crazy, but she likes it... (Syndrell)   Lun 17 Avr 2017, 20:04

Trinquer, jouer, danser.

Boire la vie, jouer à survivre, danser l'existence.

Notre efficacité ne trahis en rien le liquide qui réchauffe nos veines et c'est pour ça que c'est extra... Je m'amuse comme une petite folle à éviter les coups et les objets, c'est grisant, de retrouver cette atmosphère, mais cette taverne n'est pas des établissements de fond de ruelle où une bagarre passe inaperçue et, bientôt, des gardes entrent en trombe en frappant et en calmant plus ou moins les gens (Assommer, ça calme bien).

L'un d'eux demande qui as commencer tout ça et je vois le mec qu'il tient me pointer, ainsi que Syndrell, puis il nous désignes à son commandant...

...Ah, mais je le reconnais!

C'est le type (Quand même bien foutu) à qui j'ai fais un clin d'oeil quand j'ai échappé à la garde, avec Gil, dans le même genre de situation..!

Toute une promotion, dites donc..!

Je le vois me fixer et son air un peu surpris révèle qu'il m'as reconnu aussi, il s'élance dans la débandade avec trois de ses cinq hommes pour nous attraper, semble-t-il, alors j’agrippe Syndrell, qui est en pleine pratique de Zui Quan - Elle s'est bien améliorer, mais elle doit vraiment apprendre à mieux tanguer -
pour l'attirer vers la fenêtre arrière, dans laquelle je lance un tabouret. Un des soldats est presque sur nous alors je fait trébucher un mec, qui en fait tomber un autre et plouc les dominos quoi, ce qui me donne le temps de piquer un clin d'oeil à Syn, aller ma belle, on se barre..!

Quand je passe par la fenêtre j'entends un ''Pour la seconde fois,
arrêtez!''

Je me retourne... Ah, c'est monsieur chef des troupes... Qui me fixe sans bouger.

Ouais, c'est la seconde fois que je te tire ma révérence comme une voleuse... Désolé mon chou, mais c'est comme ça, que veux-tu...

Je lui envoi un baiser et un clin d'oeil et disparaît par la fenêtre derrière Syndrell.

Nous courrons ensembles à s'en arracher les poumons, tournant ruelle après ruelle, puis nous nous camouflons dans l'une d'elles alors qu'une troupe de gardes passent droit devant la sortie de celle-ci sans nous voir...

Il semble qu'on ais fais tout un vacarme dans leur matinée tranquille, dites donc.


Alors la bagarre c'est fait, la démonstration de Zui Quan aussi, maintenant...

Je me glisse dans ses bras sans lui demander son avis pour un ÉNORME câlin...

...Elle m'avais manquée...

Cela dit, quand je lui fixe les yeux il y as une lueur que je connais bien et elle semble ouvrir la bouche pour m'en parler, mais j'y dépose un doigt.


Shut, ne dis rien, je suis pas foutue de m'en tenir qu'à toi, alors t'as bien le droit de trouver quelqu'un de plus stable...

Tant qu'on restent des amies bien spéciales, ça me vas..!


Voilà, tout est dit, oui je sais pour qui que ce soit, t'as ce regard d'amoureuse pour un autre qui n'est pas sûr de s'il faut en parler.

Mais je m'en tape, moi je t'aime, alors laisse moi faire et on vivras comme on vivras, pas de plans, pas de questions, juste de la liberté...

Et si jamais, à force, tu venais à ne plus m'aimer du tout..?

...Et bien je n'aurais qu'à apprendre à t'aimer assez pour te laisser partir...

...Mais pas tout de suite, me dis-je en resserrant mon câlin...

...Parce que si jamais ça arrive, ça risque de vraiment faire très,
mais alors très mal...


I know you may have to do it,
And I may not understand,
May be real hard to see yourself without him...

...I'll feel a piece of my heart break,
But hey, you're standing at a crossroad...

...There may be a choice you gotta make...

Je la lâche une seconde, bien que j'ai le coeur un peu arrêter...
Et si elle me dis que... Si elle dit qu'elle ne m'aime pas, finalement..? Ou qu'elle m'aime ''bien'', en amie, d'accords, mais rien de plus, pas même une amie spéciale..?

Si elle me disait que c'est ce type étranger dont je détecte le souvenir dans ses pupilles qu'elle aime vraiment..?

...Et bien je la laisserais partir, tient.

Gil me reviens en tête, ainsi que notre première rencontre.

Cette fois ci, pour pleurer, j'irais dans les nimurdes, tient, il me trouverais pas, là bas.

Mais cette fois, me dis-je, ce serais permanent... Et à ce moment j'ai un pincement au coeur.

Aïe, ça ferait vraiment mal.

Qu'une solution donc, faut changer de sujet, changer de pensées.

Je l'agrippe par la main comme elle semble sur le point de parler et je la tire pour qu'on se remettent à courir sans préciser mon intention...

...Pas encore...

On en parleras dans un moment, si tu veux, mais pas encore, pas tout de suite, je veux vivre le rêve encore au moins un moment,
ensuite on verras si c'est toujours le dit rêve ou s'il faut que je me réveille pour faire face à la réalité.

Elle me suit sans parler, elle est moins loquace qu'avant... Changement normal, ou gène/mal-à-l'aise de ce qu'elle as à dire..?

Je demande pas, je l'entraîne un peu en dehors de la ville, vers le lac, puis on montent une butte pas assez grosse pour causer un problème quelconque à marcher pour y monter, mais assez impressionnante malgré tout.

Arriver en haut, je l'attends... Elle fait les trois derniers pas avant de découvrir la vue seule...

Une vue merveilleuse et prenante sur le lac, qui semble éternel,
vu de cet angle, et le soleil qui s'y reflète.


C'est mon petit coin de paradis, je viens souvent ici quand je dois penser ou me calmer...

Ou me planquer des gardes, désormais, je suppose...

... Comment vas-tu, Syndrell..?


Question comme ça, qui cache de l'inquiétude pour son état et--

ATTENDEZ UNE SECONDE!

ELLE AS PARLER!

Je me jette sur elle en boule de hamster et lui tâte la mâchoire des doigts puis la gorge du nez, ce qui la chatouille sûrement, mais je n'en ais que faire...

Et elle ris... ELLE RIS!

Je lui fait le plus gigantesque câlin du monde dans l'herbe en me frottant contre elle puis la laisse enfin respirer après un petit moment, du coup nous sommes face à face, à quelques centimètres l'une de l'autre...


Ta voix m'avais manquée, Syndrell...

...Tu m'avais manquée...


Y'know, you're my blue horizon,
Always up ahead, just waiting for me...

...Does getting there means leaving some things behind..?

Sometimes life's so bitter sweet...

HRP:
 

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4336
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: I'm crazy, but she likes it... (Syndrell)   Mar 18 Avr 2017, 00:16

Syndrell tourna la tête et vit la garde débarquer dans l’établissement. Flûte ! C’était à prévoir, mais d’habitude ils étaient moins rapides ! Elle oscillait encore sur ses appuis, façon Tsu, quand celle-ci l’agrippa par le coude et l’entraîna à sa suite. Elle avait raison, mieux valait filer pendant qu’ils… la pétillante marchombre explosa sa deuxième fenêtre. Syndrell sourit. Cette fille, alors… Voyant que Tsukia était occupée à narguer les soldats, Syndrell prit son élan et sauta.

Elle roula pour amortir sa chute et se mit à courir, son amie sur les talons. Ensemble, elles louvoyèrent de rue en rue, évitant les patrouilles et s’amusant comme des folles. Syndrell s’amusait ! C’était bien la première fois qu’une telle chose lui arrivait depuis son retour et c’était… grisant. Tsukia était grisante, tout simplement.

Et toujours aussi mignonne. Syndrell s’en rendit compte lorsqu’elle se cachèrent dans l’ombre d’une ruelle ; elle s’y glissèrent, silencieuses comme des chat, et Syndrell plaqua Tsukia contre le mur sans réfléchir ; tandis que les gardes passaient près d’elle sans les voir, son regard doré se perdit dans celui, dépareillé, de la jeune fille. Celle-ci en profita pour lui voler un câlin. Ce genre de câlin qui vous fait trembler d’émotion et qui vous envoie des papillons dans le ventre.

Ses lèvres tout près de celles de Tsukia, Syndrell hésita. Elle aimait Narek. De tout son être. Alors pourquoi s’emballait-elle aussi en présence de cette fille ? Et pourquoi ne savait-elle pas comment lui dire que son cœur était déjà pris ? Un doigt se posa sur sa bouche, scellant les paroles qui s’apprêtait à briser le silence.


- Shut, ne dis rien, je suis pas foutue de m'en tenir qu'à toi, alors t'as bien le droit de trouver quelqu'un de plus stable... Tant qu'on restent des amies bien spéciales, ça me vas..!

Syndrell ne dit rien, donc.

Mais son regard s’illumina. Des amies spéciales… Oui. C’était ça. C’était exactement ça ! Il y avait plus que de l’amitié entre elle, une note de musique encore jamais inventée sans doute, et Syndrell était incapable d’envisager une nouvelle fois de faire du mal à Tsukia en prenant des distances qu’elle ne voulait pas prendre.

Son regard s’illumina mais celui de Tsukia, soudain, se voila. Elle était troublée elle aussi, et distraite par des pensées qui n’appartenaient sans doute qu’à elle. Syndrell ne chercha pas à la bousculer. Elle se laissa entraîner par la poigne ferme de la jeune marchombre et elles se remirent à courir alors qu’il n’y avait plus vraiment de raison de le faire.

Elle remarqua simplement qu’en sortant de la ville, elles empruntèrent un chemin qui lui était familier. Sourit en s’arrêtant au sommet d’une butte plantée d’herbe folle. En contrebas, il y avait le lac, miroir scintillant qui faisait défiler les nuages à sa manière. Et la petite maison, là-bas, c’était celle de Hièlstan. Les souvenirs la submergèrent, désordonnés et prégnants : le Rêveur en train de soigner sa cicatrice, le carnet dans lequel elle écrivait ce qu’elle voulait lui dire, les pique-niques au bord du lac, ses cauchemars, les Rêves à l’intérieur de ses rêves…

Syndrell s’assit dans l’herbe, en tailleurs, et laissa la voix de Tsukia la ramener à l’instant présent. Un coin de paradis ? Elle n’imaginait pas à quel point…

- Comment vas-tu, Syndrell ?

La marchombre pencha la tête sur le côté. Avec Tsukia, impossible de répondre à côté ; elle allait droit au but, elle, et elle méritait qu’on fasse de même ; Syndrell ouvrit la bouche pour lui répondre un « je ne sais pas » sincère, suivi d’un « étonnamment bien depuis quelques minutes, tu sais ? », mais… elle n’en eut pas le temps. Cette fois, ce ne fut pas la pression d’un doigt sur ses lèvres qui la fit taire.

C’est une boule de hamster lancée à pleine vitesse, qui la renversa littéralement dans l’herbe et se mit à la chatouiller. Drôle d’idée ! Mais quel que soit le stratagème – et au fond, il n’y en avait peut-être aucun ! – ce fut efficace, car Syndrell éclata de rire. Elle se tortilla, hilare, jusqu’à ce que Tsukia la libère enfin. A bout de souffle, Syndrell l’observa, intriguée. Et puis, elle comprit à son tour. Et sourit.

- Tu m’as manqué aussi, p’tite chose, dit-elle en tendant la main.

Du bout des doigts, elle caressa la joue de Tsukia. En profita pour replacer une mèche rebelle derrière son oreille.


- Et toi ? Comment vas-tu ?

Elle n’avait pas oublié que lors de leur dernière rencontre, alors qu’elle peinait à reprendre vie après des semaines de captivité dans le désert, Tsukia avait affronté son propre passé. Elle se souvenait des chaînes accrochées au mur, de l’odeur de la mort, de la souffrance dans les yeux de son amie… Elle ne savait pas grand-chose, au fond. C’était pareil du côté de Tsukia. Mais Syndrell n’avait pas vraiment envie de parler de tout ça maintenant. Elle voulait simplement savoir si la jeune marchombre allait bien.

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…




Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 217
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: I'm crazy, but she likes it... (Syndrell)   Mar 18 Avr 2017, 01:04

Comment je vais... Alors ça, c'est toute une question...

J'ai le crâne bien remplis, disons...


Je vais mieux maintenant que dans quatre mois...

Le murmure m'as échappé tout seul et elle me fixe avec ses grands disques d'ors en mode questionnement, donc je lui file un bisou sur les lèvres... Et nah! C'est une bonne réponse, non?

Mais non, et je le sais, alors je lui refile une piste en osant espérer qu'elle seras sage, comme d'hab, et qu'elle s'en contenteras, au moins pour l'instant...


C'est... L'anniversaire de la raison de mon bannissement de la citadelle...

Et si tu veux en savoir plus, faudra me re-voir le 3 septembre!


Et vlan que j'lui tire la langue, bleh!

Puis je l'aide à se relever et j'époussette mes genoux, mes questions se sont envolés, en partie parce qu'elle n'as rien dit...

Aussi parce que la partie de mon cerveau qui est dédié aux pensées moroses est plus qu’occupé, avec les souvenirs, qu'une solution donc...

Hop là je m'envoie la petite fiole d'alcool puissant que je dissimule dans mes vêtement et je m'ébroue puis m'approche de Syndrell...

Pour lui flatter les oreilles, en pleine pensées... Parce qu'il faudrait savoir quoi faire maintenant et j'ai pas envie de la quitter si rapidement après l'avoir retrouver donc il faut décider et--

BON SANG DE RAÏ À FACE DE PANDA SES OREILLES SONT DOUUUUUCES!

Je lui dépose un bisou sur le nez et sur les lèvres puis m'écarte d'un petit pas de danse.


Alors, Syndrelloutre, on va où et on fais quoi?
Ah et Ciel-peluche, il va bien?


Ouais, des questions! Et un câlin pour bien faire parce que Y'AS PAS QUE VYVY QUI SENT BOOOOOOOOOON!!

Mais elle prends un moment à répondre, perdue dans ses pensées, alors je dois la ramener au moment présent...

NIOM!

Ah, voilà, elle me regarde... Pas étonnant sachant que je lui mordille la poitrine au travers de son haut comme si c'était tout à fait normal et je la fixe d'en bas avec des grands yeux innocents...

C'est pas moiiii, ais rien faiiiiis...

Sinon, un calin, ça te dis..?

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4336
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: I'm crazy, but she likes it... (Syndrell)   Mar 18 Avr 2017, 09:37

Syndrell haussa un sourcil perplexe et fixa Tsukia sans vraiment comprendre. Quatre mois ? Qu’allait-il se passer dans quatre mois ?

- C’est… l’anniversaire de la raison de mon bannissement de la Citadelle…

Bannie…

La marchombre aux cheveux bleus resta silencieuse. Perdue dans ses pensées. Elle connaissait un peu la Citadelle et les principes qui régissaient la vie des Frontaliers ; c’étaient des gens froids et distants, des guerriers un peu trop solennels à son goût mais qui obéissaient à des valeurs solides et justes. Il fallait avoir commis quelque chose d’affreux pour se voir bannir de leur fief…

… qu’avait bien pu faire Tsukia pour mériter pareil châtiment ?

Syndrell laissa son amie l’aider à se relever mais écouta d’une oreille distraite les questions qu’elle lui posa d’un ton guilleret. Elle sentait que quelque chose clochait sans parvenir à mettre le doigt dessus. Une seule certitude : Tsukia était innocente. Ça pulsait en elle comme un écho ravageur. Tsukia n’était pas responsable de ce qu’on lui reprochait et elle en souffrait terriblement.

Un jour, elle lui demanderait de lui raconter cette histoire. Chaque chose en son temps ; pour l’heure, la jeune fille s’évertuait à tirer Syndrell de ses pensées, une tâche ardue qu’elle régla en une demi-seconde en lui mordillant la poitrine. La marchombre sursauta, cligna des yeux et regarda le petit hamster tout mignon qui se tortillait devant elle, attendant la suite.

Quelle suite ?

Ah, c’était la première question de Tsukia, ça ! Elle lui avait demandé ce qu’elles allaient faire à présent. Mais Syndrell n’en avait aucune idée. Elle était venue à Al-Chen sans objectif en tête, espérant seulement croiser Darwen ; l’heure approchait où elle allait présenter son apprenti à l’Ahn-Ju, tout comme elle avait présenté Narek quelques jours plus tôt…

Elle avait prévu de passer quelques nuits chez Ciel. Qui n’était pas encore rentré de son périple, lui – elle expliqua à Tsukia, pour répondre à sa deuxième question, que « Ciel-Peluche » était en train de voyager avec son compagnon, Aedan. Ils avaient décidé de prolonger leur aventure, le Dessinateur pour retrouver sa pleine sérénité avant de rentrer, lui qui n’avait pu accéder à l’Imagination pendant longtemps, le serveur parce qu’il était tout simplement hors de question qu’il laisse sa « peluche » toute seule.

Du coup, l’appartement était vide. L’idée effleura l’esprit de Syndrell, elle la soupesa un instant avant de la repousser. Pas maintenant. Il faisait bon, le soleil enflammait l’horizon, la nuit n’était pas loin ; dans peu de temps, des lucioles allaient danser dans les hautes herbes qui bordaient le lac. Alors, la marchombre attrapa la main de son amie et l’entraîna à sa suite. A son tour de la suivre !

Elle dévala la butte et s’avança dans les roseaux qui formaient comme un écrin autour de l’eau. Le chant des grenouilles s’interrompit, quelques « plouf » retentirent. Syndrell sourit. Elle lâcha la main de Tsukia et retira son long manteau pour le plier et le déposer sur un lit de feuilles. Haut, short, bottes le rejoignirent. Sans attendre, Syndrell plongea dans le lac, sans faire d’éclaboussures inutiles, et nagea jusqu’au centre avant de se retourner.


- Alors, qu’est-ce que tu attends ? lança-t-elle, malicieuse.

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…




Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 217
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: I'm crazy, but she likes it... (Syndrell)   Mar 18 Avr 2017, 19:08

SPLASH!

Vala ce que j'attendais, rien du tout, l'habitat naturel des loutres c'est peut-être l'eau, mais moi, mon habitat, en ce moment, c'est avec cette merveilleuse fille.

Et si je pourrais faire très peu de bruit et de remous, c'est plus marrant de faire le boulet de canon-hamster!

L'eau est un peu froide sur ma peau, mais je m'approche de Syndrell doucement... Et sploof la petite vague!

Toute mouillée, la Syndrell!

J'aime quand elle M-- AHEM! JE VEUX DIRE! Quand elle EST mouillé.

Sa peau reluis un peu et je me jette dans ses bras - c'est la journée des câlins gratuits, ils viennent en paquets de 24 - et je lui mouille le bout du nez du bout du doigt.


T'as le nez mouillé! Attends je m'en occupe!

Slurp la léchouille! Et le gros sourire! Moi? Avoir préparer le plan pour léchouillé le nez? Meuh non voyons...

Et tout à coup je réaliser qu'elle est TREMPÉE, mais au COMPLET,
et je rougis un peu...

Alors euh... Tu veux que je m'en occupe..?

Moi je dis pas non, mais pas du tout hein...

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4336
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: I'm crazy, but she likes it... (Syndrell)   Mar 18 Avr 2017, 20:01

Syndrell ferma les yeux lorsque Tsukia fit la bombe pour sauter dans l’eau. Quand elle les rouvrit, son amie était déjà là, aussi espiègle qu’un chaton. Elle se laissa asperger de bonne grâce seulement parce qu’elle riposta aussitôt, mais sa joyeuse compagne en profita pour se jeter à son cou, menaçant de les faire couler toutes les deux. En la sentant si proche, le cœur de Syndrell s’emballa et elle se sentit rougir. Heureusement que Tsukia était obnubilée par sin nez !

Son coup de lichette lui tira un sourire.
Son regard pénétrant lui coupa le souffle. Il n’y avait vraiment que Tsukia pour réussir à plaisanter franchement tout en ayant une expression aussi grave, aussi sérieuse. Aussi jolie. Troublée, Syndrell réalisa qu’elle avait envie de la serrer dans ses bras. De sentir sa chaleur sous ses doigts. C’était à la fois exaltant et déroutant, parce que ce n’était pas ainsi qu’elle ressentait les choses avec Narek.

Ce n’était ni moins intense, ni plus excitant, c’était… différent. Et elle se demanda un instant si ce qu’elle s’apprêtait à faire était juste. Tsukia était visiblement d’accord avec l’idée qu’elle puisse être amoureuse d’un autre. D’un côté, n’était-elle pas amoureuse d’Aivy ? Pourtant, Syndrell ne pouvait s’empêcher de penser que Narek, lui, avait sans doute son mot à dire. Elle n’avait pas parlé de Tsukia avec lui. Elle n’avait rien cherché à lui cacher et d’ailleurs, si elle n’avait pas été enlevée par les sbires d’Onku dans le Désert des Murmures, sans doute aurait-elle déjà abordé la question.

Mais voilà, cette discussion n’avait pas eu lieu et Syndrell, quoique certaine d’être libre de pouvoir agir selon son cœur, frémit soudain à l’idée que le marchombre puisse être blessé à cause de son choix. Elle lui avait déjà fait assez de mal comme ça. Et s’il s’en allait, tout comme Dolce ? Cette pensée la fit frémir, mais la force d’une promesse la fit s’évanouir aussitôt : non. Narek l’aimait. Il ne l’avait pas abandonnée quand elle était retournée là-bas, dans l’enfer d’Ezadrah.

Il ne la laisserait pas tomber.

Et Tsukia ? Syndrell plongea dans les yeux si particuliers de la jeune fille, et ce qu’elle put y lire gomma ses derniers doutes : Tsukia était Tsukia. Passionnée et passionnante, capable du pire mais surtout du meilleur, et surtout, de s’attacher à une petite loutre tourmentée. Elle non plus ne la laisserait jamais tomber. Comment oublier ce qu’elle avait fait lorsque Syndrell avait croisé sa route, des mois plus tôt, en revenant du désert ? Sans elle, la marchombre n’aurait pas eu la force d’atteindre la demeure de Hièlstan.

Sans Tsukia elle serait morte.

C’est à cet instant qu’elle comprit.
Un sursaut, une bouffée de reconnaissance et d’amour.
Un zeste de folie.

Sans prévenir, Syndrell attrapa le visage de Tsukia entre ses mains et l’embrassa à pleine bouche. Elle s’enivra de son odeur, de sa chaleur, de son désir – mais lorsqu’elle sentit les caresses de sa compagne se faire plus audacieuse, un sourire mutin se dessina sur ses lèvres, et…

… elle échappa à son étreinte pour s’éloigner d’un battement de jambes.


- Si tu m’attrapes, Tsu-minette, je te ferai peut-être un câlin !

Peut-être ?

Non…

Certainement…

Syndrell se fendit d’un sourire radieux cette fois, et s’élança, Tsukia à sa suite. Son amie était rapide et pleine de ressources, mais la marchombre était, pour ainsi dire, dans son élément ; elle bondissait, plongeait, ondoyait sous l’eau aussi longtemps que ses poumons le lui permettaient, laissait Tsukia la rattraper, la frôler pour mieux lui échapper.

Elle riait aux éclats et, tout à son jeu, elle ne vit pas la nuit tomber, ni même la lune se lever, ronde et rousse ; elle ne vit pas non plus les lucioles qui s’élevèrent en douce circonvolutions des hautes herbes pour danser au-dessus de l’eau, accompagnées du chant des grenouilles et du hululement des chouettes.

En fait, elle ne voyait plus que Tsukia.

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…




Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 217
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: I'm crazy, but she likes it... (Syndrell)   Mer 19 Avr 2017, 16:25

Loutre contre hamster.

Dans l'eau, c'était selon toute logique un combat pré-déterminer, un des deux avait après tout un avantage certain...

Celui d'être petit et mignon..!

Comme si je me laisserais beaucoup distancé..! Y'as qu'une chose qui importe : Pas une loutre, pas jolies papattes, pas... C'était quoi?
Louve? Peut importe...

Pas tout ça.

Juste Syndrell.

Entière.

Complète...

...Parfaite.


Do you like piña coladas and gettin' caught in the rain..?

And the feel of the ocean and the taste of champagne..?

If you like making love at midnight in the dunes on the cape...

... Then you're the lady I've looked for, come with me and escape...

AHAH! J'ai réussis à la dépasser Grace à mon brillant esprit de stratégiste sous l'eau, il me reste plus qu'à émerger devant elle et--

SPAF!

PLOUF!


...Et à me prendre une collision de loutre à pleine vitesse qui semble ne pas avoir capter que je la surprendrais par en bas.

AÏÏÏÏÏÏEUH!

Elle as la tête dure, elle aussi, dites donc..!

Pour le coup je me frotte le crâne - parlez moi d'un face à face!
- des deux pattes puis regarde dans sa direction...

Elle as une éraflure sur le front, probablement de la collision...

NIAH! MA FAUTE! MÉCHANTE TSU!

Je m'approche donc et je lui fait un bisou droit sur le front en la prenant dans mes bras...

Ça va comme ça, plus bobo, le hamster est là pour toOUUUUUAAAAAHHH!!

Je regarde par en bas et vois une loutre en mode ''gnihi =3 '' qui me fixe d'un air malicieux... Ah alors tu me pique mes trucs en me mordillant à ton tour, maintenant..?

Gnam l'oreille, tient!

Cha t'apprendras!

Je marmonne tout doucement à son oreille, à volume bas pour pas lui les cassez, les zolies n'oreilles.


Alors, mon câlin de minette, il arrive..?

Oui hein, j'ai attraper, tout de même..!

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4336
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: I'm crazy, but she likes it... (Syndrell)   Ven 21 Avr 2017, 17:06

Nager avec Tsukia, c’était bien plus qu’un simple jeu, c’était… un sport. De haut niveau. Une discipline à la fois très simple et très complexe, qui requerrait un sens de l’orientation doublé d’une endurance à toute épreuve, et enfin une vitesse qui permette d’échapper à la sienne ; Syndrell avait beau multiplier feintes et facéties, elle ne dépassait réellement son amie que de quelques secondes.

Elle fut étonnée de ses performances, avant de se souvenir que Tsukia avait un don que peu de gens possédaient, aussi rare qu’extraordinaire : généré par une soif d’apprendre hors du commun, c’était cette faculté de comprendre et de reproduire très vite ce qu’elle venait juste de découvrir.

C’était une marchombre qui irait vite et loin, et qui devait faire la fierté de son maître. Libertée, se souvint Syndrell. La fille aux magnifiques yeux roses. Elle ne devait pas s’ennuyer avec une élève pareille… Cela dit, entre Darwen, Eole et Narek, sa vie de maître marchombre était sacrément mouvementée aussi. C’est ce qui la fit sourire dans la nuit. Et c’est ce qui permit à Tsukia de rattraper son léger retard, mais…

… pas du tout comme il l’aurait fallu. Avant que Syndrell réalise ce qui s’était passé, elle se tenait la tête entre les mains et voyait trente-six chandelles.


- Nom d’une chiure de mouche ! s’exclama-t-elle, sonnée.

Qu’est-ce qu’elle avait la tête dure ! Pourtant, Tsukia aussi semblait avoir reçu un méchant coup sur le crâne. Une belle collision qui, très vite, fit rire la marchombre aux cheveux bleus. C’était tellement ridicule ! Elle s’enfonça sous l’eau quand Tsukia lui sauta dessus, sous prétexte de la consoler de ce vilain bobo, et en profita pour lui mordiller la poitrine. Chacune son tour !

L’air surpris de Tsukia céda vite sa place à un éclat brûlant qui ne trompa pas Syndrell. Elle anticipa même sa question et n’attendit pas la fin de sa phrase pour la prendre dans ses bras et l’embrasser doucement dans le cou. D’accord pour un câlin de minette, mais tant qu’à faire, autant que ce soit un câlin qui reste dans leur mémoire…

Sans crier gare, elle entraîna Tsukia sous l’eau pour une étreinte passionnée.




*



Plus tard, Syndrell se laissa tomber sur la rive, à bout de souffle. Elle avait les joues roses et le regard encore bien trop gourmand pour résister à la tentation d’embrasser Tsukia sans même lui laisser le temps de récupérer. Mais elle était trempée et la nuit était fraîche ; avant de trop frissonner, elle se glissa dans ses vêtements, ferma son manteau et attrapa la main de son amie.

Il était temps qu’elles rentrent se mettre au chaud ! Et cette fois, l’appartement de Ciel fut choisi sans hésitation. Syndrell s’y glissa avec émotion. Elle n’y avait pas remis les pieds depuis si longtemps… il régnait dans l’immense demeure un soupçon de froid et de solitude, celle qui avait tant imprégné l’endroit lorsque Ciel s’était retrouvé terrassé en apprenant la mort de sa petite marchombre. Lui aussi était parti depuis un moment. L’heure était venue de ramener un peu de gaité, ici !

Syndrell entraîna Tsu dans la cuisine, non sans lui jeter un coup d’œil amusé ; elle aussi devait se rappeler ce qu’elles avaient fait ici… avant que Ciel ne les découvre. Pauvre Ciel ! Elle alluma quelques bougies puis chercha de quoi manger. Il n’y avait pas grand-chose, et elle n’avait rien acheté. Flûte… Finalement, la marchombre mit la main sur du fromage et des fruits secs, ainsi – et surtout – qu’une bonne bouteille de vin recouverte de poussière.

La présence de Tsukia suffisait à donner un petit air de fête qui résonnait jusque dans son cœur.

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…




Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 217
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: I'm crazy, but she likes it... (Syndrell)   Mar 09 Mai 2017, 16:10

Ah tout de même, un câlin... Mais pas de minette...

Un câlin de l'eau, sous-marin...

Bon ben il reste qu'une chose à faire :

Créons des vagues..!


If you need me call me,
No matter where you are,
No matter how far...

Just call my name,
I'll be there in a hurry,
You don't have to worry...

...'Cause baby, there...

Ah la cuisine, merveilleux endroit de débauche, et pas que de débauche culinaire, hein, jolies papattes..?

Youpla que je saute sur le comptoir pour m’asseoir et-- Ah! Elle prends une gorgée de vin! À MOI LES LÈVRES!

Syndrell est assez surprise pendant une seconde que je lui pique un peu du breuvage.


Hmm... Un Syndrell Vieilli 27 ans, sacré bon crut!

...Ain't no mountain high enough,
Ain't no valley low enough,
Ain't no river wide enough,
To keep me from getting to you, babe...

Je me place un morceau de fromage sur le nez pour le tenir en équilibre quelque secondes, puis le lancer dans les airs d'un coup de menton et le rattraper avec la bouche...

... J'ai vu une bêbêtte le faire une fois, c'est plus dur qu'il n'y parait, me dis-je en attrapant un autre bout de ce merveilleux fromage...

...Et en prenant place derrière Syndrell, le nez sur son crâne.

Gniouf gniouf tu sens bon, voilà. C'est bien comme ça, non? Moi je trouve que oui.

Et câlin la tête avant de redescendre sur le plancher - L'air est moins frais loin de son crâne - pour me placer la tête sur son épaule et chuchoter.


Alors, quoi de neuf depuis la dernière fois, jolie papattes..?

Aller, raconte, que j'ais une raison de déclarer la fête de la joie pour m'amuser 'vec toi...

...Et si c'est pas joyeux..?

Alors faudra consoler! Quand le ciel y est pas, les petites bêtes foutent le bordel!

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4336
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: I'm crazy, but she likes it... (Syndrell)   Dim 14 Mai 2017, 21:26

(Sirote pensivement son vin)

- Mmmmh... Eh bien déjà, tu l'as constaté, j'ai retrouvé ma voix ! Ce fut une sacrée longue route pour moi, ça, émaillée d'obstacles et de détours qui ont bien failli me faire abandonner au moins vingt fois. Mais j'ai eu la chance d'être aidée par un Rêveur incroyable. Nous n'étions pas très loin de chez lui tout à l'heure.

Une fois cette étape franchie, il a fallu que j'affronte à nouveau mes plus grandes peurs. Je suis retournée là-bas, Tsu. Dans le Désert des Murmures. Là où...


(Elle se tait. Inutile de préciser puisque que Tsu, elle le sait, se souvient de la marque sur son omoplate...)

Bref, je n'étais pas toute seule et ça a été une vraie bataille, mais... on a gagné ! Alors me revoilà, tout feu tout flamme, prête à reconquérir une vie joyeuse et paisible ! Enfin, pas trop quand même. Sinon je vais m'ennuyer.

C'est une version très édulcorée mais j'ai envie de t'écouter aussi ! Qu'est-ce que tu as fait de beau, toi, depuis la dernière fois ? Est-ce que tu as revu Aivy ?

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…




Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 217
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: I'm crazy, but she likes it... (Syndrell)   Dim 14 Mai 2017, 21:37

Revu Aivy? Ah ça oui, et c'est toute une histoire... Mais puisqu'on fais dans l'édulcoré...

Et bien j'ai rencontré un envoleur! Enfin, je le connaissais déjà, c'est lui qui m'as aider à te revenir après... Bref, après. Et j'ai infiltrer pour lui un organisation criminelle, et puis Aivy nous est tombés dessus donc je l'ais poussé par la fenêtre, dans une charrette pleine de foin hein, pas dans la rue, et on as aider le dit envoleur à se battre contre son frère et découvert que son papounet c'était un marchombre, t'imagine! D'ailleurs regarde, regarde! En pleine bataille, mourant, son papa m'as refilé ça!


Je lui montre les dagues que le père de mana-- De Gil m'a refilé pour m'aider, elle sont superbes et parfaitement agencés pour entrer dans la main avec une poigne mortelle, un fil plus tranchant qu'un rasoir...

Je les adores! Et comme Gil les as pas réclamés, pour l'instant,
à Tsu les dagues! Nyahah!

Puis j'arrête un instant de faire la fofolle avec les dites dagues...
J'ai une question sérieuse en tête...


Dit, Syn... Je sais je devrais demander à mon maître, mais je veux pas l'avis du maître, je veux l'avis d'une amie...

... Pourquoi est-ce que les marchombres et les envoleurs se battent? Je sais qu'il ne faut pas juger un groupe par un individu, mais ce type, au fond, c'est quelqu'un de très bien, qui as été super malmené par la vie et... Et même si je sais qu'il as fait des choses horribles j'ai...

... J'ai pitié de lui, je crois, je voudrais pouvoir l'aider, pour qu'il se reconstruise et qu'il puisse connaître un peu du bonheur que la vie lui as si souvent refuser...

... Tu crois que j'ai tords..?

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4336
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: I'm crazy, but she likes it... (Syndrell)   Dim 14 Mai 2017, 22:29

Edulcorée ? La version de Tsukia ?? Sans doute, oui, parce qu’on passait d’une Aivy jetée par la fenêtre à un Envoleur fils de Marchombre, le tout agrémenté d’une mission périlleuse ! Syndrell n’aurait peut-être pas cru son amie si celle-ci n’avait pas un visage aussi expressif. Et les yeux ne mentent pas ! Pas les siens, en tout cas.

Et puis c’était bien Tsu, quand on y pensait… qui d’autre pouvait se fourrer dans de telles aventures ? *Moi* songea Syndrell en observant pensivement la jeune fille. Elle avait son âge lorsque Blood Light avait croisé sa route. Sa rencontre avec Faldor avait été tout aussi marquante. Celle avec Lacrya, surnommée « Ironie », avait semé la pagaille dans sa vie ! Sans parler du danger qu’elle avait côtoyé quand elle était allée se fourrer tête la première dans le Domaine…

Non. Tsukia n’était pas la seule qui ait fait cette étrange expérience. Elle avait toutefois de la chance de s’en être sortie saine et sauve, parce qu’en dépit de son talent pour se tirer d’affaire comme personne, et même si elle possédait déjà des capacités hors normes, son amie était encore une apprentie. Une élève qui avait beaucoup de choses à apprendre.


- D’ailleurs regarde, regarde ! En pleine bataille, mourant, son papa m’a refilé ça !

« Ça », c’étaient deux dagues finement ouvragées que Syn observa avec attention. Bien que singulières, elles ne lui évoquèrent aucun souvenir ; le marchombre à qui elles avaient appartenu lui était inconnu. Elle failli demander son nom à Tsukia puis se ravisa ; c’est à l’Académie qu’elle pourrait obtenir des réponses. Si jamais elle les désirait.

- Dis, Syn…

La marchombre aux cheveux bleus planta son regard doré dans celui, dépareillé, de Tsukia.

- … pourquoi est-ce que les marchombres et les envoleurs se battent ?

Quelques secondes filèrent, qui devinrent des minutes. Et puis Syndrell resservit un verre de vin à son amie, qu’elle choqua doucement contre le sien.

- Parce que nous ne suivons pas le même chemin. Et là, ce n’est pas une histoire que l’on peut édulcorer, alors…



*



Alors elles s’installèrent confortablement dans la bibliothèque. C’était le royaume de Ciel, un univers sur lequel il régnait avec toute la passion de l’homme curieux et cultivé qu’il était ; aux nombreux rayonnages chargés de livres se disputaient quelques esquisses dessinées de sa main. Assise dans un large fauteuil, son verre de vin à la main, Syndrell observa l’une d’elle. On y voyait une silhouette de femme couchée sur l’encolure de son cheval. Sourire. Et doux souvenir…

Elle se força à revenir au présent, un présent dans lequel Tsukia attendait une réponse importante. Fondamentale. Ce n’était pas la première fois qu’on lui posait cette question et, comme chaque fois, il lui fallait prendre le temps de choisir ses mots. Qui n’étaient jamais complètement les mêmes puisqu’ils évoluaient au fil du temps. De son temps.


- J’ai dit chemin mais il s’agit plutôt de voie, commença-t-elle doucement. Elles sont similaires et c’est là que réside le problème. Enfin, à mon sens… parce que la similitude cache la différence et, si celle-ci paraît infime, elle est en réalité bien plus importante qu’on ne le croit. Les Envoleurs suivent la voie du Chaos. Ne commets pas l’erreur de croire que ce terme est trop simple et trop réducteur, il est… bien réel. Les Mercenaires du Chaos nourrissent de sombres desseins que la Guilde peine à percer. Nous savons qu’ils représentent une menace. Ils savent que nous sommes prêts à tout pour que le monde ne souffre pas de leurs exactions, du Chaos qu’ils ont pour objectif de répandre. Et parce que nous défendons chèrement l’Harmonie qu’ils veulent détruire, ils nous traquent. Sans relâche.

Pause. Il fallait que Tsukia intègre ce qu’elle savait sans doute déjà ; sa question n’était pas tant de savoir comment deux camps pouvaient être à ce point opposés mais pourquoi.

- Nous apprenons à nous méfier mutuellement les uns des autres et cela contribue probablement à la formation de deux camps parfaitement opposés. Toutefois, chaque individu est différent. Il arrive parfois que deux individus en marge de certains principes viennent à se rencontrer… et à s’apprécier.

Syndrell but une gorgée de vin, qu’elle fit rouler sur sa langue avant de l’avaler.

- J’ai rencontré des Mercenaires et des Envoleurs. J’en ai affronté quelques uns. J’en ai tué. Et j’en ai aimé.

Nouvelle gorgée. Plus grande.

- Je suis donc mal placée pour dire que tu as tort de vouloir venir en aide à un Envoleur abîmé. Tout ce que je peux te conseiller, c’est de rester prudente, quoiqu’il arrive. Marchombre, tu te dois de préserver cette harmonie, cette libertée qui brûle en toi. Promets-moi que tu ne laisseras personne éteindre cette flamme, Tsu.

Regards qui se cherchent et qui se trouvent.
Pour ne plus se lâcher.

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…




Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 217
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: I'm crazy, but she likes it... (Syndrell)   Lun 15 Mai 2017, 14:18

Il est plus harmonieux que bien des marchombres...

...Et puis c'est le copain de mon maître...


Je me glisse dans ses bras, c'est compliqué tout ça, moi qui voulais quitter la citadelle pour ne plus avoir à m'emmerder avec les jeux politiques... Jeux politiques comme ceux qui--

Pensé à autre chose, vite.

NYU!

NYUNYUNYUNYU!

MAIS RESTEUH EN PLACEUH! COMMENT TU VEUX QUE JE BISOUILLE LE DOIGT SI TU BOUGE LA MAIN SANS CESSE!?

Ah, voilà. Smouak.


Et puis ce feu, tu sais, il ne peut que brûler tant qu'il y as du combustible...

...Aivy et toi, vous êtes le combustible de ma vie, donc t'as rien à craindre, je suis pas prête de m'éteindre.


Vala vala, maintenant qu'on c'est occupés de tout ça, on peut câlin? Ah, bah voilà, je savais bien qu'on pourraient câlin!

Et puis ses bras son vraiment doux et confortables...


Je t'aime, Syndrell...

Murmure qui s'entend à peine... Mais c'est tout ce qu'il nous faut, pas vrai, jolie papattes..?

BON OKAY, QUI FAIS CE VACARME DEHORS!? JE VOUS JURENT QUE SI CE QUELQU'UN DÉRANGE MON TEMPS DE GNOUF GNOUF GNAF GNAF POUIKOUIOUIBADOUM AVEC LA LOUTRE, JE LE BOUFFE!


We,
We will resist and bite...

Bite hard,
'Cause she's all that's in my sight.

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4336
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: I'm crazy, but she likes it... (Syndrell)   Ven 19 Mai 2017, 18:28

Apprendre qu’un maître marchombre entretenait une relation avec un envoleur ne surprit pas particulièrement Syndrell, mais ça la fit réfléchir. Combien de marchombres étaient-ils séduits par les plus dangereux fils du Chaos ? Et jusqu’où s’étendait les connaissances de la Guilde à ce sujet ? La dernière fois qu’elle s’était rendue dans la salle du Conseil, elle avait trouvé l’atmosphère plus tendue que jamais.

Elle était allée transmettre ce qu’elle avait pu découvrir à Ezadrah. Valcyan avait recueilli son histoire. Il l’avait écoutée sans l’interrompre, mais à certains moments sa mâchoire s’était crispée de manière significative : il regrettait de n’avoir pas été là pour réduire en miettes ceux qui s’en étaient pris à des innocents. De son côté, Syndrell n’était pas entrée dans tous les détails. Elle avait confiance en Valcyan mais la métamorphose était un secret qu’elle n’avait pas le droit de divulguer, par respect envers ceux qui étaient concernés.

Par respect et pour les protéger.

En outre, ce qui avait intrigué Valcyan, c’était la présence de Mercenaires du Chaos dans le Désert. Il avait froncé les sourcils et tourné la tête en direction des apprentis s’apprêtant à se frotter à l’Ahn-Ju. Des apprentis qui ne tarderaient pas à s’en aller en quête du Rentaï. Y avait-il un risque à les envoyer là-bas ?

Mais ce n’était pas le moment de songer à tout cela ! Tsukia s’installa sur ses genoux et Syndrell la serra contre elle. Elle se détacha de ses pensées pour ne plus se concentrer que sur la folie craquante de son amie. Le plus étrange, avec cette fille, c’était que si elle était réellement illuminée, elle était capable de s’exprimer avec une gravité sans pareille. Comme en cet instant.

Et sa manière d’évoquer du combustible… Syndrell frissonna. De plaisir ! Elle posa la main sur la nuque de la jeune marchombre et l’embrassa. Doucement d’abord, mais très vite, le souffle leur manqua. Un murmure, quatre petits mots qui s’envolèrent dans le cœur de Syndrell, le désir qui grimpa d’un cran supplémentaire, et…

Un fracas monumental s’éleva à l’extérieur, dans la rue. Tout à son exploration du corps voluptueux de Tsukia, Syndrell aurait aimé n’y prêter aucune attention mais quelque chose l’interpela. Une… intuition soudaine. Elle repoussa doucement sa compagne et se leva du fauteuil pour se couler dans le salon, aussi légère qu’un rêve et plus silencieuse qu’un chat. Dans le couloir de l’entrée, elle se figea : quelqu’un était en train de crocheter la serrure !

Elle échangea un regard avec Tsukia, posa un doigt sur ses lèvres pour lui intimer le silence et se plaqua contre le mur. D’un geste vif, elle tira un petit couteau de sa botte et se tint prête. La porte s’ouvrit doucement, Syndrell se ramassa sur elle-même, se prépara à bondir…

… s’immobilisa, surprise, en réalisant que le cambrioleur n’était autre que le propriétaire des lieux. Ciel Kern en personne.

- Prof ?
- YAAAAH !


Mauvaise idée que de surprendre un Dessinateur. Un filet surgit de nulle part et s’abattit sur Syndrell et Tsukia. Avant que cela n’éveille en elle de trop violents souvenirs, la marchombre aux cheveux bleus laissa ses lames secrètes jaillir de ses avant-bras et trancher la corde avec une efficacité redoutable. Elle les rétracta et se releva souplement pour se planter devant Ciel et lui enfoncer son doigt dans le sternum.

- Dis donc, tu n’as pas l’impression que tu es…
- SYN !!!


Avant d’avoir pu terminer sa phrase, Syndrell se retrouva dans les bras de son ami. Il la serrait un peu trop fort, mais elle lui rendit la pareille de bonne grâce. Elle était heureuse de le retrouver !

- Est-ce que je peux récupérer mes côtes, s’il te plaît ? demanda-t-elle néanmoins.

Ciel secoua la tête et la garda dans ses bras. Alors, quand Aedan entra à son tour, un sourire amusé sur les lèvres, Syndrell fit les présentations sans pouvoir bouger d’un poil de loutre :

- Salut Aedan ! Voici mon amie Tsukia. Tsu, tu connais déjà Ciel Peluche, qui va finir par m’étouffer pour de bon s’il ne me lâche pas, et laisse-moi te présenter Aedan.
- Enchanté,
dit gentiment le serveur à l’attention de Tsukia.

Puis il se pencha pour embrasser Syndrell sur la joue, profitant de sa proximité avec Ciel pour lui faire lâcher prise.

- Comment se fait-il que vous soyez rentrés si tôt ?
- Ciel a été contacté par le Dôme. On aurait besoin de lui rapidement.
- D’accord. Alors deuxième question : pourquoi crocheter la porte ?


Ciel s’empourpra.

- Je n’ai pas la clé sur moi. D’abord parce que toi tu rentres généralement par une fenêtre…

C’était le cas.

- … et ensuite parce que d’habitude, je dessine un pas sur le côté.
- Solution de facilité,
chantonna Aeden en ôtant son manteau.
- Tu veux dire que tu ne peux plus faire le pas sur le côté ? s’inquiéta Syndrell.
- Si mais depuis que l’accès aux Spires m’est de nouveau possible, mon don a tendance à fluctuer. Comme ce soir.

Syndrell les regarda tous les trois et prit sa décision.

- Bon ! Eh bien, on va se faire un pique-nique dans le salon, sur le tapis, avec tout ce qui reste de comestible – autrement dit pas grand-chose. Fromage, vin, fruits secs pour tout le monde !



*



En fin de compte, ce pique-nique improvisé au coin d’un feu de cheminée était tout ce qui leur fallait : c’était simple et agréable, chacun était donc parfaitement détendu. Aedan avait posé la tête sur la cuisse de Ciel, qui lui caressait distraitement les cheveux. Syndrell avait installé Tsu entre ses jambes et appuyait son menton sur son épaule, s’amusant parfois à souffler dans son oreille ou dans ses cheveux pour la faire rire.

C’était une bonne soirée. Et quand le feu devint braises rougeoyant doucement, Ciel réveilla Aeden. Ils se souhaitèrent une bonne nuit, puis les deux hommes montèrent à l’étage pour prendre un repos bien mérité. Syndrell suivit son meilleur ami des yeux en souriant. Comme il avait changé ! C’était toujours le même garçon un peu gauche et réservé, curieux, bavard et animé qu’elle appréciait depuis si longtemps mais, au fond de lui, Ciel s’était transformé. Sa rencontre avec Aeden et ce voyage dangereux dans le Désert des Murmures y étaient pour beaucoup. Il était plus confiant, plus sûr de lui ; détail infime que sa personnalité rendait éblouissant.

La marchombre poussa un long soupir d’aise. Elle commençait à avoir sommeil. Dormir alors que Tsu ronronnait entre ses bras était toutefois impossible, et elle se mit à piquer son cou de petits baisers-chatouilles. Poursuivit les guillis de ses mains sur les côtes de la jeune femme et profita de son hilarité pour la renverser sur le tapis.

Là. A présent, elle n’avait plus qu’à reprendre là où elle s’était arrêtée lorsque l’arrivée des garçons les avait interrompues.

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…




Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 217
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: I'm crazy, but she likes it... (Syndrell)   Ven 19 Mai 2017, 20:03

Première réalisation : C'est Ciel-Peluche-qui-veut-nous-enfiler-en-filet-même-s'il-as-pas-son-permit-de-pèche.

Seconde réalisation : Dire enfiler-en-filet dix fois de suite sans se tromper est un enfer.

Troisième réalisation : Je peux pas vraiment le mordre parce que c'est chez lui, quand même...

Je passe ma tête par dessus l'épaule de Syndrell - Les rôles sont inversés, c'est la peluche qui fait des câlins, maintenant - et vois un autre type, qui se présente sommairement avec l'aide de Syndrell.

Je m'approche, l'observe un instant, lui tourne autour... Puis place mon visage à quelque centimètres du sien.


BLEEEEEHHHH!

Ma meilleure grimace..! On peux en apprendre beaucoup devant la réaction à une grimace..!

Ce que prouve Syndrell en éclatant de rire.


You've got my head spinning,
No kidding, I can't pin you down,
What's going on in that beautiful mind?

I'm on your magical mystery ride,
And I'm so dizzy,
Don't know what hit me,
But I'll be alright...

My head's under water,
But I'm breathing fine,
You're crazy and I'm out of my mind...

Je me tient là, dos à un meuble, une tête bleue sur les cuisses... Si Aedan et Ciel ne ''chantaient'' pas eux aussi, alors ils ont définitivement entendu... Et le second s'en fait pour sa maison, ses fondations, sa cuisine, etc...

Je reprends lentement mon souffle en passant ma main dans les cheveux de cette véritable beauté... J'atteint une couverture du bout des doigts et la lui glisse sur les épaules, remontant assez pour cacher la marque, pas besoin d'afficher ça aux autres, si jamais ils viendraient dans cette pièce pendant la nuit ou le matin...

Pas besoin, moi je l'aime, avec ou sans marque, taquine ou silencieuse, juste à moi ou partagée...

... Je l'aime entière, comme elle est, parfaitement imparfaite.


'Cause all of me,
Loves all of you,
Love your curves and all your edges,
All your perfect imperfections...

Give your all to me,
I'll give my all to you,
You're my end and my beginning,
Even when I lose I'm winning...

Je m'éveille doucement, il fait pas encore tout à fait jour... Et je remarque de suite que j'ai été victime d'un horrible vol de loutre.

On m'as chaparder ma loutre..! À L'AIDE! AU MEURTRE! AU VOL!
LOUTRICI-- Ah, elle est juste là, devant la fenêtre, à regarder les étoiles... Je me lève, me pose à ses côtés un instant, en silence...


Un de ces soirs, je veux compter les étoiles,
avec toi...


Juste comme ça, on s'amuseras à renommer les constellations,
juste histoire de passer un bon moment, de s'amu...

S'amu..

... Bon sens que j'ai so...mme...il...


Lately, I've been, I've been losing sleep,
Dreaming about the things that we could be.

But baby, I've been, I've been praying hard,
Said no more counting dollars,
We'll be counting stars...

...Yeah, we'll be counting stars...

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4336
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: I'm crazy, but she likes it... (Syndrell)   Sam 20 Mai 2017, 11:09

Le sommeil la fuyait et, comme chaque fois que c’était le cas, Syndrell s’était perchée sur le rebord de la fenêtre du salon. Un livre ouvert sur les genoux, elle lisait dans les dernières étoiles qui brillaient dans le ciel, appréciant le calme qui régnait dans le grand appartement. Et la présence de trois amis qui, eux, dormaient profondément.

Pas si profondément que cela. Un sourire dansa sur ses lèvres quand elle perçut un léger frôlement de tissu. L’instant d’après, un univers de vanille envahissait tout son être et elle laissa aller sa tête contre le ventre de Tsukia.


Un de ces soirs, je veux compter les étoiles, avec toi...
- Promis, chuchota Syndrell en l’embrassant juste au-dessus du nombril.

Tsukia dormait debout, alors la marchombre la ramena sur le tapis et lui creusa un nid douillet dans les couvertures en boule. Elle resta près d’elle un moment, heureuse de la voir heureuse dans son sommeil paisible, puis elle se leva et quitta la pièce sur la pointe des pieds. Elle arriva dans le couloir à l’instant même où une ombre descendait les escaliers. Syndrell sourit à Ciel. Elle posa un doigt sur ses lèvres et lui fit signe de la suivre.




*



- Tu n’es pas fatigué ?
- Non.
- Même après un tel périple ?
- Non.


Eh bien, c’était plutôt laconique, surtout venant de Ciel. Syndrell lui jeta un coup d’œil intrigué. Ils étaient assis sur le toit du bâtiment, là où ils pouvaient discuter librement, sans risquer d’éveiller leurs deux marmottes. A l’est, l’aube rosissait doucement.

- Syndrell…
- Oui ?


Ciel déglutit. Il avait visiblement du mal à formuler sa pensée. Mais Syndrell comprit. Elle colla son épaule contre la sienne et hocha la tête.

- Toi aussi tu m’as manqué.
- J’ai cru… que tu étais partie. Vraiment partie.
- Je sais.
- C’était affreux. Je ne voulais pas y croire mais… Azur…
- Il fallait que ça semble réel. Y compris à tes yeux.


Une formidable vague de honte submergea Syndrell, qui serra les dents et fixa un clocher biscornu des yeux.

- Je suis désolée, Ciel. Je n’avais pas le choix. Le traître devait être convaincu de ma mort pour que je puisse le confondre avant qu’il ne tue d’autre marchombres…
- Non, je refuse que tu t’excuses. Tu n’as pas à le faire, pas après ce que tu as vécu là-bas !
- Ciel…
- C’est moi qui suis désolé. Désolé de n’avoir pas su te retrouver à temps.


Elle posa la main sur la sienne.

- Mais tu l’as fait, murmura-t-elle. Tu as parcouru des centaines de kilomètres, pris des risques inconsidérés, affronté l’ennemi sous toutes ses formes et tu m’as retrouvée ! Je mesure toute la chance que j’ai de t’avoir pour ami, Ciel Kern, et à quel point je te suis redevable. Tu as déjà fait tellement pour moi. Comment te remercier à la hauteur de ce que tu as accompli ?
- Reste en vie,
souffla le Dessinateur en retournant sa main pour serrer la sienne. C’est tout ce que je veux.

Une boule d’émotion dans la gorge, Syndrell croisa le regard brillant de larmes de son ami.

- C’est promis.

Elle posa la tête sur son épaule et, ensemble, ils regardèrent le jour enflammer la nuit.


*


A leur réveil, Aedan avait proposé de leur offrir un bon et solide petit-déjeuner à son auberge, La Feuille. Comme nul n’avait l’envie de et la motivation de faire des emplettes pour acheter de quoi manger, tous acceptèrent de bon gré. Le serveur utilisa donc sa clé pour entrer à La Feuille et laissa ses amis s’installer à leur guise dans la salle pour aller préparer un petit-déjeuner digne de ce nom. Une bonne odeur se répandit bientôt dans la pièce et Syndrell posa une main sur son ventre qui gargouillait piteusement.

- Je meurs de faim, dit-elle, les yeux flamboyants.

Comme si ce n’était pas évident !

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…




Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 217
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: I'm crazy, but she likes it... (Syndrell)   Lun 22 Mai 2017, 07:29

HRP:
 

AAAAATENTION! DEMI TOUUUUR DROITE!

UNE DEUX! UNE DEUX! UNE DEUX!

COMPAAAGNIIIIEEE! PRÉPARER LE BISOU!


Je me penche sur Syndrell et lui fiche un bisou sur la joue juste devant mes brave soldoigts.

Bon travail, repos.

Elle dit qu'elle as faim, son bidon as fait roar, moi je me tortille sur ma chaise en mode danse, j'ai un surplus d'énergie et envie d'en faire profiter le monde... Ce qui semble exaspérer Ciel-Peluche..!

Bah quoi, tu devrais le savoir, je suis unique, une Tsu comme tsu n'en as jamais vu-- Enfin si, Tsu comme moi en as vu, dans le miroir, mais tsu comme tu comme toi, non...

BREF!

LA BOUFFE!

GNIOM!

Je grignote un bout de siffleur sans contenir ma joie, c'est bon et puis je suis un hamster, voilà.

Et puis j'ai une envie soudaine de danser la valse avec Syndrell,
mais ça on en parleras après.

Après quoi?

Après les patates douces, voyons..!

Patate douce, reine des légumes qui vient s’asseoir sur un banc...

DE POISSONS..!

Qui nagent de haut en bas et de gauche à droite dans une rivière d'eau gazéifié à saveur de citron puis font un demi tour du mage qui marche dans la seule salle de l'édifice avec impatience, un tome sur les draghamsters ouvert sur sa table de travail pendant qu'il attend le pissenlit prince des fleurs qui prend le soleil dans la cour-se du cheval au dernier tournant alors que son jockey le pousse en bas de la colline, regardant le fossé avaler la carriole et son contenu insolite sans deviner qu'il était observer par une ratatouille merveilleusement réussit dans laquelle je mords à pleine dents!


NIOM!

CH'EST BOOOONNN!..

... Et là je réalise que j'ai dit ma dernière tirade délirante à voix haute en voyant les regards étonnés qui me fixent...

...Quoi, vous narrez jamais votre vie en pensée, vous!?


Ch'est vraiment bon hein...

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4336
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: I'm crazy, but she likes it... (Syndrell)   Dim 11 Juin 2017, 21:30

Aedan s’était surpassé. Il avait fait un peu de tout, anticipant leurs goûts différents, et tandis que Syndrell trempait un doigt dans une délicieuse confiture de myrtilles, Tsukia, elle, se jeta sur un plat de viande de siffleur. Amusée, la marchombre aux cheveux bleus se servit un grand verre de jus d’oranges fraîchement pressées et, après quelques gorgées, se pencha vers Ciel.

- Dis-moi, le Dôme a besoin de toi mais dans ton état, qu’est-ce que tu vas bien pouvoir faire ?
- Ce que je peux, je suppose…
- Sont-ils au courant de ce qui t’arrive ?


Le Dessinateur hocha la tête et se décala légèrement sur sa banquette pour faire de la place à Aeden.

- Quand ces troubles ont commencé, je venais d’apprendre ta… disparition. Ça fait déjà un moment qu’ils savent, donc.
- Mais cela n’empêchera pas Ciel d’enseigner, ni de travailler sur un projet qui lui prendra tout son temps libre.


Le sourire moqueur d’Aedan ôtait toute mauvaise interprétation de ses paroles : il ne reprochait pas à Ciel d’être passionné par sa vocation, au contraire. Alors, quand Ciel envoya un coup de coude dans les côtes de son compagnon, lequel répliqua en l’embrassant sur la tempe, Syndrell sourit à son tour. Ciel méritait bien d’être heureux ! Elle ouvrait la bouche pour faire un commentaire à ce sujet lorsque Tsukia, sans crier gare, se mit à penser.

A voix haute.

Ce fut assez rocambolesque pour qu’un silence stupéfait succède à son petit laïus. Elle finit par s’en rendre compte mais, étant donné que c’était Tsu, elle n’en fit pas cas. Pas comme elle était supposée le faire, en tout cas.


- Ch’est vraiment bon hein…

Syndrell la fixa encore quelques secondes avec des yeux ronds, puis elle éclata de rire et ne put résister à la tentation de tartiner un peu de confiture sur le bout du nez de la jeune femme. Puis elle lui attrapa le menton et goûta sa gourmandise du bout de la langue. Ciel manqua s’étouffer avec son jus de fruit. Aedan trouva l’idée géniale et tenta, à son tour, de lui mettre de la confiture sur le nez.

Bref.
La journée commençait bien !




*



Ils aidèrent d’abord Aedan à faire la vaisselle, et surtout à ranger leur joyeux bazar avant que son exigeant patron n’arrive pour ouvrir l’auberge. Alors, ils laissèrent leur ami prendre son service. Désormais trois, Ciel, Tsukia et Syndrell flânèrent un peu en ville, tout en se dirigeant vers le Dôme où Ciel était attendu ; la marchombre aux cheveux bleus, bras-dessus, bras-dessous avec ses amis, eut le sentiment que l’orage qui avait menacé sa vie était passé pour de bon.

- Tu rentres ? demanda Ciel lorsqu’ils furent arrivés devant l’école de Dessin.
- Oui, mais pas chez nous. J’ai des élèves à retrouver, moi aussi !
- Alors viens-là.

Ciel l’attrapa dans ses bras et la serra contre lui. Il lui faudrait un long, très long moment avant de ne plus avoir peur chaque fois qu’il lui faudrait quitter Syndrell. Elle murmura quelque chose à son oreille qui le fit éclater de rire, puis il surprit tout le monde, y compris lui-même, en soulevant Tsukia dans ses bras pour la faire tourner.

- Je n’avais encore jamais rencontré quelqu’un qui parlait à voix haute, comme moi. Je me sens moins seul, maintenant. Passe me voir quand tu veux, Tsu !

Syndrell regarda son ami gravir les marches, saluer quelques élèves et s’engouffrer dans le Dôme. Alors, elle glissa sa main dans celle de Tsukia, entremêla leurs doigts et sourit.

- Tu viens ?



*



Le soleil jouait entre les branches. Eblouie, Syndrell ferma les yeux. Elle était allongée dans l’herbe, la tête posée sur les cuisses de Tsukia. Une sérénité absolue l’avait envahie. Le cœur léger, elle passa en revue leur journée : après avoir quitté Ciel, elles avaient fait la course sur les toits, joué quelques parties d’échecs avec deux vieillards particulièrement vifs d’esprit et bourrés d’humour, récupéré Vagabond, non sans avoir tourmenté Eli au point qu’il finisse par les flanquer dehors, galopé hors de la ville comme si leur vie en dépendait, renoué avec leur liberté, déniché un petit bosquet…

S’étaient aimées. Avec passion, avec tendresse, avec fièvre puis avec douceur, jusqu’à ce que, totalement épuisées, elles laissent filer les heures en discutant. Complices avant tout. Un sourire s’esquissa sur les lèvres fines de Syndrell.

- Tsu… ? fit-elle, sans ouvrir les yeux.

Pas besoin de développer davantage. Une seconde plus tard, le baiser tant attendu arrivait. Syndrell leva un bras et glissa sa main derrière la nuque de Tsukia pour la retenir. Elle ouvrit les yeux et son regard flamboya.

- Attends-moi le 3 septembre. Je serai là.

Avant que la pétillante marchombre n’ait le temps de contester ou d’approuver cette promesse, Syndrell l’embrassa de nouveau et, ce faisant, s’amusa à lui retirer tous ses vêtements. Le soleil se couchait lentement. Quand il disparaîtrait à l’horizon, Syndrell serait en route vers l’Académie. Alors, pourquoi ne pas profiter de leurs derniers instants ?




[Bien, je suppose que je peux m'arrêter là, surtout si c'est pour repartir de plus belle dans une nouvelle aventure "Tsucambolesque" !!! Je me régale toujours autant. Mirkiiii ]

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…




Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 217
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: I'm crazy, but she likes it... (Syndrell)   Dim 11 Juin 2017, 22:26

Je me tortille le nez un peu...

... Le pauvre, il est tout couvert de confiture..! N'y as-t-il point d’aimable langue pou-- Ah, tout de même!

Puis Aedan fait de même pour Ciel! CE MEC EST EXTRAAAA!


Let the wind and the rain and the breeze blow high,
And the snow come traveling through the sky.

She's as sweet as apple pie,
She'll get her own lad by and by.

When she gets a lot of her own,
She won't tell her ma when she gets home.

Let them all come as they will,
For me and that man she loves still..!

WAWAWAWA LACHÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉ!!!

J'agite les bras et je lui frotte la tête mais non! Il lâcheu pas! Il tourne!

Puis me dis que je peux lui rendre visite, et enfin me dépose et se tire...

...Quelle peluche mouvementée, quand même..!


I'll tell me ma,
When I get home,
The boys won't leave,
The girls alone.

They pulled my hair,
They stole my comb,
But that's alright,
'Til I get home.

She is handsome she is pretty,
She is the belle of Al-Chen city,
She is courting one, two, three,
Please would you tell me who is she..?

L'attendre... Elle m'as dis de l'attendre, le 3 septembre...

...Mais nan, je pourrais pas. Je...

...Je veux pas que Syndrell me vois, pendant cette semaine là, ça va être pas joyeux et elle as franchement pas besoin de voir ou d’entendre tout ça.

Bon! Assez pensé, me dis-je en sortant le nez de son nombril pour tracer une ligne de bisous qui descendent... Faut bien arriver à la pièce de résistance de cette mignonne petite loutre..!

...Et puis quand elle gémit, ça me fait tout chaud partout...

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
I'm crazy, but she likes it... (Syndrell)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» First Night : " A Crazy Man in Délirium" [pv Ed Free & Hélène Metz]
» Crazy Minds
» la Crazy Time recrute!!!
» 03. Redhead, you konw you're driving me crazy right ?
» - Gallery of a crazy newbie -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Al-Chen-
Sauter vers: