AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Certains membres prennent un an !

Pour voir si votre personnage est concerné,
merci de consulter ce sujet !

Si d'ici deux semaines, vous n'avez pas ajouté l'année à votre personnage,
vous serez sorti de votre groupe.
Si d'ici un mois cela n'est toujours pas fait, cela sera un avertissement !

Partagez | 
 

 Envol [Pv Ange]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Envol [Pv Ange]   Sam 27 Nov 2010, 18:23

La nuit était tombée sur Al-Jeit. Les lumières s'éteignaient peu à peu, dans les maisons des gens honnêtes. Certaines rues se vidaient et seul le souffle du vent se glissait dans la pénombre des places déserte. Quelques ivrognes brisaient parfois les chaines du beau monde, pour se couler nonchalamment la ou personne n'osaient s'aventurer. Personne, sauf Elle. Parce qu'elle n'avait pas de limites. Elle vagabondait, de ci, de la, illuminant les alentours de cette aura de lumière, qui l'entourait. Elle était l'incarnation même du soleil, sur terre. Sa peau d'ébène, d'une teinte unique et magnifique, contrastait avec ses cheveux d'or, qui lui tombaient jusque sous les fesses. Ses grands yeux ambrés sondaient la nuit, donnant l'impression de ne rien laisser échapper...

Elle marchait, sans but précis, un léger sourire éclairant son visage serein. Elle était si sûre d'elle. Qui aurait cru, que l'après midi même, elle s'était envolée, pleine de doutes, alors qu'à l'horizon, disparaissait une créature mystérieuse et des plus maléfique. Des plus magnifique, aussi... Rubis. Son maître. Non, il n'y avait plus de doutes possible. Elle était mercenaire. Envoleuse. Chasseuse de marchombres. Tueuse de marchombres. Elle s'arrêta à un coin de rue plus agité que le reste de la ville. Un homme vomissait ses tripes, penché au dessus d'une plaque d'égout, les mains pressés sur le ventre. Elle lui adressa un regard méprisant. Le brouhaha qui s'échappait de l'auberge était infernale. Mais le bruit ne l'a dérangeait pas... Surtout lorsqu'elle se sentait si seule. Trop seule. Elle avança vers la porte, qu'elle poussa. Aussitôt, une odeur de chaussettes mal lavé et d'alcool vint lui chatouiller le nez, l'emportant quelques années auparavant, dans un souvenir qu'elle avait cru oublié.


*

- Cours, Nyssie ! T'arrêtes pas !

Courir. Courir. Toujours courir. Fuir. Encore et encore... Sauf que cette fois, c'était différent. Cette fois, elle courrait pour sauver ses cheveux. Sa peau. Ses yeux. Il existait des gens, qui collectionaient les belles choses venant du corps humain. Elle le découvrait tout juste. Elle n'avait pourtant que huit ans...

Elle trébucha. S'étala de tout son long sur le pavé froid et humide. S'en était finit d'elle. C'était triste de mourir si jeune. Elle hurla. Son dernier cri. Son dernier espoir.

- Liroooo !


C'était bête comme cri. S'il revenait sur ses pas, à cause d'elle, c'était un condamnation à mort. On aurait pu se dire que c'était pas grave, puisqu'ils n'avaient pas peur de la mort. Mais leur plus grande angoisse était de mourir faible. Ou de voir l'autre, mourir en faible... Souffrir.

Le jeune homme fit volte face. Il revint vers elle. Un pas. Deux... Trois pas. Sa main agrippa celle de sa soeur. L'impact aurait lieu d'ici quelques secondes. Les hommes seraient la. Alors, Liro ouvrit la porte de cette infâme auberge sans réputations... Il propulsa la fillette à l'intérieur, entra et ferma la porte derrière eux.

- Cache toi. Ils croiront que tu es avec moi.

Elle se glissa sous une table, sans même que les ivrognes ne s'en rendent compte. La porte s'ouvrit alors à la volée. Les hommes se ruèrent à l'intérieur et vers les escaliers que Liro venait d'empreinter, pour monter vers les chambres. Ils ne réagirent pas aux vocifération du maître des lieux...

Plusieurs secondes s'écoulèrent. Plusieurs minutes... Plusieurs heures, dans cet air nauséabond presque insupportable. Puis, Liro revint. Il était toujours revenu. Ce n'était surement pas ce jour la que tout allait changer... Et pourtant, elle en avait douter.

*

La jeune femme se glissa à entre les tables. Une main se tendit sur son passage. Elle l'intercepta au poignet, tourna sur elle même. La main de l'ivrogne, brisé, retomba sur la table, sans que l'homme ne dit quoi que ce soit... La douleur l'atteindrait plus tard. Lorsqu'il serait enfin purifié de tout l'alcool qu'il avait avalé.

Elle s'approcha d'une table un peu à part, sur lequel dormait un homme, bien amoché. Elle l'attrapa par la manche de son pull et le fit glisser sur le sol. Puis, elle prit place à la table.

Elle aimait les endroits mal famés.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Envol [Pv Ange]   Sam 27 Nov 2010, 23:46

Les yeux fermés, allongée sur son lit, Ange rêvait.

******


Non tu ne rêves pas jeune apprentie.

Le sourire amusé du Maitre ne trouble en rien la demoiselle, trop absorbée par ces merveilles pour relever la moquerie qui flottait sur les lèvres de l'homme.
Elle aurait pu passer des heures la tête tournée vers le ciel, à contempler cette Arche qui brillait de mille feux. Ce dessin éternel, elle en avait entendu parler. C'était un mythe parmi les mythes pour les gens de la campagne. Un cadeau fait par les Dessinateurs à la capitale de Gwendalavir., et que nul autre endroit n'aurait l'honneur d'arborer. Une telle magnificence était à couper le souffle.
A casser le cou aussi.

Si tu avance aussi vite, nous allons devoir dormir ici …


Ange détourne les yeux avec un immense soupir et grimace, une vive douleur dans le cou. Contempler pareille splendeur n'était pas sans danger.

Puis elle se lance à la suite de son Maitre. Pour s'arrêter de nouveau, scotchée par des nouvelles merveilles. Les rues, les gens, les animaux, tout semble parfait, coloré. Des nobles aux habits onéreux se pavanent sur la place d'un marché où des marchands vendent milles choses et où des troubadours font valser des ours, singes et autres bêtes sauvages.
Là, à l'entrée de cette ville, Ange redevient une fillette, les yeux ouverts au maximum pour saisir le plus de choses possibles. Son regard s'attarde sur les stores de bijoux, envie cet homme qui essaye différents sabres, observe ces trois bonnes femmes qui commèrent à grand renfort de rire, mange des yeux ces gateaux aux mures que se disputent deux gamins, vole avec le perroquet d'un forain, ne sait où se fixer parmi tout ces éléments nouveaux.
Il y a peine trois semaines, elle était une fermière, liée à un avenir dur, mais heureux. Depuis deux semaines, elle est apprentie. Pas officiellement car son Maitre ne l'est pas vraiment et lui sert plus de guide pour le moment. Ce Maitre qui, au fond, est la chose sur laquelle revient toujours le regard d'Ange. Comment peut-on évoluer si facilement une cohue pareille? D'accord, c'était un voyageur et il avait déjà croisé des villes bondées, alors qu'elle n'avait jamais connu que des petits villages où le plus grand évènement réunissait au maximum 200 personnes … mais tout de même… la magie qui l'habitait était de loin plus extraordinaire que celle qui avait formé l'Arche. La beauté de son être était infiniment au dessus de celle de ces perroquets de ville qu'étaient les bourgeois et nobles.
Marchombre.
Fluidité.
Harmonie.
Equilibre.
Ces mots résonnaient en lui plus fortement que tout le reste. Il ne lui avait offert que le premier, mais grâce à sa présence, elle arrivait à en faire découler bien d'autres.

Très vite, les yeux d'Ange font une overdose de magnificence et viennent se reposer sur le dos de son Maitre. Il contraste avec la foule dans ses habits sombres et sobres, mais pour elle, il est un havre de paix au milieu de ce monde inconnu. Un repère qu'elle ne veut pas quitter.

*****

Lève-toi jeune apprentie.


Ange ne se le fit pas dire deux fois et quitta la paillasse sur laquelle elle était allongée. Debout, face à elle se tenait son Maitre, l'air contrarié.

Je dois te quitter pour la soirée. Libre à toi de faire ce que tu veux, mais méfie toi de la ville. Un marchombre est libre, mais je te rappelle que tu n'es encore qu'une apprentie et que certain recoins d'Al-Jeit pourraient se transformer en coupe-gorge si tu t'y aventure.

Est-ce que je peux …

Non.

"Venir avec vous" resta dans la gorge d'Ange. Ce non ne souffrait aucune protestation. Elle baissa les yeux, extrêmement déçue par ce refus. D'accord elle n'était pas son apprentie depuis longtemps mais tout de même… pour leur première soirée dans Al-Jeit, il aurait pu la lui faire découvrir de nuit…

Le Maitre Marchombre tourna les talons, ne rajoutant aucun mot. Il aurait voulu murmurer un "désolé", mais les affaires qu'il avait à régler étaient plus que pressantes et ne pouvaient inclure la présence de la jeune femme. Si elle suivait sa Voie, peut-être pourrait il lui raconter ce pour quoi il était parti ce soir là. Mais les soucis de la Guilde étaient encore trop lourd pour être supportés par cette frêle apprentie encore blessée par la perte de sa famille.
Alors il se contenta de partir, se glissant dans l'ombre du couloir, comme un chat noir disparait dans l'ombre de la nuit, invisible même sous le regard de la lune.

Ange était seule. Vexée. Enervée. Vivant ce départ d'une nuit comme l'abandon le plus entier. Il n'avait pas le droit de lui faire ça.

Le bout de femme se leva, attrapa lestement sa cape, glissa une dague et son fourreau à sa ceinture, même si elle ne s'en servirait pas.

******

La nuit était froide, faisant apparaitre de la buée quand l'apprentie soufflait. Ses mains, glissées dans ses poches, tremblotaient, rêvant de l'auberge douillette qu'Ange avait quittée peu avant.
Elle avançait à l'aveuglette, déjà perdue alors qu'elle ne marchait que depuis dix minutes. Sous ses pieds, les dalles qui avaient été lisses et régulières se transformaient en pavés troués où les pas de la demoiselle se perdaient, incertains. Puis vint le sol boueux, et avec lui la puanteur des bas quartiers. Ainsi Al-Jeit n'était pas si belle et pur qu'elle paraissait … à la fois transi par la peur et attirée par une curiosité malsaine, Ange ne recula pas. Elle avait découvert un bel aspect de la ville, et son Maitre lui avait déconseillé d'aller voir le mauvais. Ce même Maitre qui l'avait déçu et qu'elle voulait défier.
Folle qu'elle était.

******

Au détour d'une ruelle, Ange aperçut un soleil et due cligner des yeux pour s'assurer qu'elle ne rêvait pas. Chevelure lumineuse descendant en cascade sur des hanches fines, une femme avançait avec assurance dans les méandres des bas quartiers. Sa démarche avait quelque chose du félin Marchombre, mais son appartenance à cette Guilde ne pouvait être validée par de simples apparences.
Attirée par cette apparition, comme une abeille attirée par une fleur, Ange entreprit de suivre l'inconnue. Celle-ci traçait son chemin, inconsciente des regards vicieux que lui lançaient les ivrognes qui jonchaient le sol. Pour se balader de cette manière, à une heure pareille, elle était soit folle, soit forte, soit prédatrice. Et avec une beauté pareille, elle pouvait bien être les trois…

Puis la jeune femme se glissa dans une auberge dont sortait un vacarme assourdissant. Cet endroit avait-il déjà connut la paix? Peut-être aux alentours du matin, quand les hommes qui trainaient là décuvaient et préparaient leur foie à une nouvelle journée de débauche.
Le fait est que, malgré la répulsion que l'apprentie éprouvait pour cet endroit qui puait la chaussette moisie, le vomi, la crasse et tout ce qui va avec, elle entra à la suite de la blonde. Celle-ci était justement en train de tordre négligemment le poignet d'un malheureux qui avait voulu caresser ses formes. Ange n'aimait pas le sang, mais cette douleur qui devait désormais couler dans le bras de l'homme lui tira un léger sourire. Ce soir, elle n'était pas la douce marchombre que de jour elle voulait être. Ce soir, l'énervement et la rancune coulaient dans ses veines, poison qui pouvait la pousser à n'importe quoi.

Prise d'un regain d'assurance, Ange s'avança d'une démarche sure vers la table que la top-modèle avait gentiment débarrassée du parasite qui la possédait peu avant. Sans demander la permission ou être invitée, elle s'installa sur une chaise et fixa l'inconnue.

"Combien pour une nuit?"

Cette phrase allait surement lui valoir un bras tordu comme l'ivrogne, ou pire, mais malgré cela, Ange ne put s'empêcher de la laisser sortir. Ca n'avait aucun sens, juste l'envie de titiller la beauté. Une fois son bras cassé, peut-être aurait elle le courage de demander à l'autre d'où elle tirait sa force et son courage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Envol [Pv Ange]   Dim 28 Nov 2010, 12:23

[ J'aime beaucoup ton rp Wink ]


La fille qui s'avançait doucement entre les tables n'avait rien de différent. Rien de différent, et pourtant, ce n'était pas le genre de personne qui se démenait ainsi dans une auberge aussi malsaine. Elle n'avait rien de marchombre. Rien de chaotique. Elle était simplement belle dans un endroit trop dangereux pour l'être. La jeune femme eu un regard méprisant pour cette fille qui ne se méfiait aucunement des regards que lui lançaient les hommes, lorsqu'elle passait à leur portée. Ses cheveux cendrés lui tombaient sur les épaules, fins, soyeux, brillant sous la vieille lampe qui menaçait de tomber du plafond. La jeune fille riva ses yeux océans sur le visage de Jennyssie. Elles durent se regarder une demi seconde de trop. Assez pour que la jeune envoleuse sache qu'elle ne l'apprécierait pas. Et, effectivement, comme si cette fille n'était venue que pour la provoquer, elle lança une phrase meurtrissante.

"Combien pour une nuit?"

Jennyssie sourit. Ses pupilles s'agrandirent, mangeant l'ambre de ses grands yeux. C'était elle qui provoquait, habituellement. Et elle était peiné de voir que ce n'était pas seulement Sa spécialité. Elle resta un moment, à regarder... A penser. Et encore, à se souvenir.

*

ça va ?

Se retenir, pour ne pas paraitre faible. Se retenir. Se retenir.

Jenny, tu peux pleurer... Papa n'est pas la. Il n'en saura rien, c'est promi.

Elle ferma les yeux. Un gémissement s'échappa de ses lèvres fermés. Liro tendit ses bras. Ses grandes mains, puissante, caressèrent avec tendresse les cheveux blonds qui tombaient sur les épaules de sa soeur. Oui, il se rappelait bien de sa mère. Elle avait été si belle. Aussi belle que Jennyssie. Mais sa mère avait été protégé par un mercenaire accompli. Lui, n'était même pas encore apprenti. Mais il ferait tout pour la petite fille. C'était sa soeur. Il avait mal pour ce qu'elle vivait. Il avait mal quand elle pleurait. Il avait mal quand son père l'a qualifiait de faible. Parce qu'il savait que c'était faux. Elle était si imposante, dans sa beauté, dans toute son âme. Elle n'était pas spécialement gentille. Mais elle l'était avec lui.

Il l'attrapa par le bras et l'a tira de sous la table. Il referma ses bras autour de son petite corps d'enfant et, doucement, l'a berça. Elle avait mal. Elle avait peur. Elle avait chaud. Et elle était épuisée. Doucement, il l'a souleva du sol en murmurant à son oreille :

Tout va bien ma puce, ça va aller... On rentre. Ne pleur plus, ne pleur plus..

Il sortit dans l'air frais et agréable de la nuit. Il frissonna. La larmes de l'enfant mouillaient sa tunique et l'air froid le gelait. Mais il ne dit rien. Parce que la détresse de sa soeur, qui était devenue presque palpable, faisait bien plus mal que l'air sur l'eau.

Nyssie, quoi qu'il arrive, promet moi de ne jamais te laisser faire. De te battre jusqu'au bout, pour la vie et pour le bonheur. Ne te laisse jamais faire.

Il avait murmuré ça à la nuit, persuadé que la petite fille dormait déjà. Mais sa voix s'éleva, douce et tremblante :

- Je te le promet...

*

Oui, elle avait promit. Elle avait promit et une promesse marchait toujours. Même après la mort. Alors même si Liro avait malencontreusement périt, elle allait se défendre. En tant qu'envoleuse... Et non, elle allait faire bien plus que se défendre. Elle allait frapper. Parce que sa fierté n'était fondé que sur ses capacités d'envoleuses. Elle avança doucement la main vers la fille. Rapide et implacable, elle referma ses doigts sur son menton. Et lorsqu'elle parla, sa voix était grave. Rauque. Sadique.

- Tu devrais tourner sept fois ta langue dans ta bouche, Mon ange, avant de parler... Parce que je ne crois pas que tu sais à qui tu t'en prend...

Puis, elle lacha la jeune fille, se recula dans sa chaise. Elle garda les yeux fixés sur cette fille. Aussi courageuse qu'elle soit, elle était trop insouciante... Et sa provocation allait surement provoquer des dégâts dans son amour propre. Pauvre petit ange...

- Alors maintenant, tu vas gentiment quitter cette table et ravaler tes paroles, et moi, je promet de ne pas te faire de mal.


Sa voix était froide. Son regard était de glace, malgré cette couleur orangé. Elle ne souriait plus. Ses yeux lançaient des éclairs. Et malgré l'égayement qu'elle apportait à cette salle avec ses couleurs, à cet instant précis, elle ressemblait plus à un bloc de glace qui s'apprêtait à exploser d'un instant à un autre, en des milliers d'éclats, tous plus coupant les uns que les autres.

Un bloc de glace qui risquait d'exploser, quel que soit la réaction de la fille...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Envol [Pv Ange]   Dim 28 Nov 2010, 13:45

[Merci mais ça ne vaut pas les tiens...]

Les yeux de la belle blonde s'écarquillèrent, la phrase d'Ange ne devant pas souvent tomber de la bouche d'une jeune fille. Ses lèvres s'étirèrent en un fin sourire sadique, relevant surement la provocation contenue dans les mots de l'apprentie. Elle n'était pas si blonde que ça … à mieux y regarder, cette couleur avait tout d'un leurre pour les hommes, chez une femme dont la beauté avait quelque chose de cruelle.

Le silence se creusa et les traits de la prédatrice firent de même, semblant se souvenir de quelque chose qui ne présageait rien de bon quand au sort d'Ange. Qu'importait … c'était peut-être l'ambiance qui puait le désespoir et la débauche, ou alors c'était son mal être actuel, toujours est-il qu'elle se sentait l'esprit suicidaire. Et un suicide est bien plus drôle en se battant et se moquant qu'en se jetant du haut d'un toit n'est-ce pas?

Une main s'approcha du cou d'Ange. Un éclair de peur illumina ses yeux, car la mort par étranglement n'était pas des plus agréables. Elle se maitrisa vite, effaçant toute trace de couardise de son regard, se contentant de fier l'inconnue et ses yeux qui eux, dégageaient de vrais éclairs. Pas de la peur, juste de la rage.
Les doigts se refermèrent sur le menton de l'apprentie et non sur son cou, repoussant l'altercation qu'Ange cherchait malgré elle. Le geste avait été rapide et précis, prouvant la force de la blonde. L'apprentie ne fit rien pour chercher à retirer cette main, se contentant d'écouter le venin que l'autre lui lançait.

- Tu devrais tourner sept fois ta langue dans ta bouche, Mon ange, avant de parler... Parce que je ne crois pas que tu sais à qui tu t'en prend...

Sa voix laissait échapper des notes de sadisme et de haine qu'Ange trouvait mal controlée. Tout dans cet être, le son de sa voix, ses mots choisis, son attitude, aurait du faire fuir la demoiselle en temps normal. Le temps normal était loin derrière elle. Tout ce qu'elle risquait désormais dans sa vie, c'était de rejoindre les Anges en tant que morte et non vivante.
Alors elle ne broncha pas, laissant la Blonde croire qu'elle pouvait encore impressionner "son ange" comme elle avait nommé l'apprentie. Son ironie sur ce point là était parfaitement choisie, même si cela n'avait du être que pur hasard. C'était une expression qui exprimait la douceur d'une mère pour sa fille, mais qui ici exprimait la supériorité d'un humain sur un autre, et sa condescendance à le laisser vivre ou non.

Plus cet entretien avançait, plus Ange perdait l'admiration qu'elle avait eut en contemplant cette femme à l'assurance féline. Son mépris évoluait à mesure que celui de la blonde se montrait plus flagrant.
Aussi, quand l'inconnue sussurra un ordre, l'apprentie ne bougea pas d'un pouce, la défiant juste du regard.
Un temps passa.
Ange se leva.
Un autre temps passa.
Ses yeux ne quittant pas les yeux dorés.
Une merveille. Cette inconnue était un bijou jusqu'au fin fond de ses pupilles. Un bijou aurait du refléter la lumière, mais avec le recul, Ange la trouvait terne, comme usée par le temps. Un brin de pitié effleura son cœur, devant ce canon de beauté qu'elle ne voudrait jamais être.


"Non."

Dans sa voix, c'était celle de son Maitre qui perçait. Quelques heures avant, c'était lui qui prononçait ce mot fatidique, ne souffrant aucune protestation. Ce n'était pas grand-chose de répéter un mot, mais là, malgré sa désobéissance, Ange sentait sa force qui coulait en elle, prêt à la soutenir en cas de problèmes.


"Mais avant que tu ne me fasses "mal", j'aimerais savoir à qui je m'en prends, et confirmer que je ne bougerais pas d'ici."

Ultime provocation.
La blonde pouvait l'interpréter comme elle le voulait. Ange voulait juste savoir le nom de son bourreau.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Envol [Pv Ange]   Dim 28 Nov 2010, 14:35

La fille garda ses yeux rivés dans ceux de l'envoleuse. Puis, doucement, elle se leva, poussant un peu sa chaise, sans se faire entendre, dans tout ce brouhaha... Le maître des lieux les observait, de loin, présageant déjà une bonne bagarre. Mais Jennyssie le rassura d'un sourire, lui promettant du regard qu'elle serait propre et rapide, si jamais cette fille ne partait pas...

"Non."

Comment un simple mot pouvait comporter tant de puissance, alors que cette fille avait tout d'une petite peste vulnérable ? A l'évidence, elle n'était pas ce qu'elle semblait être. Mais alors, qui était elle ? Une dessinatrice trop sure d'elle ? Une provocatrice hors pair, qui n'avait aucune chance de battre Jennyssie et qui ne savait pas qu'il fallait toujours se méfier de ses ennemis et ne jamais les sous estimer ? La jeune envoleuse s'avança, laissant son visage s'approcher de quelques centimètre de celui de l'isolante provocatrice. De la suicidaire, aussi, aucun doute...

"Mais avant que tu ne me fasses "mal", j'aimerais savoir à qui je m'en prends, et confirmer que je ne bougerais pas d'ici."

Elle voulait savoir à qui elle s'en prenait ! Et bien elle faisait bien de poser la question. Elle s'en prenait à un mercenaire. Une envoleuse, tueuse de marchombre. Alors qu'elle n'était qu'une fillette, elle avait apprit à tuer. Elle y avait prit gout. En était devenue folle. Elle avait aimer écouter le dernier coup du battement du coeur. Elle aimait sentir le gout rouillé du sang qui s'écoulait en un long flot continu, d'un corps inerte. Et les gémissement. Les supplications...

- Tu veux savoir qui tu provoques ?

Elle rit, juste une seconde. Un rire sadique. Plus provocateur que les paroles...

- Je n'ai pas de nom à te donner. Ce serait comme d'offrir son prénom à une grenouille. Ce serait ridicule. Mais je vais te dire a qui tu t'en prend, parce que sincèrement, je pense qu'il te faudrait apprendre à te méfier un peu de ceux qui t'entoure. Je suis une envoleuse. Une tueuse de marchombres. Mais avant tout, je suis une tueuse. Sans particularité. J'ai tué des centaines de personnes alors que je n'étais qu'une enfant. Sans raison. Juste par passion. Tu souhaite toujours te frotter à moi ? Alors, bonne chance.


Tuer pour vivre. Tuer pour ne pas devenir folle. Tuer pour éviter d'assassiner ceux qu'elle aime. Elle avait tué son père. Elle n'avait pas hésité une seconde. Elle se leva. Pour se retrouver à la hauteur de la fille. Et alors, elle s'approcha, faisant le tour de la table, et alors, elle murmura à son oreille :

- Et toi, qui es tu ?

Le savait-elle ? Jennyssie s'était trouvé peu de temps auparavant. Alors, elle... Cette drôle de fille, trop insouciante... Savait-elle vraiment qui elle était ? Ou croyait-elle savoir ? En tout cas, elle semblait si naïve à la façon dont elle s'en était prise à la jeune envoleuse... Elle avait encore tant de choses à apprendre. Tant de choses à découvrir. Sa lui faisait presque de la peine de se rendre compte qu'elle allait tuer une jeune fille encore pleine de vie et avec un grand potentiel... Sans peur, aussi... Oui, elle se reconnaissait un tout petit peu en elle. Mais elle n'hésiterait pas. Jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Envol [Pv Ange]   Dim 28 Nov 2010, 18:07

Comme si la réponse à la question d'Ange avait pu se lire sur son visage, la blonde approcha sa tête de celle de l'apprentie. Celle-ci ne se laissa pas intimider et ne bougea pas d'un millimètre, supportant l'haleine de l'autre qui heureusement n'empestait pas l'alcool, sinon elle serait rapidement morte de suffocation. Cela n'aurait pas été drôle …
Soufflant chacun de ses mots à la figure d'Ange, la blonde sembla s'appliquer à appuyer chacun d'entre eux pour qu'ils aient plus d'impact que des mots murmurés à l'oreille. En effet, soulignés par une vague odeur de sang et de violence, la phrase prit un sens bien plus dur qu'elle n'aurait due.


- Tu veux savoir qui tu provoques ?

La blonde partit d'un rire infiniment sadique, comme si le moucheron qu'était Ange était le premier à oser s'inquiéter d'une chose pareille. La demoiselle n'en tint pas compte. Elle était unique, et si le fait d'avoir posé une telle question renforçait ce point, alors c'était encore mieux que prévu.

- Je n'ai pas de nom à te donner. Ce serait comme d'offrir son prénom à une grenouille. Ce serait ridicule. Mais je vais te dire a qui tu t'en prend, parce que sincèrement, je pense qu'il te faudrait apprendre à te méfier un peu de ceux qui t'entoure. Je suis une envoleuse. Une tueuse de marchombres. Mais avant tout, je suis une tueuse. Sans particularité. J'ai tué des centaines de personnes alors que je n'étais qu'une enfant. Sans raison. Juste par passion. Tu souhaite toujours te frotter à moi ? Alors, bonne chance.

Ange ne releva pas les paroles moqueuses de la Blonde, car des moqueries aussi plates ne pouvaient pas l'atteindre. Pas aujourd'hui en tout cas. Ce fut un autre nom qui retint son attention. Envoleuse? Elle n'avait jamais entendu ce nom… évidemment, si ce mot allait de pair avec "Marchombre", elle ne risquait pas d'en avoir eut connaissance avant… Ces choses là ne touchaient pas un aussi petit village que l'était le sien.
Aussi, elle ne mis aucun poids dans ce mot. Elle savait que si elle progressait plus loin sur la Voie, elle aurait surement à se méfier d'individu comme la blonde et surement à les éliminer sans plus de questions. Sauf qu'elle n'était encore qu'une apprentie, et encore c'était un bien grand mot.
De ce fait, elle ne cilla pas en entendant le nom de la Guilde, sauvant à coup sur bien des souffrances à son cas.

La demoiselle s'attarda juste vaguement sur le mot tueuse, car ce mot expliquait pour elle toutes ces choses qui échappaient de l'aura de son adversaire. Evidemment, il ne fallait pas s'attendre à rencontrer de gentils marchombres dans un coin aussi mal famé que celui-là… Dommage… ou peut-être pas … car si par miracle elle échappait vivante de cette histoire, elle aurait connu un des ennemis des marchombres.
Déjà fallait-il qu'elle en réchappe.

La blonde avait de nouveau bougé, se levant et approchant son corps de félin à coté de celui un peu rustre d'Ange. Ses lèvres se posèrent au bord de l'oreille de l'apprentie, susurrant la même question existentielle.


- Et toi, qui es tu ?


L'apprentie recula tranquillement d'un pas pour que l'Envoleuse puisse voir son sourire moqueur

"Tu l'as dit toi-même: je suis ton Ange. Peut-être pas gardien car tu n'as pas l'air d'en avoir besoin…."

Imitant la blonde peut avant, la demoiselle fit le tour de la table et vint occuper l'espace qui avait été celui de l'Envoleuse.

"J'aurais beaucoup aimé pouvoir me dire Envoleuse, Garde impériale, Dessinatrice ou encore Marchombre, mais aucun de ces titres ne m'appartient encore. Je suis simplement moi, en quête de vérité et d'un chemin à suivre. Si ce chemin est la mort, alors je l'accepte."

La dernière phrase d'Ange aurait pu signifier qu'elle était prête à suivre la voie de tueur ou Envoleur, mais étant hautement hémophobe, elle doutait que cela ne puisse jamais lui plaire. Au contraire, elle signifiait plus que s'il plaisait à la blonde d'écourter sa vie, elle était consciente de cette possibilité et l'acceptait. Libre était l'Envoleuse d'y voir le sens qui lui plaisait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Envol [Pv Ange]   Mar 30 Nov 2010, 21:27

La fille ne bougeait pas, comme pour prouver son courage et mettre à l'épreuve sa fierté. Elle ne semblait pas avoir peur, mais elle n'avait aucun mal à dresser un mur entre ses pensées et elle. Elle était à la fois présente et si lointaine. L'envoleuse aurait tant voulu l'a prendre par les épaules et l'a secouer pour qu'elle se réveille, qu'elle prenne conscience de ce qui l’entourait. Mais la fille s'était cru plus maligne. Plus intelligente. Elle n'en paraissait que plus naïve... A rester la, pantelante, figée, elle semblait juste moins sure d'elle. Plus petite. Et pourtant, sa taille dépassait de loin, celle de la jeune envoleuse. Mais Jennyssie avait toujours été ainsi. Imposante par sa beauté, son assurance, imposante par son talent et son regard. Si elle avait un dont, dont elle ne se servait que très peu, c'était celui de poser des questions et d'obtenir les réponses, par la simple pression de son regard. Parce qu'elle faisait peur. Pas autant que Rubis. Dans tous les domaines, son maître était bien plus loin qu'elle. Personne ne dépassait la créature. Ni par la force, ni par la finesse. Rubis n'était pas seulement une envoleuse. Elle était aussi une prédatrice.

" Soit la prédatrice. Toujours. Jamais la proie. "

Les paroles de son père avaient jaillit de ses pensées, de son esprit, de toute son âme. Mais il n'avait pas parlé. Il ne vivait plus en elle. Non, ces paroles étaient issues d'un souvenir. Celui de son premier cour, avec lui.

"Tu l'as dit toi-même: je suis ton Ange. Peut-être pas gardien car tu n'as pas l'air d'en avoir besoin…."

" Tout le monde t'appartiens, donc... N'en doute jamais. "

Un simple sourire qui traverse la fenêtre et atteint la lune. Rubis était la, quelque part... Et ce sourire envoyé à la lune lui était surement déjà parvenu.

"J'aurais beaucoup aimé pouvoir me dire Envoleuse, Garde impériale, Dessinatrice ou encore Marchombre, mais aucun de ces titres ne m'appartient encore. Je suis simplement moi, en quête de vérité et d'un chemin à suivre. Si ce chemin est la mort, alors je l'accepte."

L'envoleuse sonda la pièce du regard, puis, revint sur le visage de Son Ange. Si elle tuait rapidement la fille, elle n'aurait aucun mal à sortir. Mais cet endroit était bondé d'Ivrognes qui n'attendaient que ça : Une bagarre. Elle voulait prendre le temps de "déguster". Alors, elle sourit à la fille, et lorsqu'elle parla, sa voix était douce, tendre. Seul un mercenaire accomplit aurait pu déceler la menace qui se cachait derrière cette voix.

- Souviens toi de mon nom, petite ange... Il est même possible que tu connaissent déjà, alors, je t'invites à associer ce prénom à mon visage. Je me nomme Jennyssie Yerann. Il est possible que j'ai tué tes parents, ton frère, ta soeur, ton amie, ton amant... Sache que tu es la prochaine sur la liste, mais que je te laisserais peut-être la vie. Parce que tu as du potentiel et qu'il est possible qu'un jour, on te propose de choisir ta voie. Alors, j'espère que tu choisiras la bonne, parce que sinon, sois en sûre, on se reverra. Et cette fois-ci, tu n'auras aucune chance...

Une dernière caresse du regard, suivant les jolies courbes de l'ange et son regard océan. Ses lèvres fine, rose, sa poitrine, ses hanches... Elle semblait être plus agé que l'envoleuse, mais elles étaient surtout tellement différentes et avaient forcement eu une histoire toute aussi passionnante... Elles se défièrent un moment, du regard, puis, l'ancienne apprentie, entraînée par le dégoût que lui inspirait cette pièce, se laissa couler entre les tables, suivit des regards émerveillés des hommes, qui ne semblaient pas comprendre que la beauté était un piège des plus redoutable, dans lequel le plus intelligent et le plus brave des hommes, aurait pu tomber. Tant qu'il y avait des hommes, ce piège fonctionnerait. Elle sortit dans l'air pur et frais de la nuit et le chant du vent, tel une langue de vipère, glissa quelques mots à son oreilles...

"Sous l'arc de la voûte pendent,
par une subtile magie,
plusieurs fils de lampes étoilées
et d'étincelants falots
qui, nourris de naphte et d'asphalte,
répendent la lumière..."

Et, sachant que la fille n'abandonnerait pas, elle s'avança vers le milieu de la rue, reflétant la lumière de la lune et des étoiles, par tous les pores de sa peau...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Envol [Pv Ange]   Lun 06 Déc 2010, 20:20

Cette Envoleuse était juste merveilleuse. La regarder agir était un régal pour les yeux. La façon dont elle accentuait chaque mot pour lui donner la juste valeur, ou ce dédain sans crainte qui poussait son adversaire à l'énervement, ou tout autre sentiment qui poussait à la faute. Elle inspirait le mépris, mais cette assurance était quand même presque aussi attirante que celle du Marchombre. Si cette rencontre ne s'était pas si mal orientée, Ange lui aurait surement demandé de la guider vers ce sang-froid. Sauf que tout ça était mal parti et qu'elle s'était déjà choisi une Voie.

Après avoir rapidement survolé la pièce du regard, évaluant on-ne-savais-quoi, l'Envoleuse se retourna vers Ange, son attitude inchangée. Tout cela s'éternisait … l'apprentie ne pouvait se permettre de faire le premier pas, que ce soit vers le combat ou la fuite, et sa patience commençait à fondre devant cette blonde qui prenait un malin plaisir à savourer cette discussion.
L'être et le paraître. Deux notions qu'Ange rêvait de maitriser pleinement et dont elle mesurait l'ampleur de la différence. Elle était apprentie Marchombre, incertaine, perdue et folle. Elle devait cependant paraitre assurée, moqueuse et libre. Trop tard pour reculer, si elle avait le malheur de s'effondrer maintenant, l'Envoleuse ne lui ferait pas de cadeau. Au contraire si elle résistait … la blonde partirait? Ange n'y aurait pas pensé, même en rêve. Pourtant c'était ce qui se passait.

Abasourdie, l'apprentie resta plantée derrière sa table, regardant les mèches de cheveux blonds de cette jeune femme qui quittait l'établissement. Dans sa tête, elle repassa les mots de l'Envoleuse, y cherchant le message subliminal qu'elle y aurait laissé. Elle connaissait à peine cette jeune femme, mais il était parfaitement cohérent qu'elle eut peut faire quelque chose comme ça.
Pourtant, tout ce que retenait Ange, c'était cette voix si douce qui tranchait avec le reste de la conversation. Comme si Jennyssie avait voulue la mettre en confiance … pour mieux la tuer?

L'apprentie eut un petit sourire en coin en pensant à ce mauvais tour que venait de lui jouer l'Envoleuse. Elle voulait la laisser vivre dans une peur permanente? "Prochaine sur la liste", alors sa vie serait courte si l'Envoleuse était bien une tueuse à la "Liste" sans fin.


Quelques minutes passèrent avant qu'Ange remarqua les regards grivois que lui lançaient les ivrognes. Evidemment, il ne régnait plus aucune tension de ce coté ci de la taverne et cette jolie fille qui était désormais seule redevenait la proie qu'elle était à son entrée.
Dégout. A coté d'eux, la blonde n'était rien. Elle au moins avait un semblant de dignité, d'humanité malgré sa cruauté. Et contrairement à eux, il aurait été intolérable de lui fausser chemin. Ange se fit donc un plaisir de suivre une fois de plus l'Envoleuse, traversant la salle sans sembler se préoccuper de cette bande de trous alcooliques. Bienheureux était son village de ne pas avoir connu de plaie comme ces hommes …




A peine la porte fut-elle franchie qu'Ange découvrit un ange, un vrai, luisant au milieu de la rue, apparition irréelle, tout droit sortie de la lune. Etait-elle venue la chercher, remplaçant la noire Mort et sa faux ? C'était trop beau ... oui trop beau car suite à ce bref émerveillement, vint la surprise, mêlée de peur. Non … ça ne pouvait pas être elle … alors ses paroles réconfortantes étaient vraiment un leurre, un simple élément de torture en plus.

L'être avait pris le dessus sur le paraitre. Cet instant où son masque était tombé, c'était surement lui qu'avait recherché Jennyssie. C'était une faille qu'elle aurait tort de ne pas explorer. Ange ne lui laissa pas le temps de le faire.
Un sourire un peu tendu se glissa sur ses lèvres, brisé par un éclat de rire qui sonnait celui d'une personne dont les nerfs lâchent malgré elle.


"Moi qui croyait que j'allais pouvoir vivre assez longtemps pour t'affronter à forces égales! Qu'elle idiote j'ai été …"

L'apprentie toisa un moment l'Envoleuse, goutant à cet air gelé qu'elle ne sentirait bientôt plus sur sa peau nue. Puis son regard monta et se perdit dans la lune, maudissant cet astre qui prêtait sa beauté à un monstre comme Jennyssie. Elle tenta tout de même de puiser un peu de force dans les quelques rayons qui se désintéressaient de la beauté blonde, les priant en silence de lui donner de nouveau le courage aveugle qu'elle possédait dans la taverne. A croire que cet air pur lui rafraichissait l'esprit et ramenait sa raison, il y a peu embrumée par les vapeurs infectes de la taverne.

"Et maintenant? Toi que la lune semble tant aimer … me rayera tu enfin de ta "liste" ou puis je encore croire en tes dernières paroles?"

[Désolée par le temps de réponse. J'étais juste bluffée par ton Rp au début >< ... il est trop beau ! ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Envol [Pv Ange]   Mer 08 Déc 2010, 18:00

"Sous l'arc de la voûte pendent,
par une subtile magie,
plusieurs fils de lampes étoilées
et d'étincelants falots
qui, nourris de naphte et d'asphalte,
répendent la lumière..."

Le ciel était bleu. Bleu, jamais noir. C'était pour cette raison qu'elle n'avait jamais trouvé la nécessité d'en avoir peur. Peur du noir, peur de la nuit. C'était ridicule, puisque dans l'ombre, elle avait toujours trouvé une étoile, un morceau de lune, un brin de lumière, même dans les yeux d'un fauve et durant une nuit sans étoiles. Elle avait toujours trouvé une lumière, parfois si faible, qu'elle était presque inaccessible et d'autres, ou cette brindille devenait presque palpable. Accessible aux aveugles.

La nuit se dressait, grande, imposante, magique, au milieu d'un vrai monde, trop réel. C'était comme de trouver une aiguille dans une botte de foin. C'était impossible ou, autrement dit, on avait qu'une chance sur des millions de l'a trouver. Autant en rester sur l'impossible, plutôt que de se compliquer la vie. Trouver le bonheur aussi. La lumière, comme l'aiguille. Impossible. Seulement on pouvait le torde, l'aplatir, le bouger, cet impossible. Chercher dessous, dessus, dedans. L'impossible n'existait pas pour la jeune fille, depuis qu'elle était mercenaire. Depuis le matin, donc. L'impossible était toujours possible. Elle le découvrait tout juste. Mais cette fille ne le savait peut-être pas ?

C'était ce qu'il y avait de mieux. Tuer une jeune fille naïve et vulnérable, lorsqu'elle ne croyait qu'à l'impossible. Non. Pour la première fois, Jennyssie hésita. Peut-être une seconde, le temps que l'Ange remarque son temps d'hésitation. Une seconde de trop. Une brèche fendit le mur de glace qui s'était formée en elle. Dans son âme et son esprit. Une brèche qui fissura son mur jusqu'en son milieux. Un cratère immense. Une petite entrée, par laquelle l'Ange entra sans aucune difficulté. Et pourtant, lorsqu'elle parla, Jennyssie avait reprit contenance. Avec un doute et une certitude : celle qu'elle ne tuerait pas la fille. Elle n'irait pas jusqu'au bout. La mort n'était pas encore venue lui demander de tuer cette apprentie marchombre.

Oui, il n'y avait que cette solution. C'était tellement logique. Elle en savait trop. Répondait trop facilement, elle avait du culot, du cran. Elle était belle et même si elle n'avait pas acquis encore beaucoup de compétences, son corps était bien formé, musclé, avec de fine rondeur. Harmonieuse. La jeune mercenaire eu un frisson de dégoût. Puis, elle fit un pas en avant. Un simple pas, sur et parfaitement formé. Un simple pas qui parvint pourtant à refermer entièrement cette brèche, emprisonnant dans son mur de cristal, la seule conviction qui permettrait à la fille, à l'ange, de vivre.

- Crois en ce que tu veux. Ces réponses m'appartiennent autant que tes peurs et tes doutes. L'ange ne sait pas encore voler. Prouve moi que ce n'est pas vrai. Suis moi. Et entraîne toi à voler. Sache que je ne t'enseigne pas. Je fais juste en sorte que tu apprenne plus vite afin que je puisse te donner la mort, plus rapidement.

La jeune mercenaire se tourna. Et sans attendre la réponse, elle s'enfuit. Non, la n'était pas le bon mot. Elle ne fuyait pas. Elle ouvrait le chemin. Elle apprenait afin de mieux pouvoir tuer. Elle s'engagea dans une rue. Elle courrait vite. Trop vite. Malgré sa petite taille, elle n'avait aucun mal à utiliser tous les muscles de son corps pour se propulser plus loin. Toujours. Elle fit une pause. Juste d'une demi seconde. Pour mieux pouvoir se propulser vers le gouttière. Et sur le toit. Ses pieds atterrir en douceur sur les tuiles qui accueillir le corps de la jeune fille, sans faire le moindre bruit. Elle s'élança vers le tour.

Puis, elle fut la haut. Dressé comme une lionne, dans la position d'un loup qui hurle à la lune. Sauf qu'elle n'était ni lionne, ni louve. Elle était juste mercenaire. Ses longs cheveux d'or fouettait le ciel, dressé par le vent... Elle laissa le vent porter son message à la fille.

- Suis moi. Et apprend. Seule. Je ne suis la que pour pointer du doigt, la voie qui t'attend. Ou alors, pour te perdre un peu plus dans ton choix entre les marchombres et les mercenaires. Trouve une réponse. Mais apprend.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Envol [Pv Ange]   Lun 13 Déc 2010, 18:12

"Quand on grandit, on désapprend à voler." Peter Pan

C'est ce que j'avais dit à ma mère il y a bien longtemps, quand j'étais à peine plus grande que Bary le chien du boucher. Elle avait des mots et une attitude justes, mais à tout cela il avait toujours manqué poésie, liberté, équilibre. Les humains n'étaient pas des oiseaux et encore moins des anges, ce qui m'avait profondément déçue, moi qui me considérait comme ces deux êtres et ne voulait pas finir en un adulte terre à terre.
Sauf qu'il y a à peine deux semaines, j'avais trouvé un homme qui avait fait le contraire: selon ses propres mots, il s'était envolé à un âge où bien des gens sont collés au sol, retenu par la glue qu'est leur terre natale. J'avais cru que seuls les Marchombres étaient un avenir pour moi. Que seuls eux étaient capables de voler, de devenir oiseau ou ange.
Sous mes yeux je voyais pourtant cette blonde qui volait au dessus du sol, touchant à peine les pavés pour mieux s'élever dans les airs.
Sous mes yeux s'ouvrait l'univers des possibles, libérant mon esprit coincé qui n'avait considéré que la Voie des Marchombres comme avenir.
Il n'existait en fait qu'une voie … sa Voie à soi. Et les croisements qu'on était libres d'emprunter la tordait en tout sens, sans pour autant nous faire quitter cette Voie.
Ma Voie était celle de la liberté, non celle des Marchombres. Alors j'allais me permettre de suivre tous les enseignements qui passaient à portée de main.
Même ceux de mes supposés ennemis.

***********

Pas de réponse. Pas d'action. Qu'avait donc fait Ange pour que pour la première fois une légère ombre vint briser la lumière qui émanait de l'Envoleuse ? Etait-ce juste le fait de rappeler une promesse, chose que cette jeune femme avait peut-être eut l'habitude de tenir il y a longtemps … ou alors autre chose, qui dépassait de loin la compréhension de l'apprentie.

Un pas. Qui portait autant de valeur que le "non" du Maitre Marchombre quelques heures avant. Un simple pas et elle arrivait à exprimer assurance et force. Qu'étaient donc ces Envoleurs pour donner autant de valeur à un mouvement qu'un Marchombre pouvait le faire. Evidemment, il fallait que l'un soit à la hauteur de l'autre s'il voulait en devenir le "chasseur" … mais tout de même … que deux Voies qui devait être opposées puissent former des humains d'une façon similaire était troublant. Y avait-il une Voie meilleure que l'autre.
Maitre ou Jennyssie ? Tous deux rayonnaient de qualités et défauts attirants.
Ange. Les Voies deviendraient une. En elle.

Sous les mots de l'Envoleuse, elle sourit d'une façon qui n'était plus provocatrice. A cette ennemie qui lui offrait son aide, Ange offrit un sourire vrai. Une tueuse ne devait pas avoir l'habitude de ce genre de cadeau, surement minable à ses yeux, mais peu importait. Un geste comptait toujours. Comme les mots de Jennyssie, il couvrait bien plus de choses qu'en apparence.
Restait un point d'interrogation dans l'histoire. Pourquoi l'aider ? Encore une réponse Ange ne possédait pas. Le temps, s'il était son ami, viendrait peut-être un jour à son secours, la lui glissant dans son oreille au détour d'une journée. Alors elle la lâcha dans les airs, se libérant de ce poids sur ses pensées, s'allégeant pour pourvoir mieux suivre cette oiseau qui fuyait.
Un oiseau. Oui c'est ce qu'elle était. On ne pouvait bouger de la sorte sans posséder d'ailes. Au fond ce que le regard des hommes de la taverne disait était juste l'envie d'arracher ces ailes et de clouer l'oiseau au sol. Pur jalousie. Pur folie.

Ange se lança à la suite de la mercenaire. A la vitesse d'une tortue essayant de rattraper un lièvre. Elle aurait être inquiète d'avoir perdu Jennyssie. Elle ne le fut pas.
Sa mère lui avait raconté un conte étrange avec des animaux parlant, et bizarrement, dans ce conte, la tortue était arrivée avant le lièvre. Alors pourquoi s'en faire? Elle serait la tortue de cette histoire, et finirait bien par rejoindre l'Envoleuse. La dépasserai. Et un jour, cette blonde serait loin derrière.

We own the night.

La lune ne donnait ses rayons à Jennyssie que parce qu'elle était le guide et devait être voyante. Que parce que la lune lui transmettait ce rôle de lanterne sur le chemin d'Ange.
Au contraire, elle refusait à l'apprentie ce don, lui laissant profiter de l'ombre et de sa protection.
Ombre et Lumière.
Ange et Jennyssie.
A elles deux elles possédaient la nuit.


Brulant d'une confiance en elle et d'une envie de retrouver l'Envoleuse, Ange ne réalisa pas que ses pas avaient une assurance et une légèreté qu'elle n'avait jamais possédée. La Voie du Marchombre, ou tout autre Voie qui s'était révélée à son cœur, s'était implantée en elle, petite graine qui germait discrètement.

Ange ne volait pas se contentant de courir jusqu'à la rue où la blonde Envoleuse avait bifurqué. Là, elle comprit à la vue d'un muret qui bloquait le passage que la Voie des airs était celle qu'avait du à coup sur emprunter Jennyssie.

Trop petite pour attraper le sommet en un saut, elle sauta contre un mur de côté et se propulsa ainsi assez haut pour pouvoir s'agripper au muret. Ses pauvres bras grincèrent quand elle força sur eu pour se hisser sur la fine bande de pierre, puis sur les tuiles du toit voisin.
Là, elle s'aperçut qu'elle était perdue. Toit de droite? De Gauche? Partir en avant? En arrière? Tant de choix. Autant d'incertitudes.
Dans sa tête repassèrent les mots de l'Envoleuse, sans lui apporter le moindre indice. En effet, elle ne lui avait rien enseigné. C'était à Ange d'apprendre. A partir de son cœur. A partir de ce qu'on lui avait déjà dit.

Ses paupières se fermèrent sur ses yeux, rendant la nuit encore plus totale. Privée d'un de ses cinq sens, l'apprentie fut obligée d'améliorer momentanément les autres, et en l'occurrence son ouie. De plus loin montait la rumeur des ivrognes discutant dans les bars, des prostituées amusant leurs clients, de la vie assassine nocturne des bas quartiers. En bref que des sons qu'elle voulait ignorer. Car au milieu d'eux se tenait le son des battements du cœur de Jennyssie.
Eliminant ces interférences, Ange se concentra sur le silence pur de la nuit. Ce silence auquel elle avait désormais accès, car du haut de ce toit, elle pouvait l'écouter, lui qui surnageait sur ce brouillard de bruit.


Ne te leurre pas jeune apprentie. Le silence a beau être silence, il s'écoute quand même.


Le silence était-il quelque chose qui existait? Où était-ce juste le calme de la nature qu'on appelait ainsi? Surement ce dernier, car même en réussissant à faire abstraction des bruits de la ville, Ange ne pouvait se débarrasser du son du vent qui glissait dans la nuit, ni le son de ces petits oiseaux qui s'agitaient dans les arbres d'Al-Jeit, ni encore moins celui des rayons de lune et d'étoiles qui lui murmuraient milles émerveillements au creux de son oreille. Voir même mieux … une voix … ou était ce une Voie ?

Suis moi.


Ange ouvrit son cœur et recueillit les mots, début du fil qu'elle suivrait pour retrouver l'Envoleuse.
Ses yeux se rouvrirent, accueillirent les rayons de la lune en leur centre, les capturèrent, et tels les yeux d'un chat, se perdirent dans la nuit, en quête de la proie qu'elle pouvait désormais voir.
Au sommet de la tour qui se situait à deux pas de là, vibrait encore l'air qui avait porté le message de Jennyssie. Ange planta son regard dans celui de l'Envoleuse qui l'observait, sentant le silence lui indiquer que c'était bien l'endroit où ses pas devaient la mener.


Du silence naît tout ce qui vit et dure ; car c'est le silence qui nous relie à l'univers, à l'infini, il est la racine de l'existence et par là l'équilibre de la vie. [Yehudi Menuhin]

Merci silence

Ange laissa ces mots s'envoler dans les airs, les sentant virevolter un instant avant de se dissiper dans le froid nocturne. Puis elle reprit son chemin. Calmement. Elle ignorait si sa vie serait courte ou longue. Quel obstacle elle rencontrait un jour, qu'elle ne pourrait franchir malgré toute la force du Marchombre, et qui la ferait sombrer définitivement. Alors elle prit son temps et rejoint le pied de la tour.
Là, toujours sans se presser, elle inspecta la paroi, cherchant des prises faciles qui lui permettraient de se hisser à la hauteur de l'Envoleuse. La pensée de chercher l'escalier lui traversa un instant l'esprit, vite effacé par son envie de progresser. Quel qu'en soit le cout. Quel qu'en soient les membres cassés à la sortie.
Elle n'avait jamais escaladé quelque chose d'aussi haut.
Elle allait le faire.
Son Maitre lui avait expliqué les rudiments sur le mur d'une auberge où ils avaient fait halte.



Le lézard est comme le Marchombre. Avec ses petites mains il se glisse dans les interstices les plus fines, permettant une ascension aisée. Ouvre ton cœur au mur, calque-toi sur son rythme, observe les cals de sa surface, empare toi de sa force et grimpe.


Encore des mots trop poétiques pour qu'elle réussisse à les appliquer dès son premier véritable essai.


"Cherche les bouts qui dépassent, chope les et monte. Pense à la tarte aux myrtilles qui t'attend en haut, et crois moi, tu arriveras à monter."


Dixit Lienor et sa poésie bien à lui. Sa technique avait marché. Ange avait ce jour là réussit à grimper sur le toit de la maison, découvrant avec joie le gâteau qui n'était pas seulement un but imaginaire.

Tarte aux myrtilles.
Jennyssie n'était pas aussi appétissante, mais en faisant abstraction de sa présence au sommet de la tour, il y avait moyen de réussir cette épreuve.
Ange repéra les bouts de cailloux qui dépassaient et s'agrippa à un premier à portée de main, commençant ainsi son ascension. Un deuxième vint presque naturellement se glisser sous sa deuxième main et avec la patience d'un nouveau-né qui apprend à marcher (sans tomber …), l'apprentie s'éleva vers le ciel.
Loin au dessus, les étoiles lui faisaient signe, l'encourageant en silence. Ange ne leur daigna pas un regard, absorbée qu'elle était par sa montée, mais elle sentie tout de même leur doux regard qui lui donnait la force de monter. Et puis il y avait la tarte aux myrtilles aussi qui lui donnait de la force.

Les dix doigts d'Ange s'agrippèrent enfin sur la corniche. Suivirent son visage et enfin son corps en entier. Nulle peur n'habitait plus l'apprentie à la vue de l'Envoleuse. Si elle avait voulu la tuer, elle l'aurait fait avec honneur il y a longtemps. Pousser la jeune Marchombre ne serait qu'une bassesse dont elle semblait incapable à l'instant.

Trop fière pour montrer qu'après un si court trajet, elle était éreintée, Ange se donna bonne figure en s'accoudant à la bordure de pierre, se retenant pour ne pas se masser les doigts, les bras et tout le reste, qui étaient moulus.
Ses yeux bleutés se plantèrent dans les deux soleils de Jennyssie.


"J'espère que quand tu disais 'apprend à voler" tu ne parlais pas de maintenant, où je tu vas m'annoncer que je dois sauter en bas de cette tour … je t'aime bien, mais tu n'es pas un maitre que je suis aveuglément …"

Une touche d'humour. Toujours sourire. Ne jamais montrer ses faiblesses, ses fatigues. Elle montrait trop souvent ses doutes. D'ailleurs un nouveau doute vint effleurer son esprit, alors que des questions lui revenaient en mémoire, maintenant qu'elle avait l'Envoleuse en face d'elle. Son visage reprit malgré une teinte un peu soucieuse, un peu réfléchie.

"Pourquoi … Pourquoi donc es tu aussi forte qu'un Marchombre ? Quelle différence sépare ta Voie de la leur? Où as-tu appris à … voler …"


Voler … c'était une partie tellement importante de ses rêves, car un ange qui ne sait se servir de ses ailes n'est pas un véritable ange.
Tournant le dos à la beauté blonde, malgré les risques que cela représentait, Ange tourna son visage vers le ciel.

"Voyez-vous en la lune, ces étoiles, ce vent et cette nuit, la poésie et l'apaisement qu'un Marchombre y voit? Où n'y voyez-vous que Chaos et désolation. Que signes qui apporteront détresse et peur à notre monde …"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Envol [Pv Ange]   Ven 24 Déc 2010, 16:22

Le vent chantait aux oreilles de la jeune femme. C'était l'une de ces douces mélodies qui faisaient frissonner n'importe quel enfant et n'importe quelle brute. C'était un vent qui dansait et qui invitait tout être à faire de même. Il ne semblait pas faire de différence entre tous ceux qui se laissaient guider. Les animaux, les plantes, les hommes, les arbres, l'eau, ils étaient tous de la même espèce, pour ce drôle d'élément... Tout comme le marchombre et le mercenaire. Gentil et méchant. Harmonie ou Chaos. Le choix n'était difficile que pour ceux qui n'avaient rien vécu. Et ceux la, n'était pas destiné à choisir. Jennyssie n'avait jamais eu à faire ce choix. Elle avait simplement vécu, comprit, su, et accepté. Néanmoins, son équilibre pouvait être brisé en un instant. Sa vie avait beaucoup changé en très peu de temps, et sans jamais cesser de faire grandir son bonheur, si bien qu'elle n'avait pas peur du changement. Mais il suffisait que le sort s'inverse, pour qu'elle s'affaisse et cesse d'exister.

Elle avait longtemps vécu. Mais elle n'existait que depuis quelques mois. C'était ainsi qu'elle avait su que la voie qu'elle avait choisie était la bonne, mais surtout, sa destinée. Son chemin avait été tracé bien avant qu'elle ne vive, du bout de l'index de son père. Il avait dessiné la vie de se fille, de toute part. Mais maintenant qu'il n'était plus la, c'était à elle de la construire. Et le meilleur dans l'histoire est qu'elle n'était même pas obligé de suivre les instructions qu'Il lui avait laissé. Et elle avait l'intention de suivre les chemins qui lui convenait et rien d'autre. A présent, elle était libre. Et contrairement à ce que pensait son père, lui ne l'était pas vraiment. D'abord, parce qu'il n'arrivait pas à la cheville de la jeune femme, malgré son expérience. Ensuite, parce qu'il avait accepté qu'on lui enlève, à lui et à ses enfants, son foyer.

Et enfin, parce qu'il était mort. Parce qu'il avait laissé sa fille le tuer. Parce qu'il le lui avait demandé. Parce qu'il n'avait pas eu la force de faire face à ce qu'il avait fait. Et surtout, parce qu'à présent, il ne pouvait pas revenir en arrière. Pour toutes ses raisons, son père n'avait rien d'un mercenaire. Il avait juste un esprit chaotique, pervers et obsédé par la mort, simplement parce qu'il en avait peur, en un sens. Tout ceci, Jennyssie ne l'avait comprit que très peu de temps auparavant. Elle avait toujours cru, avant de voler de ses propres ailes, que son père était aussi fort qu'un dieu. Elle avait était bien loin du compte. Alors, doucement, attendant que les paroles de l'ange disparaissent dans la nuit, elle murmura :


- Nous sommes différents. Tous autant que nous sommes. Peut-être rencontreras tu des marchombres ayant l'esprit d'un mercenaire. Ce n'est pas pour autant qu'il ne pourra pas devenir marchombre. Notre camp dépend de nos choix. Mais surtout, de notre vie. Alors, au lieux de t’intéresser à ce que pense les mercenaires, pourquoi ne t’intéresserais-tu pas à ce que Je pense ? Je ne te garantis pas d'y répondre, je te montre juste l'importance de réfléchir avant de parler. Quelque chose que tu ne semble, à l'évidence, pas savoir faire. Si c'est ton genre de personnes que les marchombres recrutent, ils ne doivent pas être bien difficile à battre, tu ne penses pas ? Ah, non ! C'est vrai, j'avais oublié... Tu n'en est pas capable !

La jeune femme éclata de son rire sadique et pervers qui en aurait fait fuir plus d'un. Puis, elle baissa les yeux vers le panorama incroyable de la ville qui se déployait sous elle. En immensité lumineuse, Al-Jeit semblait exister des multitudes de vies qui hantaient ses murs. Mais à cet instant précis, comme si toutes ses vies se pliaient aux volontés de la nuit, seul le vent et les paroles de Jennyssie, brisaient le silence de mort qui semblait s'être installé. A l'évidence, ils étaient les seuls à respecter la nuit, sans cesser d'exister.

La lune était pleine et, pourtant, la nuit paraissait plus noire que jamais. Jennyssie offrait ses yeux, ses deux soleils, à la ville qui manquait cruellement de vie. Ses cheveux tombaient en cascade sur ses hanches et, doucement, elle passa son index couleur d'ébène, dans une boucle dorée...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Envol [Pv Ange]   Dim 09 Jan 2011, 15:09

Ombre dans l'ombre.
Lumière dans la lumière.
Chasseur dans la nuit.
Qui traque sa proie.

Le vent chanta.
Clameur que seul lui pouvait comprendre.
Il s'arrêta.
Ecouta.
S'alarma.

Un regard qui se perd au loin.
Un corps qui se tourne.
Ne pas perdre plus qu'une proie.
Se tourner vers l'avenir qu'est le Sien.

Abandon
"Je préfère la vie à la mort."
Un choix.
Deux options.
La mort d'une apprentie, et la vie d'une Envoleuse qu'il ne trouverait pas ce soir.
La vie d'une apprentie, et la vie d'une Envoleuse qu'il retrouverait un jour.
Son cœur et sa Voie s'unirent.
Lumineux.

Ombre dans l'ombre.
Lumière dans la lumière.
Marchombre dans la nuit.
Qui sauve une vie.


*********

Pendant qu'un homme interrompait sa chasse, Ange écoutait les mots d'une ennemie. Sauf que plus les mots quittaient la bouche de celle-ci, plus la notion de bien et de mal se troublait dans l'esprit de l'apprentie. Jennyssie avait raison. Comme ce symbole où noir et blanc s'enroulent en un cercle parfait, chacun possède en lui un bout de son opposé. Point blanc dans le noir. Point noir dans le blanc. L'alliance des eux créait l'harmonie.
Marchombre et mercenaire. Pourquoi devaient-ils se battre alors qu'à eux deux ils équilibraient la balance de l'harmonie? Parce que la cruauté de leur nature les poussait ainsi. Nature dont elle doutait que même les Marchombres, dans leur quête de liberté, puissent s'en débarrasser. On pouvait évoluer, pas changer.

Mais les paroles qui suivirent gâchèrent la réflexion de la demoiselle. Toujours ce mépris qui lui en inspirait encore plus. Cette Envoleuse ne se calmerait-elle donc jamais? A croire qu'elle était frustrée de ne pas se jeter sur Ange avec plus que des mots pour étriper son petit cœur …


"Vois-tu vraiment que ce signifient mes paroles? Crois-tu vraiment qu'en te demandant ce que pensent les mercenaires, je ne sais pas que c'est ta pensée que je vais avoir? Je suis consciente du fait qu'interroger dix milles mercenaires me donnerait dix milles réponses différentes. Es-tu sure que je suis la seule qui devrait réfléchir avant de parler?"

Ange aurait aimé exploser d'un rire aussi sadique que Jennyssie, pour bien lui montrer qu'elles étaient sur le même pied d'égalité, si on oubliait leurs capacités physiques. Cependant, son cœur ne voulait pas s'abaisser à ce type d'imitation. Elle était elle, Marchombre, mercenaire ou quoi que ce soit d'autre, mais elle n'était pas Jennyssie.
Alors elle se tourna juste pour faire face au dos que l'autre lui tournait, trop absorbée par la contemplation d'Al-Jeit pour voir ce sourire qui suait la moquerie et son mépris à elle. Où était donc passé son admiration d'un instant? Ou tous ces doutes …


"Cette ville est magnifique. Forte. Partagée entre bien et mal. Je suppose qu'à son début elle n'était composée que de quelques maisons miteuses, sans valeur. Je suis comme cette ville à cette époque là, alors que tu es Al-Jeit actuelle. Peu importe qui les Marchombres recrutent, même si ces personnes sont comme moi. Ce qui compte c'est ce qu'on devient … si seulement tu pouvais croiser un véritable Marchombre pour te montrer à quel point tu t'égare quand tu parle… regarde ton passé ! N'essaie pas de me faire croire qu'il y a quelques années tu étais aussi forte que maintenant ! Encore moins que tu possédais plus que mon niveau actuel !"

Un souhait informulé s'envola dans l'air glacé, appelant à elle un homme que la nuit avait avalé sous ses yeux. Si seulement elle pouvait le lui rendre, l'espace d'un instant.

*********

L'ombre saute sur un toit.
Ignore la lumière qui veut le posséder.
Cours toujours.

En haut de cette tour se trouver un destin.
Peut-être deux comme l'air le lui souffle.
Son corps quitte le sol.
Accroche la paroi.
Se hisse au sommet en l'espace d'un souffle.
En silence.

********

Un mouvement à sa droite. Tellement silencieux qu'Ange croit un instant que c'est juste le vent qui joue avec la tour. Cela jusqu'à ce que l'ombre quitte celui qu'elle habite, et laisse place à la haute stature d'un homme encapuchonné. Comme dans un temps irréel, la jeune femme le voit faire glisser une dague hors de son fourreau et la lancer dans le même temps vers la belle blonde qui leur tourne toujours le dos.
Le visage moqueur d'Ange se crispe, reconnaissant cette cape et cette dague. Se crispe aussi car la vie de Jennyssie lui appartient, et que son Maitre semble prêt à la prendre à sa place. Elle aurait voulu être assez rapide pour stopper ce mouvement, mais elle n'est qu'humaine face au Marchombre. Seul un avertissement muet vole dans les airs, plus rapide que le projectile, priant l'Envoleuse de se servir de ses réflexes.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Envol [Pv Ange]   Mer 19 Jan 2011, 18:07

Le vent s'était baissé. Il n'y avait plus un bruit à part les paroles de l'ange, que plus personne n'écoutait. Jennyssie avait un mauvais pressentiment, sans savoir ce qui aurait pu lui arriver de pire que de se retrouver en haut d'une tour, à discuter avec une apprentie marchombre. Dans sa tête et dans son coeur, il se passait quelque chose. Elle en était persuadée à présent, mais était incapable d'en identifier la provenance.

Puis, il y eu un long sifflement. La jeune femme mit une seconde à comprendre que ce n'était pas le vent, puisque celui-ci ne s'était pas levé. Son coeur fit un bond dans sa poitrine, comme pour tenter de s'échapper. Elle avait mit trop longtemps pour identifier la chose. Elle plongea en avant, se rattrapa en roulade et chuta dans le vide. Ses mains crochetèrent le bord du toit. Elle eu un instant de panique et de folie pendant lequel elle voulu - faillit - s'enfuir. Puis, elle pensa à Rubis. a la lacheté de son père. a Oddy, le seul homme qu'elle avait aimé. Et elle se propulsa sur le toit, avec une telle force que quiconque l'aurait vu, aurait comprit quelle phrase lui transperçait les yeux, les lèvres, le coeur...

"Pour Liro"


Ses pupilles s'étaient agrandit, comme celles d'un félin, près à bondir sur sa proie. Et l'homme, lui parut nettement, en contrebas, debout, grand, à la stature imposante. Il était habillé de cuir noir et une grande capuche descendait jusque sur son nez, empêchant quiconque d’apercevoir son visage. Pour Jennyssie, c'était un mystère de trop. Elle voulait voir son expression. Avait-il tué Liro ? Elle avala difficilement sa salive. Sa gorge se serra et elle dû entre-ouvrir la bouche pour respirer. Le marchombre sauta sur la première prise. Il ne lui fallut que quelques secondes pour atteindre le haut. Mais au moment ou il se hissa sur le bord du toit, Jennyssie frappa. Fort. Avec la réactivité et la rapidité d'un fauve. Liro avait été toute sa vie. Le simple fait d'imaginer cet homme enfonçant sa lame dans le corps de son frère la répugnait, la mettait hors d'elle, et réveillait son instinct de prédatrice. La blessure, en elle, avait beau être endormie, elle était encore béante. Elle sentit la haine, brûlante, monter se nicher dans sa gorge. C'était le genre de sentiment qu'il était fatal de garder en soi, parce qu'il faisait des ravages. Alors, elle leva la tête, et rugit, tel un loup qui parle au lion. Si fort, que son cri se répercuta en contrebas. Si puissant, que certaines lumières, dans les maisons, se rallumèrent. Puis, le marchombre frappa, coupant net le rugissement de la jeune femme. Jennyssie fut projeté en arrière et elle ne se rattrapa qu'en roulé boulé. Mais elle se releva aussitôt. Elle jeta un dernier regard à l'ange, avant de dégainer son poignard. Et d'une voix rauque, méconnaissable, elle cracha :

- Je n'avais pas l'intention de faire de mal à ta protégée. Tu veux l'empêcher de faire son propre choix, c'est ça ?

Mais sachant que le temps n'était pas aux discutions, elle s'avança, et fendit l'air de son bras. L'homme l'a retint au poignet et elle baissa le poignard, traçant une ligne de feu dans l'avant bras de l'homme. Il ne la lacha pas. Il l'attira à lui, et la bloqua contre son torse. Coincée, meurtrie, elle laissa échapper son poignard qui tomba dans le vide et rebondit sur le toit, en contrebas. Alors, elle rejeta la tête en arrière, avant de venir la rabattre vers l'avant. Mais il avait anticipé. Serrant plus fort son étreinte, il se jeta dans le vide. Et au dernier moment, il la libéra pour se projeter vers l'avant et atterrir en douceur. Jennyssie cru que son corps se brisait en des milliers d'éclats. Son hurlement de douleur raisonna longtemps...

* * * *


Est-ce qu'un marchombre est un ange ?


Non.

Est-il capable de tuer ?


Oui.

N'est-il qu'harmonie ?


Une harmonie fondée sur le chaos.

Est-ce qu'un mercenaire est un démon ?


Non.

Est-il capable de tuer ?


Il y prend plaisir.

N'est-il que Chaos ?


Un chaos fondé sur l'harmonie.


* * * *

"Lèves toi."
Ce n'était ni la voix de Liro, ni celle de son père. Non, la consonance était trop différente, le ton, trop doux, le son, trop féminin. Une voix à la fois rauque et sensuelle. C'était la sienne. Ses mains, à plat sur le toit se crispèrent. Ses muscles se contractèrent. Elle se releva. Elle souriait, malgré la douleur qui la tenaillait de toute part.

"N'ignore pas ta souffrance. accepte la."
C'était surement la seule phrase sensé qu'avait prononcé son père, et la seule qu'elle avait retenue de lui. Avide d'expérience, la jeune envoleuse n'avait pas l'intention de s'enfuir.
Le marchombre semblait lui sourire, aussi.
Prenait-il plaisir à la faire souffrir ?
Ou était-il tout simplement persuadé qu'elle allait renoncer ?

"Ne sous estime jamais tes adversaires, qui qu'ils soient."
Elle fit un pas en avant, comme pour inviter le marchombre à continuer.

"La peur est une faiblesse qui rend plus faible."
La jeune fille releva le menton. Elle était prêt. Plus prête qu'elle ne l'avait jamais été.

"Trouve les failles. Trouve les faiblesses. Mets les à rude épreuve."
Ses yeux ambrés sondèrent l'homme. Sa posture était parfaite. Ses attaques étaient efficaces. Il était rapide et agile. Et il avait un but : Sauver son apprentie d'un danger qui n'existait plus.

"Tu n'es pas la pour gagner. Tu es la pour t'améliorer.
Tu te sers de tes adversaires pour apprendre plus.
C'est ainsi que tu arriveras à les déchiffrer, puis, à la tuer."

Elle bondit en avant. Son geste avait été lent. Le marchombre ne dû pas comprendre que c'était un piège, parce qu'il intercepta sa jambe avant que le coup ne l'atteigne. Alors, elle sauta sur son pieds, avant de propulser son corps tout entier vers l'homme. Elle était mercenaire. Elle dansait aussi bien qu'elle se battait. Il fut donc surprit de recevoir cette attaque de paysanne dans l'estomac. Il s'écroua. Elle balança son poing vers son visage toujours sous capuche pour effacer le sourire démoniaque qu'il affichait en permanence, mais il la bloqua, d'une poigne de fer. Il roula avec elle sur le toit, jusqu'à ce qu'elle se propulse dans la rue. Tel un chat, elle retomba sur ses pieds, amortissant sa chute en pliant les jambes. Elle détala. Rapide. Vive. Silencieuse. Elle se glissa dans l'ombre du vent et le laissa porter le message à l'ange :

- Je t'ai promis que l'on se reverrait. Je tiendrait ma promesse.

Ce soir la, elle avait apprit plus encore que durant ces deux années passées avec Rubis. Parce qu'au fond, l'important n'était pas d'écouter, mais de comprendre. Et à présent, elle savait qu'elle n'avait aucun besoin de vengeance, aucuns remords à avoir, aucune peine à assouvir. Elle était elle, Jennyssie, envoleuse. Et quiconque se dresserait sur son chemin périrait. Elle n'avait plus besoin de vivre avec son passé. Parce que son futur était à porté de mains.

"Inventes ton monde, souviens toi du passé, attire le futur à toi, vis..."



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Envol [Pv Ange]   Sam 22 Jan 2011, 20:47

Pour certain, la vie est un théâtre où chacun joue son rôle, utilisant divers masques pour cacher sa vraie nature aux yeux des autres. Un théâtre d'hypocrisie où les mots dominent le reste.
Pour d'autres, la vie est un ballet, réduite à l'expression des mouvements dans toute la pureté de leur essence. Deux êtres n'y interagissent que par la danse. Beaux malgré les dangers de leurs relations. Ainsi étaient le Marchombre et la Mercenaire qui se battaient sous les yeux d'Ange. Deux Etoiles qui se mouvaient au son de la musique que composaient leurs coups et leurs respirations. Deux danseurs dont les coups épurés faisaient rêver, malgré la violence qui les imprégnait.


Le début de ce combat n'avait été que peur pour Ange. Peur de voir Jennyssie disparaitre. Peur simplement de devoir faire face à du sang ou pire: à une mort. Son Maitre n'était pas du genre à plaisanter, et cette Envoleuse ne serait pas le genre d'adversaire qu'il laisserait en vie. Mais cet envoyé de la Mort que représentait son Maitre la paralysait par son aura. Ou alors allait-il juste trop vite pour qu'elle arrive à suivre leurs mouvements?
Tout se brouillait dans sa tête, empêchant son corps pantelant de bouger d'un millimètre. Seuls ses yeux suivaient la bagarre qui s'offrait à elle, contemplant ce corps rouler au bas du toit, s'y agripper avec désespoir, bondir pour retrouver le toit sous ses pieds, faire face au Maitre. Comme si elle regardait un spectacle. Un spectacle dont elle était un bout du décor, un vulgaire pot de fleur dont les acteurs ne se soucient pas. Une potiche oui, mais une potiche avec des sentiments.

Puis un cri. Hurlement du loup qui prend la lune à témoin de cette promesse de mort qu'elle lance à ce Marchombre, cet être qui se dresse face à elle, imperméable à sa haine. Hurlement qui fait frémir Ange tellement le message dont il est porteur sonne comme la souffrance et le désespoir. Devant ses yeux pourtant, son Maitre s'élève, lion face au loup qui se sait roi et n'a pas peur de réduire ce cri en un vulgaire couinement. Le loup se transforme en chaton qui vole dans les airs, impuissant face à son adversaire. Pas si impuissant en fait quand il se décide à sortir ses griffes pour trancher le bras de l'autre.
Un rayon de lune se glissa dans les gouttes de sang qui sortaient de la blessure, faisant briller cet ignominie dans les yeux de l'Ange, juste assez longtemps pour que cette image se fixe en elle. La paralyse un peu plus. Le Maitre et Jennyssie ont disparu depuis longtemps dans le vide, mais c'est cette image qui reste, l'air troublé gardant encore un bout de ces deux êtres.
L'apprentie tomba au sol, blessée en elle-même autant que les deux adversaires un peu plus bas. Son cri brisa la nuit, se mêlant à celui d'une Envoleuse. Sa conscience s'enfuit dans un pays lointain. Hors du temps.

*******

*******

Un frisson parcourut le corps dont l'esprit revenait du néant. La peur n'était plus, mais le froid restait.
Encore traumatisée par la vue de ce rouge qui avait taché la peau blanche de son Maitre, Ange rampa jusqu'au bord du toit. De là, elle fut surprise de voir les deux êtres se battre encore. Ce hurlement de douleur qui avait accompagné son cri alors qu'elle s'évanouissait aurait du signifier la fin de ce combat. Mais là, sous les yeux de l'Ange, Jennyssie levait fièrement la tête, refusant sa défaite avec la hargne de celui qui espère toujours. C'est cette fierté qui donna de la noblesse au corps souple de l'Envoleuse, la rendant plus Etoile qu'aucune danseuse ne serait jamais. Et la danse commença, remplaçant le combat de la plus belle manière qui soit. Avant, les deux adversaires n'avaient exécutés que des mouvements vulgaires, même si rapide et précis. Juste de quoi aider Ange à exécrer un peu plus l'art de la guerre. Sauf que là, ils rendaient la chose terriblement belle et attirante. On aurait dit qu'ils évoluaient dans un rêve … que celui-ci se teinte de rouge ou d'autre chose, il n'en restait pas moins un rêve. Mais une telle chose ne peut durer éternellement, et ça, tous le savaient. Jennyssie fut la première à s'incliner, profitant d'un coup réussit pour s'évanouir dans la nuit. Volant une fois de plus hors du regard d'Ange. Cette fois pas question de la suivre: elle allait être bloquée par son Maitre quoi qu'elle tente de faire. Alors elle attendit simplement que celui-ci daigne remonter jusqu'à elle, confiante qu'il le ferait.

Une seconde après que cette pensée ait traversée son esprit, une ombre se hissa sur les tuiles, fixant ses pupilles sur le visage serein de la jeune femme. Il pouvait la tuer, la frapper ou lui crier dessus. Peu importait ce qu'il ferait. Elle avait désobéi à son ordre et ne le regrettait en aucun cas, car en cette nuit elle avait appris beaucoup, même si Jennyssie avait semé en elle un doute qui la hanterait surement pendant un bout de temps.

Le silence fut sa seule punition, l'homme ne bougeant pas d'un centimètre. Dans ses yeux, elle lisait une pointe de déception et d'énervement, mais il semblait en majorité aussi serein qu'elle.


"Cette fille a raison. Je ne t'empêcherais pas de faire un choix, alors si tu veux la suivre vas y, mais sache que la prochaine fois que nous nous croiserons, tu n'y survivras pas."

Une menace. Tenait-il tant à elle qu'il posait des barrières à ce choix qu'il faisait semblant de lui laisser ? … en un sens il avait raison, car elle n'était plus aussi sure d'être sur la bonne Voie avec lui … mais elle avait accepté de le suivre, et cette Voie lui convenait pour l'instant autant qu'une autre.
Marchombre.
Envoleur.
Tout deux savaient voler. C'était tout ce qui importait, alors elle allait continuer ce qu'elle venait de commencer. Avec ce choix au moins, elle était sure d'arriver quelque part. Dans le pire des cas, elle savait où trouver une voie de secours, même si celle-ci semblait trop baignée dans le sang pour qu'elle la supporte.


"Vous êtes venu me chercher ce soir … je crois que c'est la seule chose qui va guider mon choix."

Un sourire se peint sur leurs deux visages, alors qu'ils se tendaient mutuellement la main, dans un geste qui scella leur accord mutuel. S'appuyant sur la force de son compagnon, Ange se leva et fit face à Al-Jeit qui s'était rendormie. On aurait dit un bébé … inconscient des troubles qui l'ont entouré, mais pulsant d'une vie qui ne saurait s'éteindre.

"Oui on se retrouvera."

Un message pour Jennyssie. Un message pour la ville.

"On y va ? J'aime beaucoup Al-Jeit, mais je crois que je l'ai assez vue pour aujourd'hui."

Le Maitre acquiesce et saute dans les airs. Dans un éclat de rire, Ange le suit, fendant les airs et se rattrapant miraculeusement bien sur les tuiles de la maison voisine.

Deux ombres se glissent dans la nuit. L'un oubliant la chasse qu'il menait. L'autre gravant en elle cette rencontre irréelle. [/i]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Envol [Pv Ange]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Envol [Pv Ange]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Envol [Pv Ange]
» Ange gardien
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela
» Reshiram l'ange céleste :P Je m'y crois
» L'ange contre le cobra

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Al-Jeit-
Sauter vers: