AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Neige Mecedora - La liberté à tout prix

Aller en bas 
AuteurMessage
Neige Mecedora
Groupe Aljuin
avatar

Nombre de messages : 6
Citation : "J'ai des ailes et un Smith & Wesson [...]. Dieu lui-même ne peut rien contre moi."
Date d'inscription : 14/09/2018

Feuille de personnage
Age: 22 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Difficultés à socialiser

MessageSujet: Neige Mecedora - La liberté à tout prix   Mer 19 Sep 2018, 12:06

Présentation de Mecedora Neige
Identité
Nom : Mecedora
Prénom : Neige
Age : 22 ans
Camps: Envoleur
Particularités : Difficultés à socialiser, aisance dans l'escalade en montagnes.
Lieu de naissance : Au pied des Dentelles Vives, près du lac Chen
Descriptions
Famille :
Vent

Je me souviens de ces trois petits frères, aussi forts que j'étais frêle, aussi bruns que j'étais pâle, aussi bruyants que j'étais muette. Comme mes parents. Comme la majorité de l'exploitation. Tous avaient leur place ; pas moi. Inutile.
Ils ne sont plus que de vagues souvenirs, un peu flous, un peu mélancoliques. Une main affectueuse, parfois, un regard, et le reste parti en fumée. Pas de sensation de manque. Comment regretter ce que l'on ne connaît pas ?
Unis, dirigeant une exploitation agricole, ils y sont sans doute encore, suivant leur destin tracé, tandis que je me perds. C'est bien, ainsi.



Caractère :
Ciel

Vivant à l'écart du monde, dans une ferme fortifiée, et délaissée par ses pairs, Neige n'a eu que peu de contacts avec les autres. Elle éprouve ainsi parfois des difficultés à comprendre, se faire comprendre, et tend à trouver les interactions sociales aussi compliquées que frustrantes.
Elle se montre néanmoins ouverte, amicale et curieuse d'autrui, bien que préférant observer le monde tourner du haut d'un arbre que de s'y plonger corps et âme. Elle n'a que peu d’à-prioris, et de façon générale, une partie de son tempérament attend de se construire via les contacts avec autrui, et donc ses prochaines rencontres.
En contrepoint, elle est restée très solitaire et réservée, farouchement attachée à son indépendance et sa liberté. Elle supporte assez mal l'autorité, surtout si elle n'est pas à son goût et, ayant manqué de frontières, tend à être amorale. Concentrée sur ses buts, elle peut faire preuve d'égoïsme pour les atteindre.
Elle éprouve un amour infini pour l'escalade, en particulier des montagnes, pour sa liberté et sa solitude. Elle rêve de pouvoir franchir, libre, toutes les frontières, d'atteindre le ciel, et recherche à cette fin les capacités de le faire.


Physique :
Neige

On m'a dit que j'étais née frêle, si frêle, mes os délicats se dessinant sous ma peau pâle. J'ai grandi depuis, et si je suis restée petite et menue, avec des formes féminines peu marquées, mes os se défilent et se cachent sous des muscles de grimpeuse.
J'ai toujours l'air fragile, oui, pour celui qui ne sait pas voir au-delà de la peau pâle, des traits fins de mon visage. Donnant mon nom, une masse légère de cheveux blancs tombe dans le creux de mon dos, parfois filée de gris pâle ; tantôt lâches, tantôt nattés.
En harmonie avec le reste, sous ma frange coupée au hasard, deux yeux bleus clairs comme l'eau ou le ciel, surplombant un nez de travers et un sourire discret.
Mon air rêveur et désinvolte se complète par des cals à mes mains, forgés par l'escalade, et une multitude de discrètes cicatrices constellent mon corps, souvenirs de mes non moins innombrables chutes et ratés dans les hauteurs.
Je me vêts habituellement d'un gilet de cuir passé sur une chemise ample, accordé en tons neutres et ternes avec un pantalon au tissu résistant et des bottes souples. Il m'arrive d'enfiler une cape gris foncé, et de nouer mes cheveux d'un foulard d'un rouge particulièrement détonnant.
Deux courts poignards ceignent mes hanches, et un petit sac de cuir, contenant diverses bricoles et mon argent, est attaché à mon dos.



Accessoires et Animaux
Oiseau.
Elle a acquis quelques outils pour l'aider dans l'escalade, et est parfois accompagnée d'un petit albatros recueilli dans les Dentelles Vives et qu'elle a surnommé Cime.
Histoire

Et si je grimpais assez haut,
Peut-être pourrais-je toucher les étoiles ?
On m'a dit que j'avais l'air lunaire
Il faudrait que j'aille voir, un soir
Si ce qu'on m'a dit est vrai.

Aube.

La lumière douce d'un foyer jetait ses ombres mouvantes sur la pièce, éclairant parfois le visage tiré d'une femme somnolant, harassée, et celui de la frêle créature qu'elle tenait contre sa poitrine. Emmaillotée d'un linge blanc, ses yeux cristallins se promenaient sur le monde autour, sans jamais vraiment s'accrocher à quoi que ce soit.
Près du feu, deux hommes discutent à voix basse, bruns et robustes, mains calleuses de ceux qui travaillent la terre. Mêmes mains, même force des gestes que la femme qui dort.
Un seul regard sur l'enfant faiblarde qui vient de naître les a convaincu. Osseuse, sans avoir encore ni crié ni pleuré, calme, elle ne pourrait survivre aux terres inhospitalières dans lesquelles ils s'étaient fait pionniers.
Et sa pâleur, le duvet blanc sur son crâne, semblaient faire planer sur elle une sourde épée de Damoclès.

Trois ans.
Mais l'enfant survécut, aux maladies, au froid glacial des hivers et à la période de famine qui, une fois, pointa son nez. D'abord choyée, entourée avec inquiétude, fille unique des gérants de l'exploitation, l'annonce d'une nouvelle grossesse détourna l'attention d'elle – irrémédiablement.
Déjà renfermée sur elle-même, parlant et pleurant très peu, cela acheva de la pousser dans une solitude qui ne sembla pas la déranger. Neige se contenta de laisser la vie suivre son cours, sans s'intéresser aux autres qui tournaient autour d'elle dans un ballet incessant.

Les mains calleuses de sa mère finissent de sécher ses cheveux. Neige pousse un discret soupir quand la serviette chaude s'éloigne de sa peau, laissant le froid se refermer sur elle. L'enfant lève le regard sur la femme qui commence à l'habiller, croise des yeux marrons. Sa main touche avec curiosité le ventre arrondi de sa mère.
- Oui, Neige, répond-t-elle à son air interrogateur. C'est un autre enfant, comme toi.
Soupir en frôlant les côtes saillantes de sa première-née.
- Merwyn, faites qu'il soit plus fort.
L'enfant bourdonne une mélodie pour toute réponse.

Sept ans.

Et c'est deux garçons bruns, vigoureux et bruyants qui suivirent la créature famélique qui fit office d'aînée. De futurs bon agriculteurs, disaient-ils, quémandant et réclamant à grands cris, qui sauraient diriger et exploiter la ferme familiale.
D'abord intéressée par les bambins qui se succédèrent, elle en fut vite éloignée, dans la crainte qu'elle ne leur refile quelque maladie ou malédiction, avec ses cheveux et son teint pâles.
Livrée à elle-même, elle vagabonda librement dans la vaste ferme, furetant dans les granges, se glissant entre les ballots de foin et caressant la fourrure des siffleurs domestiques. D'un naturel curieux, il lui fallut peu de temps pour oser s'aventurer hors des enceintes fortifiées pour contempler le monde autour et les Dentelles Vives, qui, si loin et si proches, s'élançaient pour toucher le ciel.
Bien que les terres étaient encore sauvages, tous étaient bien trop occupés pour prêter attention à la silhouette si menue, si légère, qu'elle se confondait avec la neige qui tombait l'hiver.

- Maman ? Y a quoi derrière ? Derrière les Dentelles Vives ?
Sybil soupira, occupée avec un de ses garçons, le ventre à nouveau gonflé pour un autre enfant. Neige ne parlait que pour poser des questions soudaines, décousues, et dont le principal centre d'intérêt était le monde hors de l'exploitation. Ses interrogations de plus en plus nombreuses l’embarrassaient, d'autant qu'elle-même n'était jamais allée plus loin que les villages alentours, née dans dans cette ferme.
- Rien qui ne te concerne. Cesse de traîner dans mes jambes, Neige.
Une moue au bord des lèvres, ses questions insatisfaites, l'enfant s'échappa alors pour la journée. Elle s'était posée comme défi d'atteindre les Dentelles Vives, et de constater par elle-même, au mépris du bon sens, ce qui pouvait se trouver derrière.

Dix ans.

Neige finit par trouver dans l'exploration une véritable échappatoire. Ses frères, conscients de la meilleure place qu'ils occupaient dans la famille, avaient tendance à se montrer tyranniques. Après en être venue aux mains quelques fois, elle avait fini par y préférer la fuite.
Plus forte du fait de ses longues marches, c'est avec sérénité et excitation que la jeune fille, attirée par la promesse des hauteurs et l'envie de tutoyer le ciel, se risqua pour la première fois dans l'escalade des Dentelles Vives.
Saisissant des prises au hasard, inexpérimentée, elle ne tarda pas à faire sa première chute quand ses pieds dérapèrent sur une saillie, la faisant basculer en arrière. Sans se démonter, ignorant l'endolorissement de ses membres, elle tenta une autre voie.
Les yeux lumineux.

Faire un avec la roche et tutoyer le ciel.

Treize ans.

L'impassibilité nocturne et le calme de l'exploitation furent fendus par le cris de surprise de la mère de Neige.
Revenue tard d'un de ses vagabondages, la jeune fille affichait un air placide et le visage en sang. Après l'avoir soigneusement nettoyée, et une bonne heure d'acharnement pour lui soutirer des informations, il s'avéra qu'elle était tombée lors d'une escalade et s'était cassé le nez – expliquant ainsi les multiples estafilades qui se dessinaient régulièrement sur sa peau.
Le visage rougi mais tranquille de leur aînée eut le mérite de calmer les ardeurs des trois jeunes garçons la fratrie, impressionnés par la témérité de leur sœur.
Un peu inquiète, la mère de Neige tenta de contrôler les sorties de sa fille, chargeant pour cela une jeune femme de l'exploitation de lui apprendre la lecture, l'écriture, la couture, quelques bases culturelles pour qu'elle puisse appréhender le monde autrement qu'en se mettant en danger.
Mais si elle prêta un réel intérêt aux leçons données, la jeune fille avait prit goût au toucher de la roche sous ses mains et de la sensation de vide dans son dos. Une fois libre, elle s'échappait de nouveau, se glissait loin des regards pour continuer à rêver d'atteindre les cimes.

Seize ans.
Grimpeuse désormais habile, des muscles fins avaient renforcé son corps ; et la puberté vint redessiner les formes de son corps, bien que la laissant menue. Toujours lunaire, elle comprit l'ampleur de ce changement quand, intéressant les jeunes hommes de l'exploitation, l'un d'eux la coinça dans une grange.
C'est après avoir dû le frapper par surprise avant de partir comme une flèche qu'elle se fit à l'idée qu'elle allait devoir apprendre à se défendre ; juste assez pour lui laisser le temps de s'enfuir dans les hauteurs.
Le soir venu, elle s'appliqua donc à voler un poignard de grossière facture dans une malle de son père. Les jours suivants, elle entreprit de l'apprivoiser, imitant les esquisses d'entraînement des jeunes fermiers ; jouant avec l'arme, s'habituant à son poids, la lançant dans un pilier.
Il suffit qu'un de ses pairs la surprenne, la lame à la main, pour que le mot soit passé, et plus personne ne tenta de l'approcher.

Les bras endoloris et les jambes tremblantes, Neige acheva de grimper un pan vertigineux et se laissa rouler sur le plateau lisse qui s'offrit à elle. Bras grand ouverts, yeux levés vers le ciel clair, sentant la chaleur de la roche sous elle et celle du soleil sur sa peau, elle sourit de plénitude.
Jusqu'à qu'un cri faible, animal, lui parvienne.
Étonnée, elle roula sur elle-même, se glissa en direction du son. Il lui arrivait de croiser des oiseaux, quelques animaux en vagabondant ; même un tigre, une fois, qui l'obligea à rester tapie dans ses hauteurs durant un temps interminable.
S'approchant d'un creux de la roche, elle vit un petit nid rudimentaire à l'air délaissé, contenant un seul oisillon qui criait faiblement, affamé. Nul adulte ne tournait aux alentours.
Neige tomba amoureuse de l'oisillon qui semblait orphelin.
Les semaines passèrent, et avec beaucoup de temps, de patience, l'oiseau s'attacha à elle. Commença à la suivre.
Restant sauvage, toujours.
Comme elle.
Elle le nomma Cime.

Dix-huit ans.

Le temps filait, suivant son cours, glissant sur Neige pour s'attarder sur ses parents, qui se retrouvèrent face à un épineux problème : que faire de leur aînée ? Trop libre, trop indépendante, inutile pour la ferme, ils envisagèrent un soir de la marier à un fils de leurs connaissances, marchands, ce qui aurait le double avantage d'enfin faire quelque chose d'elle et de renforcer leurs liens professionnels et amicaux. La jeune femme était relativement jolie bien que présentant un physique particulier, cultivée, discrète ; il suffisait qu'elle apprenne à se tenir tranquille.
Et dans l'ombre de la porte, la principale concernée écoutait avec attention. L'idée d'être liée à quelqu'un d'inconnu, privée de sa liberté viscérale, l’écœurait. Ses années de solitude fusionnelle avec la falaise avaient fait d'elle une personne profondément attachée à son indépendance.
Alors, quand la nuit tombée laissa les travailleurs endormis, elle sortit en silence de l'étroite pièce qui lui servait de chambre. Elle se saisit d'un sac, de quelques vêtements, affaires et nourriture, de son poignard volé. Se glissant hors de la maisonnée, elle escalada sans hésitation un arbre de la ferme pour se laisser tomber de l'autre côté des fortifications, avant de s'enfuir en direction d'Al-Chen, sans laisser de mot ou de trace ; sans un regard en arrière.

Vingt ans.

Si elle était partie parce que sa liberté le lui imposait, elle se sentait maintenant piégée, depuis deux ans, entre les murs de la cité.
Après une longue marche, guidée par une carte chipée dans les affaires familiales, elle était parvenue à la grande ville étendue près du lac Chen, et s'était vite rendue compte que, toute avide d'indépendance qu'elle était, cela ne nourrissait pas.
Elle se refusait néanmoins à toute marche arrière et, avec sa ténacité naturelle, entreprit de connaître la ville et ses rôles, ses impasses, jusqu'à parvenir à trouver tantôt un poste de serveuse, tantôt un travail au marché.
Cime l'avait suivi, toujours attaché à elle, chipant seul sa nourriture. Le peu d'argent qu'elle obtenait permettait à Neige de trouver un toit et elle se hasardait elle-même, parfois, à voler sur les étalages.
La nuit, rêvant de retrouver les falaises de son adolescence, elle trompait ce manque en explorant la ville par la voie des toits, nez dans la lune. Elle s'était procurée un second poignard avec son argent mis de côté et, si la vue des deux armes suffisait généralement à calmer les ardeurs des soudards attirés par sa silhouette fragile, elle dut croiser le fer, blesser et fuir un bon nombre de fois.
Le jour, quand elle ne travaillait pas, elle continuait à explorer la cité, observant l'entraînement des guerriers, l'immobilité des soldats de garde, la cohue dans les marchés et les zones d'ombres qui se dérobaient à sa vue dès qu'elle détournait le regard.
Bien que fascinée par le monde de la cité, neuf et chaque jour surprenant, elle désespérait de pouvoir un jour repartir, consciente que le monde extérieur lui était encore trop étranger et hostile.

Vingt-deux ans.

La lune s'était levée depuis longtemps sur Al-Chen, diffusant une clarté floue sur l'altercation opposant Neige, qui sortait tout juste de son porte de serveuse dans un bar mal famé, à un homme qui l'avait suivie, passablement ivre, intéressé et armé. Pensant le défaire facilement au vu de son état d'ébriété avancé, la jeune femme fut surprise quand une lame, fluide et rapide, laissa une marque brûlante sur sa joue.
Sans plus se poser de questions, Neige fit aussitôt volte-face et prit la fuite.
Les pas rythmés de l'ivrogne claquant fermement derrière elle, la jeune femme décida de délaisser la route de terre battue pour prendre la voie des airs. D'un bond, elle crocheta un rebord de fenêtre, se hissa assez haut pour y prendre appui et se propulser ensuite sur le toit bas, assurée.
Laissant en bas son agresseur ébahi, elle courut sur la surface qui s'offrait à elle, ivre de nuit et de liberté, s'envola sur une seconde bâtisse. Cime, un instant effrayé par le soudard, vint planer à ses côtés, suivant son ascension vers une des plus hautes tours d'Al-Chen.
Usant de sa souplesse comme de ses muscles, elle entama l'escalade d'une façade, ravie de sentir ses doigts s'écorcher sur la pierre et le bois, son souffle se raréfier, ses membres brûler sous l'effort.
C'est au sommet d'une petite tour qu'elle s'arrêta brusquement, coupée dans son élan. Avec un cri surpris et effrayé, Cime s'envola plus loin, la laissant seule.
Pour la première fois, quelqu'un d'autre se trouvait sur les toits ; une femme aux cheveux auburn, dont la silhouette élancée flirtait avec les ombres comme si elle en était issue.
Bref silence, le temps de se demander si les ombres ne faisaient pas finalement partie d'elle.
- Cela fait un moment que je t'observe, commença enfin l'étrangère d'une voix posée dont se dégageait une assurance incroyable.
Neige resta sur ses gardes, la scrutant sans mot dire. Au-delà des soudards, des soldats de faction, des Thüls qu'elle voyait de temps à autre déambuler, cette femme dégageait une aura de puissance totale ; et fascinante.
Sous le silence tranquille et amusé de l'inconnue, Neige finit par prendre la parole à son tour.
- T'es qui ?
- Qui veux-tu être ? rétorqua la femme, sans se formaliser du tutoiement et sans daigner répondre.
Désemparée, Neige croisa les bras, cherchant à comprendre les sous-entendus de la question. Ses yeux plongèrent dans ceux de sa vis-à-vis, en sortirent vite pour planer sur la ville en contre-bas. Elle n'aimait pas fixer dans les yeux, comme elle n'aimait pas parler.
- Tu n'as pas peur de te battre, insista la femme, et tu files avec une certaine aisance sur les toits. Qui veux-tu être, qu'est-ce que tu souhaites ?
Cette fois, la jeune femme réfléchit sérieusement à ses questions, sonnant plus claires. La scène irréaliste lui donnait le sentiment d'être à un tournant décisif de sa vie, à l'orée d'une porte qui menaçait sinon de se refermer – peut-être à jamais. L'idée de rester bloquée dans cette ville sans falaises à batailler avec des ivrognes lui déplaisait fortement, mais elle ignorait ce qui se cachait derrière la porte.
La chute ou l'envol ?
- Je veux être libre, répondit-elle finalement avec lenteur, la voix un peu rauque. Et je veux partir.
Sourire de l'ombre.
- Je peux t'offrir cela.
- Comment ? répliqua aussitôt Neige avec une pointe d'insolence pour masquer l'incertitude qui flottait sur son avenir.
Pour toute réponse, la femme bougea ; en un seul geste, empreint de puissance et de souplesse, sans fioritures inutiles, écrasant tout ce à quoi Neige pouvait prétendre, elle se glissa près d'elle. Lui laissant à peine le temps de réaliser pleinement le pouvoir de celle qui se tenait à présent à ses côtés, cette dernière se pencha à son oreille pour y souffler une courte phrase.
- Suis-moi.
Comme envoûtée par les promesses que contenaient ces deux mots, Neige obéit.
Elles s'enfoncèrent dans la nuit.

L'aube levée la vit quitter Al-Chen, Cime perché sur son épaule ; sans le moindre regard en arrière.
Derrière l'écran
J'ai connu le forum : Il y a bien, euh, six ans Very Happy j'avais abandonné mon personnage pour diverses raisons mais je vais tenter de faire mieux cette fois
Présence sur le forum : 4 /7
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4456
Citation : "Nom d'une chiure de mouche qui louche !" [Syndrell Ellasian]
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 29 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Neige Mecedora - La liberté à tout prix   Sam 22 Sep 2018, 13:09

Diantre, c'est une fiche magnifique ! Neige est tombée amoureuse d'un oiseau, moi je suis amoureuse de ton style d'écriture !   gaga Je te souhaite à nouveau la bienvenue, alors ! Six ans, dis-tu ? On a dû déjà se croiser. Je me demande qui tu étais à l'époque !

A moins qu'un autre admin émette quelque réserve, je te valide. Pour l'instant je ne t'attribue pas de groupe parce qu'il faut que je regarde ce qu'il en est, mais je te tiens au courant.

Amuse-toi bien, Neige !  Very Happy

EDIT : finalement, je t'ai trouvé un groupe ^^

__________________________________________

Murmure dans le vent
Qui file sur les toits
Marchombre



Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neige Mecedora
Groupe Aljuin
avatar

Nombre de messages : 6
Citation : "J'ai des ailes et un Smith & Wesson [...]. Dieu lui-même ne peut rien contre moi."
Date d'inscription : 14/09/2018

Feuille de personnage
Age: 22 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Difficultés à socialiser

MessageSujet: Re: Neige Mecedora - La liberté à tout prix   Sam 22 Sep 2018, 14:16

Je suis content qu'elle plaise, j'étais assez anxieux en vrai haha. J'étais Nea Indaïsle à l'époque si ça te dit toujours quelque chose, j'étais dans un groupe d'apprentis de Dolce (Dolce, si tu passes par là, me tape pas pour mon abandon oups)

__________________________________________

Le Poète est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l’archer ;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l’empêchent de marcher.
Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tianwen Til'Loam
Maître Envoleur à l'essai
avatar

Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 18/02/2018

Feuille de personnage
Age: 32 ans
Greffe: Contact qui brûle
Signe particulier: Tian peut se métamorphoser en un superbe tigre blanc fem

MessageSujet: Re: Neige Mecedora - La liberté à tout prix   Sam 22 Sep 2018, 14:53

Je plussoie, c'est une très belle fiche Very Happy
Re bienvenue à toi du coup !

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4456
Citation : "Nom d'une chiure de mouche qui louche !" [Syndrell Ellasian]
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 29 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Neige Mecedora - La liberté à tout prix   Sam 22 Sep 2018, 15:50

Oh mais oui !!! Je m'en souviens ! Rah c'est génial de revenir Very Happy Dolce n'est plus parmi nous (mais je peux taper à sa place Twisted Evil)

__________________________________________

Murmure dans le vent
Qui file sur les toits
Marchombre



Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neige Mecedora
Groupe Aljuin
avatar

Nombre de messages : 6
Citation : "J'ai des ailes et un Smith & Wesson [...]. Dieu lui-même ne peut rien contre moi."
Date d'inscription : 14/09/2018

Feuille de personnage
Age: 22 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Difficultés à socialiser

MessageSujet: Re: Neige Mecedora - La liberté à tout prix   Sam 22 Sep 2018, 16:25

Merci Tianwen !

Dommage pour Dolce D: mais je peux éviter de me faire taper dessus quand même *prend la fuite*
Moi j'essaie de faire revenir Nuhadu mais je crois qu'il a peur de toi 0:)

Envoyé depuis l'appli Topic'it

__________________________________________

Le Poète est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l’archer ;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l’empêchent de marcher.
Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4456
Citation : "Nom d'une chiure de mouche qui louche !" [Syndrell Ellasian]
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 29 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Neige Mecedora - La liberté à tout prix   Sam 22 Sep 2018, 17:59

Rassure-toi, je ne vais pas te taper dessus, j'espère trop pouvoir te croiser au détour d'un Rp !

... par contre, Nuha a raison d'avoir peur : je meurs d'envie de lui tirer les oreilles ! (Dis-lui qu'il nous manque !)

__________________________________________

Murmure dans le vent
Qui file sur les toits
Marchombre



Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flaone Spi'rit
Non validé


Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 08/10/2018

MessageSujet: Re: Neige Mecedora - La liberté à tout prix   Lun 08 Oct 2018, 17:56

*s'approche doucement * Bonjour à tous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4456
Citation : "Nom d'une chiure de mouche qui louche !" [Syndrell Ellasian]
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 29 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Neige Mecedora - La liberté à tout prix   Lun 08 Oct 2018, 18:08

Bonjour Flaone ! Un petit nouveau qui est tenté par l'aventure du forum ? Si oui, c'est cool ! Very Happy Par contre ce topic n'est pas un lieu de discussion. N'hésite pas à contacter un admin par MP si tu as besoin d'aide ou de conseils pour créer ton personnage / ta fiche ! Tout est indiqué dans le topic "règles et contexte". Bonne chance !

__________________________________________

Murmure dans le vent
Qui file sur les toits
Marchombre



Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Neige Mecedora - La liberté à tout prix   

Revenir en haut Aller en bas
 
Neige Mecedora - La liberté à tout prix
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pour ou contre dire la vérité à tout prix...
» Faut-il, à tout prix, privilégier la politique sur l’économique en Haïti?
» faut-il condamner a tout prix le populisme revolutionnaire?
» 06. One less margarita, one more trip to the shrink - PV Gregory
» Raphaël veut voir à tout prix Elodie [Pv ELLE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: Entre nous :: Fiches de présentation-
Sauter vers: