AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Trouvailles et retrouvailles [PV Nuha et Dolce] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4386
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Trouvailles et retrouvailles [PV Nuha et Dolce] [Terminé]   Jeu 08 Mar 2012, 13:53

Syndrell tourna lentement sur elle-même et écarta les bras pour mieux juger le reflet de sa nouvelle tenue dans le miroir. Après le noir uniforme de sa combinaison de cuir, puis le bleu foncé de son corset de feutrine, c’était au gris anthracite de dominer son ensemble, formé d’une tunique de cette couleur sur un pantalon gris clair. Le cuir neuf de ses bottes, qui lui arrivaient presque aux genoux, brillait d’un éclat brun foncé, en accord parfait avec celui qui rehaussait la large ceinture ceignant sa taille menue. Une cape de la même teinte recouvrait ses épaules et son dos. Quant à son front, il était cerclé d’un foulard ocre et sable qui jouait avec les nuances de ses yeux dorés et soulignait le bleu de ses cheveux.

- Pas mal, décida-t-elle en posant les mains sur les hanches.

Une bonne partie de ses économies était passée dans l’achat de ces vêtements, mais elle n’avait pas eu l’ombre d’un regret en se débarrassant des vieilles nippes qui la rendaient presque indécente. Choisir une tenue qui allie confort, pratique et élégance lui avait demandé une matinée complète, toutefois le résultat lui plaisait. Souriant dans la glace, Syndrell s’observa encore quelques instants puis se détourna pour récupérer ses affaires et quitter la chambre.

Lyke l’attendait dans le couloir. Bras croisés sur la poitrine, il avait sur les lèvres cette moue enfantine qui tranchait avec la gravité de son regard. Syndrell s’arrêta et désigna sa tenue.


- Alors ?
- Pas mal…


Il avait repris son expression et elle sourit, puis fronça les sourcils en voyant qu’il ne s’égayait pas comme il en avait pourtant l’habitude. Depuis qu’ils étaient revenus du nord, trois semaines plus tôt, une relation toute nouvelle était née entre Lyke et elle, passant de la simple amitié à une complicité très forte. Craignant d’abord que le garçon, dont les yeux s’assombrissaient parfois au souvenir de sa mésaventure avec Trinan, évite désormais celle qui attirait les ennuis comme personne, la marchombre s’était rapidement rassurée en comprenant qu’il n’en était rien.

Au contraire. Cet épisode semblait avoir donné à Lyke une nouvelle raison d’admirer la jeune femme, et il n’avait de cesse de la suivre partout, tout le temps ; lorsqu’elle descendait au lac ou partait se balader dans le bois, lorsqu’elle montait sur le toit de l’école pour compter les étoiles et défier le vent… Depuis son retour à l’Académie, finalement, Syndrell ne s’était pratiquement jamais retrouvée seule. Une situation à laquelle elle s’habituait étonnamment bien. Jamais encore il ne lui était arrivé de demeurer aussi longtemps dans l’école, et si elle en prit conscience, il ne lui vint pas à l’esprit d’y changer quoi que ce soit.


- Tu t’en vas, n’est-ce pas ?
- Oui.


Ces trois semaines étaient passées fichtrement vite. Lyke et elle s’étaient beaucoup amusés. Ensemble, ils avaient organisé des opérations secrètes pour aller chiper des biscuits dans la cuisine ; il était impossible de déterminer avec exactitude le nombre d’heures qu’ils avaient passées à flâner dans le bois. Ni l’un, ni l’autre n’avait vu le temps filer. Jusqu’à ce que le garçon ne lui demande si elle avait des nouvelles de sa mère.

Syndrell n’avait pas revu Kunst depuis des mois. La formation dans laquelle elle s’était lancée était très prenante. Si Lyke l’avait accepté sans faire d’histoires, il était normal qu’il ait besoin de voir sa mère, et Syndrell avait espéré qu’elle serait là à leur retour de la Citadelle. Mais lorsqu’ils étaient enfin rentrés à l’Académie, après avoir passé quelques jours en compagnie des Kern, Kunst n’était pas là. Pas de quoi fouetter un chat, avec cette manie qu’avaient les marchombres de suivre un souffle de vent jusqu’à des terres inexplorées… mais en réalité, personne n’avait plus de nouvelles de la mère de Lyke depuis plusieurs semaines.

Elle n’en avait rien dit à Lyke pour ne pas l’inquiéter, mais puisque personne ne semblait se soucier de l’enfant, Syndrell avait décidé de partir à la recherche de Kunst. Et depuis que l’idée avait jailli dans son cerveau, une étincelle illuminait son regard d’or – étincelle qui, bien sûr, n’avait pas échappé au petit garçon, dont la vivacité et la perception ne cessaient d’étonner la marchombre. Elle hocha la tête.


- J’ai une nouvelle mission, dit-elle en songeant qu’avec Lyke, la vérité valait mieux qu’un mensonge.
- Qu’est-ce que c’est ? demanda-t-il aussitôt, et la curiosité qui anima son regard tira un éclat de rire à la jeune femme.
- Secret marchombre !
- Je peux venir avec toi ?
- Pas cette fois, bonhomme.
- C’est pas juste,
bougonna Lyke en baissant la tête.

Deux doigts qui se glissèrent doucement sous son menton lui intimèrent de lever le visage ; instinctivement, il chercha un regard doré qu’il trouva immédiatement.

- Je m’en vais et j’ignore combien de temps je serai absente, mais cela ne veut pas dire que tu dois être triste !
- Je sais… mais fais quoi, moi, en t’attendant ?
- Tu vas continuer à subtiliser les biscuits de Fyna sans jamais te faire surprendre, et puis si tu t’en estimes capable, tu vas aller chercher ceux du vieux Kelgin.
- Le concierge ?
- Oui.


Lyke s’accorda le temps de la réflexion sous le regard amusé de Syndrell. En trois semaines, il avait appris à se déplacer avec silence et légèreté, à crocheter des serrures parmi les plus compliquées de l’école et à aiguiser son sens de l’observation. Des progrès qui pouvait surprendre si l’on considérait son jeune âge, mais l’enfant passait presque tout son temps à observer Syndrell… et à l’imiter. Jusque-là, ses excursions nocturnes pour dérober les biscuits que Fyna, la cuisinière en chef, gardait sous clé, s’étaient révélées fructueuses, mais Syndrell n’était jamais très loin de lui ; le vieux Kelgin, en revanche, constituait un défi plus risqué car plus difficile. Ce n’était pas un marchombre, mais le garçon n’en mettrait cependant pas sa main à couper, et le concierge avait la réputation d’un homme rude et peu enclin à l’indulgence…

- D’accord !
- Si tu y parviens, j’envisagerais peut-être de t’apprendre à te servir d’un couteau…
- Je sais déjà m’en servir !
- … comme un marchombre.


Cette fois, Lyke sourit de toutes ses dents. Envolées, la moue boudeuse, la tristesse des adieux et la crainte de se retrouver seul ! Si sa présence était tolérée au sein de l’Académie, en revanche la formation que suivait Kunst lui était pour l’heure refusée. Qu’à cela ne tienne ! Il avait décidé de se former lui-même, et puisque Syndrell acceptait de lui donner un coup de main…

Comme si ce sourire était le signal qu’elle attendait, Syndrell passa la main dans les longs cheveux blonds de l’enfant puis tourna les talons. Elle était pratiquement arrivée au bout du couloir lorsque la voix de Lyke s’éleva dans son dos.


- Syn ?
- Oui ?
- A bientôt !


Regard doré qui s’enflamme.
Clin d’œil complice.
Promesse.



~ * ~ * ~



Chercher un marchombre dans cet Empire, c’était comme chercher une aiguille dans une botte de foin. Dans le noir, et sans les mains. Syndrell en était parfaitement consciente, tout comme elle savait qu’il ne lui était pas conseillé de se mêler à l’apprentissage de Kunst, mais bien mal avisé était celui qui oserait l’en empêcher ! Elle était convaincue que cette trop longue absence n’était pas bon signe, et Lyke avait besoin de sa mère pour grandir… c’était une certitude qu’elle portait au fond de son cœur comme la leçon tirée d’un passé marqué par un vide maternel, une certitude qui la poussait à se lancer dans une aventure pour le moins insensée mais non moins que sa quête personnelle.

Vagabond était heureux de pouvoir galoper à travers champs. Il s’était parfaitement adapté aux écuries de l’Académie et aux autres chevaux qui y transitaient, en plus d’être totalement accepté par Petit-Sucre, l’enfant qui accompagnait toujours sa cavalière et dont les poches étaient toujours pleines de douceurs, mais son besoin de liberté était bien trop grand pour être pleinement assouvi par les balades en forêt. Il bondit de joie et lorsque Syndrell se pencha sur son encolure pour lui murmurer quelques mots, il agita les oreilles, l’écoutant comme jamais un cheval n’avait écouté un homme.


- Le sud, lui dit-elle dans un joyeux sourire. C’est notre direction, joli cœur !

Une direction qui n’était pas vraiment due au hasard. Si les quelques marchombres qu’elle avait interrogés au sujet de Kunst s’étaient montrés peu prolixes, elle était parvenue à retracer le dernier itinéraire du groupe dont l’apprentie faisait partie ; il longeait les Dentelles Vives et s’arrêtait sur la côte, mais d’ici à ce qu’elle atteigne le sud, d’autres informations viendraient peut-être s’ajouter aux premières…

N’ayant emporté avec elle que le stricte nécessaire, c'est-à-dire son arc, son carquois, sa besace et une outre d’eau, Syndrell fit un détour par Al-Chen pour s’approvisionner. Par un heureux coup du sort, une caravane d’itinérants venaient justement d’arriver sur l’esplanade ; attirée par l’animation qui en résultait, la marchombre se glissa parmi la foule de curieux et reconnut immédiatement l’imposante guerrière qui se chargeait de contenir l’empressement des badauds pendant que les chariots étaient déchargés.


- Enna !

La Thüle leva les yeux, cherchant du regard la personne qui l’avait ainsi interpelée, la trouva enfin et son visage encadré de mèches rousses s’illumina tout entier.

- Syn, ma caille !

L’instant d’après, Syndrell disparaissait dans sa puissante étreinte et priait pour que ses os ne cèdent pas sous la pression.

- J’avais presque oublié ta tendresse d’ourse, dit-elle dans une grimace lorsqu’Enna la libéra enfin.

Loin de s’offusquer, la guerrière partit d’un éclat de rire tonitruant.

- Qu’est-ce qui t’amène ici, poulette ?
- Les affaires, bien sûr…
- T’es toujours une marche à l’ombre ?


Syndrell sourit. Le franc-parler d’Enna lui avait manqué, réalisa-t-elle soudain, au moins autant que l’ivresse d’un voyage vers l’inconnu.

- Toujours !
- M’étonne pas de toi… Allez viens ! Je te paye un verre.
- Où est Naagrarh ?
- Occupé à palabrer avec des acheteurs. Il nous rejoindra tout à l’heure.
- Vous revenez de loin ?
- Al-Far : cinq mois, une attaque de coupeurs de gorge, une indigestion aux racines de niam et un bœuf tombé dans une ravine. Bon, tu viens ? J’ai soif !


Abandonnant pour un temps la partie, Syndrell emboîta le pas à son amie.
Heureuse.

Elle l’était toujours lorsque, deux heures plus tard, elle se trouvait à la table d’une sympathique petite auberge, en compagnie de ses amis. En la découvrant en train de trinquer avec Enna, Gildas et Gareth avaient littéralement explosés de joie. Trent, Kelian et Ejaal, les trois anciens légionnaires, s’étaient montrés plus réservés mais non moins ravis de retrouver leur camarade, mais de tous, Naargrah avait témoigné la plus grande et la plus vive émotion à l’égard de la marchombre.

Il s’était planté devant elle pour l’observer sans rien dire, fasciné de constater à quel point elle avait changé, comblé à l’idée que leurs chemins se croisent à nouveau, ému de retrouver dans ses yeux dorés tout l’amour qu’elle vouait à cette troupe de joyeux drilles qu’il menait depuis bientôt huit ans. Bien plus sérieux qu’eux tous réunis, il s’était contenté de poser une large main sur l’épaule de Syndrell, mais ce simple geste témoignait, à lui seul, de toute l’affection qu’il avait pour elle.

Profitant de ce qu’Enna était en train de vider sa cinquième ou sixième chopine, Syndrell entreprit de faire à ses amis le récit de tout ce qu’il lui était arrivé depuis leur dernière rencontre, deux ans plus tôt. Elle leur fit grâce des détails qui concernaient Dolce et sa trahison envers les siens mais n’hésita pas à leur confier les épreuves qu’elle avait traversé ; la cruauté de Vanora assombrit bien des regards, et du coin de l’œil, Syndrell vit Enna serrer les poings. De joyeux sourires illuminèrent les visages, cependant, lorsque la jeune femme leur appris la naissance d’Yllena.

Ce fut un après-midi mémorable, qui les mena jusqu’à une soirée tout aussi riche en émotions. Comme elle s’y était attendue, Naagrarh lui proposa de se joindre à leur prochaine expédition, et l’espace d’un instant, Syndrell fut tentée d’accepter ; la perspective de voyager en leur compagnie, de retrouver sa place au sein d’un groupe aussi joyeux avait fait flamboyer ses yeux dorés, mais elle avait finalement refusé.


- Un jour, promit-elle à l’itinérant.
- Quand ?
- Je ne sais pas encore…

Naagrarh n’avait pas insisté. Il se souvenait avoir posé la même question à Miss et il n’était pas étonné de voir que Syndrell lui offrait une réponse presque identique. Nul ne s’offusqua lorsque la marchombre quitta la troupe, un peu avant les premières lueurs du jour. Ils partageaient tous cette conviction que leur route croiserait à nouveau celle de leur amie et cela leur suffisait. Tout comme à Syndrell.


~ * ~ * ~



Perchée sur une large branche d’arbre, Syndrell acheva de tresser ses longs cheveux. En contrebas, Vagabond broutait tranquillement. La marchombre ferma les yeux et prit une profonde inspiration. L’air sentait bon le printemps, même si la saison ne s’imposait pas encore véritablement. Le soleil se montrait de moins en moins timide mais les nuits restaient fraîches et parfois, la pluie se mêlait au vent pour mener la vie dure aux paysans que la jeune femme avait croisés sur sa route.

Cette fois pourtant, il faisait beau, et presque chaud sous le couvert des arbres. Débarrassée de sa cape et de son carquois, désormais accrochés à la selle de son cheval, Syndrell se laissa basculer en arrière, utilisant ses jambes pour verrouiller sa prise sur la branche. A la force de ses abdominaux, elle remonta une première fois, redescendit, puis remonta sans effort. Un chanson lui trottait dans la tête, un bon repas l’attendait sur le feu et un sourire heureux ne quittait pas ses lèvres entrouvertes.

Elle remontait pour la quatre-vingt-deuxième fois lorsqu’un bruit, plus léger qu’un souffle, attira son attention. Trois secondes. C’est le temps qu’il lui fallu pour se hisser sur la branche, dans l’ombre du tronc, et devenir silence absolu. Sous ses pieds, Vagabond leva la tête et dressa les oreilles, lui aussi attentif. Quelqu’un approchait…





__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 20/10 au 03/11]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)


Dernière édition par Syndrell Ellasian le Mer 31 Oct 2012, 00:14, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Trouvailles et retrouvailles [PV Nuha et Dolce] [Terminé]   Ven 09 Mar 2012, 12:27

Des cheveux brun coupés courts et des yeux d'un vert trop brillant pour être soutenus. Il n'est pas très grand, tout ces colosses autour de lui le dépassent de bien plus d'une tête, mais les muscles roulant sous sa peau clair l'intègrent parfaitement au groupe de guerrier dont il est le centre incontestable. Ils rient fort, parles à s'en couper les uns les autres sans s'écouter mais tout le monde se comprend et tout le monde s'y plaît. Tout le monde sauf les autres. La minuscule auberge de ce village au bord du lac Chen n'est pas fréquentée que par ce groupe de mercenaire bruyant, les villageois y ont aussi leurs instant de détente, ou plutôt y avaient. Les bruyants guerriers ne sont peut être pas assez imposant pour occuper toute la salle, mais leur présence y déborde largement, poussant les gens à éviter la zone, ou à ne pas s'y attarder. Ce ne sont pas de mauvais bougres et sans doutes leur présence est-elle plus rentable a l'établissement que celle des villageois. Sortant visiblement d'un bon travail, ils s'empressent de dilapider leurs gains en boisson et nourriture ! Ce sont des personnes qui n'aiment rien d'autre que l'amusement et l'aventure.

Cependant, l'un n'exclue jamais l'autre, c'est pourquoi l'un d'entre eux jette un œil sur tout les visiteurs qui passent la porte de leur lieu de repos actuel. Jusqu'à présent, ce n'était qu'un regard de passage, sans véritable intérêt pour les quelques villageois habitués, mais cette fois le regard s'arrête sur le reflet éclatant d'une lame. En apercevant une autre de l'autre côté de la taille du personnage, il remonte le corps d'un homme décidément grand. Il s'attarde avec une moue déçue sur ses bras fins qui n'arborent que de fin muscles sous sa sombre peau. Même si son propre chef n'est pas amateur de la gonflette, la force reste leur moyen d'expression préféré. Passant sur ce léger détail, il se permet alors d'observer son visage et stoppe sur ses profonds yeux noirs qui le fixent aussi. Juste au dessus d'un sourire ironique et sous de longues tresses qu'il ne peut que reconnaître.

Il attrape violemment l'épaule de son camarade de droite et montre de l'autre l'intrus. Son geste met peu à peu fin à toutes les conversations et les yeux sombres se posent dans l'éclat vert du personnage central. L'atmosphère s'est figée et les quelques téméraires villageois occupant les lieux se replient dans un coin, inquiet que ces brutes ne s’entre-tuent sans prendre gare aux dommages collatéraux. L'intrus ne semble pas aussi inquiet qu'eux et s'avance tranquillement jusqu'à la table du groupe de mercenaire pour y prendre place sous leurs yeux rivés sur lui. Seul l'homme aux yeux vert répond à son franc sourire par un simple étirement des lèvres. Ils se contemplent l'un l'autre un moment, cherchant les marques du temps sur leur corps. Puis finalement, l'un prend la parole.

-Qu'est-ce qui peut bien t'amener par ici gamin?
-Je passais du côté d'Al-Chen.. et puis des voix affreusement bruyantes m'ont guidées jusque là !

Des sourires naissent autour de lui, l'un des colosses se masse même les poings, prévoyant remédier à l'insolence du garçon. Les yeux vert ne prennent pas mouche et l'étudient toujours sous toutes les coutures. L'atmosphère semble affreusement lourde en l'absence des rires de géants et des mauvaises blagues qui les faisaient naître. Déjà les derniers clients profitent que le ton soit à la discussion pour fuir les lieux. Le patron, quant à lui jette un regard suspicieux au groupe d'hommes, sans pour savoir s'il vaut mieux pour lui qu'il intervienne maintenant ou non.

-Ainsi, tu te pensais invité à nos réjouissances Nuhadu?
-N'est-ce pas la coutume qui veut que les amis soient toujours bien reçus?
-Qui parle d'ami gamin ? Je me souviens que tu as toujours voulu me frapper avec ces lames que tu portes là.
-Oh mais ça n'a pas changé. Je suis là pour ça Roy.
-De nos jours, les gamins ne veulent rien comprendre.


Le fameux Roy ferme les yeux dans un soupir, se disant sans doute qu'il n'y échappera pas. Il n'en sourit pas moins largement quand il les rouvre et tend un poing devant lui.

-Tu m'en feras perdre du temps gamin! Bon retour parmi nous!

Le jeune homme applique son poing contre celui de son vieil ami, suivant la coutume Thül que le groupe aime à reproduire en son sein. S'ensuit alors plus de bruit que jamais auparavant, car les retrouvailles se fêtent plus encore que les missions menées à terme ! Tout le monde peut frapper les épaules de Nuhadu au risque de les lui arracher et lui hurler dans les oreilles d'incompréhensibles vœux de bienvenue qui le rendront certainement sourd pour plusieurs jours. Certain parmi les plus anciens du groupe, qu'il avait alors déjà rencontré, réclament de le prendre dans leurs bras et il eut beau protester qu'il n'y coupa pas. C'est à moitié brisé qu'il boit et rit avec eux jusque tard dans la nuit.. alors qu'il était arrivé en milieu de journée. Il finit en bien piètre état, dansant et chantant avec eux, manquant de rompre une table quand il y fut violemment projeté par il-ne-savait-plus-qui, pour il-ne-savait-plus-vraiment-quel-jeux. Finalement il est accueilli dans l'une de leur chambre et tombe d'un sommeil profond que nul baffe ne saurait réveiller.

Les sceaux d'eau par contre..
Il ouvre de grand yeux et se redresse d'un bond pour fuir l'herbe humide. L'herbe.. ne s'était-il pas endormi sur le plancher d'une chambre, au milieu d'un amas de corps abandonnés à l'ivresse ? Ou un truc dans le genre ? Il aurait quand même fallut un peu plus que de la boisson pour lui donner de telles hallucinations ! Son esprit est encore embrumé, mais pas assez pour l'épargner d'une affreuse migraine. C'est qu'il faut un sérieux entraînement pour vivre le rythme de ces guerriers, entraînement qu'il aurait du reprendre avant de venir. Il trouve néanmoins Roy qui tient un sceau à la main, évidemment, et arbore le sourire ironique qui avait tant énervé le jeune homme autrefois.

-Ben alors gamin ? Tu viens me défier et t'espérais pouvoir roupiller toute la journée?
-Tu parles ! Le soleil se lève à peine ! Je peux même pas être sûr d'avoir dormi quatre heures!
-Ah mais arrête de te plaindre ! C'est quand même pas ma faute si on a du chemin à faire.
-Du chemin?
-Ouaip ! On part reconquérir tes tresses gamin.
-De quoi tu p..


Il porte la main à sa tête, et au lieux des épaisses tresses qu'il espérait trouver, se sont de fin cheveux emmêlées dans un désordre total qui retombent sur ses épaules. Il ouvre la bouche, comme pour pousser un juron, les yeux ébahis, mais rien ne sort. Il regarde plutôt son vieil ami avec des yeux étonnés. Il a du bien mettre les quatre heures de son sommeil pour défaire toutes ses précieuses tresses.. a moins que..

-Tu te rends vraiment compte de rien quand t'es bourré hein?

Pas besoin d'en dire plus.. il éclate de rire pendant plusieurs minutes et une fois remis, il accompagne sans un mot le guerrier jusqu'aux écuries. Kishi l'y attend, ce qui surprend Roy qui ne l'a jamais vu monter, même du temps qu'il les accompagnait. Il était alors toujours sur le chariot de leur provision, refusant catégoriquement de monter derrière qui que ce soit. Le voir grimper sur l'étalon noir n'est pas sans lui rappeler que le gamin à grandi et changé depuis.. combien de temps déjà ? Il ne saurait pas dire quand il a vu ce gamin pour la dernière fois, mais ça remonte à des années assurément ! Depuis il a grandit.. pas en taille ! Heureusement pense le mercenaire aux yeux vert, il se faisait déjà dépassé par bien trop de centimètres.. combien ? 30 ? Ah ! N'y pensons pas c'est trop déprimant pour lui ! Mieux vaut qu'il se réjouisse de le tourner encore en bourrique ! C'est que le garçon à gagné en sens de la répartie ! Une vrai petite fusée ce gamin, avant il ne tenait jamais en place, mais au contact des fiers guerriers il avait appris la modération.. étonnant ? Au contraire ! La première chose qu'on y apprend c'est à jouer avec la mort et les lames. N'importe lequel des précédents brayards devient un combattant attentif et concentré au moment venu. C'est sans doute pour cette raison qu'on les engage malgré leur mauvaise réputation des les villages où ils ont pris du repos. Après tout, il n'y a pas toujours des Thuls pour les petits boulots et leur sens de l'honneur tout particulier pouvait les rendre inutiles pour certains boulots moins reluisant. La vie de mercenaire suit l'argent et ne pose que rarement des questions.

Roy monte sur son propre canasson, sa grande épée dans le dos. Nuhadu sait que c'est avec elle qu'il va l'affronter. Prendre une autre arme serait un moyen de lui manquer de respect. Non pas qu'il ne sache pas en manier d'autres, au contraire, c'est lui qui lui a apprit à jouer des épées, mais cette arme là est sa favorite et aussi sa signature. Leur duel remonte à une promesse de longue date et Nuhadu a espoir de pouvoir jauger son avancée sur celui-ci. Ses plus fiers souvenirs sont en grande part les entraînement semblable à des tortures que cet homme lui a imposé pour obtenir des épées qu'il n'aurait jamais eut les moyens de s'acheter. Il lui doit le début de sa vie libre et aussi son sang froid, bien que pas à toute épreuve. Peut-être ne peut-il envisager son passé qu'à partir de sa rencontre avec Roy.

Et une étape de son futur et de le vaincre dans un duel. Ce qu'il n'a jamais réussit à faire mais il ne doute pas que cela arrivera un jour. Après tout, il doit devenir un grand et insaisissable marchombre un jour ! Roy peut-il prétendre à les égaler ?
Il a bien peur que oui.

Pour une raison que l'homme aux yeux vert se garde, il n'est pas question pour lui de se battre n'importe où, du moins pour un duel qu'il estime important. Roy est un féru d'histoires et de légendes. Il est aussi persuadé que le monde tourne sur certains conflits, opposant particulièrement des héros. Selon lui, toute l'histoire peut se lire dans les épées qui l'ont écrite. Il n'en délaisse pas moins la plume, puisque Roy écrit un mémoire de sa vie, mémoire que personne n'a le droit d'approcher. Il assure à qui lui demandera, que l'on ne devrait pas lire une histoire qui n'a pas de fin. La fin de celle-ci semble devoir être sa mort, mais personne n'arrive à imaginer qu'elle pusse arriver.
On ne terrassera jamais ce guerrier au combat. C'est la rumeur que ses amis propage.
Mais personne n'est invincible !

Ainsi donc, il faut que le duel se déroule dans un paysage splendide, qui domine le plus possible les alentour. Le genre de lieu qui font se sentir comme des titans et croire que le monde entier attend la conclusion finale de cette bataille. A l'occasion, il a choisit qu'ils fouilleraient les dentelles vives à la recherche d'un tel lieu. On ne peut pas raisonner cet homme et Nuhadu ne le cherche en aucun cas. Il est trop heureux de le retrouver et de prendre ainsi le temps de lui parler avant qu'ils ne croisent le fer. Bien qu'ils se relatent quelques aventures, à aucun moment le sujet du marchombre n'est abordé. Nuhadu ne se sent pas le courage de lui avouer son impression de stagner sur la dernière voie qu'il a choisit et Roy ne la connaissant pas se fit tout bonnement à ses histoires de voyage et de errements sans but. Il rit d'ailleurs bien en entendant l'histoire d'un écureuil et d'un ours élastique qui ont mis son ami dans une bien pénible situation. A son habitude, il ne témoigne d'aucune pitié vis à vis des terribles blessures qu'il a accumulé sur sa route. Au contraire, il se prend à rire de l'amour que doit lui porter la Dame pour le sauver ainsi de tant de situations désespérées.

Leur périple dura plusieurs jours, parfois agrémentées d'une averse qui faisait sourire l'un et ronchonner l'autre. Roy n'a jamais partagé l'amour du jeune homme pour les éléments les plus déchaînés. C'est un homme qui vise plutôt la tranquillité, à l'opposée de ses hommes. Jamais satisfait, il pousse leurs recherche toujours plus loin, dans les pics acérés. Nuhadu craint qu'il finisse par choisir d'en escalader un pour qu'ils se battent à son sommet. Non seulement il doute des talents de Roy à escalader un pic avec son épée, mais il craint surtout que l'un d'eux meurt bêtement en s'y essayant et empêche ainsi le précieux duel qu'il est venu rechercher. Fort heureusement, l'idée ne le prend pas pour le moment. Ils continuent de chevaucher tranquillement, à la recherche de l'emplacement miracle.

Faute de le trouver, Roy distingue la fumée d'un feu.. Si on ne peut reprocher son attitude amicale au mercenaire, il n'en a pas moins un sens du profit assez aigu, son boulot oblige, ce qui a aussi développé un art assez rare que Nuhadu a finit par nommer : ''Le vol correcte''. Le principe est simple et sans violence. Roy est capable avec à peu près n'importe quelle personne, de s'inviter à un repas ou une festivité avec une facilité déroutante. Les gens, pris sous ce pouvoir terrifiant, finissent par partager leurs possessions avec lui, d'une façon ou d'une autre. Jusqu'à présent, Nuhadu n'a vu personne parer cet art secret fort particulier.

Et Roy décide que le propriétaire de ce feu doit être une personne aimable qui invite les voyageurs qu'elle croise. Aucun soupir, aussi fort que Nuhadu puisse le pousser, ne le dévie de cette idée, alors ils se dirigent droit vert la source de la fumée.

-Puisque je te dis qu'il a attrapé le tigre dans ses bras et qu'il l'a étranglé!
-Un tigre des prairies ? Rien que ça ? Et pourquoi pas un ou..
-Tu allais dire ?
-Un ogre.
-T'as vraiment été traumatisé par cet ours élastique toi !
-Mais qu'est-ce que tu vas t'imaginer ? J'ai pas peur de ces boules de poils puantes!
-Je vois surtout que tu peux plus en parler sans frissonner.
-C'est pas de frissons ! Dit moi plutôt pourquoi le campement de ton ami amical et offrant est vide.
-Je ne sais pas moi.. peut-être qu'il a rencontré un ours-élastique !
-J'aurais pas du t'en parler ! T'es vraiment un gamin des fois.. Et le cheval, tu le justifie par un ours-élastique peut-être?
-Bah pourquoi pas ? Si ça se trouve c'est un ours-élastique gourmand qui veut nous piéger avec ce cheval comme appât !
-Ouais.. sinon c'est peut-être juste que le gars t'a entendu rire comme un dément et qu'il s'est enfuie.
-On a qu'a demander, non ? HEHOOOO ! Y A DE LA PLACE POUR DEUX INVITES AUTOUR DE CE FEU ? C'est que ça sent bon en plus.. faudrait pas laisser tout ça brûler.
-C'est pas toi qui me disait de ne jamais se montrer ouvertement à un possible ennemi ?
-J'ai aussi du te dire qu'on ne doit jamais croire qu'un..
-Q'un jamais cache un toujours. Ouais ouais je sais.
-Tient tu m'écoutais quand je te parlais ? On dirait que je me suis trompé sur ton compte.


Un simple soupir, faussement désespéré répond à sa question alors que Roy descend de cheval pour s'approcher du feu et renifler la nourriture de plus près. Nuhadu, gagné par l’insouciance de son amie met pied à terre à son tour pour tenir les chevaux. Il ne peu s'empêcher de grimacer quand des mèches échappe au pauvre lacet qu'il utilise pour maintenir ses cheveux en queue de cheval. Ses tresses tellement plus pratiques lui manquent. Mais pour le moment il se débrouillera sans.


__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Trouvailles et retrouvailles [PV Nuha et Dolce] [Terminé]   Ven 09 Mar 2012, 23:38

Un hennissement retentit, puissant, vibrant. Immédiatement suivi par un second, plus timide, mais néanmoins vibrant. Un sourire étira les lèvres de Dolce, tandis que Fu, logé sur son épaule, sautait sur l’étagère la plus proche pour se faufiler rapidement jusqu’au box de Loyale, qui l’accueillit avec ravissement, renâclant doucement. Le mustélidé bondit sur sa croupe, et s’y enroula, visiblement satisfait de lui-même. L’Envoleur sourit devant ces marques de tendresse évidentes. Et surtout parce que bientôt, Fu ne verrait plus Loyale, sauf occasionnellement. Et encore.

Parce qu’elle méritait mieux que de finir ses jours dans un box-paddock au domaine, cette jument géniale. La saluant en lui caressant tendrement le chanfrein, le jeune homme fit de même avec Singa, dans le box d’à côté. Un sourire sur les lèvres, il plongea son regard dans celui de la jument, qui lui donnait quelques coups de tête affectueux.

- Loyale, ma vieille… Ca te dirait des grands prés et pleins d’autres chevaux ?

Comme en réponse à sa question, la jument le poussa un peu plus du bout du nez, fourrant ses naseaux dans ses paumes ouvertes, mais vides.

- Je suis sûr que cela te plaira…

Sa voix se cassa sur cette phrase, mais il était bel et bien décidé : pour le bonheur de Loyale, il préférait l’envoyer chez son vieil ami éleveur. Elle y serait parfaitement entretenue, et serait libre dans des prés immenses, avec d’autres chevaux, et sans doute aussi des poulains aux pattes.

- Je selle Singa, et on y va, ma vieille. N’est-ce pas bonhomme ?

Il n’avait aucune raison valable de la tenir « séquestrée » ainsi, dans un box, sinon pour sa santé physique. Mais elle irait beaucoup mieux moralement dans l’herbe, c’était un fait, et ne pouvant plus la monter pour de longs voyages, il voulait simplement veiller à ce qu’elle eût une fin de vie exemplaire.
Et elle ferait une excellente poulinière, il en était certain.


§§


Trois jours.
C’était le temps qu’il avait fallu à Dolce, Fu, Singa et Loyale pour arriver face à l’immensité de prés parqués par des larges, solides et hautes barrières de bois, début du domaine de Juko. Sans hésitation, l’Envoleur avait donc dirigé les deux chevaux sur le chemin quotidiennement utilisé qui menait à la bâtisse cachée entre les arbres, à plus de deux kilomètres à l’intérieur des terres parquées. Dans les prés, s’ébattaient tranquillement des dizaines de chevaux qui, curieux, s’étaient plus ou moins rapprochés des nouveaux venus.

Singa, qui semblait décidément bien aimer être le centre de l’attention, piaffait sur place, la nuque haute, la mâchoire détendue, les hanches abaissées pour impressionner ces autres équidés qui lui tournaient autour. Loyale quant à elle, intéressée mais bien plus calme que l’étalon isabelle, ne faisait qu’observer tranquillement, sans un écart, les herbivores.
Ils furent accueillis avec cinq minutes d’avance par deux gros chiens, colosses de muscles et de crocs, qui se révélèrent très efficaces pour prévenir leur maître de leur arrivée.

Et ce dernier écarquilla les yeux en voyant Dolce.

- D… Dolce ?!

L’intéressé éclata de dire devant sa mine ahurie.

- Et bien, Juko, tu as vu un revenant ?

Bougonnant tout seul, l’éleveur se secoua, avant que, contre toute attente, un large sourire vint étirer ses lèvres, alors que son regard brillait doucement en soupesant Singa comme Loyale.

- Presque. Mais qu’est-ce que tu m’amènes là ? Loyale, ma belle…

Descendant de Singa souplement, Dolce passa ses rênes par-dessus son encolure, en faisant avancer légèrement sa jument pie.
Juko était l'éleveur de Loyale. C'était lui qui l'avait faite naître, et Dolce, à ce moment-là, était tout simplement employé de ce dernier, à treize ans, et avait eu la jument en récompense à son investissement... Avant de partir deux ans plus tard avec elle, et d’être enrôlé chez les Mercenaires du Chaos l’année d’après.
Et cela avait beau faire près de quinze ans qu’il n’avait vu ni Dolce, ni Loyale, il les avait presque immédiatement reconnus. La jument ne reconnut cependant pas l’éleveur, qui ne s’en offusqua pas. Dans un sourire, il lui flatta amicalement l’encolure, alors que l’Envoleur s’approchait de lui, Singa tenu par une rêne.

- Alors, Dolce, qu’est-ce qui t’amène ?

- En fait, j’aimerais que tu reprennes Loyale…


Devant le regard ahuri de Juko, Dolce rit doucement, et vint à son tour flatter l’encolure de la jument.

- La reprendre ? Mais pourquoi ?

- Elle est particulièrement fragile, et ne cesse de se refaire mal au boulet et au paturon. Elle sort de trois mois complets de convalescence, et je ne peux plus l’amener dans mes déplacements. Je lui cherche donc une maison tranquille dans laquelle elle pourra terminer sa vie heureuse. Et pour moi, il n’y avait pas d’autre endroit qu’ici.


Juko le fixa quelques secondes, avant de tourner le regard vers Loyale. Puis vers Singa.


§§


Dolce se pencha sur l’encolure de Singa pour la lui flatter doucement. L’étalon souffla puissamment par les naseaux, tandis qu’il se dirigeait dans un trot dévergondé vers les pics immenses des Dentelles Vives. Son cavalier l’y dirigeait depuis la veille au matin, après avoir passé une nuit dans une écurie très intéressante, pleine de juments qu’il avait particulièrement apprécié…

En effet, Juko, admiratif devant l’ossature et l’élégance de l’étalon isabelle, avait demandé à Dolce s’il pouvait rester quelques jours, le temps que ce dernier prît quelques juments pour de magnifiques produits, à n’en pas douter. Et l’Envoleur s’était senti obligé de répondre par l’affirmative : après tout, l’éleveur avait accepté Loyale sous sa responsabilité, et sa garde, il pouvait bien faire cela pour lui…

C’est donc avec un Singa surexcité qu’il était reparti deux jours plus tôt. Et l’étalon ne manquait pas d’énergie, au contraire : aussi explosif qu’une bombe, il ne cessait d’accélérer dans ses allures, alors que Dolce ne lui demandait rien du tout. Pourquoi vers les Dentelles Vives ? Le jeune homme avait simplement envie d’aller trouver ces grosses montagnes pour escalader un peu ; cela faisait tellement longtemps qu’il ne s’était pas élancé vers un sommet plongé dans les nuages, cela lui manquait inlassablement.
Et inévitablement, ses pensées se tournèrent vers Gazia, celle qui avait été sa camarade, sa maîtresse, son amante. Celle qu’il avait tué de ses propres mains, d’un coup de poignard dans l’œil pour empêcher un quelconque mouvement post-mortem de sa part, pour ne pas qu’elle le blessât.
Pour Syndrell.

Un long soupir passa ses lèvres, et cela fit s’ébrouer Singa.

- Elle te manque à toi aussi, mon grand ?

Un sourire sur les lèvres, Dolce fixa l’immense chaîne de montagnes qui se découpait devant lui, sur un ciel bleu qui commençait à se teinter des couleurs du soleil couchant ; soleil qui disparaissait lentement mais sûrement derrière les plus hauts sommets des pics encore enneigés.
Singa souffla soudain puissamment par les naseaux, avant de plaquer les oreilles contre sa nuque, passant brusquement d’un trot dynamique à un arrêt au carré. La tête haute, la nuque dressée, les oreilles pointées en avant, il observa quelque chose derrière les buissons, avant que des voix parvinssent aux oreilles de son cavalier.


-On a qu'a demander, non ? HEHOOOO ! Y A DE LA PLACE POUR DEUX INVITES AUTOUR DE CE FEU ? C'est que ça sent bon en plus.. faudrait pas laisser tout ça brûler.

-C'est pas toi qui me disait de ne jamais se montrer ouvertement à un possible ennemi ?
-J'ai aussi du te dire qu'on ne doit jamais croire qu'un..

-Q'un jamais cache un toujours. Ouais ouais je sais.

-Tient tu m'écoutais quand je te parlais ? On dirait que je me suis trompé sur ton compte.


Un sourire étira les lèvres de Dolce, alors qu’il remettait Singa au pas vers les voix. L’étalon avança encore de quelques pas, avant de franchir un ultime bosquet pour se retrouver… face à un magnifique étalon frison, fier, la tête dressée, curieux. Fronçant les sourcils, Dolce l’inspecta quelques secondes ; ainsi que son matériel.
Immanquablement, il reconnut la courbure de l’arc fixé en travers de la selle, et la cape qui y trônait lui rappela… Une odeur vira, celle du feu, celle des deux inconnus qui franchissaient le buisson, certes, mais une autre encore… Reconnaissable entre mille.

Alors, dans un immense sourire et un mouvement vif, Dolce leva la tête vers les arbres, tentant de repérer un feu follet bleu dans tout ce vert printamnier…

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4386
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Trouvailles et retrouvailles [PV Nuha et Dolce] [Terminé]   Sam 10 Mar 2012, 17:53

Ce fut d’abord une succession de bruits et de voix qui ne se souciaient guère d’être entendues, puis deux hommes qui surgirent des broussailles et s’avancèrent, le plus naturellement du monde, vers les affaires de Syndrell. Surprise, celle-ci se rencogna davantage dans l’ombre de son perchoir. Elle était loin d’avoir peur mais depuis l’épisode Vanora, sa méfiance s’était considérablement accrue. Sans faire le moindre mouvement qui trahisse sa présence, elle se pencha pour regarder les deux inconnus qui semblaient se mesurer au moyen d’une joute verbale.

- C’est pas de frissons ! Dis-moi plutôt pourquoi le campement de ton ami amical est offrant et vide.
- Je ne sais pas moi… peut-être qu’il a rencontré un ours-élastique !
- J’aurais pas du t’en parler ! T’es vraiment un gamin des fois.. Et le cheval, tu le justifie par un ours-élastique peut-être ?


Sur sa branche, Syndrell fronça les sourcils. Cette voix… Elle lui rappelait vaguement quelque chose, mais s’il s’agissait d’un souvenir et non pas d’une simple impression, il était bien trop profondément enfoui dans sa mémoire pour qu’elle parvienne à s’en saisir.

-Bah pourquoi pas ? Si ça se trouve c'est un ours-élastique gourmand qui veut nous piéger avec ce cheval comme appât !
-Ouais.. sinon c'est peut-être juste que le gars t'a entendu rire comme un dément et qu'il s'est enfuie.
-On a qu'a demander, non ? HEHOOOO ! Y A DE LA PLACE POUR DEUX INVITES AUTOUR DE CE FEU ? C'est que ça sent bon en plus.. faudrait pas laisser tout ça brûler.


Des invités, rien que ça ! Décidément, certaines personnes ne manquaient pas de culot… Amusée par cette force tranquille que dégageaient les deux hommes, Syndrell plissa les yeux pour les distinguer davantage. Le premier, celui qui plaisantait à propos des ours-élastiques, lui rappela Enna par son imposante carrure, et elle n’hésita pas une seule seconde : Thül. Aussitôt, elle se demanda ce qui pouvait bien l’attirer seul dans ce bois. Seul, parce que si l’homme qui l’accompagnait était lui aussi très grand, lui n’avait en revanche rien d’un Thül.

Syndrell réfléchit. Ils avaient beau bavarder gaiement comme un vieux couple, elle se fiait moins à leur attitude sereine qu’aux armes que son œil entraîné avait dénombré avant même de les détailler physiquement. Son arc et ses flèches étaient restés sur la selle de Vagabond, qui s’était éloigné de quelques pas et fouaillait de la queue avec agacement, mais au poignard de Miss glissé dans sa ceinture s’ajoutaient deux autres lames dont elle avait longuement négocié le prix avec un marchand riche et gras d’Al-Chen. Il y avait également un coutelas glissé dans sa botte gauche, en cas d’urgence qui l’empêche de se servir de sa greffe, mais un nouveau regard vers le bas lui confirma qu’elle n’aurait besoin d’aucune lame avec ces deux lascars.

Une silhouette qui se tenait juste à côté de Vagabond, et qu’elle n’avait pas encore remarqué, la fit sursauter. Au contraire des deux premiers hommes qui mettaient pied à terre à grand renfort de bruits, le troisième s’était approché plus discrètement que jamais. Syndrell écarta une branche bourgeonnante pour mieux le voir et son cœur se mit à battre furieusement contre sa poitrine lorsqu’elle le reconnu.

Un mois. Un mois s’était écoulé depuis que Dolce l’avait quittée et pas une seule fois elle n’avait eu mal en pensant à lui. Libres, ils vivaient une relation à la fois souple et ferme, conjuguaient distance et retrouvailles, mêlaient fidélité et respect. Les chemins qu’ils suivaient les emmenaient parfois très loin l’un de l’autre sans jamais les séparer vraiment. Mais chaque fois qu’elle croisait à nouveau son regard, Syndrell se sentait pousser des ailes.

Elle comprit qu’il n’était pas avec les deux inconnus en le voyant aussi prudent qu’elle. Lorsqu’il leva la tête, elle lui offrit un sourire éclatant avant de poser un doigt devant sa bouche pour lui intimer de garder le silence, puis elle désigna le sol d’un geste du menton et lui lança un clin d’œil malicieux.

Le guerrier Thül était descendu de cheval pour s’approcher de son repas qui mijotait doucement sur le feu. Comme il soulevait le couvercle du récipient en fonte – encore un cadeau de Gildas –, Syndrell se redressa sur sa branche et lança d’un ton gouailleur :


- Dis donc face de Raï, qui t’autorise à t’occuper de mon ragoût ?

Elle sourit en le voyant tressaillir de surprise, puis lâcher le couvercle pour se retourner aussi vivement que son imposante stature le permettait.

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 20/10 au 03/11]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Trouvailles et retrouvailles [PV Nuha et Dolce] [Terminé]   Dim 11 Mar 2012, 11:53

Personne ne semble vouloir répondre, au grand malheur de Nuhadu qui voit déjà son ami hésiter à goûter la préparation de son amical ami absent. Ah il faut bien le comprendre le brave guerrier ! Il aime la bonne nourriture au moins autant que son épée, donc plus que les femmes mais pas de beaucoup. A le voir humer le fumet, les yeux fermés et le museau alléché, on se doute que l'absent aura très vite tort de ne pas s'être tenu près à les accueillir. Il n'est même pas certain qu'il pense à en laisser à son ami détressé. Il jette quand même un dernier regard autour de lui, comme un dernier appel pour venir réclamer la propriétés de ce repas et se saisit de la louche avec un air presque désolé sur le visage. Qu'on ne s'y trompe pas, le remord n'a que peu de place chez cet homme ! Il plaint le brave homme qui ne retrouvera pas si délicieux ragoût tout au plus.
Mais à ce moment..

-Dis donc face de Raï, qui t’autorise à t’occuper de mon ragoût ?

Roy sursaute et lâche tout, prit sur le faite et ses yeux vert éclatant tournés vers la voix, décidément bien jolie, de son accusateur. Il ne peut que retourner son sourire à celui de la belle et étonnante dame qui lui fait face du haut de son arbre. Comme s'il ne se sentait pas assez petit ! Mais il faudra bien plus qu'un coup de frayeur pour voler sa langue au guerrier. Il se retourne tout amusé vers son compagnon et lui lance une nouvelle pique de sa composition.

-Hey gamin ! S'il ressemblait à celui-là, ton ours-élastique, je me serais laissé bouffer tout cru à ta place!

Nuhadu ne réagit, pas à sa pique, mais plutôt que de lui voir un air concentré il le trouve renfrogné et en déduit qu'il n'a pas apprécié qu'il reprenne ces petites plaisanteries sur sa mésaventure. Il hausse les épaules et en revient à la belle aux cheveux bleutés. S'il a envie de bouder qu'il boude ! Ça n'est pas ses oignons. Non, là il espère plutôt gagner sa place autour de ce feu, car maintenant il en a après ce ragoût.

S'il y avait prêté un peu plus d'attention, il se serait aperçut que Nuhadu s'était plongé dans ses souvenirs pour savoir où il avait bien pu voir des cheveux bleu et des yeux dorés. On doit pas en croiser tout les jours des femmes comme ça ! Même la voix lui semble familière. Non il n'y a pas de doute, il l'a déjà vue. Était-ce aussi en haut d'un arbre ? Non non.. il n'a pas eut le loisir de poursuivre plus de deux femmes dans un arbre. La dernière en date était sans aucun doute son maître, bon y a quand même pas de doute sur la question ! Et l'autre.. elle avait des yeux vert encore plus éclatant que ceux de Roy et des cheveux aussi blanc que ceux de Lacrya, donc ça ne correspond pas du tout à cette femme.. Lacrya ? Oh mais bien sûr ! La fameuse marchombre que Lacrya doit tuer. Bonne ou mauvaise rencontre ? Mieux vaut laisser le soin à Roy d'en décider, d'autant qu'elle n'a pas fait signe de le reconnaître. Et connaissance ou pas, elle a eut le malheur de laisser Roy s'approcher de sa .

-Dit voir ma belle, depuis quand laisse-t-on une chose aussi appétissante seule et sans surveillance ?

Nuhadu grimaça, se demandant si le double sens était voulu ou non. On ne sait jamais ce qu'un bourrin amateur de finesse peut vouloir faire. Il prend néanmoins le pari qu'il parle du ragoût. Au vu du regard qu'il lui a jeté tout a l'heure, il n'a pas du en manger d'aussi bon depuis des jours. Il faut dire que le groupe ne s'est jamais trouvé de fin cuisinier et qu'il ne fréquente pas les meilleurs établissements. Roy serait bien capable d'essayer d'embaucher la marchombre pour le coup.

-Et puis descend donc t'en occuper si tu y tiens ! Mais ne le laisse donc pas brûler, tu perdrais deux invités fort intéressant qui ont sûrement de quoi te changer les idées!

Non mais ne se rend-t-il vraiment pas compte que ses phrases peuvent paraître déplacées ? Il ne pense pourtant pas à mal le bougre ! En le connaissant il parle surtout de raconter des histoires qui sont en effet parfaites pour égayer l'ambiance.. mais avec sa façon de sous-entendre, il est bien aisé de comprendre d'autres choses. Il ne laisse donc pas d'autres choix à Nuhadu que d'intervenir dans la discussion. Il n'a aucune envie de se fâcher avec des gens parce que son compagnon est habitué à une compagnie d'hommes bourrus et rustres sur les bords. Et puis, l'image qu'il donne de lui en cet instant n'est pas du tout à l'image du sage maître d'arme que le garçon aime se rappeler. Il lui gagnera la chance de s'introduire auprès de la marchombre de manière plus élégante et peut être même en profiter pour en découvrir plus sur cette personne.

-Je crois en effet que nous pourrions ravir vos oreilles de vaillantes histoire aussi épiques que comiques pour qu'en vous acceptiez de ravir nos papilles. Et puis, je ne serais pas contre un peu de vos histoires, voyageuse.
-Le gamin à bien raison ! Allons donc, je suis sûre qu'un peu de compagnie ne serait pas pour te déplaire, d'autant que tu me sembles avoir une langue agile qu'il serait bien dommage de laisser dans son fourreau!


Pour le coup, Nuhadu aurait bien du mal à le contredire. Il a eut l'honneur d'assister à une joute verbale entre cette personne et son aimée. A son souvenir, elle n'a pas eut à insister beaucoup pour pousser sa délicieuse dame à bout. Peut-être même peut-elle repousser la mine sympathique de Roy ! Mais en ce moment, le visage taillé du beau guerrier affiche un sourire tellement amical et naïf que Nuhadu lui même ne se serait pas senti de le décevoir. On peut se demander comment un être aussi imposant peut parvenir à se montrer si attendrissant parfois ! D'ailleurs, Nuhadu se prit d'un instant de jalousie en pensant qu'il n'avait jamais eut le droit à se visage, lui. Son ancien mentor ne lui avait toujours servit qu'un visage dur ou moqueur sans jamais lui faire preuve d'une once de pitié. N'est-il donc ainsi qu'avec les dames ou les repas ?

Parfois la vie injuste avec les loups !
Surtout quand ils n'ont plus de tresses.. Ah ! Maudits ivrognes tient ! Il leur fera payer ça à son retour !

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Trouvailles et retrouvailles [PV Nuha et Dolce] [Terminé]   Lun 12 Mar 2012, 13:34

Dolce ne put s’empêcher de grimacer de surprise, quand il vit Syndrell. Non pas qu’il n’était pas heureux de la revoir, au contraire : son cœur battait à tout rompre dans sa poitrine, menaçant d’exploser. Non pas non plus qu’il se doutait désormais que ce cheval était celui de sa belle : un étalon, qui plus est, et qui semblait aussi avoir un sacré caractère ; elle n’avait pas écouté ses conseils – ou peut-être avait-elle eu simplement un coup de cœur.
Non, ce n’était pas cela, mais plutôt le doigt qu’elle glissa devant sa bouche pour lui intimer de se taire. Décidément… elle aimait se fourrer dans les ennuis !

- Dis donc face de Raï, qui t’autorise à t’occuper de mon ragoût ?

Nouvelle grimace. Un peu plus marquée. Cependant, l’Envoleur ne bougea pas d’un pouce, restant près de Singa, qui s’intéressait de plus en plus à l’étalon frison.

-Hey gamin ! S'il ressemblait à celui-là, ton ours-élastique, je me serais laissé bouffer tout cru à ta place ! Dis voir ma belle, depuis quand laisse-t-on une chose aussi appétissante seule et sans surveillance ? Et puis descends donc t'en occuper si tu y tiens ! Mais ne le laisse donc pas brûler, tu perdrais deux invités fort intéressants qui ont sûrement de quoi te changer les idées!

La provocation. Dolce en serra si fort les dents que les muscles saillants de sa mâchoire se dessinèrent sur sa peau. Sans aucun bruit, il fit glisser les rênes de Singa dans sa main, puis attacha l’étalon isabelle à un arbre, un pas plus loin. Il n’avait aucune envie de laisser cet homme s’en tirer à si bon compte.
Jalousie, quand tu nous tiens…

-Je crois en effet que nous pourrions ravir vos oreilles de vaillantes histoire aussi épiques que comiques pour qu'en vous acceptiez de ravir nos papilles. Et puis, je ne serais pas contre un peu de vos histoires, voyageuse.

-Le gamin à bien raison ! Allons donc, je suis sûre qu'un peu de compagnie ne serait pas pour te déplaire, d'autant que tu me sembles avoir une langue agile qu'il serait bien dommage de laisser dans son fourreau !


Le faisait-il exprès ?
Il n’y avait qu’une réponse possible : oui.
Oui, parce que le regard qu’il lançait à Syndrell valait bien tous les discours, et tout ce qu’il avait dit n’était que perclus de doubles-sens soupçonneux. Cela devenait tout simplement intolérable pour Dolce. Il tentait de se tenir, de ne pas intervenir, mais c’était trop. D’autant que ce Thül semblait bien sûr de lui, et de son charme…

- Dis, face de Trodd…

La voix, lourde, basse et puissante de Dolce, vibra dans l’air plusieurs secondes. Le temps que cet homme se retourne vers lui, d’un air surpris – il ne l’avait pas entendu arriver. L’Envoleur plongea son regard dans celui de l’inconnu, autoritaire. Il avait affaire à un Thül, certes, mais il avait déjà battu bien plus fort que cela. Et il se fichait comme d’une guigne des lames qui dépassaient tant et plus de sa silhouette. Il ne voulait pas d’affrontement, mais juste remettre en place cet inopportun.

- Tu devrais être un peu plus observateur… Et faire attention à tourner ta langue dans son fourreau plusieurs fois avant de parler. Sinon, je la coupe.

Le ton aurait pu être jovial si son regard n’avait pas été aussi noir.
Oh, l’autre n’en aurait peut-être rien à faire, mais peu importait : il avait donné un avertissement. A lui de comprendre ce que cela signifiait et impliqué ; il ne pourrait pas dire qu’il ne l’avait pas prévenu.
Parce qu’il avait beau être un Thül, Dolce était aussi grand que lui, et presque aussi large. Un peu moins, peut-être, mais seulement pour garder une souplesse que cet homme n’avait pas. L’Envoleur était parfaitement fixé sur lui, et n’avait donc pas fait attention au gamin qui l’accompagnait… forcément.
Il bouillait.

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4386
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Trouvailles et retrouvailles [PV Nuha et Dolce] [Terminé]   Lun 12 Mar 2012, 14:43

[Tudieu, c'est court ! Mais c'est posté entre deux cours, alors...^^]

Sur sa branche, Syndrell leva les yeux au ciel tandis qu’à ses pieds Dolce s’appliquait à verser de l’huile sur le feu. N’avait-il pas saisi son invitation au silence ? N’avait-il rien retenu de l’inutile – quoi qu’amusante – crise de jalousie qui l’avait opposé à Ciel ? Et surtout, que croyait-il prouver en cherchant la bagarre avec un Thül ? Certes, elle n’appréciait pas particulièrement la manière dont celui-ci l’incitait à descendre mais, d’un autre côté, elle n’avait aucune envie que sa pause tranquille se termine en bain de sang.

Par chance, elle avait choisi un noyer comme terrain d’exercice. Les fruits de l’arbre étaient encore loin d’être mûrs mais les futures noix avaient déjà pris forme ; maudissant l’incroyable tempérament de l’Envoleur, Syndrell en cueillit une petite poignée. Quelques secondes plus tard, une noix frappait Dolce au front, puis le Thül au visage. La marchombre ne cessa d’envoyer ses projectiles que lorsqu’elle fut certaine qu’ils l’écoutaient avec attention.


- Paix, messieurs ! lança-t-elle depuis son perchoir. Je vous conseille d’arrêter de rouler des mécaniques, d’abord parce que vous êtes vraiment ridicules et ensuite parce que je ne bouge pas de là tant que vous ne vous conduisez pas en adultes !

Pour leur prouver qu’elle ne plaisantait pas, elle s’assit sur sa branche et agita doucement ses jambes dans le vide. Dans la petite cocotte en fonte, son ragoût sifflait et dégageait un parfum qui tira un grognement affamé à son estomac. Qu’ils se dépêchent de ravaler leur fierté masculine ! Elle n’allait pas attendre de mourir de faim pour descendre de son arbre…

Elle était toutefois décidée à ne pas leur céder en termes d’autorité. Trois ans passés en compagnie de Miss avaient forgé en elle une patience à toute épreuve ; la hauteur à laquelle se trouvait assurait un avantage certain et sa position lui convenait. Il ne lui restait qu’à espérer un dénouement positif à cette histoire de drague thüle et de jalousie incontrôlable. En bas, l’imposant guerrier avait porté la main à la poignée de la gigantesque épée qui trônait fièrement entre ses omoplates, geste emprunt de puissance et de fluidité qui en précisait l’habitude. Dolce, quant à lui, semblait faire de sacrés efforts pour contenir sa colère. S’il pouvait éviter de tuer tout le monde…

Car l’évidence qui lui sautait aux yeux n’était pas sans la faire frémir. Dolce arrivait à peine à rivaliser en corpulence avec le Thül mais ce dernier, pour impressionnant qu’il soit, n’avait pas l’ombre d’une chance face à l’expérience et la pugnacité de l’Envoleur. Une certitude qui se ficha en Syndrell avec la justesse d’une flèche. Elle n’aimait pas cette aura sauvage qui émanait de son amant, guère plus que l’éclat sanglant qui étincelait dans ses yeux d’ordinaire si limpides. Déjà le bras de la marchombre se tendait dans son dos, prêt à envoyer une nouvelle noix verte sur la tête du jeune homme, lorsque le regard doré glissa vers le compagnon du géant Thül.

Une nouvelle fois, une fugace impression de déjà-vu traversa son esprit avant de s’évanouir brusquement. Syndrell fronça les sourcils. Cet homme-là l’intriguait. Il était bien trop silencieux pour être idiot, bien trop mince pour être un Thül et bien trop jeune pour que sa présence soit véritablement anodine. Néanmoins il était le seul qui lui ait proposé de les rejoindre pour partager un repas entre deux histoires, ce qui, par comparaison avec le manque d’élégance et de raffinement dont faisaient preuve les deux guerriers en train de se chamailler, passait presque pour de la galanterie.


- Hé ! cria-t-elle pour attirer son attention. Ton ami a-t-il déjà réussi à séduire une femme en la comparant avec un ours élastique ?






__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 20/10 au 03/11]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Trouvailles et retrouvailles [PV Nuha et Dolce] [Terminé]   Dim 18 Mar 2012, 17:56

Nuhadu sursaute de surprise quand une lourde voix s'élève soudain de nulle part, insultante et menaçante. Un homme immense et musculeux sort alors d'un buisson. Ses muscles imposants et effrayant roulent sous sa peau sans qu'on puisse déterminer s'ils sont tendu par une quelconque tension. Un homme..au torse nu... taillé comme un jouteur du tournoi d'Al-Jeit.. Pourquoi a-t-il cette impression de déjà vu. L'a-t-il déjà croisé ? Peut-être était-il vraiment un de ces jouteurs. Mais il en doute clairement, son pas est incroyablement souple.. Roy aurait presque eut sa place dans l'arêne, mais jamais il ne pourrait atteindre la grâce de cet homme. Juste pas son entrée, il se démarque des simple mercenaires, des Thüls et des Frontaliers. A voir son regard furieux, il n'a pas apprécié les phrases bourrues du combattant aux yeux vert et même s'il ne semblait pas vouloir en venir aux mains, sa taille plus imposante que celle de Roy et son pas assuré ont métamorphosé le mauvais beau parleur.

Aucun homme d'arme n'aime être prit par surprise, ceux qui côtoie la mort chaque jours moins que les autres. Se retournant d'un mouvement vif vers la voix, ses pieds se sont instinctivement écartés. Sa main était à quelques doigts de tirer son épée.. L'homme aurait sans doute frappé dans la foulé si le colosse en face de lui n'avait pas lancé un simulacre de moquerie. Le ton était toujours menaçant, mais il n'était pas véritablement belliqueux. La tension n'en quitte pas les épaules de Roy qui le jauge du regard. Contre toute attente, un sourire appréciateur étire ses lèvres devant l'imposante musculature du géant. Il a bien conscience des atouts qui se sont dessinés autour de cette démonstration passive de force. Un pas sûr mais souple. Ce gars doit être un adversaire incroyable ! Il serait presque tenté d'ouvrir les hostilités pour le vérifier, mais il n’oublie pas qu'il doit un combat au gamin et il ne lui ferait pas l'affront de tirer son épée contre le premier étranger venu.

Il s’apprêtait à faire baisser la tension d'une voix calme quand un projectile vint frapper son adversaire. Il ouvre de grands yeux ronds en reconnaissant une noix et l'instant d'après il s'en retrouve bombardé aussi. Se protégeant avec ses bras, il s'en recule vers son compagnon et les chevaux. C'est la jolie ours-élastique qui fait des sienne en se saisissant des fruits pas encore mûrs. Il n'a pas le temps de protester contre cet assaut grossier sur son beau visage qu'elle prend la parole.

-Paix, messieurs ! Je vous conseille d’arrêter de rouler des mécaniques, d’abord parce que vous êtes vraiment ridicules et ensuite parce que je ne bouge pas de là tant que vous ne vous conduisez pas en adultes !

Rouler des mécaniques ? Non mais elle a vraiment cru qu'il allait frapper un prétendant un peu trop zélé pour une simple histoire de ragoût ? Même l'autre homme n'en aurait pas fait autant pour quelques phrases mal formulée.. Le souvenir de son regard haineux l'en fait cependant douter. Il jette un coup d’œil à Nuhadu qui lui signifie par son regard que ses phrases étaient un peu plus que mal tournée. Ne trouvant nul soutient, il se contente d'acquiescer, conscient que plus il fera attendre la dame, plus le ragoût aura de chances de devenir infecte et assise ainsi avec son air déterminée il y a peu de chance qu'il obtienne grand chose en protestant. Il ne peut s'empêcher d'apprécier cette jolie preuve de caractère. Elle pourrait facilement mater toute sa compagnie avec un tel tempérament ! L'idée d'en faire sa cuisinière commence à lui devenir plus qu'intéressante.. Mais son .. prétendant ou compagnon ?.. risque de ne pas voir la chose d'un bon œil. Cet homme y est visiblement attaché, et qu'importe la raison il n'était pas là plus tôt, il ne veut pas s'attirer plus d'ennuis.

Nuhadu approuve discrètement d'un mouvement de tête en retrouvant enfin son mentor. Il s'était émerveillé de le voir si prompt à réagir face à la surprise ! A son souvenir, il n'y avait pas beaucoup d'escrimeur de l'empire capable de le défaire, à moins qu'ils ne soient frontaliers ou entraînés dans la légion noire.. bon il y avait bien quelques haches Thüles dont il se vantait d'avoir failli goûter le fer.. mais il méritait un qualificatif d'excellence ! Il reste fier d'avoir appris aurpès de cet homme, aussi qu'il puisse se montrer parfois.


-Hé ! Ton ami a-t-il déjà réussi à séduire une femme en la comparant avec un ours élastique ?

Aussi bien Roy que Nuhadu ne peuvent s'empêcher de sourire à la question. Oh, il en a reçut des refus, parfois assez cuisant pour marquer sa joue de rouge, mais il arrive parfois qu'il trouve les mots justes, et ses yeux font le reste du travail. Mais c'est rare ! Et le souvenir de tout ces échecs déploient un certaine bonne humeur autour des deux amis.

-Une journée ne suffirait pas à te conter toutes les situations peu enviables que mon abrutit d'ami a pu s'attirer. Mais...

Une main s'abat sur son crâne, rabaissant le visage du jeune homme au niveau de celui de Roy qui n'a pas apprécié son qualificatif. Son sourire dément cependant la violence du geste.

-Dit voir gamin ! T'aurais pas oublié de me montrer du respect par hasard?
-Voyons Roy, je ne fais que dire la vérité à la dame.


Se défaisant de la prise du guerrier, il s'écarte de lui, tirant les chevaux jusqu'à un arbre où il peut les attacher sous le regard rieur de son ami. Il ne peut s'empêcher de lever les yeux au ciel devant le spectacles qu'ils donnent aux deux inconnus, car oui même malgré sa brève rencontre avec la marchombre elle reste une inconnue. Il reprend néanmoins la discussion.

-Je disais donc que mon grand, intelligent, beau et talentueux ami, a assez vécut pour mériter qu'on écoute quelques unes de ses aventures autour d'un repas posé et agréable. Bien que je doute que nous puissions te laisser cuisiner pour quatre. Si ça ne dérange aucun de vous, nous serions heureux de vous partager nos propres rations.

Faisant fit de l'étouffement soudain de son ami, il offre un grand sourire à ces deux personnes. Après tout, ils se sont invités ici, ils n'ont aucune raison de se montrer impolis. Mais l'homme l'intrigue toujours car il est persuadé de l'avoir déjà vu un jour.. même sa voix lui était familière..

-En tout cas, voyageuse, mon ami se trompait de personne, l'ours me semble convenir bien mieux à votre propre ami. Il grogne tout aussi merveilleusement ! Mais je suis sûr que nous nous sommes déjà croisé mon seigneur de la forêt.

[c'est court et pas beau... mais j'ai fait un effort pour éviter que Dolce me tape Razz]

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Trouvailles et retrouvailles [PV Nuha et Dolce] [Terminé]   Mer 21 Mar 2012, 09:07

Les mouvements de Syndrell, ainsi que le bruissement des feuilles, indiquèrent à Dolce que cette dernière manigançait quelque chose. Quand il leva les yeux vers elle, il eut tout juste le temps d’incliner la tête pour ne pas se prendre une noix encore dure dans le front. Haussant un sourcil, il vit que le Thül avait droit au même traitement, et un léger sourire étira ses lèvres.

Dolce faillit pousser un soupir de résignation. Faillit. Il l’avait menacé, certes, mais dans le regard du guerrier, il avait bien vu que ce dernier avait saisi la menace, et qu’il ne s’amuserait pas à le provoquer pour le plaisir. Il avait même pu percevoir une envie d’en découdre juste pour voir de quoi il était capable ; mais il ne serait pas tombé là-dedans. De toute façon, tant qu’il pouvait éviter les ennuis, il le ferait. L’intimidation, dans ce cas, était toujours la meilleure des paix. Montrer sa force pour éviter toute répartie de la part des adversaires. C’était toujours ainsi qu’il avait fait ; et cela avait toujours fonctionné.

- Paix, messieurs ! Je vous conseille d’arrêter de rouler des mécaniques, d’abord parce que vous êtes vraiment ridicules et ensuite parce que je ne bouge pas de là tant que vous ne vous conduisez pas en adultes !

Un sourire étira les lèvres de Dolce, alors qu’il relevait les yeux vers la Marchombre.
Ou peut-être Sylphide ?
L’éclat qui rayonna dans le regard de l’Envoleur pouvait aisément trancher : les deux.
Perchée ainsi dans un arbre – un noyer – assise nonchalamment sur une branche pas très large, elle les dominait de sa hauteur, avec une certaine appréciation, crut-il comprendre.

Il ne put cependant s’empêcher d’émettre un son très proche du grognement quand Syndrell demanda si le Thül avait déjà réussi à séduire une femme en la traitant d’ours élastique. Ha, et à elle, cela lui plaisait ? A voir son air taquin, il ne savait pas trop quoi penser. Elle aurait préféré qu’il lui trouvât un autre surnom ? Encore, si cet imbécile l’avait traitée de Louve… Mais c’était quand même d’un Ours Elastique qu’on parlait !
Le gamin, cependant, répondit au tac au tac et avec assurance, ce qui attira l’attention de Dolce sur lui. Plissant le regard, il se rendit compte qu’il l’avait déjà rencontré. Une impression forte de déjà-vu, qu’il chercha un moment, en l’écoutant parler. Sa voix aussi lui disait quelque chose. Et il se souvenait de cette dernière parlant plus fort que cela, encore… pour couvrir d’autres voix.

Al-Jeit !
Le tournoi d’Al-Jeit !

Un sourire se dessina sur les lèvres de Dolce, et alors qu’il allait faire part de son souvenir au gamin, ce dernier lança une boutade qu’il n’apprécia pas nécessairement.

-En tout cas, voyageuse, mon ami se trompait de personne, l'ours me semble convenir bien mieux à votre propre ami. Il grogne tout aussi merveilleusement ! Mais je suis sûr que nous nous sommes déjà croisés mon seigneur de la forêt.

Faisant un effort indicible pour ne pas grogner comme l’avait si bien dit ce gamin, Dolce redressa le menton. D’un côté, en réfléchissant, un ours élastique était fort, et extrêmement souple et rapide. Moins sur le sol que dans les arbres, ce qui n’était pas le cas de Dolce. Mais surtout… C’était moche, un ours élastique !
Jetant un coup d’œil du côté de Syndrell, Dolce s’obligea à détendre tous ses muscles pour ne pas lui sauter dessus. Il se contenta de lui envoyer son regard le plus noir, chargé d’une menace vibrante.


- Oh, moi je me souviens de toi, avec cette… femme aux cheveux blancs !

Il se souvenait parfaitement de cette Envoleuse, Lacrya - parce qu'il l'avait déjà croisée au Domaine - , de son regard noir dans sa direction à lui, quand elle avait vu que le gamin était assis à côté du Mercenaire. Protectrice. Aucun doute, ce gamin avait une place de choix dans son cœur.
Cela lui fit d’ailleurs repenser à cette Envoleuse, Anee, qui avait tenté de l’apprivoiser avec quelques bières bien senties…


__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4386
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Trouvailles et retrouvailles [PV Nuha et Dolce] [Terminé]   Lun 02 Avr 2012, 18:48

Syndrell était désormais convaincue que les deux voyageurs étaient inoffensifs. Rieurs et chapardeurs, certes, mais pas dangereux. Le Thül et son compagnon étaient même plutôt sympathiques et elle adhérait volontiers à leur philosophie : plus on est de fous, plus on rit ! Restait à savoir si l’idée était partagée par Dolce…

Il avait évité ses projectiles mais il avait compris ses paroles puisque le Thül était toujours en un seul morceau. Toutefois, elle voyait ses muscles saillir sous sa peau cuivrée et pouvait pratiquement distinguer la tension qui, nuage électrique, gravitait autour de lui. L’Envoleur contenait ses émotions mais tout juste. Il suffirait d’un petit rien pour qu’il laisse échapper sa puissance – auquel cas Syndrell était très bien dans son arbre. Pensive, elle lançait une noix et la rattrapait habilement tout en se demandant par quel hasard son amant se trouvait précisément dans le même endroit de l’Empire qu’elle.

Non que l’idée lui déplaise. A la seule vue de Dolce, son rythme cardiaque s’était emballé, manquant de la faire tomber de sa branche ! Parfait écho à ses émotions la colère sourde de l’Envoleur témoignait d’un trouble au moins aussi puissant, un trouble qu’elle appréciait évidemment. Même si la réaction de Dolce était disproportionnée. Le regard de Syndrell glissa de l’Envoleur au Thül. Ce dernier mesurait-il la chance qu’il avait d’être encore en vie après s’être lancé dans un tel combat de coqs ?

Le jeune homme à la peau basanée intervint à nouveau mais la marchombre, plongée dans ses pensées, ne fit pas attention à lui. C’est la réponse de Dolce qui la sortit de sa songerie par un léger tressaillement de surprise. Une femme aux cheveux blancs ? Se pouvait-il qu’il fasse allusion à Ironie ? Troublée, Syndrell se pencha légèrement pour mieux scruter le visage du compagnon du Thül. Lors de sa dernière confrontation avec Ironie, celle-ci avait été complètement déboussolée par la présence d’un jeune marchombre à la peau sombre et aux cheveux tressés, au point d’en oublier ce pourquoi elle était venue – c'est-à-dire provoquer Syndrell en duel et terminer ce qu’elle avait commencé lorsque l’audacieuse apprentie aux cheveux bleus avait eu l’effronterie de s’introduire dans le Domaine…

Que cet homme qui accompagnait le Thül soit le même qu’elle avait croisé à Al-Far était possible, et puis elle avait cet étrange sentiment de déjà-vu qui l’aiguillonnait depuis le début… Dans son souvenir, le marchombre avait les cheveux tressés. Qu’était-il arrivé à ses cheveux ? Elle se rappelait aussi d’un jeune homme hésitant et discret, peu sûr de lui, alors que celui qui se tenait au pied de l’arbre dégageait une confiance et une audace dont l’éclat rivalisait avec celui de son sourire moqueur. Le contraste était tel que Syndrell fronça les sourcils et jeta un coup d’œil à Dolce.

Un Envoleur avec une marchombre. Union aussi parfaite qu’improbable, aussi folle que jolie, aussi puissante que dangereuse ; l’un comme l’autre risquait gros dans cette relation qui pourtant ne saurait être autrement. Une relation qu’apparemment le jeune marchombre connaissait également… Combien de marchombres frayaient ainsi avec « l’ennemi juré » ? Combien d’Envoleurs plaçait le Chaos en défaut en tombant amoureux d’un marchombre ? Miss aurait sûrement répondu par un haussement d’épaules signifiant « beaucoup, très peu, qu’importe ? Le savoir changerait-il quelque chose à l’affaire ? »

Non. Et puis tel n’était pas la question. Avec une souplesse incroyablement féline, elle se laissa basculer en arrière, crochetant la branche de ses mains, et se laissa tomber sur le sol, se réceptionnant sur ses pieds pour aussitôt s’accroupir dans sa position préférée. Son geste pouvait paraître anodin et seule une personne douée d’un sens aigu de l’observation et de la réflexion aurait remarqué qu’elle s’était placée entre Dolce et les deux hommes, mais plus près de l’Envoleur que du jeune marchombre et du Thül. Détail infime qui avait pourtant toute son importance.

Syndrell venait de choisir son camp. Elle était persuadée qu’aucune menace ne viendrait de ces hommes dont l’humeur joyeuse était contagieuse, mais l’un d’entre eux avait déjà mis son amant en rogne et l’autre était un marchombre. Deux hommes, soit autant de bonnes raisons pour Dolce de tirer l’arme au clair. Elle n’était pas pour une confrontation – sa posture l’affirmait clairement –, pourtant elle était prête à se battre aux côtés de son compagnon si d’aventure les choses devaient mal tourner.
Sans la moindre hésitation.



- Mon amant n’apprécie pas tellement qu’un autre que lui s’essaie à de jolis artifices de langage pour me charmer, dit-elle dans un sourire franc à l’intention du Thül qui, d’en bas, semblait décidément bien plus imposant que d’en haut.

L’épisode « Ciel » avait beau l’amuser encore, après tout ce temps, elle avait décidé de prendre les devants, cette fois. « Mon amant » en début de phrase, voilà qui éliminait tous les sous-entendus et refermait tous les champs des possibles, en plus de prouver à Dolce qu’elle appréciait sa brusquerie sans pour autant l’encourager !

Les yeux dorés de la marchombre quittèrent ceux du Thül pour aller se planter dans ceux, infiniment noirs, du jeune homme à la peau foncée.


- Qu’est-il arrivé à tes cheveux ?


[Pour l'instant tes efforts semblent payer, Nuha, puisque tu es toujours en vie... Continue comme ça, tu es sur la bonne voie !]

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 20/10 au 03/11]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Trouvailles et retrouvailles [PV Nuha et Dolce] [Terminé]   Dim 15 Avr 2012, 10:49

Impressionnant.
Roy et Nuhadu arborent le même sourire.

Il aligne une musculature à faire pâlir Brost, pourtant seul véritable Thül de la compagnie de Roy et par la même le plus costaud. Mais l'homme n'a rien d'un Thül ! Il est d'une souplesse confondante et d'une grâce qu'on ne retrouvera chez aucune brute, aussi forte soit-elle !

Un guerrier extraordinaire, pense le plus belliqueux des deux et aussi le plus vieux. Qui a dit que la sagesse se tirait du vécut ? Toute l'expérience de cet homme n'a été tournée qu'en direction du combat et de l'amusement. Vivre au jour le jour l'a mené à apprécié les arts que beaucoups évitent. La danse des lames par exemple. Celle des poings aussi ! Quel dommage qu'il soit réservé au gamin ! Il aura sans doute l'occasion de retrouver le personnage !

Un Marchombre, devine l'apprenti. En d'autres circonstances, il aurait pensé Envoleur en premier lieu et se serait mis sur la défensive. Il a sans doute moins vécut que son ami, mais son regard lui a bien trop souvent attiré le sang pour qu'il se montre aussi insouciant. Mais là, tout est différent ! La jeune femme est une marchombre et elle semble liée intimement au colosse. Se souvenant de ses différents avec Lacrya, il n'envisage pas qu'elle puisse s’amouracher d'un envoleur.

Qu'elle douce ironie, murmure le destin dans son ombre.

Aussi puissant et vif que puisse paraître l'homme, il prend toutefois son temps pour répondre à la tirade de Nuhadu. Ce dernier grimace en lui notant une soudaine aura agressive, puis son regard chargé de mauvaise ondes. Cet homme n'allie donc pas l'humour à ses qualités précédentes. Quel dommage, il glisse sur la marche que le jeune homme à la peau sombre affectionne le plus. Bah ! Excusons le ! Même les marchombre peuvent-être sans finesse d'esprit, il faudra juste éviter de le provoquer avec ses piques.
Un regard sur le côté lui apprend qu'il faudra aussi empêcher Roy de lui en jeter. Le guerrier est plus qu'observateur, et la faiblesse du verbe de l'homme n'a pas échappé à ses yeux aussi brillants que l'émeraude. Malheur sur l'assemblée si on le laisse en placer une de trop !

- Oh, moi je me souviens de toi, avec cette… femme aux cheveux blancs !

Nuhadu ouvre de grands yeux sur l'homme, comprenant tout de suite qu'il parle de Lacrya. Quand a-t-il pu croiser l'homme en la compagnie de la belle ? La dernière fois qu'il l'a vu était à ce fichu tournois d'Al-Jeit ! Avant, c'était avec Syndrell.. mais la tournure de cette rencontre n'aurait pas permis à l'homme de passer inaperçu. Alors.. Al-Jeit.. il y avait eu un sacré nombre de montagne de muscle là bas.. il n'arrive pas à le remettre.
Mais plus important, un sujet sensible vient d'être évoqué ! Le regard de la marchombre semble s'être éveillé à la déclaration de la montagne de muscle qui l'accompagne. Elle le fixe maintenant avec plus d'attentions, comme si elle venait de se souvenir de lui. Bonne ou mauvaise nouvelle ? Il n'en sait rien. Lacrya ne s'était même pas donné la peine de lui annoncer la survie de la Marchombre. Il n'avait alors rien fait pour la défendre, elle serait en droit de lui en vouloir.

Décidément, les montagnes de muscles sont douées pour mettre dans des situations inconfortables ! Il faut d'ailleurs qu'il songe à surveiller la sienne, puisque Roy est capable du pire lui aussi. Ce dernier se rapproche justement de lui, sans doute pour l'interroger sur ses histoire et particulièrement sur cette femme dont on parle. Comment pourrait-il rater un sujet de moquerie supplémentaire ?
Mais l'homme se fige ébahi devant la prouesse de la belle femme. Avait-il à ce point vu juste ? Cette femme se déplace sans doute mieux qu'un Ours-élastique dans les arbres ! Il doit y avoir un truc derrière tout ça ! Serait-elle acrobate en plus de bonne cuisinière et belle ? Bon sang ! A ce rythmes, il va l'enlever ! Personne ne le croira dans le groupe si elle ne leur fait pas une démonstration sur place ! Se révélerait-elle bretteuse qu'il la supplierait de rejoindre sa compagnie ! Avec son ami si possible, lui aussi arbore des qualités qu'il apprécie, même si son caractère risque de détonner parmi ses hommes bourrus. Mais peut-être son entré en scène était-elle trop impolie, voilà déjà que ces deux personnes marquent la distance entre eux.

-Mon amant n’apprécie pas tellement qu’un autre que lui s’essaie à de jolis artifices de langage pour me charmer.

Le terme d'amant les frappe. Pas tant pour ce qu'il signifie, elle est en droit de mener sa vie avec qui bon lui semble, on serait bien en peine de lui reprocher de profiter de ses atouts ou de les offrir à une unique personne. C'est plutôt qu'elle prenne la peine de le souligner. Même Roy peut se sentir intrus après une telle remarque ! L'idée commune ne tarde alors pas à germer : ''Peut-être vaudrait-il mieux les laisser entre eux..''

-Qu’est-il arrivé à tes cheveux ?

Voilà que Roy est totalement perdu. Un instant plutôt il faisait face à deux inconnus, et maintenant les deux sont des connaissances du gamin ! Mais qu'est-ce que c'est que ce délire ! Depuis quand l'Empire est-il devenue si petit ?
Il ne laisse pas le temps à Nuhadu de répondre et lui saisit l'épaule pour attirer son regard.


-Hey gamin ! C'est quoi cette histoire ? Tu les connais finalement ?
-Non, je ne les connais pas, je les ais juste croisés, même si je n'arrive pas à remettre l'Our.. euh.. celui-ci.
-Bon sang ! Et tu me laisses sauter les pieds dans le plats alors que tu peux nous ouvrir les portes?


L'apprenti marchombre se contente de sourire et s'avance doucement vers les deux amants. Il ne sert à rien de maintenir la distance, sinon à laisser les dissensions grimper. Il n'a rien contre aucun des deux personnages, malgré que l'une en veuille à son aimée et l'autre à son ami. Il a faim, il est fatigué de s'être époumoné avec Roy tout le long du trajet, et il a surtout très envie de mettre les choses au clair avec cette Syndrell. La dernière fois, il n'a pas sut se décider, mais il sait désormais qu'il ne pourra pas envisager de se passer de Lacrya. Il ne lui viendrait jamais à l'esprit de tuer un marchombre, mais pour sa vie, il ne ferait pas la différence. Il doit la convaincre d'oublier ses rancunes envers sa belle pour éviter d'en arriver là.
Le fait est qu'il n'en peut plus des détour de langage, des présentations qui se frôlent mais ne se font pas et des tensions qui montent malgré tout ses efforts ! Suffit les aboiements de chiens et les réactions de gamins ! S'il faut que quelqu'un tende le cou pour qu'on arrête d'essayer de le mordre, alors tant pis ce sera lui !

-Toutes histoire a sa place et son temps ! Pour moi, le temps est à se poser et se rassasier, sinon quoi je ne tiendrais plus l'idiot qui m'accompagne. Peut-être pourrions-nous oublier un instant les maladresses de certains et profiter de ce beau monde pour un moment agréable.
Se faisant, il tend la main au couple, dans un geste amical. Il ne peut malheureusement pas se défaire de la fatigue qui pare ses yeux, mais il espère au moins qu'elle jouera pour sa cause.

-Je pense qu'aucun de nous ne cherche querelle, alors je vous propose à nouveau de partager nos repas.

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 


Dernière édition par Nuhadu Darkmoon le Ven 27 Avr 2012, 22:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Trouvailles et retrouvailles [PV Nuha et Dolce] [Terminé]   Mar 24 Avr 2012, 14:41

- Mon amant n’apprécie pas tellement qu’un autre que lui s’essaie à de jolis artifices de langage pour me charmer.

Un sourire étira les lèvres de Dolce, qui tourna le visage vers celui de Syndrell. Son regard croisa celui, doré, de la jeune femme, et il lâcha un léger soupir. Se détendant presque aussitôt, surtout face aux réactions des deux hommes face à lui, il se sent soudain invincible.
Etonnant comme une simple phrase peut calmer tout à fait, et détendre en quelques secondes une tension de plusieurs minutes. Mais avec Syndrell, il sait bien que rien n’est impossible.
Absolument rien.

Mais sa tirade précédente, celle dans laquelle il a évoqué Lacrya, semble avoir particulièrement intrigué la Marchombre, qui demande soudain au jeune homme – un apprenti Marchombre, à n’en pas douter, apparemment – ce qui était arrivé à ses cheveux…
Quoi ?
Elle se souvenait de ses… cheveux ? Comment s’étaient-ils rencontrés ? Pourquoi se souvenait-elle de ses cheveux en particulier ? Qu’avait fait ce garçon pour frapper la mémoire de la jeune fille ainsi ?
Les mâchoires de Dolce se serrèrent puissamment.

Avant qu’il n’eût pu faire un quelconque mouvement, le colosse qu’il y avait avec le gamin le prit à part. Bon. Le temps de souffler, de croiser le regard de Syndrell, qui le calma presque instantanément, encore une fois. Même si un doute persistait. Et… Et si elle avait dit le mot « amant » juste pour freiner les ardeurs de ce gamin ? Parce que justement, lors de leur dernière rencontre, il avait tenté quelque chose ? Certes, le grand avait tenté une approche bizarre en arrivant, mais cela semblait l’avoir calmé, la petite phrase de la Marchombre.
Se forçant à respirer profondément et lentement, Dolce observa les deux hommes qui s’étaient éloignés et qui revenaient à nouveau. Il avait entendu ce qu’ils avaient dit, évidemment, mais s’en fichait, et n’en tenait pas compte. Les messes basses, cela allait bien cinq minutes, mais c’était aussi une précieuse indication : cela démontrait qu’ils ne pouvaient pas se comprendre totalement par des regards et des attitudes, et que donc ils ne se connaissaient peut-être pas si bien que cela…

-Toutes histoire a sa place et son temps ! Pour moi, le temps est à se poser et se rassasier, sinon quoi je ne tiendrais plus l'idiot qui m'accompagne. Peut-être pourrions-nous oublier un instant les maladresses de certains et profiter de ce beau monde pour un moment agréable.

Je pense qu'aucun de nous ne cherche querelle, alors je vous propose à nouveau de partager nos repas.


Dolce pencha légèrement la tête sur le côté, tandis que le gamin prenait un peu d’assurance, à ce qu’il pouvait en voir.
D’un côté, il n’avait pas nécessairement tort, c’était un fait. Ils s’étaient emportés un peu vite. Enfin, surtout lui.
Cela l’agaçait : il avait toujours été pacifiste, à ne jamais chercher la bagarre. Au contraire, il réussissait toujours à passer à côté, à trouver un terrain d’entente, à négocier la paix. Mais depuis qu’il avait rencontré Syndrell, il avait cette affreuse tendance à sauter sur tout ce qui pouvait être un peu énervant.

Elle l’influençait.
Pas forcément comme il l’aurait cru. Il en devenait combattif et violent. Tueur. Après tout, il n’avait jamais tué autant de personnes que depuis qu’il avait revu Syndrell à Al-Jeit. Depuis… il avait fait une hécatombe. Et il avait juste l’impression que c’était « normal », qu’il n’avait pas cherché plus que cela, qu’il n’avait fait que se défendre… Pourtant, preuve en était : il en devenait violent, autant avec Ciel qu’avec cet inconnu dont il ne connaissait rien.

Un soupir franchit ses lèvres, et il haussa les épaules.
Approbation.
Se mordant la lèvre inférieure alors qu’il se tournait vers Singa, il flatta l’étalon qui les observait de son grand regard ambré et intelligent. Il n’avait pas fait la vie à l’étalon frison qui se trouvait à côté de lui, et Dolce tiqua enfin. Enfin, presque. Dessellant l’étalon isabelle, il observait l’autre entier qui semblait plutôt… caractériel, mais bien dans ses sabots.

Son regard partit vers Syndrell.

- Tu l’as appelé comment ?

Les autres questions qu’il avait à poser étaient dans son regard brillant. Mais il ne dit rien, préférant juste se contenter de la réponse qu’elle lui ferait…

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4386
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Trouvailles et retrouvailles [PV Nuha et Dolce] [Terminé]   Jeu 26 Avr 2012, 12:15

La main tendue du jeune marchombre achève de convaincre Syndrell. Se redressant avec une grâce qui se rapprochait de celle de Miss, elle tendit la sienne. Sa petite main blanche disparut dans celle, grande et sombre, de l’homme aux cheveux curieusement coiffés. Il ne lui avait pas répondu – pas encore – mais qu’importe ; elle savait qui il était, même si elle avait oublié son prénom (Ironie l’avait-elle seulement prononcé cette nuit-là, dans la sombre impasse d’Al-Far ?), et elle se souvenait très bien de ses tresses.

- Ma tambouille est la vôtre, compagnons ! dit-elle dans un sourire amusé.

Dolce était dans son dos mais elle n’avait pas besoin de se retourner pour savoir qu’il l’observait intensément. De là où elle se trouvait, c'est-à-dire à quelques pas de lui seulement, elle pouvait sentir la tension qui émanait de lui. Une tension nerveuse, jalouse et sexuelle. Il ne devait pas tellement apprécier le fait qu’ils se retrouvent à quatre plutôt qu’à deux. Syndrell soupira. En un sens, elle partageait cette déception, mais la poigne solide du marchombre et le rire tonitruant de son compagnon étaient amplement suffisants pour qu’elle ne regrette rien de cette rencontre.

Elle aimait les gens. Il en aurait pu être tout autrement, pourtant : le regard lourd de honte et de dégoût que l’on avait trop souvent porté sur elle lorsqu’elle était enfant aurait pu – aurait dû, même – laisser grandir en elle une rancœur inavouable et invisible. Elle aurait dû s’enfoncer dans la solitude et laisser le monde tourner autour d’elle sans plus s’en préoccuper. Elle aurait dû se préoccuper de son image, de celle qu’elle voulait imposer aux autres. Ils auraient dû être « les autres »…

Mais elle aimait les gens. Voilà pourquoi chaque mort avait été une épreuve, une indicible douleur fichée au plus profond de son cœur ! Un espion, un vieil homme, une jument… Des éclairs, des étoiles filantes dans sa vie, et elle les avait aimé de tout son être. Qu’était la rancœur face à l’amour qu’elle ressentait en permanence pour les personnes qu’elle croisait, ne serait-ce qu’un instant ? Que pouvait bien apporter une vie de réclusion, de repli, d’abandon quand on pouvait aimer et être aimé dans la plus simple des formes ?

Il n’était plus question de trouver l’origine de son physique pour confondre les possibles coupables d’une enfance incroyablement difficile. Sa quête avait changé d’objectif, son horizon s’était élargi ; elle n’avait plus d’œillères. Elle n’en avait plus besoin ! Tout ce qui importait désormais, c’était le plaisir de la découverte, et avant cela, l’ivresse de l’aventure… Une aventure qui existait avec l’homme qui se tenait debout derrière elle. Et elle se poursuivait par cette simple poignée de main, formidable pied de nez à tous ceux qui, dans le passé, avaient pu fuir les cheveux bleus et les yeux dorés ou se moquer des tresses et de la peau foncée. Le secret était dans le partage.


- C’est toujours un plaisir de partager son repas avec des gens qui aiment raconter des histoires…


* * *

- Tu l’as appelé comment ?

Une main sur le flanc de son cheval, Syndrell leva la tête vers Dolce. Il y avait encore de la colère dans ses yeux verts, mais elle se le disputait à la tendresse et la jeune femme se sentit fondre.

- Je n’ai pas eu besoin de l’appeler.

Elle sourit. Bien sûr, ce n’était pas la réponse qu’il attendait et elle ne doutait pas que son audace l’agace prodigieusement, surtout dans l’état qui était actuellement le sien. Par la Dame, ce qu’il était beau lorsqu’il perdait son sang froid ! En fait, Dolce parvenait tout juste à se contenir, elle le savait – le sentait. Mais il se contenait.

Se mettrait-il dans cet état-là chaque fois qu’un homme oserait poser les yeux sur elle ? Pouvait-il vraiment être jaloux à ce point ? Syndrell jeta un coup d’œil en direction du Thül, qui déballait ses affaires en discutant – ou en se disputant – avec son ami. Elle ignorait que les craintes de l’Envoleur concernaient le marchombre et non le colosse, mais cela ne changeait pas grand-chose à l’affaire.


- Et toi ? Comment as-tu su que j’étais dans les parages ?
- Hé, vous venez ? Je ne vais pas pouvoir retenir mon appétit féroce très longtemps, moi !


* * *


Ils étaient assis autour de son feu et de sa gamelle. Un Thül, deux Marchombre et un Envoleur. Pouvait-il exister de groupe plus hétéroclite que le leur ? Un peu à l’écart, à l’ombre des arbres, leurs montures les observaient avec calme et sérénité. Syndrell sourit. Elle trouvait que les chevaux avaient un regard millénaire parce qu’elle croyait qu’ils étaient les gardiens de ce monde. Elle aimait imaginer qu’ils avaient tout vu depuis le début, avant même qu’il y ait un Empire, des frontières et des hommes. Vagabond avait-il déjà été témoin d’une scène similaire ?

Pourquoi est-ce que tu poses des questions aussi bizarre ? avait demandé Lyke alors qu’ils se tenaient tous les deux au sommet d’un rocher plat, assis en tailleur et très occupés à se goinfrer de baies sauvages.
Pourquoi pas ? avait-elle répondu dans un haussement d’épaules.
Parce que c’est bizarre. On dirait que tu t’intéresse à ce qui n’intéresse personne d’autre.
Je m’intéresse à ce qui m’intéresse.
Tu vois, c’est ce que je dis…


Tu l’as appelé comment ?avait demandé Dolce.
Comment as-tu su que j’étais dans les parages ? lui avait-elle demandé en retour.
Deux questions pour deux intérêts différents. Deux questions sans réponse, du moins pour l’instant…

Elle était assise en face de lui et les regards qu’ils échangeaient valaient toutes les déclarations du monde. Pour un peu, elle aurait cru qu’ils pouvaient correspondre par la pensée.
Pouvaient-ils correspondre par la pensée ?


- Et si nous commencions par le commencement ? lança-t-elle à la cantonade. Je suis Syndrell. J’ai des cheveux bleus depuis ma naissance, mais personne n’est capable de me dire qui m’a donné la vie. J’aime l’alcool d’abricot et les galettes de niam, je n’aime pas l’haleine puante des Raïs. Je parle à mon cheval. Je dors plus souvent à la belle étoile que dans un lit et je sais parler le Petit. Un jour, je traverserai l’Océan pour découvrir l’Ile des Femmes. Et j’ai vraiment très faim moi aussi, alors je me sers et je laisse la parole au suivant !

Joignant le geste à la parole, Syndrell se servit sous le regard des trois hommes et commença à manger sans rien ajouter de plus. Il y avait des paillettes de malice dans l’or de ses yeux. Non, elle le regrettait vraiment pas de partager ce repas en si bonne compagnie !


__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 20/10 au 03/11]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Trouvailles et retrouvailles [PV Nuha et Dolce] [Terminé]   Sam 28 Avr 2012, 03:01

Une joyeuse poignée de main, un rire de fond entraînant et un haussement d'épaules aussi effrayant que source de soulagement..
On ne l'a finalement pas mordu.

Assis autour du feu, dans une disposition propice à l'échange. Qu'elle merveilleuse idée de ne pas laisser les paires côte à côte ! Une idée de la jeune femme aux yeux dorés. Elle a d'ailleurs prit les choses en main comme si c'était son devoir d'hôtesse de maison, sans doute parce qu'il s'agit de son campement.
Roy est impatient de déguster les vivres qui se sont rassemblés et il ne tarde pas à comprendre que la présentation et le seul obstacle à son bon plaisir ! Aussi, saute-t-il sur l'occasion pour se présenter après Syndrell.

-Je m'appelle Roy ! Je sais pas si mes cheveux on quoi que ce soit d'intéressant, mais je peux dire que je suis mercenaire, que j'aime manger de la bonne nourriture, raconter des histoires, encore plus en entendre et milles fois plus les vivre ! Je m'excuse si je peux me montrer un peu rustre, hein ! C'est que je suis habitué à une compagnie de guerriers et entre nous y a pas de sujets épineux ! Je suis aussi sacrément curieux sur tout ce qui touche ce gamin ! J'espère que vous aurez de bonnes histoires à me raconter qui compléteront les siennes!

Sur ses derniers mots, il adresse un sourire qu'il veut complice à la montagne de muscle qui s'est vanté d'avoir vu le marchombre en charmante compagnie. Il espère encore découvrir cette histoire qui lui a échappé et même s'il ne le montre pas, il soupçonne Syndrell de connaître le passé du jeune homme qui lui reste un mystère quasi total ! Tout ce qu'il a comprit et même deviné, c'est une fugue. Rien de plus que ça pour l'éclairer ! Autant dire rien ! Pas même son nom d'origine, puisque petit, le garçon lui avait avoué en avoir changé.
Tout ce qui semble survivre des origines de Nuhadu, c'est son prénom. Pourtant, Roy affectionne énormément ce garçon, et s'est mit dans la tête d'en découvrir toute l'histoire. Un jour ou l'autre. Dire qu'il ne sait même pas qu'il est marchombre !
Une fois sa présentation fini, il se servit à son tour, souriant à l'idée de pouvoir, enfin, contenté son terrible estomacs.

S'ensuit alors une légère pause, Nuhadu voulant poliment céder la place à l'étrange personnage qui lui est familier sans être véritablement connu, mais aucun des deux ne se lançant, il finit par prendre la parole. Le voilà bien beau dans tout ça, il n'a pas spécialement de choses à dire à son sujet..

-Ainsi, je suis Nuhadu.. Et j'aime ce calme..

Qu'elle drôle façon de procéder. S'il n'était pas de ce monde, il aurait pu penser à une réunion des alcooliques anonymes. Sauf qu'il est de ce monde et l'un de ses compagnons présent aurait du mal à comprendre que l'alcool n'est pas forcément bon.. Mais quelque soit la raison des présentations, la sienne est trop courte.

- Et un peu toutes les bonnes choses de la vie, je pense. Et les bêtes.. sauf les écureuils et les Ours-élastiques.

Sa remarque lui vaut de faire pouffer de rire son compagnon, qui manque par la suite de s'étrangler avec sa nourriture. Ne prenant pas garde au regard noir que Roy peut lui envoyer, Nuhadu tourne son regard vers l'immense colosse soupçonné Marchombre. Que dira-t-il de lui, celui-là ? Assez pour qu'il puisse remettre leur première rencontre ?

Allez savoir.. Roy aussi tend l'oreille, malgré qu'il semble combler joyeusement sa faim. Est-ce pour commencer à raconter cette histoire d'Ours-élastique aux autres afin que tout les mystères soient levés ? Ou juste par intérêt pour le puissant colosse ? Un tel atout dans sa compagnie aurait de quoi lui plaire...


[court.. désolé, j'ai pondu ça un peu comme j'ai pu T.T]

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Trouvailles et retrouvailles [PV Nuha et Dolce] [Terminé]   Sam 28 Avr 2012, 10:40

Dolce secoua légèrement la tête quand Syndrell ne répondit pas vraiment à sa question.
Mais il aimait sa conception de la chose. C’est vrai qu’il aurait pu formuler sa demande autrement. Peu importait, et il lui souriait tranquillement.

Assis devant le feu qu’elle avait attisé, chacun avec sa potée entre les doigts, Dolce se demandait comment allait se terminer cette rencontre. Le Thül avait juste l’air sympathique, au fond, bien que grande gueule. C’était un guerrier qui ne se souciait de rien d’autre que de se battre et de son ventre, et cela lui convenait. Et s’il avait de l’humour, n’en déplaise à l’Envoleur, il ne semblait pas une menace pour ce dernier.
Le Marchombre non plus, d’ailleurs. Mais bon, il ne pouvait pas dire qu’il ne se méfiait pas non plus. Certes, toute trace de velléité s’était désormais envolée, et Dolce était plus détendu – et il pouvait surtout détailler Syndrell de tout son soûl, puisqu’elle était en face de lui, même s’il aurait préféré l’avoir à son côté, enrouler son bras autour de ses épaules, et se l’approprier pour la nuit…

- Et si nous commencions par le commencement ? Je suis Syndrell. J’ai des cheveux bleus depuis ma naissance, mais personne n’est capable de me dire qui m’a donné la vie. J’aime l’alcool d’abricot et les galettes de niam, je n’aime pas l’haleine puante des Raïs. Je parle à mon cheval. Je dors plus souvent à la belle étoile que dans un lit et je sais parler le Petit. Un jour, je traverserai l’Océan pour découvrir l’Ile des Femmes. Et j’ai vraiment très faim moi aussi, alors je me sers et je laisse la parole au suivant !

Pourquoi parlait-elle de l’Île ?
C’était une Île inconnue de la plupart des Alaviriens, et connue seulement par quelques capitaines de galères pirates. Il allait sans doute falloir le lui rappeler, à un moment ou à un autre. Lui-même n’en parlait presque jamais, et même son Maître ne savait pas que l’île en question avait ce nom : il ne lui avait jamais dit qu’il n’était que pirate avant de la rencontrer.
Un soupir franchit les lèvres de Dolce, tandis qu’il croisait le regard de la jeune Marchombre.

-Je m'appelle Roy ! Je sais pas si mes cheveux on quoi que ce soit d'intéressant, mais je peux dire que je suis mercenaire, que j'aime manger de la bonne nourriture, raconter des histoires, encore plus en entendre et milles fois plus les vivre ! Je m'excuse si je peux me montrer un peu rustre, hein ! C'est que je suis habitué à une compagnie de guerriers et entre nous y a pas de sujets épineux ! Je suis aussi sacrément curieux sur tout ce qui touche ce gamin ! J'espère que vous aurez de bonnes histoires à me raconter qui compléteront les siennes!

Le guerrier semblait quant à lui à son aise, c’était le cas de le dire. Il parvint même à tirer un sourire à Dolce.
Mercenaire ? Juste mercenaire alors, aucunement du Chaos, sa tête ne lui disait rien, même s’il ne connaissait pas tous les visages et tous les noms. Mais ce grand dadet n’avait pas du tout l’air d’un mercenaire du Chaos, autant avec sa grosse lame, qu’avec sa langue ou son attitude… Enfin, tout restait possible, et dans ce cas-là, ils faisaient partie du même sac. Donc en même temps, il se sentit un peu rassuré.
Il n’avait jamais été un grand narrateur, ou alors que de choses qui l’avaient marqué à vie. Et ce genre de choses, on n’aime pas le partager avec des inconnus, en tout cas Dolce n’était pas réellement ainsi. Il pouvait en parler très facilement selon le contexte, aussi. Mais en l’occurrence, il n’en avait pas vraiment envie.
Pour l’instant.

-Ainsi, je suis Nuhadu.. Et j'aime ce calme… Et un peu toutes les bonnes choses de la vie, je pense. Et les bêtes.. sauf les écureuils et les Ours-élastiques.

Dolce haussa un sourcil, se demandant s’il faisait encore référence à l’ours élastique auquel il avait été comparé, ou s’il parlait de Syndrell, ou bien si c’était complètement autre chose. D’un haussement de pensées, il balaya ces dernières, cherchant le regard de son aimée de l’autre côté du feu. Puis, soupirant doucement, il prit une gorgée de son dîner, et se lança enfin dans une présentation.

- Dolce.

Il hésita. Il n’avait pas envie d’en dire plus. Surtout qu’il n’avait rien à raconter, ni envie d’étaler quoi que ce soit sur lui de plus. Il s’efforça pourtant à paraître amical et intéressé. Un nouveau soupir franchit ses lèvres.

- Moi j’adore les écureuils, surtout quand ils sont bleus…

Un sourire étira ses lèvres alors que son regard filait encore une fois vers Syndrell. Un bruit dans le sac de Dolce se fit entendre, et ce dernier le posa sur ses genoux, laissant le furet qui s’y logeait en sortir. Fu détailla rapidement le feu, les deux hommes et Syndrell, avant de sortir complètement de sa cachette pour gratter les genoux de Dolce, montrant par là qu’il avait aussi faim – sans doute l’odeur de la nourriture l’avait-elle réveillé – et l’Envoleur partagea la viande de son ragoût avec lui.
Légèrement tendu.

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4386
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Trouvailles et retrouvailles [PV Nuha et Dolce] [Terminé]   Jeu 03 Mai 2012, 00:14

La réplique de Roy était au moins aussi piquante que la sienne et Syndrell s’étrangla avec la première bouchée de son ragout. S’essuyant la bouche d’un revers du coude, elle regarda le Thül avec amusement ; cette gouaille n’était pas sans lui rappeler celle d’Enna, et cela lui plaisait !

- Rassure-toi grand chef, j’ai moi aussi l’habitude de frayer avec des rustres… sauf qu’aucun ne t’arrive à la cheville !

Elle avait teinté ses paroles d’une moquerie qui n’avait d’autre valeur que celle de l’admiration sincère, et Roy le comprit. Son regard croisa celui de Syndrell, l’espace d’un bref instant, et il répondit à son compliment d’un imperceptible mouvement de tête qui, en langage Thül, signifiait énormément de choses.

Elle s’était fait un nouvel ami.

La présentation du jeune marchombre était bien plus concise mais non moins intéressante. Alors qu’il parlait, Syndrell fouilla dans sa mémoire à la recherche du souvenir de cette rencontre, dans cette rue sombre d’Al-Far. Toute son attention était alors focalisée sur Ironie et la présence du jeune homme lui avait pratiquement échappée, à l’exception toutefois de l’étoffe étrange dont il parait la moindre de ses paroles.

Il lui rappelait Erwan. L’on ne pouvait pas trouver deux personnes plus disparates, pourtant, lorsque l’un avait des cheveux de neige et l’autre une peau de nuit ! Mais de ce contraste étonnant naissait une certaine ressemblance à laquelle elle Syndrell était sensible. Une sorte de philosophie qu’il ne tirait pas seulement de la Voie qu’il foulait désormais avec aisance… Il avait au fond des yeux une sagesse d’autant plus improbable qu’elle tranchait avec la jeunesse de ses traits et l’effronterie de ses gestes.


- Cet endroit était un peu plus calme avant l’arrivée tonitruante d’une montagne de muscles, d’un gamin sacrément ébouriffé et d'un guerrier ronchon, fit remarquer Syndrell dans un sourire entendu. Cela dit, je le trouve encore plus attrayant, maintenant.

Son regard glissa vers Dolce comme s’il était attiré par un aimant. Ce dernier leur fit cadeau d’une réponse plus que laconique, mais qui ne la surprit pas ; elle ne s’était pas attendue à ce qu’il fasse « ami-ami » avec les deux voyageurs – pas après avoir manqué de leur arracher la tête des épaules. L’Envoleur eut toutefois l’audace de rebondir sur les paroles de Nuhadu et le sens des siennes alluma une étincelle dans les yeux dorés de Syndrell.

Une étincelle qui se transforma en boule de lumière lorsque Fu apparut enfin aux yeux du public. Voilà bien des mois qu’elle ne l’avait pas revu et elle admettait sans l’once d’une hésitation que la boule de poils lui avait manqué !


- Fu !

Autrefois, le furet s’était montré très méfiant envers elle, voire même jaloux ; il n’en était plus rien aujourd’hui, il le prouva en chipant un dernier morceau de viande des doigts de son maître pour descendre de son perchoir et filer sur l’épaule de la marchombre. Elle éclata de rire lorsqu’il se cacha dans ses cheveux et tenta de lui donner un morceau de son propre repas, mais il préféra se servir directement dans son bol.

- Dis donc, Boule de Poils, où sont passées tes manières ?

Devant les regards surpris puis amusés de Roy et de Nuhadu, Syndrell décida de se faire la voix du petit rongeur :

- Messieurs, voici Fu ! Amateur de bonne nourriture, comme toi Roy, je ne sais vraiment s’il apprécierait la compagnie d’un écureuil mais… il apprécie la mienne, en tout cas !

Fu ponctua sa réplique d’un petit couinement qui devait signifier beaucoup de choses, puis il retourna se percher sur l’épaule de Dolce sous le regard pétillant de Syndrell. Elle s’était réellement prise d’affection pour ces deux-là, songea-t-elle.

L’Envoleur mangeait tranquillement mais la légère tension de ses épaules et de son cou en disait long sur sa frustration. Syndrell plissa les yeux. Etait-il toujours en rogne contre ses deux « invités » ou bien regrettait-il qu’ils ne soient pas seuls dans cette fichue forêt ? A la seule pensée de la manière dont ils auraient partagé son repas, la jeune femme fut secouée par un long frisson d’excitation pure.

Elle tourna la tête, mais pas avant que ses pommettes se soient embrasées, et comprit qu’il était urgent de se changer les idées. Nuhadu, Roy et leurs histoires étaient là à point nommé…


- Très bien ! dit-elle d’un ton un peu trop fort, elle le savait, pour être convainquant aux oreilles de Dolce. Dites-moi un peu, qu’est-ce qu’un Thül et un jeune aventurier fabriquent dans cet endroit relativement… calme ?


__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 20/10 au 03/11]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Trouvailles et retrouvailles [PV Nuha et Dolce] [Terminé]   Ven 04 Mai 2012, 15:50

Nuhadu ne put retenir un faible sourire quand le colosse annonça apprécier les écureuils bleus. Étrange pelage pour ces bêtes, il doit sûrement y avoir un souvenir avec la jeune femme derrière tout ça. Qui d'autre a des cheveux bleus ici ? Personne, c'est un fait, elle est unique en ce genre et un écureuil serait mal venue de la copier.. sans doute parce qu'un écureuil bleu doit être ami avec un ours élastique bleu.. qu'elle série de mauvais goût !
Et de toute façon, les regards qu'ils s'échangent ne trompent pas..

Des éclairs crépitent dans l'air.. il les voit, mais il n'est pas sûr de vouloir les comprendre, comme s'il savait qu'essayer d'attraper l'un d'eux serait comme se le ficher dans le cœur. Au plus profond de son cœur...

Heureusement qu'un petit mouvement rompt la tempête qui s'élevait entre les deux amants. C'est le sac du colosse qui s'agite de soubresauts sous le regard étonné de Nuhadu, Roy n'en voit rien, occupé à manger d'une part et le colosse se trouvant entre lui et le sac, il n'y a aucun moyen qu'il s'en inquiète tout de suite. C'est plutôt le silence soudain qui lui fait lever les yeux quand le fameux Dolce ouvre son sac et qu'une fourrure sur patte en sort. Il ne rate pas non plus l'imperceptible mouvement de recul du garçon, même s'il ne s'éloigne pas vraiment, il a bien conscience qu'un coup de frayeur l'a prit à l'apparition d'une boule de poil.. Peut-être a-t-il prit son histoire d'Ours à la légère finalement. Nuhadu n'est-il pas censé être ce gamin qui n'avait peur de rien ?

Le géant se jure de reprendre la discussion au sérieux quand ils seront seuls, il s'est trop fait à l'idée du gamin qui l'a quitté et il a oublier de considérer l'homme qu'il est devenu et ce qu'il a vécut. Il a forcément du changer lui, le train de vie des escorte n'est pas le même que la vie en solitaire. D'ailleurs, son ami tressé est bien incapable de se cantonner à une attitude particulière !

Ah ça ! Quand il l'a rencontré la première fois le petit sauvageon ! Un garçon de 14 ans sale et affamé qui couvait du regard une paire d'épée brillantes et affreusement coûteuses. Un gamin qui savait pourtant parler et pas qu'un peu ! D'un jolie langage en plus.. et d'une arrogance qui amusa le guerrier.
Darkmoon hein ? On ne naît pas avec un nom qui nous ressemble à ce point, ce gamin est affreusement lunatique et à la peau assez sombre pour qu'on puisse lui supposer des origines Faëls, ce qu'il dément à chaque fois avec presque du regret dans la voix. Il ne parle pas de sa famille d'origine, mais il prétend bien la connaître et Roy est parvenue une fois à lui soutirer qu'il aurait dû être fier de sa lignée.. mais même l'alcool ne délie pas sa langue sur le sujet ou le nom de cette famille que le mercenaire devine riche ou noble, ou bien les deux. Tout ce qu'il sait, c'est que ce gamin n'est pas aussi calme qu'il le prétend.
Quand il l'a prit sous son aile pour lui inculquer les bases de l'escrime et s'assurer qu'il le quitte en homme capable de se défendre, il en a bavé pas mal. Une tête brûlée qui fonçait sans considération avec pour seul dicton ''La peur ne m'atteint pas'', un petit fougueux qui pensait pouvoir renverser les montagnes par sa seule volonté !
Il en aura fallut des coups de bâtons et des bleus avant qu'il ne s'assagisse un peu, réfléchisse plus et se contienne vraiment. Il a longtemps suivit la compagnie de mercenaire et si on le connaissait provocateur à ses débuts, c'est le calme et la modération du gamin qui a le plus manqué à son départ.
De petit fou qui courre sans réfléchir, il est devenu le calme calculateur que Roy a voulu lui enseigner, sans l'atteindre. Et aujourd'hui, il se rend compte que le gamin est devenu homme, qu'il n'est plus aussi calme, plus aussi provocateur, plus aussi bavard, plus paré de tout son sang-froid, plus.. plus ce qu'il était.. il est un peu tout ça, mais il ne l'est plus comme avant. Il a encore changé, comme il semble devoir changer au contact de chacune de ses rencontres.
A quoi ressemblera Nuhadu Darkmoon, quand il finira de se chercher ?

Roy secoue la tête, chassant ses pensées. La fourrure sur patte est en train de jouer avec la drôle femme aux cheveux bleu. Fu comme la présente Syndrell. Le furet est amical et goinfre, une petite chose qui adoucit tout de suite la vision que Roy avait du colosse et le fait pousser un de ses rires qu'il apprécie tant de partager avec les gens. On ne devrait pas juger les gens à un premier regard, pense-t-il, Dolce est un gars vraiment immense et effrayant, mais il a de charmantes compagnies qui donnent l'impression d'un cœur doux.. Il faut qu'il apprenne l'histoire de cet homme aussi !
Puisqu'il y pense, il faudrait qu'il réfléchisse à toute ses questions.. ! Olalah, il y en a tellement qu'il ferait mieux d'écrire les réponses dans son petit calepin au passage !


-Mes chers amis, avant de commencer à conter quoique ce soit, je me dois d'aller chercher ma plume!

Les yeux de Nuhadu sont depuis un moment fixés sur le furet dénommé Fu, petite bête tout ce qu'il y a de plus adorable.. Dans les mains de Syndrell ou de Dolce du moins. Il a quand même été traversé par un moment de frayeur en voyant la ''boule de poils'' sortir du sac.. A force de parler d'écureuils, il en voit partout. C'est quand même fou de craindre la vue d'une si petite chose. Encore que ce n'est pas l'écureuil en lui même qu'il craint, mais les pièges dans lesquels il peut le faire tomber.
Une longue histoire.
Une histoire de complot..
Qui dégénère dans son crâne ! Non mais vraiment il n'est pas bien dans sa tête ! Il faut qu'il arrête de se monter des histoires comme ça, c'était un cas isolé, l'écureuil n'y est sans doute pour rien..

Penser à autre chose. Au furet tient ! Il est petit, mignon, gentil et il fait des bétises pas méchantes.. Son regard s'attendrit sur le petit feu follet. Il n'a rien à craindre de lui, de plus que s'il a un ours élastique comme ami, ça ne peut-être que son maître. Dolce n'est pas bavard, c'est un euphémisme. Il aime peut-être plus les gestes que les mots, ce que Nuhadu comprend parfaitement, même s'il n'a pas l'habitude d'être aussi.. fermé.

Il a l'impression que le nom de Lacrya flotte au dessus d'eux, n'attendant qu'un faux pas pour s'abattre et le déstabiliser d'un coup. Peut-être même semer la zizanie. Il ne sait toujours pas quelle est la teneur du lien qu'il tient avec Syndrell, sinon qu'il les pousse à s'entre-tuer. Que dirait sa tendre reine si elle le savait attablé avec son ennemie intime ? Elle reprendrait sûrement son attitude hostile, celle qu'il lui a redécouvert auprès de Libertée et rencontrée ce jour lointain à Al-Jeit.
Il y a toujours cette part d'elle qu'il ne parvient pas à se remémorer, cette sombre Lacrya qui ne se montre pas pour lui, mais prend vie dès que d'autres font leur apparition.

Il s’appétait à répondre à Syndrell, quand Roy s'exclame et se lève sous ses yeux curieux. Qu'est-ce qu'il va bien pouvoir écrire ? Il ne le sait pas, d'autant qu'il n'a jamais lu son petit journal, mais il se doute que leur histoire n'est pas sa source d'intérêt. Alors il ne l'attend pas pour commencer.
Ça lui évitera au moins d'être coupé.

-Cette histoire est sans doute la plus longue ! Non seulement parce que mon ami n'est pas un Thül, pourtant il aimerait bien !
-Pour sûr que j'aimerai ! Ah tient ! Il est plus facile de confier du travail à ces grand roux qu'à de parfaits inconnus ! Mais faute de l'être par le sang, j'aligne de quoi accepter ce compliment ! Merci à toi bouton d'or!


Nuhadu retient un soupir résigné. Le guerrier n'aura pas mis une vingt secondes à retrouver son précieux matériel et revenir en beuglant. Il n'échappera donc pas à ses détails plus ou moins importants. Il se retient de relever le surnom dont il a affublé la marchombre, de peur que son amant n'apprécie la réponse encore moins que l'appellation seule.

-Admettons donc qu'il soit Thül alors ! D'ailleurs, pour faire court, disons simplement que j'ai fait partit de son groupe un certain temps, en tant qu'élève.
-J'aurais plutôt dit que je t'ai ramassé dans la rue et tapé sur la tête jusqu'à faire entrer du bon sens dans ta tête de mûle!
-J'avais dit pour faire court..
-Ecoute gamin, un bon conteur se doit de demander l'avis de son public ! Doit-on faire court messieurs dames?

Le jeune homme grogne exaspéré. Un tic lointain qu'il ne vit décidément qu'avec cet énergumène. Mais loin de le prendre pour une menace, Roy en tire un sourire jovial. Le guerrier prend d'ailleurs une toute autre allure maintenant.
Bourru auparavant, une toute autre aura le pare présentement. Assis en tailleurs, le guerrier a déposé un petit calepin, aux pages parsemées d'une fine écriture, sur l'un de ses genoux. Un petit pot d'encre sur l'autre genou, son assiette entre les jambes, une cuillère dans la main gauche et dans l'autre une belle plume. Il est toujours assez spectaculaire de le voir manger, écrire et parler, le tout avec dextérité pourtant.. Et sans délaisser ni son repas, ni ses compagnons, ni son écriture..

Suffisamment extraordinaire pour faire briller les yeux de Nuhadu d'admiration.

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Trouvailles et retrouvailles [PV Nuha et Dolce] [Terminé]   Jeu 31 Mai 2012, 19:12

- Non non, prenez vos aises, les histoires longues sont souvent les plus savoureuses si elles sont bien contées...

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4386
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Trouvailles et retrouvailles [PV Nuha et Dolce] [Terminé]   Jeu 31 Mai 2012, 20:33

- Bien dit ! Et puis je vous rappelle que vous m'avez envahie, messieurs, alors vous me devez bien ça !

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 20/10 au 03/11]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Trouvailles et retrouvailles [PV Nuha et Dolce] [Terminé]   Jeu 28 Juin 2012, 21:35

Roy lance un clin d’œil de remerciement à son auditoire, heureux de leur soutient et d'apercevoir la figure désespérée du garçon. Eh non ! Il n'échappera pas aux détails de l'histoire et puisqu'il n'est pas friand de s'étendre sur son passé, son compagnon bavard son chargera avec beaucoup de plaisir !

-Ainsi, tout commence avec un petit garçon, pas si petit que ça d'ailleurs, et une paire d'épée. C'est que ce petit gars s'était mis en tête de porter des armes, aussi jeune et inexpérimenté soit-il ! Malgré ce grand nombre de lacune, ajoutons qu'il n'avait pas un sous, pas de tuteur pour subvenir à ses besoins et qu'il a choisi les lames les plus coûteuse qu'il ait pu apercevoir ! Je dis bien choisis, puisqu'il n'en voulait pas d'autres que celles la ! Et pour les gagner, tout ce qu'il se donnait la peine de faire s'était de les observer.. Encore et encore sous le regard lassé d'un marchand. Autant dire qu'il était mal barré ce piot!

Le dit garçon, devenu jeune homme depuis lors, ne peut qu'approuver de la tête, les souvenirs se frayant un passage dans sa petite mémoire. Ce qu'il pouvait être naïf.. et confiant. Parfois, on regrette l'innocence. Souvent, il est nostalgique. A-t-on besoin d'une bonne mémoire pour regretter les temps anciens ? A-t-on besoin d'une longue vie pour reprocher au temps de courir trop vite ? Bah, quand il sera un vrai marchombre, il arrachera sa vie du temps et il retournera contempler les jolies épées devant les stands ! Et puis c'est tout !
Pourquoi vieillir quand on peu rajeunir ?

-Ses vêtements déchirés, sa figure sale, son air de chien battu, et j'en passe, ont tôt fait d'attirer les regard, notamment celui d'un grand homme au destin brillant et grandiose ! Le brave homme se prit de pitié pour le petit garçon. Certes, il n'est pas dans mes habitudes de recueillir le premier mouflet venu, mais celui la a eut le bon goût de fixer de bonnes lames ! Un virtuose de l'épée comme moi, ne pouvait pas le laisser traîner dans la rue ! Puisque je n'avais rien à faire, je me suis dit que je pourrais ptet en tirer quelque chose.


Le colosse marque une pause, durant laquelle une large bouchée vient s'engouffre dans sa terrible mâchoire. Comme si le moment dont il parlait été relaté dans son petit calepin, se doigts faisaient virevolter les pages jusqu'à ce qu'une attire son attention.

-Une tête brûlée, un petit feu follet qui parlait beaucoup et sautait dans tout les sens ! Je vous laisse prendre mesure des changements!

Il part d'un rire tonitruant, sous le regard faussement offensé d'un jeune homme tressé.. ah non, toujours détressé. Qu'elle malédiction de connaître de pareils bourrins ! Il va en avoir pour un temps fou à réorganiser ses longues mèches en tresses bien disciplinées ! Peut être serait-il temps de les couper... de repartir avec une nouvelle tête..
N'importe quoi ! Un Nuha chauve ! Et pourquoi pas un Ours élastique manchot ? Impossible ! Et puis, il s'y est fait à ses tresses..
Ça suffit les délires capillaires ! Il faut qu'il reprenne le fil de l'histoire. D'abord parce que le colosse mérite bien qu'on sabote un peu son histoire, ensuite parce qu'il commence à être gêné qu'on le décrive ainsi.. Non mais vraiment ! Vous savez bien ce que ça fait quand votre mère raconte vos déboires de jeunesse ? Eh ben imaginait qu'elle soit une grande Thüle, même pas rousse.. C'est assez traumatisant comme ça ? Ben c'est pas encore Roy !
Mais d'un autre côté.. Il lui doit tant qu'il peut bien le laisser finir cette histoire embarrassante. Et il n'a malheureusement pas le loisir de le contredire. Le brave homme reste aussi honnête que possible, même ses vantardises lui semblent justifiées.


-C'est comme ça que ce gosse est entré dans ma vie et qu'il est devenu un brave gaillard ! Ainsi, c'est des retrouvailles qui nous ont poussé jusqu'ici.
-Ça et son appétit.


Roy repousse la remarque d'un geste de sa plume. Veut-il signifier que son estomacs n'est plus à vanter ou que la remarque était inutile ? Nuha n'en sait rien, mais il sourit comme un petit diable avant de reporter son attention sur la boule de poil, puis sur son propriétaire. Puisque Roy lui a cédé de ne pas entrer dans les détails, parce qu'il aurait pu en dire bien plus, il vaut mieux ne pas laisser le silence s'instaurer.

-Et par la suite, nous avons rompu votre escapade en amoureux. Vous ne m'en voudrez pas de ne pas le regretter, mais c'est un excellent ragoût.

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Trouvailles et retrouvailles [PV Nuha et Dolce] [Terminé]   Jeu 05 Juil 2012, 11:50

Ca, c'était une longue histoire ?
Pas vraiment, non. Mais apparemment, le gamin n'était pas à son aise, et puis… bah il n'y avait pas les bons détails dans le récit. Oui, il racontait des choses amusantes – il avait une façon de conter très agréable – mais Dolce restait sur sa faim. De toute façon, il n'allait pas non plus insister. Plus vite ils finiraient de manger, et plus rapidement il se retrouverait seul avec Syndrell.

-Et par la suite, nous avons rompu votre escapade en amoureux. Vous ne m'en voudrez pas de ne pas le regretter, mais c'est un excellent ragoût.

Dolce se retint de lancer un regard gris foncé au jeune homme.
Mais après tout, pourquoi s'énervait-il ? Tout était parfaitement clair, en réalité. Il n'avait pas besoin de s'énerver, ni l'utilité, ni de raison. Surtout pas de raison. C'était plus dans son ventre que quelque chose n'allait pas. Une impulsion complètement irrationnelle, alors qu'aucun des deux personnages en face de lui n'était belliqueux ou même en valait la peine.

Un léger soupir franchit ses lèvres, alors que son regard se tournait vers Syndrell.
Le bleu de ses cheveux se teintait de mèches rousses, reflets d'un feu attisé par la fraîcheur de la nuit, et son visage était fait d'ombres et de lumières. Bigrement attirante. Et même plus que ça.

Fu passa son nez humide sur l'avant-bras de Dolce, qui le caressa doucement. Le furet soupira de bonheur en fermant les yeux, et commença à détailler plus longuement les convives installés autour du foyer. En tant que mustélidé, il pouvait chasser, mais aussi être chassé, et analysait très souvent son environnement pour en trouver le meilleur parti.
Le colosse ne lui faisait pas peur. Au contraire, sa bonne humeur le mettait en confiance, même s'il avait des lames dans le dos ; et même s'il ne ressemblait pas à son maître.
Par contre, le gringalet ne lui plaisait pas. Il semblait tenter de l'éviter du regard, comme effrayé. En tout cas, pas du tout à son aise. Malin et coquin comme l'était Fu, il n'en fallait pas plus pour attirer de trop son attention.

Souple et rapide, l'animal se glissa entre les mains de Dolce pour bondir sur le côté du feu, avant de s'avancer avec confiance vers le bipède le plus foncé. Arrivé à une trentaine de centimètres de ce dernier, Fu se redressa sur ses pattes arrièreet leva son petit nez rose vers l'homme, curieux comme tout, et surtout avide de la réaction de ce dernier. Après, tout déprendrait de cela, mais il avait envie de lui monter sur les genoux, ou même sur la tête – tout ces cheveux ! – Dolce en aurait mis sa main à couper !







[ Désolée, c'est en retard et médiocre, mais je ferai mieux la prochaine fois u_u ]

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4386
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Trouvailles et retrouvailles [PV Nuha et Dolce] [Terminé]   Lun 16 Juil 2012, 10:26

Syndrell adorait les histoires.
Liam et Sineïdinn avaient été les premiers à l’endormir en nourrissant son imagination des plus belles légendes que Gwendalavir puisse posséder. Le vieux souffleur de verre avait ensuite pris le relais, suivit par Miss qui connaissait de nombreuses histoires rigolotes sur les Petits. Veillées extraordinaires qui restaient gravées dans sa mémoire…

Mais ce que la jeune femme préférait, c’était observer la réaction des gens. Lire sur leur visage les émotions que l’histoire racontée provoquait était son passe-temps favori et, comme de coutume, elle ne s’en passa pas : Nuhadu, par exemple, écoutait son compagnon d’une oreille distraite. Les yeux dans le vague, il songeait au passé. Pour sûr, il avait changé… Le petit garçon que décrivait Roy s’était métamorphosé. Une silhouette fine et souple, des muscles déliés, Nuhadu Darkmoon était un apprenti prometteur ; Syndrell se demanda qui pouvait bien être son maître et à quel point le jeune homme était avancé sur la voie.

Plongé dans son récit, Roy parlait avec emphase et ses yeux brillaient. Au seul ton vibrant de sa voix, Syndrell mesurait à quel point il appréciait son jeune compagnon. L’amitié qui existait entre ces deux-là n’était pas feinte, bien au contraire, elle se lisait dans les regards et les sourires complices qu’ils échangeaient. En outre, Syndrell était bien placée pour savoir que l’amitié d’un Thül est précieuse et plus solide encore que l’acier ; raison pour laquelle ils ne l’accordent qu’en de rares occasions et à de rares personnes…

Dolce, lui, restait silencieux et impassible. Parce qu’elle le connaissait mieux que quiconque, Syndrell décrypta sans mal la lueur d’agacement qui traversa son regard et ne put s’empêcher de sourire ; l’Envoleur n’était pas dans son bon jour. Qu’il était séduisant lorsqu’il était de mauvaise humeur !

Quant à Fu, les histoires ne lui faisaient ni chaud, ni froid mais ceux qui les racontaient, en revanche, attisaient sa curiosité. Echappant aux caresses de Dolce, il s’approcha furtivement de Nuhadu et se dressa de toute sa petite taille devant lui, à la fois intrigué, méfiant et frondeur.


- On dirait que tu plais à Fu, lança Syndrell au jeune marchombre. J’ai comme l’impression qu’il se verrait bien trôner sur tes cheveux !

Amusée, elle cligna de l’œil en direction de Dolce, qui avait sans aucun doute décrypté les intentions de son petit compagnon, puis tourna la tête vers Roy.

- Est-ce que tu écris vraiment tout ce qui se passe dans ce calepin ? demanda-t-elle en désignant le petit carnet qu’il tenait entre ses mains immenses. Comme un journal, ou quelque chose du genre ?

Le vieux souffleur de verre en tenait un, lui aussi. Chaque soir, il s’asseyait à son bureau et noircissait des pages et des pages qu’il n’avait jamais accepté de dévoiler à Syndrell. Dans un froncement de sourcils, elle réalisa soudain qu’elle aurait peut-être dû y jeter un œil, avant de quitter le refuge ; à l’époque, elle désirait seulement fuir un endroit chargé de souvenirs, mais les révélations de Pragon dansaient dans sa mémoire et un nouveau projet se mettait lentement en place : retourner au refuge, trouver le journal de son vieil ami et, peut-être, en apprendre plus sur les recherches qu’il avait menées sur elle…


[Dolce, il ne fait pas nuit : Syn a dressé un petit feu de camp uniquement pour chauffer sa tambouille, en fait, il est midi !
Et pareil, excusez la médiocrité de cette réponse, je suis un peu fatiguée... Nan, c'est nulle comme raison, j'en ai pas de meilleure alors je promets que mon prochain post sera trop plus mieux ! Voilà !]

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 20/10 au 03/11]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Trouvailles et retrouvailles [PV Nuha et Dolce] [Terminé]   Mar 24 Juil 2012, 14:05

Leurs auditeurs avaient écouté l'histoire, poliment pour l'un sans doute, puisqu'il ne marqua pas de signe de joie particuliers, à moins qu'il ne les boude d'avoir dérangé son tête à tête avec la Marchombre ? Roy le comprendrait parfaitement ! Il a déjà eut le temps d'étudier du regard la jeune femme et il ne doute pas que tout homme saurait apprécier ses charmes ! Il se garde bien de le témoigner cependant, peu désireux de s'attirer la colère de son amant, chanceux pense-t-il en reprenant une cuillère de ce ragoût. Elle doit savoir combler tout les désirs du colosse, raison plus que suffisante pour que ce dernier décide de les chasser dans l'instant. Heureusement, il reste calmement à profiter du repas et des histoires qui font le tour du feu. Le mercenaire se demande d'ailleurs s'il serait d'assez bonne humeur pour raconter lui aussi une petite histoire.. Sans doute vaut-il mieux commencer avec Syndrell qui semble, de loin, plus ouverte et amicale que le colosse.

Pendant ce temps, le furet était la cible de tout les regards. La petite bête s'était mise en tête de s'approcher de Nuhadu. Il est mignon de venir se dresser devant le jeune homme comme ça ! N'importe qui aurait essayé de le caresser. Le jeune homme se contenta de le fixer, espérant lui intimer de filer par ce simple geste. Les boules de poils ne sont vraiment pas son truc.. pas les petites en tout cas ! Mais la petite bête ne fait pas mine de vouloir le laisser. La réponse lui vient de Syndrell et lui tire une grimace.
Ses cheveux ? Alors sans ses tresses il attire l'attention des bestioles ? Encore un reproche à tourner vers Roy. Mais son ami est joyeux et amusé pour le moment. Amusé de le voir sur la défensive devant un animal de même pas trois pommes de haut. Quelle image il donne de lui là ?

Pour la joie et la bonne humeur !

Il tend la main au petit furet, décidé à le laisser filer sur lui comme il s'est amusé sur la tête de Syn plus tôt. Ça ne peut pas lui faire de mal ce petit truc la.

- Est-ce que tu écris vraiment tout ce qui se passe dans ce calepin ? Comme un journal, ou quelque chose du genre ?

Roy releva la tête de son calepin les yeux brillants. Oh, il ne laisse jamais personne poser ses yeux sur ce fameux calepin, pas plus que sur ceux qui l'ont précédé ! Mais par contre, il est toujours heureux de recevoir la curiosité des gens à l'égard de ses écrits. Juste pour le plaisir d'attiser encore plus cette curiosité qui ne sera jamais assouvie ?

Qui sait ?

-Sans doute pas tout ce qui se passe, je n'en aurais pas le courage je crois et pourtant je serais capable d'insulter un Brûleur en face s'il m'était donné d'en croiser un ! En vérité, ces jolies pages regroupent des souvenirs. Que ce soit les miens ou ceux d'autres, ils sont là, juste ancrés par ces lignes. Le plus dur, c'est toujours de trouver les souvenirs qui valent d'être éternisés !Oh, et puis il y a des pensés, des souhaits et d'autres choses que j'aurais pu y abandonner..

Mais puisqu'on en parle. Comment vous êtes vous rencontrez, vous?


Les yeux brillants de Roy passent sur les jeunes gens, intéressé de découvrir comment deux personnes, si opposés d'allure, ont pu croiser ainsi leur route.


[j'ai mis le temps à répondre. Pardon !]

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 


Dernière édition par Nuhadu Darkmoon le Mar 04 Sep 2012, 00:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce Ysil
Maître Envoleur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 550
Date d'inscription : 12/03/2011

Feuille de personnage
Age: 39 ans
Greffe: Disque de métal tranchant autour du bassin
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Trouvailles et retrouvailles [PV Nuha et Dolce] [Terminé]   Ven 31 Aoû 2012, 20:21

Comment ils s’étaient rencontrés ?
Par le plus pur des hasards. Grâce à Fu, aussi ; Cette bestiole-même qui avait bien l’intention de grimper sur la tête de Nuhadu pour voguer dans ses cheveux. Il avait été présent, cet animal, lors de sa première rencontre avec Syndrell.

Un léger sourire étira ses lèvres, et il se maudit un instant d’être aussi sentimental, et sensible. Mais bon, cela avait aussi des bons côtés… Lançant un coup d’œil en direction de la Marchombre, il chercha son regard un instant, avant de répondre d’un ton bas et conciliant à la question posée par le Thül.

- Dans des terres hostiles. La demoiselle m’a réveillée en courant près de moi, ce jour-là… Même si je dois bien avouer que j’avais repéré son feu la veille au soir !

Adressant un clin d’œil à Syndrell, Dolce se prit à penser qu’en effet, ils n’avaient jamais reparlé de cette rencontre étonnante. Le hasard fait bien les choses, il faut l’avouer. Ce jeu qu’ils avaient mené tous les deux avait de quoi faire sourire, ou même rire, même encore un an après, et sans doute dix ans plus tard tout autant.

Sentimental.
Dolce se prêtait à penser qu’il serait toujours aux côtés de Syndrell dix ans plus tard. Drôle de façon d’aimer une Marchombre, il faut bien l’avouer, car elle était bien aussi libre que l’air, aussi libre que lui. Et pourtant, il s’enchaînait sans s’en rendre compte, comme les yeux fermés, aveugle de lui-même dans cette situation.
Cela le perturba quelques secondes, avant que la vision de Syndrell ne vint réécrire son jugement.

Il ne s’enchaînait pas, il aimait. C’était une Voie, comme toutes les Voies. Comme celle du Chaos, sans doute, et celle de l’Harmonie. Ou même celle de l’Imagination, ou la route qui mène d’Al-Jeit à Al-Poll. Enfin, dans tous les cas, on s’y engageait, mais on ne s’y aliénait pas.
Et puis, il vallait mieux profiter de l’instant présent.

Une sensation le prit au ventre, comme un déversement de chaleur dans son torse, et il eut très envie de serrer Syndrell tout contre lui. C’était une sensation de manque, il avait envie de sentir la matérialité de son corps contre lui. Cependant, il tenta de ne rien en montrer, et seul un long regard vers l’intéressée parla pour lui.






[ Warf ! C'est court, faut que je me remette dans le bain moi ! Un mois sans écrire, c'est chaud quand même x) ]

__________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4386
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Trouvailles et retrouvailles [PV Nuha et Dolce] [Terminé]   Mar 04 Sep 2012, 00:46

La question de Roy fit naître un sourire sur les lèvres de Syndrell. Il lui avait offert une réponse abstraite, la laissant sur sa faim, avant de se laisser à nouveau guider par son insatiable curiosité ; celle-ci était d’autant plus évidente qu’il avait délaissé son fameux carnet pour les écouter parler, Dolce et elle.

Elle fut néanmoins surprise que l’Envoleur la prenne de vitesse. Jusqu’ici, Dolce s’était montré si peu caustique qu’elle s’était faite à son silence. Et à en juger par l’expression de leurs deux compagnons de bivouac, eux aussi ne s’étaient pas attendus à ce que ce soit Dolce qui réponde en premier à la question posée par le Thül.

Il y répondit de la plus touchante des façons. Ses paroles éveillèrent un nuage de souvenirs en la marchombre et son sourire s’agrandit. Astariul. La fille et son cheval. Le jeu. Se souvenait-il du jeu qui les avait peut-être liés à jamais ? Bien sûr, oui, et elle non plus ne pouvait oublier ces instants de pure folie. Ce jour-là, elle avait flirté avec lui sans se douter que seulement quelques semaines plus tard, elle le blesserait, le soignerait et lui ferait l’amour !

Comme sondant ses pensées, Dolce tourna vers elle un regard brûlant de désir, et Syndrell eût bien du mal à réfréner son envie de se jeter sur lui. Frondeuse, elle savait néanmoins rester à sa place, tout comme Dolce ; mais la jeune femme savait que si le repas s’éternisait, ni lui ni elle n’auraient plus la force de se contenir. C’était un nouveau jeu qu’ils étaient en train de disputer en silence et sous la barbe des deux joyeux compères, et c’était à celui qui craquerait le dernier...


- A t’entendre, on croirait que j’ai l’allure d’un pachyderme ! s’exclama-t-elle en levant les yeux au ciel. Tu guettais mon passage, voilà pourquoi tu n’as dormi que d’un œil…

Elle savait que Roy se léchait les babines de leur évocation si particulière d’un souvenir qui leur était si cher. Il était sincère lorsqu’il disait être le garant d’instants magiques. Ses yeux brillaient comme ceux d’un enfant et s’il n’écrivait rien, les deux versions s’étaient gravées dans sa mémoire, où elles seraient sans doute modulées, nuancées pour être finalement resservies à sa façon. Un Thül doublé d’un conteur ! Si seulement Miss avait pu être là, elle aurait certainement adoré un tel personnage…

Elle aurait aussi adoré Dolce.
Dans un soupir, Syndrell se souvint qu’elle lui avait déjà parlé de l’Envoleur – cette fois où elle doutait tellement de son propre entourage qu’elle avait fui, non sans blesser légèrement le jeune homme pour donner le change. Il était clair que celle qui avait été son mentor n’était alors pas fière de son attitude. Que dirait-elle à présent ? Rien, bien évidemment. Un clin d’œil suffirait à lui faire passer le message, et il vaudrait bien plus qu’un discours.

Repoussant son assiette, elle haussa les épaules, plus à l’attention de ses pensées qui dérivaient qu’au rire de Roy. Celui-ci désigna l’assiette de la marchombre d’un geste du menton.


- Tu finis pas ?

Comprenant qu’il n’attendait aucune réponse de sa part, elle se contenta de lui tendre sa gamelle ; il l’accepta sans hésitation et entreprit de la vider soigneusement. Conteur ou pas, cet homme était un Thül par la vigueur de son appétit !

- Et maintenant ? demanda-t-elle lorsque Roy fit un sort à la dernière miette de leur repas.

Syndrell s’était enquise innocemment mais elle avait une foule d’idées en tête, dont les trois-quart concernaient Dolce. Toutefois, elle trouvait la compagnie de Roy et Nuhadu fort plaisante, et elle n’avait aucune envie de les mettre à la porte. Alors, elle s’en remettait directement à eux. Sûr que Dolce allait grincer des dents s’ils projetaient de rester un peu plus longtemps avec eux.

Mais un jeu est un jeu.
Et elle avait bien l’intention de remporter cette manche !



[Moi j'ai aucune excuse... excusez-moi !!]

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 20/10 au 03/11]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Trouvailles et retrouvailles [PV Nuha et Dolce] [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Trouvailles et retrouvailles [PV Nuha et Dolce] [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Retrouvailles insolites. {Mayumi Maichi} [Terminé]
» You left, I died ▲ John -retrouvailles- [Terminé]
» [Chaü - An 6 - Terminé] Retrouvailles de deux amants
» Des retrouvailles tragiques...
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Dentelles Vives-
Sauter vers: