AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Tréfonds d'ombres... [ Libre ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Erwan Narcos
Admin
avatar

Nombre de messages : 3450
Citation : L'amour c'est l'Harmonie des sentiments
Date d'inscription : 18/10/2008

Feuille de personnage
Age: 35 ans
Greffe: Lames dans le prolongement du cubitus et du radius
Signe particulier: Se tranforme en jaguar ; A une fille avec Miss : Yllena

MessageSujet: Tréfonds d'ombres... [ Libre ]    Mar 28 Mai 2013, 15:01

Il ferme les yeux.
Ses doigts se serrent autour du verre, qu’il porte d’un geste rapide, fluide, jusqu’à ses lèvres, et il boit rapidement le liquide ambré et délicieusement fort qui s’y trouve.
Son bras se relâche brusquement, le verre tinte contre le comptoir.
Il ferme les yeux à nouveau.
Ses sourcils se froncent, ses lèvres se pincent, ses doigts se serrent.
Si fort, que le verre explose dans la paume de sa main. Des entailles lui barrent les chairs tendres de sa paume, mais il n’y prête pas attention.


- Hé ! Fais attention !

Le tavernier lui lance un regard furibond, et pourtant quand il croise son regard cobalt il ne peut s’empêcher de faire un pas en arrière, complètement paniqué. Un regard vide, éteint, et dont la tristesse et la souffrance sont insondables.

L’homme hausse des épaules, et ouvre sa main.
Les derniers éclats de verre tombent sur le bois patiné par l’usage, et il en retire un dernier de sa chair, avant de se lever brusquement.

Il ne sait pas.
Il ne sait plus.

Un film en noir et blanc se déroule devant lui. Autour de lui.
Un film sans couleur et sans son. Aucune voix.
Plus rien.

Il plisse légèrement les paupières, sans parvenir à revenir à la réalité.
Dans son esprit, deux yeux d’un violet améthyste dansent, et pourtant il ne les voit pas. Il aimerait les voir, les faire passer au premier plan, sans y parvenir.
Une complainte douloureuse vibre sur ses lèvres.
« Miss…

Il pensait qu’elle comprendrait. Ou peut-être essaierait de comprendre. Mais cela restait Miss, imprévisible, même en la connaissant. Il aurait pu s’attendre à tout, sauf à cette froideur, glaciosité, cette détermination inébranlable. La moue de ses lèvres, la fureur dans son regard, avaient peu à peu remplacé la tendresse.
Plongeant son visage dans ses mains, il tira sur la peau de ses traits pour tenter de se remettre les idées en place. Peine perdue. De larges cernes d’un violet soutenu, mélangé à du jaune, barraient ses joues et ses pommettes hautes, soulignant encore plus son regard trop clair et la blancheur de ses cheveux.

Il avait l’air d’un vieillard.
Peut-être en était-il un après tout.
Comme s’il avait vécu mille ans, et pourtant il avait l’impression de tout juste rentrer dans la vie.
Ne se rendant même pas compte que ses pieds bougeaient tous seuls, il finit par atterrir dans une sorte de parc à la pelouse d’un vert soutenu, et grasse. S’affalant sur le sol plutôt que s’asseyant, il appuya son dos, entre ses deux omoplates, contre le tronc de l’unique arbre, et ferma les yeux en ramenant ses jambes contre son torse, les entourant de ses bras, le menton caché sous les genoux.

Au fond de lui, même le jaguar couinait.
Il n’y avait plus rien à faire..

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4336
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Tréfonds d'ombres... [ Libre ]    Jeu 30 Mai 2013, 12:59

Une sonnerie martelant les secondes tira péniblement Syndrell du sommeil. Elle grogna en tentant de saisir les derniers lambeaux de rêve qui lui échappaient, se retourna dans sa couche et fut surprise de sentir la douceur satinée des draps plutôt que la caresse de l’herbe sous ses doigts. C’est ce qui lui fit ouvrir les yeux.

Le temps de papillonner des paupières pour accommoder sa vue, elle se redressa dans l’immense lit et passa la main dans ses courts cheveux bleus. Encore quelques secondes de flou, et la jeune femme reconnut enfin la chambre de Ciel. Ce dernier la lui cédait toujours, refusant catégoriquement de la laisser dormir sur le canapé du salon ; elle insistait uniquement pour le voir arborer cette mine butée qui la faisait rire, puis elle s’avouait vaincue.

Il fallait être fou pour ne pas avoir envie de dormir dans une chambre comme celle-là. Spacieuse, lumineuse, elle était meublée avec goût et chaque détail reflétait une des nombreuses facettes du caractère si particulier du Dessinateur : ici, une série de livres soigneusement triés par ordre alphabétique rappelait son souci de rigueur ; là, un petit bureau en bois de rougeoyeur supportait blocs de feuilles blanches et crayons impeccablement taillés, écho parfait de l’âme d’artiste qui animait son ami.

Les yeux encore brillants de sommeil de la marchombre glissèrent vers la table de chevet. Ciel lui avait laissé un mot, papier méticuleusement plié et posé contre le pied d’une lampe à la forme curieuse. Etouffant un bâillement, Syndrell l’ouvrit.


Parti travailler. Petit-déjeuner dans la cuisine. A ce soir.


Une rose blanche signait ces quelques mots et dessina un sourire sur les lèvres de la jeune femme ; Ciel avait le pouvoir de faire d’un message succinct une preuve d’affection qui allait droit au cœur ! Reposant le papier, Syndrell s’étira comme un chat bienheureux et soupira d’aise ; il lui avait fallu du temps, mais elle avait fini par apprécier d’être à ce point gâtée par son ami.

La marchombre se coula hors des draps aux nuances irisées, bouda la robe de chambre que Ciel s’évertuait à placer sur une chaise à son attention et, dans le plus simple appareil du monde, gagna la cuisine. Une quantité impressionnante de pâtisseries l’attendait sur la table ; ici, les petits-déjeuners étaient toujours pantagruesques… Syndrell chipa quelques morceaux de brioche moelleuse et parfumée et but un verre de jus d’orange avant de se mettre en quête de ses vêtements.

Elle les trouva en train de sécher sur le dossier d’une chaise et émit un claquement de langue exaspéré ; parfois, Ciel en faisait un peu trop… Qu’à cela ne tienne ! La jeune femme retourna dans la chambre et ouvrit l’imposante armoire pour fouiller dans les vêtements du Dessinateur. Elle finit par dénicher une chemise dont elle noua les pans au-dessus de son nombril, enfila le short qu’elle avait emmené dans ses affaires et quitta la maison de Ciel pour être immédiatement happée par la foule de passants qui grouillait dans la rue.

Syndrell traversa le quartier au pas de course, louvoyant souplement entre les gens, ses cheveux attirant toujours autant de regards curieux ; elle les sentait mais n’y prêtait plus aucune attention désormais. Sa foulée l’entraîna à l’écart du centre d’Al-Chen, dans un parc qui garantissait paix et tranquillité à sa course matinale. Les sentiers s’entremêlaient sous l’épais feuillage des platanes, offrant une fraîcheur agréable ; fidèle à son caractère libre et sauvage, la jeune femme quitta aussitôt la piste pour courir dans l’herbe verte et grasse, encore humide de la rosée du matin.

Elle croisa quelques coureurs qui répondirent à son sourire par un aimable signe de tête. Un chien des rues trottina un petit moment à ses côtés avant de tomber nez à nez avec un chat, qu’il coursa jusqu’à ce que le félin se réfugie dans un arbre, hors d’atteinte de son poursuivant. Une heure s’écoula sans que Syndrell soit assaillie par la fatigue ; elle avait adopté un bon rythme et songeait continuer encore une bonne heure supplémentaire avant de prendre le chemin du retour.

Un homme était assis contre le tronc noueux d’un arbre. Plongée dans ses pensées, Syndrell le dépassa sans lui accorder d’autre attention qu’un bref regard ; quelques mètres plus loin, elle s’arrêta. Pourquoi ? Elle-même ne saurait le dire, et c’est justement l’incertitude qui la fit revenir sur ses pas. Elle marcha jusqu’à l’arbre qu’elle contourna pour détailler la personne qui s’y était adossée.

Sur le moment, elle ne le reconnut pas. Seul son instinct, qui lui soufflait de rester là, fit en sorte qu’elle s’approcha en plissant ses yeux dorés. Et puis sa mémoire fit jouer des réseaux improbables, des liens quasi impossibles qui confrontaient le doute et l’incertitude à une vérité surprenante. Syndrell cligna des yeux. Se pouvait-il que…

Elle s’accroupit lentement en face de l’homme et chercha son regard perdu dans le vide. Un regard qu’elle peinait à reconnaître tant il était différent de celui, lumineux et débordant de malice, qui brillait dans son souvenir. Etait-ce seulement possible…


- Erwan ?

A peine la question franchit-elle les lèvres de Syndrell que celle-ci sentit son cœur s’emballer. Cet homme qui avait l’allure d’un mendiant et le regard d’une âme en peine n’était autre que le marchombre à qui elle devait la vie. Ce marchombre qui était tombé amoureux de Miss et qui lui avait donné une adorable petite fille. Ce marchombre qui, pour la plupart des membres de l’Académie, maîtres et élèves confondus, appartenait à la légende.

Erwan Narcos.



__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…




Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shan Lowën
Groupe Quern
avatar

Nombre de messages : 179
Date d'inscription : 16/03/2012

Feuille de personnage
Age: 26 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Très bon au tir à l'arc, parle Faël

MessageSujet: Re: Tréfonds d'ombres... [ Libre ]    Jeu 30 Mai 2013, 13:59

      ( J'en ai marre de perdre des énormes parties de RP parce que j'ai cliqué au mauvais endroit/appuyé sur la mauvaise touche par accident! >< )




    La falaise n'était pas très haute mais offrait peu de prise. Shan sourit en l'observant, déjà impatient de commencer à grimper. Mais il ne devait pas se lancer la tête la première, il devait d'abord observer. Après tout, il n'était pas pressé.

    C'était pour ça que, après être passé au Domaine pour déposer Alaia, il n'avait pas récupéré Enam. Le cheval était très docile - il l'avait depuis des années - mais l'empêchait de passer là où il voulait. Difficile, en effet, d'escalader une falaise sans laisser son cheval en bas (et inversement pour descendre)! Bon, cela lui aurait imposé de faire le trajet deux fois pour revenir, ce qui n'aurait pas forcément été plus mal non plus, mais ça, il n'y avait pensé qu'après. Et puis il y avait d'autres contraintes à avoir un cheval avec soit.

    Shan s'approcha de la falaise et, choisissant ses prises avec précautions, commença à grimper. Cela lui rappelait la 1ère falaise qu'il avait escaladée avec Alaia. Elle ne savait pas grimper, alors il avait du choisir le passage le plus facile. Ça avait été intéressant pour lui de grimper en assurant la sécurité d'une novice, mais ce n'était pas cela qu'il avait besoin d'améliorer pour sa future rencontre avec Lacrya. Il devait progresser beaucoup plus que ça! Heureusement, son passage chez les Faëls avait été bénéfique, et même s'il avait du continuer à faire attention à l'itinéraire quand il était avec Alaia, il pouvait maintenant passer par où il voulait, et à l'allure qu'il voulait. Le pieds! Quand il était encore avec ses parents aussi, il devait attendre, ne pouvait pas alors où il voulait, c'était aussi pour ça qu'il était parti, pour une fois il avait voulu voyager seul.

    Malgré le nombre réduit et surtout l'aspect assez petit des prises, Shan grimpait à une bonne allure. En toute honnêteté, il allait peut-être un peu trop vite pour avoir une progression parfaitement sûre, mais il savait où se rattraper en cas de problème, et puis comme il l'avait dit, la falaise n'était pas très haute, il ne se faisait pas de soucis.

    Une fois arrivé en haut, il se mit à courir. Lacrya n'avait sans doute pas encore commencé à leur faire travailler tous les domaines qu'elle voulait approfondir chez eux. Par exemple, elle s'était battue avec Rindo mais ne l'avait plus refait, elle allait sans doute remettre ça sur le tapis prochainement. Et il l'espérait d'ailleurs, c'était pour ça qu'il était venu même si le reste de ses enseignements étaient également utiles.

    Tiens, d'ailleurs, en parlant de ça! Il arrivait près d'un bois. Se rappelant encore une fois son premier cours, il cessa de courir et se coula dans la forêt, tentant de se faire le plus discret possible, de se fondre en elle, suivant les conseils de son Maître. Il lui semblait s'être plutôt bien débrouillé en toute modestie, d'autant que ce n'était pas la 1ère fois qu'il s'entraînait à faire cela, idem pour la grimpette de tout à l'heure.

    Enfin, en sortant du bois, il aperçut Al-Chen au loin, près du lac du même nom et, plus près, un parc. Tiens, bonne idée ça, il était debout depuis un moment et n'avait pas arrêté, il méritait bien une petite pause! Il repartit en courant, mais étant peu habitué à courir sur de longues distances, il s'épuisa vite. C'était aussi pour ça qu'il avait choisit de ne pas chevaucher Enam, à force de voyager à cheval il ne courrait presque jamais - marcher par contre pas de problème - et quelque chose lui disait que Lacrya n'allait pas tarder à les faire courir...

    Il finit par arriver rapidement, et surtout en étant complètement crevé! Il s'approcha de l'arbre le plus proche dans le but de s'adosser contre le tronc - il aurait vraiment du ralentir - mais il s'arrêta en voyant qu'il était déjà "occupé" par une personne assise et adossée au dit tronc et une seconde, une jeune femme aux cheveux bleu assez remarquables, penchée vers lui.

    - Erwan ?

    Le ton, qu'il sentait hésitant, l'intrigua. Il pensait au début qu'elle le connaissait mais vu l'incertitude dans sa voix ce n'était pas si sur finalement. Il s'approcha et remarqua alors la détresse de l'homme assis. Shan n'était pas un modèle d'empathie, enfin il y avait bien pire quand même, mais ce n'était pas un monstre, aussi s'approcha-t-il à son tour pour demander à l'homme :

    - Vous avez besoin d'aide?

    Il avait faillit demander "Vous allez bien?", question plus que stupide vu son expression et c'était repris à temps pour quelque chose de plus constructif, bien qu'il doutait qu'il puisse faire grand chose pour l'homme.

__________________________________________

Fiche ~ RPs ~ Liens ~ Lettres ~ 2ème cours



Thank you Ethan Sil'Lifen Wink

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwan Narcos
Admin
avatar

Nombre de messages : 3450
Citation : L'amour c'est l'Harmonie des sentiments
Date d'inscription : 18/10/2008

Feuille de personnage
Age: 35 ans
Greffe: Lames dans le prolongement du cubitus et du radius
Signe particulier: Se tranforme en jaguar ; A une fille avec Miss : Yllena

MessageSujet: Re: Tréfonds d'ombres... [ Libre ]    Jeu 30 Mai 2013, 14:12

Il n’y avait plus rien à faire.
Rien que ces mots, ces idées, tourbillonnaient dans son esprit, sans qu’il ne puisse s’en extirper. Cela prenait tout l’espace de ses pensées, cela résonnait dans ses oreilles, dans ses tempes, martelait son crâne aussi durement que l’aurait fait un marteau.
Il en avait oublié où il était.
Parfois, un murmure tentait de le tirer de son océan de noirceur.
« Ylléna »
Mais ce n’étaient que des geignements, que des souffles à peine audibles…
Inaudibles.

Fermant les yeux, il appuya l’arrière de sa tête contre un tronc d’arbre. Oh, il était contre un tronc, et il sentit l’épaisse écorce sous la peau de son crâne. Ses cheveux avaient pris un peu de longueur depuis qu’il avait coupé ses dreadlocks.
La pensée étrange qu’il devrait les raccourcir le traversa un instant.
Elle disparut aussi vite qu’elle s’était imposée.

Le jaguar gémit en lui, et rien que cette sensation lui tordit le ventre.

Rage. Colère.
Feulement. Courir. Courir, encore… Non. Se tapir. Attendre. Danger. Partout. Toujours. Tout le temps.
Orage, à l’intérieur. Danger. Non, stop !
Trop d’émotions.
Trop de… comment ça s’appelle ?
Trop de
ça.

- Erwan ?

Ce son, si petit soit-il, le ramena un instant à la réalité.
Erwan… Qui était-ce ? Cela lui disait vaguement quelque chose. Sur les lèvres, il n’avait qu’un mot.
Non.
Deux.


- M… Miss ?

Sa voix était caverneuse. Comme s’il était sorti d’outre-tombe.
La bouche asséchée et collante d’alcool ne semblait pas vouloir l’aider non plus.
Est-ce que c’était Miss ? Cette présence… Il la connaissait.

- Vous avez besoin d’aide ?

Une autre voix.
Celle-là, il ne la connaît pas, et soudain tout son être se tend ; réflexe ultime de survie alors que son état ne le permet pas.
Le jaguar grogne. Férocement. Désespérément. Cela ressemble presque à une supplique en réalité.

Erwan n’a pas ouvert les yeux.
Qui est Erwan ? Qui aurait besoin d’aide ?
Il est seul, là, avec lui-même. Avec sa boule de poils.
Miss… ? Est-ce que c’est Miss… ?

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4336
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Tréfonds d'ombres... [ Libre ]    Jeu 30 Mai 2013, 15:09

- M… Miss ?

Le ton plaintif plus que la question bouleversa Syndrell, et la jeune femme se mordit la lèvre ; Erwan ne la reconnaissait pas. L’odeur rance de l’alcool empestait ses vêtements et elle fronça le nez, pourtant elle ne bougea pas d’un poil. Pas même lorsque l’ombre projetée d’une silhouette lui annonça la présence d’un tiers.

- Vous avez besoin d’aide ?

Syndrell ignora la demande. Trop polie. Pas utile. Erwan avait besoin d’aide, c’était un fait, mais il était hors de question qu’elle laisse quiconque l’approcher tant qu’il était dans cet état. Il ne s’agissait pas seulement d’un sentiment protecteur, voulu par la profonde amitié et l’immense respect qu’elle vouait au marchombre ; bien qu’elle ne sache comment l’expliquer, Syndrell sentait que le Jaguar qui vivait en Erwan avait besoin d’espace.
Et de sécurité.

Elle sut qu’elle ne se trompait pas en le voyant se raidir. Il fallait absolument qu’elle lui fasse comprendre qu’il ne risquait rien, sans quoi les choses risquaient de mal tourner ! Levant les yeux, elle jaugea un bref instant le jeune homme qui venait leur proposer son aide, et arqua un sourcil en lui découvrant des cheveux aussi blancs que ceux d’Erwan. L’urgence prit cependant le pas sur la curiosité.


- Recule.

Devant l’air surpris de l’inconnu, Syndrell crut bon d’ajouter, d’un ton plus léger :

- S’il te plait.

Puis, sans plus s’occuper de lui, Syndrell reporta son attention sur Erwan. L’or flamboyant de ses yeux dessina les contours de son visage, s’arrêta sur ses yeux clos et soulignés de cernes bistre, détailla la barbe naissante qui creusait ses joues, remarqua l’absence des dreadlocks ; quand avait-il coupé ses cheveux ? Pas étonnant qu’elle ne l’ait pas reconnut immédiatement !

La dernière fois que leurs chemins s’étaient croisés, c’était lors du tournoi d’Al-Jeit ; quelques mois qui semblaient une éternité, surtout si elle comparait l’Erwan de ses souvenirs, rieur et serein, à celui qui était prostré devant elle, amorphe et soûl. Comment expliquer une telle métamorphose ?

Refoulant l’angoisse qui générait des pensées alarmantes – elle refusait de croire qu’il puisse être arrivé quelque chose à Miss et Ylléna – la petite marchombre posa une main sur le genou d’Erwan. Par ce contact, elle espérait le sortir de la torpeur dans laquelle il était plongé.


- Ouvre les yeux, Erwan, murmura-t-elle avec ferveur. Regarde-moi.


__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…




Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shan Lowën
Groupe Quern
avatar

Nombre de messages : 179
Date d'inscription : 16/03/2012

Feuille de personnage
Age: 26 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Très bon au tir à l'arc, parle Faël

MessageSujet: Re: Tréfonds d'ombres... [ Libre ]    Sam 01 Juin 2013, 18:16


    - M… Miss ?

    Shan avait à peine tendu ce mot - ce nom? -  dit d'une voix plaintive et caverneuse alors qu'il proposait son aide, ce qui l'incita d'ailleurs encore plus à le faire. D'accord, comme il l'avait dit il doutait de pouvoir être utile mais sait-on jamais.

    En tout cas, si la voix de la femme aux cheveux bleu parut le sortir de sa torpeur, sa voix à lui semblait au contraire l'avoir replié sur lui même. Shan vit l'homme se tendre. Quoi, sa voix n'était pas menaçante! Inconnue, sans doute, c'est vrai. C'était ça qui avait provoqué cette réaction? Cet homme avait vraiment besoin d'aide!

    Enfin, la jeune femme détacha le regard de l'homme pour se poser sur l'adolescent, le jaugeant rapidement du regard, parut vaguement surprise en remarquant que ses cheveux étaient du même blanc que l'homme contre l'arbre.

    - Recule.

    Shan haussa un sourcil mais s'apprêtait à obtempérer lorsqu'elle rajouta, plus doucement :

    - S’il te plait.

    Puis, sans plus s'occuper de lui, elle se tourna à nouveau vers l'homme. Bon bah visiblement il ne servait pas à quand chose, autant obéir. Il recula un peu sans cependant oser partir. Sa curiosité le maintenait, et puis maintenant qu'il était là, autant rester jusqu'au bout. Il vit alors quelqu'un poser un regard interrogateur sur la scène. De loin, Shan mit son doigt sur sa bouche pour lui dire d'être discret et lui fit signe de partir, que ce n'était rien et qu'ils s'en occupaient.

    - Ouvre les yeux, Erwan, regarde-moi.

    La demande, pleine de ferveur, ramena son attention vers les deux personnes. L'homme avait l'air vraiment ailleurs, mais la tentative de la jeune femme devrait réussir à avoir au moins une réaction vu que ça avait déjà été le cas la 1ère fois.

__________________________________________

Fiche ~ RPs ~ Liens ~ Lettres ~ 2ème cours



Thank you Ethan Sil'Lifen Wink

Spoiler:
 


Dernière édition par Shan Lowën le Mer 03 Juil 2013, 19:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwan Narcos
Admin
avatar

Nombre de messages : 3450
Citation : L'amour c'est l'Harmonie des sentiments
Date d'inscription : 18/10/2008

Feuille de personnage
Age: 35 ans
Greffe: Lames dans le prolongement du cubitus et du radius
Signe particulier: Se tranforme en jaguar ; A une fille avec Miss : Yllena

MessageSujet: Re: Tréfonds d'ombres... [ Libre ]    Lun 03 Juin 2013, 09:26

Miss.
Il voulait que cela soit Miss.
Sa compagne. La mère de sa fille. Celle qui ne voulait plus de lui.
Il l’avait mérité. Non ? Si…
Il avait été perturbé, mais aurait dû plus méditer.

Miss… Où était-elle…Miss ?

Un contact.
Sur son genou.
Le Jaguar se tendit, feula.


- Ouvre les yeux, Erwan. Regarde-moi.

Non !
Il plissa ses paupières. Il n’était pas Erwan, si ?
Qui était Erwan ? Qui était cette femme ?
Ce n’était pas Miss.
Ce n’était pas Miss…
Ce n’était pas Miss !

Bondissant soudain sur ses pieds, tellement vite que dans son état il aurait dû vaciller, Erwan ouvrit les yeux.
Ce n’étaient pas ses yeux cobalts qui se cachaient sous ses paupières, mais ceux du fauve.
Il feula. Grogna. Se hérissa, et se grandit dans un réflexe typiquement animal.
Sauf que le Jaguar ne parvenait pas à percer cette brume alcoolique qui l’enlaçait. C’était pire que les tréfonds d’une jungle humide, un flou presque incroyable, et tellement opaque que l’on aurait pu croire à un mur.

Acculé, le Jaguar défendait sa peau, et celle de cet homme avec qui il partageait sa vie.
Même si ce dernier l’avait rejeté des années, il était toujours là, et cela faisait quelques années aussi qu’ils se comprenaient de mieux en mieux. La détresse extrême de cet être-partagé était la sienne, mais sous une forme de colère, de rage, de mal-être intense.

Erwan feula encore, et sortit les griffes.
Tout cela, dans cette inconscience sombre et trouble, il ne le savait pas. Il ne s’en rendait pas vraiment compte. Il n’était plus vraiment Erwan, ni le jaguar, mais une entité tellement étrange, brutale, animale, mélange inopportun entre les deux…
Les lames, sous ses paumes chuintèrent à peine quand elles sortirent, et il se jeta en avant.

Cette femme n’était pas Miss.
Miss avait un pouvoir tellement particulier sur le jaguar.
Miss n’était pas là.
Il voulait Miss.
Où était-elle ?

Il bondit en avant, et ses lames fendirent l’air brutalement, d’une rapidité qui les fit siffler dans l’air.
Raté. Ses attaques étaient presque toutes frontales, son regard à la pupille verticale ne voyait que les mouvements, et il ne s’arrêtait pas.
Miss…

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4336
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Tréfonds d'ombres... [ Libre ]    Mer 03 Juil 2013, 18:40

Du coin de l’œil, Syndrell vit l’inconnu se charger d’éloigner les curieux et hocha imperceptiblement la tête. Il avait écouté son avertissement et c’était éloigné de quelques pas. Ce n’était donc pas un sot. Plus tard, elle le remercierait pour son intervention, ainsi que pour son aide proposée avec gentillesse. Mais pour l’heure, l’urgence était Erwan. Rien qu’Erwan.

Sursautant à son contact, celui-ci ouvrit enfin les paupières. Mais au lieu du regard bleu cobalt que Syndrell connaissait si bien, c’est celui du Jaguar, félin et ambré, qui croisa le sien. Un regard ou se disputait la peur, la colère et le désespoir. Un regard dangereux. Et Syndrell réagit une fraction de seconde avant qu’une lame ne lui déchire le visage. D’un bond en arrière, elle sauva sa vie.

Erwan s’était levé et son allure n’avait rien à voir avec celle qu’il aurait normalement dû avoir – l’allure d’un homme terrassé par une sérieuse dose d’alcool. Syndrell comprit que c’était le Jaguar qui permettait à l’homme de tenir sur ses deux jambes sans s’écrouler. C’était également lui qui était passé à l’action : ses attaques étaient rapides et visaient uniquement son visage. Mais il s’agissait des lames d’Erwan, et elles sortaient de ses propres bras.

Les yeux de Syndrell s’agrandirent de surprise. La greffe d’Erwan ressemblait tant à la sienne qu’elle failli ne pas se baisser à temps pour éviter un coup de lame. Quelques cheveux bleus tombèrent dans l’herbe.


- Doucement !

S’exhortant au calme, Syndrell se mit à réfléchir à toute allure. Pas facile quand on essaie, par la même occasion, de ne pas finir en pâtée pour chat. Celui qui partageait le corps, l’esprit et l’âme d’Erwan était d’un gabarit suffisamment imposant pour la réduire en charpie, ainsi que tous ceux qui se trouvaient dans les environs. Mais ce n’était pourtant pas ce qui inquiétait la jeune femme.

Ce qui l’embêtait, c’était cette liaison qui s’établissait entre l’homme et la bête. Même si elle n’y connaissait pas grand-chose, Syndrell savait que quelque chose ne tournait pas rond. Il suffisait de regarder Erwan pour en arriver à cette conclusion. Il n’était plus tout à fait humain mais pas encore animal non plus, et le mélange des deux – le Marchombre ivre et le Jaguar déboussolé – était bien plus dangereux qu’une armée de Raïs en colère.

Il fallait agir vite et intelligemment. Lorsque les lames filèrent vers sa gorge, Syndrell leva les bras. Chuintement feutré, murmure secret. Sa greffe contra celle d’Erwan à quelques millimètres de son visage. La marchombre n’avait pas bougé, laissant son ami venir au plus près d’elle. Et avant même qu’il n’esquisse l’ombre d’un geste pour se dégager, elle se mit à chanter.

Ce n’était pas le petit air qu’elle avait entonné en prenant son petit-déjeuner chez Ciel. Ce n’était pas une chanson ordinaire. Le son qui s’échappa de sa gorge n’avait même rien à voir avec sa propre voix. C’était un chuchotement rauque, une mélodie improbable, moins humain encore que le feulement du Jaguar.

Le chant des Marchombres.

Syndrell n’avait aucune idée de son emprise sur le Jaguar. Tout ce qu’elle savait, c’est qu’elle avait foi en ce murmure qui venait du plus profond de son être. Un jour, Miss l’avait utilisé pour la sortir du Domaine et des ennuis dans lesquels elle s’était empêtrée. Ce chant-là, son mentor ne le lui avait pas enseigné. Elle s’était simplement sentie capable de l’utiliser.

Elle chantait. Sensible ou non à son chant, le Jaguar s’était immobilisé. Une lueur sauvage étincelait dans son regard, mais Syndrell y décela un éclat de surprise sur lequel elle s’appuya pour ne pas perdre courage. Elle savait que, si le Jaguar menait encore la danse, Erwan n’était pas très loin. Probablement embrumé par les effets de l’alcool, certes, et cependant prêt à saisir une main tendue. Sa main tendue.

Sans cesser de chanter, Syndrell rétracta ses lames. Elles disparurent doucement dans la peau nue de ses bras. C’était un risque à prendre, car les lames/griffes d’Erwan étaient toujours sorties. La marchombre ne cilla pas sous la force du regard que le félin posait sur elle. En revanche, elle inclina légèrement la tête en signe de soumission. Le Jaguar devait se sentir en confiance pour accepter de rendre les rênes à Erwan. Et Erwan devait lui aussi se sentir en sécurité pour ne pas se réfugier derrière le Jaguar.

Elle rejeta ses cheveux en arrière, dégageant sa gorge. Son parfum, léger et subtil, parvint aux narines du marchombre et de l’animal. L’un et l’autre connaissait son odeur. Une odeur aussi familière que celle de Miss. S’ils la reconnaissaient, Syndrell savait qu’ils ne lui feraient aucun mal. Elle avait foi en cette certitude autant qu’en la force du chant qui vibrait dans sa cage thoracique et montait jusqu’aux oreilles d’Erwan.

Au moment où les yeux de son ami retrouvèrent leur couleur naturelle, Syndrell bougea. Elle passa derrière Erwan et abattit le tranchant de sa main sur sa nuque. Elle le rattrapa avant qu’il ne s’effondre dans l’herbe.

- Hé ! fit-elle à l’attention de l’homme qui se tenait légèrement en retrait et ne perdait pas une miette de la scène. Tu veux bien m’aider à le porter ?




* * *



Syndrell se contorsionna pour atteindre l’étage des tasses dans le placard prévu à cet effet. Ciel n’était pas particulièrement grand mais il avait un sens du rangement qui dépassait l’entendement. Elle attrapa deux tasses du bout de ses doigts et, tout en songeant à Erwan, les remplit de lait. Elle en prit une dans chaque main et quitta la cuisine pour rejoindre son mystérieux inconnu qui l’attendait dans le séjour.

Il n’avait pas hésité un seul instant avant de lui offrir une nouvelle fois son aide ; grâce à lui, ils avaient pu installer Erwan sur le canapé de Ciel. Syndrell avait nettoyé sa main blessée et l’avait enroulée dans un bandage, puis elle avait remonté une couverture sur les épaules du marchombre avant de proposer à son compagnon d’infortune un petit quelque chose à boire.


- Désolée, dit-elle en posant les tasses sur une petite table près du canapé. J’espère que tu aimes le lait parce que c’est tout ce que j’ai pu trouver !

Elle ponctua ses paroles d’un clin d’œil doré, puis tendit une main à l’inconnu.

- Je m’appelle Syndrell. Merci beaucoup pour le coup de main…

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…




Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shan Lowën
Groupe Quern
avatar

Nombre de messages : 179
Date d'inscription : 16/03/2012

Feuille de personnage
Age: 26 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Très bon au tir à l'arc, parle Faël

MessageSujet: Re: Tréfonds d'ombres... [ Libre ]    Mer 03 Juil 2013, 19:31

    Shan attendait dans le séjour d'une maison inconnue que la femme aux cheveux bleu revienne dans la pièce. Il faisait jouer ses épaules pour se remettre de l'effort qu'il avait du fournir pour l'aider à transporter l'homme de tout à l'heure sur une si longue distance. Bon, ça aurait pu être pire, mais il avait quand même eu du mal vers la fin! Enfin, ça ne pouvait pas lui faire de mal!

    Il jeta un regard pensif à l'homme inconscient installé sur le canapé. Cet homme... Qui était-il? La femme semblait le connaître. Et surtout, tout deux avaient des capacités de combat tout bonnement incroyables! Lorsque l'homme avait soudain attaqué, une étrange lueur jaune sauvage dans les yeux, la femme avait évité le coup avec une rapidité et une aisance impressionnants. Il n'était pas sûr qu'à sa place, il aurait pu en faire autant, il avait plutôt l'impression que lui se serait fait trancher proprement avant d'avoir réalisé ce qui lui arrivait!

    Et puis les lames qui avaient surgit de leurs bras à tous les deux... D'où cela venait-il? Comment pouvaient-ils faire ça? Il avait entendu parler de greffes que pouvaient donner les Mentaïs aux meilleurs envoleurs, est-ce que s'en était? Il n'osait pas demander, s'il ne connaissait pas bien l'homme, la femme, elle, ne ressemblait pas du tout aux mercenaires qu'il avait rencontré.

    Et la façon qu'elle avait eu de le calmer... Étrange, vraiment. Comme si elle cherchait... Il ne savait pas vraiment, à se faire reconnaître, à le rassurer. Elle avait l'air de connaître cet homme. Mais dans ce cas, pourquoi exactement l'avait-elle assommé?

    Shan se traita mentalement d'idiot. Ami ou pas, cet homme avait visiblement bu, même si sa stabilité quand il c'était levé et la précision de ses coups semblaient indiquer le contraire. C'était sans doute cela qui l'avait rendu dangereux. Et c'était pour ça qu'elle l'avait assommé, pour éviter qu'il ne continue à essayer de la tuer.

    Quand elle lui avait demandé de l'aide pour le porter, il n'avait pas hésité. D'abord parce qu'il l'avait lui même proposé, ensuite parce qu'il était bien trop intrigué par ce qu'il venait de voir pour partir maintenant...

    L'inconnue revint à ce moment là, brisant le fil de ses souvenirs. Elle amenait avec elle deux tasses remplies de... Eh bien de lait, visiblement.

    - Désolée, j’espère que tu aimes le lait parce que c’est tout ce que j’ai pu trouver !

    Elle ponctua sa phrase d'un clin d'oeil, et Shan décida que cette femme lui plaisait. Elle était en effet bien plus sympathique que les gens qu'il côtoyait au Domaine!

    - Je m’appelle Syndrell. Merci beaucoup pour le coup de main…

    Elle lui tendait la main. Sans trop savoir pourquoi, ce geste surpris Shan alors qu'il avait très souvent vu les gens se saluer ainsi pendant ses voyages. Sans doute à cause de la manière dont il avait rencontré cette femme, Syndrell. Des conditions un peu particulières, il fallait bien l'avouer...

    Il la prit rapidement et la serra brièvement.

    - De rien. Moi c'est Shan, enchanté!

    Il lâcha ensuite la main de Syndrell et se tourna vers les tasses qu'elle avait apporté. Il sourit.

    - Ne vous inquiétez pas, du lait, ça ira très bien! Merci.

    Après tout, un tas de gens un peu maternels à son égard parmi ceux qu'il avait rencontrés lui avaient dit que le lait c'était bon pour la santé, parce que ça solidifiait les os ou un truc comme ça, et il sentait qu'il allait en avoir besoin dans l'avenir, de se renforcer! Il prit sa tasse et en but quelques gorgées. Il aimait bien ce goût, même si ça faisait un moment qu'il n'en avait pas bu.

    Il se tourna ensuite vers l'homme inconscient, l'air vaguement inquiet.

    - Vous pensez qu'il sera encore comme ça à son réveil? Je n'ai pas bien compris ce qu'il avait, on aurait dit qu'il était soûl mais il était parfaitement stable sur ses jambes quand il vous a attaqué, c'était bizarre...

    Shan en avait vu, des personnes ivres, mais il n'avait pas le souvenir d'avoir déjà vu une telle chose. Il aurait bien aussi posé des questions sur la lueur jaune des yeux de l'homme alors que juste avant que Syndrell ne l'assomme, ils étaient bleu, et aussi sur les lames qui surgissaient de leurs bras à tous les deux, mais il avait l'impression que ces éléments tenaient du secret et qu'en parler serait comme qui dirait un chouïa indiscret...

__________________________________________

Fiche ~ RPs ~ Liens ~ Lettres ~ 2ème cours



Thank you Ethan Sil'Lifen Wink

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwan Narcos
Admin
avatar

Nombre de messages : 3450
Citation : L'amour c'est l'Harmonie des sentiments
Date d'inscription : 18/10/2008

Feuille de personnage
Age: 35 ans
Greffe: Lames dans le prolongement du cubitus et du radius
Signe particulier: Se tranforme en jaguar ; A une fille avec Miss : Yllena

MessageSujet: Re: Tréfonds d'ombres... [ Libre ]    Jeu 04 Juil 2013, 14:50

Une voix parvint à ses oreilles.
Presque familière.
Puis une autre. Totalement inconnue.
Il fronça les sourcils, et un mal de crâne spectaculaire le prit soudainement. Retenant un gémissement – qu’avait-il fait déjà ? – il prit une longue inspiration. Ses yeux n’étaient toujours pas ouverts.
Que s’était-il passé ?
Où était-il ?

Il se souvenait d’un bar.
Pas d’un canapé. Pas de cette odeur bizarre qui flottait dans l’air.
Il se souvenait d’un arbre. Un square.
Une odeur. Celle, musqué et sucrée subtilement, qui ne se trouvait pas très loin.
Le mal de crâne reprit de plus belle. Trop puissant.
Ce n’était pas le casque du lendemain d’alcool. Il y avait autre chose. Quelque chose qu’il était bien en peine de définir. Comme une présence, sous son crâne, mais qui n’était pas vraiment là.
Le Jaguar, soudain, bondit sur cette présence, dans sa tête. Feula, montra les crocs, attaqua. La présence hurla, et disparut aussi promptement qu’elle était arrivée.


- …soûl mais il était parfaitement stable sur ses jambes quand il vous a attaqué, c'était bizarre...

Non, il ne connaissait pas cette voix non plus.
Les dernières volutes floues de l’alcool disparurent de son cerveau, et il ouvrit les yeux.
Erwan ouvrit les yeux.
Son regard tomba sur une poutre, parcourue d’une zébrure qui montrait qu’elle avait longtemps travaillé sous le poids du toit. Il était dans un endroit qui n’était pas tout jeune.
Lentement, pour éviter une nouvelle migraine, il tourna la tête, et son regard se posa sur deux silhouettes, assises autour d’une table. Il ne connaissait pas le jeune homme qui avait parlé, mais la seconde silhouette..
Syndrell !

Le Jaguar se hérissa, et il eut soudain un très mauvais pressentiment.
Du bruit à l’extérieur de l’appartement, près de la porte qu’il supposait être la porte d’entrée. Un cri effrayé, le bruit de pas précipités, de course presque effrénée…
Erwan voulut parler. Mais à peine eut-il ouvert la bouche qu’il la sentit pâteuse. Parler allait être compliqué.
On frappa à la porte. Deux fois. Puis trois.
Bondissant hors de son canapé, Erwan se précipita vers la porte, pris d’un sentiment d’urgence extrême. Quand il l’ouvrit à la volée, il croisa deux yeux. Deux yeux de femme. Deux yeux violets.
Un frisson parcourut sa main droite, et en bougea le regard, il vit le serpent qui était en train de s’enrouler fébrilement autour du bras de la femme.
Lykia.
Erwan eut un autre frisson, bien plus long, et le jaguar s’accula en lui. Prêt à bondir.
Fermant les yeux une seconde, il saisit avec lenteur et délicatesse le reptile, et son regard croisa celui de l’homme, juste derrière.
Nornan.

Que se passait-il ?
Sa fille, serpent. C’était une émotion violente qui l’avait sans doute poussée dans ce retranchement. La dernière fois que c’était arrivé, c’était sans aucun doute parce qu’elle n’était ni avec sa mère, ni avec lui, et avait paniqué – chez les Petits.

Son cœur s’emballa.

- Où est Miss ?

Le couple échangea un regard.
Gêné. Triste. Malheureux.


- Erwan…
- Miss est…


Leurs yeux brillaient.
Fermant ses propres paupières, il ne se demanda même pas comment ils l’avaient retrouvé. Sûrement comme ils avaient retrouvé Miss la première fois.
Miss…

Serrant Ylléna contre lui, il sentit le serpent se réchauffer dans ses mains. Caressant son corps reptilien, il fit demi-tour, et leur claqua la porte au nez.

Non…
Il ne voulait pas savoir.

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4336
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Tréfonds d'ombres... [ Libre ]    Ven 05 Juil 2013, 18:16

Une main chaude et calleuse serra la sienne avec vigueur.

- De rien. Moi c'est Shan, enchanté !

Un sourire joua au coin des lèvres de Syndrell. Cet homme aux cheveux blancs et au regard fauve lui plaisait, sans qu'elle ne parvienne à déterminer sur quoi se fondait un tel sentiment d'empathie. Il y avait de quoi pourtant, car il lui avait été d'un précieux secours ! Bien bâti et inconscient, Erwan pesait son poids. Sans aide, Syndrell aurait été bien en peine de l'emmener jusqu'à l'appartement de Ciel...

- Ne vous inquiétez pas, du lait ça ira très bien ! Merci.

La marchombre hocha la tête avec satisfaction. Elle se passait très bien d'ajouter quoi que ce soit dans son lait, au point que Ciel la surnomme affectueusement "petit chat" et ne prenne pas la peine d'acheter autre chose !

A l'évidence, Shan n'était pas de ceux qui exigent tout et qui offrent peu. Il était poli, gentil et réservé. Sa discrétion avait déjà intrigué Syndrell lorsqu'elle lui avait intimé de s'éloigner d'Erwan, une heure plus tôt. Loin de prendre la mouche, il avait obéi sans poser de question. Puis il avait transporté Erwan jusqu'ici et patienté le temps qu'elle trouve quelque chose à boire. Toujours sans poser de questions.

Alors, quand la première interrogation fusa, Syndrell ne chercha pas à faire diversion, ni même à se dérober. Attentive, elle écouta Shan parler.


- Vous pensez qu'il sera encore comme ça à son réveil ? Je n'ai pas bien compris ce qu'il avait, on aurait dit qu'il étaut soûl mais il était parfaitement stable sur ses jambes quand il vous a attaqué, c'était bizarre...

La jeune femme se mordit la lèvre inférieure. L'étonnement de Shan était compréhensible. Même s'il s'était sagement tenu à l'écart, il avait vu le regard d'Erwan, ses réactions. Peut-être même avait-il entendu le feulement rauque qui s'était échappé de la gorge du marchombre lorsque ce dernier avait bondi sur elle. Et forcément, il avait vu leurs lames. Leurs greffes.

Que pouvait-elle bien faire ? Rien que pour cette raison, elle avait un motif pour mette Shan hors d'état de nuire ; les secrets, qu'ils soient grands ou petits, ont toujours un prix. En l'espace de cinq minutes, Syndrell en avait dévoilé deux, et pas des moindres. Elle réprima un gémissement d'impuissance. Nom d'une chiure de mouche ! Qu'aurait fait Miss dans pareille situation ?

La réponse était d'une simplicité telle qu'elle faillit tirer un éclat de rire à la jeune femme. Miss ne se torturerait jamais l'esprit autant qu'elle ! Un tirement de langue, un clin d'oeil, une boutade ou encore une pirouette habile et enjouée, telles étaient les armes les plus efficaces du fin stratège qui lui avait tout appris.

Amoureuse des mots, Syndrell opta pour la pirouette. Mais alors qu'elle laissait glisser son regard doré vers le canapé, un imprévu coupa net le fil de ses pensées.

Erwan était réveillé.

Ou du moins avait-il les yeux ouverts. Mais ils étaient plus foncés que d'ordinaire. Syndrell se raidit instinctivement. Avec la cuite qu'il s'était pris et le coup qu'elle lui avait donné, Erwan devait avoir une migraine épouvantable et tenir une toute petite forme ; serait-ce suffisant pour museler le Jaguar qui habitait en lui ?

Lorsqu'Erwan tourna la tête dans leur direction, Syndrell jeta un bref coup d'oeil à Shan. Elle allait devoir le protéger au mieux si jamais le Jaguar passait à l'action. Elle était parvenue à le surprendre une fois et ne comptait pas sur un nouveau coup de chance du style...

Erwan bougea, si vite qu'elle faillit ne pas réagir à temps. Légère et féline, la marchombre se glissa entre les deux hommes aux cheveux blancs pour protéger celui qui faisait office de proie. Mais Erwan les ignora superbement et, sous les yeux écarquillés de Syndrell, disparut dans l'entrée. Lâchant un juron, elle se lança sur ses talons.


- Erwan ! Fulminait-elle. Je veux bien croire que tu as passé une sale nuit et qu'il t'est sans doute arrivé quelque chose de pas joyeux pour que tu descendes aussi bas dans mon estime, mais ma patience à des limites ! Alors tu vas retourner t'allonger, et pas plus tard que tout de suite ou bien je...

Ce qu'elle découvrit dans l'entrée de l'appartement de Ciel la surprit et elle se figea au bout du couloir. Erwan venait d'ouvrir la porte. Sur le seuil, deux personnes, un homme et une femme, dévisageaient le marchombre en silence ; la femme avait d'incroyables yeux violets. Miss, songea d'abord Syndrell avec soulagement.

Puis elle fronça les sourcils. C'était Miss sans l'être vraiment, comme si la jeune femme avait voyagé longtemps, longtemps, changeant de coupe au passage et laissant quelques rides se dessiner sous ses yeux et au coin de ses lèvres. Ce n'était pas Miss. Mais, qui que ce soit, elle lui ressemblait énormément.

Elle portait au poignet un curieux bracelet mouvant. Sans qu'une parole ne soit prononcée, Erwan s'en empara et les yeux de Syndrell s'agrandirent de surprise : un serpent ! Un instant, elle craignit qu'Erwan, ou plutôt le Jaguar ne réagisse violemment au contact du reptile. Il n'en fut rien. Et ce fut d'une voix parfaitement humaine, quoique glaciale, le marchombre prononça le nom de sa compagne.


- Où est Miss ?

L'angoisse contenue dans ces quelques mots ricocha sur Syndrell. Elle fit un pas en avant.


- Erwan...
- Miss est...

Vlan !

La porte s'était refermée avec une violence telle que la commode entreposée dans le couloir trembla ; un bibelot tomba et roula sur le tapis, disparaissant sous le meuble. Déjà, Erwan s'était détourné, comme si rien n'avait eu lieu. Mais il avait la tête de celui qui vient de se prendre un coup de poing en plein plexus solaire et qui est brutalement privé d'oxygène. Sans un mot, syndrell le dépassa, glissant des doigts légers sur son bras au passage, et rouvrit le battant clos.

le regard violet qui se posa sur elle était bel et bien celui de Miss. Sauf qu'au lieu de pétiller de malice, il était brillant de larmes.


- Qui êtes-vous ? murmura Syndrell.

Alors qu'au fond, elle savait déjà.



['Rwan ! J'ai oublié la couleur de la puce quand elle est sous sa forme reptilienne ! C'est honteux, n'est-ce pas ? J'ai envie de dire "orange" mais j'ai un léger doute... ^^]

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…




Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwan Narcos
Admin
avatar

Nombre de messages : 3450
Citation : L'amour c'est l'Harmonie des sentiments
Date d'inscription : 18/10/2008

Feuille de personnage
Age: 35 ans
Greffe: Lames dans le prolongement du cubitus et du radius
Signe particulier: Se tranforme en jaguar ; A une fille avec Miss : Yllena

MessageSujet: Re: Tréfonds d'ombres... [ Libre ]    Mer 17 Juil 2013, 19:23

- Qui êtes-vous ?

Le serpent s’enroula doucement autour de l’avant-bras d’Erwan. Celui-ci le caressa doucement, du bout des doigts, laissant simplement la pulpe de ces derniers effleurer les écailles douces du reptile.
Les écailles d’Ylléna.
Il sentit une douce chaleur monter de la forme longiligne, et la déposa lentement sur le canapé, continuant à garder un contact doux, et franc, avec elle. Le corps du serpent ondula, et soudain une petite main serra fort l’index d’Erwan.
Comme une décharge électrique.


- Papa… Maman… Maman est…
La voix de sa fille se brisa.
Comme son propre cœur.
Elle éclata en sanglot, se précipitant contre sa poitrine, et il ne put que l’entourer de ses bras pour la serrer contre lui. Les sanglots d’Ylléna étaient incontrôlables, intarissables, et eurent raison des dernières forces du Marchombre. Il se mit à sangloter aussi.
Il n’avait pas accordé une once d’attention à ce qu’il se passait dans l’entrée.



~

La porte se rouvrit aussi brusquement qu’elle s’était fermée.
Une jeune femme se tenait dans son embrasure. Une jeune femme aux cheveux bleus, et aux yeux dorés. Lykia fronça les sourcils un instant, alors que Nornan l’attrapait par la taille pour se blottir contre elle. Ou la blottir contre lui.

- Qui êtes-vous ?

Un courant passa entre eux. Ce fut Lykia qui ouvrit la bouche.

- Lykia, Nornan. Nous sommes les… Nous étions les parents d’Ecya… Euh, Miss.
- Tu as l’air d’être son ancienne apprentie Syndrell, non ?



Un sanglot leur parvint.

~

Etions.
Cette conjugaison frappa Erwan de plein fouet, alors qu’Ylléna continuait à sangloter dans son cou. Les larmes de sa fille se déversait sur son épaule, coulaient dans son dos, et il attrapa délicatement sa masse chevelue pour la tirer sur le côté, déposer un baiser sous son oreille, et la serrer un peu plus fort contre lui.
Son odeur emplit son nez, et à son tour il sanglota.

Miss était…
Miss était…
Miss avait été.

En prenant une inspiration, Erwan ne put retenir un gémissement.
Le gémissement du jaguar, juste à la surface. Il le sentait comme il sentait le serpent sous la peau de sa fille. Comme il sentait les veines du bois qui l’entourait, les battements du cœur de Lykia, Nornan, Syndrell et le dernier garçon.

Les doigts d’Ylléna tirèrent sur ses cheveux courts, et pourtant il ne sentit pas la douleur physique.
Ca faisait trop mal. Là, à l’intérieur. Il aurait voulu dégager sa fille de son épaule, lui dire que tout irait bien… Il n’en était pas capable.
Pas capable de mentir.
Pas capable d’aller bien.

Miss l’avait chassé, et elle avait eu raison.
Mais Miss ne pouvait pas mourir. Elle ne devait pas mourir !
Pas alors que… Pas alors qu’elle pensait qu’il l’avait trahie. Pas alors qu’elle l’avait jeté dehors.
Elle ne pouvait pas mourir alors que lui… vivait.

Se raccrochant à la seule chose qui lui faisait garder contact avec la réalité, Erwan ferma les paupières.
Ylléna contre lui. Tout contre lui.


*



Mais quelle idée as-tu eu là , m'oublier au bord comme ça ?
Tous les hommes te désiraient,
Pas un ne te mettait pas en première ligne de ses fantasmes
Je crois qu'ils se seraient entretués pour une danse tout contre toi

Mais c'est moi qui te tenait la main
C'est moi qui savait te faire rire
C'est moi qui me réveillait près de toi le matin
Et qui avait droit à tes sourires
Je n'ai pas tenu la distance


__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shan Lowën
Groupe Quern
avatar

Nombre de messages : 179
Date d'inscription : 16/03/2012

Feuille de personnage
Age: 26 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Très bon au tir à l'arc, parle Faël

MessageSujet: Re: Tréfonds d'ombres... [ Libre ]    Lun 05 Aoû 2013, 22:43

    Syndrell n'eut pas le temps de répondre. Certes, elle mit un peu de temps à se décider, et Shan eu l'impression qu'elle hésitait, que ses questions le gênaient, mais ce qui l'empêcha de le faire, surtout, ce fut son regard qui dériva soudain vers le canapé où elle avait installé l'homme de tout à l'heure.

    Shan se retourna aussitôt.

    L'homme était réveillé. Immobile... Non, il se leva soudain. Shan n'eut pas le temps de réagir, de savoir s'il allait à nouveau attaquer ou pas, mais Syndrell, elle, bougea. Elle s'interposa entre lui et l'homme, mais à leur grande surprise à tous les deux, il les ignora superbement et alla à la porte de l'appartement.

    Bon sang, mais comment savait-il où elle se trouvait?

    Shan ne savait pas quelle conduite adopter, mais Syndrell, elle, le savait. Elle parti après l'homme, visiblement en colère, et ses paroles confirmèrent ce que Shan savait déjà - ou en tout cas ce dont il se doutait fortement - elle le connaissait.

    - Erwan ! Je veux bien croire que tu as passé une sale nuit et qu'il t'est sans doute arrivé quelque chose de pas joyeux pour que tu descendes aussi bas dans mon estime, mais ma patience à des limites ! Alors tu vas retourner t'allonger, et pas plus tard que tout de suite ou bien je...

    Elle s'était arrêté net, soudainement. Curieux et ne sachant pas quoi faire d'autre - rester planté là lui paraissait en effet stupide - Shan la suivit, et découvrit avec surprise des personnes à l'entrée de la porte, l'air assez triste. Encore des connaissances?

    - Où est Miss ?

    Visiblement, l'homme allait mieux puisqu'il parlait et n'attaquait personne, quoique niveau moral, vu son ton, ça ne devait pas aller fort. Et Miss était donc bien un prénom...

    - Erwan...

    Ah oui, Syndrell l'avait appelé ainsi tout à l'heure également. Erwan. C'était donc le nom de l'homme.

    - Miss est...

    Shan ne savait pas ce qui se passait, mais il devina aisément la suite au "Miss est..." en voyant la tête de la personne qui parlait. Et visiblement, ce Erwan l'avait comprise aussi. Shan s'aperçut avec surprise qu'il avait maintenant un serpent enroulé autour du bras alors qu'il claquait la porte et faisait demi tour. Syndrell eu un geste envers lui et rouvrit la porte.

    Shan ne savait absolument pas où se mettre. Il était évidemment que ce qui se passait sous ses yeux ne le concernait absolument pas, mais comment ne pas chercher à comprendre ce qui se passe?

    Il s'était déjà retrouvé dans une situation de ce type. Il détestait ça, mais il savait que dans le cas présent, la meilleure façon d'en apprendre plus était encore de se taire, d'écouter et d'observer. Ni Syndrell ni Erwan ne lui prêtaient la moindre attention et il sentait que ce n'était pas le moment de les questionner, ni l'un ni l'autre.

    - Qui êtes-vous ?

    Restant assez près pour entendre la réponse, Shan recula un peu pour garder Erwan dans son champ de vision. Il ouvrit de grand yeux surpris lorsque le serpent se métamorphosa soudain en une jeune fille.

    Mais... Que... Comment?!

    - Papa… Maman… Maman est…

    La voix de la petite fille se brisa et elle se mit à pleurer contre Erwan, qui était donc son père, donc?

    De l'autre côté, les inconnus venaient de répondre à Syndrell.

    - Lykia, Nornan. Nous sommes les… Nous étions les parents d’Ecya… Euh, Miss.
    - Tu as l’air d’être son ancienne apprentie Syndrell, non ?


    Ancienne apprentie? Cela lui fit brièvement penser aux envoleurs, mais encore une fois il écarta rapidement l'idée. Le comportement de Syndrell était trop différent, et nombre de métiers d'artisants s'apprenaient de cette manière, en devenant l'apprenti de quelqu'un.

    Saut que de tels apprentis ne savent pas aussi bien se battre ne sont pas aussi rapide. Qui était donc vraiment Syndrell? Et si c'était... Une marchombre peut-être? D'après ce que Shan en savait, ça pourrait convenir, mais et ces lames? Et comment cette petite fille là pouvait elle se transformer en serpent bon sang?!

    En tout cas, le "Nous sommes les... Nous étions" confirma ce qu'il pensait. La Miss dont ils parlaient tous était morte, et c'était tout récent vu leur réaction. Ils l'ignoraient.

    Shan jeta un regard compatissant à l'homme et à sa fille. Les pauvres...

    Mais décidément, il se sentait de moins en moins à sa place lui! Il ne pouvait pas vraiment partir maintenant, avec les parents de Miss dans le chemin, et puis il avait l'impression que ce ne serait pas correct, mais il allait essayer de ne pas s'attarder!

    Il avait l'impression qu'après ce qu'ils venaient d'apprendre, Syndrell, Erwan et la petite, et peut-être aussi Lykia et Nornan, préféreraient rester entre eux pour digérer la nouvelle. Lui était un étranger, il ne connaissait même pas Miss.

    Mais qu'est-ce qu'il fichait là bon sang?

__________________________________________

Fiche ~ RPs ~ Liens ~ Lettres ~ 2ème cours



Thank you Ethan Sil'Lifen Wink

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4336
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Tréfonds d'ombres... [ Libre ]    Ven 09 Aoû 2013, 11:21

Elle savait déjà, puisque les yeux violets plantés dans les siens étaient ceux de Miss. La forme du visage, du menton surtout,  était celle de son ancien mentor.  Le regard subjugué de Syndrell quitta  la femme pour venir se poser sur l’homme. Un fantôme de sourire glissa furtivement sur les lèvres de la marchombre. Miss avait le nez de son père.

- Lykia, Nornan.  Nous sommes les… nous étions les parents d’Ecya… heu, Miss.

Ecya. Parents. Miss. Etions. Quelques mots que le cerveau de Syndrell attrapait à la volée, sans parvenir à les analyser correctement. C’était comme si son esprit était embrumé par le sommeil ou l’alcool. Il tournait au ralenti.

Longtemps, elle avait imaginé que Miss avait grandi parmi les Petits. C’était vrai, en partie ; Lilita lui avait enseigné les fondements de la vie des siens, depuis les trésors de la langue jusqu’au mystère entourant Elfasidrel, en passant par la chasse aux clochinettes et la cueillette des framboises. Mais avant cela, Miss avait eu une famille, des parents. Des gens qui n’avaient jamais pris forme dans l’esprit de Syndrell parce que son maître n’avait jamais dressé pour elle leur portrait.


Le passé, c’est le passé ! disait-elle avec légèreté. A quoi bon lui courir après ? Pourquoi courir derrière des fantômes alors que je n’en ai absolument aucun souvenir, et que je n’ai rien pour me guider ? Je n’ai jamais cherché à savoir ce qu’il s’était passé avant, et je ne le chercherai pas. Parce que je suis moi, peu importe qui m’a mise au monde !

- Tu as l’air d’être son ancienne apprentie Syndrell, non ?

Syndrell cligna des yeux et déglutit. Difficile de se concentrer sur le présent, surtout avec le ton chantant de Miss dans la tête.

- Je…

Elle se racla la gorge pour s’éclaircir la voix.

- C’est ce que je suis, oui, dit-elle en s’effaçant pour les laisser entrer.

Il y eut un instant de flottement, un moment terrible pour Syndrell. Elle ignorait si elle aurait la force de supporter l’intensité du regard de Lykia, si semblable à celui de Miss, posé sur elle.


- Comment nous avez-vous trouvés ? Je veux dire, c’est la maison d’un ami et je crois bien que c’est la première fois qu’Erwan y met les pieds, alors…

Elle parlait pour s’empêcher de penser. C’était typique d’une solution de facilité, mais Syndrell préférait prendre la fuite plutôt que d’imaginer…

Ils étaient arrivés dans le salon. Le sœur de Syndrell se serra douloureusement lorsqu’elle découvrit Ylléna et Erwan, blottis l’un contre l’autre sous le regard perdu de Shan. Luttant vaillamment pour ne pas pleurer à son tour, elle se dirigea vers ce dernier et posa le bout de ses doigts sur son avant-bras.


- Je suis désolée, tu dois te demander ce qu’il se passe, s’excusa-t-elle à mi-voix. C’est un peu… compliqué.

Ylléna reconnut le son de sa voix. Elle se tortilla pour échapper à l’étreinte de son père et se jeta dans les bras de Syndrell. Celle-ci trouva la force de la soulever pour la serrer contre elle. Fort.

Refoulant ses larmes, elle embrassa la fillette sur le sommet du crâne, puis sur une joue toute humide. Il y avait longtemps qu’elles ne s’étaient pas vues, pratiquement un an, et la petite avait sacrément grandi.

Syndrell ferma les yeux et inspira à pleins poumons l’odeur de Miss dont Ylléna était imprégnée.  Puis elle planta son regard dans celui de Lykia.


- S’il vous plait, demanda-t-elle en se rapprochant d’Erwan jusqu’à ce que son genou touche le sien. Dites-moi ce qu’il s’est passé.

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…




Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwan Narcos
Admin
avatar

Nombre de messages : 3450
Citation : L'amour c'est l'Harmonie des sentiments
Date d'inscription : 18/10/2008

Feuille de personnage
Age: 35 ans
Greffe: Lames dans le prolongement du cubitus et du radius
Signe particulier: Se tranforme en jaguar ; A une fille avec Miss : Yllena

MessageSujet: Re: Tréfonds d'ombres... [ Libre ]    Mer 14 Aoû 2013, 20:32

Miss était... Miss était.
Erwan n'arrivait pas vraiment à assimiler. A se dire qu'elle était vraiment décédée, qu'elle était vraiment partie. Comment pouvait-elle mourir ? Ce n'aurait pas dû être normal. Ce n'aurait pas dû être possible.

Et Ylléna était là, dans ses bras. Que pouvait-il faire de plus ?
Il était hébété, et à la fois malheureux comme les pierres. Comment...?

Le petit corps de sa fille pressé contre sa poitrine était la seule chose qui fît qu'il ne sombrait pas dans l'abîme sans fond qui l'appelait avec tant d'empressement. Il devait rester pour elle. Il était son pilier, il le sentait dans ses entrailles, et il devait être là pour sa fille. Pour ne pas qu'elle soit abandonnée à elle-même livrée aux loups - et au serpent. Surtout au serpent.

Comment avait réagi sa propre mère quand son père était mort au combat ?
Elle avait été là. Dès le premier jour. Dès la première minute où cette effroyable réalité l'avait atteint.

Cela ne l'avait pas empêché d'être réellement traumatisé par l'évènement. Mais il avait eu de quoi se raccrocher. Même si le jaguar avait plutôt tout fait pour l'éloigner de sa mère, de laVoie... Il l'avait haï, cet animal en lui, et cela ne l'avait pas aidé à s'en remettre. Longtemps, il avait cru que l'animal avait profité de sa faiblesse pour se révéler à ce moment-là.
Grâce à Miss, il avait compris qu'il n'en était rien : le Jaguar avait été là au moment où il en aurait eu besoin s'il ne l'avait pas rejeté en bloc. L'esprit humain, où conscient et inconscient se mêlent, n'est jamais simple et il avait rejeté la faute et tout son désespoir sur la boule de poils qui vivait en lui. Qui était lui.
Les larmes qui avaient roulé sur les joues d'Erwan avaient cessé de couler.

Les sanglots qui l'avait parcouru s'étaient tus.
Attrapant l'arrière du crâne d'Ylléna, il ferma les yeux pour humer son odeur. Si proche de celle de Miss.

La petite sanglotait tout contre lui, encore, mais cette fois-ci, il trouva la force de la bercer pour la rassurer. Il était là, lui. Il la comprenait mieux que personne, parce qu'il était son père, et que lui aussi se transformait. C'était grâce à lui qu'elle avait réussi à retrouver une forme humaine, il le savait. Il ne pouvait pas se permettre de s'écrouler alors qu'elle était là, avec lui.
Qu'elle comptait sur lui.

Ce n'était pas l'envie qui lui en manquait, au contraire.
S'écrouler, s'abandonner au chagrin... Il l'avait fait la veille ; il avait beaucoup trop bu, lui qui ne le faisait habituellement jamais. Où était passé sa conscience ? Elle se battait derrière ce rideau de tristesse et de culpabilité, qu'il ne parvenait pas à écarter. Y arriverait-il un jour ? Il n'en savait rien. C'était à cause de lui et de ses doutes que Miss l'avait mis à la porte quelques jours plus tôt.

Erwan reprit pied avec la réalité quand Ylléna bougea dans son étreinte.

Désserrant légèrement les bras, il la laissa se glisser à terre et se précipiter dans ceux de Syndrell. Cela lui serra le coeur de voir qu'elle parvenait à mieux contenir ses émotions que lui, et qu'elle était plus forte pour Ylléna ; mais il se reprit en se disant qu'il avait fait du mieux qu'il avait pu.

La migraine qui aurait dû lui broyer le crâne n'était qu'une faible pression, tant que les évènements demandaient son attention et sa concentration. Il devait être là pour Ylléna.
C'était ce qui lui permettait de tenir debout.

- S’il vous plait, dites-moi ce qu’il s’est passé.

Elle s'était rapprochée de lui, et son genou le touchait presque.
Le Marchombre ferma les yeux un instant, prenant une grande inspiration. Il devait tenir.

Tournant son regard vers Nornan et Lykia, il poussa un léger soupir. Miss leur avait donné la chance de pouvoir les revoir et de voir leur petite fille. C'était tout récent, en tout cas Erwan ne les avait pas vus souvent après cet évènement qui leur avait permis de trouver leur nid douillet. Même si dans la réalité, cela faisait a priori plus de deux ans, voire trois ans que cela s'était déroulé. Miss et Syndrell ne s'étaient donc pas revues ? Ou peut-être n'avaient-elles simplement pas abordé le sujet.


- Nous vous avons trouvé comme nous avons trouvé Miss la première fois... Si j'ai été Dessinateur, quelque chose en moi s'est brisé il y a longtemps et je ne peux plus faire basculer les Dessins dans la réalité. En revanche, l'Imagination m'a ouvert de nouveaux Possibles...

L'homme se souvenait parfaitement de leur première rencontre.
Nornan avait dit simplement que l'Imagination recelait bien des surprises. Il n'en avait pas plus dit, sans doute parce qu'il avait compris que Miss ne l'écouterait pas si cela durait trop longtemps. Et plus jamais ils n'avaient abordé la question... Qui venait plus ou moins d'être élucidée. Erwan comme Miss ne comprenaient rien aux Dessinateurs, et cela ne les intéressait pas plus que cela. C'était un Don, un beau Don, mais qui n'était pas le leur ; ils préféraient le laisser à ceux qui l'avaient en leur possession.

Pourquoi Nornan avait-il plus le besoin ce jour-là d'expliquer sans vraiment s'étendre ?


- Nous devions voir Miss il y a trois jours. Nous avions rendez-vous dans leur maison, et Lykia comme moi-même étions impatients d'y arriver...

- Quand nous sommes parvenus en haut de la bute, quelque chose clochait.

- On a entendu... On a entendu Ylléna pleurer et crier.

- On ne sait pas ce qu'il s'est réellement passé. Mais quand nous sommes arrivés près de la maison, Ylléna était allongée contre le corps de Miss...et quand elle nous a vus, elle s'est...


Lykia jeta un coup d'oeil au jeune homme aux cheveux blancs. Elle ne le connaissait pas, mais s'il était là, elle pouvait parler non ?

- Elle s'est transformée. Nous avons dû l'attraper avec un sac, car le serpent était très agressif... Et Miss était... déjà partie.

- Pas une flèche, pas une trace de lutte ou d'armes...


Lykia et Nornan se tournèrent vers Ylléna, qui était toujours dans les bras de Syndrell. Cette dernière se recroquevilla sur elle-même, et se débattit légèrement pour retrouver les bras d'Erwan.

Le Marchombre sentait son propre coeur battre puissamment dans sa poitrine. Lentement, comme quand il allait aborder un combat... C'était sans doute le cas.


- Ylléna, ma grande... est-ce que tu peux raconter ce qu'il s'est passé ?

Les yeux de la petite s'emplirent de larme, et Erwan sentit l'énergie caractéristique de la transformation lui picoter la peau. C'était tellement palpable pour lui quand cela venait de sa fille qu'il se demandait si les autres personnes qui avaient pu le voir, ou la voir, se transformer ressentaient la même chose.
Lui attrapant les épaules, il la blottit contre lui.


- Sssht, non, c'est pas grave. Quand tu seras prête.

La petite sanglota encore de longues minutes. Erwan se contenta de la bercer sans dire un mot, mais son regard flottait entre Syndrell, Lykia et Nornan. Puis le garçon, dont il ne savait pas le nom... Qu'est-ce qu'il faisait ici ? Etait-ce un ami de Syndrell ? Il semblait plus perdu qu'autre chose... et dans son attitude - les habitudes d'Erwan refaisaient surface - il voyait qu'il comprenait sans identifier. Qu'il essayait d'assimiler les choses, et en découvrait d'autre.

Les poils du Marchombre se hérissèrent sur sa peau. Le jaguar, qui jusqu'alors s'était recroquevillé dans un état second, bondit dans son ventre. Ce garçon ne lui plaisait pas, et Erwan sentit Ylléna hoqueter contre lui. Elle posa ses petites mains sur son torse pour faire face à son père et le regarda avec des yeux grands comme des soucoupes.


- Papa ? Pourquoi...?

Sa voix était devenue ferme et totalement surprise, et même si elle était un peu rauque elle ne tremblait pas.
Erwan la serra contre lui, et lui parla doucement dans l'oreille.


- C'est rien. C'est le garçon, il ne l'aime pas.

La petite fille tourna la tête vers ledit garçon et le fixa plusieurs secondes.
Erwan vit clairement le frisson la parcourir sur ses petits avant-bras, et fronça les sourcils : il ne voulait pas la conditionner de cette façon.

- Ylléna, le serpent te parle, mais ne te laisse pas influencer par le jaguar, d'accord ?

Il la vit prendre une petite inspiration, et puis elle hocha doucement la tête.

Se dégageant de son torse, elle s'assit doucement sur ses genoux, et son regard - abîme de violet et de bleu - se posa dans celui d'Erwan.

Le coeur de ce dernier se serra.
Elle allait parler.


- J'étais en train de jouer dedans. Tu sais, Maman m'a sculpté des personnage en bois ! Ils sont trop bien ! Alors qu'elle venait de s'exclamer, son regard s'assombrit et elle se renfrogna. Et puis, Maman est sortie, elle a dit qu'il y avait quelqu'un dehors. Je l'ai entendue parler, et je me suis approchée de la porte. Elle discutait avec un monsieur qui avait une capuche. Elle m'a regardée et a demandé au monsieur de partir, mais il ne l'a pas écoutée... La petite réprima un sanglot, mais sa voix se remplit de larmes. Y'a une sorte de fumée bizarre qui est apparue partout, c'était froid et... méchant. J'ai senti que Maman me protégeait, son... truc là. Mais... Mais elle est tombée, et l'homme a hurlé et a disparu. Je... Je...

- Sssht, je suis là ma puce. Je suis là...


La prenant dans ses bras, Erwan leva les yeux vers Syndrell.
La description de sa fille lui faisait penser à une aventure de Miss qu'elle-même lui avait raconté. Un certain homme qu'elle avait trouvé près du fils cadet d'un gouverneur. Mais pourquoi ? Et Miss avait utilisé sa greffe pour Ylléna, et pas contre lui...
S'il avait disparu... C'était qu'il avait au moins la faculté de faire un pas sur le côté. Ou que quelqu'un était venu le chercher...










[ Si quelque chose ne vous va pas, n'hésitez pas à me MP.
Syndrell, j'ai essayé de faire le plus cohérent possible avec les précédents RPs de Miss, et l'homme à la capuche est pour moi Tenargir... Mais je ne retrouve plus leur RP.  ][/color]

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shan Lowën
Groupe Quern
avatar

Nombre de messages : 179
Date d'inscription : 16/03/2012

Feuille de personnage
Age: 26 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Très bon au tir à l'arc, parle Faël

MessageSujet: Re: Tréfonds d'ombres... [ Libre ]    Mer 14 Aoû 2013, 23:43

    Le père et sa fille ne faisaient pas attention à lui - ce qui était plutôt normal à ses yeux vu qu'il était un inconnu, ils n'avaient rien à lui dire - et Syndrell se remettait de ses émotions de son côté, laissant Shan planté là, tentant de suivre et de comprendre les événements, n'ayant de toute façon que ça à faire puisqu'il jouait les statues depuis tout à l'heure.

    Shan entendit alors Syndrell demander à leurs deux invités comment ils les avaient trouvés. Ils ne connaissaient donc pas la maison, et ce Erwan non plus? Dans ce cas, c'était une bonne question...

    - Je suis désolée, tu dois te demander ce qu’il se passe. C’est un peu… compliqué.

    Un peu qu'il se demandait ce qu'il se passe, et un peu qu'il se doutait que c'était compliqué, enfin pour eux, parce que pour lui la situation était assez simple : ils venaient de perdre un être cher et en étaient tous très atteints. Par contre, ça n'expliquait ni les lames, ni la capacité de transformation de la petite, mais bon, ça il sentait qu'il valait mieux ne pas poser de question!

    C'était déjà sympa de la part de Syndrell de lui adresser quelques mots. Shan hésitait, cherchant quelque chose de réconfortant, mais il n'était pas très à l'aise pour ce genre de chose, et il fut interrompu par la petite qui, lâchant son père, se jeta dans les bras de la femme aux cheveux bleus.

    Bon, elles se connaissaient toutes les deux aussi, évidemment. Et Syndrell devait savoir pour sa capacité de transformation, elle n'avait pas eu l'air surprise de la voir.

    Eh ben, ça ne l'aidait pas beaucoup tout ça...

    Syndrell s'approcha d'Erwan, presque jusqu'à le toucher, puis elle se tourna vers leurs deux visiteurs.

    - S’il vous plait, dites-moi ce qu’il s’est passé.

    Shan devait bien avouer qu'il était curieux d'en savoir plus, mais il avait aussi parfaitement conscience que cela ne le regardait absolument pas. Devait-il aller dans une autre pièce? Ou carrément partir? Il n'osa pas, cela les interromperait et il sentait que les gens ici présents avaient besoin d'explications, Erwan et Syndrell en tout cas, qui venaient d'être mis au courant.

    - Nous vous avons trouvé comme nous avons trouvé Miss la première fois... Si j'ai été Dessinateur, quelque chose en moi s'est brisé il y a longtemps et je ne peux plus faire basculer les Dessins dans la réalité. En revanche, l'Imagination m'a ouvert de nouveaux Possibles...

    Ah tiens, un Dessinateur, enfin un ancien Dessinateur d'après ses dires. Shan en avait déjà vu à l'oeuvre, c'était assez impressionnant à voir! Dommage que lui même ai à peine assez de don pour allumer un feu, et encore, quand il avait du temps devant lui, beaucoup de temps!

    - Nous devions voir Miss il y a trois jours. Nous avions rendez-vous dans leur maison, et Lykia comme moi-même étions impatients d'y arriver...

    - Quand nous sommes parvenus en haut de la bute, quelque chose clochait.

    - On a entendu... On a entendu Ylléna pleurer et crier.

    - On ne sait pas ce qu'il s'est réellement passé. Mais quand nous sommes arrivés près de la maison, Ylléna était allongée contre le corps de Miss...et quand elle nous a vus, elle s'est...


    La femme s'interrompit pour le regarder. Elle ne le connaissait pas, c'était sans doute ce qui la faisait douter, mais comme personne ne disait rien - Shan ne sachant pas trop quoi dire - elle continua :

    - Elle s'est transformée. Nous avons dû l'attraper avec un sac, car le serpent était très agressif... Et Miss était... déjà partie.

    - Pas une flèche, pas une trace de lutte ou d'armes...


    Il avait craint un moment qu'ils ne disent quelque chose qu'il n'aurait pas du entendre, mais ça, finalement, ce n'était pas le cas. Bien sûr, il n'était sans doute pas sensé savoir, mais il venait de voir la petite se transformer en serpent, alors il savait déjà qu'elle le pouvait, même si cela lui paraissait toujours incroyable. Comment était-ce donc possible?!

    Les gens présents se tournèrent vers la petite qui, gênée, se dégagea des bras de Syndrell pour retrouver ceux de son père.

    - Ylléna, ma grande... est-ce que tu peux raconter ce qu'il s'est passé ?

    A cette demande, les yeux de la petite s'emplirent de larmes. Ca devait vouloir dire que non, elle ne pouvait pas, et en effet, Erwan n'insista pas.

    - Sssht, non, c'est pas grave. Quand tu seras prête.

    Il la tenait dans ses bras pendant qu'elle pleurait, la berçant doucement sans dire un mot. Shan restait toujours planter là, toujours indécis quant à la conduite qu'il devait adopter.

    Dieu, qu'il haïssait ce genre de situation, où nos attaches, nos points de repères se brouillent, où on se sent perdu, ne sachant que faire. Bien sûr, à cause de son mode de vie, il avait déjà connu de telles situations, souvent même, et avait appris à rester calme dans ces moments, mais ça ne l'aidait pas à savoir que faire ensuite.

    Enfin, pour la 1ère fois il lui semblait, l'attention d'Erwan se porta sur lui, sur Shan. Son regard était perçant, et soudain, Shan cru y discerner un éclat jaune, un regard fauve. Il du faire un effort pour ne pas faire un pas en arrière mais n'en menait pas large, inquiet, se demandant ce qui se passait.

    Heureusement, à ce moment, la petite hoqueta et se détacha de son père, ce qui offrit une distraction bienvenue à l'adolescent.

    - Papa ? Pourquoi...?

    L'homme la serra contre lui et lui chuchota dans l'oreille. Shan n'était pas tout près, mais il n'était pas trop loin non plus et la pièce était assez petite, de plus il avait une assez bonne ouïe, si bien qu'il réussit plus ou moins à deviner ce qu'Erwan lui murmurait, et visiblement, ça le concernait. Erwan avait l'air de dire qu'il ne l'aimait pas, enfin pas lui exactement, Shan n'avait pas tout compris...

    En tout cas il avait raison. Ylléna se tourna vers lui et le fixa plusieurs secondes, ce qui le mit mal à l'aise. Il n'avait vraiment rien à faire ici. D'accord, continuer à tourner cette pensée dans sa tête ne faisait pas avancer la situation, mais au moins cela le calmait un peu.

    - Ylléna, le serpent te parle, mais ne te laisse pas influencer par le jaguar, d'accord ?

    Le jaguar? Comment ça le jaguar?

    Et soudain, Shan compris.

    Si elle se transformait, ses parents devaient se transformer aussi. C'était sans doute quelque chose qui se transmettait. Et l'éclat jaune qu'il avait vu, ce regard sauvage... Il se transformerait donc en jaguar?!

    Shan n'en menait soudain pas large. D'après ce qu'il avait compris, le jaguar en cet homme ne l'aimait pas. Est-ce que c'était mauvais signe pour lui? Il devait être prudent? Bon sang, mais dans quoi s'était-il fourré?

    Heureusement, l'attention des deux se détacha totalement de lui. La petite recula, prenant une petite inspiration, et Shan devina qu'elle devait être prête.

    - J'étais en train de jouer dedans. Tu sais, Maman m'a sculpté des personnage en bois ! Ils sont trop bien ! Et puis, Maman est sortie, elle a dit qu'il y avait quelqu'un dehors. Je l'ai entendue parler, et je me suis approchée de la porte. Elle discutait avec un monsieur qui avait une capuche. Elle m'a regardée et a demandé au monsieur de partir, mais il ne l'a pas écoutée... Y'a une sorte de fumée bizarre qui est apparue partout, c'était froid et... méchant. J'ai senti que Maman me protégeait, son... truc là. Mais... Mais elle est tombée, et l'homme a hurlé et a disparu. Je... Je...

    - Sssht, je suis là ma puce. Je suis là...


    Le regard de l'homme se tourna vers Syndrell. Visiblement, cela lui rappelait quelque chose. Shan, quant à lui, cherchait à comprendre ce que la petite venait de dire. Cet homme était sans doute un dessinateur, s'il avait pu faire un pas sur le côté, et la fumée était sans doute un dessin aussi, mais comment Miss avait-elle pu en protéger sa fille exactement? Avait-elle attaqué l'homme? Va savoir.

    En tout cas, il n'osait toujours pas faire mine de changer de pièce ou partir. En fait, depuis qu'il avait compris qu'Erwan se transformait en jaguar et ne l'appréciait pas, par dessus le marché, il n'osait plus trop bouger et n'aspirait qu'à se faire oublier.

__________________________________________

Fiche ~ RPs ~ Liens ~ Lettres ~ 2ème cours



Thank you Ethan Sil'Lifen Wink

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4336
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Tréfonds d'ombres... [ Libre ]    Ven 16 Aoû 2013, 10:35

Syndrell sentait le cœur d’Ylléna battre aussi vite que celui d’un oisillon affolé. Elle avait envie de la rassurer mais elle ignorait quoi faire d’autre, alors elle serrait l’enfant contre elle et appuyait sa joue contre la sienne.

Ce fut Nornan qui, le premier, prit la parole. Sa voix était grave et douce, émaillée par le chagrin que l’on voyait briller dans ses yeux. Erwan leva la tête vers lui mais garda le silence.


- Nous vous avons trouvé comme nous avons trouvé Miss la première fois… Si j’ai été Dessinateur, quelque chose en moi s’est brisé il y a longtemps et je ne peux plus faire basculer les Dessins dans la réalité. En revanche, l’Imagination m’a ouvert de nouveaux Possibles…

Ainsi donc, Miss avait finalement repris contact avec ses parents. Un sourire triste effleura les lèvres de Syndrell à la pensée que la jeune femme aurait peut-être franchi le pas plus tôt si seulement elle avait su ce qui allait se passer…

Etrangement, il lui était difficile d’envisager que le père de Miss puisse être un Dessinateur. En réalité, Syndrell s’était parfaitement contentée d’une Lilita comme parent de son mentor, peut-être parce que Miss avait hérité toute la malice des Petits. Et puis, l’Imagination, elle avait toujours eu du mal à s’y intéresser, même si Ciel ne désespérait pas de lui en faire un jour découvrir toutes les merveilles.


- Nous devions voir Miss il y a trois jours. Nous avions rendez-vous dans leur maison, et Lykia comme moi-même étions impatients d’y arriver…

Syndrell cilla. Une maison ? Surprise, elle coula un coup d’œil vers Erwan, mais le marchombre conservait une expression qui demeurait indéchiffrable.

- Quand nous sommes parvenus en haut de la bute, poursuivit Lykia, quelque chose clochait.
- On a entendu… On a entendu Ylléna pleurer et crier.


Ylléna enfouit son visage dans l’épaule de Syndrell, qui pâlit en comprenant ce qui allait suivre. La petite avait assisté à la scène la plus épouvantable de toute sa vie. La gorge nouée, elle glissa doucement les doigts dans les cheveux de la fillette.

- On ne sait pas ce qu’il s’est réellement passé. Mais quand nous sommes arrivés près de la maison, Ylléna était allongée contre le corps de Miss… et quand elle nous as vu, elle s’est… Elle s’est transformée. Nous avons dû l’attraper avec un sac, car le serpent était très agressif… Et Miss était … déjà partie.

Le mot n’avait toujours pas été prononcé, comme si le faire reviendrait à faire basculer dans la réalité un fait que tous, ici, refusaient de reconnaître. Syndrell embrassa Ylléna lorsque celle-ci se remit à trembler. C’est à ce moment-là que les dernières informations se frayèrent un chemin dans son esprit embrumé. La jeune femme écarquilla les yeux.

Un serpent ! Alors, c’était ça, la métamorphose de la fille d’Erwan… Un jour, Syndrell avait demandé à Miss si leur enfant avait des chances de perpétuer l’incroyable nature d’Erwan. Il n’y avait pas eu de réponse, parce que Miss l’ignorait. Et voilà qu’Ylléna savait se transformer… en serpent !

Syndrell revit Erwan foncer dans le salon, le bras gauche cerclé par un reptile de toute beauté. Abasourdie, elle secoua lentement la tête. Loin de l’effrayer, cette particularité la fascinait. Elle ne pourrait jamais oublier comment le Jaguar lui avait un jour sauvé la vie. Et, lorsqu’Erwan avait bondit sur elle, éméché et contrôlé par le félin qui partageait son âme, elle n’avait pas eu peur. Parce que ces deux entités formées par l’homme et l’animal se rejoignaient en un seul et unique mot dans son cœur : ami.

Encore sous le choc de la révélation, Syndrell entendit confusément Nornan ajouter quelque chose. Puis Ylléna remua, et elle la laissa filer ; la petite se réfugia à nouveau dans les bras de son père. A nouveau, la marchombre sentit son cœur se serrer douloureusement dans sa poitrine. Erwan et Ylléna étaient désormais deux orphelins…

Refoulant ses larmes, elle leva les yeux pour croiser le regard gêné de Shan. Il avait l’air aussi abasourdi qu’elle. Un instant, Syndrell s’inquiéta de ce qu’il pouvait faire de toutes ces informations reçues en pagaille : une fille-serpent, un Dessinateur à la retraite, un homme qui ne tenait plus sur ses jambes, sauf pour attaquer, des lames qui sortaient de ses bras…

Elle haussa les épaules, se dit qu’ils verraient cela en temps voulu. De nature méfiante, elle aurait dû mettre cet homme à la porte depuis longtemps, mais la reconnaissance l’en empêchait : sans Shan, elle n’aurait peut-être pas réussi à emmener Erwan jusqu’ici. Et puis, ce n’était pas de sa faute s’il se trouvait au mauvais endroit, au mauvais moment.

Son optimisme prit un coup dans l’aile lorsqu’Erwan tourna un regard peu amène vers Shan. Si Syndrell ne connaissait pas aussi bien son ami, elle n’aurait pas remarqué la lueur sauvage, typiquement féline, qui animait son regard. Oh, oh. Visiblement, le Jaguar était plus méfiant qu’elle…

Elle redressa le menton et décida que, si lutte il devait y avoir, elle défendrait ce garçon aux cheveux blancs. Il n’était pas question qu’il subisse la mauvaise humeur d’Erwan et paie pour son chagrin, pour aussi grand qu’il soit ! Heureusement, son ami avait retrouvé un semblant de raison. Non sans émotion, elle reconnut sa voix – sa vraie voix – lorsqu’il rassura Ylléna. Sans doute est-ce ce qui donna à cette dernière la force de lui raconter son drame.

Un drame qui prenait soudain vie devant les yeux de Syndrell. La voix d’Ylléna dans les oreilles, elle voyait ce que la petite avait vu. Imaginait plutôt, mais ce n’était pas difficile, et c’est avec un réalisme saisissant que l’homme encapuchonné apparut devant Miss. Une ombre, une fumée, un mouvement de cape, la jeune femme s’effondra. Pourquoi s’effondrait-elle ? Miss n’était-elle pas le plus éminent Marchombre que Syndrell ait jamais connu ?

Une larme roula sur sa peau, chatouillant sa joue, et la tira brutalement de ses pensées. Ylléna pleurait doucement dans les bras de son père. Erwan avait levé les yeux vers elle. La douleur qui brillait dans le bleu intense de ses yeux avait cédé la place à un éclat de surprise et une interrogation muette. C’est à elle qui l’envoyait.

Syndrell essuya sa joue d’un revers du bras. Pas question de craquer maintenant ! L’idée que Miss puisse être partie à tout jamais commençait tout juste à prendre consistance dans son esprit. Un étau lui comprimait la poitrine, mais sur le canapé, deux êtres bouleversés attendaient des réponses. Un peu plus loin, Nornan et Lykia aussi la regardaient comme si elle avait des pouvoirs magiques. Des pouvoirs capables de ramener leur fille ?


- Je ne comprends pas… murmura-t-elle.

Un homme avec une capuche qui apparaissait et disparaissait subitement…


- C’est un Dessinateur ? questionna-t-elle à voix haute, puis son regard croisa celui de Nornan et elle rectifia : un Mentaï ?

Les souvenirs qu’elle avait des Mentaïs n’étaient pas des plus agréables, et pour cause : le premier l’avait éventrée, le second avait été à deux doigts de la tuer avec encore moins de grâce. Dans les deux cas, elle devait la vie sauve à Ciel. Priant pour que ce dernier ne rentre pas plus tôt que prévu de sa journée de travail au Dôme, elle se passa une main nerveuse dans les cheveux.

- Tout ça n’a pas de sens. Miss n’avait pas d’ennemis… enfin, pas que je sache.

Syndrell échangea un regard avec Erwan. Dans cette pièce, ils étaient les deux personnes à qui Miss avait confié le plus de choses. Mais la jeune femme n’avait aucun souvenir d’une discussion qui aurait prit cette sombre direction.





[Shan, si tu es encore en vie après avoir découvert autant de secrets, ce sera un miracle xD
Erwan, j'ai bien trouvé quelque chose en épluchant les Rps de Miss, mais c'est incomplet, ou alors la suite a été écrite plus tard... Du coup je suis comme Syndrell, je découvre les infos au fur et à mesure Wink]

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…




Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwan Narcos
Admin
avatar

Nombre de messages : 3450
Citation : L'amour c'est l'Harmonie des sentiments
Date d'inscription : 18/10/2008

Feuille de personnage
Age: 35 ans
Greffe: Lames dans le prolongement du cubitus et du radius
Signe particulier: Se tranforme en jaguar ; A une fille avec Miss : Yllena

MessageSujet: Re: Tréfonds d'ombres... [ Libre ]    Lun 19 Aoû 2013, 19:00

Erwan avait du mal à comprendre.
Pourquoi cet homme était-il revenu voir Miss ? Comment l'avait-il trouvée ?
Il se souvenait vaguement d'une conversation avec elle, au cours de laquelle elle en avait parlé. Il avait du mal à se souvenir du prénom de l'homme, mais il avait cet instinct que c'était lui.
Une sorte de fumée, et Miss qui lutte avec sa greffe... Elle avait eu exactement la même confrontation des années auparavant, il le savait parce qu'elle le lui avait raconté. Ils ne se disaient pas tout, mais discuter était tellement enrichissant qu'ils ne se cachaient rien...
Erwan n'avait pas non plus voulu lui cacher ce qu'il aurait pu faire mais qu'il n'avait pas fait – et non pas grâce à lui, mais plutôt à cette Marchombre qui l'avait arrêté au dernier moment.

Il avait peut-être l'excuse qu'il ne savait plus où il en était. Que la décision de Miss l'avait bouleversé et qu'il ne l'avait pas comprise ; mais il avait parfaitement conscience que jamais il n'aurait dû vouloir aller aussi loin. Alors pourquoi ?
Comme la veille, il était allé boire. Il se vautrait dans des attitudes qu'il n'avait jamais cautionné de sa vie ; qu'au contraire il avait toujours presque dédaignées, en tout cas qu'il n'avait jamais appréciées.
Comment pouvait-il se comprendre et être lui-même s'il partait dans de telles extrémités ?

Un sanglot d'Ylléna le ramena brusquement à la réalité, et il cligna des yeux plusieurs fois.
Il s'était trop laissé aller, voilà tout. Il n'avait pas assez médité, s'était éloigné de sa propre Voie. Il n'était pas trop tard pour y revenir, il le sentait, mais c'était tout juste. Il devait se retrouver lui-même, et pour cela... Il allait avoir besoin d'aide.

Son regard cobalt se planta dans celui de Syndrell, et il prit sa décision.

- Miss m'avait parlé d'un homme qu'elle avait rencontré il y a plusieurs années de cela – avant que l'on se trouve elle et moi. Je ne me souviens plus de son nom... Ternagir... Tenarguir... Quelque chose comme ça... Prenant une petite inspiration, il passa sa main dans les cheveux de sa fille, Elle l'avait rencontré dans une grande ville, au chevet d'un fils d'un seigneur, et elle m'avait parlé d'une caractéristique... déjà, sa capuche qui couvrait son visage, et ensuite... une aura de Chaos. Un peu complètement à l'opposé de la sienne. Et il y avait une histoire de prophétie. Ca te dit quelque chose ?

Par contre, pourquoi était-il revenu, c'était une autre question à laquelle il n'avait pas de réponse.


- Pourquoi serait-il revenu maintenant ? Et comment serait-il reparti ? C'était un Envoleur, pas un Mentaï... A moins qu'il ai été aidé... Mais comment aurait-il trouvé la maison ?

Erwan jeta un coup d'oeil interrogateur vers Nornan et Lykia.


- Personne à part vous, Miss et moi ne connaissions l'existence de cette maison et son emplacement. Vous avez peut-être été suivis... Ou peut-être que... Erwan s'arrêta un instant, ahuri par son idée. Je ne sais pas si c'est possible, mais si tu as utilisé l'Imagination, Nornan...

Le père de Miss écarquilla les yeux lui aussi un instant, comprenant où voulait en venir Erwan

- Il aurait pu suivre ma trace... Oh par la Merwyn !

- Mais pourquoi ? Et pourquoi avoir laissé Ylléna ?


Sentant la petite main de sa fille sur sa joue, Erwan reporta son attention sur elle.

- Je me suis cachée avec lui.

Lui.
C'était le serpent. Peut-être d'autres personnes avaient-elles cherché Ylléna sans la trouver...

- Tu as perçu d'autres personnes ?

- Je ne sais plus... Je me souviens juste que le monsieur a disparu...


A nouveau, les sanglots menaçaient de l'emporter, et Erwan la serra tout contre lui.
Il n'était même pas certain de pouvoir avoir des réponses. C'était sans doute le pire, de vivre dans des hypothèses...

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shan Lowën
Groupe Quern
avatar

Nombre de messages : 179
Date d'inscription : 16/03/2012

Feuille de personnage
Age: 26 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Très bon au tir à l'arc, parle Faël

MessageSujet: Re: Tréfonds d'ombres... [ Libre ]    Sam 24 Aoû 2013, 16:11

      ( Syndrell : J'avoue, je commence à craindre sérieusement pour la survie de mon perso, le pauvre! xD )




    - Je ne comprends pas…

    L'attention de Shan se porta sur Syndrell. Elle et les parents de Miss ne lui étaient pas hostiles, tout comme la petite Ylléna, et cette pensée le rassura un peu. Qui plus est, tout à l'heure, quand Erwan s'était brusquement levé, Syndrell c'était placé entre eux deux, elle avait l'air prête à le défendre en cas de soucis, et il se dis qu'il se faisait sans doute peur pour rien. M'enfin c'était devenu dans sa nature d'être prudent, et même parfois de passer directement en mode parano.

    - C’est un Dessinateur ? Un Mentaï ?

    Il hocha la tête à la première proposition, sans se soucier de si on le verrait faire ou pas. Oui, il avait tout de suite pensé à un Dessinateur. La suite le fit se raidir.

    Un Mentaï? Pourquoi un Mentaï? Maintenant qu'il y réfléchissait, en effet, c'était logique. Pourquoi un Dessinateur normal s'en prendrait-il à quelqu'un? Il doutait que ce soit leur esprit, et puis pourquoi?

    Mais... Si c'était un Mentaï, qui était cette Miss pour qu'un Mentaï ai voulu la tuer? Elle n'avait pas l'air d'appartenir à une famille trop importante, et son père Dessinateur avait l'air d'avoir perdu de son don, quel intérêt?

    Mais... Et si, et si c'était une marchombre? Les mercenaires du Chaos ne laissaient jamais passer une occasion d'éliminer un marchombre, considérés comme des gêneurs des obstacles. Et il songeait que Syndrell et Erwan pouvaient être des marchombres depuis tout à l'heure... Et soudain, maintenant qu'il y pensait, leurs lames... Ce n'était pas des greffes? Il en avait entendu parlé, certains envoleurs, grâce à des dessins, y avaient également droit, mais il savait déjà d'après leurs attitudes que ce n'étaient pas des envoleurs, en plus un Mentaï ne s'en prendrait pas à des gens de son propre camp, si?

    Soudain, la sensation de malaise revint. Il était apprenti envoleur. Il était sensé être du côté de ce Mentaï, sauf qu'il en savait peu et de toute façon, vu comment les choses s'étaient passées, il ne cautionnait pas du tout ces actions. Si ces deux personnes, Erwan et Syndrell, se rendaient compte qu'il était apprenti envoleur... D'autant qu'ils devaient être bons s'ils avaient un équivalent de leur greffe, car chez les envoleurs elles n'étaient accordées qu'à de bons éléments, il fallait réussir un test pour y avoir droit... Si cela existait chez les marchombres, ça devait avoir un fonctionnement semblable. Enfin ce n'était pas si sûr...

    - Tout ça n’a pas de sens. Miss n’avait pas d’ennemis… enfin, pas que je sache.

    Ca, cela n'étonnait pas vraiment Shan. Pour les mercenaires du Chaos, peu importait qu'un marchombre se soit déjà mis en travers de leur chemin, s'ils pouvaient le tuer, ils le feraient sans hésiter, et cette façon de penser, il n'était pas vraiment d'accord avec. Pourquoi tuer ces gens qui ne leurs avaient rien fait pour la plupart? Bien sûr, il avait entendu parler de marchombres particulièrement gêneurs, mais ce n'était pas une raison...

    - Miss m'avait parlé d'un homme qu'elle avait rencontré il y a plusieurs années de cela – avant que l'on se trouve elle et moi. Je ne me souviens plus de son nom... Ternagir... Tenarguir... Quelque chose comme ça... Elle l'avait rencontré dans une grande ville, au chevet d'un fils d'un seigneur, et elle m'avait parlé d'une caractéristique... déjà, sa capuche qui couvrait son visage, et ensuite... une aura de Chaos. Un peu complètement à l'opposé de la sienne. Et il y avait une histoire de prophétie. Ca te dit quelque chose ?

    Shan s'était cette fois tourné vers Erwan. Sa description ressemblait bien à celle d'un Mentaï, ou en tout cas d'un mercenaire du Chaos, qu'il soit Mentaï, envoleur ou simple mercenaire. Par contre, le nom ne lui disait rien, et il avait plusieurs fois croisé des individus portant de telles capuches au Domaine. Il frissonna à l'idée de l'avoir croisé dans les couloirs.

    - Pourquoi serait-il revenu maintenant ? Et comment serait-il reparti ? C'était un Envoleur, pas un Mentaï... A moins qu'il ai été aidé... Mais comment aurait-il trouvé la maison ?

    Shan haussa un sourcil. Un envoleur? Comment cet Erwan pouvait-il en être si sûr? C'était pourtant très courant chez les Mentaïs de se cacher le visage, et il s'était un peu renseigné sur l'art du Dessin, il savait qu'on ne pouvait pas imposer un pas de côté à une tierce personne sans venir avec lui, seuls les Ts'liches avaient cette capacité, et il doutait qu'ils aient aidé à assassinés cette Miss si même ses proches ne voyaient pas le motif de ce meurtre.

    - Personne à part vous, Miss et moi ne connaissions l'existence de cette maison et son emplacement. Vous avez peut-être été suivis... Ou peut-être que... Je ne sais pas si c'est possible, mais si tu as utilisé l'Imagination, Nornan...

    Shan suivit l'échange, cherchant à deviner à quoi il pouvait penser.

    - Il aurait pu suivre ma trace... Oh par la Merwyn !

    - Mais pourquoi ? Et pourquoi avoir laissé Ylléna ?


    Ca, Shan était d'accord, laisser une petite en vie, ça ne ressemblait pas aux Mentaïs. Il eu une grimace à cette pensée. Soudain, il n'était pas très fier d'avoir rejoint les mercenaires du Chaos... Mais ce n'était pas pour faire cela qu'il les avait rejoint...

    Et il avait aussi entendu parlé de la capacité de localiser quelqu'un par son passage dans l'Imagination, mais là encore, seuls les Ts'liches étaient sensés la posséder.

    - Je me suis cachée avec lui.

    Lui? Shan se demanda de qui elle parlait. Son père parut comprendre en tout cas, et Shan mit un moment avant de songer à sa forme serpent. Vu la façon dont ils en parlaient, ça pouvait très bien être ça.

    - Tu as perçu d'autres personnes ?

    - Je ne sais plus... Je me souviens juste que le monsieur a disparu...


    La petite semblait à nouveau sur le point de craquer, et son père la serra contre lui, l'air incertain. Shan profita du silence pour réfléchir à tout cela, sans même se demander pourquoi il faisait ça. Tout simplement, il était curieux et avait envie de comprendre, la façon dont cette Miss avait été tuée ainsi que le mobile l'intriguaient. Il n'était pas encore sûr qu'ils soient des marchombres, mais si c'était le cas, Miss étant d'après ce qu'il avait compris le mentor de Syndrell, alors elle en était une aussi. Mais le simple fait d'être marchombre justifiait-il vraiment qu'un Mentaï se donne la peine de se déplacer? Si Miss s'était déjà confrontée à lui, pourquoi pas remarque...

    Shan reporta son attention sur les personnes environnantes, espérant que l'une d'elle lui donne de nouvelles informations qui lui permettraient de mieux comprendre.

__________________________________________

Fiche ~ RPs ~ Liens ~ Lettres ~ 2ème cours



Thank you Ethan Sil'Lifen Wink

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4336
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Tréfonds d'ombres... [ Libre ]    Sam 24 Aoû 2013, 20:29

Tenargir ?

Tête penchée sur le côté, Syndrell fit rouler ce nom sur sa langue, cherchant dans sa mémoire un écho familier. Mais soit son esprit était trop embrumé par le choc, soit elle ne connaissait pas cette personne – ou du moins, Miss ne lui en avait pas parlé.

Elle ne lui avait rien dit, non plus, au sujet d’une quelconque prophétie, et ce détail troubla la jeune femme ; se pouvait-il que Miss ait été mêlée à une sombre histoire ? Un lourd secret, de ceux qui dépassent toute imagination et sèment la peur dans leur sillage ? Pourquoi cette aura de Chaos lui tirait-elle de tels frissons ?

Refusant de céder à l’inquiétude qui commençait à refermer son poing glacé autour de son cœur, Syndrell secoua la tête. Elle devait garder l’esprit le plus clair possible si elle voulait démêler les nœuds de cette histoire. C’était son devoir, envers Erwan, Ylléna, Lykia, Nornan… et Miss.

Un fils de Seigneur. Un homme encapuchonné, capable d’apparaître et de disparaître au gré de l’Imagination. Une rencontre liée à une prophétie. Le Chaos. La fumée. Miss qui s’interpose. Ylléna qui voit tout. Puis le serpent. Comment diable mettre du sens sur tous ces éléments ?! Quelle prophétie pouvait bien intéresser le Chaos ? Pourquoi, comment cet homme avait-il retrouvé la trace de Miss ?


- Pourquoi serait-il revenu maintenant ? demanda Erwan en suivant le cours de ses pensées. Et comment serait-il reparti ? C’était un Envoleur, pas un Mentaï… A moins qu’il ait été aidé…Mais comment aurait-il trouvé la maison ?

Le regard si bleu d’Erwan était fixé sur elle. Syndrell lutta pour ne pas ciller. Le marchombre avait presque craché le terme « Envoleur », et l’inimitié qui déchirait les deux camps lui apparaissait soudain comme en relief ; elle pensa à Dolce, se mordit la lèvre inférieure, fronça légèrement les sourcils.

Non. Dolce n’était pas ce genre d’homme, il ne ressemblait pas aux Envoleurs que l’on peignait à l’académie comme étant des guerriers extrêmement dangereux et cruels. Et il ne portait pas cette aura de Chaos sur lui. Mais Syndrell décida de ne pas mentionner son existence à Erwan – du moins pour l’instant.

Elle se promit cependant d’interroger son amant au sujet de cette prophétie. Car si elle ignorait tout d’elle, il était clair que le sort de Miss y était lié. L’or pur de son regard s’assombrit. Dolce était-il au courant de ce qui était arrivé à la jeune marchombre ?

A nouveau, la voix d’Erwan la tira de ses pensées. Il s’adressait cette fois à Nornan et Lykia, et il était question d’Imagination. Syndrell suivit leur échange, écarquilla les yeux en comprenant où son ami voulait en venir. Et serra les poings de colère. L’Imagination ! Elle aurait voulu que cette dimension, ce monde de Possibles n’ait jamais existé !

Et puis son regard tomba sur le bloc de dessin de Ciel, et sa fureur tomba aussi vite qu’elle s’était embrasée. Syndrell soupira. L’Imagination ne pouvait pas être une mauvaise chose, puisque l’homme qui vivait dans cette maison en était tombé éperdument amoureux. Mais son utilisation dépendait avant tout de ceux qui s’en servaient. Un crayon était inoffensif dans la main d’un enfant, mais dans celle d’un meurtrier ?


- Nornan.

Elle avait traversé la pièce en quelques pas légers pour poser sa main sur l’épaule du Dessinateur. Il avait baissé la tête, écrasé par le poids de la douleur, mais ce contact inopiné lui fit lever les yeux.

- Ce n’est pas votre faute. Cet homme a suivi votre trace comme il aurait pu suivre celle de n’importe qui d’autre.

Devant sa moue dubitative, Syndrell raffermit la pression de ses doigts.

- Nornan, votre fille connaissait beaucoup de gens ; pensez-vous vraiment être le seul Dessinateur qu’elle ait jamais rencontré ?
- Miss protégeait sa maison autant que sa famille,
intervint Lykia. Nul autre à part nous ne connaissait cet endroit.
- Elle a très bien pu être suivie. Ecoutez, la question n’est pas de savoir comment ce type est arrivé jusque là. Il y est arrivé, et Miss…


Sa voix flancha, se brisa. Syndrell tourna la tête vers Erwan et se racla la gorge pour reprendre d’un ton plus assuré :

- La Dame soit louée, Ylléna lui a échappé. Et grâce à elle, nous savons qui s’en est pris à Miss. Nous devons le retrouver !
- Comment ?
- En cherchant là où il faut. L’Imagination, le Chaos… Cet homme existe, cela me suffit pour me lancer à ses trousses.


La jeune femme cligna des yeux, surprise par la détermination qu’elle sentait courir comme un feu dans ses veines, mais soutint le regard d’Erwan ; Miss était sa compagne, la décision lui revenait forcément. Toutefois, il était hors de question qu’elle soit consignée ou refoulée. S’il refusait, elle mènerait elle-même sa propre traque.

- Tu sais que tu trouveras les réponses à tes questions en trouvant ce type. Moi aussi, je veux des réponses. Miss est… C’était mon maître et ma meilleure amie. Mon guide. Laisse-moi t’aider, Erwan !

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…




Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwan Narcos
Admin
avatar

Nombre de messages : 3450
Citation : L'amour c'est l'Harmonie des sentiments
Date d'inscription : 18/10/2008

Feuille de personnage
Age: 35 ans
Greffe: Lames dans le prolongement du cubitus et du radius
Signe particulier: Se tranforme en jaguar ; A une fille avec Miss : Yllena

MessageSujet: Re: Tréfonds d'ombres... [ Libre ]    Dim 25 Aoû 2013, 11:21

Erwan ne s’était pas rendu compte à quel point son ton était devenu agressif alors qu’il réfléchissait à voix haute pour aider Syndrel, Nornan et Lykia à saisir la situation. Il ne s’en rendit compte que lors les regards étonnés de ces derniers se posèrent sur lui.
Mais quelque chose passa dans le regard de Syndrell à ce moment-là, et Erwan comprit que cette dernière avait des rapports avec un ou plusieurs Envoleurs. Lui-même n’avait jamais rien eu contre ces personnes, puisqu’il n’avait pas été attaqué ; il avait toujours considéré que c’était simplement une Voie en totale opposition à la sienne, mais il n’y avait pas de bon ou de mauvais choix : il n’y avait que ses propres choix.

Miss elle-même avait côtoyé pas mal d’Envoleurs de manière plus ou moins intime  - après tout, Erwan n’ignorait pas qu’elle avait suivi la formation d’Envoleur presque jusqu’à l’avoir terminée, avant de se rendre compte que ce n’était pas sa Voie.

Le Marchombre cligna des yeux. Une idée venait de lui passer par la tête.


- Cet homme existe, cela me suffit pour me lancer à ses trousses. Tu sais que tu trouveras les réponses à tes questions en trouvant ce type. Moi aussi, je veux des réponses. Miss est… C’était mon maître et ma meilleure amie. Mon guide. Laisse-moi t’aider, Erwan !

Un léger soupir franchit les lèvres d’Erwan et il posa son regard sur sa fille qui venait de sombrer dans le sommeil. La fatigue des pleurs l’avait emporté, et elle avait les yeux clos, même si ses joues étaient maculées par les sillons de ses larmes. La ramenant un peu plus confortablement contre son torse, Erwan cligna des paupières.


- Après, je connais Miss. Elle a eu beaucoup de rencontres et de... relations avec des Envoleurs. Des relations plus ou moins intimes… Elle ne les a jamais considérés comme des ennemis tant qu’ils ne l’attaquaient pas, et je… je pensais comme elle.

Le regard d’Erwan trouva celui de Syndrell, et il la fixa ainsi plusieurs secondes pour faire passer silencieusement son message.

- Elle connaissait l’emplacement de leur repaire. Peut-être que… Il secoua la tête de gauche à droite, avant de reprendre : Peut-être qu’ils la cherchaient depuis un moment pour la mettre hors d’état de se délester de son secret… Même si elle l’a toujours gardé. Ca me parait du coup plus plausible…

Prenant une inspiration, Erwan eut très envie de se passer une main sur le visage mais Ylléna dans ses bras l’en empêchait. Il se contenta donc de fermer les yeux quelques secondes.


- Mais tu as raison Syndrell. On ne saura pas tant que l’on n’aura pas trouvé cet homme – ou ces, s’il y en avait plusieurs. Mais… Mais je ne sais pas si c’est une bonne chose de savoir…

Les doutes l’assaillaient.
S’il savait, ne risquait-il  pas de se perdre lui-même en entamant une vengeance ?
Il n’avait jamais eu besoin de cela. Il ne voulait pas de cela. Et pourtant, une partie de lui bouillait littéralement de retrouver cet homme et de le tuer à son tour… Mais à quoi cela aurait servi ? A rien. Cela ne ramènerait pas Miss… Peut-être que le retrouver l’aiderait à faire son deuil, et celui d’Ylléna aussi, mais le tuer ne lui apporterait rien sauf un calice pour focaliser sa colère. Une colère qui ne s’en irait pas, même s’il le tuait.

Le regard cobalt se planta encore une fois dans celui de Syndrell, et Erwan prit une grande inspiration.


- La vengeance ne nous ramènera pas Miss. Mais la connaissance nous aidera peut-être à faire notre deuil…

Une nouvelle vague de tristesse le submergea alors qu’il disait cela à voix haute.
Il ferma les yeux, et de nouvelles larmes glissèrent sur sa peau. Heureusement qu’Ylléna dormait…


- Elle est… Il prit une petite inspiration. Il fallait qu’il le dise. Elle est morte. Miss est… morte.

Il l’avait dit.
Il l’avait dit, mais cela ne le soulagea pas, cela fit simplement encore plus mal. Comme un poignard que l’on vous enfonce dans le ventre sans le bouger, et que seulement après on le fait tourner pour le retirer. La douleur et les dégâts étaient encore pires… mais la lame n’était plus dans son corps.
Serrant les poings, Erwan laissa son regard glisser sur la pièce, et trouva encore celui du garçon.

Tilt.
Le jaguar rugit brusquement, se ramassant pour mieux bondir.
Erwan cessa de respirer, et posa délicatement Ylléna sur le canapé où il se trouvait. Déposant un baiser sur son front, il se redressa lentement et se tourna vers le garçon.
Dressé de toute sa hauteur, il ne se rendit même pas compte de l’attitude agressive et frontale qu’il venait d’adopter, en écartant les épaules, et gardant toutes ses articulations souples.

Il s’accula.


- Tu es qui ? Qu’est-ce que tu fais là ? Tu es un…Sa voix trembla légèrement. Oui, il le voyait dans ses yeux ! Il sentait l’odeur d’adrénaline, de peur, qui se dégageait de lui. Il avait l’attitude de la culpabilité, de la proie ! Tu es l’un des leurs !

Un long grognement passa la gorge d’Erwan, qui s’efforça de respirer.
Il lui donnait dix secondes. Dix secondes pour s’expliquer !
Et son regard était impitoyable. Glacial.







[ Erwan se réveille, et... il est pas content ! S'il y a quelque chose qui vous gène, n'hésitez pas ! ][/i]

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shan Lowën
Groupe Quern
avatar

Nombre de messages : 179
Date d'inscription : 16/03/2012

Feuille de personnage
Age: 26 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Très bon au tir à l'arc, parle Faël

MessageSujet: Re: Tréfonds d'ombres... [ Libre ]    Lun 26 Aoû 2013, 19:12



      ( Je sais pas comment j'ai fais mon compte mais j'avais pas vu ta réponse Erwan Oo Enfin bref, ça va j'l'ai remarquée assez vite quand même ^^ Et houla, ça y est, ça chauffe! )




    - Nornan.

    Syndrell s'approcha du Dessinateur, probablement pour le déculpabiliser un peu. En effet, depuis qu'il avait compris que la maison où se trouvait Miss avait peut-être été repérée à cause de lui, il n'avait pas franchement l'air bien, et Shan n'osait rien dire de réconfortant tant la situation était inconfortable pour lui. Et puis il ne les connaissait pas, eux non plus, comment prendraient-ils cela venant d'un inconnu? Un inconnu étranger à la situation qui plus est. Enfin pas tant que ça finalement...

    - Ce n’est pas votre faute. Cet homme a suivi votre trace comme il aurait pu suivre celle de n’importe qui d’autre.

    Cela n'avait pas l'air de convaincre l'intéressé, pourtant Shan était assez d'accord. Les mercenaires étaient spécialistes de ce genre de chose après tout.

    - Nornan, votre fille connaissait beaucoup de gens ; pensez-vous vraiment être le seul Dessinateur qu’elle ait jamais rencontré ?

    - Miss protégeait sa maison autant que sa famille, nul autre à part nous ne connaissait cet endroit.

    - Elle a très bien pu être suivie. Ecoutez, la question n’est pas de savoir comment ce type est arrivé jusque là. Il y est arrivé, et Miss…

    La voix flancha. Shan se sentait vraiment mal à l'aise devant la tristesse de ces gens, parce que des gens dans le camp qu'il avait rejoint en étaient responsables, et cela ne lui plaisait pas. Serait-il forcé de faire la même chose une fois sa formation terminée? Il n'espérait pas!

    - La Dame soit louée, Ylléna lui a échappé. Et grâce à elle, nous savons qui s’en est pris à Miss. Nous devons le retrouver !

    - Comment ?

    - En cherchant là où il faut. L’Imagination, le Chaos… Cet homme existe, cela me suffit pour me lancer à ses trousses.

    On sentait très clairement la détermination dans sa voix, et cela mis Shan encore un peu plus mal à l'aise. Si ça continuait, il allait avoir du mal à le cacher encore bien longtemps, heureusement que personne ne faisait attention à lui.

    - Tu sais que tu trouveras les réponses à tes questions en trouvant ce type. Moi aussi, je veux des réponses. Miss est… C’était mon maître et ma meilleure amie. Mon guide. Laisse-moi t’aider, Erwan !

    Shan se fit soudain la réflexion qu'il n'aimerait pas franchement être à la place du dit Tenargir quand Syndrell le trouverait, au vu de ce qu'il avait vu de ses capacités tout à l'heure. Mais comment se comporterait-elle avec lui si elle savait qu'il était envoleur? Il ne le savait pas, et cela l'inquiétait.

    - Après, je connais Miss. Elle a eu beaucoup de rencontres et de... relations avec des Envoleurs. Des relations plus ou moins intimes… Elle ne les a jamais considérés comme des ennemis tant qu’ils ne l’attaquaient pas, et je… je pensais comme elle.

    Shan haussa les sourcils de surprise. La nouvelle l'étonnait réellement, surtout si Erwan et Syndrell étaient bien des marchombres, ce qui n'était pas encore sûr à 100%, mais cela l'arrangeait, ça voulait dire que ce comportement avait l'air assez courant chez les envoleurs, il devrait donc pouvoir faire de même. Mais le "je pensais comme elle" l'inquiéta à nouveau. Il pensais comme elle, mais plus maintenant qu'elle avait été tuée par eux.

    Mauvais pour lui ça. Très mauvais.

    - Elle connaissait l’emplacement de leur repaire. Peut-être que… Peut-être qu’ils la cherchaient depuis un moment pour la mettre hors d’état de se délester de son secret… Même si elle l’a toujours gardé. Ca me parait du coup plus plausible…

    Ah! Bien sûr, dans ce cas, cela expliquait beaucoup de choses! Les marchombres n'étaient pas toujours considérés comme des ennemis, ça dépendait des mercenaires, mais un individu, quel qu'il soit, s'il découvrait l'emplacement du Domaine, était destiné à être traqué puis tué afin de préserver le secret et d'être sûr qu'il ne le dirait pas aux mauvaises personnes.

    - Mais tu as raison Syndrell. On ne saura pas tant que l’on n’aura pas trouvé cet homme – ou ces, s’il y en avait plusieurs. Mais… Mais je ne sais pas si c’est une bonne chose de savoir…

    Il paraissait incertain, et Shan croisait les doigts dans sa tête pour qu'il décide de ne pas savoir. Même si l'hypothèse selon laquelle Miss avait été éliminée parce qu'elle connaissait l'emplacement du Domaine était très forte, cela restait une hypothèse, et donc cela restait à prouver. Mais d'un autre côté...

    Est-ce qu'à leur place, si quelqu'un de sa famille était tué, il accepterait de laisser le meurtrier courir en liberté, sans savoir la raison de son geste?

    - La vengeance ne nous ramènera pas Miss. Mais la connaissance nous aidera peut-être à faire notre deuil…

    Cela semblait être un bon compromis, et Shan le comprenait assez, même si lui même serait peut-être moins conciliant quant à la survie de l'intéressée. Enfin il n'allait pas s'en plaindre!

    - Elle est… Elle est morte. Miss est… morte.

    Sa voix était pleine de tristesse en disant cela, et le dire ne parut pas améliorer les choses, mais c'était la première fois que quelqu'un le disais aussi franchement. D'après ce qu'avait entendu Shan, c'était mieux ainsi. Pourquoi, va savoir. Cependant, cela fit revenir le malaise de Shan.

    C'est alors que le regard d'Erwan croisa le sien.

    Shan n'arrivait pas à faire bonne figure, la situation le mettait trop mal à l'aise, et le fait que le regard d'Erwan se pose aussi directement sur lui n'arrangea absolument rien, au contraire. Shan comprit aussitôt qu'il n'aurait pas du regarder, il vit le regard de l'homme s'embraser et fut à deux doigts de faire un pas en arrière. L'homme se retourna pour poser sa fille avant de lui faire face avec une attitude si agressive et un tel regard que cette fois, Shan fit un pas en arrière.

    - Tu es qui ? Qu’est-ce que tu fais là ? Tu es un… Tu es l’un des leurs !

    Etant donné l'attitude de Shan, ce n'était pas très étonnant qu'il ai compris. Mais l'attitude d'Erwan était si agressive qu'il regrettait vraiment qu'il ai compris. Son regard glacial lui donna envie de faire un autre pas en arrière, mais il craignait que cela ne soit interprété comme une fuite et qu'il ne lui saute dessus. De toute façon, il sentait que s'il n'expliquait pas la situation là, maintenant, tout de suite, il allait l'attaquer quand même.

    - Je suis un mercenaire du Chaos, c'est vrai, mais je suis seulement un apprenti envoleur, je ne savais rien à ce sujet! Syndrell m'a demandé de l'aide quand vous étiez inconscient pour vous porter jusqu'ici, c'est tout!

    Il ne voulait surtout pas qu'il croie qu'il était là volontairement! Malgré tout, il n'était pas sûr que son explication, même si elle était vraie, réussisse à le calmer...

__________________________________________

Fiche ~ RPs ~ Liens ~ Lettres ~ 2ème cours



Thank you Ethan Sil'Lifen Wink

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syndrell Ellasian
Admin
avatar

Nombre de messages : 4336
Citation : Verba volant, scripta manent : les paroles s'envolent, les écrits restent...
Date d'inscription : 05/04/2010

Feuille de personnage
Age: 27 ans
Greffe: Lame qui sort de chaque avant-bras
Signe particulier: Syndrell sait lire sur les lèvres

MessageSujet: Re: Tréfonds d'ombres... [ Libre ]    Mer 28 Aoû 2013, 11:44

Syndrell haussa légèrement un sourcil en surprenant une étincelle indéfinissable dans le regard que lui lança Erwan, et l’espace d’une seconde elle se demanda s’il ne s’agissait pas là d’une complicité à demi avouée. Et puis le marchombre enchaîna, et elle se concentra à nouveau sur ses paroles.

Qui la laissèrent pensive. Oui, elle savait que Miss avait côtoyé le Chaos. Elle n’était encore qu’une jeune apprentie lorsque la marchombre lui avait parlé de son expérience non aboutie sur une Voie qui n’était pas si différente de la leur. En fait, le cheminement était le même ; seul le tracé changeait. Voilà pourquoi elle se sentait si bien aux côtés de Dolce, tout en était perpétuellement en décalage avec lui.

Pourtant, elle aimait ce monde de contrastes, de force pure confrontée à l’harmonie des sens, des émotions en contrepoint des sensations. C’est d’ailleurs la seule chose qui l’ait jamais séduite chez Faldor et, lorsqu’il lui avait proposé de la guider lorsqu’elle avait découvert le Domaine, Syndrell avait dû faire un choix. Tout comme Miss, quelques années plus tôt.  Un pâle sourire dansa sur les lèvres de la jeune femme à l’idée que son mentor et elle puisse être aussi semblable.

Mais si Miss avait définitivement choisi les Marchombres, cela ne signifiait pas pour autant que le Chaos avait définitivement laissé Miss. Et cet homme, ce Tenargir, pouvait bien être une vieille connaissance. Un ancien frère d’arme ? Erwan paraissait convaincu qu’il s’agissait d’un Envoleur mais, même s’il était Mentaï, il pouvait avoir rencontré Miss au Domaine.

Et il avait voulu protéger un secret bien gardé. Syndrell hocha la tête. Il ne s’agissait pour l’heure que de suppositions mais aucune n’était à négliger. Elle rangea cette information dans un coin de son esprit et regarda Ylléna s’enfoncer dans un sommeil qu’elle souhaitait sans rêves. Cette petite avait du cran pour son âge. Elle avait de qui tenir…


- La vengeance ne nous ramènera pas Miss. Mais la connaissance nous aidera peut-être à faire notre deuil…
- C’est essentiel. Cela nous empêche d’imaginer mille scénarios.
- Et nous devons ça à notre fille.


De grosses larmes roulèrent sur les joues d’Erwan.

- Elle est… Elle est morte. Miss est… morte.

La vue de Syndrell se brouilla. Elle leva la main, mais au lieu d’essuyer ses larmes, elle posa les doigts sur l’épaule d’Erwan.

- Je n’arrive pas à le croire, murmura-t-elle. Qu’elle soit partie pour de bon. J’ai l’impression qu’il s’agit d’une plaisanterie, qu’elle va faire irruption dans le salon en riant devant nos airs sidérés…

Ce n’était qu’une impression et elle le savait. Une sensation fantôme, comme celle que connaissent ceux qui perdent un bras ou une jambe. Pourtant, Syndrell leva les yeux en direction du couloir, s’attendant à voir débarquer la marchombre aux yeux violet. Elle l’imaginait parfaitement plantée là, les mains sur les hanches et la tête penchée sur le côté, un sourire accroché aux lèvres, s’exclamant « Si vous voyiez vos tronches ! »…

Au lieu du regard indigo de son mentor, ce fut celui de Shan qu’elle croisa. Orangé, brillant… effrayé ? Qu’est-ce qui pouvait inquiéter à ce point le jeune homme ?

Erwan.

Limpide et simple, la réponse siffla comme un vent d’alarme dans l’esprit de la marchombre tandis que, sous ses doigts, les muscles d’Erwan se raidissaient. Elle ôta sa main. Comme libéré de sa dernière entrave, il se leva en prenant soin de ne pas éveiller Ylléna et se déploya lentement à la manière d’un félin. Pourtant son regard était bleu et brillant de détermination farouche.

Cela signifiait deux choses. La première : les effets de l’alcool s’estompaient dans son organisme, rétablissant de ce fait l’équilibre qui existait entre l’homme et l’animal, assurant un minimum de contrôle de l’un sur l’autre. La seconde : Erwan était en colère. or, la fureur d’un homme est souvent plus dévastatrice que celle d’un animal.


- Tu es qui ? Qu’est-ce que tu fais là ? Tu es un… Tu es l’un des leurs !

Ce fut un coup de tonnerre pour Nornan, qui écarquilla les yeux, et pour Lykia, qui serra les poings. Syndrell se contenta de cligner des yeux. Il y avait un moment, déjà, qu’elle avait deviné.

Bien sûr que Shan était « un des leurs » ! Son attitude vis-à-vis de la situation avait été une piste pour la jeune femme. En dépit du choc, elle avait observé chacune de ses réactions et constaté qu’en découvrant ses lames, puis celles d’Erwan, Shan n’avait témoigné aucune surprise. Tout juste de la franche curiosité. Il n’avait pas non plus cillé en entendant parler du Chaos.

Syndrell réfléchissait maintenant à toute allure. Le déploiement d’Erwan l’avait sortie de sa torpeur et c’est avec calme qu’elle analysa la situation. Deux marchombres, un Dessinateur, un Jaguar de mauvais poil, une mère en deuil… et un Mercenaire du Chaos. Sa situation n’était pas brillante. Au mieux, il s’en sortirait sacrément amoché.

Au mieux.

Elle décida de ne pas intervenir pour l’instant. Maîtriser un Erwan abattu et éméché avait été un défi de taille, le faire à nouveau face à un homme au cœur brisé et parfaitement réveillé était impossible…


Impossible n’est pas Marchombre, jeune apprentie !


- Je suis un Mercenaire du Chaos, c’est vrai, mais je suis seulement un apprenti envoleur, je ne savais rien à ce sujet ! Syndrell m’a demandé de l’aide quand vous étiez inconscient pour vous porter jusqu’ici, c’est tout !

Syndrell nota que Shan avait reculé. C’était une bonne chose. Défier le Jaguar serait pure folie, mais s’il se soumettait à lui, il avait peut-être une chance de s’en sortir sans trop de casse. Cela supposait toutefois qu’Erwan soit attentif à ce genre de détail… et que cela lui convienne. Et vu la tension de ses muscles, c’était loin d’être le cas.

Impossible n’est pas Marchombre…


- Tu entends ça ? lança-t-elle en direction d’Erwan. Ce n’est qu’un élève. Le tuer ne résoudra pas cette histoire. Au mieux, ça calmera un peu tes nerfs, mais pour être honnête, j’en doute sérieusement.

Syndrell croisa les bras sur la poitrine. Elle n’avait pas bougé mais son inflexion était suffisamment ferme pour interpeler son ami.

- Tu l’as dit toi-même : la vengeance ne nous rendra pas Miss. Laisse-le partir, Erwan. Tu penses que c’est impossible, mais tu sais bien… impossible n’est pas Marchombre !

Syndrell n’avait aucun moyen de savoir à quel point elle ressemblait à Miss en cet instant. Même attitude, même feu sacré flamboyant dans son regard, même insolence…

Mais sa façon d’utiliser les mots comme des armes était sa propre signature, et c’est en silence qu’elle attendit la réponse d’Erwan. Il avait un choix à faire, et la vie de Shan dépendait de ce choix.

__________________________________________

Marchombre. Un souffle, un geste, un élan de vie. Un formidable amalgame entre liberté et harmonie.

Vous. Moi…




Spoiler:
 

(Wëlle, merci... tout simplement)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwan Narcos
Admin
avatar

Nombre de messages : 3450
Citation : L'amour c'est l'Harmonie des sentiments
Date d'inscription : 18/10/2008

Feuille de personnage
Age: 35 ans
Greffe: Lames dans le prolongement du cubitus et du radius
Signe particulier: Se tranforme en jaguar ; A une fille avec Miss : Yllena

MessageSujet: Re: Tréfonds d'ombres... [ Libre ]    Mer 28 Aoû 2013, 12:16

- Je suis un mercenaire du Chaos, c'est vrai, mais je suis seulement un apprenti envoleur, je ne savais rien à ce sujet! Syndrell m'a demandé de l'aide quand vous étiez inconscient pour vous porter jusqu'ici, c'est tout!

Erwan s’efforça de respirer. Un apprenti hein ?
Mais il n’eut pas le temps de pousser sa réflexion : Syndrell venait encore de s’interposer. Décidément, ça commençait à fortement l’agacer cette attitude : il ne se battrait pas contre elle, mais il pouvait tout à fait l’ignorer tout simplement. Et puis, il pouvait réfléchir tout seul !


- Tu entends ça ? Ce n’est qu’un élève. Le tuer ne résoudra pas cette histoire. Au mieux, ça calmera un peu tes nerfs, mais pour être honnête, j’en doute sérieusement. Tu l’as dit toi-même : la vengeance ne nous rendra pas Miss. Laisse-le partir, Erwan. Tu penses que c’est impossible, mais tu sais bien… impossible n’est pas Marchombre !

Un ricanement passa les lèvres d’Erwan.
Il n’était peut-être plus lui-même, ou bien il avait dépassé la phase de calme et de sérénité. Il avait trouvé cette limite si fine que jamais il n’avait franchi jusqu’alors, au point où toute sa colère se déversait en adrénaline pure dans ses veines, et sa réflexion se faisait accrue, tout comme sa perception du jaguar.


- Comme si tu savais ce que je pense ! Je ne compte pas le tuer… Mais le mettre hors d’état de parler de ceci à quiconque. Son regard se braqua sur Shan, et il plissa légèrement les paupières Il connait nos noms, il a sans doute bien mémorisé tout cela, ce que je suis, ce qu’Ylléna est…

Prenant une nouvelle inspiration qui dénoua légèrement les muscles de ses épaules, Erwan braqua son regard dans celui de Syndrell.


- Il est apprenti Envoleur. Il l’a dit lui-même… Il a de quoi nous livrer tous aux Envoleurs et aux Mentaïs ! Il a de quoi rendre la chasse plus intéressante avec nos caractéristiques. Il a de quoi confirmer l’existence de nos lames ! Donne moi une seule bonne raison de le laisser sortir d’ici indemne. Ce n’est pas pour Miss, tout ça, mais bien pour nous. Nous tous !

Il avait hurlé.
Lui, Erwan Narcos, toujours si calme et mesuré, avait hurlé…
Prenant une nouvelle inspiration, il se tourna pour voir sa fille qui le regardait avec de grands yeux ronds. Des yeux emplis de larmes, des yeux à peine réveillés, mais elle irradiait de peur.
Elle avait peur de lui…

Cela souffla toute sa colère.
Clignant des yeux, Erwan sentit ses épaules s’affaisser et jeta un coup d’œil à Shan, puis à Nornan et Lykia, et enfin à Syndrell. Serrant les lèvres, il tendit ses mains vers Ylléna, qui répondit immédiatement en lui tendant les bras pour qu’il la prenne contre lui. Blottissant sa fille contre son torse, il se tourna vers Syndrell, et son regard flamboya vivement.


- Très bien. Fais ce que tu veux, jeune fille. Moi je m’en vais.

Disparaissant par la porte, il descendit les escaliers à la volée pour s’enfoncer dans les ruelles adjacentes et filer loin. Très loin. Attrapant Joya dans les écuries, il la harnacha rapidement, déposa Ylléna devant lui sur la selle, et lança sa jument au galop sur les pavés, puis à l’extérieur d’Al-Chen.

Pas une fois il ne se retourna.
Il en était hors de question !











[ Waouh, Erwan poussé à bout, je n'avais JAMAIS imaginé que cela pouvait être possible... Du coup, merci énormément et profondément pour ce RP déterminant, et puis... Shan, je suppose que c'est mieux si Erwan se tient loin de toi ! Wink]

__________________________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shan Lowën
Groupe Quern
avatar

Nombre de messages : 179
Date d'inscription : 16/03/2012

Feuille de personnage
Age: 26 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Très bon au tir à l'arc, parle Faël

MessageSujet: Re: Tréfonds d'ombres... [ Libre ]    Mer 28 Aoû 2013, 12:36


    Erwan n'avait pas décoléré. Mais avant qu'il n'ai eu le temps d'assimiler ce que Shan avait dit et d'y réfléchir, Syndrell intervint.

    - Tu entends ça ? Ce n’est qu’un élève. Le tuer ne résoudra pas cette histoire. Au mieux, ça calmera un peu tes nerfs, mais pour être honnête, j’en doute sérieusement. Tu l’as dit toi-même : la vengeance ne nous rendra pas Miss. Laisse-le partir, Erwan. Tu penses que c’est impossible, mais tu sais bien… impossible n’est pas Marchombre !

    Il en était sûr maintenant, sûr à 100%, Erwan et Syndrell étaient donc bien des marchombres... Et les parents de Miss? Probablement pas non. En tout cas, bien que pas loin d'être terrifié - sa vie était quand même en jeu et son self contrôle avait du mal à le faire garder son sang froid dans une telle situation - il ne pu s'empêcher de noter que Syndrell, qu'il était heureux de voir prendre à nouveau sa défense malgré la situation, était en train d'essayer de dissuader Erwan de le tuer, et cette façon de faire, ce "sujet de discussion" lui rappelait les Envoleurs.

    Bien sûr, il ne pouvait pas pour autant mettre envoleurs et marchombres dans le même sac, la situation était particulière, mais tout de même, il trouvait la situation d'une certaine ironie. Sauf qu'il doutait qu'un envoleur ai jamais essayé d'en convaincre un autre de ne pas tuer quelqu'un...

    Un ricanement ramena l'attention de Shan sur Erwan. Les paroles de Syndrell n'avaient pas vraiment eu l'effet esconté non plus.

    - Comme si tu savais ce que je pense ! Je ne compte pas le tuer… Mais le mettre hors d’état de parler de ceci à quiconque. Il connait nos noms, il a sans doute bien mémorisé tout cela, ce que je suis, ce qu’Ylléna est…

    Alors que l'intervention de Syndrell lui avait permis de retrouver un semblant de calme, le regard d'Erwan posé sur lui et ses paroles, entendre des menaces aussi claires, firent libérer une nouvelle vague d'adrénaline dans ses veines.

    Certes, il parlait de ne pas le tuer. Mais Shan ne savait pas si "mettre hors d'état de parler de ceci à quiconque" était vraiment mieux. En évitant d'adopter une position pouvant être vue comme une attaque, Shan se prépara mentalement à l'action, que se soit pour esquiver ou fuir, même s'il savait que ses chances d'en réchapper si Erwan décidait de passer à l'action étaient très faibles.

    - Il est apprenti Envoleur. Il l’a dit lui-même… Il a de quoi nous livrer tous aux Envoleurs et aux Mentaïs ! Il a de quoi rendre la chasse plus intéressante avec nos caractéristiques. Il a de quoi confirmer l’existence de nos lames ! Donne moi une seule bonne raison de le laisser sortir d’ici indemne. Ce n’est pas pour Miss, tout ça, mais bien pour nous. Nous tous !

    Il avait hurlé sur la fin. Nouveau pas en arrière, totalement irréfléchi, qui se serait transformé en fuite à toute vitesse si Shan ne s'était pas trouvé dans un espace clos plutôt qu'à l'extérieur. Mais fuir aurait été une mauvaise idée, ils auraient pu mal l’interprété.

    Il n'avait pas envie de vendre Syndrell, qui lui était sympathique, et Erwan, qui l'était déjà nettement moins mais même, aux envoleurs. Il n'en voyait pas la raison. Erwan l'avait dit, il ne voulait pas forcément se venger, sachant que cela ne lui apporterait rien, juste comprendre. Bien sûr, ainsi, il pourrait s'approcher un peu trop près des envoleurs et de certains de leurs secrets, mais Shan ne pouvait pas vraiment leur en vouloir, ils ne pouvaient pas faire autrement.

    Sauf que vu l'état émotionnel d'Erwan, il se voyait mal le dire, d'autant qu'il n'était pas sûr du tout qu'on le croit. Mais le père croisa le regard de sa fille, et soudain, toute sa colère sembla partie.

    Sa fille, Ylléna, que ses éclats de voix avaient réveillé.

    Erwan cligna des yeux, la prit contre elle et se tourna vers Syndrell, son regard toujours flamboyant.

    - Très bien. Fais ce que tu veux, jeune fille. Moi je m’en vais.

    Et il disparut par la porte. Shan entendit ses pas descendre à la volée les marches de l'escalier, puis disparaître totalement.

    Il était parti.

    Encore sous le choc, Shan se tourna, un peu hébété, vers Lykia, Norman, puis enfin Syndrell, l'air de dire "Et maintenant?"




      ( Effectivement, de toute façon je ne pense pas que Shan ai très envie de revoir Erwan vu qu'il vient probablement de lui flanquer la trouille de sa vie xD )


__________________________________________

Fiche ~ RPs ~ Liens ~ Lettres ~ 2ème cours



Thank you Ethan Sil'Lifen Wink

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Tréfonds d'ombres... [ Libre ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Suivant les ombres... [Libre...]
» Déchirer le voile des Ombres [Libre]
» Denwall Zemeric : Elfe de la Nuit : Ombres : Libre
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Al-Chen-
Sauter vers: