AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Illusion? [PV Syndrell] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice


Nombre de messages : 1097
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Illusion? [PV Syndrell] [Terminé]   Mar 03 Juil 2012, 15:44

    Mes paroles la trouble. L’incompréhension qui brille dans ses yeux en est la plus belle preuve. De toute façon, comment pourrait-elle comprendre ce que je ressens. Comprendre ce sentiment qui m’habite.

    Nous habite.
    Miss et moi.

    Elle n’a jamais connu qu’une voie. Qu’une seule certitude : celle d’être faite pour ce qu’elle suit. Elle n’a pas notre expérience. Pas notre point de vue. Comment expliquer les couleurs à celui qui n’a jamais eut la chance de voir ? La musique à celui qui n’a jamais rien entendu ? C’est dur. Très dur.

    Peut-être même impossible.

    Ici, c’est la même chose. Elle ne pourra comprendre ce que je dis qu’en le vivant. Pas autrement. Chassant la peur dans mes yeux, je laisse un léger sourire étirer mes lèvres. Moquerie. Ce petit moment de flottement se prolonge. Syndrell semble perdu dans ses pensés, comme traversant les méandres tortueuses de ses souvenirs.

    Parfait.

    Fermant un moment mon œil unique, je respire doucement, essayant de chasser la douleur de mon corps. Mon dos hurle de souffrance. Mon sang s’échappe lentement de la plaie béante de mon abdomen. Mes forces avec. Pourtant la rage et la colère qui gonfle toujours en moi compense ce manque, m’offrant l’énergie qui me manque pour me remettre début.

    Et bondir de nouveau.

    Un tesson de bouteille dans la main gauche, mon poignard dans la main droite, je file vers ma proie à une vitesse vertigineuse. Dans mes yeux, tout autre sentiment que la rage a déserté. Un mot pulse dans ma tempe. Encore et encore.

    Tuer
    Tuer
    Tuer.

    Je me jette sur elle, le tesson vers l’avant, le poignard replié en arrière caché mais près à frapper. Alors qu’elle l’esquive, je pivote brusquement, frappant avec ma lame. Vers sa gorge. Le coup est rapide. Précis.

    Elle ne peut l’éviter.

    Un poing vient me cueillir au niveau des côtes. Encore… Deux cèdent sous le coup, réveillant de nouveau la douleur de tout mon corps. Sans que j’aie le temps de hoqueter, le coude de la Marchombre vient me fracasser la mâchoire, me sonnant. Puis un pied me frappe au niveau du plexus solaire, m’envoyant valser contre les caisses. Là où je me trouver quelques minutes plus tôt.

    Mal…

    Des points noir dansent dans a vision. Je sens les ténèbres lentement m’entourer. Une terrible souffrance émane tut mon corps.

    J’ai si mal…

    Crachant du sang, je roule sur le côté. Et arrive à me relever. Un miracle sans doute… J’ai besoin du mur pour me tenir tant la douleur est vive dans tout mon corps. Je fini par relever la tête vers mon adversaire. Le sang ruisselle sur mon visage, suintant de mon nez brisé. Et toujours ce même mot. Puissant.

    Tuer
    Tuer
    Tuer.

    Respirant avec difficulté, je me rue de nouveau vers elle, poignard en avant. Nous basculons toutes les deux sur le sol, le verre s’enfonce un peu plus dans ma peau mais je n’y fais pas attention, prenant rapidement l’avantage. Rageuse, je frappe au niveau de l’œil.

    Vengeance.

    Mon coup est bloqué à quelque centimètre de mon objectif. Je ne renonce pas pour autant, puisant dans l’énergie de ma colère pour gagner peu à peu du terrain ? Doucement, très doucement, ma lame se rapproche de son œil.

    Inexorablement.

    Elle faiblie, je le sens. Je sais que je peux y arriver. Au moins lui voler ça. Juste ça.

    Mes yeux remplis de haine s’agrandissent soudain. Surprise. Incompréhension. Sans comprendre, je regarde les deux lames qui viennent de se figer dans ma chair. Pas de garde. Pas de pommeau. Juste deux lames sorties de sa peau. De ses bras. Prolongement parfait de ses avant-bras.

    Comme…

    La douleur explose alors. Plus brûlante que jamais. Un coup de pied me fait tomber à la renverse.

    Une simple pichenette aurait suffit…

    Gémissant de souffrances, je tente de me relever.

    Une fois.
    Deux fois.

    Puis je retombe, le sang quittant lentement mon corps.

    La greffe.
    Cette garce à reçu la greffe !

    Plusieurs longues secondes s’écoulent. Le souffle court, je finie par réussir à me remettre sur mes pieds, tremblante. Lui lançant un regard profond de haine, je glisse un poignard entre mes dents.

    La greffe.
    Elle veut jouer à ça ?

    Serrant avec force le manche de cuir, je me ramasse et place mes avant-bras devant mon visage. Et lance mon ultime attaque. Parés cela, il est fort probable que je ne puisse plus me servir de mes bras.

    Mais au moins elle sera morte.

    Fonçant droit sur elle, je ne fais même pas mine de feinter. Ses lames se lèvent. Tranchantes. Un léger sourire se dessine sur mes lèvres tendis que je me jette dessus. De tout mon poids. Le fer pénètre la peau de mes avant-bras, coupant chair et muscles, avant d’être stoppés par ma greffe. Puis bloquées. La douleur est horrible. Je la laisse cependant de côté et ouvre grand les bras, déviant ses armes.

    Le poignard entre les dents, je me jette sur sa gorge pour le lui enfoncer. Je ne touche cependant que l’épaule dans laquelle ma lame pénètre facilement, râpant contre un os. Sans lâcher prise, je la fais basculer sur le dos. Plusieurs secondes s’écoulent tandis qu’elle se tortille pour libérer ses bras. J’n profite pour faire tourner mon poignard, ravageant son épaule droite autant que je le peu.

    Avant d’être de nouveau éjectée d’au dessus d’elle. A moitié inconsciente, je roule contre un mur, lâchant mon arme. Un autre gémissement de douleur s’échappe de ma gorge tandis que je tente de me relever.

    C’est peine perdu.

    Toute ma force m’a déserté et maintenant même la rage ne suffit plus pour me maintenir debout. Mes bras sont eux hors-service, les muscles de mes avant-bras sectionnés.

    Cette fois c’est la fin…
    Le regard fier et brillant de rage, je regarde Syndrell se relever. Ma vision se rétrécit peu à peu, grignoté par une mer obscure.

    Lentement, je commence à perdre conscience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4377
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Illusion? [PV Syndrell] [Terminé]   Mer 04 Juil 2012, 12:48

Ironie se releva. Elle se relevait toujours. La jeune marchombre ne pouvait pas nier qu’elle avait un sacré courage, une volonté sans faille qui forçait l’admiration et le respect ; car, en dépit de ses blessures, Syndrell admirait Lacrya. Si elle avait choisi le Chaos comme univers, elle aurait voulu avoir l’Envoleuse pour maître…

Mais avec des « si », on mettrait l’Empire en bouteille, et puis ce n’était pas le moment idéal pour tergiverser sur une vie qui n’était pas la sienne : déjà Ironie se jetait sur elle, prouvant qu’elle était la plus coriace de tous les adversaires que Syndrell avait affrontés jusqu’ici. Vanora elle-même ne lui arrivait pas à la cheville. Néanmoins Vanora était morte et Syndrell, en levant ses lames, était prête à tuer pour sauver sa vie.

Elle était prête à voir le sang gicler des avant-bras de l’Envoleuse.
Prête à trancher muscles et tendons.
Prête à sentir ses lames racler contre l’os de métal.

… du métal ?

Surprise, Syndrell se laissa surprendre par le poignard que Lacrya tenait serré entre ses dents et ne parvint pas à esquiver l’attaque, seulement à la dévier : la lame se planta dans son épaule déjà blessée, lui arrachant un cri de douleur qui se mua en hurlement lorsque son ennemie prit un malin plaisir à remuer le couteau dans la plaie, au sens propre.

Mais Syndrell aussi était vaillante. A deux doigts de s’évanouir, ou bien de retrouver son vieil ami, elle choisit de mettre un terme à ce combat. Elle tenait sa chance et, cette fois, ne comptait pas la laisser filer ; remontant ses genoux contre sa poitrine, elle propulsa Ironie en arrière pour aussitôt lever ses lames afin de parer une nouvelle attaque. Il n’y en aurait plus.

Lentement, Syndrell baissa les bras puis rétracta ses lames. Elle était toujours allongée sur le dos, le poignard de Lacrya fiché dans son épaule ; le retirer allait sûrement lui coûter la vie. Alors, la jeune femme laissa filer quelques secondes, ou bien quelques minutes, ainsi qu’une bonne quantité de sang avant de trouver la force de se redresser précautionneusement.

A quelques pas d’elle seulement, Lacrya gisait immobile dans une mare de sang. C’est en la regardant mourir en silence que Syndrell mesura à quel point l’issue de ce combat avait été incertaine ; il s’en était fallu d’une attaque pour que ce soit elle qui soit en train de se vider de son sang, la gorge ouverte… Une attaque. Un souffle.
Une vie.

Une vie la séparait désormais d’Ironie. Elle avait remporté leur défi implicite, s’élevant au rang de maître ; Syndrell avait prouvé qu’elle était capable de battre un Envoleur, et pas n’importe lequel…

Lentement, elle tituba jusqu’à la femme aux cheveux désormais rouges de sang. Lacrya n’était plus qu’un tas de chair sanguinolente, un corps presque sans vie près duquel elle se laissa tomber. Il y avait des larmes dans ses yeux. Fatigue, douleur… tristesse ? Etait-elle triste de voir son ennemie mourir ?

Avec des « si », on mettrait l’Empire en bouteille… mais si seulement elles s’étaient connues dans une autre vie, elles auraient pu devenir amies. Certitude inaliénable qui brillait dans ses yeux, larmes sincères, rapidement essuyées d’un revers de manche déchirée ; Syndrell avait fait du chemin mais elle devait encore apprendre à s’endurcir, à accepter la mort de son adversaire, quel qu’il soit.

Au cœur des bras déchiquetés d’Ironie scintillait faiblement l’éclat du métal. Elle soupira. L’incroyable matériau qui enveloppait les os de l’Envoleuse n’avait pas suffi à la sauver. Deux greffes pour une seule victoire…


- La victoire n’est qu’une illusion, souffla-t-elle. Tu as peut-être perdu ce combat, mais aujourd’hui tu as gagné mon respect.

S’adressait-elle vraiment à Ironia ? Syndrell doutait que, dans son état, la jeune femme puisse l’entendre. Elle s’éteignait doucement, s’éloignant de la douleur pour trouver refuge ailleurs… Pour cette raison seulement, la marchombre décida ne pas l’achever. Elle ne s’en sentait ni la force, ni le besoin ; Lacrya mourrait de ses blessures et avec tout l’honneur qu’une guerrière de sa trempe méritait.

Tournant le dos à l’Envoleuse, Syndrell gagna le bout de la ruelle et, attrapant au passage une vieille couverture qui traînait parmi les caisses éventrées, s’en couvrit pour se fondre dans la foule.

Et disparaître.




* * *



La silhouette se faufile dans la ruelle, à pas de loup. Elle avance sous l’escalier branlant, dépasse les caisses et les bouteilles en verre, s’arrête et s’accroupit lentement. Tend une main bandée pour effleurer la tâche sombre qui marque le pavé.

Fronce les sourcils.

Puis sourit. Dans l’ombre du capuchon, les yeux dorés s’illuminent. Illusion ou non, le corps qui se trouvait ici seulement deux jours plus tôt n’est plus là. Et, à en juger par les gouttes de sang qui se sont formées en ligne continue vers l’autre extrémité de la ruelle, il ne s’est pas volatilisé de son plein gré.


- J’espère que tu t’en es tirée, Envoleuse ; il nous reste la belle à jouer…

La silhouette se relève, s’élance et bondit pour attraper la première marche de l’escalier. Vive et légère, elle le gravit dans un souffle, saute sur le toit et disparaît dans la douce chaleur de cette nuit d’été.

Dans la ruelle, un chat miaule.


Promesse.






__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 25/08 au 28/08]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacrya Sil' Morna
Maître Envoleur
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 1097
Citation : Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it.
Date d'inscription : 14/02/2010

Feuille de personnage
Age: 34
Greffe: Os des avant bras renforcés par du métal
Signe particulier: /

MessageSujet: Re: Illusion? [PV Syndrell] [Terminé]   Mer 04 Juil 2012, 21:33

Ma respiration se ralentie. Devient plus faible. Mon souffle moins puissant.

La douleur.

Elle pulse dans mon corps tel un nouveau cœur. Celui qui me mènera à la mort… A chacun de ses battements, je sens la souffrance m’envahir un peu plus. Et le sang déserter mon être. Une rivière infinie emportant le peu de vie qui me reste.

Nouveau gémissement de douleur.

Les secondes passent, se transformant en minutes, puis en ce qui me parait être des heures. Et toujours cette souffrance lancinante. Les points dansant dans ma vision s’agrandissent. Je sens mon âme glisser en pente douce vers l’inconscience. Vers une délivrance. La mort enfin. L’arrêt de toutes sensations. D’on cette douleur infernale. Insupportable.

Ouvrant péniblement mon seul œil valide, je cherche la meilleure vision à emporter avec moi. L’escalier branlant ? Les caisses maintenant éventré, crachant une cascade de verre ? Ou alors Syndrell qui se dresse devant moi.

Je n’ai même pas la force de mettre de la haine dans mon regard quand il se pose sur elle. Même pas l’envie de grogner ou de lancer un pic. Juste celle de la regarder s’avancer vers moi.

Avant de sombrer.

Ténèbres.
Ténèbres.
Ténèbres.

Elle m’engloutisse. J’ai l’impression de tomber dans un gouffre sans fin. Je pers peu à peu la notion de corps. D’espace. De temps. De vie.

Lentement, très lentement, je m’enfonce dans la mort. Avec une pointe de soulagement.

~~~~~

Douleur. De nouveau.
Souffre-t-on quand on est mort ?

Je refais lentement surface. Qu’il est difficile de s’extraire de ces lianes d’ombres. Elles me tirent vers le fond. Ce fond que je pensais déjà avoir touché. Pourquoi résister ? J’ai envie de me laisser aller. De ne plus ressentir cette souffrance.

Infinie.
Puissante.

Pourtant quelque chose me tire vers le haut. Vers cette surface que je tente de fuir. Doucement, la paupière de mon œil unique se relève. L’image floue d’une ruelle crasseuse se dessine. Puis gagne en netteté. Enfin, ce sont les souvenirs qui m’assaillent.

La bataille.
Les blessures.
Syndrell.

Je grogne autant de rage que de douleur. J’ai une promesse à tenir, pas question donc de mourir ici. Mes bras refusent de m’obéir à hauteur de mes poignets. Mes jambes cependant, semblent relativement intactes. Roulant sur le ventre avec un gémissement, j’essai de me trainer vers l’entrée de la ruelle. Le premier mètre semble durer une éternité. Une éternité composée de douleur et d’efforts.

Le reste vient ensuite. Je ne sais combien de temps je mets pour atteindre le bout de cette ruelle mais il me semble que plusieurs jours se sont écoulés. Peut-être après tout… durant cet interminable trajet, je per plusieurs fois conscience, les ténèbres refusant de quitter ma vision. Je m’écroule finalement à un petit carrefour, espérant de toutes mes forces voir une âme vivante y passer.

Mais ça semble peine perdue…

~~~~~


- ..moiselle ?

Une voix. Lointaine. Hésitante. Inatteignable. Je fais un moment surface, avant de sombrer de nouveau.

Une illusion.
Rien de plus…


- Mademoiselle !!

On me secoue à présent. Ce pourrait-il que cela soit réelle ? Lentement, j’ouvre un œil. Le visage d’un homme se dessine lentement au dessus de moi, d’abord flou et incertain, pour finalement gagner en précision. Il a des yeux noirs. Profond. Comme ceux de…

- Nuh… Nuhadu ?

Un seul nom me vient à l’esprit. Celui d’un être aimé.

- Je… Non… Je… Besoin…

Des brides de paroles. Je ‘y comprends rien. Un second mot sort alors de mes lèvres avant que je ne m’effondre de nouveau, incapable de rester plus longtemps à la surface.

Je coule de nouveau vers les ténèbres de cet océan.

~~~~~

Rêveurs…


[RP clos]

[Merci pour ce magnifique Rp Syndrell... Et à notre future rencontre!]

__________________________________________


"Light thinks it travels faster than anything but it is wrong. No matter how fast light travels, it finds the darkness has always got there first, and is waiting for it."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Illusion? [PV Syndrell] [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Qui ose troubler ma tranquillité ? {Pour Illusion}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Al-Vor-
Sauter vers: