AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Quand jeunesse s'acharne... [ PV Lacrya ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Quand jeunesse s'acharne... [ PV Lacrya ]   Mer 14 Mar 2012, 23:06

- Dis Pépé, tu crois que l’eau est froide ?

Aïwen sourit, et les pattes d’oie de chaque côté de ses yeux s’étirent et se creusent. Son regard clair se pose sur sa petite-fille, Loa, qui regarde l’immensité du Lac Chen d’un œil surpris et émerveillé.

- Il n’y a qu’en allant la toucher que tu auras ta réponse, Loa.

- Oui, mais si elle est froide, après je n’arriverai pas à me réchauffer !

- C’est un risque à prendre…


Loa lâche un léger soupir. Son regard orangé vient se poser sur son arrière-grand père, et elle le détailla encore. Comme elle le faisait à chaque fois qu’elle le voyait ; c’était juste ahurissant. Il était vieux. Et même très vieux, elle le pensait bien ! Après tout, elle était son arrière-petite-fille, ce n’était pas anodin. Elle lui aurait pourtant donné, ainsi, à vue de nez, une quarantaine d’années. Sa mère lui avait dit qu’il avait plus de quatre-vingt ans ! Plus du double !
Cela la faisait toujours autant halluciner.

Mais ce n’était pas le pire. Parce que dans son regard clair, sans âge, on pouvait lire une sagesse inouïe. Comme s’il avait tout vu, tout fait, comme si… comme s’il était complètement détaché du monde extérieur. Comme s’il ne vivait plus en Gwendalavir, mais dans un autre monde, détaché de son corps. Un corps qui rayonnait de force et de vitalité. Mais comment faisait-il ? Même elle, du haut de ses douze ans, elle savait très bien qu’elle n’était pas aussi vive que lui. C’était un cas unique. Même s’il avait du Faël dans les veines en plus grande quantité qu’elle – et ses oreilles démontraient cela.

Haussant les épaules, la jeune adolescente reporta son attention sur la surface miroitante du Lac Chen. C’était la première fois qu’elle le voyait, cet immense lac. Certains disaient même que c’était une mer intérieure, dans laquelle les Dames remontaient parfois, grâce au Pollimage.

- Pépé ? Tu sais si c’est un Lac ou bien une mer ? Y’en a qui disent que c’est l’un, et d’autres qui disent l’inverse.

- Tu en penses quoi, toi ?


Loa prend le temps de réfléchir un instant.

- Et bien… Je dirais que je m’en fiche, personnellement. L’un ou l’autre, il reste aussi beau. Mais j’aimerais quand même avoir la réponse scientifique à la question. Juste pour savoir.

Un sourire étira les lèvres ridées d’Aïwen, tandis qu’il se penchait vers l’oreille de son arrière-petite-fille.

- Scientifiquement, je ne sais pas. Il faudrait sans doute mesurer le degré de salinité de l’eau, pour pouvoir conclure dessus. Et aussi savoir à partir de quel point on considère qu’une eau salée est de la mer. Seulement avec la même densité de sel, ou bien même si elle en a moins ? Et à ce moment-là, à partir de quelle densité ?

- Il doit bien y avoir quelqu’un qui a creusé la question, non ?

- Peut-être. Je suppose, oui.

- Mais qui ?


Un silence. Aïwen ne disait rien, attendant la suite des paroles de la jeune fille.

- J’aimerais bien le rencontrer.

- Avoir une réponse scientifique te plairait ?

- Evidemment ! Après tout, c’est bien ce que découvre la science qui régit notre univers. J’aimerais être une scientifique, et pouvoir tout comprendre du monde qui nous entoure. Macroscopiquement, et microscopiquement. Mettre des raisons et des faits sur chaque phénomène. Il y a des lois partout, dans tout ce qui nous entoure… C’est formidable, non ?


Aïwen hocha la tête, tout en haussant les épaules. Une scientifique dans la famille, cela changeait du reste, évidemment ! Mais il ne doutait pas que la jeune fille arriverait à ses fins, surtout en percevant la manière dont elle réfléchissait sur les choses, actuellement, du haut de ses douze ans. Une belle carrière pouvait tout à fait s’ouvrir devant elle.

- Pépé ! Pépé !

Le vieux Marchombre se tourna vers la voix de sa seconde petite fille, qui arrivait en courant maladroitement. L’attrapant au vol, alors qu’elle était à moins d’un mètre de lui, il la souleva dans les airs, avant de la poser sur son épaule droite, la regardant de côté.

- Qu’est-ce qu’il y a ma chérie ?

- Y’a une dame bizarre là-bas ! J’ai peur !


Lui lançant un regard étonné, Aïwen se tourna vers l’endroit que désignait Tyao de son petit doigt. Il gardait ses deux petites-filles plusieurs jours, par pur plaisir, entre deux cours de ses apprentis ; et c’était toujours aussi extraordinaire de se retrouver avec elles. Lao, douze ans, et Tyao, trois ans.

- Je ne vois personne pourtant, ma grande.

- Siii ! J’te dis qu’y a quelqu’un !


Surpris encore plus, le Marchombre inspecta les buissons alentours, parfaitement silencieux. Les respirations des deux filles s’imposèrent d’abord à lui, avant qu’en effet, il ne perçoive quelque chose de plus…
Une demie-présence…
Revenir en haut Aller en bas
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Quand jeunesse s'acharne... [ PV Lacrya ]   Mer 21 Mar 2012, 16:38

    Clac

    La corde de mon arc se détend violement, projetant ma fête vers l’avant. Cette dernière fend un instant l’air dans un bref sifflement avant de se planter avec un bruit mat dans le cou d’un lapin, le transperçant de part en part.

    Touché.

    Rangeant mon arme dans mon dos, je descends de mon perchoir situé à quelques mètres du sol et me glisse près de ma proie. L’animal est étendu à terre, son pelage blanc d’hivers tâché de sang. Sans ménagement, je l’attrape par les oreilles et retire mon projectile de sa chair. Un mince filet écarlate d’échappe de la plaie.

    Essuyant rapidement ma flèche poisseuse de sang sur le revers de mon pantalon de toile grossier, je la range dans mon carquois. J’attache ensuite le petit cadavre à ma ceinture, à côté d’un autre lapin attrapé une heure plus tôt.

    La chasse.

    Une activité nécessaire mais pour laquelle je ne nourris aucun amour. Pour une raison

    Je ne suis pas patiente.

    Mais je commence à manquer de vivres. Cela fait maintenant dix jours que j’ai quitté Al-Poll.

    Que j’ai quitté Nuhadu.
    Une nouvelle fois.

    Un léger soupir s’échappe de mes lèvres. Le souvenir de son souffle contre mon oreille, de ses doigts sur ma peau, de ses lèvres contre les miennes, me revient d’un coup.

    Frisson.
    Je chasse cette sensation de chaleur qui monte en moi.

    Nouveau soupir.

    Passant une main dans mes cheveux, je ferme un instant les yeux, calmant le flot de sensations qui remonte doucement en moi.

    Puis me dirige vers le Lac Chen.

    Ma monture attend à la lisière d’Ombreuse, tout prés de la berge. Sur le trajet, je ramasse quelques branches sèches et facilement inflammables dans la perceptive d’un petit feu.

    Transporter de la viande crue n’a jamais été une bonne idée.

    Alors que j’arrive à la fin de d’Ombreuse, des voix me parviennent.

    Lointaine.

    Je m’immobilise, une main glissant jusqu’au manche d’un de mes poignards. Ils sont deux. Un homme et une femme. Non.

    Un home et une enfant.

    Sans bruit, je m’approche lentement de la lisière. De grands buissons me cachent cependant la vue.

    Merde.

    M’accroupissant, je commence à contourner l’obstacle quand un bruit de pas dans mon dos m’arrête de nouveau. Vivement, je me retourne, sortant mon poignard et son fourreau. Une gamine sort des buissons.

    Une gamine ?!

    De haut de ses quelques années - deux ou trois touts au plus – l’enfant pose son regard sur moi, étonnée. La surprise se peint un instant sur mon visage et, incertaine, je garde mon poignard levé.

    Que fait cette enfant dans la nature ?

    Le temps semble s’être suspendu, comme si chaque secondes devenaient plus lourdes que la précédente. Puis tout explose, la gamine se mettant à détaler entre mes jambes en direction de la berge.


    - Pépé ! Pépé !

    - Qu’est-ce qu’il y a ma chérie ?

    - Y’a une dame bizarre là-bas ! J’ai peur !

    Zut, repérée… Poussant un léger soupir, je contour l’armée de buisson et m’arrête à la frontière, toujours dissimulée dans le feuillage.

    - Je ne vois personne pourtant, ma grande.

    - Siii ! J’te dis qu’y a quelqu’un !

    Je sors à ce moment, rangeant mon arme tout en gardant la main dessus. Trois personnes s’offrent alors à moi.

    Deux enfants.
    Un homme.
    Non, un Faël.

    Je m’immobilise de nouveau, le détaillant. La première chose qui me frappe chez lui est sa peau chocolat. Si proche de celle de son amant… Cela me met légèrement mal à l’aise. Il y a aussi cette aura qui se dégage de lui.

    Sagesse et Harmonie.

    Mes doigts se crispent sur le manche de mon poignard.

    Marchombre ?

    La méfiance nait doucement en moi. Je me force cependant à me détendre. Aucune hostilité ne règne dans l’air, bien au contraire. Une étrange sérénité enveloppe ce personnage. Mes sourcils se froncent malgré moi.

    Mes yeux se posent alors sur les deux enfants qui l’accompagnent. Deux petites filles d’une rare beauté.

    Innocente.

    « Pépé »

    Je reporte mon regard sur l’inconnu.

    Pépé ?

    Il n’avait pas l’air si vieux que cela. Son corps parfaitement droit et fière semblant être encore plein de vigueur. Cela m’intrigue.

    Lentement, je me redresse, les deux lapins pendant toujours à ma ceinture.


    - Vous ne devriez pas laisser trainer ces enfants dans la forêt. Elle est… Comment dire… Dangereuse ?

    Je ne peux m’empêcher de lui adresser un petit sourire. Mauvais et sadique à la fois pour appuyer mes propos. Rien d’hostile.

    Juste un avertissement silencieux.


[Désolée pour le retard et cette introduction plus que médiocre... Je verrais mieux la prochaine fois. ]

__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand jeunesse s'acharne... [ PV Lacrya ]   Mar 27 Mar 2012, 22:17

Une demi-présence.
Présence de feu. Présence de puissance. Présence de glace.
Le regard sur les buissons, Aïwen a cependant bien du mal à distinguer quelque chose qui sortirait de l’ordinaire. Il balaye doucement, patiemment, chaque feuille, chaque tronc, chaque pierre… Jusqu’à ce que la présence s’impose d’elle-même : le mouvement qu’elle fait montre qu’elle s’était accroupie, peut-être trop prudence vis-à-vis de lui et de Loa.
Eux n’avaient pas tenté de se dissimuler, et encore moins de se cacher.
Wen avait cependant du mal à comprendre comment Tyao avait pu voir cette femme qui se présentait à lui.

Ni petite, ni grande, elle arborait des cheveux d’un blanc soyeux et éclatant, et son regard gris anthracite attirait son œil pâle à lui. Lui adressant un léger sourire, Aïwen pencha légèrement la tête sur le côté, comme pour mieux entendre ce qu’elle disait ; pourtant, il l’entendait parfaitement, et l’aurait même entendue à des dizaines de mètres de là, étant donné qu’elle ne murmurait pas.
Deux lapins étaient attachés à sa ceinture, et leur sang dégoulinait sur le sol, formant une tâche brune à ses pieds, marquant aussi son pantalon de cuir souple. Elle venait probablement de chasser, et Tyao, sur son épaule, ne semblait pas du tout à son aise.

- Vous ne devriez pas laisser trainer ces enfants dans la forêt. Elle est… Comment dire… Dangereuse ?

Un sourire étira ses lèvres d’Aïwen, tandis qu’il saisissait la petite sous les aisselles pour la reposer sur le sol. Lui ébouriffant les cheveux au passage, le vieil homme éclata de rire devant la mine boudeuse de Tyao, avant de reporter son attention sur l’inconnue, sortie des bois.

En effet, cette forêt en particulier – et on pouvait même l’appeler jungle – n’était autre que la forêt Ombreuse. Bien des légendes rapportaient une accumulation de prédateurs les plus voraces et puissants dans cette forêt. Non pas qu’il ne les croyait pas, puisqu’il était bien placé pour savoir que toutes les légendes avaient toujours un fond de vérité, mais il savait surtout qu’il sentirait la présence d’un tigre des prairies ou même d’un Brûleur près de la lisière ; il avait une sorte de sixième sens, Faël, pour cela.

Le sourire qui, quant à lui, étirait les lèvres de la jeune femme, était plutôt ambigu. Il sentait quelque chose de fort, chez cette personne. Mais ne tentant pas de creuser cette sensation étrange, il se contenta de répondre à son sourire sardonique par un étirement de lèvres serein. Le fond de ses pupilles brillait doucement.

- Oh, une forêt en elle-même n’est jamais bien dangereuse. C’est plutôt les êtres qui l’habitent qui la rendent dangereuse à fréquenter.

Laissant passer un petit silence, il sentit que Lao tirait légèrement sur sa main, pour attirer son attention. Regardant sa petite fille, elle lui adressa un léger sourire, presque amusé, en tout cas malicieux, avant de prendre elle-même la parole :

- Puis de toute façon, avec Pépé, on ne craint rien ! Il ne faut pas s’inquiéter comme ça…

Lao observa à son tour la femme plus longuement.

- En plus, je suis sûre qu’il a presque trois fois ton âge, donc…

Aïwen la regarda avec de gros yeux, soudain, et elle rentra malgré elle la tête dans les épaules.

- Je.. euh… Votre âge ?

Le Marchombre secoua la tête de gauche à droite, d’un air désabusé. Un sourire subsistait cependant à la commissure de ses lèvres, et il tapota doucement le haut du crâne de la jeune fille.

- Veuillez excuser les manières plus que corrompues de cette jeune fille ! Lao, tu ne sais donc pas te tenir ?! On ne parle pas de son âge au premier inconnu qu’on rencontre. D’une part, cela peut fâcher, et d’autre part, c’est une question de politesse !

- D’accord Pépé…

- Pépé ! J’ai été sage moi, hein Pépé !


Tyao reçut un regard noir de la part de sa sœur, mais ne sembla pas s’en offenser : tirant le pantalon d’Aïwen dans son poing parfaitement fermé, elle ne semblait pas décidée à le lâcher avant un bon moment. Le Marchombre se contenta de soupirer longuement en secouant la tête de gauche à droite…
Revenir en haut Aller en bas
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Quand jeunesse s'acharne... [ PV Lacrya ]   Dim 01 Avr 2012, 15:55

    Paternel.

    C’est l’adjectif qui s’impose à moi quand l’inconnu fait descendre la petite fille de ses épaules, lui ébouriffant les cheveux. Un geste plein d’affection. De tendresse. D’amour.

    Le sourire qui étire les lèvres de l’homme en témoigne. Son rire, léger et joyeux, tout autant. Je ne peux m’empêcher de froncer les sourcils, ce genre de scène d’affection m’étant totalement inconnu. Je me sens comme étrangère. Presque de trop.

    Je me contente donc d’observer, attentive. Les deux fillettes semblent pleines d’énergie. Tournant autour de leur grand père avec plaisir.

    Des enfants…

    Je n’ai jamais eut vraiment affaire à ce genre de petite créature. En vérité, je n’y connais absolument rien. Dans mon esprit, ils sont une entrave à la liberté. Beaucoup les vois comme une ouverture. Une nouvelle expérience. Enrichissante et profonde. Certaines femmes seraient d’ailleurs prêtes à tout pour obtenir un enfant.

    Je ne comprends pas.
    Pas encore du moins.

    Secouant légèrement la tête, je détourne mon attention de ces deux petites filles pour la reporter sur l’homme.


    - Oh, une forêt en elle-même n’est jamais bien dangereuse. C’est plutôt les êtres qui l’habitent qui la rendent dangereuse à fréquenter.

    Je ne peux retenir un petit gloussement. Bien vu. Cependant il n’y a pas que les êtres qui sons dangereux dans une forêt. On peut facilement y mourir. Une mauvaise chute. Un fruit non comestible. Se perdre à travers les arbres peut aussi être mortel. Tout autant que la chute d’une branche.

    Des évènements bêtes et pourtant… Si, une forêt en elle-même peut être dangereuse. Mais certes pas autant que ceux qui l’habite.


    - Puis de toute façon, avec Pépé, on ne craint rien ! Il ne faut pas s’inquiéter comme ça…

    Mon regard se reporte sur l’une des deux fillettes, mon sourire amusé ne quittant pas mes lèvres. M’inquiéter ? Pas le moins du monde. Le sort de ces deux gamines met totalement indifférent. Quand ses petits yeux se posent sur moi, je lui offre un sourire.

    - En plus, je suis sûre qu’il a presque trois fois ton âge, donc…

    Cette fois, je lui lance un regard étonné. Avant de me tourner vers l’homme en question.

    Trois fois mon âge ?

    Certes je le pensais plus vieux que moi mais pas à ce point. A moins que ce soit moi qui ai l’air très jeune.

    En regardant plus attentivement le visage de l’inconnu, je remarque maintenant quelques rides au coin de ses yeux. Etrange, son corps ne parait pas si vieux que cela…

    Cela m’intrigue.

    Fronçant légèrement les sourcils, je plonge un moment mon regard dans le sien avant de reporter mon attention sur la fillette.


    - Je... Euh… Votre âge ?

    Cette fois, je ne peux retenir un petit rire devant la mine déconfite de l’enfant. Bon, les gamins ont au moins l’avantage de nous faire rire.

    - Veuillez excuser les manières plus que corrompues de cette jeune fille ! Lao, tu ne sais donc pas te tenir ?! On ne parle pas de son âge au premier inconnu qu’on rencontre. D’une part, cela peut fâcher, et d’autre part, c’est une question de politesse !

    Nouveau sourire.
    Sincère.


    - Il n’y a pas de mal.

    ]i]Je m’accroupie ensuite et m’adresse à Lao.[/i]

    - Tu sais, l’âge ne fait pas tout. Certes il apporte l’expérience. Mais être plus vieux que quelqu’un ne signifie pas toujours qu’il est plus fort. Ce n’ai pas parce que ton grand père a trois fois mon âge qu’il y a forcément rien à craindre. Vieillir peut affaiblir. Ralentir. Enfin…

    Je jette un coup d’œil à son grand père.

    - Chez certaines personnes seulement. D’autres semblent très bien le vivre…

    Je me redresse, un mystérieux sourire aux lèvres, mon regard fixé sur l’homme en face de moi.


__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Quand jeunesse s'acharne... [ PV Lacrya ]   Jeu 26 Avr 2012, 14:35

Lao fixait intensément cette femme.
Elle avait eu l’amabilité de se baisser légèrement pour lui parler, lui permettant de ne pas avoir à tirer sur son coup pour la regarder dans les yeux, ce qu’elle appréciait beaucoup, c’était vrai ! Mais d’un côté, elle lui faisait un peu peur, et il y avait quelque chose de déroutant dans la couleur de ses cheveux, il fallait bien l’avouer. Parce que oui, elle avait l’air jeune, cette dame, même avec des cheveux blancs. Elle n’avait pas de rides, pas de marques sur la peau – juste quelques cicatrices, et encore – et pas vraiment un regard qui faisait « vieux sage », contrairement à son arrière-grand-père.

- Tu sais, l’âge ne fait pas tout. Certes il apporte l’expérience. Mais être plus vieux que quelqu’un ne signifie pas toujours qu’il est plus fort. Ce n’ai pas parce que ton grand père a trois fois mon âge qu’il y a forcément rien à craindre. Vieillir peut affaiblir. Ralentir. Enfin…

Oui, ça elle avait pu le voir sur Naïkiti, qui semblait vieillir encore plus à chaque fois qu’elle la revoyait. Son arrière-grand-mère avait de plus en plus de mal à bouger, à marcher… Pourtant, elle racontait toujours aussi bien les histoires ! Et puis même, Kuyr et Joy, ses deux grands parents, semblaient aussi fatigués par le poids des ans. En y réfléchissant bien… Il n’y avait qu’Aïwen qui était comme ça, et pourtant c’était le plus vieux de tous ! Etait-ce un pouvoir Faël ?

- C’est vrai ça ! Dis Pépé, pourquoi Mémé elle semble plus vieille que toi, alors qu’en fait elle est plus… euh… moins vieille ?

Aïwen sourit.
Il suivait l’échange avec intérêt, s’attardant sur la jeune femme qui était en face d’eux et qui venait d’engager une jolie conversation, c’est un fait. Il y avait quelque chose, dans son attitude, qui le poussait à s’en méfier, mais il renia cette sensation pour l’instant, pour le moment : rien ne semblait promettre un affrontement ou une méfiance à attiser, il n’en voyait donc pas l’intérêt. Mais tel qu’il percevait la jeune femme, il était certain qu’il devait avoir plus du triple de son âge. Elle n’avait pas encore la trentaine, semblait posséder entre vingt-six et vingt-huit ans. Donc il en avait bien au moins le triple, et cela lui tira un sourire.
Se tournant vers Lao, il lui sourit tendrement.

- C’est ainsi. Le temps n’a pas le même effet sur tout le monde.

- Pis y’a aussi des gens qui sont mourrus avant d’autres, alors qu’ils sont jeunes !


Aïwen sourit, prenant la petite Tyao dans ses bras.

- Et oui, malheureusement on n’est pas égaux face au temps et au reste…

- Mais Pépé, on peut quand même se protéger, non ? Tu fais pleins de trucs, tout le temps, c’est pour t’entretenir ?


Le vieux Marchombre sourit, lançant un regard en coin à la jeune femme qui était là. Elle les avait emmenés dans une conversation bien étrange et étonnante, pour des enfants de l’âge de ses arrière-petites-filles ! Mais c’était aussi un plaisir que de voir leur manière de penser et de fonctionner, leur perception des choses. Il en apprenait toujours plus sur elles, et gardait l’esprit parfaitement ouvert.

Finalement, il ne répondit pas immédiatement à Lao et tendit une main brunie par le temps et le soleil à leur interlocutrice.

- Dans tous les cas, enchanté de faire votre connaissance. Je m’appelle Aïwen, et voici donc Tyao et Lao, mes arrière-petites-filles.

Je suis sûr que vous n’êtes pas venue ici pour parler des effets du temps sur les hommes, alors qu’est-ce qui vous amène ?


Amical, serein et souriant, Aïwen était juste curieux, et venait aussi de piquer la curiosité des deux petites filles qui l’accompagnaient. Tous les regards se tournèrent donc vers la femme aux cheveux blancs et au sourire un peu bizarre…







[ Voilà pour la réponse, désolée d'avoir été si longue, j'étais en vacances ^^' ]
Revenir en haut Aller en bas
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Quand jeunesse s'acharne... [ PV Lacrya ]   Dim 29 Avr 2012, 17:58

- Ce n'était mon but premier en effet. Mais je me rends compte que je les connais bien mal en vous voyant...

Mon nom est Lacrya. Je suis venue par simple curiosité. Prudence également. J'aime savoir qui se trouve à proximité de ma monture.

__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Quand jeunesse s'acharne... [ PV Lacrya ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand le sort s'acharne...
» Jeunesse haitienne: Quel espoir??? Quel avenir???
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Michaëlle Jean et le rêve de la jeunesse haitienne
» Quand la vie va tout va!!! [PV: toute la clic^^]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Lac Chen-
Sauter vers: