AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Give me something to get rid of it [ Libre ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Kaünis Gil'Ozh
Envoleuse
avatar

Nombre de messages : 947
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Give me something to get rid of it [ Libre ]   Mer 02 Mar 2016, 21:56

En grognant, Kaünis se passa une main sur le visage. Ou plutôt, le dos de sa main droite. Il y avait beaucoup trop de vapeur d’eau dans cette pièce, maintenant. Et elle avait froid.
Elle ne cessait de fixer ce mec. Märr.
Elle venait de tuer Fried une deuxième fois. Et ça ne la traumatisait pas plus que ça.
Par contre, ce qu’il venait de lui faire, avant de mourir… Ça, c’était horrible.

Elle se sentait sale.
Affreusement sale.
Un long frisson de dégoût la traversa de part en part.

Serrant les dents, elle attrapa l’homme part les deux bras, et le tira hors de la salle d’eau, le poussant d’un coup de pied dans les escaliers qu’il dégringola, complètement désarticulé par sa mort récente.

Il fallait qu’elle se lave.
Encore.


* *


Elle avait l’impression de puer.
Que tout était inscrit sur sa peau ; de sentir encore cette odeur nauséabonde sur son épiderme. Elle avait envie de gratter sa peau jusqu’au sang, arracher littéralement cette puanteur. Le sang sentirait forcément moins mauvais !

L’Envoleuse se retenait d’enfoncer ses ongles dans ses bras où ses épaules pour décaper sa peau. Elle serrait les dents, si fort que sa mandibule lui en faisait mal ; mais elle ne pouvait pas faire autrement.

Sa mère était arrivée alors qu’elle tentait de faire sortir le corps de Märr de la maison, et l’avait aidée à le faire disparaître sans demander d’explications. Elle l’avait prévenue, elle savait donc que quelque chose lui tomberait sur le coin du nez.
Mais la jeune Envoleuse n’avait pas trouvé la force et l’envie d’en parler à sa mère.

Elle était sortie de la maison, et quand Voyage avait hennit pour la saluer, elle lui avait gratté le chanfrein distraitement, laissant sa monture dans la petite écurie familiale. Elle était venue pour voir les parents de Nana. Elle se dirigea résolument vers leur maison.

Quand elle frappa, on ne répondit pas tout de suite, mais finalement la mère de Léna apparut dans l’embrasure. Elle eut soudain ce regard épouvanté, comme si elle avait vu un fantôme, en découvrant Kaünis derrière sa porte. La referma aussi sec.
Kaünis eut un sourire mauvais. Retoqua fortement. Elle entendit des bruits de meubles déplacés dans la maison, et poussa un soupir en levant les yeux au ciel. Bon, ben elle ne rentrerait par la porte hein.

Réprimant un nouveau frisson alors qu’elle prenait une grande inspiration – putain d’odeur – elle s’approcha d’une fenêtre et envoya sa lame gauche à sa rencontre. Le verre explosa immédiatement, et elle sauta par dessus le rebord pour atterrir au milieu de la pièce à vivre.

- Sors d’ici ! Dégage !

L’Envoleuse poussa un long soupir. Croisant les bras sans bouger.

- C’est quoi le soucis ?
- Tu as tué notre fille, sorcière !
- Elle ne m’a pas laissé le choix… !
gronda Kaünis.
- Et alors ? Ça rend la douleur moins forte peut-être ?? hurla la mère de Nana à la figure de l’Envoleuse, qui se figea sur place. Se mordit la lèvre. Baissa le menton.
- Non, vous avez raison… murmura-t-elle du bout des lèvres. Ce qui eut pour effet de calmer instantanément la femme.
- Ça n’a pas du être facile pour toi non plus. Je… Je ne peux pas te parler. Je ne suis pas sûre de t’en vouloir, mais ça fait encore trop mal, Kaünis. Va-t-en. S’il te plait.

Kaünis resta un moment immobile, les bras balants, face à la mère de Nana. Et puis, elle prit une grande inspiration. Frissonna en ayant encore l’impression que cette odeur lui collait à la peau. Sortit sans demander son reste.


* *


Fixant le liquide ambré de son verre qu’elle faisait tourner doucement, Kaünis poussa un long soupir.
Ça lui collait à la peau.
C’était sans doute psychologique. Purement. Mais elle la sentait, cette putain de puanteur. Elle avait réellement d’émaner d’elle, qu’elle ne se décollerait jamais de sa peau.

Elle était trop distraite, et ne repéra la personne qui s’assit à sa table qu’au dernier moment… Lui jeta un regard noir

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 952
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Give me something to get rid of it [ Libre ]   Mer 02 Mar 2016, 23:23

Gil avançait d’un pas nonchalant. Simple façade, bien sûr. En réalité, il était loin d’être aussi détendu qu’il le laissait croire. Mais il savait jouer son rôle et dissimuler ses émotions au moins aussi bien qu’il savait se plonger dans les ennuis. Le talent, songea-t-il en progressant à pas prudents. Tous ses sens étaient en alerte. Le vieil entrepôt dans lequel il se trouvait était plongé dans la pénombre. Comme sa greffe n’affectait pas sa vision, il s’en remettait davantage à son ouïe et à son odorat pour appréhender ce qui l’entourait. Ça fleurait bon un mélange de bois moisi, de bière et de pisse de chat. Les sons étaient moins répugnants mais pas rassurants pour autant. Quelque chose se balançait lentement au-dessus de sa tête, probablement une poulie dont la chaîne grinçait péniblement au gré de ses oscillations. Quelques rats furetaient ça et là. A moins que ce ne soient d’autres bestioles. Gil s’en contrefichait. S’il était tendu, c’était parce que la personne qui lui avait donné rendez-vous ici s’attendait peut-être à se débarrasser de lui. Elle était capable de nourrir ce genre d’odieux desseins le concernant et finalement, il n’en serait pas étonné. Il ne pouvait pas dire qu’il s’agissait de l’auteur de toutes les menaces qui pesaient sur lui depuis si longtemps. Il n’était sûr de rien.

A l’exception d’une chose.

Quelqu’un se trouvait derrière lui.



*


Il pleut des cordes et il fait nuit noire, mais de la lumière échappe par les fenêtres de l’auberge devant laquelle il se tient depuis au moins cinq minutes. A travers la vitre, il l’observe, impassible.
Hésitant encore à se décider.
Entrer, ou…



*


Gil pivota tout en fléchissant les genoux et frappa. Son poing ne rencontra que du vide, car il n’y avait personne. Son adversaire s’était coulé le long de son bras pour se retrouver à nouveau derrière son dos. Pas de ça avec moi, gronda Gil en plongeant en avant. Il exécuta une roulade et se releva, puis colla son dos au mur. Un mur froid et humide. Gil grimaça. Non. Ne pense pas à la nature de cette humidité maintenant. Il distingua un frémissement parmi les ombres et se décala à l’instant où une main volait vers son visage ; il l’attrapa au niveau du poignet et se servit de son élan pour plaquer violemment la personne contre le mur. Elle se retourna au dernier moment et soudain, ils s’immobilisèrent. Lui parce qu’il sentait très nettement le fil aiguisé de la lame qui caressait sa gorge. Elle parce qu’il appuyait un poignard le long de sa carotide palpitante. Silence. Deux rats couinèrent en se battant. Plaisante analogie !

- SangreLune.
- Gil’Ozh.


Hien remua volontairement, comme insensible à la pointe du poignard qui lui piquait la peau.

- Ravie que tu aies reçu ma note.
- Le plaisir est pour moi.
- Tu mens comme un chien…
- Bien sûr que oui.


Le sourire de Gil ne se distinguait pas dans la pénombre. Il parvenait à trouver la situation amusante alors qu’elle était peut-être effroyablement dangereuse et dramatique. Ses fichus apprentis avaient fini par déteindre sur lui. Ou bien était-ce l’inverse ? Il ne savait même plus, au final. Et c’était peut-être bien ainsi. Ignorant le filet de sang qui glissait le long de sa propre gorge, Gil continua de menacer l’envoleuse. Il n’avait pas envie de la lâcher et elle non plus. Cette situation allait sans doute s’éterniser. Youpi.

- Ton mari sait que tu donnes des rendez-vous crapuleux dans son dos ?
- Fais pas le malin. Ça marche peut-être avec Kaünis et Voïmakas, mais pas avec moi.
- Je sais, ce doit être pour ça que je ne t’aime pas. Mais bon. On va faire avec. Qu’est-ce que tu me veux ?


Il frémit d’une impatience jugulée depuis bien trop longtemps. Qu’elle lui dise seulement…. Qu’elle avoue être celle qu’il cherchait depuis longtemps, et il répandrait ses entrailles dans tout l’entrepôt. Les abandonneraient aux rats.

Avec un plaisir infini.



*


Il hésite, parce qu’il n’est pas certain de l’entière utilité de sa présence à l’intérieure. Pendant ce temps-là, la pluie le trempe jusqu’aux os.

Il la sent à peine.



*


- Je m’inquiète pour Kaünis.
- Hein ?


C’était si incongru, si perturbant comme réponse, que Gil faillit lâcher son poignard. Faillit seulement. Il se ressaisit dès qu’il la sentit tressaillir et modifia l’angle de sa lame de manière à lui faire relever le menton.

- Le mensonge te va bien aussi.
- Pas inquiète comme ça, imbécile !
s’énerva-t-elle. J’ai jamais été une mère aimante et protectrice pour cette enfant et je ne le serai jamais. Mais il s’est passé quelque chose.
- Je t’écoute.


Car sans en avoir pleinement conscience, il était protecteur, lui.

- C’est vague. Peu d’indices.
- Parle, je te dis.
- Elle a tué le frère de Fried. Son jumeau. En utilisant sa greffe, je suppose, parce que… Mais elle n’a fait aucun commentaire.
- Kaünis n’est pas du genre bavard.
- Ses yeux m’ont alarmée. Ils étaient… inexpressifs.


Gil fronça les sourcils. Kaünis ? Inexpressive ? Froide, d’accord. Surtout en ce moment, visiblement. Impassible lorsqu’elle le voulait bien, oui. Mais inexpressive… après avoir zigouillé le jumeau de son ancien amant psychopathe et horripilant ?

- Quel rapport avec moi ?
- C’est sans doute lui qui a forcé le coffre des poisons.
- Et alors ? Il est mort.
- Pas Kaünis.


Nouveau froncement de sourcils. Gil se raidit instinctivement. Elle ne voulait tout de même pas que…

- Il voulait la tuer, ça veut dire qu’elle est encore la cible de quelqu’un en ce moment. Et vu son regard, je doute qu’elle soit capable de gérer la situation.
- C’est la situation qui n’est pas capable de gérer Kaünis, plutôt,
marmonna Gil. Bon, et maintenant, dis-moi la véritable raison de ma présence ici. Tu veux que je veille sur elle à ta place ? C’est ça ?

Silence.
Réponse qui glaça le cœur de Gil. Il recula d’un pas, libérant l’envoleuse, et cracha sur le sol, à ses pieds.

- Pas une mère du tout, ouais.
- Je me fous de ce que tu penses. C’est à cause de toi qu’elle est dans cette merde, SangreLune. A toi de l’en sortir, maintenant.
- Si je refuse ?
- Vas-y, je te regarde.


Gil serra les poings. Répandre les entrailles de cette femme… Oui. Ça le tentait vraiment. Mais il avait plus urgent à faire.

- Où ? demanda-t-il d’un ton plus froid encore que la greffe de Kaünis.


*


Il est entré, finalement. Il a besoin de se réchauffer un peu. Il avance d’un pas tranquille, tire une chaise du bout de son pied et s’y laisse choir presque lourdement.

- T’as une sale gueule.

Et, devant le regard noir qu’elle lui lance, il sourit.
De toutes ses dents.

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Envoleuse
avatar

Nombre de messages : 947
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Give me something to get rid of it [ Libre ]   Jeu 03 Mar 2016, 00:46

Son regard noir croisa celui de Gil, et elle s’assombrit instantanément.
Quoi, il voulait quoi au juste ? Qu’est-ce qu’il foutait là ? Déjà revenu du cours de Syles ?
Un espoir fou palpita dans son ventre. Il fallait qu’elle rentre au Domaine. Non, Elle voulait rentrer au Domaine. Elle cligna des yeux, une fois. Serra les dents, encore.

- T’as une sale gueule.

Elle grogna entre ses lèvres closes, prit une inspiration dans son verre – ne pas sentir cette odeur – et avala une longue gorgée de bière. Le verre tinta quand elle le reposa un peu trop violemment sur la table, mais elle n’y prêta pas attention ; pas plus qu’aux gouttes qui giclèrent par dessus son rebord pour s’écraser sur sa peau.
* Ça sera toujours moins pire de sentir la bière… *

- Et toi tu coules, lâcha-t-elle d’un ton dédaigneux à souhait, en montrant la petite flaque qui commençait déjà à se former sous la chaise de l’Envoleur.

Elle n’avait pas envie de parler.
Pas envie de trop montrer. Elle ne voulait rien faire. Elle n’avait pas de réponses pour Nana, sur le pourquoi on la recherchait vraiment,  si le frère jumeau de Fried était derrière elle pour mission pour les parents de son ancienne meilleure amie, ou…
Trop de questions. Pas assez de réponses.
Mais elle ne voulait plus voir la mère de Léna désormais. Ni son père. Ni rien qui lui soit lié. Elle voulait la mettre dans une case de son passé, dans une caisse qu’elle fermait à double tours pour ne plus jamais la rouvrir. Ne plus jamais y penser.
Elle avait tué sa meilleure amie. Qui elle n’aurait pas hésité à la tuer de toutes façons, elle était même partie pour faire ça. Elle ne regrettait pas son geste, mais tous ces moments qu’elles avaient passés, si complices. Tant pis, non ?

Un nouveau frisson la parcourut de part en part, et elle se frotta les avant-bras.
Un instant, ses ongles caressèrent trop profondément sa peau, et elle eut envie de l’arracher, littéralement. Frotter beaucoup plus fort que ça. Se plonger dans un bain d’acide, quelque chose, n’importe quoi. Faire partir ce relent sur elle.  
Elle ferma les genoux brusquement, et sentit ses épaules se tendre. S’obligea à se relâcher. Elle prit brusquement son verre et le but d’une traite, gorgée après gorgée, fermant les yeux pour laisser l’odeur de la levure emplir son nez.

- Encore ! fit-elle en levant le verre vide pour que la serveuse la voie. Elle tourna son visage vers Gil, et se mordit l’intérieure de la joue. Qu’est-ce que tu fous là ? Et Syles ?

Elle n’avait pas pu s’empêcher de demander.
Se passant une main sur le visage, elle enfonça son majeur et son annulaire sur sa paupière droite fermée. Essaya d’effacer ces putains d’images qui ne cessaient de revenir. Ces sensations physiques qui l’envahissaient littéralement, et qui prenaient trop de place.
Nouveau frisson.
Elle serra les dents, ne remercia même pas la serveuse qui venait de lui poser un second verre sur la table ; poussa un soupir.

Elle n’allait pas faire la conversation, il ne fallait pas rêver non plus.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 952
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Give me something to get rid of it [ Libre ]   Jeu 03 Mar 2016, 19:41

[Dans cet épisode, Gil joue avec :
A- le feu
B- la glace
C- sa vie
D- les trois à la fois
Rolling Eyes]



- Et toi tu coules.

Gil accueillit la réplique en passant une main dans ses cheveux mouillés. Oui, et alors ? Il pleuvait depuis des heures. Combien de temps Kaünis avait-elle passé à cette table, à boire de la bière… Il attrapa le verre de la jeune femme, renifla, grimaça. De la bière ? Ça ? Reposa le verre, soupira. Effectivement, ce n’était pas ce qui allait le réchauffer. Il commença à défaire les lacets de son manteau tout en observant Kaünis du coin de l’œil. Son regard noir l’avait d’abord rassuré, par rapport à l’inquiétude certes très particulière de Hien Gil’Ozh, mais il fallait admettre que quelque chose clochait. Quelque chose de pas net du tout. Cette attitude trop détachée, c’était comme un Syles qui ne pipait mot : absolument pas normal. Même si l’un comme l’autre n’étaient pas du genre à rentrer dans le moule.

- Encore !

La serveuse interrogea Gil du regard et celui-ci désigna le verre de Kaünis d’un geste du menton.
Ouais, on va y goûter quand même…

Kaünis tenta de lui sauter à la gorge. Piètre attaque, songea-t-il en la regardant se frotter l’avant-bras. Il était même surpris qu’elle n’ait pas encore réalisé. La serveuse posa les verres sur la table sans que l’envoleuse ne paraisse remarquer sa présence. Eh oh, gamine. Faudrait peut-être que tu te m… Gil cligna des yeux. C’était quoi, ça ? Ce frémissement, cette lassitude apparente ? Sourcils froncés, il attrapa son verre, le porta à ses lèvres… et le reposa. Sans y avoir trempé les lèvres.

- Regarde-moi.

Ordre murmuré et sans appel.
Sans réponse.

- Kaünis, regarde-moi.

Il voulut glisser un doigt sous son menton pour qu’elle obtempère, devina plus qu’il ne vit son mouvement de recul, sentit un mélange de colère et de d’inquiétude mordre ses tripes à pleines dents. Pas contre Kaünis, non, même s’il mourrait soudain d’envie de la prendre par les épaules pour la secouer comme un prunier et la sortir de cet… état vraiment flippant. On lui avait fait quelque chose. Il serra les poings. Le silence s’éternisait, lourd, latent, extraordinairement chiant.

- Alors on en est là. Tu bois jusqu’à te mettre minable, tu te débrouilles pour me gerber dessus rien que pour m’emmerder et puis c’est tout ? Fin de l’histoire ? Fin de Kaünis, oui !

Maîtriser sa colère lui demandait beaucoup d’efforts mais il y parvenait. Son ton demeurait calme. Ses yeux, en revanche, lançaient des éclairs. Dommage qu’elle les évite.

- Même tes vannes sont pourries ce soir. Tu y mets plus de cœur d’habitude. De volonté. Qui te l’a volée, hein ? Ton père ? Ta mère ? Le frère de Fried ?

Se rapprocher du danger. C’était la clé. S’en rapprocher suffisamment près pour le toucher, le bousculer, le chauffer. Faire monter la pression.

Provoquer l’explosion.

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Envoleuse
avatar

Nombre de messages : 947
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Give me something to get rid of it [ Libre ]   Jeu 03 Mar 2016, 20:11

[ Ben Kaünis fait des trucs VRAIMENT louches quand à elle xDD ]





Oh, il lui demandait de le regarder ?
Elle n’en avait pas envie. Elle savait qu’il capterait quelque chose. Elle ne voulait pas en parler. Pas avec lui. Pas maintenant. Quoi, il pouvait pas attendre quelques semaines ? Cela faisait à peine une ou deux que cela s’était passé. Ça va, elle avait juste besoin de temps, non ?

* N’approche surtout pas ta main ! *

Elle hurlait intérieurement, et son regard était bien plus sombre qu’habituellement. Elle ne lui répondrait pas ; trop peur que sa voix se casse ; trop peur de tout le reste. Et comme ça, moins besoin de respirer, et de sentir cette odeur pestilentielle sur elle.

- Alors on en est là. Tu bois jusqu’à te mettre minable, tu te débrouilles pour me gerber dessus rien que pour m’emmerder et puis c’est tout ? Fin de l’histoire ? Fin de Kaünis, oui !

Elle serra les dents, et les doigts autour de son verre déjà à moitié vide. Qu’elle s’obstinait à fixer, d’ailleurs. Fin de Kaünis ? Peut-être bien, au fond. Et alors ?

Elle cligna des yeux.
Elle venait vraiment de penser et alors?.
En effet, il y avait quelque chose qui n’allait pas. Elle n’avait eu de pensées ou de pulsions suicidaires comme ça ; ce n’était pas normal. Même quand elle commençait à comprendre qu’elle était un monstre, elle n’avait jamais eu d’idées noires comme ça.
Fronçant les sourcils, Kaünis essaya de réfléchir, mais Gil ne lui en laissa pas l’occasion.

- Même tes vannes sont pourries ce soir. Tu y mets plus de cœur d’habitude. De volonté. Qui te l’a volée, hein ? Ton père ? Ta mère ? Le frère de Fried ?

Elle faillit en tomber à la renverse, et releva brusquement le menton.
Comment il était au courant pour le frère du Mentaï ? Qui le lui avait dit ? Comment ? Personne ne lui avait volé sa volonté, elle s’était juste effondrée… Une circonstance de plus, sans doute.
C’était pour cela, ce vide. Plus de volonté pour tenir en cage les ouragans, et ils se déchaînaient. Pourtant, pas de glace, pas de gel, juste un grand vide…

Elle leva les yeux vers Gil, serra les dents et se mordit la langue.
Se redressant brusquement sur ses deux pieds, elle repoussa la chaise dans un grand bruit et s’approcha de celui qui avait été son Maître, et planta ses yeux dans ceux vairons de l’homme. Elle serra les poings.

- Je.. ! rien. Non, elle n’avait rien à dire. Ouais, c’était sans doute Märr qui était à l’origine, peut-être la goutte d’eau qui avait fait déborder le vase, finalement. Un nouveau frisson de dégoût la parcourut de part en part, alors que l’odeur lui assaillait la gorge.

Dans sa tête, quelque chose se passa.
Une décision à laquelle elle ne put pas prendre part rationnellement et consciemment.

Elle était proche de Gil, parce qu’elle s’était rapprochée, le mitraillant du regard. Serrant les poings, elle s’apprêtait à lui balancer le droit sur l’épaule ; peut-être hurler aussi.
Elle plongea vers son visage pour écraser ses lèvres sur les siennes. Réalisa ce qu’elle était en train de faire et se jeta en arrière, bouscula la serveuse qui renversa l’intégralité de son plateau sur elle.

Oh, elle sentait le wisky maintenant.
Elle ferma les yeux.
C’était toujours mieux que cette puanteur infâme.
Se prenant les mains dans le visage, elle se mordit la lèvre inférieure à sang, et retourna s’asseoir.

- Comment tu sais pour le frère de Fried ?

Sa peau collait, le cuir de son nouveau faux-corset craquait, il allait falloir qu’elle le nettoie et le graisse, mais elle sentait l’alcool. Beaucoup mieux. Elle arriverait peut-être mieux à en parler comme ça.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 952
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Give me something to get rid of it [ Libre ]   Jeu 03 Mar 2016, 21:40

Gil pensait la connaître. L’explosion, c’était le moyen de communication de cette fille. Tic-tac, ti-tac... Il ne l’avait pas emmenée au sommet d’un volcan pour rien. Il aurait probablement mieux fait de l’y pousser mais, au fond, il ne regrettait rien. Jusqu’à ce soir-là. Jusqu’à ce que cette foutue gamine lève enfin les yeux – haha, gagné ! – et croise son regard. Il ne savait pas trop ce qu’elle pouvait lire dans le sien. Sans doute les choses habituelles. Mais lui, il ne put s’empêcher de froncer légèrement les sourcils. Parce qu’il ne voyait plus rien du tout. Autrefois le regard pénétrant de Kaünis était un livre ouvert pour lui. Alors qu’elle s’efforçait de ne jamais trahir ses émotions, ses yeux parlaient pour elle… Là, rien. Absolument rien. Vide, froid, morne. Inexpressif, souffla Hien dans sa mémoire. Gil frissonna. Puis elle se dressa d’un bond et il sentit venir le souffle de l’explosion tant attendue. Ah, enfin ! On y est ! J’ai cru que j’allais devoir passer la soirée à…

Temps mort.
Ou Gil mort.
Instant terriblement long dans sa brièveté et qui le laissa immobile une fraction de seconde.
Parce que Kaünis venait de l’embrasser.

Tic-tac, tic-tac...

Boum.


*


L’avait-il poussée ou s’était-elle reculée ? Sans doute un peu des deux. Gil se redressa à son tour, maladroitement, et essuya sa bouche d’un revers du bras. Sonné. Il avait l’impression d’avoir reçu un coup de poing dans le menton. Sauf qu’il ne voyait pas des étoiles. Il voyait rouge. Kaünis dit quelque chose, il ne comprit pas sa question, tout occupé qu’il était à savourer une formidable bouffée de rage pure. Elle galopait, mugissait, rugissait… elle venait de loin. Se nourrissait de tout. Inquiétude, indignation, incompréhension… Il la regarda remuer dans son vêtement couvert d’alcool. Une gamine dans une armure. Et là, ça explosa. Littéralement. Il fit un pas en avant, l’attrapa par le col et frappa.

Même si elle avait été au mieux de sa forme, elle n’aurait pas pu esquiver ce coup de poing de malade. Elle vola, s’écrasa sur une table dans un raffut de tous les diables. Et Gil ne s’en sentit que plus enragé. Il bondit, explosa le nez de l’homme qui, dérangé en plein repas, allait fondre sur Kaünis. Qu’on la lui laisse, mince ! Il avait besoin de se défouler. De lui en faire baver. C’était le risque à payer pour qui goûtait un jour ses lèvres. Il lui attrapa les cheveux et lui cogna durement la tête contre le bois de la table. Quelque chose heurta sa pommette gauche. Il sentit qu’on le tirait en arrière, mais il banda ses muscles et se débarrassa de ceux qui tentaient de l’éloigner d’elle. Non, pensa-t-il, sauvage. Il lui empoigna de nouveau les cheveux mais cette fois, ce fut pour l’entraîner dehors. Celui qui tenta de lui barrer le passage se retrouva à terre, la mâchoire brisée.

Dans la rue, Gil projeta Kaünis dans une flaque. Il pleuvait toujours et des trombes d’eau leur tombaient dessus. Il exultait. Rageait. Ne savait plus exactement sur quelle émotion se fixer. Chaque coup qu’il donnait à Kaünis lui était rendu. Il frappait fort, mais il n’esquivait pas les retours. Pur échange de gnons, et le sang se mêla rapidement à celui de la pluie entre les pavés inégaux. Pas ça ! hurlait-t-il sans ouvrir les lèvres. Je t’aime moi non plus mais surtout pas ça ! Espèce de sale…

- C’est quoi ton problème ?! lui cria-t-il à l’oreille tout en lui tordant le bras. Hein ? C’est quoi ton problème ? Tu crois que tu peux faire tout ce que tu veux sans conséquence ?

Il dérapa à cause de la pluie. Ou on le fit tomber, il ne savait pas trop. Se servit de l’élan de sa chute pour l’entraîner. Ils roulèrent sur le sol, cognèrent un mur. Des gens s’étaient massés, les plus curieux ou les plus effrontés, pour les regarder. Personne n’osait s’interposer.

Trop dangereux.

- Mais j’en ai marre de te regarder de détruire ! Je préfère encore t’y aider, ça ira plus vite et au moins ça me fera du bien !

Coup de poing.
Eclat de sang.
Eclat de rage.

Tic-tac, tic-tac...

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Envoleuse
avatar

Nombre de messages : 947
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Give me something to get rid of it [ Libre ]   Jeu 03 Mar 2016, 22:02

Elle ne savait pas ce à quoi elle s’attendait, en fait.
Qu’il ne dise rien ? Qu’il explose ?

Seconde option prise ; et elle vola dans la salle sans avoir eu le temps de cligner des yeux.
* Vas-y, détruis-moi. C’est ça que je voulais… A quoi bon hein ? *

Les coups pleuvaient.
Ça faisait mal. Mais elle se laissait faire. Qu’il la défonce, qu’il la tue, elle devait le mériter. Oui, elle voulait avoir mal ; avoir mal c’était réel, ça prenait de la place dans sa tête, ce n’était pas des jeux d’esprit.

Ouais, qu’il la frappe encore.
Plus fort que ça putain !

Elle volait, s’écrasait contre une table ; contre un mur. Elle sentit que Gil lui attrapait les cheveux, se laissa exploser la tête contre une table – une autre. Il la tirait, la tirait par les cheveux, tirant si fort son cuir chevelu que ça brûlait aussi, mais elle ne tenta même pas de lui faciliter la tâche, ni de se débarrasser de lui. Effondrée, elle se laissait traîner comme une poupée de chiffon, et s’effondra dans une flaque de boue, sous la pluie torrentielle qui la glaça jusqu’aux os.

Elle ne se battait pas.

Elle était sale de toutes façons. Comment pouvait-elle racheter tout ça ? Se laver ? Non, autant se vautrer dans cette boue ; autant être trempée jusqu’aux os ; autant se faire défoncer la tronche pour au moins avoir quelque chose de violent dans sa mort. Elle n’emporterait personne, mais peu importait ; au moins elle serait débarrassée de ce monde. De ce truc qui ne cessait de lui grimper dessus, de la rendre puante, nauséabonde même.

Le bourdonnement dans ses oreilles était tel qu’il lui fallut quelques secondes pour comprendre que Gil lui hurlait dessus. Elle ne répondit rien, se contenta de baisser le menton.
Elle l’avait mérité.
Qu’il la frappe encore. Qu’il la tue, même ! Qui serait là pour la regretter, de toutes façons ?
Une Princesse Ts’Liche et un monstre...
Elle secoua la tête toute seule.  Elle ne voyait même pas la petite foule qui s’était amassée autour d’eux ; elle s’en fichait complètement même.

- Mais j’en ai marre de te regarder de détruire ! Je préfère encore t’y aider, ça ira plus vite et au moins ça me fera du bien ! 

A son tour de hurler, à elle, la voix arrachée par le vide et les coups.

- Et ben vas-y, qu’est-ce que tu attends ? T’aurais pas déjà dû le faire y’a des plombes ? Tues-moi, j’attends que ça !! elle s’arrachait la gorge mais s’en fichait. Ses cheveux humides tentèrent une incursion dans sa bouche, elle ne les repoussa même pas.
Bienvenue au club
Elle serra les dents, hurla. Un son inarticulé, alors qu’elle se recroquevillait sur elle-même. Hurla, hurla, hurla, sans s’arrêter, hurla tout ce dégoût qu’elle s’inspirait ; toute cette rage qui ne s’était jamais exprimée ; toute cette haine qui était en train de se développer contre elle-même.
Tout ça était allé beaucoup trop loin !
Elle serra les genoux, les ramena contre elle, sous elle, plongeant son visage dans ses mains. La pluie la détrempait jusqu’aux os, mais elle était là, recroquevillée, se protégeant mais hurlant à la mort.

Elle n’arrivait plus à s’arrêter de crier.
Soudain, ses ongles s’enfoncèrent dans la peau de son visage, arrachant des rubans de chair, elle saisit à pleines mains la peau de ses bras, y enfonça ses doigts, gratta de toutes ses forces ; des sillons profonds de chair lacérèrent son épiderme…
Pas encore assez mal. Mais ses ongles ne s’ôtaient plus de sa propre peau, elle raclait chaque centimètre accessible sur ses bras, sur ses épaules, sur son visage.
Elle devait arracher tout ça, elle ne serait plus vraiment kaünis ! Plus personne ne tenterait de la violer comme ça.
* Putain, je l’ai pensé. Il m’a violée ! *
Son hurlement, qui avait commencé à se calmer, repartit de plus belle.
A lui en arracher la gorge.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 952
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Give me something to get rid of it [ Libre ]   Jeu 03 Mar 2016, 22:34

- Te tuer ?

Il frappa de plus belle. Pour la peine. Rien que pour l’empêcher de dire encore un truc pareil. Il avait de la pluie dans les yeux. Te tuer. Si tu me le demandes… Il en serait capable, si c’était la seule et unique option qu’il lui restait. S’il ne pouvait pas faire autrement. Mais pour le convaincre d’une telle chose alors qu’elle n’était ni mourante, ni possédée, il fallait bien davantage qu’un baiser surprise et une bagarre mémorable. Il ne voulait pas la tuer. Seulement lui donner ce qu’elle était venue chercher : les ennuis, la douleur, de quoi crier sa hargne. Une demande pareille ? C’était égoïste. C’était lâche. Et plus il cognait, moins il comprenait ce qu’elle cherchait à fuir. Ou plutôt il refusait de comprendre.

Elle cessa soudain de se préoccuper de lui. Cela n’avait pas été particulièrement le cas, il avait tourmenté un morceau de viande, ce soir, par une envoleuse qui lui avait montré la voie du Chaos sous un angle nouveau. Elle était dans un sale état. Il ne valait pas mieux mais lui, au moins, il restait debout. Il la bouscula quand elle se roula en boule, prostrée, dans la ruelle détrempée. La menaça quand il comprit qu’elle était ailleurs, loin de lui, enfermée dans sa propre douleur. T’as pas le droit ! C’est pas du jeu, ça ! Blêmit quand il la vit s’arracher la peau avec les ongles. Kaünis…

- Kaünis !

Il se jeta à genoux près d’elle et lui attrapa les mains.

- Arrête ! Ne fais pas ça !!

Il y avait un soupçon de peur, dans sa voix. Immobile sous la pluie, il fixa la jeune femme, sans lui lâcher les poignets. Il avait l’impression de se réveiller. Douche froide après l’euphorie du combat. Il avait déconné. Elle d’abord, et lui, qui n’attendait que cela, avait sauté sur l’occasion pour… Il déglutit péniblement. Ils n’en étaient pas à leur première confrontation, et certainement pas à la dernière non plus. Mais ce que Kaünis venait de faire, c’était… il avait peur. Pour elle. Peur qu’elle sombre définitivement dans la folie.

- Je ne peux rien faire si tu ne me guides pas, gémit-t-il. Aide-moi à t’aider, Kaünis. Je suis venu pour ça.

Silence de pluie.
De larmes ?
La pluie c’est plus joli.

- Je suis venu pour toi…

Murmure.
Prière.
S’il te plait.

Reviens…

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Envoleuse
avatar

Nombre de messages : 947
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Give me something to get rid of it [ Libre ]   Jeu 03 Mar 2016, 22:53

Just give me a reason
Just a little bit's enough
Just a second we're not broken just bent
[..]
It's in the stars
It's been written in the scars on our hearts
We're not broken just bent
[..]



Elle s’arrachait la peau.
Encore et encore ; la douleur ne suffisait plus, elle devait voir sa peau arrachée luire, voir que justement elle n’avait plus cette couche externe ; arracher tout ça, tout enlever, comme une peau en trop, comme une couche non désirée, comme ce qu’elle détestait.
Se débarasser de ce qui pouvait donner envie ; juste se débarasser de tout ça, pour pouvoir ensuite sentir la brûlure de son épiderme pulsant vivement.

Pulsation.
Comme celle qui l’avait brûlée.
Une Princesse Ts’liche et un Monstre.
* Non ! *
Non, elle voulait mourir. Arrêter de penser. Souffrir. Plus que ça !

Alors qu’elle ne trouvait plus de peau sur ses bras, elle voulait s’attacher au reste. Il n’y avait que son tatouage à portée… Tant pis, de toutes façons, elle allait mourir. Elle criait toujours, à moins que ce ne soit un couinement continu, elle ne savait plus, ne voulait plus savoir.
Des mains s’emparèrent de ses poignets avant qu'elle ne puisse commencer, et elle se débattit de toutes ses forces pour les en sortir, passer son poignet entre le pouce et l’index.

- Arrête ! Ne fais pas ça !!
Elle cligna des yeux, releva à peine le menton. Frissonna en tombant dans le regard de Gil. Essaya de se dégager encore, en vain ; elle abandonna, laissant tomber ses deux bras comme des poids morts. Des poids morts qui irradiaient de douleur.
- Aide-moi à t’aider, Kaünis. Je suis venu pour ça.  Je suis venu pour toi…
Elle secoua la tête.  Cria encore.
- Lâche-moi ! Lâche-moi, putain !! Elle s’arrachait toujours plus la gorge, elle s’en fichait. Tu vas te crader toi aussi, va-t-en ! Laisse moi mourir ! Sa voix se brisa enfin, et la suite ne fut que murmure, sans doute entièrement couvert par le bruit de la pluie qui tombait toujours en trombe d’eau sur eux. Laisse-moi mourir…

Elle se mit à pleurer.
Sanglotter comme jamais elle ne l’avait fait. Tout son corps était secoué par ses larmes, par encore des cris, des hurlements ; elle tentait de griffer encore, elle-même tout ce qui était à sa portée.  

Les curieux autour s’étaient désormais éloignés, comprenant que la bagarre était finie. Ils les avaient laissés, tous les deux, mais elle ne voyait rien, s’en fichait royalement.
Elle n’arrivait plus à s’arrêter de pleurer. Les écoutilles avaient lâché, et plus rien ne retenait tout ce qui avait été tenu derrière jusque là.
Tous les tempêtes se déversaient dans cette minuscule ouverture ;  et pourtant la pluie restait de la pluie, et ses brûlures la piquaient affreusement.
Elle pleurait, gémissait, sanglotait, hurlait, criait, hurlait.
Les mains sur son visage.
Le coeur au fond du ventre.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 952
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Give me something to get rid of it [ Libre ]   Jeu 03 Mar 2016, 23:33

Gil dût se faire violence pour ne pas la frapper à nouveau – et risquer d’exaucer sa demande sans le faire exprès. Mais qu’est-ce qu’ils ont tous, merde ?? Naïs, Syles, Kaünis… S’il était moins vif, il penserait qu’il attirait la mort partout où il allait. Il l’avait longtemps cru, d’ailleurs. Trop facile, finalement. Voir des coïncidences partout, ça arrangeait bien, parfois. Mais seulement pour un temps. Il serra les dents. Au bout du compte, on lui donnait toujours le pire rôle qui soit. Et on ne lui laissait jamais le choix. "Tue-moi. Laisse-moi mourir. Je vais mourir alors, à quoi bon ?" Et si je n’en avais pas envie, hein ? Vous vous en fichez, de mon avis ? Est-ce que vous m’écoutez au moins ? Bande de lâches ! Il était toujours là pour ceux qui se retrouvaient le nez dans le caniveau. Il mettait parfois du temps à arriver, la ponctualité n’avait jamais été son fort, mais… il était là. Pour eux.
Pour elle.

Alors, quand elle s’effondra, il s’empêcher de l’imiter. Quand elle pleura, il essuya rageusement les larmes qu’il sentait perler aux coins de ces cils. Ils ne pouvaient pas être deux à craquer. Déjà, que Kaünis le fasse, c’était presque aussi effrayant que quand elle l’avait embrassé. Presque. Persuadé que ce souvenir allait le hanter jusqu’à la fin de ses jours, Gil secoua la tête et renifla. Il se redressa péniblement sur ses genoux, se pencha pour cracher une dent qui le gênait, ignora les regards noirs qu’il sentait peser sur lui. Allez tous vous faire voir. Vous la connaissez pas, vous. Et moi non plus, vous ne me connaissez pas. Sans un mot, il attrapa Kaünis et la souleva dans ses bras. Il vacilla un bref instant parce qu’elle pesait de tout son poids, inerte, et parce qu’il n’était pas aussi frais qu’il l’aurait souhaité non plus. Puis il s’éloigna des badauds et de leurs sales regards inquisiteurs.
Et disparut.



*


Il n’alla pas loin.
Mais il n’avait pas envie de l’enfermer dans une chambre, alors il se contenta d’un abri de bergers, c’est-à-dire trois planches pour former un toit de fortune à flanc de colline, et une paillasse à même le sol. La pluie rentrait un peu, la paille était humide et sentait fort. Gil y déposa Kaünis et s’accroupit près d’elle. Il était un peu coincé. Parce qu’elle n’allait pas le laisser la toucher, même dans cet état. Il la connaissait. Il fallait bien pourtant qu’il la déshabille ou elle allait crever de froid… sans mauvais jeu de mots, hein… Et puis, elle avait besoin de soins. Sérieusement, t’es encore pire que moi, gamine. Il soupira.

- Tout est toujours extrême avec toi.

C’était un constat et non un reproche. Il ne savait pas vraiment pourquoi il disait cela, d’ailleurs. Il ôta son manteau lourd de pluie et frissonna. Il y avait une vieille couverture dans une caisse à moitié défoncée. Une seule couverture, rêche mais propre. Il la jeta sur Kaünis et se réinstalla près d’elle, en tailleurs cette fois. Il ne savait vraiment pas par où commencer.

- Tu n’es pas obligée de me raconter, tu sais. D’abord parce que tu n’en fais qu’à ta tête et ensuite parce que tu sais que je m’en fiche.

Genre.

- Et puis d’abord, c’était nul, comme réaction. Depuis quand tu embrasses les gens au lieu de les baffer ?

Allez, gamine.
Parle.

Dis quelque chose.

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Envoleuse
avatar

Nombre de messages : 947
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Give me something to get rid of it [ Libre ]   Jeu 03 Mar 2016, 23:55

- Tout est toujours extrême avec toi.  

Ses larmes et ses sanglots s’étaient finalement taris, et elle avait repris pied avec la réalité alors qu’ils étaient dans un abri de fortune. Comment il avait pu la transporter jusque là sans qu’elle s’en rende compte ? Ça devenait vraiment grave, tout cette histoire. Fumeux et foireux, même.
Elle frissonnait, alors que Gil lui avait refilé une couverture pour la mettre sur elle, mais de toutes façons, elle était trempée.
Hors de question de se déshabiller. Pas là, pas comme ça. Même sous cette couverture. Elle préférait mourir de froid là tout de suite. De toutes façons, objectivement, c’était sûrement comme ça qu’elle finirait : tuée par sa Greffe. Ça serait sans doute moins pire que le reste, au fond.

Extrême hein ?
Ouais, sans doute. Mais et alors ? C’était comme ça. Ça avait toujours été comme ça. Elle n’avait pas nécessairement envie de changer cet aspect d’elle-même. Ça la rendait… vivante ? Elle cligna des yeux, réalisant que ses pensées ne cessaient de faire des détours par sa dernière rencontre avec Syles, et poussa un long, très long soupir.

- Tu n’es pas obligée de me raconter, tu sais. D’abord parce que tu n’en fais qu’à ta tête et ensuite parce que tu sais que je m’en fiche.
C’est ça ouais. Elle sentait bien qu’il voulait qu’elle raconte. Et puis, elle se sentait… poussée, à l’intérieur d’elle-même, à parler.
- Depuis quand tu embrasses les gens au lieu de les baffer ?
Cela lui tira un ricanement grinçant. Elle prit une inspiration et sentit l’odeur de poussière et de renfermement de la couverture passée sur elle ; elle ne put s’empêcher de soupirer de satisfaction.

- Je sais pas… La dernière fois, Syles a eu droit aux deux d’affilée. Pourquoi elle racontait ça ? Elle ne le savait pas elle-même. Mais l’ouverture avait été créée, et les mots coulèrent tous seuls, au rythme de sa respiration, de ses demi-sanglots, du ton de sa voix qui ne cessait d’osciller. Le frère de Fried… Il… a débarqué chez moi. Comment il a pu rentrer hein ? Il y avait le chat, aussi, qu’est-ce qu’il foutait là ? Et puis, je l’ai entendu, on s’est battu… Il chauffait. Vraiment, sa peau chauffait, beaucoup. Je ne sais pas ce qu’il me voulait exactement, j’suis recherchée mais je vois pas pourquoi un mec comme lui s’en serait pris à moi pour moins de 10 000 pièces d’or. Il… J’ai été faible. Trop faible… Il.. Il... elle peinait à reprendre sa respiration, et une énorme boule s’était formée dans sa gorge. Il m’a violée, murmure du bout des lèvres, à peine audible.

Un long frisson de dégoût la traversa, ramenant ses jambes et ses bras contre elle. Elle voulut se frotter les bras, mais la douleur la rappela à l’ordre, et se contenta d’être là, contractée de contrariété – et si cela n’était que de la contrariété ! Complètement fermée, elle avait le coeur qui tambourinait dans la poitrine, les poumons qui ne voulaient plus avaler trop d’air, sa gorge qui la brûlait et se serrait elle aussi.

C’était dégueulasse.
Elle était immonde. Sale. Dégoûtante. Putride. Obscène.

Souillée.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 952
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Give me something to get rid of it [ Libre ]   Ven 04 Mar 2016, 00:16

Ouverture.

Gil la sentit lui aussi lorsque, soudain Kaünis lâcha prise. Ce n’était pas ce à quoi il s’était attendu, c’était pire. Parce qu’il ne pouvait pas empêcher les images de traverser son esprit. Parce qu’il regrettait infiniment que ce connard soit déjà mort. Parce qu’il ne pouvait toujours pas toucher Kaünis.

Il aurait préféré qu’elle parle encore, qu’elle vide son cœur, là, maintenant, mais lorsqu’elle se tut il comprit que c’était à son tour de dire quelque chose. Et il ne devait pas se tromper, cette fois.
Il n’en avait pas le droit.

Alors, il redevint le Gil qu’elle avait connu pendant sa formation. Il s’allongea près de la sa paillasse et, même s’il avait froid, il croisa les mains derrière sa nuque avec nonchalance. Mais sa voix était plus sérieuse que jamais lorsqu’elle déchira le silence, chuchotement qui s’entendit à peine sous le vacarme de la pluie qui n’en finissait pas de tomber dehors.

- Corps et esprit sont liés. C’est d’autant plus dur à vivre pour toi que l’envoleur vit ce lien comme une fusion totale. Alors… Je pense qu’il te faudra un moment pour t’en remettre. Et je ne vais pas faire la bêtise de te dire que ça ira. Tu vas connaître des hauts et des bas. Pour que ce lien redevienne solide, tu vas devoir faire un travail énorme sur toi-même.

Il soupira. Chercha ses mots.
Grogna.

- Je suis plus doué pour cogner que pour parler. Mais je sais écouter. Continue, gamine. Parler, c’est… C’est commencer à guérir.

Il songea tout à coup qu’ils devaient avoir l’air fins, là, allongés comme deux idiots dans le pire abri qui soit, couverts de plaies et d’ecchymoses… Gil ferma les yeux.
Ouverture.

J’ai compris.

- Ce traître t’a eue en lâche. On m’a fait la même chose quand on m’a empoisonné. C’est facile de crier victoire, ensuite, pas vrai ? Mais ni toi, ni moi ne sommes faibles, Kaünis. Sinon, tu crois qu’on serait là tous le deux ?

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Envoleuse
avatar

Nombre de messages : 947
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Give me something to get rid of it [ Libre ]   Ven 04 Mar 2016, 00:43

La respiration superficielle de Kaünis ne lui permettait pas de se calmer, mais sa gorge était trop serrée pour continuer. Elle allait retomber dans les sanglots et les pleurs, et pour l’instant elle avait encore juste suffisamment de contrôle pour empêcher ça. Juste à peine assez de contrôle. Cela suffisait, et aussi elle put entendre Gil qui s’adressait à elle.

- Je pense qu’il te faudra un moment pour t’en remettre.

Est-ce qu’elle s’en remettrait ? Est-ce qu’elle était seulement capable ? Elle avait envie de fondre en larmes, encore, de dissoudre cette boule dans des cris rauques, mais se contenta de se taire, peinant toujours autant à respirer.

- Et je ne vais pas faire la bêtise de te dire que ça ira. Tu vas connaître des hauts et des bas. Pour que ce lien redevienne solide, tu vas devoir faire un travail énorme sur toi-même.

L’Envoleuse serra les dents.
Et dire que quelques semaines plus tôt, elle se sentait si libre ! En accord avec elle-même. Sauvage, inaccessible, indomptable… Et vraiment présomptueuse, au fond. A vouloir montrer ses ailes à tout le monde, certains s’étaient mis à la déplumer. Les lui arracher, pour les écraser sur le sol.
Elle serra les poings, enfonçant ses ongles dans la paume de ses mains.

- Parler, c’est… C’est commencer à guérir.

Peut-être bien, oui.
Mais elle avait peur de parler. Peur que ça rende tout ça encore plus réel. Que ça fasse encore plus mal. Mais au fond, quand elle avait mal, c’était que ça faisait quelque chose ; qu’il y aurait un processus de cicatrisation, non ? Elle haussa les épaules pour elle-même. Elle ne savait pas trop, mais l’espoir recommençait à palpiter doucement en elle.
Mais elle secoua la tête quand Gil lui demanda si elle pensait qu’ils étaient faibles, tous les deux. Lui, elle ne savait pas. Elle… ben peut-être bien, au fond.

- Non il m’a pas eu en lâche. Il savait très bien ce qu’il faisait. Il m’a provoquée et je suis entrée la tête la première dans son piège, en me disant que je m’en sortirai comme toujours. Je… C’est ma faute, au fond ? la question resta en suspens, un instant, avant qu’elle ne secoue la tête brusquement. Corps et esprit sont liés, hein ? Je veux dire… elle s’était faite attachée, brutalisée par Syles, mais elle l’avait provoqué, elle l’avait voulu, elle avait aimé ça. C’était ce jeu de domination, de piques, entre eux. Il s’était lâché, mais elle n’avait attendu que cela. Elle l’avait voulu. Réellement, profondément, toucher du bout des doigts les limites de… l’Envoleur. C’était un Envoleur, maintenant, non ?
Un sourire fit briller ses yeux un instant. Juste un instant.
Märr avait voulu la briser, l’avait prise de force ; rien en elle n’était consentant à aucun moment. Elle aurait dû se méfier, être plus efficace avec ses lames…

Elle avait soudain envie de le tuer une seconde fois.
Fried n’avait pas un triplet hein, par hasard ? Au point où elle en était !

Kaünis n’avait pas répondu de vive voix à la dernière question de Gil. Pas envie, pas besoin.
Mais c’était difficile, au fond, de se battre contre elle-même. Elle ne l’avait presque jamais fait, ou juste pour des futilités. Elle était toujours guidée par cette flamme, à l’intérieur. Non, cette tempête de Rage et de Volonté.

Écrabouillée, la Volonté.
Déployée, la Rage.

Elle cligna des paupières. Serra un peu plus fort ses genoux contre son torse.
- Tu as fini l’apprentissage de Syles du coup ?
Elle avait envie de rentrer au Domaine. De le retrouver. Peut-être même de se blottir dans ses bras ; ou ceux de son père. Elle avait besoin de l’étreinte d’un homme en lequel elle avait totalement confiance ; au sens même physique du terme. Un homme avec lequel elle se faisait totalement confiance. Pas de réactions bizarres. Pas de baisers dont elle ne voulait vraiment pas, elle.
Elle cligna des yeux.
Serra encore un peu ses genoux. Mais avec moins de conviction.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 952
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Give me something to get rid of it [ Libre ]   Ven 04 Mar 2016, 18:35

Gil ne répondit pas immédiatement. Il digérait encore, en réalité. Le baiser inopiné, la baston, le coup de folie, le viol… C’était beaucoup à gérer d’un seul coup. Et encore, ce n’était rien à côté du poids que Kaünis devait supporter. Pas étonnant qu’elle ait disjoncté. Laisse-moi mourir… Il frémit, ferma les yeux. Il ne voulait plus jamais entendre ces mots-là, prononcés par cette voix-là. Plus jamais. C’est ma faute, au fond ? L’envoleur rouvrit les yeux. Et puis quoi encore ? Il se redressa sur un coude et chercha son regard. C’était plus simple de le capter désormais, et il y lisait enfin ce qu’il avait besoin d’y trouver : des sentiments. Cette fille en était bourrée. Elle ne savait juste pas s’en dépatouiller. Et ça, en revanche, c’était quelque chose qu’il connaissait bien…

- Tu dis ça à cause de tes vêtements ? Parce que tu es jolie ? Parce que tu attires les regards et parce que tu aimes ça, des fois ? Et encore une fois tu te fourres le doigt dans l’œil, jeune app…

Il se reprit juste à temps, écarquilla les yeux, surpris par sa propre erreur. Vieille habitude ? Probablement. C’était d’autant plus troublant qu’il se retrouvait sans élève, à présent. Ah, mais tu es libre mon vieux, tu ne vas pas te plaindre, quand même ?!

- Hum. Ce que je veux dire, c’est que tes vêtements reflètent l’audace et le chaos qui brûlent en toi. Tu es jolie – non, tu es vraiment belle et ça, c’est un trait dont tu dois toujours être fière. Tourmenter la gente masculine ? Ce que tu fais de ta vie ne regarde que toi, Kaünis. Toi et personne d’autre.

Son regard se fit soudain plus intense et lorsqu’il poursuivit, il prit soin de détacher chaque syllabe.

- Ce n’était pas ta faute.

Il tira machinalement sur le col de sa chemise, dévoilant les marques de la Silencieuse qui persistaient à lui rappeler cette incroyable aventure. Il avait cru lui aussi qu’à chercher les ennuis tout le temps, il n’avait eu que ce qu’il méritait. Que l’empoisonnement de Makeno était de sa faute. Qu’il devait endosser la responsabilité de la maladie de Naïs. Jusqu’à ce qu’il réalise enfin.

- Corps et esprits sont liés. Ce que nos actes démontrent, notre âme le reflète. Tu comprends ? C’est lui qui a commis quelque chose d’impardonnable. Pas toi.

Gil se laissa retomber sur le dos avant d’ajouter d’un ton goguenard :

- Enfin, mis à part ce baiser…

Le silence s’installa un moment. Ils avaient toujours mieux su communiquer sans paroles. Mais Kaünis avait besoin d’extérioriser tout ce qu’elle avait sur le cœur.

- Syles a terminé sa formation, ouais… soupira-t-il. C’est toujours…

Il chercha ses mots, grogna.

- J’aime pas, avoua-t-il finalement d’un ton presque boudeur.

Non.
Il n’aimait pas.
Parce que ça laissait toujours un vide, là…



*


- Kaünis.

Penché sur la jeune femme, Gil attendit qu’elle fixe son attention sur lui.

- Il faut que je soigne ça.

Passée l’euphorie du combat et le coup de sang provoqué par la rage, elle allait vraisemblablement tomber dans les pommes. Il pouvait attendre ce moment, mais la toucher sans sa permission… Il voulait qu’elle soit réveillée et consciente. Maître de son libre arbitre.

Sans la quitter des yeux, il posa doucement les doigts sur son bras déchiré. Des doigts qui l’avaient manipulée, soignée un nombre incalculable de fois. Des doigts qui savaient faire mal mais jamais sans raison. Des doigts qui devenaient légers, aériens lorsqu’il le fallait. Il était le seul à pouvoir le faire, parce qu’un rêveur serait trop difficile à trouver. Il pouvait la soigner.
D’accord, gamine ?

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Envoleuse
avatar

Nombre de messages : 947
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Give me something to get rid of it [ Libre ]   Ven 04 Mar 2016, 20:13

Ce n’était pas sa faute.
Vraiment ? Oui, comme il l’avait dit, parce qu’elle avait aimé attirer les regards. C’était bien fait, non ? Bien mérité, finalement ? Elle avait été fière d’elle, de sa tenue, de tout ce qu’elle dégageait, et ça avait résulté en… ça. Elle n’avait pas envie de tourmenter la gente masculine en particulier, elle s’était toujours amusée à emmerder son monde. Tout son monde. Pas de discrimination là-dedans, tout le monde y passait : hommes ou femmes, Envoleurs ou Marchombres, petits, gros, grands… Ouais, juste emmerder son monde.

C’était aussi un peu ce qui la définissait au fond, non ?

- Enfin, mis à part ce baiser…

Elle tordit sa bouche dans une grimace.

- Au moins tu m’as défoncé la tronche. C’était tout ce que je demandais. Mais… pardon.

Ouais, elle s’excusait, et cela faisait vraiment tout drôle pour elle. Elle n’avait pas l’habitude de ça. Elle avait l’impression d’être revenue dans son enfance, soudain, et encore même à ce moment-là elle ne s’excusait qu’extrêmement rarement. Ça allait sans doute surprendre aussi Gil.
Elle s’en fichait un peu. Ou non, plutôt, ça la faisait marrer.

Syles avait terminé sa formation. Elle voulait retourner au Domaine. Le retrouver. Vite.


* *


Un murmure, son prénom, la tira du sommeil agité dans lequel elle était en train de plonger, et elle lâcha un grognement équivoque.
- Il faut que je soigne ça. 
Elle ouvrit brusquement les yeux, et un long frisson la parcourut.

- Non. Ne me touche pas, dit-elle d’un ton abrupte et qui ne souffrait d’aucune réplique. Non, c’était juste non. Pas de négociation possible. Elle ne voulait pas qu’il la touche. Que personne ne la touche !
- Si tu veux que je me soigne, j’ai besoin de ma mère ou de mon père. Personne d’autre ne me touchera… * Parce que Syles est pas là. Lui ça va, j’ai confiance aussi. Pas toi, Gil. Juste pas toi *
Peut-être que ses yeux parlèrent pour elle, elle s’en fichait. Pas lui.

Elle ne cèderait pas un millimètre de terrain.
Un nouveau frisson la parcourut, et elle se dit que décidément, elle côtoyait la douleur de trop près depuis quelques semaines. D’abord le gel, maintenant… Maintenant sa peau à vif, sur presque toute la longueur de ses bras, et sur son visage aussi.
Elle sentait, ça brûlait, ça piquait, ça irradiait. Mais elle ne voulait pas être touchée.
Elle avait mal, ça pulsait dans son sang, sur son épiderme, comme si elle ne cessait de recevoir des vagues d’acide dans la tronche.

Elle s’en fichait.
Elle ne voulait pas qu’il la touche.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 952
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Give me something to get rid of it [ Libre ]   Ven 04 Mar 2016, 20:41

- Non. Ne me touche pas.

Le refus net et catégorique frappa Gil de plein fouet. Il avait beau l’avoir redouté, il n’avait pu l’anticiper à ce point. Une lueur blessée traversa son regard et il recula ses mains. C’était plus douloureux que tous les coups qu’elle avait pu lui filer. Je vois. C’était normal, quelque part. Même s’il le pourrait jamais se mettre à sa place, il comprenait qu’elle ait peur. Qu’elle ait besoin d’un proche pour se rassurer. Il se mordit la lèvre inférieure, désemparé. Non, pas toi, Gil. T’es pas assez proche pour faire partie de ceux qui rassurent. Retourne donc briser d’autres apprentis et va voir ailleurs si j’y suis. C’était peut-être ça. La prochaine fois, il veillerait à donner les coordonnées de Syles à Hien. Qu’elle ne se trompe plus de personne.

Il voulait s’éloigner, reculer… Il n’en fit rien. Parce que, en dépit de la détermination qui se lisait dans les yeux verts de la jeune femme, elle avait mal. Et froid. Et lui, quoiqu’étranger pour elle visiblement, ne pouvait pas s’empêcher de penser que… non. Non, il n’était pas d’accord avec sa foutue logique de traumatisée. Non, il n’était pas le plus fin psychologue de l’empire. Et non, il ne recevait d’ordres de personne. Surtout pas de son ancienne apprentie.

- Je ne veux pas te toucher mais te soigner, marmonna-t-il en avançant de nouveau ses mains.

Il la vit se tendre, fronça les sourcils.
Et son regard s’assombrit.

- Bon. Il y a deux solutions, gamine. Soit tu me laisses faire en douceur et tout se passera vite et bien, soit je t’assomme et, à en juger par ton état, ce ne sera pas très difficile à faire. Je te laisse le choix alors choisis, mais choisis rapidement.

Parce que  claques des dents et parce que si tu ne te magne pas, je vais encore devoir faire du rafistolage en urgence, bordel de merde !

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Envoleuse
avatar

Nombre de messages : 947
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Give me something to get rid of it [ Libre ]   Ven 04 Mar 2016, 20:44

[ Crache de manière agressive ]

- Quoi, tu veux que je te réembrasse alors qu'on ne veut ça ni toi ni moi ?


__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 952
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Give me something to get rid of it [ Libre ]   Ven 04 Mar 2016, 20:45

- C'est pas une option, banane. Alors ?

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Envoleuse
avatar

Nombre de messages : 947
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Give me something to get rid of it [ Libre ]   Ven 04 Mar 2016, 20:46

- Non.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 952
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Give me something to get rid of it [ Libre ]   Ven 04 Mar 2016, 20:48

- Tu ne me fais pas confiance...

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Envoleuse
avatar

Nombre de messages : 947
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Give me something to get rid of it [ Libre ]   Ven 04 Mar 2016, 20:49

- Je ne me fais pas confiance avec toi.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 952
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Give me something to get rid of it [ Libre ]   Ven 04 Mar 2016, 20:51

- Tu as peur de perdre le contrôle de ta greffe ?

Haussement d'épaules.

Okay. Moi ça ne me fait pas peur. J'ai jamais détesté le froid.

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Envoleuse
avatar

Nombre de messages : 947
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Give me something to get rid of it [ Libre ]   Ven 04 Mar 2016, 20:52

- Non. Rien à voir.

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giliwyn SangreLune
Maître Envoleur
Créateur de psychopathes
avatar

Nombre de messages : 952
Date d'inscription : 28/03/2011

Feuille de personnage
Age: 38
Greffe: Aiguilles jaillissant du dos de ses poignets, d'une dizaine de centimètres de long
Signe particulier: Son prénom est celui de son père, son nom de famille celui de sa mère. Yeux vairons.

MessageSujet: Re: Give me something to get rid of it [ Libre ]   Ven 04 Mar 2016, 20:55

- Ooh. Encore des mystères. Je ne vais pas faire dans la dentelle, excuse-moi, mais je m'en fous un petit peu, là. Si tu ne te réchauffes pas tu vas me claquer entre les doigts et ça, je te l'ai dit, c'est pas négociable. Laisse-moi juste...

__________________________________________

"Elle aura ma peau un jour, cette saloperie de destinée. Abruti de hasard même pas fichu de faire les choses correctement. Un jour... mais pas maintenant."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaünis Gil'Ozh
Envoleuse
avatar

Nombre de messages : 947
Citation : I am a nightmare dressed like a daydream !
Date d'inscription : 31/03/2011

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Contact qui glace
Signe particulier: Possède un tatouage entre les seins

MessageSujet: Re: Give me something to get rid of it [ Libre ]   Ven 04 Mar 2016, 21:02

- Non !

Elle hurla. Recula à toute vitesse, entrainant avec elle la couverture, trébuchant du coude. Elle tenta de se tourner, se relever, réussit à mettre ses pieds sous son centre de gravité pour se redresser..

Ça tirait. Ça faisait mal.

Mais elle parvint à sortir de leur abri de fortune, et la pluie torrentielle se déversa sur ses plaies à vif. C’était froid, c’était mouillé, ça calmait un peu sa douleur…
Elle fit un pas dans la boue, glissa, se rattrapa in extremis, recula encore.

- Ne me touche pas !

Est-ce qu’elle avait crié ? Murmuré ?
Elle ne savait pas, mais sa voix se brisa quand elle releva ses avant-bras devant elle pour se protéger… Écarquilla les yeux en voyant sa peau partir en lambeaux juste sous son nez.
* Putain de bordel… *

Elle s’était vraiment faite ça toute seule ?
Elle n’eut pas vraiment le temps d’y réfléchir, car soudain, parce que son cerveau venait de réaliser l’état dans lequel elle était, la douleur éclata dans tout son corps, et elle vacilla.
Sombra, la tête la première, dans une autre flaque de boue.


* *


Quand elle se réveilla, elle était au chaud.
Sur un lit.
Cette odeur, elle la connaissait. C’était celle de sa maison.
De sa chambre.

Clignant des paupières, elle jugula une vague de douleurs… Il n’y avait que des résidus de la souffrance, en fait. Elle voulut tendre l’oreille… Est-ce que c’était Gil lui l’avait soignée ?

__________________________________________



"She is delightfully chaotic ; a beautiful mess.
Loving her is a splendid adventure
"

Steve Maraboli (alias Syles Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Give me something to get rid of it [ Libre ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» I'LL GIVE YOU ANYYYYYYYYYTHING, I'LL GIVE YOU ANY RING.
» Anathéa — Do not give up your dream, you know you can go, you have to ...
» Get up and never give up... [PV Raphaël]
» give me a reason to trust you ★ ft. marcus.
» TRISTAM ✎ nobody can give you equality, or justice, or anything. if you're a man, you take it.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Plateaux et montagnes de l'est-
Sauter vers: