AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Rencontre [PV Rilend]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Rencontre [PV Rilend]   Jeu 11 Juin 2009, 16:16

What a wonderful world...


Paysages connus et inconnus, illustres beautées d'un nouveau monde. Nouveau monde d'apprentissage, de connaissance de soi, de connaissance des autres. Tous les humains sont les mêmes, différents et pourtant tellement similaires, et assimilables. D'un monde à l'autre. Milliers de terres associables et asociales. Beauté d'un infini aux limites connues, qui n'est plus finalement éternel et perpétuel. Nature d'une beauté superflue et pourtant profonde. Chant d'un hiboux, dans le lointain, tentant d'appeler la nuit. Notes tristes et lourdes de sens. Notes basses et sourdes de sens. Tout s'égraine, le temps passse. Se meure. Seul. Unique. Le soir chante sa mélodie. Mélodie mélancolique et laconique... Douce harmonie se transporte, lévite. Et disparaît. Infini éphémère. Eternelle reconnaissance. D'une Vie... La vita è bella...

Visage tourné vers le ciel. Magnificence d'un monde azuré. De deux mondes azurés. L'un dans les hauteurs de la Nature, l'autre dans ses profondeurs. Chacunes insondables. Etendues lésées et abandonnées. Surfaces tout à fait entretenues et aimées. Un lac. Lac dont l'immensité n'était plus à prouver. Lac ou Mer ? Sans importance. Il était là, beau, et cela suffisait. Dans l'immensité de sa surface, les rayons du soleil se pavanaient. Naissance de nouvelles couleurs. Arc-en-ciel de bonheur, juste sur la surface d'un miroir nouveau. Ponton, dans le lointain, se dresse sur sa berge. Et là-bas, petite fille centenaire dessine. Liant futur et présent. Inconnue.

Quelques pas, sages. Tranquilles. Fluides. Foulée courte, retrouvée. Silhouette se découpe sur la surface du Lac. Yeux fixés sur un horizon indéchiffrable. Corps offert à l'eau, se laisse guider. Sur la berge, une robe blanche étalée. Pureté. Harmonie. Le miroir du Lac se ride, à peine. L'eau arrive à mi-cuisses de la silhouette fine. Ses cheveux, remontés en queue de cheval haute, lissent parfois, dans un mouvement lent et gracieux, cette même surface. Lente et douce. Merveille d'un nouveau monde. Paupières qui se ferment, lentement encore. Grâce et Voluptée.

Sono solo io...

Kyu laisse ses pensées passer dans son esprit. Encore des souvenirs. Fluides, graciles, ils la connaissent. Elle les connait. Vie antérieure, vie simplement. Et vit. Sa main se lève doucement de la surface du lac pour se tourner, paume vers le haut. Miriade de goutelettes vivant sur le diamant. Perles de vie aquatique, diffractent la lumière. Sourire étirant des lèvres fines. Calme. Sérénité. Elle est toujours aussi calme et sereine. Samouraï. Geisha. Deux concepts à la fois différents et similaires. Elle est les deux. Douce et gracile. Calme et vive. Sage et sereine. Beauté et efficacité. Immobilité. Mouvement. Lente et rapide, elle aime prendre son temps.

Adressant un dernier sourire à l'horizon, seule, elle revient vers la rive. Sa robe lui seyant à nouveau, la jeune fille part. Ville, juste là. Bruits multiples et dérangeants, bruits de ville. Sabots qui claquent sur le sol de bitume. Cris d'un marchant tenant à vendre. Hurlements d'un bébé. Rires d'enfants. Beuglements et hennissements. Trop de bruits. Kyu aime le silence. Le silence qui dit tant de choses. Ce silence qui n'existe pas, et que tant recherchent... Where is it ?

Coule dans la foule. Glisse, s'efface, tourne, disparaît. Brin de vent élancé dans sa course soigneuse. Effleurement, gracile, doux. Promesse. Porte de bois se dresse, appelle. Silhouette presque indiscernable s'y faufile. Entrebâillement accueillant. Le vide, à l'intérieur, et le silence. Revigoration. Geste assuré et gracieux. S'assit à une table. Simple. Commande une assiette de niam, avec du siffleur. Savoureux...
Revenir en haut Aller en bas
Rilend Ansakh
Admin
avatar

Nombre de messages : 722
Citation : ...
Date d'inscription : 18/03/2009

Feuille de personnage
Age: 34 ans
Greffe: Absorption des coups
Signe particulier: Sa dague fétiche, Talisman. Bien dissimulée sous les cheveux, une cicatrice à l'arrière du crâne suite à une commotion cérébrale. Un pendentif rond, en nacre. Elle se transforme en Panthère noire.

MessageSujet: Re: Rencontre [PV Rilend]   Mer 22 Juil 2009, 11:55

Ce matin-là, elle s'était éveillée avec l'envie de s'échapper un peu, de ce havre de paix. Cette envie de retrouver un monde qu'elle connaissait, quelques repères...elle s'était aventurée dans la forêt, et la panthère en elle, éveillée, l'avait portée à travers les bois et les branches, jusqu'à ce qu'elle se sente comme étrange, esprit humain et forme...humaine ou animale? Difficile à dire, lorsque ses yeux gris, baromètres de son humeur, avaient viré au bleu intense du ciel avant l'orage, vigoureuse gaieté du fauve, et étaient fendus par des pupilles comme des traits verticaux, deux ellipses variant selon la luminosité du paysage sylvestre. Difficile à dire lorsque dans sa bouche pointaient des ébauches de crocs et que ses traits variaient, se faisant félins. Difficile à dire enfin, lorsqu'elle devint panthère pour de bon. Corps et âme.
Elles avait couru longtemps, elle absente des émotions du fauve, lui se délectant de sa vigueur et de sa force extraordinaires...comme passagère d'un cheval emballé, elle n'avait aucun contrôle sur l'animal qui vivait en elle et à l'extérieur.
Elle redevint humaine au bord d'un grand lac, immense et magnifique, d'un bleu outremer faisant écho à l'azur du ciel. C'est là que, accroupie dans l'herbe, elle redevint Rilend, bien qu'une lueur sauvage persistât dans ses yeux de nouveaux gris. Ses longs cheveux noirs attachés en queue de cheval flottant derrière elle, secoués par une légère brise, elle se redressa lentement et laissa la beauté des lieux pénétrer son coeur et son âme.
Calme serein, paisible de l'eau qui dort...doux clapotis, mélodieux son de la nature. Souffle du vent, risée sur les eaux de saphir, ridant la surface parfaite. Reflets fugaces à la crête des vagues, comme aux arêtes d'un joyau finement ciselé. Le plus beau des saphirs ondulait devant elle. Mer ou lac? Quelle importance! Lac par le nom et l'absence de sel...mais mer par sa majesté et sa force incroyables. Mer de par sa beauté indicible.
Sur sa droite, des cris. Des rires et des chants. Les bruits que font entendre les enfants heureux, qui jouent sans craintes...comme sur le pont du bateau qui les avaient emmenés, elle et sa famille, loin vers le Sud...des rires comme ceux qui s'étaient tus à l'attaque des pirates. Des rires comme ceux des innocents, si différent de celui, extatique, de son père lorsqu'il avait de nouveau posé le pied sur terre, après un long temps d'esclavage.
Sans savoir pourquoi, Rilend sentait que ces rires détruisaient l'harmonie du lieu et sa beauté. Aussi choisit-elle de s'éloigner, et de se glisser, au coeur de la foule, dans l'immense ville d'Al-Chen.
Surprise. Elle n'avait connu que Al-Far...Al-Chen était si différente. Une grande dame lorsque Al-Far n'était qu'une petite bourgeoise. Une ville plus petite que celle de ses maraudes, mais combien différente...forte, majestueuse, imposante...et bienveillante. Rilend redevint vite le Chat de Maraude, se glissa dans la foule, sans ravir la moindre bourse cependant, et grimpa sur un toit aux reflets rouges. Elle suivit dès lors son propre chemin, celui des voleurs et des rôdeurs de toute espèce, si différent de celui des gens "biens". Pour toujours elle appartenait à cette catégorie. Celui qui a gambadé sur les toits, senti la liberté fugace d'un coucher de soleil, rêvé en regardant l'horizon du haut d'un palais interdit, eu faim et eu froid dans des rues inhospitalières qui pourtant étaient siennes, ravi des bourses et du pain, celui qui a attiré la pitié ou la réprobation des braves gens devant "ces voyous", celui qui a connu l'entraide et les rivalités de la rue, qui a approché la nature humaine de très près, et redécouvert l'animal prêt à lutter pour une pièce de viande sous l'homme civilisé, ne l'oublie jamais. Pour toujours elle était le Chat de Maraude, la petite voleuse d'Al-Far.
Se laissant glisser d'un geste souple d'un autre toits, aux reflets d'azur celui-là, Rilend avisa une enseigne de bois, discrète, où l'on voyait un cétacé dressé au-dessus des flots et proclamant "A la Dame de Saphir". Rilend s'y glissa, l'endroit était paisible et silencieux, calme et doux. Accueillant. Bien des tables étaient prises et pourtant le volume sonore n'atteignait pas celui d'une taverne d'Al-Far un jour de très faible influence...comme si les clients avaient tous voulu respecter le besoin de calme des autres.
Remarquant une table presque vide, où une seule personne s'était assise. Regardant mieux, Rilend la reconnut.
Une aurore. La Pluie, qui tombe en gouttes serrées du ciel rosé. Course effrénée dans les arbres. Deux silhouettes dans une clairière...un cheval et deux femmes.
L'une des deux silhouettes était là. Rilend se glissa jusqu'à elle et s'assit à sa table, avant de lever les yeux vers la jeune femme et de lui adresser, non pas un sourire, mais un rapide regard. Fugace comme l'ablette qui file sous les eaux. Clair comme un ciel d'été. Fulgurant.
Commande une assiette de siffleur. La bourse, la dernière qu'elle ait volé à Al-Far, surgit de sa poche comme par enchantement. Souvenirs...époque désormais révolue. Elle ne manquait de rien, et elle avait même trouvé quelqu'un comme elle. A demi fauve.
Était-elle encore seule?
L'assiette sonna sur la table, et Rilend leva les yeux vers son vis-à-vis. Pas de sourire. Simplement un clignement d'yeux. Intentions pacifiques en langage félin.

__________________________________________

*Parce que la panthère en toi peut être apprivoisée
Parce que le plus grand des trésors est la liberté.*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rencontre [PV Rilend]   Mer 22 Juil 2009, 15:53

Strange meeting...


Iris qui se baladent, qui lisent. Lisent le temps, et les gens. Bois offrant, dans cette auberge, son histoire. Histoire d'une vie, histoire de vies, histoires d'envie. Mains qui passent, forgent sa personnalité, forgent son caractère, le vieillissent. Un cadre, çà et là, une autre histoire. Si différente. Tellement similaire. Une chaise, une intonation, quelques murmures pleins de sens, vides d'amertume. Comme une prière dans l'infini étale des cieux, dans un coin du firmament. Comme une histoire à raconter au coin du feu, espoir tangible dans un monde de noir et de tristesse. Nouvelle danse, nouvel apprentissage, et se laisser bercer par la voix du sage. Paroles insensées, honomatopées douces et vibrantes, la nuit est longue, au coin du feu.

Un silence, comme une plume, est installé dans la petite auberge. Conversation ténues, et douces. L'extérieur, agressif, laisse des traces indélébiles sur le caractère. Le silence n'y existe pas, n'est qu'une utopie, un souhait irréalisable. Apprend à être, apprendre à comprendre, apprend à faire. Une intonation bien placée, un changement de volume, et quelques vocalises. Histoire d'une vie, apprendre à vivre. A survivre. Il n'y a que survie dans un monde pareil.

E quando non comprendi...

Samouraï. Respect du silence, de la Nature, de l'environnement. Apprentissage de cet environnement, et de son utilité. Apprentissage de l'apprentissage lui-même, d'une nouvelle source de vie. S'y confond, l'utilise, s'y fond et s'y meure. Apprentissage du corps, de l'esprit, de tout. Arts martiaux et art spirituel, tout se mélange, pour former la plus puissante des armes : le guerrier libéré des chaînes d'une société. Suivant ses propres lois de bienfaisance, suivant ses propres convictions, de quelque domaine que ce soit. Décide de se sauver, de grandir seul. Seule. De construire sa Voie à elle, et à personne d'autre. Vivre, et non survivre, c'était son nindô.

Geisha. Respect de soi, des autres, de la vie et de l'envie. Apprentissage, nouveau, encore. Se prend au jeu pour avancer, pour reculer, pour faire son propre chemin. Kyu Samaï. Seule, parmis toutes ces autres femmes. Jeunes femmes. Jeunes filles. Aux rêves idylliques et irréels, aux envies exaltiques et pourtant irrationelles. Elle y avait une place. Ou plutôt, cela avait sa place en elle, aussi. Elle n'avait sa place nulle part ailleurs qu'en elle-même. Juste elle. Peut-être autre chose, mais si un défilé pointait le bout de son nez, elle ne s'y était pas totalement engagée. Fracture des mondes...

I still love you...

Connaissance, s'asseoit en face d'elle, commande à manger. Sans sourire, juste avec les yeux. Sourire, doux et compréhensif, calme et serein. Toujours posée, Kyu ne dit rien, et attend son plat à elle aussi. Mille saveurs s'entrechoquent dans sa bouche, mille douceurs et mille épices. Un régal. Pupilles rosâtres qui se posent sur un ciel d'orage, sourient à leur tour. Elle ne connait pas son nom. Elle ne connait pas son nom. C'était totalement réciproque... Lèvres qui s'entrouvrent, sans appel de nourriture. Voix calme et sereine, comme celle d'un vieux sage. Voix gaie et aigüe, comme celle d'une petite fille...

" Je suis Kyu "




Revenir en haut Aller en bas
Rilend Ansakh
Admin
avatar

Nombre de messages : 722
Citation : ...
Date d'inscription : 18/03/2009

Feuille de personnage
Age: 34 ans
Greffe: Absorption des coups
Signe particulier: Sa dague fétiche, Talisman. Bien dissimulée sous les cheveux, une cicatrice à l'arrière du crâne suite à une commotion cérébrale. Un pendentif rond, en nacre. Elle se transforme en Panthère noire.

MessageSujet: Re: Rencontre [PV Rilend]   Mer 22 Juil 2009, 19:16

...In a strange place.

Odeurs. Qui s'élèvent des plats posés devant elles. Qui s'élèvent d'elles-même, odeurs végétales, nature. Qui s'élèvent des hommes, transpiration, poussière, musc. Odeurs qui flottent dans la salle, senteur du feu de bois, légères vapeurs d'alcool, odeur si familière et étrange des vieux endroits. Chaque odeur en dit si long...Celui-ci a travaillé dans une écurie, celui-là doit être un menuisier. Celui-là à travaillé dur et transpiré, celui-ci sent plutôt le parfum comme les gens aisés...qu'une odeur peut en apprendre à celui qui sait la lire!
Bruits. Le silence parfait n'existe pas...et c'est tant mieux. Le froufrou des feuilles, le roulement de l'orage au loin, le ronronnement qui vibre sous une robe de velours, le pas furtif d'un prédateur, le chant variable du vent...autant de sons qui sont partie intégrante de la nature. Autant de bruits qu'on aime entendre et écouter, avec plaisir. Mais les mots, les cris, les chuintements de lames s'enfonçant dans un corps, les sifflements de fouet...mieux vaut le silence que ces bruits-là. Mieux vaut le silence que les mots. Un silence dit tout...un silence est riche de sens, un sens dont sont vidés ces mots, utilisés hors de leur contexte ou à outrance. Bruits, paroles, rires gras ou distingués, claquements de bottes ou de chaussures plates, froufrous de soie ou de bure...

Bruits de pas à l'extérieur. Ronde? Voleur? Promeneur?
Rôdeur...cette silhouette narquoise qui bondit de toit en toit, cette main agile qui crochète une bourse, ces imprécations des gardes furieux de voir leur proie s'enfuir, ces chuintements de poignards qui signent des accords tacites entre tous les protagoniste de cette vaste histoire qu'est la vie de la rue. Rôdeur, qui rime avec voleur. Qui rime parfois avec tueur. Mais parfois aussi...avec honneur. Rôdeur. Incompréhension entre ceux qui se complaisent dans leur pouvoir et ceux qui ne rêvent de d'évasion. Entre ceux qui regardent devant eux et ceux qui regardent vers le haut. Entre ceux qui désirent la puissance et ceux qui rêvent de liberté.
Elle en était, Rilend, de ces silhouettes silencieuses et furtives, ces ombres redoutées et décriées, qui fuyaient sur les toits sans un bruit, une série de gardes clinquants lancés à leur poursuite.

Je suis Kyu.

Est-on un simple mot? Oui...rien n'est plus important qu'un nom. Le premier mot qu'entend l'enfant qui vient au monde, le dernier qu'entendra l'être dont la vie s'enfuit. Un enchaînement de sons lié à tous les événements d'une existence. Un mot qui devient le pire de tous, ou le plus beau du monde, selon la personne qui le prononce et sa façon de le prononcer.
On est un simple mot.
Mais on peut en être plusieurs.
Rilend répondit simplement, d'une voix calme. Ondulante comme la brise. Féline comme le murmure d'un fauve. Ronronnement et feulement mêlés:

"Pour les voleurs d'Al-Far et les gardes, je suis le Chat de Maraude ou la Panthère Noire. Pour les inconnus, je suis Astyr. Et pour moi et mes connaissances, je suis Rilend."

__________________________________________

*Parce que la panthère en toi peut être apprivoisée
Parce que le plus grand des trésors est la liberté.*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rencontre [PV Rilend]   Dim 26 Juil 2009, 18:29

Some pleasure, some problem...


Hochement de tête, tandis que l'inconnue, la connaissance, répond. Mots enchaînés, comme autant de mors et de chaînes. Mots, libérés, comme le vent dans les feuilles et la vie dans le monde. Mots, et mot. Décomposition d'une phrase, à chaque mot son intonation, à chaque intonation sa signification, à chaque signification son interprétation. Imterprétations changeantes, jamais objectives, jamais tout à fait subjectives non plus, fondées sur le vécu et l'appartenance, fondée sur une éducation reçue et dispensée.

Un nouveau sourire accordé à cette connaissance. Un jour de pluie, où l'envie et l'entraînement s'aimaient, où le tout comportait la partie et où la partie compromettait pourtant le tout. Calme et sérénité, joie de vivre, d'avancer, sur sa Voie à elle. Marchombre ? Elle ne sait pas. Pas encore. Le tout commence, après tout. Un pas, puis deux. Déjà se trouver à son orée, ce dont elle n'est même pas sûre. Harmonie et Sérénité, avec la Sagesse et la Grâce. Elle est tout cela à la fois, et pourtant tout l'opposé de cela. Double-jeu, double-vie, double-sens.

I hope you understand...

Rilend. Mot aux consonnaces tendues, au consonnances ronronnantes, aux consonnances sans douceur et pourtant lisses. Kyu sourit, encore une fois. Se laisse bercer par ces paroles, qui résonnent encore en elle comme une sentence, comme un glas, qui n'en sont pourtant pas. Juste quelques mots, comme si une barrière était là, sans pour autant être aussi présente et dissuasive qu'elle l'aurait voulu. Une maine blanche se pose sur une autre, sur cette table d'auberge. Confiance, peut-être aveuglement. Envie de parler, un peu. Elle qui pourtant n'est pas bavarde du tout et préfère le silence. Et vénère le silence, surtout...

" Iwanu ga hana "
" Les mots qu'on n'a pas prononcés sont les fleurs du Silence..."

" Voudrais-tu m'accorder un peu de tes connaissances ? "


Sourire, avec les lèvres, avec les yeux. Sourire sincère, sans anicroche, sans arrière pensée. Kyu ne donne rien, Kyu n'enlève rien. Elle ne fait que passer, saisit pour apprendre ce qui passe à sa portée, apprend du manque des choses, et de leur désignation. La Vie n'est qu'un enchaînement de faits divers, elle sait les saisir et en tirer des leçons, en tirer profit. Ce fut dans son éducation qu'on a pu lui inculquer cela. Un sourire ne coûte rien, n'enlève rien, peut seulement apporter un peu de bonheur, de plaisir. Pour celui à qui il est adressé, et pour celui qui le formule...


Revenir en haut Aller en bas
Rilend Ansakh
Admin
avatar

Nombre de messages : 722
Citation : ...
Date d'inscription : 18/03/2009

Feuille de personnage
Age: 34 ans
Greffe: Absorption des coups
Signe particulier: Sa dague fétiche, Talisman. Bien dissimulée sous les cheveux, une cicatrice à l'arrière du crâne suite à une commotion cérébrale. Un pendentif rond, en nacre. Elle se transforme en Panthère noire.

MessageSujet: Re: Rencontre [PV Rilend]   Mer 26 Aoû 2009, 16:53

...But What Problem?

Une série de noms, comme une série d'identités. De masques qui tombent, l'un après l'autre. Une série de reflets d'un même joyau, de points de vue sur une même scène. Quatre noms, quatre facettes d'une personnalité mouvante, quatre aspects différents pour chacun. Quatre costumes, quatre jeux d'acteur. Quatre barrières, protections contre les agressions. Quatre armes. Quatre noms.

Chat de Maraude.
L'intrépide voleuse qui file dans les rues, l'oiseau des toits, la rôdeuse des ruelles. La main qui jaillit pour happer une bourse. La silhouette fine qui bondit de tuile en tuile, de poutre en fil, en un mouvement incessant, une course haletante, se riant des cris et des imprécations. Le chat sauvage qui défie les gardes, joue avec les hommes de l'empire. Joue à un jeu où elle gagne. Sans cesse. Immuablement. Un jeu dangereux, un jeu sans cesse renouvelé. Provocation. Course. L'ombre dans les rues sombres. Le poignard dans la nuit. Le funambule sur le fil, au-dessus d'une rue.

Panthère Noire.
Le fauve qui vit en elle. L'animal qui rugit au creux de son coeur. La fourrure noire, les crocs ivoire, les griffes tranchantes, les prunelles verticales dissimulés sous sa peau blanche, ses dents humaines, ses ongles courts et ses yeux gris. Sa part animale, sa moitié féline, qu'on devine dans sa démarche souple, dans ses bonds puissants et son absence de vertige. Qu'on devine dans son attrait pour la liberté et sa soif d'indépendance. Le fauve qui partage sa vie et dont la flamme brûle dans un coeur et des yeux de femme.

Astyr.
Sa petite soeur, comme une étincelle. Si fugace...sitôt allumée, la flamme de sa vie s'éteignit. Sa petite soeur, gazouillis d'enfants, sourire sur une bouche édentée et dans des yeux captivants. Peau si fine et fragile, douce comme celle d'un petit abricot. Un éclair dans un ciel noir. Astyr, la soeur qu'elle avait été, la petite fille, la femme qu'elle aurait pu être sans la mort. Si vite partie...enfuie, comme un papillon au gré du vent. Éphémère. Les souvenirs et les regrets, les rancunes et les chagrins. La conscience du caractère inéluctable et définitif de la mort. Astyr. Un nom, porté comme un ornement. Une façon de se souvenir. Une façon pour elle de continuer à vivre.

Rilend.
L'apprentie marchombre, la jeune fille affamée, épuisée, blessé et malade, un soir dans les rues d'Al-Far, qu'une marchombre muette sauve de cette vie si oppressante. L'oiseau qui, voyant les portes de sa cage enfin ouvertes, s'envole le coeur battant. Mais qui n'a jamais appris à voler et oscille, ballotté par les courants. L'oiseau qui en suit un autre, plus grand, plus fort, plus expérimenté, tout droit devant. Vers le ciel infini. Le soleil. Et la nuit. Vers les étoiles et les nuages qui tracent une voie, une voie que maintenant elle discerne clairement, grâce à la marchombre muette, grâce à ce grand oiseau qui la guide.
La Voie du Marchombre.

Une main sur celle de Rilend. Des mots. Tellement vrais, tellement justes...les fleurs du Silence. Laissez les fleurs pousser...pourquoi prononcer des mots inutiles? Laissez les fleurs vivre, au lieu de les tuer, comme la parole tue le silence.
Défiance, méfiance devenue habitude, qui disparaît, tout doucement, sous le contact d'une main aussi claire que la sienne. Sourire en face de Rilend, elle sourit, avec ses yeux, avec sa bouche, avec son coeur. Sincérité.
Accorder ses connaissances...mais que connaît, que cette femme ne connaisse pas?
Mais tant de choses...la beauté d'un loup en chasse, la joie intense de hurler à la lune avec lui, la forêt sublime et que la nuit drape de mystère, la panthère qui vit en elle et lui donne une part de fauve, les acrobaties sur les toits d'Al-Far...
Apprendre n'a de sens que si c'est pour enseigner.
Mais qui a dit cela? Rilend n'en sait rien. Elle n'en sait rien du tout, elle a oublié, sans doutes. Pourtant, elle sait que c'est vrai. Enseigner, apprendre. Apprendre, enseigner. Quelle jolie ambiguïté des mots...La jeune femme laisse sa main, rend son sourire. A travers ses yeux anthracite.

"Bien sûr."

__________________________________________

*Parce que la panthère en toi peut être apprivoisée
Parce que le plus grand des trésors est la liberté.*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Rencontre [PV Rilend]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Al-Chen-
Sauter vers: