AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Un éclat de lune, perdu dans le monde.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nuhadu Darkmoon
Marchombre
avatar

Nombre de messages : 1567
Citation : Il chante. Il dort. Il meurt et il s'envole. Il mord. Il dort. Il meurt et il attaque. L'Ange noir.
Date d'inscription : 07/08/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Vision nocturne parfaite
Signe particulier: Aucun, je crois.

MessageSujet: Un éclat de lune, perdu dans le monde.   Sam 30 Juin 2012, 14:40

PETIT ECLAT

-Levez-vous monsieur !
-Grrrr..


Loin d'être effrayée, la bonne femme écarte les lourds rideaux blancs qui protègent le petit paresseux de la lumière du soleil levant. Un rayon, plus audacieux que les autres, ose même chatouiller une petite joue, qui se cache en un rien de temps sous les immenses couvertures moelleuses. Un soupir d'agacement prend la nounou.

-Vous savez pourtant que nous allons recevoir une visite importante aujourd'hui !
-Chépa, répond pâteusement une petite voix de garçon.

-Allons, allons ! Pas de ce genre d'excuses ! Je vous l'ai rappelé hier soir encore !
-Mesouvienpa
-Pressez-vous donc ! Votre père a exigé une toilette complète avant l'arrivé du maître analyste !
-Chuis propre, zpeux dormir 'cor un peu.


La pauvre femme lève des yeux désespérés vers le ciel, quêtant sans doute l'aide de Merwyn pour la tirer de cette affreuse situation. Ce gamin est le plus grand paresseux qu'elle ait jamais vu de sa vie et en même temps il arrive à se montrer plus agité qu'une puce ! Elle ne savait jamais vraiment avec quelles pincettes le prendre, d'autant qu'il savait se montrer terriblement mignon quand il faisait des efforts. C'est le sourire sur les lèvres qu'elle décide alors d'user de son arme secrète.


-Votre mère sera présente pour l'occasion vous savez ?


La couverture s'envole soudain du lit tandis que deux perles sombres fixent la nounou avec un regard mi-curieux, mi-méfiant, mi-étonné et certainement plus endormi.


-Vrai ?
-Vous ais-je déjà menti ?
-Oui ! Y a jamais eu de dragon à dompter dans la baignoire !


Un reproche qu'il veut cinglant mais qui ne parvient qu'à pousser la nounou au bord d'un immense éclat de rire, qu'elle contint tant bien que mal.


-Bon, bon. Mais vous ais-je déjà mentit à ce sujet ?

Il tourne les yeux sur le côté et se caresse le menton pensif. C'est que pour penser il y a de quoi faire dans cette tête de mule ! Le plus étrange avec le petit monstre est sans doute sa mémoire très sélective. Autant il ne peut se souvenir qu'il a un rendez-vous important, autant il se rappelle de la moindre histoire qu'elle ait pu lui conter.

-Non, finit-il par admettre.

S'ensuit alors une seconde de réflexion intense. Depuis qu'il est à sa charge, cette expression est devenu une alarme pour la servante. Elle sait qu'il va se transformer en fusée d'un instant à l'autre ! Elle l'a souvent vu prévoir ainsi les pires imbécillités, comme les plus brillantes idées. Cette fois elle est sûre qu'il n'en ressortira que du bon.

-Je vous laisse vous préparer. Vous mangez avec votre père aujourd'hui.

L'a-t-il seulement écoutée ? Il s'est déjà enfui vers la salle de bain jouxtant sa chambre. Aucun doute qu'il ne soit vite lavé et habillé, et proprement pour une fois ! C'est que sans évènements exceptionnels, il n'est pas vraiment coopératif, ni soucieux de son apparence.
Elle abandonne la pièce, s'estimant tout de même chanceuse de s'occuper de ce petit démon. Il y a bien des places moins enviables que la sienne.


***

-Vous ne pouvez simplement pas faire ça !
-C'est pourtant le jeu du commerce mon ami.
-Je nous croyais associés !
-Oh, mais nous l'étions en effet. Je crois me souvenir de vous avoir fait gagner beaucoup d'argent.
-Mais vous me volez mon unique source de revenus !
-Vous vous méprenez. Je ne vole rien. Je gagne.
-Vous..
-Allons, allons, un homme comme vous saura se relancer sur les rails. Vous avez bien assez pour ça.


La discussion perce facilement les murs de la salle à manger où un enfant attend, aussi patiemment qu'il le peut, que son père vienne prendre place à table. La voix calme de ce dernier semble énerver de plus en plus son interlocuteur, qui finit par quitter la demeure à grands cris. Un homme de plus qui pensait pouvoir faire scandale dans la noble maison Saim'Hann. De pauvres gens qui ont voulus jouer sur le domaine d'un homme qui n'a pas réputation de perdre. Gelester Saim'Hann n'est pas homme à prendre des risques.
L'enfant n'a cependant prêté aucune attention à ce fait divers. Non pas qu'il soit de coutume que le calme de leur luxueuse demeure fut troublé. Loin de là même. La préoccupation du garçon est plutôt une intense concentration pour avoir une attitude ''correcte''. Son père, qui est homme à jouer avec les hautes sphères du pouvoirs, n'a jamais apprécié que l'on fasse de pied de nez au protocole comme aux bonnes manières. Si son fils est exclu de l'un, il n'en doit pas écarter l'autre. Les éclats de colère du maître de maison ont toujours su faire trembler les personnes les plus courageuses. Le petit enfant est, de plus, loin de faire partit de ses dernières.
C'est la peur de déplaire à cet important personnage qui l'empêche de réclamer le repas à grand cris. Cette même peur le faisait se tenir droit et immobile. C'est une image qu'il a apprit à prendre. Une image de l'enfant parfait que tout noble se doit d'avoir.
Finalement un majordome ouvre la porte principale pour laisser passer un homme de grande taille. Une aura d'autorité pénètre aussitôt la pièce. Le regard n'est pourtant pas dur ! Un sourire satisfait étire, même ses fines lèvres. Ses yeux d'un gris-bleu fascinant semblent briller, expression qui atteste de sa bonne humeur. Les cheveux sombres, parcourus de rares reflets argentés, et la peau chocolat tirant sur le foncé, Gelester est un bel homme. Un homme qui attire indéniablement les regards et qui du siens les fait se détourner aussitôt. Le genre d'être arrogant qui sait faire valoir son statut, et que personne n'oserait contredire.


-Excusez mon retard. Ces bougres ne savent pas se présenter de façon décente ! A des heures mal choisies qui plus est !
-Je n'attend que depuis peu.


Mensonge.

-Vous semblez bien heureux. Votre journée se pare-t-elle de belles couleurs ?
-Il ne s'en esquisse que quelques unes, mais elles semblent prometteuses ! Je suis fort impatient que notre ami Léonard ne vienne vous tester !


Un petit sourire se dessine sur le visage du garçon.

-M'honorerez-vous de votre présence père ?
-Il n'est pas dit que je raterais un événement si important !


Une autre porte s'ouvre. Un fin chariot de verre porte les plats jusqu'à la table. Un coureur cuisiné aux bons soins du chef attise déjà les papilles du garçon qui se retient à grande peine de se lécher les babines. Le plat promet de le ravir ! Le serviteur dépose dans son assiette une belle portion accompagnées de divers légumes, qu'il ne prend pas en considération, puis sert le maître de maison avant d'aller se placer dans un coin de la salle, pour se faire oublier. Un homme entre alors, une bouteille de cristal à la main qu'il présente au partiarche.

-Permettez-moi de vous proposer ce vin, mis en bouteille au plateau d'Astariul.
-Est-il digne de célébrer une grande journée ?
-On le sert à la table du seigneur des Marches, monsieur.
-En ce cas, servez.


Le garçon n'en croit pas ses yeux. La journée est-elle si importante aux yeux de son père pour se permettre un tel luxe ? Bien qu'aisée et socialement bien placée, la maison Saim'Hann ne vit pas dans le luxe des rois. La bouteille elle même ne fait que rarement son apparition à table ! Elle a été dessinée il y a...

-Et bien ! Vous ne mangez pas ?

Le garçon ramène ses yeux sur son père. Ce dernier le fixe d'une expression soudain neutre. Trop intense.

-Si bien sûr. Bon appétit père.

Il tend la main pour se saisir de sa fourchette.. Et s’aperçoit qu'il y en a sept autour de son assiette et autant de couteaux.. Pourtant il s'agit d'un repas classique.. Il n'y aura sans doute pas d'autres plats servit.. Alors pourquoi tout ces instruments de réception ?

-Un problème ?

Toujours ces yeux glacials fixés sur lui. Il cherche ceux qu'à prit son père, mais ses mains sont vides, posées sur la table. Il ne lui accordera aucune aide.

-Non.. tout va bien.

Un effort de mémoire..Il a déjà été formé sur les couverts a utiliser pour tel ou tel plat. Il doit sûrement savoir lequel est à prendre.. *-Quel que soit les moments, souviens-toi que le protocole suit toujours un ordre.* La belle voix à raison. Toute chose se fait en ordre ! Le protocole veut que les plats suivent un ordre, et que les couverts suivent le même. Il saisit donc la dernière fourchette. Jamais encore il n'avait eut autant de couverts sur table, mais la viande ne vient-elle pas clore le défilé des plats ?
Un sourire de son père l'invite à se remplir la panse.

Une journée prometteuse en effet.


***

Il y a déjà un certains nombres d'années qui ont alourdi les épaules de l'homme. Il n'en garde pas moins un sourire brillant et un certain maintient. Leonard Cal'Rivel est un des maîtres analystes les plus connus d'Al-Vor. Son statut est d'ailleurs intimement lié à celui des Saim'Hann puisque leurs familles se sont mêlées il y a de cela un certain nombre de générations. Ce sont des choses un peu obscurs dans l'esprit du garçon qui peine à se souvenir du nom de ses propres grand-parents. Il faut dire que sa mémoire est une véritable passoire. Pourtant, il accueil l'homme avec chaleur et renfort de sourires. Pas seulement moyennement âgé, Leonard est aussi très gentil.
Il porte sous le bras une grande boite. Sans doute contient-elle quelque chose de précieux, car il lui apporte un soin extrême.
Gelester l'invite bien entendu à prendre un thé, demandant à son majordome de prendre soin de la mallette avec beaucoup de précaution. Il s'ensuit alors une demi-heure de discussions autour d'une infusion de Merwyn-seul-pouvait-savoir-quelle-plante-affreusement-coûteuse. Les amis de la famille n'ont jamais eut à se plaindre de l'accueil, et ils ne se doutent sûrement pas que les Saim-Hann ne se permettent que rarement un tel luxe.
Ainsi donc, les gens sont toujours nombreux à espérer déceler un don chez leur enfant. Les affaires sont même très bonnes pour Léonard puisqu'il s'est fait engager par une petite famille bourgeoise pour inculquer les bases du dessin à leur enfant.


-Ils l'imaginent déjà Sentinelle ! Alors que le pauvre jeune homme a un Pouvoir ridicule ! Aussi comprit soit-il dans sa Créativité, et sa Volonté, ça ne lui permettra jamais d'atteindre un bien haut niveau. Je serais même étonné que qui que ce soit daigne le prendre à l'Académie d'Al-Jeit, encore moins celle d'Al-Poll vous pensez !

Un éclat de rire prend Gelester alors que le garçon sourit timidement derrière sa tasse.. Et lui.. Tirera-t-il un quelconque éclat de rire à son père s'il venait à être au même niveau que l'autre garçon ?

-En parlant de Sentinelles ! J'ai eu des nouvelles de Selena !

Deux billes noirs étincelantes se fixent sur le Dessinateur, imitées, avec plus de retenues, par le regard glaciale.

-Sera-t-elle disponible ?
-Malheureusement non. Elle a repéré des avancées Raïs importantes...


Une pointe de déception inonde le cœur d'un enfant.

-Mais elle a promit de les ''expédier dans la plus horrible situation que leur faces de porcs illettrés et malodorantes auront jamais pu imaginer de leurs fichues existences'' le plus vite possible.
-Je reconnais bien là mon épouse ! Encore que je te soupçonne d'avoir embelli ses propos !
-Je le confesse. Mais nulle doute que ces bêtes envieront le tranchant des sabres des Frontaliers. Elle avait l'air hors d'elle.
-C'est qu'elle pourrait Dessiner des montagnes pour son fils.


Chaleur et bien être.
Elle viendra. Elle est toujours venue.


***

Il ne sont maintenant que deux, le maître analyste et le garçon. Gelester Saim'Hann avait prit soin de faire préparer une salle où son ami pourrait installer son matériel et procéder en paix. Il montra le contenu de la malle a l'héritier de la famille en lui expliquant le mode opératoire du test.


-Le principe est simple ! Ce petit objet que tu vois là est un scintilleur, c'est lui qui déterminera ta capacité à dessiner. Bien sûr, tu es un trop jeune pour avoir un véritable don, mais il est possible prévoir son évolution. Et tu dois savoir que ton père n'est pas très patient.

Il avait ajouté un clin d’œil moqueur à la fin de sa phrase, tirant un sourire à son petit protégé.


-Le but est d'obtenir trois cercles. Un rouge pour la Volonté, un bleu pur la Créativité et un jaune pour le Pouvoir. Pour dessiner, il faut de ces trois cercles. La puissance du dessinateur dépend de la taille de ces cercles, de leur position et surtout, de leur croisements. Tu comprends ?
-Oui..
-Alors assis-toi, nous allons commencer.


Il obéit sans hésiter, fixant le petit objet cristallin qui pouvait cerner le don des gens. Il espérait de tout cœur que le résultat soit concluant. Après tout, il ne tenait qu'à ça que son père obtint, ou non, satisfaction. Il faut dire que la famille Saim'Hann n'a pas toujours été une famille commerçante. En fait, leur nom était souvent associé à l'empire et l'Empereur dans le lointain passé. Non pas qu'ils partageaient de quelconques liens de sang ! La ligné Saim'Hann eut beau décortiquer jusqu'à ses plus profondes racines, a moins que ce ne soit les plus hautes branches de son arbre généalogique, jamais elle n'eut ne serait-ce qu'un doute à ce sujet. Mais elle pouvait se vanter de comporter des Sentinelles de pères en fils.. Du moins jusqu'à quelques générations.. Certains prétendaient même que les premières Sentinelles comportaient les ancêtres des Saim'Hann, et d'autres allaient jusqu'à supposer que le sang de Merwyn coulait dans leurs veines. Mais c'était une autre époque. En réalité, il n'y a plus de Sentinelle qui soit née Saim'Hann depuis l'arrière-arrière grand père du garçon. Chose qui avait lourdement pesé sur la noble famille. C'est sans doute l'instinct de préservation qui poussa le père de Gelester à développer un sens inné pour le marchandage. Sens qu'il transmit à son fils quand celui-là non plus ne révéla aucun don pour le Dessin. Même ceux qui, jusqu'alors, supposaient poliment que cela pouvait sauter une génération, avaient commencé à croire que le don familial s'était éteint.

Mais ce sang, longtemps respecté, continuant de couler, Gelester avait espoir que le don réapparaisse un jour. Et plus que tout en son fils.

C'est pourquoi il était là, assis devant le scintilleur qui faisait chatoyer des couleurs sous ses yeux émerveillés. Quand enfin les choses semblèrent se fixer, que la lumière disparut, il osa demander.


-Le résultat ?

Un sourire, lui répond.

***

-Ce n'est pas possible ! Il n'y a pas moyen que ça arrive !
-Ne t'emballe pas, Gelester. Il est encore très jeune, je t'avais prévenu que ça pouvait ne pas encore être stabilisé.

-Essaierais-tu de me faire croire que ces cercles pourraient changer du tout au tout en grandissant ? Je n'y connais peut être pas grand chose, mais quand je vois ça je sais ce que ça veut dire !


En disant ça, le grand homme aux yeux foudroyants agitait une feuille sous le nez de son vieil ami qui tentait tant bien que mal de le calmer. Plutôt mal en fait. Il ne pouvait pas tromper cet homme intelligent. En effet, sur la feuille trois cercles de couleurs étaient la source du problème.
D'assez bonne taille, le bleu prenait le centre de la feuille et coupait légèrement le cercle rouge, un peu trop petit. Le tout était plutôt prometteur.. si ce ne fut que le cercle de Pouvoir, ridiculement petit, s'en allait se perdre dans un coin de la feuille. Même à l’œil de l'homme le plus ignorant de Gwendalavir, jamais ces cercles ne changeront assez pour que le garçon atteigne le niveau d'une Sentinelle. Si seulement il venait à être capable de dessiner cela relèverait du miracle.


Léonnard n'avait pu que lancer un faible sourire désolé au regard pleins d'espoir du garçon. Il avait du armer son courage pendant plusieurs minutes avant d'aller exposer le résultat à son ami. Il savait tout de ses attentes et espoirs. Lui même aurait cru le garçon plus disposé que cela au dessin ! Il n'avait pas été surpris de l'imposant cercle bleu, pas plus que par le léger cercle rouge. Bien sûr, même ces deux là n'étaient pas très bien placés. Mais il y avait fort à parier que le cercle rouge grandisse au cours des prochaines années, et même qu'il se rapproche du bleu. C'était le cas pour beaucoup d'hommes, et particulièrement pour les nobles. L'imagination débordante du garçon poussaient à croire que sa Créativité ne baisserait pas de trop. En sommes, c'était prometteur.
Mais le cercle du Pouvoir.. C'est celui qui à le moins tendance à fluctuer avec l'âge...


-Certes, il ne sera sans doute jamais une Sentinelle. Cependant, rien ne l'empêche de suivre tes traces dans le commerce.
-Les Saim'Hann ne sont pas des marchants ! Nous portons le noms de grandes figures du passé ! Chaque recoin de cette bâtisse peut témoigner de leur pouvoir ! Et ce nom, c'est avec honte que je le rabaisse dans ma condition !


La colère lui fait lever la voix, fait rare qui ne soigne aucunement la peur qui inonde ses interlocuteurs. Un pauvre homme qui regrette du plus profond de son âme la malédiction qui pèse sur son ami. Et un garçon qui garde ses yeux sur ses pieds, tremblant au moindre claquement de langue de son père et retenant les larmes qui essaient de fuir son corps.
Il ne pouvait pas les laisser s'échapper, aussi soulageant puissent-elles être. Son père n'aime pas les larmes. Seuls les faibles pleurent.


-Tu sais, l'art du Dessin reste très obscur. Il se peut toujours qu'il nous réserve des surprise..

-Ne te moque pas de moi ! Il n'y a aucune chance pour que mon fils mette un terme à cette fichue malédiction !
-Allons allons. Est-ce ainsi que l'on accueille son épouse mon cher ?


Les trois hommes se retournent surpris vers la voix moqueuse qui pénètre le salon. Une belle dame se tient là sur le pas de la porte. Vêtue d'une robe immaculée se fondant presque avec sa peau de nacre, elle semble être une incarnation divine. Sans doute est-ce le cas, puisque sa petite remarque étouffe la colère, pourtant légendaire, de Gelester.
Elle sourit de toute ses dents en s'avançant gracieusement au centre de la pièce et salut le brave Léonard de deux bises légères sur ses joues qui n'en restent pas moins rougies, avant de serrer son petit dans ses tendres bras.


-Sale garnement, qu'as-tu encore fait à ton pauvre père pour qu'il finisse dans cet état ? Ne me dis pas que tu embêtes encore le chat de la voisine !


Son ton était léger et chargé d'humour, bien loin de la froideur de son mari. Le garçon, qui s'est joyeusement pendu à son cou et réfugié contre elle, s'empresse de répondre par la négative, assurant le chat tranquille et loin du puits. Il a bien compris aux cris de la voisine qu'apprendre à nager à un chat n'est pas une bonne idée. Pourtant, malgré la chaleureuse présence de sa mère, il n'ose pas parler du résultat de son test. Il craint par trop de réveiller la colère de son père, mais celui-ci s'occupe de répondre à la dame, redevenu maître de ses émotions.

-Non ma chère, il s'est fort bien comporté toute la journée. C'est cela qui m'a insufflé quelque mécontentement.
-Mécontentement ?


Il n'y a bien qu'elle qui s'ose ainsi à provoquer le noble et le pousser devant ses erreurs, mais elle lâche néanmoins son fils pour observer avec curiosité la feuille qu'elle devine être le test de son enfant. Elle la parcourt vivement de ses beaux yeux sombre, comme ceux de son fils, et la lui retourne avec un regard interrogateur. Elle a bien conscience que son fils n'a aucun don pour le
Dessin, mais elle n'y trouve pas matière à s'énerver. Son brave mari, si craint et réputé dans le commerce, n'est-il pas la preuve que le Dessin ne fait pas tout ? Son fils à toujours un bel avenir devant lui, quoi qu’ai pu représenter auparavant le nom qu'il porte.


-J'aurais espéré qu'il tienne un peu plus de vous..


La confession de son mari tire un large sourire à la dame qui se jette dans ses bras sans autre forme de cérémonie. Même avec tout les efforts du monde, le grand Gelester Saim-Hann ne peut rester impassible. La joie étire son visage tandis que leur étreinte se mue en baiser passionné...

__________________________________________


Signatures:
 


Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un éclat de lune, perdu dans le monde.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La place d'Haïti dans le monde
» Un peu d'humour dans ce monde de brute
» Les multinationales dans le monde
» Elliot Carver ◄► Y’a déjà assez de conneries dans le monde pour que j’en rajoute
» Solution pour lutter contre la faim dans le monde.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: Entre nous :: Registres pour personnages :: Biographies-
Sauter vers: