AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Massacrons-nous dans la taverne ! [PV Tsu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Syndrell Ellasian
Admin


Nombre de messages : 4358
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Massacrons-nous dans la taverne ! [PV Tsu]   Lun 18 Avr 2016, 08:09

[VOILA, tu l'as bien cherché !!!]


Syndrell émergea de nouveau du sommeil, mais cette fois sans savoir ce qui l’avait réveillée. Elle avait le choix entre : les lèvres de Tsukia, ses mains baladeuses ou le drôle de « boing y boing y » qu’elle était en train de marmonner pour feindre de dormir à moitié. Les trois en même temps, probablement…

Le corps de la marchombre réagit très brusquement à la caresse des mains de Tsukia sur sa poitrine. Ce fut comme un coup puissant dans le bas-ventre, une onde de choc qui se répercuta dans ses os, ses muscles, ses veines, sa peau, mordit dans son cœur et… lui lapa affectueusement le nez ? Oui, ça c’était du Tsukia. Dans tous les contrastes qui faisaient son étonnante personnalité.

Son souffle s’accéléra. Elle parvenait encore à réfléchir – lentement et de façon complètement bancale, certes – mais tout de même ; elle avait encore la possibilité de tout arrêter.

Mais pourquoi tout arrêter ?

Elle éclata de rire, cascade joyeuse qui résonna dans la chambre, avant de plaquer ses lèvres sur celles de Tsukia pour la faire taire. Qu’elle ne lui fasse pas croire qu’elle était encore sous l’emprise de l’alcool, cette fois. C’était bien pour s’amuser, pour briller au Zui Quan, pour s’évader de prison mais pour… ça, il fallait avoir les idées claires.

Syndrell avait-elle encore les idées claires lorsqu’elle renversa Tsukia sur le dos sans cesser de l’embrasser ? Et lorsqu’elle attrapa ses poignets dans une seule main pour lui étendre les bras au-dessus de la tête ? Quand elle laissa sa main libre glisser sur sa poitrine, le long de son ventre, entre ses cuisses ?

Au fond, peu importe si la réponse était oui ou non.
Peu importe si elle n’était pas sensée se laisser aller de la sorte.
Et peu importe si se laisser aller de la sorte, c’était commettre une petite folie.

Elle était libre.
Et elle avait toujours eu un faible pour la vanille.







*






… so 1, 2, 3, take my hand and come with me
Because you look so fine
And I really wanna make you mine


I say you look so fine
That I really wanna make you mine





Sauvages, insatiables, indomptables, et c’est le soleil
qui les trouva
Mais ses rayons n’étaient pas aussi audacieux
Qu’elles…




Big black boots
Long brown hair
She’s so sweet
With her get back stare


Well I could see
You home with me
That you were with an other man, yeah !
I know we
Ain’t got much to say
Before I let you get away, yeah !
I said, are you gonna be my girl ?





Les oreillers, les draps, tout s’en va.
C’est intense, c’est sans aucun sens et
sens dessus-dessous
Et aussi déluré qu’une nuit passée
à boire et à s’entraîner
Oui, aussi fou




Oh yeah. O yeah. C’mon !
I could see
You home with me
That you were with an other man, yeah !
I know we
Ain’t got much to say
Before I let you get away, yeah !


Uh, be my girl
Be my girl
Are you gonna be my girl ?
Yeah…







*






- Yeah…

Essoufflée, ébahie, Syndrell essayait de remettre de l’ordre dans l’incommensurable désordre qui régnait dans son cerveau. Difficile à faire quand son cœur battait encore la chamade, juste contre celui de Tsukia qui n’était pas mieux. Encore plus difficile à faire quand des images tourbillonnaient en vrac dans sa mémoire. Des images qui auraient fait rougir le plus dévergondé des batifoleurs de l’empire. Et qui auraient provoqué une rupture d’anévrisme chez Ciel.

Quand suffisamment de neurones se furent reconnectés, Syndrell réalisa qu’elle n’était plus dans son lit. Celui-ci n’était plus contre le mur. Il avant bougé. Elles, elles étaient à même le sol dans un univers de draps et de… plumes. Il y en avait partout. Les oreillers n’avaient pas survécu à cette aventure. Quelques livres et bibelots jonchaient également le sol, témoins de l’intensité de la tempête qui venait de tout emporter. Tout ! Absolument tout.

Sauf le sourire de Syndrell.

Elle remua vaguement, coincée sous le corps alangui de Tsukia. Ouvrit les yeux dans la lumière du jour et parvint à lever un bras étrangement lourd comme du plomb pour venir perdre ses doigts dans une masse de cheveux noirs parsemés de plumes blanches.


- Hééé… t’es vivante ?



Are you gonna be my girl ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 224
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: Massacrons-nous dans la taverne ! [PV Tsu]   Lun 18 Avr 2016, 22:31

Une tempête.

Non, un ouragan.

Une apocalypse.

Puis un big bang.

Tout ça de suite, elle me fait voir des étoiles, l'univers, tout le reste...

Je ne savais même pas que ça pouvait être aussi intense que ça. Je me sens vidé, morte...

Mais incroyablement vivante. Plus vivante que jamais... Mais quand elle me demande si je suis en vie, je trouve seulement la force de tourner la tête pour lui déposer un baiser sur le bout du museau...

Tout en me disant que si Ciel nous voyaient là, il aurait toute une réaction, hein. Mais moi je suis bien là... Je soulève mollement un bras en roulant un peu sur le côté pour attraper une couette bleue en la roulant autour de mon doigt pour chatouiller les narines de mon amie.

Ce Erwan et cette kanaaehanedsad je sais plus quoi, ils étaient pas bien et m'avait laissez sur ma faim, mais Syndrell, elle, c'était... C'est... Wow. Juste wow.

Je tourne la tête vers elle, ses yeux et ses cheveux m’envoûtes, vraiment, c'est fou. Je suis folle.

Je suis folle? Bah okay, j'aime bien être folle, particulièrement si c'est ça qui m'a amené à tout ça. Ma vie, c'est la plus belle du monde! J'ai la fille la plus jolie du monde à mes côtés une fille superbe à mes côtés, je suis marchombre, elle aussi, elle est intéressé par le Zui Quan...

C'est merveilleux. Juste merveilleux.


Je ne me suis jamais sentie plus vivante...

Ma voix est un peu rauque, parce que quand même, il n'y a pas cinq minutes, y'avait de ces gémissements qui sortaient de là, et plus silencieuse que je le voudrais, mais mon coeur fait encore son hamster dans sa roue, à s’énerver. Ça me prend un moment pour la ralentir, la petite bête, parce que ces yeux qui me regardent, ce corps que je sais à mes côtés et les images qui éclatent dans mon cerveau n'aident pas.

Du coup je capte notre environnement... On a fait tout un bordel, quand même... C'est du grand art, de foutre la pagaille à ce point.

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4358
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Massacrons-nous dans la taverne ! [PV Tsu]   Mar 19 Avr 2016, 07:40

[Court, mais j'avais envie de répondre ce matin. Nah Razz]



- Je ne me suis jamais sentie plus vivante…

Syndrell eut un petit sourire épuisé. Pas besoin de lui demander d’expliciter, elle comprenait. C’était ça le plus étrange, au fond : qu’elle comprenne aussi bien Tsukia alors qu’en ce qui la concernait, c’était une nouvelle expérience. Une très jolie nouvelle expérience. En deux nuits, elle avait appris davantage qu’en deux mois !

C’était ce qui la faisait vibrer de bonheur alors qu’elles étaient toutes les deux affalées sur le sol de la chambre, emmêlées dans les draps et les oreillers déchirés. Cette sensation de nouveauté, de liberté, cette chance énorme d’avoir rencontré une personne de la trempe de Tsukia, découvert le Zui Quan et puis maintenant ça…

Elle sentait le cœur de la jeune fille danser contre le sien. C’était amusant. On aurait dit celui d’un petit oisillon affolé. D’un petit écureuil plutôt, repu et alangui après une partie de jeu pour le moins épique. Syndrell tourna la tête à son tour pour évaluer les dégâts. Elles n’y étaient pas allées de main morte, c’était sûr… Ciel allait encore s’énerver.

Moins pour la cause de ce remue-ménage que pour ses conséquences. Elle savait que le dessinateur ne portait pas vraiment Dolce dans son cœur. Elle savait aussi qu’il la respectait bien trop pour oser ne serait-ce qu’envisager de lui souffler une direction à prendre. Mais s’agissait-il vraiment de direction, au fond ?

Elle aimait Dolce. Tout simplement. Il ne lui avait pas coupé les ailes et si elle s’envolait chaque fois un petit peu plus loin désormais, ils savaient l’un et l’autre qu’elle reviendrait toujours. Mais elle ne voyait pas de raison à se sentir coupable de ce qu’elle venait de vivre avec Tsukia, parce que cela n’avait rien à avoir ; cette fille, allongée sur elle de tout son poids, était un rayon de lune venu éclairer deux nuits formidables.

On ne compare pas la lune et le soleil.
On se contente de les admirer et de les aimer quand ils se laissent approcher.


- Nom d’une chiure de mouche, je suis face à un cruel dilemme, là, soupira Syndrell.

Petite pause dramatique, histoire d’éveiller la curiosité de Tsukia. Puis un sourire navré se dessina sur les lèvres de la marchombre.

- Je suis affamée mais je n’ai pas la force de bouger ! Je crois bien que je suis condamnée à mourir de faim… Mmh, dans les bras d’une jolie fille, on peut considérer qu’il y a pire.

Elle rit, et son ventre se mit à grogner. Il ne voyait pas ce qui pouvait être pire, lui. Syndrell remua vaguement. Ses muscles étaient engourdis, elle avait l’impression de peser une tonne et n’avait absolument aucune envie de s’éloigner de la chaleur de Tsukia. C’était bel et bien un dilemme. Finalement, elle attrapa une poignée de plumes et les fit tomber sur le visage de son amie.

- De la neige. J’aime bien la neige. J’aime bien la vanille, aussi.

Elle pressa ses lèvres contre celles de la jeune fille parce que c’était vrai. Plus tard, alors qu’elle mangeait une orange, perchée sur le comptoir de la cuisine, Syndrell eut une idée. Elle regarda Tsukia.

- Je passe plutôt régulièrement à l’Académie en ce moment, ne serait-ce que pour garder un œil sur mon élève, dit-elle en songeant à Darwen. On s’y verra forcément. Tu crois que tu pourrais continuer à m’entraîner là-bas ?

Maîtriser un art aussi étonnant que le Zui Quan était un défi qu’elle se savait capable de relever. Elle avait envie de savoir bouger comme Tsukia, de pouvoir surprendre son monde comme la jeune fille dans l’auberge, d’élargir le champ de ses possibles. D’apprendre, tout simplement.

Et de revoir Tsukia.

Qui se débattait avec son orange. Amusée, Syndrell coupa un petit quartier de la sienne et le glissa entre les lèvres de son amie.


__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 224
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: Massacrons-nous dans la taverne ! [PV Tsu]   Mar 19 Avr 2016, 16:17

HRP:
 

Satanée orange née d'un couple de bananes! Oui voilà! T'es une orange adopté! Je voulais pas te le dire avant de te manger, mais tu l'as chercher! Mais ouvre toi, enflu--

Nom. Enflunom. Parce que Syndrell vient de me glisser un bout d'orange entre les lèvres... Bon, faudrait que je réponde à sa question, hein? Mais du coup il me faudrait un endroit où je pourrais installer la ''roue du maître'', les cercles, pour de bon, question qu'on ne perde pas de temps à les refaire à chaque fois... Je sais que ma famille, à la citadelle, a une salle avec un plancher de marbre et la dite roue sur celui-ci, mais je doute que je puisse avoir un tel endroit à l'académie.

Il me faudrait un endroit ou installer des cordes dans le sol, par exemple, pour en faire une improvisée, mais accessible. Comme ça, en plus, si elle veut y avoir accès à un autre moment, elle pourra toujours aller là...


Je crois que oui, je devrais trouver un endroit pour installer nos cercles, mais ça ne devrait pas être trop dur non plus.

Entre deux cours de Lib--


J'éclate de rire en relevant la tête... Parce qu'elle vient de se faire arroser le nez en grand par un quartier d'orange. Pour me moquer un peu je m'approche et lui lèche rapidement le bout du nez avant de faire semblant de goûter.

Hmm... Mouais, quatre étoiles, l'orange utilisée était trop amer pour le sucré en fond.

Une petite grimace joueuse du bout de la langue sort de mes lèvres... C'est permis de la marier? Parce que l'adopter ce serais pas moral et blabla avec ce qu'on viens de faire mais...

En même temps je la considérait comme une soeur, que je disais et... Et rien du tout, zout, zoup, zouk, on s'en fou. Au fond c'est juste bien, comme ça, avec ma loutre d'amie, non?

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4358
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Massacrons-nous dans la taverne ! [PV Tsu]   Jeu 21 Avr 2016, 20:12

Libertée ?

A l’évocation de la marchombre, Syndrell s’illumina. Elle ne la connaissait que très peu pour l’avoir croisée à l’occasion de l’Ahn-Ju mais, pour ce qu’elle avait pu en voir, cette femme lui plaisait. Elle avait le même regard que Miss : plein de douceur et de malice… Syndrell ouvrit la bouche pour poser une question à son sujet, mais un jet de jus d’orange en pleine figure la coupa dans son élan et elle lui fit fermer les yeux dans un réflexe.

Une langue titilla le bout de son nez.
Espiègle petite marchombre… Syndrell ne résista pas à l’envie de lui rendre la pareille. A peine la jeune fille eut-elle achevé sa boutade qu’elle l’attrapa par la nuque pour écraser ses lèvres sur les siennes. Mais elle l’embrassa doucement, savourant cette note de vanille et d’orange jusqu’à manquer de souffle.


- Je pourrais peut-être t’apprendre un ou deux trucs, moi aussi, dit-elle en se noyant dans l’encre de son regard.

Ce qu’elle avait appris auprès de Syles et de Dil’Duran… Ce qu’elle connaissait depuis qu’elle côtoyait Dolce, et même ce qui lui restait d’Owen… Une combinaison de styles qui pouvaient plaire à Tsukia. Elle avait ce côté audacieux, téméraire, presque suicidaire qu’elle retrouvait chez les Envoleurs et qui pourrait se marier à quelques mouvements de Zui Quan.

Tout naturellement, le cheminement de ses pensées la conduisit vers Dolce. Cette fois-ci, elle fut troublée de songer à lui alors qu’entre ses bras Tsukia lui faisait un effet considérable. Pendant un instant, des sentiments contradictoires se disputèrent en elle, assourdissants, éblouissants, jusqu’à ce qu’elle les souffle par un monumental effort de volonté : pas question de gâcher ce moment en se faisant des nœuds dans la tête !

Poussant Tsukia contre le comptoir, Syndrell finit même pas fermer son cerveau à double tour. Elle ne voulait pas réfléchir, elle voulait ressentir. Et ce qu’elle ressentit dans cette cuisine, ce fut tout simplement… renversant.




*




En nage, agrippée aux épaules de Tsukia, Syndrell tremblait de tous ses membres. Elle entendit à peine la porte d’entrée claquer tant elle était… sonnée. Son orgasme n’était pas encore éteint, elle songeait déjà à se plonger dans la quête du suivant lorsqu’une exclamation – non, un glapissement, plutôt – la tira de sa douce torpeur. Elle se retourna et son regard encore vitreux rencontra celui, ahuri, de Ciel.

Nom d’une chiure de mouche qui couche.

Avant même que Syndrell ait eu le temps de dire ou faire quoi que ce soit, il avait déjà disparu. Pouf ! Plus de Ciel, qu’un pas sur le côté avant emporté la Dame savait où… Pauvre Ciel ! Il venait d’assister à la plus torride des scènes qui pouvait exister dans sa propre cuisine. Syndrell s’empourpra et pressa son visage contre l’épaule de Tsukia.

- Gnnnh, c’est un petit peu gênant, avoua-t-elle avant d’éclater d’un rire un peu gêné, justement.

Il faudrait probablement qu’elle s’excuse, mais imaginer un Ciel cramoisi comme une tomate, sans doute au Dôme, entouré d’une foule d’élèves curieux de connaître la raison de ce revirement de couleur… Elle rit encore.

C’était affreusement drôle !


__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 224
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: Massacrons-nous dans la taverne ! [PV Tsu]   Sam 23 Avr 2016, 18:29

Plaisir, tornade de sensation, Ciel, vague de--

Ciel?

Ah ben tient, ouaip, il viens d'entrer et de refaire poof... Et ma loutre d'amie me dit que c'est gênant... Je lui relève le menton d'une main pour la fixer dans ses disques dorés.


Je sais pas, si j'était pas avec la fille la plus merveilleuse de l'empire, peut-être...

Je l'embrasse sur ces sages paroles. Okay, il nous a vus... Et alors, moi je m'en fou hein, il voulait pas nous rejoindre, sinon il serait pas poof. Je la sert contre moi, dans mes bas, en respirant son odeur, c'est fou ce qu'elle est addictive, cette odeur, ce corps, cette fille...

Et je ferais bien une overdose, moi.


~~~

Nous étions rhabiller, à table devant le dîner, un genre de spaghetti improvisé par mes soins avec ce que j'avais trouvé dans la cuisine de Ciel, Ciel qui ne s'était pas repointer depuis son pas sur le côté, il n'avait quand même pas si peur de retomber sur deux jolies filles nues dans sa cuisine, si?

Certains auraient sauter sur l'occasion, après tout, mais bon.

Le bruit de la porte s'entrouvrant m'apporta un sourire, allait-il vraiment demander la permission d'entrer dans sa propre maison? Parce que ça aurait été vachement marrant, quand même!

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4358
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 28 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Massacrons-nous dans la taverne ! [PV Tsu]   Sam 23 Avr 2016, 19:33

Syndrell entortillait ses spaghettis autour de sa fourchette, pensive. Ces deux derniers jours avaient été tellement rapides et si mouvementés qu’elle aurait douté de leur existence si seulement Tsukia n’était pas assise en face d’elle. C’était elle qui avait cuisiné le repas, trouvant un nouveau moyen d’épater la marchombre. Comme si elle avait encore besoin de le faire…

Le bruit de la porte la tira de ses pensées et elle leva machinalement les yeux vers l’entrée de la cuisine, s’attendant à voir Ciel. Mais il n’y avait personne. Elle fronça les sourcils et s’apprêtait à se lever pour aller jeter un œil lorsque la voix du dessinateur s’éleva depuis le couloir :


- Vous êtes habillées ?
- Drôle de question ! Tu t’attends à quoi, exactement ?
ne put s’empêcher de demander Syndrell, moqueuse.

Le visage de Ciel apparut. Il avait les joues légèrement roses mais il était essoufflé comme s’il avait couru. Il fusilla aussitôt Syndrell du regard.


- Te la joue pas vacharde, surtout après…
- … après ?
- Après ce que vous avez fait. Dans ma cuisine. Sur mon comptoir.


Le rose vira au rouge.

- Je suis désolée que tu nous ais trouvées comme ça… dans ta cuisine et sur ton comptoir. Tu avais oublié quelque chose ?

Il hocha la tête et son regard glissa vers les assiettes de pâtes. Syndrell désigna la casserole dans un sourire.

- Si tu en veux, sers-toi et rejoins-nous.
- Je ne veux pas vous déranger…
- Prof ?
- Oui ?
- Ose croire encore que tu me déranges et je te dévoilerai en détail toutes les pièces où nous avons fait… ce que tu as vu.


Il n’osa plus prendre la parole du tout après ça.




*




La nuit était tombée plus vite que prévu. Ou bien alors Syndrell n’avait pas vu le temps passer… Ciel fut le premier à monter se coucher. Ce qu’il avait vécu… ce qu’il avait vu… l’avait épuisé aussi bien qu’un réel traumatisme crânien ! Amusée à cette idée, Syndrell proposa à Tsukia de rester encore une nuit.

Elle ne retira pas ses sous-vêtements lorsqu’elle se glissa dans le lit, et se contenta de se blottir contre la jeune fille ; elle était fourbue, épuisée. Besoin de dormir. C’était bien aussi. Elle s’assoupit en quelques minutes, bercée par la respiration lente et apaisée de Tsukia. Mais son sommeil fut agité et elle remua pas mal, sans parvenir à se réveiller complètement. Elle se débattit dans des rêves qui frôlaient le cauchemar sans en devenir vraiment.


- Dolce… marmonna-t-elle en se retournant.





*




C’est un rai de lumière qui lui fit ouvrir les yeux. Il était encore trop tôt pour qu’il s’agisse du soleil, et Syndrell observa un instant la lune qui brillait derrière la fenêtre entrouverte. Elle n’avait pas dû dormir bien longtemps. Tournant la tête, elle eut un sourire en découvrant Tsukia, allongée en travers du lit : elle prenait toute la place et avait cet air bienheureux qui lui allait si bien.

La marchombre aux cheveux bleus se coula hors des draps et se leva. Inutile de se leurrer, elle savait qu’elle ne parviendrait plus à fermer l’œil, désormais. Lui restait alors deux options. La première, réveiller Tsukia de quelques coups de langue audacieux. C’était terriblement tentant, surtout devant ce corps alangui qui sommeillait dans son lit…

Syndrell choisit pourtant la deuxième option.




*




Ciel ne dormait pas, lui non plus.
Outre les images particulièrement affolantes qui lui traversaient l’esprit, il ne pouvait s’empêcher de réfléchir, de retourner la question, de se poser des questions.

Il avait bien compris, dès l’instant où Syndrell et Tsukia s’étaient placées dos à dos dans cette taverne, que quelque chose de fort, un de ces courants magnétiques dont on ignore la portée et les limites, était né entre elles. C’était comme ça, il n’y pouvait rien.

Ce n’était pas une mauvaise chose, au fond. Il avait toujours su que Syndrell n’était pas ordinaire. Avancer à contre-courant était son passe-temps favoris, c’est bien pour ça qu’elle était sa meilleure amie.

Il se fichait pas mal de savoir avec qui elle couchait, pourvu qu’on ne lui fasse pas de mal – il n’était pas violent mais il avait déjà prouvé qu’il pouvait l’être si jamais on osait toucher un cheveu bleu de sa marchombre – et pourvu qu’elle ne fasse pas de bêtise. Tsukia était-elle une bêtise ?

Un aimant à bêtises, oui, c’était certain. Déjà parce que l’alcool. Ensuite parce que la bagarre. Enfin parce que le sexe. Ciel n’était pas certain que la combinaison soit tout à fait la bonne. Enfin, elle n’était pas méchante, hein, cette petite ; un peu trop déjantée sur les bords, mais elle lui rappelait tellement Zephir qu’il finissait par l’apprécier réellement.

Il se demandait juste si Syndrell avait pensé à Dolce.
Parce que oui, il avait toujours eu du mal avec ce type, mais il n’avait jamais vu quelqu’un aimer une personne aussi fort que Dolce aimait Syndrell. Ça crevait les yeux. Et il avait cru, en voyant Syndrell revenir de chez lui rayonnante, qu’ils avaient enfin trouvé leur équilibre, tout les deux… Il avait sans doute raté un épisode, peut-être même deux ou trois. Syndrell était bien trop difficile à suivre.

Elle le lui prouva en passant par la fenêtre de sa chambre. Comme elle était située à droite de la sienne, Ciel reconnut le grincement léger du battant. Il se leva et tira son rideau juste à temps pour voir une silhouette glisser le long de la gouttière. Elle avait rabattu sa capuche sur son visage, mais des mèches bleues s’échappaient du vêtement. Voilà, elle s’en allait, encore. Au beau milieu de la nuit et sans un au revoir…

… si. Elle avait senti son regard, ou bien deviné qu’il était là, derrière le carreau de sa fenêtre, et elle se retourna pour lui adresser un petit signe de la main. Il le lui rendit dans un sourire, mais déjà Syndrell avait disparu dans les ombres. Petit feu follet à jamais indomptable. Ciel soupira et appuya son front contre la vitre.


- A bientôt, murmura-t-il. J’espère que tu sais ce que tu fais, ma Syndrell…




*




Vagabond galopait à bride abattue dans la nuit. Couchée sur son encolure, Syndrell sentit son cœur battre la chamade. Elle s’autorisa un dernier coup d’œil par-dessus son épaule, en direction d’Al-Chen, avant de regarder droit devant elle.

Un sourire accroché aux lèvres.





[Voilà, je m'arrête là ! Very Happy C'était inattendu, épique, pétillant, amusant, mignon, carrément fandard, instructif, enivrant, et je pourrai encore disserter longuement dessus mais je vais me contenter d'une léchouille (je laisse Tsu choisir où ), comme ça on passera encore plus vite à la suite ! Boing boing ! ]

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…


[Absente du 18/07 au 24/07]
Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukia Til'Werin
Groupe Furdh
avatar

Nombre de messages : 224
Citation : ''I'm the kind that your mamma and your daddy were afraid you'd turn out to be like''
Date d'inscription : 22/02/2016

Feuille de personnage
Age: 18
Greffe: Non
Signe particulier: Oeil droit bleu, l'autre noir. Utilise le Zui Quan, un art martial utilisant les mouvements imprévisibles d'un saoul comme base.

MessageSujet: Re: Massacrons-nous dans la taverne ! [PV Tsu]   Sam 23 Avr 2016, 20:15

Dormir? Oui, je sais c'est quoi... Mais ce soir, j'ai autre choses en tête. Malgré mon attitude normale, malgré la chaleur de mon amie dans mon dos, je ne réussis pas à m'empêcher de penser.

Le murmure endormit de Syndrell me tire un léger soupir supplémentaire. Je ne connais pas ce ''Dolce'' mais je devine que sa nuit n'est pas exactement vide, à elle non plus.

Je ferme les yeux malgré tout après un dernier regard à la lune, par la fenêtre, un visage sous les yeux et un nom sur la langue.


~~~

Elle sort par la fenêtre, je l'entends, mais je ne bouge pas, continue de ''dormir''... Quand elle est partie pour de bon, j'ouvre les yeux en fixant le plafond.

Moi qui croyait me sauver de cette façon exactement, je me dis que finalement je vais utiliser la porte... Me levant, j'enfile mes affaires sans faire de bruit, prend mon sac et sort de la chambre. En passant devant la porte juste à côté, elle s'ouvre légèrement et Ciel reste là un instant, semblant surpris de me voir partir, moi aussi.

Un sourire sur les lèvres, beaucoup plus sincère et moins taquin que celui que j'arbore normalement, je lui colle mes lèvres sur la joue avant de murmurer une phrase.


Merci pour l'hospitalité et désoler de tout le dérangement...

Sans plus attendre, je reprend mon chemin, m'arrêtant un instant devant la porte une fois dehors pour observer la lune, ronde comme une horloge, le temps de me demander où il est, en cette nuit, et de m'en aller, un air de musique en tête et quelque lignes poétiques superposer dessus.

C’est le clair de lune qui me fais pleurer,
Il est minuit, je ne sais pas où tu es.

Tellement perdue, je ne sais plus quoi faire...

Mon cœur est fragile comme du verre.

HRP:
 

__________________________________________



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Massacrons-nous dans la taverne ! [PV Tsu]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Massacrons-nous dans la taverne (pv Kealey) - Abandonné
» [ a trasher ] Prom'nons nous dans le bois...
» Repos bien mérité dans une taverne.
» [Défi] Promenons nous dans les bois
» Promenons-nous dans les bois. [Emeric]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Al-Chen-
Sauter vers: