AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Groupe Maizel - cours n°4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4336
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Groupe Maizel - cours n°4   Jeu 27 Avr 2017, 21:39

Le Zoanne était joyeusement animé en cette soirée aux allures d’été. Pour profiter de la chaleur qui s’était invitée au cours de la journée, on avait agrandi la terrasse et installé toute une ribambelle de chaises et de tables afin d’accueillir tous les clients ; puis, quand la lumière du jour avait commencé à décliner, des guirlandes colorées tendues entre les parasols s’étaient allumées, petites lucioles multicolores qu’un zeste de brise nocturne agitait doucement.

Assise à une table, dans un coin tranquille, Syndrell regardait le soir tomber sur la ville. Elle sirotait un verre de liqueur de rougeoyeur qui colorait légèrement ses pommettes et faisait briller ses yeux dorés. Sefan avait insisté pour qu’elle le goûte, puisqu’il s’agissait d’une nouveauté dont il s’estimait fier et parce qu’il voulait s’assurer de son avis en exclusivité, avant de le proposer à la clientèle. Somme toute, elle ne regrettait pas d’avoir accepté : la boisson était excellente.

La marchombre se laissa aller contre le dossier de sa chaise et son regard, pensif, caressa les frondaisons d’une maison, en face de l’auberge. Elle avait donné rendez-vous à Narek ici et ce n’était pas un hasard. Loin de là. Si elle avait choisi cet endroit, c’était parce qu’elle connaissait son apprenti mieux que quiconque. Elle avait deviné, sans même lui avoir parlé, qu’il avait besoin d’une lumière capable de le guider sur un chemin périlleux.

La Voie des Marchombres.

Chemin unique que nul ne foulait jamais de la même manière. Syndrell était intimement persuadée que ce qui rendait ce chemin unique, c’était la façon dont un individu l’arpentait. Elle avait découvert tant de choses en marchant dans les pas de Miss et pourtant, sa route n’était pas la même que celle de son maître.

Comme toujours lorsque ses pensées s’égaraient vers son mentor et amie, Syndrell sentit son cœur se serrer ; elle porta la main à sa poitrine pour l’apaiser et ferma les yeux un instant. Instant fabuleux au cours duquel la sensation, incroyable et irréelle, que Miss se tenait à ses côtés l’étreignait. Et puis elle rouvrit les paupières et battit des cils, comme s’éveillant d’un rêve agréable. Bien sûr que son maître n’était pas loin. Comment envisager que la mort puisse séparer un duo si bien assorti ?

Un sourire se dessina sur les lèvres de Syndrell. Le duo qu’elle formait avec Narek avait évolué avec le temps… et les sentiments. Désormais, elle était liée à lui plus que jamais. C’était d’ailleurs étrange que de l’attendre en songeant à lui comme un élève et non pas comme son amant. Pourtant, si le cœur de Syndrell vibrait ce soir-là, c’était bien de fierté plus que de passion.

D’impatience, surtout.


- Tes cheveux, c’est leur vraie couleur ?

Tirée de ses pensées par une petite voix toute curieuse, Syndrell baissa les yeux vers la fillette qui, à peine aussi haute que la table, la regardait avec fascination.

- Oui.
- On dirait qu’ils ont copié la couleur du ciel !
- C’est le ciel qui a copié leur couleur,
rétorqua Syndrell avec malice.

Incrédule, la petite fronça le nez dans une intense réflexion qui amusa la marchombre. Puis l’enfant hocha la tête, avant de se rapprocher pour lui murmurer sur le ton de la confidence :


- Le ciel doit être jaloux, c’est pour ça qu’il devient noir la nuit. Mais il n’aura jamais une couleur aussi jolie que la tienne !
- Les tiens sont encore plus jolis,
répondit Syndrell en passant les doigts dans la chevelure d’un roux flamboyant. On dirait un coucher de soleil.

Contre toute attente, je regard de la fillette s’assombrit. Elle baissa la tête, son petit menton se mit à trembler.

- Tu te trompes… les autres enfants se moquent tout le temps de mes cheveux.

Un bref instant, Syndrell se revit à son âge, entourée des remarques moqueuses et des jets de cailloux dont elle était la proie. Doucement, elle glissa un doigt sous le menton de l’enfant pour la regarder dans les yeux. A son tour de lui confier un secret dans un murmure assuré :

- Ce sont eux, les jaloux. Comme le ciel avec mes cheveux. Alors, la prochaine fois que l’un d’eux se moque, balance la tête – comme ça – et fait danser ton coucher de soleil ! Histoire de leur en mettre plein la vue !
- Comme ça ?


La petite fit virevolter sa crinière et Syndrell approuva. Ravie, la rouquine retourna à la table de ses parents, un sourire radieux sur le visage, et la marchombre s’attendrit en voyant un père fou d’amour glisser les doigts dans les cheveux de son enfant quand elle lui montra le geste qu’elle venait d’apprendre.

Machinalement, Syndrell tira sur une de ses mèches bleues. Il y avait bien longtemps qu’elle ne craignait plus le regard de personne. Comme elle avait changé, en quelques années ! C’était cela, voyager sur la voie que Miss avait tracée pour elle : grandir, mûrir et devenir… sans jamais s’arrêter.

Syndrell attrapa son verre, le porta à ses lèvres… le reposa sans avoir bu sa gorgée. Parce qu’elle avait deviné sa présence. Un sourire naquit sur ses lèvres et ses yeux flamboyèrent.


- Bonsoir Narek.


Lien formidable et lumineux
Et pour le maître et son apprenti
Unique.

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…




Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Narek Liam
Groupe Maisel
avatar

Nombre de messages : 288
Citation : ''Je suis prince incongru d'un talent dérisoire : me faire aimer des autres sans aimer.'' ~Florent Mothe (Salieri) - Mozart l'opéra rock~
Date d'inscription : 05/10/2013

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Corps qui devient intangible et passe à travers les objets.
Signe particulier: Yeux noirs qui ont des reflets rouges. Cicatrice de brûlure sur son omoplate gauche.

MessageSujet: Re: Groupe Maizel - cours n°4   Sam 29 Avr 2017, 04:27

HEP TOI LÂCHE MA SOEU-- GUAH!

L'homme se prit un poing droit dans la gueule, suivit d'un genoux dans le ventre et tomba par terre sous le choque.

Devant la scène, Narek soupira en continuant sa marche lente


Et merde...

C'EST QUOI TON PROBLÈME À TOI HEIN? DE QUOI TU T'MÈLE? T'AS UN PROBLÈME!?

Mouais, ton attitude, c'est ça, le problème.

L'homme fut légèrement surpris par la rapidité de son jeune adversaire quand il bloqua son poing, puis le retourna en le tordant douloureusement avant de lui déposer sa seconde main sous le menton et de détordre le bras tout en poussant en dessous de sa tête, lui donnant une douleur fulgurante dans toute l'articulation jusqu'à l'épaule et une douleur tout aussi fulgurante à la mâchoire.

Bon allez, viens Yuri, on y vas.

TU VA CREVER BÂTARD!

Le jeune apprenti soupira de nouveau en bloquant le coup de couteau sérieusement brouillon puis en suivant d'une clef de bras qui fit tomber l'arme sur le sol pour donner une paire de claques très sonores sur le visage de l'homme qui ferma les yeux de surprise sous l'attaque inattendue.

L'homme qui m'as appris à me battre pour la première fois m'as toujours dit que je devais tuer ceux qui m'attaquais avec une lame, la femme qui m'apprends en ce moment, elle, est plus indulgente et me dirait sûrement de ne pas tuer un sale gosse à la con, alors quelle règle tu préfère..? ALLEZ QUOI J'AI PAS LA JOURNÉE!

Ponctuant sa phrase d'une claque plus sonore que douloureuse,
de corps surtout parce que de mental, il était clair que l'ego en prendrait un coup puissant, mais l'homme ne se fit pas prier pour gueuler un bon ''LA SECONDE ET JE SUIS UN GOSSE À LA CON! QU'UN SALE GOSSE À LA COOOON!''. Le garçon lâcha l'homme un instant plus tard et se retourna pour se diriger vers sa carriole.


Allez, Yuri, on as pas la journée, je suis attendu, j'te rappelle...

Il tourna sur lui même une seconde ensuite pour éviter le coup rageur que l'homme tentait à nouveau et pour lui donner un coup de pied qui l'envoya valser, puis se pencher pour attraper le couteau qu'il lui lança tout prêt de la main, par terre.

Bon toi tu reprends ton joujou, tu laisse la dame, elle vient avec nous, et on se BARRENT sinon je vais être en retard...

First to the battle,
First to the feast,
Destiny waiting,
No retreat...

Narek arrêta de respirer un instant.

* Mon dieu, qu'est-ce qu'elle est belle...
*

Reprenant son souffle standard, il s’avanca en changeant sa façon de penser légèrement, il devait repousser le reste pour laisser passage à l'élève et à la professeure.

Il la vit parler à une petite fille, puis il vit la fillette partir vers son père et, enfin, il s'approcha un peu plus.

Syndrell le salua, mais il ne répondit pas de suite, passa son chemin un instant en attrapant une serviette de table au passage puis se dirigeant vers un jeune garçon qu'il avait remarquer, celui-ci n'arrêtait pas de fixer la fillette rousse...

...Avec de grands yeux admiratifs.


Dit-moi petit...

Le garçonnet sursauta et se tournant vers le barde au grand sourire, pencher non loin de lui.

Tu voudrais lui dire quelque chose..?

La garçon rougit d'un coup en réalisant qu'il avait été percé à jour par un adulte, avait sûrement peur d'être juger... Mais sa mère lui avait toujours dit de ne pas mentir à un adulte qui était gentil, et il semblait gentil, ce monsieur...

Je... J'adore ses cheveux, ils sont super jolis et puis... Et puis elle aussi elle est jolie quand elle sourit.

Le marchombre sourit au gamin et lui tendit la serviette de table sous son regard interrogateur.

Alors dit-lui, mais apporte lui ceci, un petit quelque chose, une offrande de paix...

Une serviette..?

Le marchombre fit non de la tête puis, de quelques mouvements, transforma la simple serviette en rose avec de fins pétals, le jeune garçon, devant lui, semblait complètement gelé,
surpris par la transformation et hésita en prenant la fleur tendue à lui avec une infinie délicatesse.


N'oubli jamais, petit, une simple serviette, comme un simple compliment sur une chevelure, peux révéler, à l'oeil observateur, la plus belle des fleurs...

Allez, va.


Il poussa le petit d'une petite tape dans le dos et l'observa de là partir tendre la fleur à la fillette qui eux des étoiles dans les yeux, puis fit le geste que Syndrell lui avait montrer en riant.

Son père observa la fleur d'un œil perplexe, puis croisa le regard du jeune barde qu'il avait vu une ou deux fois dans l'établissement, le patron, lui semblait-il, et il ne retint pas un sourire et un hochement de tente plein de remerciement, sourire que Narek lui retourna avant de se relever, se retourner et prendre place à la table de son amie bleue.


Bonsoir, Syndrell, désoler du retard, j'ai pris une carriole qui as rencontrer quelques problèmes...

...Comment vas-tu..?


Simple question pour de simples retrouvailles, ils n'avaient pas besoin de quelque chose de compliqué, après tout, si..?

__________________________________________


Spoiler:
 

Team Rocket Version Na/Syn/Tsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4336
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Groupe Maizel - cours n°4   Sam 29 Avr 2017, 10:23

Syndrell pencha la tête sur le côté, soufflée. Elle n’avait pas quitté Narek très longtemps – seulement une poignée de jours – mais il avait suffi de cette petite poignée pour qu’elle le trouve différent. Il était plus… grand. Ce n’était toutefois pas un détail visible à l’œil nu, et elle prit le temps de l’observer tandis que, d’une démarche souple et légère, il s’approchait d’un petit garçon. Syndrell plissa les yeux. Plus grand et plus lumineux.

Elle sourit en devinant son plan, et quand les doigts de Narek dansèrent sur la feuille de papier pour lui donner sa forme – une fleur – elle laissa son propre souvenir remonter à la surface de sa mémoire : un jeune garçon qui prenait soin de resté dissimulé dans l’ombre de ses cheveux longs, peu sûr de lui et muselé par la colère tant que par une souffrance sans nom. Sa formation avait entamé un lent processus de transformation : physique, puisqu’elle n’avait pas lésiné sur les exercices les plus ardus pour lui enseigner équilibre, force et souplesse dans un même ensemble. Narek avait à présent une silhouette longue et déliée, finement musclée, capable de se mouvoir sans bruit et avec efficacité.

Une transformation de l’esprit, surtout. Il n’avait pas abandonné sa rage ni sa douleur, simplement, il avait appris à travailler ses émotions, à les polir avec soin pour leur donner une impulsion positive. C’est cette impulsion qui l’avait propulsé si loin sur son chemin. La Voie des Marchombres. Quelques jours et un examen étaient-ils capables de créer des changements plus radicaux, encore ? Oui.

Mais pas autant que le Rentaï.


- Bonsoir, Syndrell, désoler du retard, j’ai pris une carriole qui as rencontrer quelques problèmes… Comment vas-tu.. ?

Narek venait de s’asseoir en face d’elle. Uppercut en plein cœur. Avec ses longs cheveux noirs et ses yeux d’encre parsemés de reflets rouges, ses traits minces et délicats et son sourire empreint de mystère, cet homme avait l’extraordinaire et unique pouvoir de commander aux battements de son cœur. Syndrell prit le temps de le calmer avant de répondre à son élève.

- Tu as « pris une carriole » ? releva-t-elle, un sourire narquois sur les lèvres. C’est pourtant le meilleur moyen de rencontrer des embrouilles…

Evidemment, et Narek le savait très bien lui aussi. Sa décision n’était pas le fruit du hasard ou de l’inexpérience. Attentive, Syndrell remarqua qu’aucune blessure ne rappelait cette mésaventure. Rien, pas une égratignure. Qu’il ait croisé de bons combattants ou non, son élève avait progressé sur le long chemin de la subtilité !

- Je vais très bien, dit-elle enfin, et je vais te retourner cette question. Ne la prends pas à la légère, s’il te plaît, et réfléchis soigneusement avant de m’offrir ta réponse : comment te sens-tu ?

L’Ahn-Ju était une épreuve qui n’était certes pas négligeable : simple jalon sur la Voie, elle n’en était pas moins difficile et dangereuse, preuve en était les quelques morts que cet examen comptait, et plus nombreux encore, les abandons qui existaient. Mais c’était juste un jalon qui permettait de se hisser vers le Rentaï.

Et le Rentaï, lui, était bien plus redoutable que l’épreuve dont Narek venait de sortir vainqueur. Alors Syndrell avait besoin de savoir, même si elle savait lire entre les lignes, et dans son regard surtout. Il fallait qu’il traduise en mots ce qui était à l’origine de la tempête qu’elle devinait sous son crâne.
Qu’il lui dise ce qui n’allait pas
.



[Bien sûr, si tu souhaites enchaîner par un dialogue, tu as ma permission, jeune padawan Wink]

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…




Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Narek Liam
Groupe Maisel
avatar

Nombre de messages : 288
Citation : ''Je suis prince incongru d'un talent dérisoire : me faire aimer des autres sans aimer.'' ~Florent Mothe (Salieri) - Mozart l'opéra rock~
Date d'inscription : 05/10/2013

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Corps qui devient intangible et passe à travers les objets.
Signe particulier: Yeux noirs qui ont des reflets rouges. Cicatrice de brûlure sur son omoplate gauche.

MessageSujet: Re: Groupe Maizel - cours n°4   Sam 29 Avr 2017, 16:27

Narek souleva un sourcil, puis ne put s'empêcher de sourire en fermant les yeux un instant.

Évidemment que Syndrell avait lu en lui comme dans un livre ouvert, qu'elle savait que quelque chose n'allait pas, elle était son maître et plus encore...

... Et puis n'avait-il pas fait de même, en l’apercevant dans son mutisme pour la première fois..?


Je vais faire simple, alors...

... Tirer à l'arc, sur le dos d'un cheval sur un chemin emplis d'obstacles.

Se faufiler dans la cave d'un ours qui dort pour piquer une gourde placer là pour ça.

Grimper un mat pour attraper un drapeau à effigie de loutre.

L'on m'as dis, chanter, crier que la voie des marchombres était sans fin et je le crois sans problème...

... Mais ces exercices sont-ils vraiment si importants?

Je sais, je sais, avec des ''si'' on mettraient Al-Jeit en bouteille,
mais je ne peux m'empêcher de me demander : Et ''si'' j'avais rater mon coup...

... Un marchombre ne passant pas l'Ahn-Ju est-il vraiment damner à ne plus jamais marcher sur la voie..?


Le garçon attendit la réponse en replaçant ses idées, sa secondes question, il devait la poser de façon stratégique, de façon à avoir une réponse complète et spontanée...

Ou de façon à surprendre assez pour deviner s'il avait raison.


Chant marchombre.

Deux petits mots à peine soufflés, que sa loutre favorite était la seule à pouvoir comprendre avec le brouhaha de l'endroit.

Deux petits mots qui firent étinceler des disques d'or un instant.
Instant si court qu'il s'apparentait à la durée de vie d'un papillon comparée à celle d'un centenaire.

Si étincelant qu'il s'apparentait à la poussière d'étoiles.

Le jeune homme compris qu'il avait eu raison, ce chant d'Erwan avait bien à voir avec les marchombres...

Mais il ne voulait pas demander plus, ne le devait pas pour une raison qui lui échappait.

Il sentait simplement que, s'il pouvait ou devait savoir, Syndrell le lui dirait.

Sinon?

Il devait s'en remettre à son jugement...

...Et planifié, en privé, une session de chatouilles surprises dans cet endroit de son dos qui la faisait éclaté de rire sans cesse question d'avoir une mini vengeance...

... Et aussi question de sentir son odeur près de lui et sa peau sous ses doigts et---

Sssssss

Vous entendez?

Sssssss

C'est le bruit d--

SSSSBBAAAAFFF

...D'une claque mentale, que l'apprenti se ficha bien fort pour arrêter de penser à ça en plein cours.

__________________________________________


Spoiler:
 

Team Rocket Version Na/Syn/Tsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4336
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Groupe Maizel - cours n°4   Lun 01 Mai 2017, 18:35

Sans s’en rendre compte, Syndrell sourit. Les épreuves rencontrées par Narek lui parlaient tellement ! La première, surtout, tant la coïncidence était belle. Puis son sourire s’élargit quand il prononça le mot « loutre », car elle avait la certitude absolue que le marchombre qui se cachait derrière cette dernière épreuve n’était autre qu’Erwan.

Elle souriait et pourtant, sa frustration était immense : comme elle aurait aimé assisté à cette aventure ! Et comme il lui avait fallu toute la force d’une volonté d’acier pour réussir à s’éloigner des trois maîtres, laissant la vie de son élève entre leurs mains ! Toutefois, ni Erwan, ni Libertée, ni Rilend n’aurait laissé Narek mourir. Il aurait pu être gravement blessé, d’autant plus après avoir dit bonjour à un ours, mais elle l’aurait retrouvé sain et sauf.

Le voyage jusqu’au Rentaï, puis le retour de cette expédition unique et dangereuse, l’inquiétait dix fois plus. Narek percevait-il cette peur, pourtant mêlée à une épouvantable impatience, qui bouillonnait dans son ventre ? Ou bien était-il sensible à la réflexion que l’Ahn-Ju avait fait naître en lui ? C’était peut-être un mélange des deux. Probable, même, à en juger par la façon dont il formulait ses questions.

Syndrell les écouta sans se permettre d’interrompre le jeune homme. Il devait aller jusqu’au bout de ses pensées pour exprimer ce qui le gênait, et elle devait le laisser faire pour éviter d’influencer sa réflexion. Instant crucial que la tranquillité du soir, sur la terrasse du Zoanne, ne transformait pas en simple moment du quotidien. Et puis soudain, Narek prononça deux mots qui, instantanément, tissèrent un nouveau lien entre l’élève et son maître.

Chant marchombre.

Le cœur de Syndrell s’emballa. La Guilde était enveloppée de mystère. La voie des Marchombres était pavé de secrets qui les protégeaient tout en faisant d’eux des êtres à part. Sur le point de toucher du doigt celui de la Greffe, voilà que Narek effleurait celui du chant le plus improbable qui soit ! Elle le regarda, immobile et silencieux dans les lumières bigarrées des guirlandes qui s’entrecroisaient au-dessus de leur tête. Consciente que chaque seconde qui s’écoulait le propulsait un peu plus loin sur le chemin qu’elle s’évertuait à ouvrir pour lui.

Elle l’observait et, en même temps, elle réfléchissait : lui répondre avec des mots ? Prononcés sur le ton de la confidence ou bien tracés dans le bois de la table ? Syndrell s’apprêtait à laisser l’inspiration transcendante de la poésie marchombre déferler dans ses veines, quand tout à coup elle sut ce qu’elle devait faire.

Ils se trouvaient tout à fait à l’extrémité de la terrasse aménagée par Sefan, si bien que, dans cet espace un peu plus reculé, il n’y avait pas foule comme au centre de la petite cour pavée. Seules quelques clients étaient attablés non loin d’eux, et si la présence de deux personnes atypiques et vêtues de cuir avait attiré un bref instant leurs regards curieux, ils en étaient très vite revenus à leur discussion et à leur assiette. Ils se figèrent pourtant dans un bel ensemble.

Parce que Syndrell chantait.

Elle modulait le son qui s’échappait de ses lèvres, mi-chant, mi-sifflement qui ne s’imitait pas ni ne s’expliquait au moyen d’une leçon mais qui se transmettait. Avec des émotions. Celles de Syndrell étaient aussi chatoyantes que les nuances dorées de ses yeux. Elle savait que Narek n’était pas affecté par la paralysie qui avait figé les personnes alentours, mais qu’il était sensible à ce qu’elle faisait. Très sensible. Seul un marchombre était en mesure de comprendre à sa juste mesure un tel phénomène. Et Narek Liam était un marchombre.

Syndrell se tut. Autour d’eux, les clients s’ébrouèrent, vaguement conscients qu’il venait de se produire quelque chose, mais incapables de déterminer quoi. Ils revinrent à leurs occupations au bout de quelques secondes, mais Syndrell, soudain, n’avait plus envie de rester ici. Elle effleura le poignet de Narek, puis se leva avec cette souplesse qui la caractérisait.


- Suis-moi.




*




La tour était vertigineuse et sa paroi aussi lisse que du verre. Non seulement les prises étaient rares et inégales, mais en plus un vent particulièrement vif rendait toute escalade relativement dangereuse à mi-parcours. Syndrell et Narek étaient pourtant en train de grimper.

La marchombre aux cheveux bleus évoluait non loin de son élève, attentive au moindre de ses gestes et à chacune de ses inspirations. Pour eux, c’était une nuit semblable à tant d’autres, il était même impossible de compter le nombre de tours déjà escaladées à Al-Chen, mais cette fois-ci quelque chose était différent. Ce n’était pas l’ascension pourtant périlleuse, ni le silence qui enveloppait les deux jeunes gens, c’était… l’écho du doute qui persistait à scintiller dans les yeux de Narek.

Non, pas un doute : une interrogation. Celle qui étreint le voyageur parvenu à un carrefour, au moment précis où il se doit d’effectuer un choix. Narek était ce voyageur et il attendait des réponses à ses questions. Parce qu’il s’était tu depuis, acceptant de suivre Syndrell sans broncher, et parce qu’il était devenu écoute, elle décida de lui offrir un premier indice.


- Dis-moi, est-ce que tu grimpes cette tour avec l’objectif d’arriver là-haut avant moi ?

La question s’envola avec légèreté dans un souffle de vent. Syndrell crocheta une prise et se hissa souplement contre la paroi.

- Est-ce que tu nages pour atteindre la rive le premier ? poursuivit-elle, pas le moins du monde essoufflée par l’effort qu’elle était en train de réaliser. Est-ce que tu cours pour me dépasser ? En d’autres termes : que feras-tu lorsque je ne serai plus là pour t’imposer ces exercices ?

Elle s’arrêta en plein soudain en plein mouvement. En bas, le vide, promesse d’une mort instantanée en cas de chute. En haut, les étoiles qui brillaient doucement. C’est dans les yeux de Narek que Syndrell choisit d’ancrer son regard.

- Que seras-tu ?

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…




Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Narek Liam
Groupe Maisel
avatar

Nombre de messages : 288
Citation : ''Je suis prince incongru d'un talent dérisoire : me faire aimer des autres sans aimer.'' ~Florent Mothe (Salieri) - Mozart l'opéra rock~
Date d'inscription : 05/10/2013

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Corps qui devient intangible et passe à travers les objets.
Signe particulier: Yeux noirs qui ont des reflets rouges. Cicatrice de brûlure sur son omoplate gauche.

MessageSujet: Re: Groupe Maizel - cours n°4   Lun 01 Mai 2017, 19:31

J'ai...

J'ais, à ta question, deux réponses, comme à toutes les questions,
celle du fermier et celle du marchombre, celle du savant et celle du poète...

...Celle de mon coeur et celle de ma tête.

Laquelle veux tu en premier..?


Race you to the top,
Behold the distant streets below,
Times I hoped would last forever,
Never older grow...

__________________________________________


Spoiler:
 

Team Rocket Version Na/Syn/Tsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4336
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Groupe Maizel - cours n°4   Lun 01 Mai 2017, 19:35

- Que dit le fermier ?

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…




Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Narek Liam
Groupe Maisel
avatar

Nombre de messages : 288
Citation : ''Je suis prince incongru d'un talent dérisoire : me faire aimer des autres sans aimer.'' ~Florent Mothe (Salieri) - Mozart l'opéra rock~
Date d'inscription : 05/10/2013

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Corps qui devient intangible et passe à travers les objets.
Signe particulier: Yeux noirs qui ont des reflets rouges. Cicatrice de brûlure sur son omoplate gauche.

MessageSujet: Re: Groupe Maizel - cours n°4   Lun 01 Mai 2017, 19:56

Le jeune homme ne put s'empêcher de sourire légèrement à la demande... Le fermier hein..?

''Et bah, ma p'tite dame, si mes plants grimpes pas, je pourrais pas manger, c'est aussi fatal que d'pas respirer ça!
Et p'is p'tête ben que grimper, courir et nager ça m'est aussi nécessaire que d'respirer!''


La tête un peu surprise de son maître fit rire le jeune homme, puis il continua ses réponses.

Le poète te dis que nous ne seront jamais vraiment séparés, car même quand tu ne seras plus mon maître,
tu auras toujours ta place dans mon coeur... Mais ce n'est ni le moment ni l'endroit, je crois...


Le garçon soupira un instant et frissonna, non pas de froid, mais parce que la question faisait remonter des images de son passé et, quand il ferma les yeux - grave erreur - pour tenter de les contrôler, elles devinrent plus claires encore.

La ferme de sa famille, brûlée, les corps calcinés de ses parents et d'un bébé, frère ou soeur qu'il n'avait jamais connu, puis le visage de sa fille à lui, de Lyra, qui fut soudain déchiré par les larmes et les hurlements, puis le rouge du sang.

Il tremblait si fort qu'il crut qu'il glisserait de la paroi.

Sans guide, sans personne pour le pousser à vivre, qu'était-il..?



They took my peace,
They took my name,
My family...

Il revit cette soirée où un homme avait tenter de le tuer et de... De faire quelque chose d'impensable, s'inconcevable, d'enfermer Syndrell dans une cage pour la garder pour lui tout seul et en privé le monde entier...

Repensa à ses pâles habits de camouflage, ainsi qu'à sa déclaration à la jeune femme, peut après...

Puis ouvrit les yeux.


In a pallid robe,
And cryptic code,
My destiny...

Je grimpe... Je grimpe cette tour parce qu'elle est là...

...Je nage pour danser avec les loutres, chanter avec la mer et jouer avec les dauphins...

Je cours pour atteindre le rocher avant mon frère d'âme guépard,
pour m'y prélasser avec lui et lui siffler une berceuse...

Je serais marchombre...

...Je serais moi.


Simplement et purement...

Car c'était tout ce que l'on pouvaient demander de lui, rien de plus, rien de moins.

Et le garçon repris son ascension sans regarder si son maître faisait de même, remarquant à peine qu'il la dépassa un instant.

Sur les chemins de l'âme, un garçonnet aux yeux parsemés de rouge lança une roche sur le mur de vitre devant lui, le brisant en mille morceaux, puis le passa sans regarder derrière lui, attrapant la main d'une fillette aux yeux d'ors et au cheveux bleus et l'entraîner avec lui sur un nouveau chemin.

Jusque là, il avait parcouru celui-ci en la suivant sans jamais l'atteindre, bloquer par un mur de doutes.

Maintenant, il était temps qu'ils avancent vraiment...

...Ensembles.


Secret sign,
Shadows in the moonlight.

Clandestine,
Flashes of a pale white.

Climb the highest peaks of history...

__________________________________________


Spoiler:
 

Team Rocket Version Na/Syn/Tsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4336
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Groupe Maizel - cours n°4   Lun 01 Mai 2017, 21:59

La réponse du fermier lui plut.
Celle du poète l’émut.
Complètement.

Syndrell demeura silencieuse aussi longtemps que dura le silence de Narek. Il n’avait fermé les yeux qu’un bref instant, sa situation présente ne lui permettait pas davantage, pourtant il lui fallut un moment avant de retrouver un semblant de sérénité. Fallait-il être fou pour se lancer dans de telles réflexions au cours d’une ascension aussi dangereuse ! C’est pourtant ainsi qu’il en avait été si souvent lorsque Syndrell n’était elle-même qu’une jeune fille pleine de rêves – et de doutes.


- Alors, poète fermier ? Pourquoi grimper, nager, courir si ce n’est pour autre chose que prendre l’avantage sur ton maître ?
- Je grimpe… Je grimpe cette tour parce qu’elle est là…


Narek haletait mais Syndrell continuait de s’élever dans la nuit.
Et il continuait de la suivre.


- Je nage pour danser avec les loutres, chanter avec la mer et jouer avec les dauphins… Je cours pour atteindre le rocher avant mon frère d’âme guépard, pour m’y prélasser avec lui et lui siffler une berceuse…

Les mots sont un cours d’eau dont la source n’est autre que l’âme. Ceux qui jaillissaient de Narek étaient une eau vive, et Syndrell, en remontant le courant jusqu’à l’âme de son élève, sentit qu’elle-même progressait sur son propre chemin.

- Je serais marchombre… Je serais moi.

Syndrell approuva d’un hochement de tête mais n’ajouta rien, de peur de ternir une réponse aussi belle.



*



- Tu hésites, n’est-ce pas ?

Ils étaient perchés au sommet de la tour. Assis au bord du toit, les jambes dans le vide, ombres parmi les ombres. Les étoiles scintillaient au-dessus d’eux, si proche qu’il semblait possible de les effleurer en levant simplement la main. La tête penchée en arrière, les yeux perdus dans l’immensité du firmament, Syndrell semblait noyée dans ses pensées. Pourtant, c’était bel et bien à Narek qu’elle s’adressait d’une voix tranquille.

Une voix tranquille et sincère.


- J’ai hésité aussi, tu sais.

Elle se tut sans préciser que ses paroles concernaient l’imminent voyage pour le Rentaï, et la sollicitation de la Greffe. Il n’existait plus d’incompréhension entre le maître et son élève.
Rien que des évidences…

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…




Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Narek Liam
Groupe Maisel
avatar

Nombre de messages : 288
Citation : ''Je suis prince incongru d'un talent dérisoire : me faire aimer des autres sans aimer.'' ~Florent Mothe (Salieri) - Mozart l'opéra rock~
Date d'inscription : 05/10/2013

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Corps qui devient intangible et passe à travers les objets.
Signe particulier: Yeux noirs qui ont des reflets rouges. Cicatrice de brûlure sur son omoplate gauche.

MessageSujet: Re: Groupe Maizel - cours n°4   Lun 01 Mai 2017, 22:34

Le jeune homme soupira... S'il hésitait? C'était peu dire que de dire cela, oui!

De ce que j'ai compris, elle diffère pour tous, pourtant, personne ne peux dire ce qui la détermine exactement...

Même mon maître, selon ce qu'on m'as raconter, ne peux en rien prédire à quoi cela ressemblerait...

Mais en ais-je besoin?

Je comprends, c'est un grand cadeau et, pour certains, une preuve du fait qu'ils soient marchombres mais...

... Mais, pour moi, ce n'est plus nécessaire.


L'apprenti ferma le poing, qu'il mit devant lui comme pour l'indiquer.

C'est de ça, dont j'ai besoin, d'os et de chair,
de mon corps et de mon âme. C'est ça, qui fait de moi un marchombre, que j'ai des capacités anormales ou non.

Alors pourquoi passer par un autre voyage dans le seul but de demander un cadeau qui me seras peut-être refuser..?

En quoi cela fait-il du sens..?


Tant de questions et le jeune homme se doutait qu'il n'aurait pas beaucoup de réponses.

Il devait néanmoins en trouver quelques unes auprès de son maître, après tout, il aurait au minimum besoin de savoir ce qu'il était supposé faire, exactement...

__________________________________________


Spoiler:
 

Team Rocket Version Na/Syn/Tsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4336
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Groupe Maizel - cours n°4   Lun 01 Mai 2017, 23:57

- Nécessaire ?

(Syndrell laisse filer quelques secondes et les secondes se transforment en minutes. Intense réflexion qui devient réponse.)

Rien n'est plus nécessaire que de tracer sa propre route... Le Rentaï se trouve sur la tienne. Je vais t'y envoyer parce que je suis ton maître et aussi parce que, selon moi, tu es prêt à effectuer ce voyage. L'Ahn-Ju ouvre une porte vers le Rentaï. L'apprenti qui la franchit ne sera plus jamais le même.

Mais, quoi qu'il advienne et quels que puissent être ses choix ou encore ceux d'une montagne, il sera toujours un marchombre.


(Le silence, encore. Ciment d'une relation qui se passe facilement des mots.)

Tu as raison lorsque tu dis qu'un marchombre ne se résume pas à sa Greffe. Mais tu te trompes quand tu penses que le Rentaï est un aboutissement. Si l'Ahn-Ju est une porte qui s'ouvre, le Rentaï est un souffle de vent, Narek.

Celui qui te permet de t'envoler pour de bon... quelle que puisse être l'issue de la sollicitation.

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…




Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Narek Liam
Groupe Maisel
avatar

Nombre de messages : 288
Citation : ''Je suis prince incongru d'un talent dérisoire : me faire aimer des autres sans aimer.'' ~Florent Mothe (Salieri) - Mozart l'opéra rock~
Date d'inscription : 05/10/2013

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Corps qui devient intangible et passe à travers les objets.
Signe particulier: Yeux noirs qui ont des reflets rouges. Cicatrice de brûlure sur son omoplate gauche.

MessageSujet: Re: Groupe Maizel - cours n°4   Mar 02 Mai 2017, 00:10

Grimace rosée.

Voilà sa réponse, un merveilleux tirage de langue taquin digne d'un gamin.

Parce que cette réponse était à double sens, fait ce que tu veux mais va là bas, pas obliger de faire ce que je te dis mais si tu le fait pas tu vas bouffer d'la loutre au p'tit déj!

Narek soupira donc, puis rit un bon coup.


Alors, chère loutre, reine des mers et de mon coeur, où est-ce que je vais exactement, pour trouver ce ''Rentaï'' ?

Puisqu'elle le lui demandait, il irait... Mais si cette montagne,
selon ce qu'il avait compris, osait lui dire de se barrer, il allait...
Euh... Ah! Il allait lui graver un coeur avec ses initiales et celles de Syndrell dedans! AHAH! Et bim, prends ça le tas d'roches!..

... Comment diable une montagne pourrait décider de quoi que ce soit..?

Il ne posa pas la question, se disant qu'il comprendrais, un jour...


La prochaine fois qu'on se verras, j'aurais commencer à me pratiquer...

... Un jour, je veux pouvoir chanter avec toi.


Pas besoin de préciser le chant en question, il savait qu'elle comprendrait.

Cette magie, qu'elle et Erwan maîtrisaient mais qui était si différente pour chacun d'entre eux, il voulait trouver la sienne...

Et il voulait, un jour, en offrir un aperçu à Syndrell.

__________________________________________


Spoiler:
 

Team Rocket Version Na/Syn/Tsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4336
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Groupe Maizel - cours n°4   Mar 02 Mai 2017, 23:42

Un sourire dansa sur les lèvres de Syndrell. Narek avait le chic pour trouver des expressions qui rivalisaient d’originalité avec celles de Tsukia ! La marchombre soupira. Elle ne lui avait pas encore parlé de ses retrouvailles avec la jeune fille – des retrouvailles enfiévrées qui ne remettaient pas en cause leur relation, du moins à ses yeux, mais… Au retour de Narek, il faudrait sans doute qu’ils en parlent.

Pas maintenant. L’instant appartenait à son élève et à lui seul ; moment subtil où le doute, soudain, laisse place à l’incroyable envie d’aller de l’avant.


- Il te faut prendre au sud des Montagnes de l’Est puis remonter le cours de la Voleuse, jusqu’au niveau du Rentaï. Ensuite… eh bien, c’est un chemin que tu découvriras par toi-même ! Rappelle-toi seulement que c’est un voyage dangereux. Les mercenaires du Chaos rôdent et les risques sont grands.

Trop grands pour un apprenti marchombre ? Syndrell devina l’ombre d’un nouveau doute dans l’âme de Narek – sans doute avant que lui-même n’y prête réellement attention – et poursuivit d’un ton léger :


- Cela dit, tu as déjà affronté des créatures terribles dans Désert des Murmures, sans oublier Onku… Si quelqu’un commet l’erreur de croire qu’il pourra t’empêcher d’atteindre ton but, je ne donne pas cher de sa peau !

Elle écouta la promesse de Narek et hocha la tête. Ça, c’était un objectif qui était palpitant ! Elle se retint de glisser les doigts dans les cheveux longs du jeune marchombre. A la place, elle se leva souplement, tendit les bras en inspirant lentement et profondément, puis expira en relâchant la tension de ses muscles. Avant de recommencer.

Gestes mesurés et puissants.
Silence absolu.
Gestuelle marchombre.

Un jour, c’était certain, Narek serait capable de faire sien le chant des marchombres. D’ici là, ils pouvaient danser ensemble sur cet air connu d’eux seuls, composé d’harmonie et de sérénité.




*



Maître et élève se meuvent sous la voute éthérée dans un semble parfait.
Il danse au bord du vide, vacille presque dans une bourrasque un peu plus vive mais, dans son dos, des ailes invisibles sont prêtes à se déployer.
Elle le regarde et son cœur se serre.

Fière.




*




- Narek ? Sois prudent s’il te plaît.

Murmure.

- Et retrouve-moi dans deux mois au Zoanne. Avec quelques crêpes.

Sourire.

- Le voyage qui nous attend ne se fera pas sans provisions…

Promesse.


Parce que ce voyage dont parlait Narek était loin de s’achever. Sa formation l’était presque, mais pas encore. Et après…

Syndrell passa comme un coup de vent derrière son élève, s’offrant le luxe de lui tirer doucement une mèche de cheveux et puis, comme ça, elle se laissa tomber dans le vide. Bras écartés, elle vrilla son corps, crocheta une prise, bondit vers une autre qui se trouvait bien plus bas.

S’envola.

C’était ça, le vrai voyage ! Un simple et merveilleux envol…




[Bon, du coup moi je m'arrête là ! Tu peux répondre encore une fois... avant de t'envoler vers le Rentaï ]

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…




Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Narek Liam
Groupe Maisel
avatar

Nombre de messages : 288
Citation : ''Je suis prince incongru d'un talent dérisoire : me faire aimer des autres sans aimer.'' ~Florent Mothe (Salieri) - Mozart l'opéra rock~
Date d'inscription : 05/10/2013

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Greffe: Corps qui devient intangible et passe à travers les objets.
Signe particulier: Yeux noirs qui ont des reflets rouges. Cicatrice de brûlure sur son omoplate gauche.

MessageSujet: Re: Groupe Maizel - cours n°4   Mer 03 Mai 2017, 00:26

Narek tourna sur lui même une puis deux fois.

Dans le miroir, un garçon vêtu de couleurs pâles, avec un pantalon de soie légère et d'un joli bleu dans lequel des genres de runes légèrement plus foncé apparaissaient, un chandail à manches courtes de la même couleur, des bottes couleur de sable, le regardait de derrière un foulard d'une couleur semblable.

Foulard qui, plus que pour le froid, était pour la chaleur : le matériel étant presque assez clair pour qu'on puisse voir derrière, mais suffirait pour le protéger du sable au besoin, en ajoutant le turban du même tissu et les bandes de même couleur qui formaient des gants sans doigts et remontaient sur ses bras, il ressemblait désormais beaucoup plus à un étranger sortit du désert qu'on garçon de fermier devenu voyageur.

Ses cheveux, camoufler sous le turban, sortaient néanmoins en courtes mèches lui donnant un air un peu rebelle et le jeune homme, satisfait, Attrapa son sac de voyage, qu'il placerait sur sa scelle pour le voyage de toute façon, puis sortit de sa chambre,
au Zoanne, où il laissait la plupart de ses effets personnels, cet endroit, au final, c'était un peu devenu sa maison...

Passant la porte avec un sourire, il descendu l'escalier jusqu'au rez-de-chaussé, sa chambre et son bureau se trouvant, comme ceux utilisez par Sefan et par Danir, au troisième étage du bâtiment.

Sefan, d'ailleurs, l’aperçu et failli bien s'étouffer avec son café.

Avec son accoutrement de prince du désert, il ne l'avait presque pas reconnu... Et il dut s'avouer à lui même que ce look lui allait très bien, lui donnant un air un peu plus jeune qui ne faisait qu'augmenter son charme avec une touche de... D'air taquin, oui,
voilà.

L'homme fit signe à son patron et ami, qui sortit par la porte en lui répondant d'un hochement de tête... Où diable pouvait-il aller ainsi habillé..?


Well I remember back home 'neath the big ol' moon,
Tucked back in the woods, yea life was good,
But here we are in a local bar and drinkin' shooting stars...

I might spend my whole life running around,
Still let the wind kinda blow me around,
Well I dropped a note in a bottle,
To a long-legged model,
And I traded it in for a whole 'nother world,
A pirate flag and a blue haired girl...

L'apprenti mit le pied sur la mille cent-unième dune, puis s'arrêta au sommet de celle ci, baissant son foulard en prenant une grande inspiration, le regard fixé devant lui, sur une montagne plus impressionnante que toute les autres pour qui savait regarder...

Le Rentaï.

Le jeune homme sourit en commençant à descendre, puis se frotta l'oreille droite pour la énième fois, c'était agaçant, le vent qui faisait ce drôle de bruit qu'il ne réussissait pourtant pas à distinguer, depuis qu'il était dans le désert...

__________________________________________


Spoiler:
 

Team Rocket Version Na/Syn/Tsu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Groupe Maizel - cours n°4
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Groupe Leenio - Cours n°5
» Groupe Humo - Cours n°3
» Groupe Bizya - Cours n°2
» [NOV] Premier cours de vol : Travail de Groupe
» cours de latin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Al-Chen-
Sauter vers: