AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Le Ciel comme Guide et la Nuit comme Amie. ~ [PV Nuha']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aivy Sil'Lucans
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 246
Citation : « Trompe-toi, sois imprudent. Tout n'est pas fragile. N'attends rien que de toi, parce que tu es sacré. Parce que tu es en vie. Parce que le plus important n'est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d'être. »
Date d'inscription : 24/04/2015

Feuille de personnage
Age: 18 ans
Greffe: Non
Signe particulier: //

MessageSujet: Le Ciel comme Guide et la Nuit comme Amie. ~ [PV Nuha']   Dim 03 Mai 2015, 15:50

L'académie n'était pas si loin derrière, après tout. Quelques jours de marche, le temps d'aller se ressourcer après un début d'apprentissage mouvementé. Aivy pouvait sans doute s'en éloigner sans crainte. Si des personnes aussi avisées que les Marchombres l'avaient faite construire ici, c'était par définition qu'il n'y avait aucun danger. Ses pas la menèrent rapidement près du Lac Chen, seul décor notable à des kilomètres à la ronde, et si imposant que même un aveugle saurait sentir la tranquille énergie qui s'en dégageait. La surface couleur saphir rendue brillante par le soleil de huit heures était comme hypnotisante.

La jeune fille ne doutait pas que l'endroit regorgeât de vie, et une partie d'elle souhaita immédiatement y plonger pour se couper du monde et ne faire qu'un avec la nature. Si cela n'avait tenu qu'à elle, ses vêtements auraient déjà volé et l'absence totale de la moindre présence humaine aurait achevé de la convaincre. Mais quelque chose tapi dans le recoin de son âme l'en empêchait. Et ce quelque chose était un souvenir.

"C'est ta faute."

Comment ça, c'est ma faute ?

"C'est ta faute si tu sépares tout. Le bonheur de la liberté et la tranquillité d'une famille. La rigueur de la vie en société et le souffle de l'impulsion."

Une minute, en quoi est-ce ma faute si l'on m'a toujours appris que mes devoirs et mes désirs sont forcément distincts ?

"C'est ta faute si tu n'es pas capable d'être en symbiose avec les deux. Tu gâches tes opportunités, et tu n'as pas compris."


C'est ta faute.
Ta faute.


- Non, murmura-t-elle au vent. Ce n'est pas ma faute.

Son cœur se refusait à l'entendre.
Sa tête, elle, avait compris que cela n'était pas tout à fait faux. Elle aurait dû réfléchir. Apprendre à concilier les deux. Comprendre que ce n'était pas impossible de mêler ce que l'on lui demandait et ce qu'elle désirait vraiment.
Et pourtant... Restait une souche profondément enracinée au fond d'elle, détentrice d'une Conviction.

Elle n'était pas faite pour ça. Sa Voie était différente. Et l'impression gênante qui l'avait poursuivie depuis sa naissance était désormais pleinement assumée.

Elle ne rentrait dans aucune case.


Aivy se leva, prise d'une soudaine envie de bouger. Comme un réflexe, elle se mit en garde, et commença à répéter les enchaînements à mains nues que son père lui avait appris quelques années auparavant.

C'est ta faute, lui avait dit Altaïs le jour où elle lui avait annoncé son départ, les yeux au bord des larmes. C'est ta faute si je vais me retrouver seul, pourquoi me laisses-tu ?, avait-elle compris.

C'est ta faute et tu danses ?, lui chuchotait son esprit. C'est ta faute, et tu ne trouves rien de mieux à faire que de te battre contre l'homme invisible ?

Oui, je danse, et personne ne pourra m'arrêter.

Son souffle se mêla au vent. Derrière l'horizon du Lac, la lumière commençait à décliner petit à petit, alors que le ciel se parait de mille couleurs pourpres. Aivy levait ses bras, frappait le vide et glissait son âme dans ses mouvements. Ses longs cheveux ramenés en une tresse plus ou moins stable volaient autour d'elle. Bientôt, elle pourrait sauter plus loin, courir plus vite, grimper plus haut qu'elle ne l'avait jamais fait. Son cœur sourit à cette pensée. Elle comptait sur Libertée.

Elle comptait sur la Voie, comme il lui plaisait de penser que la Voie comptait sur elle. Un échange libre et harmonieux. Peut-être un brin prétentieux, mais cela, la jeune femme n'en avait cure. Elle ne voulait pas - plus se limiter. N'était-elle pas totalement indépendante, à présent ?

Un nouvel alizé balaya l'atmosphère. La natte fébrile qui retenait ses cheveux céda ; la crinière rousse rendue plus flamboyante que jamais par le soleil couchant prit possession de l'espace autour d'elle, alors qu'elle se retournait.

Les sens en alerte.
Elle n'était plus seule.

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Le Ciel comme Guide et la Nuit comme Amie. ~ [PV Nuha']   Sam 09 Mai 2015, 14:38

Le ciel était encore bien clair alors que le soleil entamait sa descente. Grand bien s'en faisait, car trois hommes avançaient au pas en tirant leurs montures par la bride et qu'ils semblaient fouiller minutieusement le sol et s'arrêtaient assez souvent pour écarter les touffes d'herbes grasses. Parmi ses hommes se trouvaient évidemment les tresses de notre de notre bien aimé Nuhadu, qui semblait ennuyé par la tache mais s'y concentrait tout de même. À son côté, l'imposant Roy, qui n'en cèdait toujours que par sa taille, grattait sa brune tignasse avec un air coupable qu'on ne lui avait pourtant que rarement vu. Il devait être de ceux qui y mettaient le plus de cœur et d'énergie. En effet, il avait grand espoir de racheter la faute qu'il avait commise envers le troisième compère, un homme roux à la musculature puissante qui portait désormais sur son visage la plus grande peine du monde.
Plus tôt, alors qu'ils revenaient de leur « petit campement pêche » comme l'appelait Roy, une idée infantile a parcouru l'esprit d'un certain homme qui s'est emparer du pendentif d'un de ses amis et s'est enfui au trop pour initier une course poursuite. Au début la chose était amusante, elle dura toutefois assez longtemps, puisque la fourberie de Roy le fit utiliser sa canne à pêche pour maintenir les autres à distance. Nuhadu du finalement lui sauter dessus pour qu'ils tombent de cheval tout deux. De toute façon, les montures auraient fini par protester de ce dur traitement. Quelle surprise toutefois, lorsqu'ils découvrirent que le pendentif n'était plus en la possession de Roy.

Ils auraient sans doute pu le prendre à la rigolade, mais le dépossédé en semblait affreusement peiné, voir affligé. Il le tenait apparemment de son village et, là où Roy et Nuha ne voyait qu'une décoration, ce pendentif prenait place de bénédiction de ses ancêtre pour lui. Le perdre était comme insulter son père et ses pères avant lui. En somme, il se sentait terriblement honteux.

C'est ainsi qu'il se mirent à rebrousser chemin, bien plus lentement qu'à l'aller, guettant du regard où Roy avait pu faire tomber le précieux bien de leur compagnon.

Toutefois, compter sur la bonté du soleil trop longtemps était inutile. Déjà les ombres s'allongeaient et l'horizon rougissait. Il n'en fallait sûrement pas plus d'une heure ou deux avant qu'ils n'y voient plus rien.


-Ecoute Darl, ça ne sert à rien que l'on inquiète les autres, commença Roy. Pars devant et dis leur que nous serons rentrés dans la soirée ou demain. Nous allons chercher encore un peu tant qu'un brin de soleil nous supporte et si on ne trouve rien.. Bah je payerais toute la compagnie pour qu'elle ratisse la région ! Ça te va?

Le Thül semblait gêné par l'implication de son ami et voulu protester qu'il n'avait pas besoin d'autant s'investir pour lui, mais Roy était un leader né et il savait imposer ses décisions. A cela, il fallait ajouter qu'il était une vraie tête de mule. Ne pouvant visiblement pas négocier Darl finit par galoper vers le village où la compagnie avait pris son repos.
Quand enfin il ne fut plus là, le grand gamin qu'on avait eu la mauvaise idée de mettre à la tête d'une troupe de mercenaire se tourna vers Nuhadu.


-Je vais encore compter sur toi vieux frère. Tu me disais que tu m'en devais plus d'une pas vrai ? Alors j'aimerais que tu remontes notre route jusqu'à ce que tu sois sûr que je n'ai pas pu perdre ce pendentif plus loin. De là reviens vers moi en fouillant le sol, on couvrira le terrain deux fois plus vite comme ça.

-Je paye encore le prix de ta maladresse.. tu devras quand même m'offrir la boisson et le repas quand on sera rentré. Et t'auras pas intérêt à faire ton pingre.

Et voilà comment Nuha s'était retrouvé galoper par se soleil déclinant. Par chance, la route n'était pas si compliqué, bien qu'il n'y eut pas de réelles route. Ils avaient tout bonnement longé le lac Chen jusqu'à ce que Roy s'exclame que le lieu lui plaisait. Ce genre de chose est courante avec ce chef bourru et il faut parfois s'attendre à parcourir d'importantes distances.

Il eut toutefois la surprise de trouver quelque chose sur sa route, ou plutôt quelqu'un. Au début, ce n'étaient que des reflets flamboyants qu'exposaient les rayons agonisant du soleil,mais rapidement il reconnu une silhouette féminine qui se mouvait au bord du lac.
Il galopait depuis un moment déjà et il commençait à se demander où commencer ses recherches.. puisque cette personne se trouvait sur le chemin qu'ils avaient emprunté, il décida de la choisir comme point de départ. Il se rendit donc à sa rencontre, permettant à Kishi de réduire son allure et de souffler.

Il allait en profiter pour saluer sa balise de départ. Après tout, il était rare de trouver des femmes seules à cette heure en pleine nature. Non pas que les lieux soient particulièrement dangereux, mais que la curiosité éternelle de Nuha le piquait déjà.

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aivy Sil'Lucans
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 246
Citation : « Trompe-toi, sois imprudent. Tout n'est pas fragile. N'attends rien que de toi, parce que tu es sacré. Parce que tu es en vie. Parce que le plus important n'est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d'être. »
Date d'inscription : 24/04/2015

Feuille de personnage
Age: 18 ans
Greffe: Non
Signe particulier: //

MessageSujet: Re: Le Ciel comme Guide et la Nuit comme Amie. ~ [PV Nuha']   Sam 23 Mai 2015, 13:54

L'âme troublée par la présence, cette fois-ci tout à fait visible et non plus seulement perceptible, Aivy leva les yeux un peu plus haut.

Instant capturé.
Leur regards se croisèrent.


***


Son esprit mit un moment à capter ce qu'il venait de se passer. Elle était là depuis au moins une bonne heure lorsqu'elle sentit la présence, et jamais n'aurait pensé voir quelqu'un à une heure pareille. Le soleil couchant avait rapidement fait rentrer les moins aventuriers, et un coin aussi peu fréquenté n'était pas prêt de voir débarquer un attroupement de personnes. La ville la plus proche était à au moins une bonne cinquantaine de kilomètres de là où la jeune femme avait posé le pied, et le chemin escarpé qui descendait entre les rochers pour mener à la petit plage de sable sur laquelle elle se trouvait peu engageant. Il n'y aurait pas dû y avoir qui que ce soit par ici.

Et pourtant.
La nature appelle, et rares sont ceux à y résister.

Altaïs lui avait un jour dit que toutes les rencontres étaient prédestinées. Que le monde était régi par une toile de feuilles sur lesquelles étaient écrites jusqu'aux plus petites actions de tout un chacun. Que le hasard n'existait pas, et qu'il n'y avait rien de plus qu'une succession de relations de causalité qui menaient d'un point à un autre. La jeune rousse avait rétorqué que peu lui importaient les lois et les écritures, qu'elle était toujours libre de tout ce qu'elle voulait faire. S'en était alors suivi un très long et, de l'extérieur, probablement ennuyeux débat sur le choix et la fatalité.


- Prenons la pêche que tu as mangée ce matin, avait argumenté le jeune homme, tu avais décidé de la manger parce que tu avais faim. Pourquoi avais-tu faim ? Parce que tu n'avais pas mangé depuis hier soir. Que ce serait-il passé si tu n'avais pas satisfait ta faim ? Tu serais probablement morte de faim, et c'est inconcevable à cause de notre instinct de survie. Tu étais donc condamnée à manger par nécessité. Rapport de cause à effet, c'est tout.

- J'aurais très bien pu choisir de manger une pomme ou une orange
, avait répondu Aivy en lui tapotant amicalement le front, ça aurait faussé ton calcul !

- Peu importe, tu devais tout de même manger à ce moment-là. C'était écrit. Si tu ne manges pas, tu vas mourir de faim. Au bout d'une journée de travail, tu vas t'endormir au moment où tu es le plus fatiguée. C'est de la logique pure. Tu as passé tant d'heures sans dormir, ton corps atteint ses limites à tel moment. Encore une fois, c'est écrit.


La jeune fille inexpérimentée qu'elle était alors avait levé les yeux au ciel comme si elle venait d'entendre la plus grande absurdité du monde. Des lignes de Destin, quelle idée idiote ! Elle ignorait où il avait bien pu chercher cela et ne voulait pas vraiment le savoir. Elle serait maître de sa vie, d'un bout à l'autre, d'une aventure à la prochaine.

Elle avait terriblement hâte.

Hâte de Vivre. De découvrir. De tout connaître, tout comprendre. Elle voulait se fondre dans le monde pour mieux l’interpréter. Libre jusqu'au bout des ongles, profondément indépendante. Sa plus grande force et sa plus grande faille.

Mais avec les autres, elle n'avait jamais été très douée. Le contact était quelque chose qu'elle redoutait, et la solitude avait toujours été sa grande amie. Personne ne pouvait réellement se venter de la connaître au fond, si ce n'était Altaïs à qui elle avait tout dit, tout offert. Alors face à la présence, elle ne sut comment réagir.

Il était perché sur un cheval, un peu plus haut derrière les premiers rochers. Le soleil couchait venait frapper sa peau métisse, et ses longs cheveux noirs regroupés en fines tresses donnèrent l'impression à la voyeuse qu'il venait d'un lointain pays.

L'âme troublée par la présence, cette fois-ci tout à fait visible et non plus seulement perceptible, Aivy leva les yeux un peu plus haut.

Instant capturé.
Leur regards se croisèrent.


- Qui es-tu ?



[Je pensais avoir le temps de répondre un peu plus tôt, mais ça n'a pas été le cas, et en plus c'est pas bien long mais il y avait pas tant à dire, mille pardons ! X.x]

__________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Re: Le Ciel comme Guide et la Nuit comme Amie. ~ [PV Nuha']   Mer 27 Mai 2015, 20:08

Il était amusé, il n'y avait rien de plus à dire.
Mais disons plus.

Il s'était presque attendue à la voir fuir, ou au moins l'étudier avec méfiance. Il savait que les hommes n'étaient pas des bêtes, et cela malgré son adoration pour loups, toutefois il leur trouvait beaucoup de ressemblance. Déjà, les hommes se méfiaient des hommes. Leur humeurs étaient changeantes et aucun ne partageait les mêmes idées, les mêmes sens du savoir vivre, de la politesse, de l'honneur, de la justice ou de l'équité. Il était toujours affaire de paris plus ou moins risqué lorsque l'on devait décider sur quel pied danser avec un nouveau venu.

Bon, Nuha était terriblement mal placé pour se plaindre. Lui même était d'un caractère changeant et souvent dénué de sens. Pourtant, il avait ses moments de calme où on ne lui trouvait pas tant de surprises. La nuit était celui de ces moments qu'il appréciait et qu'il goûtait le plus. Le moment où il s'adonnait le plus au silence, taisant ainsi ses bêtises et ses incessantes questions.

Par chance, il n'était pas encore tout à fait la nuit lorsqu'il arriva à porté de voix de sa balise flamboyante. Il n'avait d'yeux que pour les reflets embrasés du soleil sur les flammèches rousses. Lui qui trouvait souvent le soleil trop arrogant, trop puissant et trop imposant, il lui trouvait parfois de belles utilités.
Le sombre regard brilla rapidement sur son interlocutrice. Elle lui avait parlé et il s'était amusé. Il s'amusait de ne pas la voir douter un moment à l'approche de ce cavalier solitaire. Elle ne semblait pas particulièrement à l'aise à sa présence, mais elle l'avait si vite acceptée qu'il aurait presque voulu jouer les gros bras pour se donner un peu plus d'importance. Mais il ne pensait pas pouvoir la tromper, il n'avait pas la musculature impressionnante de Roy ou de ses comparses.
Et puis, elle lui avait parlé.

Qu'avait-elle donc dit pour qu'il en garde ce sourire malicieux aux lèvres? "Qui es-tu ?".
Une simple question mais qui avait semblé trancher trop vivement, sans autour ni détours, sans formes ni  introduction. Une question simple sur ce qu'elle désirait savoir et rien d'autre.

Aurait-il été plus tard qu'il aurait sans doute juste donné son nom et demandé le sien. Aurait-il été plus tôt qu'il aurait souligné qu'il fallait d'abord se présenter avant de réclamer un nom. Mais alors que le temps n'était ni à la lune ni au soleil, il se sentait l'envie de jouer un peu.


-Je suis le chercheur malchanceux, celui qui trouve des trésors interdits lorsqu'il cherche des babioles perdues. Puis-je connaître le nom de ma dernière découverte?

Loin de lui l'envie d'abandonner sa quête de la soirée, mais il se disait que quitte à passer la nuit à ratisser les environs, il pouvait se permettre une discussion rafraîchissante avant cela.Il mit pied à terre et flatta un moment l'encolure de sa monture. Pourtant, son regard ne quitta pas longtemps celui de la jeune femme.
Il n'avait pas l'habitude de fixer les gens dans les yeux, mais elle semblait chercher son regard et il n'avait aucune raison de le fuir.

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le Ciel comme Guide et la Nuit comme Amie. ~ [PV Nuha']
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le café doit être noir comme l'enfer, fort comme la mort et doux comme l'amour. [Tous]
» Comme un poisson dans un bocal... [pv Aulne]
» Une petite bête dans un lac de nuit.
» Vivons heureux, vivons la nuit [PV Alea]
» Un nuit comme une autre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Lac Chen-
Sauter vers: