AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  RèglementRèglement  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Pacte VS L'Ordre
Bienvenue sur Chaos VS Harmonie !

Tu pourras ici incarner un personnage de ton choix, Marchombre ou Mercenaire, et le faire évoluer dans l'univers du forum.
Cours pour améliorer les capacités de ton personnage, aide en RPG, Hors RPG et jeux, tu ne peux que t'amuser avec nous !

Si tu ne connais rien à Gwendalavir, cela ne t'empêchera pas de te joindre à nous, car un récapitulatif de tout ce qu'il y a à savoir est disponible dans le contexte

En espérant te compter très bientôt dans nos rangs,
L'équipe
Cours Envoleurs
Cours Marchombres
Panneaux
Votez (1)
Votez (2)
Votez (3)
Votez (4)
Tops Sites


Le Pacte des Marchombres VS l'Ordre des Envoleurs
 

Partagez | 
 

 Groupe Fyrh - Cours n°1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Groupe Fyrh - Cours n°1   Lun 11 Juil 2011, 16:39

- … C’est alors que Yalah se tourna d’un coup pour leur dire :

“Qui que vous soyez, je n’ai pas peur de vous.”

Les hommes se concertèrent du regard durant quelques secondes, le temps de prendre une décision. Ils ne parlèrent pas, mais on sentait une communication entre eux. Et enfin, l’un d’eux s’avança d’un pas vers la jeune femme.

“Nous ne voulons pas que tu aies peur de nous, au contraire.”

“Qu’est-ce que vous voulez alors ?”

“Que tu nous rejoignes !”


Les deux petites filles s’exclamèrent en plaquant leurs mains sur leur bouche. Se concertant du regard un instant, la plus vieille des deux, Fyléha, se redressa un peu.

- Et alors Mémé, il s’est passé quoi après ?

Les yeux des deux fillettes brillaient de curiosité et d’attention. Naïkiti n’avait rien perdu de son talent de conteuse, au contraire, plus les années passaient et plus elle savait tenir en haleine son public, qu’il soit fait d’enfants ou d’adultes.

- Vous le saurez demain les filles ! Allez, on dort maintenant !

Fyléha et Tyao ralèrent quelques minutes, avant de se coucher dans leur lit pour remonter leur couverture jusqu’à leur menton. Une dernière bise à leur arrière-grand mère, et elles s’endormirent en quelques secondes. La vieille femme sourit tranquillement, avant de sortir de la pièce sans un bruit pour refermer la porte derrière elle. Un léger soupir passa ses lèvres, et elle se dirigea vers la salle de la cheminée, où l’attendait Aïwen.

Assis dans son fauteuil, il la regardait. De ce regard si particulier, qui n’avait pas changé avec les années. Toujours aussi brillant, curieux, taquin et surtout... rempli d’amour. S’avançant à son rythme, Naïkiti lui sourit doucement, avant de venir à son tour s’asseoir dans le fauteuil qui était juste à côté de celui de son mari. Posant sa main à la peau translucide et frippée sur celle de son compagnon, aussi frippée que la sienne mais sombre, elle ferma les yeux un instant. Ne dit rien.

Ils se parlèrent en silence.

**

Aïwen déposa un léger baiser sur le dos de la main de Naïkiti, avant de lui sourire tendrement.

- Je serai là dans un mois ma chérie.

- J’y compte bien !


Un baiser, et Wen serra les mollets sur les flancs de Luayy, qui se mit au pas, loin d’être pressé. Un signe de la main, et un galop.

**

Il était là, il attendait.

Tranquille et serein. Les yeux fermés, il laissait le vent venir caresser sa peau sèche comme un papirus et ridée comme les feuilles de roseaux. Le vent était son ami, et ils se parlaient, l’un et l’autre. Toujours. Depuis si longtemps. Pourtant, il se souvenait comme si cela avait été la veille sa rencontre avec le vent, le vrai vent, avec son Maître. Un sourire étira ses traits, et il inspira doucement.

Elles arrivaient.

Quatre apprenties, normalement, si tout se passait bien. Mais déjà, il sentait une absence, comme une autre voie, moins lumineuse, un autre chemin, plus adapté sans doute. Le sourire ne cessa de grandir sur ses lèvres. Toujours assis en tailleur, il n’ouvrit pas les yeux immédiatement. Il connaissait une présence, une odeur, une manière d’être : il l’avait déjà rencontrée. Les autres n’étaient que des souvenirs flous, des aperçus incertains.

Quand elles furent toutes là et qu’il fût certain qu’aucun autre n’arriverait, il ouvrit lentement les paupières et leur adressa un sourire. Se levant souplement, il inspira profondément et les salua.

- Bonjour à toutes. Je m’appelle Aïwen Jok, et je serai le Maître qui vous accompagnera durant trois ans, sur la Voie que vous avez entrevue, et qui vous a peut-être choisies.

Il fit une petite révérence du menton, avant de poursuivre.

- Avant de commencer, il serait bien de vous présenter. Ainsi, vos camarades et moi-mêmes sauront comment vous nommer.

Il sourit encore. Tranquillement. Ses yeux glissant sur les silhouettes de celles qui étaient désormais ses apprenties.
Revenir en haut Aller en bas
Shalie Altan
Groupe Fyrh
Modérateur Hors-Jeu
avatar

Nombre de messages : 671
Citation : La première partie de la vie se passe à désirer la seconde ; la seconde à regretter la première
Date d'inscription : 28/05/2011

Feuille de personnage
Age: 22 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Très agile, Assez reconnaissable à cause de ses grandes oreilles pointues

MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°1   Lun 11 Juil 2011, 18:14

"Aujourd’hui, c’est aujourd’hui "

Ses mots Shalie se les étaient répété de nombreuses fois dans sa tête, aujourd’hui elle rencontrerait son maître. Elle ne savait pas encore si c’était un homme ou une femme mais peut lui importait enfin elle allait pouvoir prétendre au titre d’apprentie.

Elle n’avait pas beaucoup dormit cette nuit et pour se vider la tête avait préférer courir une heure afin de retrouver son sang froid mais son n’esprit ne pouvait s’empêcher de dévier vers son futur maître et de nombreuses questions lui tarauder l’esprit ainsi qu’un fol espoir elle espéré au fond d’elle-même que son maitre soit le marchombre qu’elle avait rencontrée à 16 ans.

Elle s’était mise en route tôt la lettre qu’elle avait reçue lui annoncer que le rendez vous se trouver devant l'académie et cela lui faisait une petite trotte à pieds mais elle savait qu’au fond d’elle-même elle serait allé jusqu’au bout du monde pour le ou la rencontrer.

Après quelques heures de route elle arriva au lieu de rendez vous, elle aperçue un groupe de personne composait d’un homme et de trois femmes, son attention était focalisé sur l’homme.

Au premier coup d’œil elle ne sut que penser elle s’attendait à quelqu'un de plus jeune il n'en était pas moins magnifique et lorsque il ouvrit lentement les paupières elle fut tétaniser sur place son regard avait une sorte de pouvoir il dégageait une aura de confiance de sérénité de savoir et elle sentait aussi qu'il était puissant.
Elle n’arrivait plus à détachée son regard de lui ignorant les autres elle mis quelques secondes pour retrouver ses esprits, d’ailleurs shalie se demandait ce qu’elles faisaient la , elle avait du mal à accorder sa confiance aux inconnues et si elles aussi étaient des apprenties sa serait pénible pour travailler en équipe de plus il lui semblait que c’était préciser dans la lettre qu’elle ne serait pas seule, elle décida d’attendre que se point soit éclaircît et refocalisa ses pensées et son attention vers l’homme.
Il sourit se leva souplement et dit :

- Bonjour à toutes. Je m’appelle Aïwen Jok, et je serai le Maître qui vous accompagnera durant trois ans, sur la Voie que vous avez entrevue, et qui vous a peut-être choisies.

"Aïwen Jok" elle se répéta son nom plusieurs fois dans sa tête pour l'assimiler et sourie par contre ses doutes se confirmait elle aller devoir cohabiter avec les autres pendant trois ans se qui signifiait accorder sa confiance elle ne put s’empêcher de grimacer discrètement.

Il fit une petite révérence du menton, avant de poursuivre

- Avant de commencer, il serait bien de vous présenter. Ainsi, vos camarades et moi-mêmes sauront comment vous nommer.


Il sourit encore en regardant le petit groupe

Se présenter... sans accordée un regard aux autres Shalie inspira profondément et s’avançant d’un pas dit :

« Je me nomme Altan Shalie et j’ai 18 ans »
"Cela suffira pour l’instant ils auront tout le temps de me connaître plus tard et moi aussi" pensat-elle

Elle se remit à sa place et regarda son maître qui fit un petit hochement de tête.
Troublée Shalie détourna son regard et observa le reste du groupe en se demandant qui serait la prochaine à se présenter.


Dernière édition par Shalie Altan le Mer 13 Juil 2011, 13:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°1   Mar 12 Juil 2011, 00:28

Presque...
Plus que quelques kilomètres et je me retrouverai au point de rendez-vous.
Là-bas, Il m'attendait.
Lui, peut-être entouré d'apprentis.
Un Maître ne devait en théorie n'avoir qu'un élève.
Lui.
Les autres seraient invisibles.
Ce qui nous lierai sera unique.
Invisible.
Profond.


Aïwen.
Son vieux visage marqué par les âges revint à mon esprit alors que je lançai Shantal au galop d'une simple pression des jambes.
Le vent s'accentua sur mon visage, me rappelant cette rencontre presque irréelle, perdue au bout du monde.
Ses mots. Sa présence. Son calme. Mon cœur desséché s'en était avidemment emparé. C'était ce qu'il demandait depuis plusieurs mois. Pour lui, ma conscience avait enfoui le doute au plus profond de mon être, laissant cette sensation qui ne me quittait plus me guider. Je me sentais liée à cet homme. Plus que je ne l'avais jamais été avec mon ancien Maître ou avec Sanja.
Il me manquait déjà.


'Cours.'
murmurai-je au creux de l'oreille de ma monture. Penchée sur son encolure, je fus reprise par cet irrépressible fou rire, comme l'autre fois sur la falaise. Une fois de plus je me sentais vivante. J'étais envahie par d'autres sentiments que l'affliction, le désespoir, la nausée et autres noirceurs qui me donnaient l'impression de me noyer dans un marécage. Malgré l'angoisse qui me tordait le ventre, je me sentais pleine d'entrain.
*Porte lui ce rire. Dis lui que j'arrive.*
soufflai-je au vent qui battait mes tempes, peu protégées par la crinière de mon cheval. Je ne comprenais pas le vent, mais un soupçon d'espoir me fit penser qu'Aïwen le pouvait, et que cet élément accepterait ma demande. Elle était légère. Autant que la senteur d'herbe sèche qui m'accompagnait depuis un long moment. Alors s'il acceptait de porter une odeur sur une aussi grande distance, il ne ferait pas cas d'un cours message, dont le destinataire devait se tenir à quelques mètres de là.

*****

La silhouette d'un homme se dressa dans mon champ de vision, ce qui me fit aussitôt freiner Shantal. Cette bestiole avait une distance de sécurité à respecter si énorme que si je me risquais à arriver à toute allure sur mon Maître, je risquais de l'écraser... Mes lèvres s'étirerent à cette pensée. Nul doute qu'Aïwen aurait esquivé la charge, sans plus de mal que s'il esquivait une limace lancée au ralenti.

D'un petit trop cadencé, je m'approchais donc de cette homme qui irradiait même à cette distance, quelque chose d'harmonieux. Cela chassa l'angoisse hors de mon corps.
Neuve et heureuse.
Une nouvelle fois je recommencai ma vie, sans plus d'apprioris embarrassants.

A peine mon cheval arrêté que je sautai au bas de ma selle et saluai mon Maître d'une inclination du buste. Qu'il ne vit pas... Les yeux fermés, il n'avait pas pris la peine de les ouvrir pour s'inquiéter sur l'identité de l'intruse.
Je souris. M'assis. Respira. Ecouta. M'ouvrit.


Le temps passa. Court ou long, je n'aurais su dire.
Je sentis plusieurs présences se joindrent à nous dans l'apaisant silence. Un instant il me sembla que nous n'étions qu'un dans ce lieu. Impression fugace pourtant tenace. Un lien qui n'étais pas fait pour durer.

Aïwen se leva, signifiant l'arrêt de la méditation. Je fis de même et l'écouta avec attention.
Trois ans... Sanja m'avais dit la même chose. Sauf qu'elle m'avait abandonnée... Serait-il a la hauteur? Je le fixai, en quête d'une réponse.
Stabilité. Il semblait en posséder assez pour assumer ce cours dont il prenait la charge. Je fermai les yeux, inspirai et expirai en silence. Les rouvrai, prête à lui répondre.

Une voix inconnue s'éleva dans les airs, se présentant comme étant Shalie. Retour a la réalité... ces présences que j'avais senties auparavant n'étaient pas celles de lapins roses ou autre animal, mais bien celles d'humains, où devrais-je dire humaines car le pauvre Aïwen semblair condamné à supporter une tribu de filles.
Comme prévu, ces autres apprenties m'avaient semblées invisibles tant seul le marcombre m'interaissait.
Pour faire bonne figure auprès d'elle je m'efforçai de me présenter à mon tour, sachant qu'Aïwen méritait plus que des mots..

'Je m'appelle Ange.'


Puis mes yeux croisèrent les siens.
Les mots jaillirent.
Silencieux.
Pourtant je fut sure qu'il comprit.


Absence dans le vent
Grave le respect
Joie des retrouvailles.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°1   Dim 31 Juil 2011, 11:05

Lentement, Aïwen ouvrit les paupières, les sens toujours aux aguets. Ses apprenties étaient toutes là, et elles avaient répondu à sa question. Deux manquaient déjà à l’appel.

Un léger sourire étira ses lèvres.

La Voie des Marchombre, habituellement, il ne se présentait pas ainsi à ses apprentis. Jusqu’alors, pour ses sept apprentis, il s’était présenté une fois, les avait éclairé sur leur condition, avait découvert de jolies potentialités en eux, avant de les aborder directement. Ce n’était pas le cas pour celles-là. Bien sûr, il y avait Ange : il avait exigé de l’avoir lorsqu’il avait su qu’elle s’était finalement présentée à l’Académie. C’était son apprentie. Mais pour la seconde – car oui, elles n’étaient finalement que deux – il ne connaissait absolument rien d’elle.

**

Il ouvrit les paupières à l’approche de la première arrivée.
A peine plus petite que lui, elle était presque maigre, bien qu’il devinait aisément un début de musculature sous sa peau tendue. Une vague violine venait s’écraser sur ses épaules et son dos, parfait reflet de son regard pétillant d’intérêt. Une première apprentie, donc.

Aïwen sourit.
Il faudrait qu’elle mangeât plus. Qu’elle s’exerçât longtemps. Elle semblait un peu raide, et peut-être légèrement bloquée au niveau du dos. Il devrait regarder cela.

La seconde arriva bientôt, à son tour.
Ange. Lui adressant un sourire encourageant, Wen la salua d’un petit hochement de tête. Il ne restait plus qu’à attendre les autres. Pourtant, et alors que les secondes, puis les minutes, s’écoulaient, Aïwen sentit ce changement dans l’air, encore une fois. D’un léger soupir, il balaya l’attente et se redressa pour s’adresser à ses apprenties.

**

La première arrivée, avec ses oreilles étranges – oreilles presque Faëlles, mais plus de l’ordre des oreilles d’animal canidé en réalité, avec cette fourrure singulière – se dénommait donc Shalie. Il hocha doucement la tête. Les présentations étaient faites. Un nouveau sourire étira ses lèvres.

- Bien.

Il tourna son regard vers la première arrivée, le posant dans celui de cette dernière.

- Shalie.

Puis, il planta ses deux yeux dans ceux de la jeune fille aux cheveux noirs, souriant toujours.

- Ange.

Prenant une inspiration, il ferma les paupières une seconde. Avant de les rouvrir. Un sourire étirait ses traits, creusait ses rides, et faisait pétiller son regard. Se levant souplement, il tendit sa main droite vers les deux jeunes filles qui étaient désormais ses apprenties.

- Nous allons donc commencer par voir ce dont vous êtes capables.

Leur adressant un léger clin d’œil, il leur fit signe de le suivre, avant d’expliquer la suite : elles allaient commencer par courir. Un petit échauffement, en somme. Il les fit donc trottiner pendant une dizaine de minutes, avant de s’arrêter dans une petite clairière. S’arrêtant tranquillement, il se tourna vers elles et leur adressa quelques mots :

- Bien, vous êtes légèrement échauffées maintenant. On va finir l’échauffement, d’abord.

Il leur fit donc faire nombre d’étirements et d’échauffement de toutes les articulations et muscles, et leur en fit découvrir nécessairement certains qu’elles n’avaient jamais dû utiliser de leur vie. Mais c’était aussi cela l’apprentissage. Il vit bien quels muscles étaient habitués à l’effort et lesquels l’étaient moins.

- Je vais donc vous demander d’exécuter tous les mouvements que je vais vous montrer.

Et voilà Aïwen, qui tourne, vire, étire, bouge. Vit. Danse. Ses premiers mouvements sont faciles à faire, mais il complique graduellement l’exercice. Il veut connaître la limite de résistance des muscles de ses apprenties. Il veut savoir si elles connaissent leurs propres limites. Si elles ont conscience de leur corps. Il veut apprendre ce qu’il devrait leur enseigner, en commençant par le début. Ouverture du corps et de l’esprit, souplesse de l’âme et du physique.

Des étirements, des mouvements à en couper le souffle, des muscles qui protestent, des respirations saccadées. Il prévient : il faut toujours expirer durant l’effort, ne jamais couper son souffle, ce qui est très mauvais pour les muscles. Il semblerait que cela soit facile à dire, mais moins à faire.

Il ne doute pas pourtant.
Ce n’est que le début.
Et il pousse déjà ses deux apprenties dans leurs derniers retranchements, les épuise grâce à des mouvements lents et longs. Il n’est pas question de les faire tomber dans la violence ou le manque de forces physiques.

Cette première leçon est simple, pourtant :
L’Harmonie est épuisante. Epuisante, mais belle.
Et les limites sont partout. Il faut les connaître.
Revenir en haut Aller en bas
Shalie Altan
Groupe Fyrh
Modérateur Hors-Jeu
avatar

Nombre de messages : 671
Citation : La première partie de la vie se passe à désirer la seconde ; la seconde à regretter la première
Date d'inscription : 28/05/2011

Feuille de personnage
Age: 22 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Très agile, Assez reconnaissable à cause de ses grandes oreilles pointues

MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°1   Dim 31 Juil 2011, 12:51

Finalement elles ne seront que deux ce qui n'était pas plus mal pour Shalie. Lorsque Ange arriva Aïwen la salua d'un petit hochement de tête et lui sourit, Shalie fronça les sourcils ils avaient l'air de se connaitre un sentiment de jalousie naquit en elle mais elle l'étouffa rapidement elle montrerait à son maître qu'elle méritait sa place autant que Ange.
Elle se sentit gêner lorsqu’elle remarqua que son regard s'était fixer sur ses oreilles... son fardeau ce qui lui avait valu d'être rejeter lors de son enfance elle se détendit lorsqu'il tourna son regard.

Aïwen se remit à sourire et prit la parole:

- Bien.

Il tourna son regard vers Shalie, le posant dans celui de cette dernière.

- Shalie.

Puis, il planta ses deux yeux dans ceux de la jeune fille aux cheveux noirs, souriant toujours.

- Ange.

Toute son attention se fixa vers lui lorsqu’il prononçât leurs prénoms attendant qu'il poursuive.

Il prit une inspiration, ferma les paupières avant de les rouvrir. Un sourire étirait ses traits, creusait ses rides, et faisait pétiller son regard. Se levant souplement, il tendit sa main droite vers les deux jeunes filles.

- Nous allons donc commencer par voir ce dont vous êtes capables.

Shalie inspira un grand coup sa y est elle aller pouvoir montrer à son maître ce qu'elle valait espérant ne pas le décevoir elle le suivit. Il leur demanda d'abord de courir. Sa sa aller pour l'instant habituer à courir elle s’élançât à la suite de son maître qui courrait comme elle n'avait jamais vu une personne courir tout son corps était en harmonie, c'était magnifique. Après dix minutes ils les fit s'arrêter dans une petite clairière.

Il se tourna vers elles et leur adressa quelques mots :

- Bien, vous êtes légèrement échauffées maintenant. On va finir l’échauffement, d’abord.

Il leur fit donc faire nombre d’étirements et d’échauffement de toutes les articulations et muscles. Shalie connaissait certains des étirements son père lui en faisait faire touts les matins elle aurait pu les reproduire les yeux fermer mais elle nota une différence dans l'harmonie elle constata que son père et Aïwen se mouvaient différemment pour faire le même geste et elle préférée de loin ceux de son maître. Elle découvris de nouveaux étirements et du solliciter des muscles qui jusqu’à présent lui était inconnu.

Après sa Aïwen reprit la parole:

- Je vais donc vous demander d’exécuter tous les mouvements que je vais vous montrer.

Aïwen, se mit à tourné, viré, étiré, bougé. Les premiers mouvement furent faciles à faire mais petit à petit il compliqua ses mouvements. Shalie se sentie gauche comparer à lui il exécuté tout ses mouvement avec grâce tandis qu'elle peiné à reproduire au mieux, ses muscles commençaient à tirer sa respiration devient de plus en plus forte mais elle s'interdit de céder elle devait continuer jusqu'au bout elle devait tenir pour son maître pour elle si déjà elle s'écroulait qu'est ce que sa serait plus tard?

Il se mit alors à faire des mouvements lents et longs qui sollicitaient de nombreux muscles c'était horrible pour Shalie tout ses muscles lui brûler son dos lui faisait le plus mal mais elle était heureuse certes elle souffrait mais elle apprenait elle venait de découvrir de nouvelles choses elle était ici pour apprendre et c'est ce qu'elle faisait pour elle c'était la plus belle chose qui soit au monde.
Et en souriant elle continua suivant son maître du mieux qu'elle put sans céder.

__________________________________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°1   Lun 01 Aoû 2011, 22:30

Les présentations faites, Aïwen reprit les noms de ses apprentis, ancrant ses yeux dans les notres, comme s'il cherchait à sonder notre âme pour trouver ce que nos voix lui avaient caché. Je ne me détournai pas lors de ce cours laps de temps. Qu'il cherche et trouve ce qu'il voulait en moi qu'il n'avait pas déjà trouvé lors de notre première rencontre. De mon côté, je me contentai d'admirer son regard calme et serein dont l'âge n'avait pas terni l'éclat.
Puis il se tut une seconde avant de passer à l'explication du programme. Rien de bien compliqué pour l'instant: nous allions commencer notre échauffement par une petite course. Une pointe de nostalgie glissa sur mon coeur alors que je me rappelai mon unique cours avec Sanja. Avec le même entrain qu'Aïwen, elle nous avait entrainés dans un footing. Nous avions peiné nous les filles, alors qu'Uhl s'envolait aux côtés de notre Maitre. Cette image était ancrée en moi: les deux personnages cote à cote à la fin de notre course. Un Maitre. Un élève. Quoi de plus naturel si ils avaient continué leur Voie juste tous les deux. C'était tout ce que je leur souhaitais, malgré la blessure que leur disparition à tous deux m'avait infligé. Et c'est aussi ce que je me souhaitais aux côtés d'Aïwen.
Aujourd'hui, je ne me laisserais pas distancer.
A mon tour de m'envoler.

Mes pas se calquèrent sur ceux de mon mentor, calmes et souples. Même s'il semblait courir sur un doux tapis de gazon silencieux, et moi sur un sol bien réel, rempli de cailloux qui bruissaient à mon passage, je savourai ces minutes qui réveillaient mon corps d'une paresse où je l'avais ploncé depuis plusieurs mois. Mon sourire était toujours là, malgré mes muscles qui commençaient déjà à me demander la charité d'un lit moelleux.

La course fut courte mais suffisante pour me rappeler qu'un long chemin me restait à parcourir avant d'atteindre la fluidité d'Aïwen. Ce défi me régalait d'avance.

Une clairière lumineuse fut notre abri où, bien installés, nous commençâmes à exécuter des étirements qui me tirèrent des grimaces. Pour lui tout semblait si simple... évidemment es exercices étaient simples. Une nouvelle fois, je sentis qu'un travail journalier serait vital si je voulais progresser physiquement. Les échauffements s'ancrèrent dans ma mémoire, alors que je me promettai de les rabâcher dès le lendemain.

Les choses sérieuses commencèrent réellement un peu plus tard lorsqu'Aïwen nous montra des mouvements à imiter. A trouver en nous pour les affiner. Les maitriser. Les vivre.
Ses gestes étaient les notes d'une partition jouée sans accroc, et je restai un inqtant béate quand une musique se glissa dans mes oreilles. Il créait la musique ... La simple vision de ce corps virevoltant provoquait en moi le même effet qu'aurait produit le ballet impérial d'Al-Jeit.
Ses bras avaient la fluidité d'un cours d'eau. Ses jambes, la solidité d'un roc mêlé à la souplesse d'un brin d'herbe. Son corps, l'harmonie d'un chant d'oiseau au printemps.
Il était beau.

Moi j'étais une patate. Un sac de patates. Mes gestes semblaient lourdauds, maladroits. Bien entendu, découvrais les mouvements et pensais plus à les mémoriser qu'à les ressentir et les laisser couler hors de moi. Normal donc que je peine autant. La vision de Shalie me rassura sur le fait que ces exercicesn'étaient pas aussi simples que bonjour. Elle aussi manquait de grâce, peut-être moins que moi, mais à côté d'Aïwen, elle semblait fade. Ah! Le bonheur de la comparaison! Ce devait être dur de n'avoir qu'un Maitre pour soi ... Ce but semblait si loin, alors que la vision d'un autre apprenti allégeait la vue de ce fossé.

Aïwen nous aidait comme il le pouvait avec des mots qui corrigeaient nos postures, ce qui nous aidait beaucoup, mais pas autant aue la phrase qu'il glissa sur le souffle. Ne pas le casser. Souffler pendant l'effort.
Je fis une courte pause pour le regarder évoluer là, au centre de la clairière, baigné par un rayon de soleil qui semblait ne toucher que lui. Le souffle. En l'observant, je vis qu'il en était devenu un. En effet, cette chose si naturelle qui est la respiration faisait chez lui partie intégrante de sa danse. C'était même devenu un guide.
L'imitant, j'expirai en accord avec les gestes que j'exécutai et déjà, j'eu l'impression d'avoir progressé, d'être moins lourde. Mon souffle se fit mélodie qui accompagna mes mouvements. C'était bon...

La chorégraphie improvisé par Aïwen était lente, ce qui ne rendait pas les choses plus simples mais aidait grandement à se focaliser sur les muscles que nous utilisions.
Commencer á se comprendre, était-ce aussi se comprendre physiquement? Réunir corps et âme pour trouver l'harmonie.

Malgré mes débuts de progrès, mon corps finit par redevenir lourd, tous mes muscles ayant été sollicités et demandant maintenant un repos bien mérité.
Aïwen continue. Infatiguable. Alors je continu, sourde aux cris de détresse de mon être. Si je m'arrête maintenant, je sais que ce qui m'attend est un arrêt perpétuel. Les limites que je m'étais fixées sur mes capacités physiques s'effondrent. D'autres s'élèvent alors. Pour s'effondrer elles aussi. C'est presque drôle de se dépasser toujours plus, de souffrir ainsi, de sentir la sueur qui coule dans son dos, frôle des muscles endoloris qui continuent de bouger. Le corps comme outil de l'esprit. Si mon esprit tient, alors mon corps le fera.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°1   Mer 03 Aoû 2011, 15:23

Aïwen observait les efforts que fournissaient les deux jeunes filles. Elles s’étaient échauffées convenablement, et les étirements avaient été plutôt faciles lors des dix premières minutes. Mais avec le temps qui passait, la fatigue venait s’accumuler dans leur corps, dans leurs muscles. Il les entendait protester, mais ni l’une ni l’autre ne tenta de s’arrêter.

Il sourit.

Continuant toujours plus loin dans la sollicitation des muscles, dans leur étirement. Ses mouvements étaient fluides, et n’avait pour égale à leur lenteur que l’harmonie qui s’en dégageait. La Voie vivait en lui, pour lui, autour de lui, et il s’en imprégnait dans ces instants de bonheur, de sollicitation.

Tournant autour de Shalie et Ange en même temps, il venait parfois rectifier leur position avec ses doigts légers, en plus des mots qu’il leur adressait. L’épuisement les guettait, et il se demanda seulement si ces deux jeunes apprenties avaient conscience de leurs propres limites. La réponse s’imposa à lui, et il lâcha un léger soupir. Les laissant continuer, leur faisant même signe de continuer, il laissa les mots jaillir de son être pour s’adresser à elles.

- Vous ne connaissez pas assez votre corps. Nous n’avez aucune idée de ce dont vous êtes capables, ou alors cette idée est bien loin de la réalité. Si je vous laissais ainsi faire, non seulement vous dépasseriez vos limites, mais les limites de votre corps et de vos muscles, les limites de votre propre vie.

Faisant une pause, il planta son regard clair dans celui de chacune de ses apprenties, leur faisant signe d’arrêter leurs mouvements.

- Vous n’êtes même pas capables de parler, alors que ce ne sont que des étirements et des mouvements tranquilles. Vous ne faites pas assez attention aux signaux que votre corps vous envoie. Repousser ses limites, ce n’est pas ignorer son corps.
Au contraire.


Pour expliquer cela plus pédagogiquement, il prit un exemple simple :

- Atteindre son point de rupture ne repousse pas les limites : cela les rapproche et les rend infranchissables. Quand vous tirez sur une ficelle, elle va commencer par se déformer. Mais si vous continuez à tirer toujours plus, il y a un moment où la ficelle ne se déformera plus : elle cassera. Et alors, vous ne pourrez plus rien en faire.
C’est exactement pareil avec le corps.


Tournant autour d’elles, il hocha la tête pour lui-même.

- Je ne vous demande pas d’être fainéantes, au contraire. Donner toujours le meilleur de soi permet de se surpasser, physiquement et psychologiquement. Il faut savoir cependant repérer le moment où cela devient réellement dangereux.

Plantant à nouveau son regard sur elles, il leur sourit, des pattes d’oies se dessinant dans le creux de ses yeux.

- Est-ce que c’est clair ?

Hochant la tête pour lui-même, il attendit donc les réactions de ses apprenties…
Et leurs questions, il espérait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°1   Mer 03 Aoû 2011, 19:49

-Comment sommes-nous supposées anticiper notre point de rupture ? Le temps et l'expérience sont peut-être des amis, mais ils ne serviront pas à étendre la ficelle si on arrête de l'étirer quand elle commence á peine à se tendre.
Faire de chaque jour le témoin d'un effort plus poussé que la veille, est-ce suffisant pour se surpasser sans se briser?
Revenir en haut Aller en bas
Shalie Altan
Groupe Fyrh
Modérateur Hors-Jeu
avatar

Nombre de messages : 671
Citation : La première partie de la vie se passe à désirer la seconde ; la seconde à regretter la première
Date d'inscription : 28/05/2011

Feuille de personnage
Age: 22 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Très agile, Assez reconnaissable à cause de ses grandes oreilles pointues

MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°1   Mer 03 Aoû 2011, 21:41

Lorsque Aïwen leur dis de s’arrêter shalie était à bout de souffle elle avait du mal à reprendre sa respiration.


- Vous ne connaissez pas assez votre corps. Nous n’avez aucune idée de ce dont vous êtes capables, ou alors cette idée est bien loin de la réalité. Si je vous laissais ainsi faire, non seulement vous dépasseriez vos limites, mais les limites de votre corps et de vos muscles, les limites de votre propre vie.

Elle fronçât ses sourcils son père lui avait toujours apprit à dépasser ses limites et la il ne fallait pas?

- Atteindre son point de rupture ne repousse pas les limites : cela les rapproche et les rend infranchissables. Quand vous tirez sur une ficelle, elle va commencer par se déformer. Mais si vous continuez à tirer toujours plus, il y a un moment où la ficelle ne se déformera plus : elle cassera. Et alors, vous ne pourrez plus rien en faire.
C’est exactement pareil avec le corps.
Je ne vous demande pas d’être fainéantes, au contraire. Donner toujours le meilleur de soi permet de se surpasser, physiquement et psychologiquement. Il faut savoir cependant repérer le moment où cela devient réellement dangereux.
- Est-ce que c’est clair ?


Elle hésita à prendre la parole mais en voyant que Ange ne s'en privait pas elle lui demanda:

-Ange à raison comment savoir lorsque l'on a atteint la limite? On m'a toujours apprit a me dépasser quoi qu'il arrive peut importe les conséquences. Ce que vous dites veut dire que si l'on se trouve face à un danger et qu'a un moment on s'en que l'on a atteint nos limites il faut abandonner? Fuir?
On ne peut pas progresser si on ne sait pas se surpasser.

Elle se tut de peur d'avoir l'air trop impolie en temps normal elle garder son sang froid mais avec lui elle n'y arriver quelque chose dans son regard l'en empêcher.



__________________________________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°1   Jeu 04 Aoû 2011, 10:28

- Se dépasser, oui. Trépasser, non.

Et Shalie, la fuite n'est pas une lâcheté. Oui, quand on sent que l'on atteint son point de rupture, il faut savoir fuir. Prendre les décisions qui nous garderons en vie, parce que l'on n'a qu'une seule vie.

Un autre exemple, si vous préférez : quand vous nagez, et que vous faites de l'apnée... Est-ce que si je vous dit de ne pas remonter, vous le feriez ? Même quand vous n'avez plus d'oxygène ? Même quand vous êtes sur le point de vous noyer ? Si vous gardez un minimum d'instinct de survie, non. Vous remonterez.
Ici, c'est exactement la même chose : votre corps vous signifie quand vous ne pouvez pas aller plus loin. Vous le sentez. Il y a des barrières franchissables, et d'autres qui le sont... avec du temps.
Gagner par exemple en souffle pour rester plus longtemps encore en apnée, cela ne se fait pas en restant plus longtemps à chaque fois sous l'eau : c'est une donnée non étirable. Par contre, en faisant d'autres exercices, comme courir, s'étirer, nager... vous permettra de repousser cette limite.

Ce que je veux vous faire comprendre, c'est que les limites ne doivent pas être dépassées de but en blanc, mais avec du temps. Avec des exercices appropriés pour les repousser, mais pas en les franchissant. C'est à force de trop de passages qu'elles vont s'effilocher et se refermer sur vous-mêmes.

Durant cet apprentissage, je vous pousserai jusqu'à vos limites. Et vous devez être capables de me dire stop. En sachant où elles sont, on travaillera à un niveau moindre, pas nécessairement bien plus bas, mais moindre. Et après, quand vous chercherez encore vos limites, vous observerez que oui, vous avez progressé. Mais pas en les franchissant. En les repoussant...
Revenir en haut Aller en bas
Shalie Altan
Groupe Fyrh
Modérateur Hors-Jeu
avatar

Nombre de messages : 671
Citation : La première partie de la vie se passe à désirer la seconde ; la seconde à regretter la première
Date d'inscription : 28/05/2011

Feuille de personnage
Age: 22 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Très agile, Assez reconnaissable à cause de ses grandes oreilles pointues

MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°1   Jeu 04 Aoû 2011, 10:48

Shalie, la fuite n'est pas une lâcheté. Oui, quand on sent que l'on atteint son point de rupture, il faut savoir fuir. Prendre les décisions qui nous garderons en vie, parce que l'on n'a qu'une seule vie.


Shalie médita ce qu'il avait dis si l'on tombe face à un ennemi il serait lâche de fuir de tourner le dos à son ennemi... mais en même temps fuir permettais de retourner progresser encore pour pouvoir à la prochaine rencontre finir en beauté ce que l'on avait commencé.

Elle pensait qu'il n'avait pas tord par rapport au fait de se dépasser l'exemple de l'apnée lui avait permis de comprendre ce qu'il voulait dire. Il voulait qu'elles progressent pas à pas, après une longue inspiration elle lui dis:

-Je crois avoir comprit, et je pense que si vous ne nous aviez pas fait arrêter pour nous l'expliquer je me serais effondrer sur le sol encore dix minutes d’étirements et j'aurais plus que dépasser mes limites. Mais comme vous nous l'avez dis précédemment ce ne sont que des étirements et des mouvements tranquilles et nous sommes déjà épuiser cela veut il dire que nous ne sommes pas à la hauteur? .

Une peur soudaine l'envahie déjà des le début elle était dans le rouge donc elle ne pourra jamais espérer être Marchombre un jour et retrouver celui qui lui avait offert un nouveau but dans sa vie? Elle regarda dans les yeux son maître guettant sa réponse.



__________________________________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°1   Ven 05 Aoû 2011, 23:15

Je m'étais écroulée dès qu'Aïwen nous avait fait signe de nous arrêter. J'aurais pu continuer cette danse jusqu'à la mort car elle m'apportait une sensation presque masochiste qui me ravissait. Je n'avais jamais effectué un effort aussi long et épuisant. Je n'avais jamais eu envie de continuer jusqu'à la dernière limite. N'avais jamais trouvé le mental nécessaire en moi. Là si.
J'en serais morte.
Aïwen l'avait compris.
Je refusais juste de l'admettre devant lui, d'où ma question presque rhétorique. Temps et expérience. Evidemment qu'ils étaient la clé. Je n'en étais qu'à mon premier cours et aurais du savoir admettre que je ne pouvais pas avoir la longévité dans l'effort que possédait mon Maitre.
Je venais d'épuiser une grande partie de mon énergie et me demandais comment j'allais survivre jusqu'à la fin du cours, jusqu'à la fin de la journèe. Je m'étais sentie puissante en franchissant mes limites; maintenant je me sentais juste stupide. La prétention est un grand vice de l'homme qui ne semblait pas vouloir m'épargner, toute future Marchombre que je sois (ou comptait être).

Le deuxième exemple d'Aïwen acheva de me convaincre. L'expérience viendrait. J'avais trois longues années avant d'achever ma formation,ce qui me laissait le temps de progresser. Mon Maitre saurait me guider sur la Voie, sans que j'aie à m'exténuer dessus au point d'en mourir.

A la fin de son discourd qui me soufflait une fois de plus toute répartie, je soupirais et me mit à sourire.


-Je suis d'accord avec Shalie. Sans votre ordre, j'aurais fini par franchir la limite de trop. Mais je serais tout de même incapable de dire à quel moment j'ai 'manqué d'oxygène' ... Dans une danse, le moment de rupture me semble impampable... Comme dans une course. Manquer de souffle n'est pas un symptôme clair, encore moins que la sensation que nos muscles tirent. qje vous promets de penser à vos conseils la prochaine fois, mais pour l'instant je crois que c'est un peu tard pour ça... mes jambes viennent de me signifier un peu tard qu'elles ne pouvaient plus me porter pour les prochaines minutes.

En attendant, pourriez-vous nous expliquer quekle est cette aura qui émane de vous? Tenir bon peut venir avec le temps, mais posséder une telle... grâce? Fluidité? Comme si tout votre être répondait à ce qui l'entourait...


Harmonie.
Le maitre mot qui me manquait et qui résumait ce qu'il était. Ce mot me captivait comme m'avais captivé le Chaos de Jennyssie. Deux énergies différentes. Attirantes. J'avais choisi l'harmonie que mon ancien maitre et Sanja m'avaient montré. Aïwen à son tour émanait cette aura positive qui m'imprégnait malgré moi.

Paix.
Qu'importe ce qu'il pouvait penser de mes commentaires, réactions qui ne me semblaient pas très Marchombre. Le voir évoluer sur la Voie et la partager m'émerveillait bien assez.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°1   Sam 06 Aoû 2011, 18:24

Aïwen posa son regard sur ses deux apprenties. Sur l’une, puis sur l’autre. Toutes les deux ne demandaient qu’à comprendre, et lorsque les réponses à leurs questions parvinrent jusqu’à leur conscience, une nouvelle lumière illumina leur regard. Il hocha la tête.

Puis, les questions. Inévitables. Il sourit tranquillement, portant d’abord son attention sur Shalie.

- Cela n’a absolument rien à voir, Shalie. Vous êtes épuisées d’utiliser vos muscles de cette manière, justement parce qu’ils n’ont pas l’habitude de l’être ainsi. Mais détrompe-toi, la journée est loin d’être terminée, et si vous avez frôlé toutes les deux vos limites dans l’étirement et la sollicitation dans la longueur de vos muscles, nous n’avons pas encore éprouvé votre souffle, et bien d’autres capacités qui sont en partie indépendantes de celles-là. Il ne faut pas être impatient.

Lui adressant un clin d’œil de connivence, le vieux Marchombre se tourna lentement vers Ange, dont la question était plus complexe. Et dont la réponse ne serait pas encore entendue comme elle devait l’être. Il lui adressa un sourire, mais aucun son ne sortit de sa bouche pour expliquer. Il n’était pas temps.

Oh, il répondrait à la question.
Mais au moment propice. Ce n’était pas le cas.

Se détournant de ses deux apprenties, il les invita à marcher doucement, le temps qu’elles ne sentissent plus les raideurs de leurs muscles. Tout sait parler à qui sait écouter. Et Aïwen, rompu à la lecture des corps, avait su que ses deux apprenties approchaient de bien trop près leurs dernières limites lors des étirements. Contraction irrégulière des muscles, tressaillements, sudation trop importante, tétanisation partielle et souffles rauques, tout cela lui parlait parfaitement. De même que lorsque leur respiration se fit plus douce et leurs muscles retrouvèrent leur longueur habituelle sans se tétaniser, il sut reconnaître le bon moment.

- Courons, maintenant.

Le vieil homme leur adressa un sourire tranquille, leur faisant comprendre ainsi qu’elles devaient passer devant. Il ne leur donna pas de consigne précise : elles pouvaient aller au rythme qui leur chantait. Mais il les ferait encore une fois aller jusqu’à bout de leurs capacités, à toutes les deux. Elles n’avaient pas le même corps, pas le même rythme de vie, elles n’avaient pas les mêmes capacités, tout simplement, et il voulait que toutes les deux arrivassent jusqu’à leurs limites, justement. Toutes les éprouver. Course, escalade, étirements, combats, réflexes, rapidité… Oui, il allait, durant ce premier cours, chercher à les faire se surpasser sans cesse, dans toutes les disciplines qu’il avait sous le coude.

Ainsi, il courait.
Derrière ses deux apprenties.

Un léger sourire sur les lèvres, les yeux mi-clos, il avançait parmi les arbres qui entouraient l’Académie. Il leur indiqua la direction à suivre, plein Est. Vers les plateaux et les montagnes, mais cela, il ne l’avait pas réellement révélé, en tout cas ne l’avait pas exprimé de façon explicite. Elles comprendraient bien assez tôt. Ce premier cours ne serait sans doute pas une partie de plaisir pour elles, physiquement du moins. Mais elles comprendraient très vite vers quoi elles s’embarquaient.

La Voie du Marchombre n’apporte ni richesse ni consécration.
En revanche, elle apporte un trésor que les hommes ont oublié.
La liberté.


Alors, inhalant les volutes fraiches de la forêt, l’essence des arbres qui l’entouraient, la richesse de la terre sous ses pieds, la caresse insistante du vent sur sa peau, Aïwen souriait. Il souriait, parce que la vie lui souriait aussi. Tout était tranquille, il suffisait de comprendre, et d’apprendre. D’utiliser ses connaissances dans le bon sens. Pour faire les bons choix. Pour soi.
Revenir en haut Aller en bas
Shalie Altan
Groupe Fyrh
Modérateur Hors-Jeu
avatar

Nombre de messages : 671
Citation : La première partie de la vie se passe à désirer la seconde ; la seconde à regretter la première
Date d'inscription : 28/05/2011

Feuille de personnage
Age: 22 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Très agile, Assez reconnaissable à cause de ses grandes oreilles pointues

MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°1   Sam 06 Aoû 2011, 19:20

Elle médita ses paroles et se rendit compte que une fois encore il avait raison ses muscles n'étant pas habituer au début il est toujours dur de débuter et c'est avec de l' entrainement que l'on progresse.
Aïwen ne répondit pas à Ange lui offrant simplement un sourire.
Puis il leur demanda de marcher Shalie pu ainsi reprendre définitivement son souffle et elle s'étira légèrement dans la foulée pour décontracter ses muscles.

- Courons, maintenant.

Courir encore? Pensa t-elle puis elle souri il ne leur avait donné aucune consigne c’était donc qu'elles pourraient courir à leur allure et Shalie avait deux passions dans la vie l'escalade et la course elle avait grandit et nourri ses passions grimpant toujours plus haut courant toujours plus vite. Le contact du vent elle avait toujours été attiré par cet élément et si elle pourrait elle serait un oiseau.

Elle s’élança d'abord a faible allure pour voir comment réagirait son corps du fait des étirements précédents, satisfaite elle constata qu'elle ne ressentait aucune douleur alors elle accéléra sentant le vent sur son visage fouettant ses cheveux contre elle un sentiment de paix l'envahit le vent était son ami bien qu'il soit de face il ne cherchait pas à la ralentir au contraire il venait dans sa direction. Elle sentait ses pieds foulant le sol faisant de souples enjamber évitant les cailloux sur son passage.

Calant sa respiration sur sa foulée elle se sentait vivante elle entendit alors une voix qui la fit revenir à la réalité son maître leur demandait d'aller vers l' Est elle décrivit alors une courbe pour aller dans la bonne direction ne cherchant pas a savoir quel été leur destination et accéléra encore elle savait que Aïwen aller beaucoup plus vite qu'elle et qu'il restait volontairement derrière il leur offrait le droit de faire comme bon leur semblait, il aurait pu passer devant et leur montrait le chemin mais non il leur laisser le choix d'aller au rythme qu'elles voulaient la gratitude l'envahit et elle éprouva un grand respect pour lui.

Elle était libre comme le vent et fonçait vers son avenir.




__________________________________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°1   Mer 17 Aoû 2011, 00:14

Je ne savais pas trop que penser. Un nouveau maître, un nouveau départ sur la Voie. Et un immense doute. Lenter pensait être l'erreur dans notre lien, ne pas être apte à me guider. Je me demande parfois si je peux être guidé. J'ai l'impression d'être un vulgaire débris, une planche de bois laissé à la merci des vagues, d'avoir été arraché a mon navire par une terrible tempête.. D'être seul, inutile et sans but dans l'océan.

Non, le problème c'est peut être que j'ai un but. Un but stupide et pourtant qui me tient à cœur. Mon but c'est une partie de ce navire, une pièce qui me complétait parfaitement. C'est un peu mon passé que je pourchasse. Un sourire du passé. Le sourire de ma sœur disparue. Cette question me torture depuis tant d'année, mais où es tu Papillon ? Je voudrais tellement la revoir.. Qui sait, peut être pour lui dire tout ce que nous n'avons pas pu échanger, pour que cette séparation me pèse moins, pour que j'ai une chance de la retenir ou au moins de lui dire au revoir.
Lui dire que je l'aime tant..

Mais son souvenir m'a encore égaré. Egaré de ma route. Le sentier suit une autre route que la mienne, comme si un croisement invisible s'était présenté pour moi. Non, je ne me suis pas égaré. Les Marchombres ne suivent pas de routes, ni de fleuves. Juste cette Voie immense. Si on peut parler de suivre quand le but est notre désir le plus cher. Liberté et Harmonie.
Oui, je peux être guidé, puisque je suis en quête d'Harmonie

***

Lenter était jeune, très. C'était le problème ? Notre age trop proche l'un de l'autre ? J'arrive devant un nouveau maître, et la différence est considérable. Sa peau noir témoigne du passage du temps, ses cheveux blanc volent au vent, donnant une étrange vision. J'aurais presque cru qu'un revenant était assis là, devant moi. Devant nous. Trois apprentis.

Lenter avait bien entendu vanté la qualité des Maîtres de l'Académie, précisant aussi que dans ce bâtiment peu connu, les élèves sont très nombreux. Plus que les Maîtres.
Donc 3 élèves. Deux filles en plus de moi pour l'étrange personnage aux oreilles pointues, légèrement différentes de celles de la jeune fille aux cheveux violets. Je suppose que le sang Faël est à l'origine de l'étrange allure de ces deux personnages. Personnages qui vont devenir mes compagnons.

Je n'ai pas osé leur parler, l'absence de ma sœur m'a rendu si avare des mots ! Je les ai quand même observée, un long regard. Mes yeux ont peut être l'air de ne porter aucun intérêt, mais je les ai trouvé étonnantes, particularités physique mis à part. La première fixait le vieux maître comme si elle était tombé sur un trésor. Sans doute avait-elle raison, mais pensera-t-elle à le partager ? L'autre est arrivée après, sur le dos d'un cheval. Contrairement à sa bête, elle est d'un calme étonnant, semblant imiter le Maître dans sa transe. Transe ? Dormait-il ? Qui sait, peut être la mort a-t-elle décidé que je ne devait avoir un autre Maître.. Ou peut être aucun. Je suis d'un pessimisme étonnant.

En le regardant, ce n'est pourtant pas la mort qui brille à nos yeux. C'est quelque chose de plus.. calme et sérénité ne correspondent pas ! Comment peut-on décrire cette chose ? Comme si le vent autour de lui dansait. Il a beau être immobile, être marqué par le passage de beaucoup d'années, il est pénétrant.. Lenter avait gagné ma confiance en quelque minutes, bruyant et bête.. mais intéressant. Celui-ci semble tout son contraire. Sauf qu'il est tout autant intéressant.

Les différences sont elles si considérables finalement ?

***

Aïwen Jok. Son nouveau Maître. Altan Shalie, la fille aux cheveux violet et aux oreilles bizarres. Ange, l'autre apprentie a l'air parfaitement normal, si ce n'est qu'elle ressemblait un peu a Aïwen. Moi. Ma présentation n'a pas duré, tout comme les autres. J'ai donné mon nom, Aaron Til'Maavon, ce nom qui est tout ce qui me reste de ma famille désormais. Je leur ai offert, et j'ai même étiré mes lèvres dans un léger sourire. On ne peut pas se présenter à des personnes qui vont nous accompagner durant trois ans sans essayer de se montrer aimable non ?

Puis-je vraiment sourire sans elle ou les mauvaises plaisanterie de mon ancien maître ? C'est un automatisme qui revient doucement. Mais mes lèvres ont toujours un peu de mal a l'accomplir. Normal quand on a passé deux ans sans vivre non ?

Ce maître n'est pas une statue ! Il bouge avec grâce, ce qui lui donne un air bien plus jeune.
Et tout de suite, les échauffement commence.

Il nous fait d'abord courir a faible allure. Lenter était plutôt du genre a faire courir plus physiquement, me piquant de quelques plaisanterie sur mon pas lourd. Mais là, c'est véritablement un échauffement, une mise en condition.
Ensuite, il y eut l'échauffement. Quelque soit mon maître, c'est une véritable torture. J'étais pourtant fier de mes quelques progrès, mais Aïwen passa plusieurs fois repositionner mes jambes, tirer sur mes bras. Me poussant à avancer, parfois me faisant modérer des efforts trop intenses. Il semblait vouloir me faire atteindre un juste milieu. Mais je n'arrive pas à discerner cette limite vers laquelle je dois tendre.
Ensuite, des mouvement à exécuter, des gestes épuisants. Le Maître les compliquent, les rendant de plus en plus compliqué.

Je suis solide, certes. Je reconnais que j'ai une certaine musculature. Mais ici, ce n'est pas la question de savoir si on voit les muscles. Ici, on veut savoir si on sait les utiliser. Et je dois reconnaître que les bras fin de Joke sont bien plus puissant que les miens. Je peine à suivre l'exercice, prenant forcément plus de temps pour bien accomplir les gestes, en loupant certains. Je n'ai même pas le temps de voir comment avancent les autres tant je devais me concentrer sur mes gestes.

Expirer dans l'effort. Lenter avait bien dit que la respiration est un moment clé dans tout actes. Mais savoir l'utiliser au bon moment.. Ce premier cours est épuisant.

Heureusement, il y a une fin à cet exercice. Aïwen semble légèrement mécontent. Il nous en veux d'avoir suivit ses mouvements jusqu'au bout, faisant remarquer que nous nous épuisons sans prendre garde à notre corps. Je sourit, sans pouvoir s'en retenir. Encore une fois, suivre n'était pas la bonne idée.

Un débat se lance alors, étrange à mes yeux. Je ne pipe mot, écoutant attentivement les questions et réponses. Je comprend les avis, mais je ne vois pas l'intérêt de soutenir l'un ou l'autre. D'un côté, il est vrai que savoir se dépasser peut être utile, mais surtout peu vite nous user, voir nous blesser. La méthode de Aïwen vise le long terme et le bien être du corps. La question ne se pose pas, pour un entraînement il n'est aucunement besoin de risquer de se blesser pour progresser. Et la prochaine fois, je serais bien content de pouvoir dire stop.

Dire que le maigre souffle du vent arrive a me procurer la plus grande joie. Fraicheurs, repos. Je me sens presque flotter tant je suis fatigué. Je sais que mes muscles me feront souffrir plus tard..

Les discussions prennent fins, la compréhension s'installant enfin. Pas tout a fait. La fameuse Ange avait posé une question intéressante sur cette sensation qu'Aaron n'avait pas su nommer. Mais Aïwen ne semble pas vouloir répondre tout de suite. Au contraire, il préfère les entraîner dans un nouvel exercice. La course. La vraie, celle de Lenter.

Soupir.
Mais déployer mes jambes ne me fera pas de mal, au contraire, j'ai l'impression que ça sera légèrement reposant. Mais pas de guide cette fois.. Il nous laisse passer devant. Hésitant sur l'allure a adopter, je reprend la petite foulée d'abord. Lourde, pesante.. crevante ?
Il m'a dit de courir, pas de trainer. L'envie de fendre le vent m'étreint. J'augmente donc la foulé. Je me sens déjà plus libre, tout mon corps participe à l'effort ! Courir, c'est laisser ses bras aller de l'avant, comme pour nous attraper quelque chose, puis de l'arrière, pour nous tirer. Courir, c'est ce souffle profond qui pourtant est si rapide. C'est avoir l'impression de voler sur les distances.

Mais pour aller ou ? Courir tout droit sans destination ? Courir combien de temps ? J'aime accélérer, que mes jambes aillent plus vite, mais je préfère garder cette foulée.. le temps de savoir ce qu'Aïwen a en tête.

Pour l'instant, il semblait vouloir les mener vers les montagnes. Soit, c'était donc partit pour un peu d'endurance.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°1   Jeu 01 Sep 2011, 23:02

Un sourire.
Silencieuse réponse.
Voilà ce que m'offrait mon Maitre.
Bizarrement, je n'étais pas déçue. Ce qu'il vivait ne pouvait se décrire avec des mots, et l'option qu'il avait choisie était pour l'instant la meilleure. Nous n'en étions qu'à nos débuts de Marchombre. Des bébés qui voient leurs parents marcher en se demandant comment ils font, avant de découvrir par eux-mêmes et une pincée d'aide extérieure comment réaliser cet exploit. Un jour il nous l'expliquerait surement. Il nous restait trois ans. D'ici là j'avais largement le temps de comprendre cette aura, ainsi que bien d'autres choses.
A commencer par la souffrance.

Aïwen décida que la torture devait recommencer. D'un geste, il nous intima de nous lever pour le suivre. Il n'avait pas du bien comprendre ma phrase sur l'état de fatigue de mes jambes. Ne pas l'avoir entendu serait plus juste. Je savais que certains êtres possédaient la faculté de n'entendre que ce qui leur plaisait, dont ma mère qui m'exaspérait toujours en faisant la sourde oreille… Au secours … Je recherchais un Maitre, pas une seconde mère ! Pas une deuxième personne dont la gentillesse apparente me clouerait le bec et me forcerait à agir.
Dommage.
Sans me demander mon avis, mon corps se redressa et mes jambes trouvèrent assez de force pour me porter. J'étais un être faible, obéissant comme un chien …
Un être qui avait placé sa foi en son mentor.
Un être qui n'allait pas râler.

Je me mis en route sans avoir eu le temps d'esquisser une grimace. Ni l'envie au fond de moi-même …

Cet arrêt avait peut-être servi au repos de mon corps, pourtant il avait aussi aidé la fatigue à s'accumuler dans mes articulations qui avaient eu le temps de rouiller. Les premiers pas me procurèrent une sensation désagréable de tension et d'épuisement, mais au fur et à mesure de cette marche paisible, je sentis mes muscles se détendre comme par magie. Une magie nommée savoir. Un magicien nommé Aïwen.


"Courons."

Quelles hautes arcanes connaissait-il pour savoir qu'un instant plus tôt j'aurais choisi la mort plutôt que de lui obéir, alors que je me sentais là juste assez reposée pour reprendre les exercices ? Mystère …

Bons petits moutons serviles, les trois apprentis que nous étions s'élancèrent sans trop réfléchir. Shalie prit la tête du groupe, s'élançant à notre devant et imprimant son rythme au groupe.
A l'image de cette mi-humaine aux oreilles de chat se superposa celle d'un bout de femme quelque peu rustaude. Une Marchombre qui avait aussi mené mon groupe. Une Marchombre qui nous avait semés en accélérant le pas comme le faisait justement Shalie. Une Marchombre qui m'avait abandonnée !

Ma vue se brouilla de rage à ce souvenir, m'empêchant de différencier ma camarade de ce souvenir obsédant.

SA présence me fit revenir à la réalité. Un souffle dans mon dos qui semblait vouloir me pousser. Savait-il pour mon premier cours ? Savait-il que malgré mon envie de rester à sa hauteur, j'aurais faibli en le voyant s'élancer hors de portée comme Sanja ? Savait-il que ses actes plus que ses mots pouvaient me guérir de ce deuxième abandon ?
Ce qu'il savait se résumait en trois mots : Maitre, Elève, Guider.
Son instinct devait être infaillible, et ses méthodes d'enseignement bien rodées.
Je me calmais, et me concentrais sur ma course.

Je ne suivais pas Shalie. Son rythme était trop éreintant pour moi et j'ignorais jusqu'où comptait nous mener Aïwen. La course avait dépassé la longueur de celle qui avait ouvert le cours, et je me doutais que cette fois-ci nous courions pour de bon. Quel était le but ? Quel serait le point d'arrêt ? Je l'ignorai mais commençai à me poser des questions quand mon Maitre nous fit bifurquer dans une direction bien précise. L'Est. A travers les arbres élancés de la forêt, on pouvait distinguer les arêtes pointues des Montagnes de l'est, mais celles-ci étaient trop loin pour représenter un but concret. Je ne me sentais de toute façon pas capable de courir la distance qu'un cheval mettait une demi-journée à avaler. C'était peut-être notre destination ultime, mais nous aurions forcément à nous arrêter avant.

En attendant je courais.
Mon attention était focalisée sur trois choses : ma respiration, les pas de l'homme devant moi, et ce souffle dans mon dos, toujours aussi encourageant.
J'étais la dernière du groupe mais collais de près Aaron, le silencieux du groupe. Son rythme était soutenu mais restait parfaitement raisonnable. Un rien chez lui me rappelait Uhl … Mais son absence de mots en faisait deux êtres déjà différents. Et puis, nul ne peux remplacer la perte d'un être cher.
Aïwen n'avait heureusement rien à remplacer.
Il était.
Ca suffisait.


[HRP : merci de m'avoir attendue Wink ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°1   Ven 02 Sep 2011, 11:12

Ange, Aaron et Shalie.
Ses apprentis, qui courraient devant lui. Aïwen les observait avec un intérêt non feint, au contraire. Chacun de leurs gestes, de leurs mouvements, de leurs souffles, étaient autant d’indices sur eux que la conversation qu’ils avaient pu avoir plus tôt.

Shalie était à l’aise dans la course. Son rythme était assez régulier, et plutôt rapide. Elle réussissait à garder une respiration ample et profonde durant un long moment, peut-être une heure, avant que cette dernière commençât à devenir plus rauque. C’était elle qui avait pris la tête, sa course était plus véloce que celle des autres. Pourtant, Ange comme Aaron allaient eux aussi à une bonne allure. Certes, pas aussi vite que la première apprentie, mais tout de même. Aïwen voyait que Shalie avait besoin de vitesse pour se sentir à l’aise dans la course, et il lui lança alors un défi :

- Shalie, j’ai un défi pour toi. Comme tu vas plus rapidement que les autres – tant mieux pour toi – pour ne pas qu’on te perde de vue, tu vas courir en partant à dix mètres devant puis revenir jusqu’à moi, et ainsi de suite.

Lui adressant un clin d’œil tranquille, Aïwen la laissa donc faire son exercice d’une autre manière que les autres. Ils continuaient tous de courir, et le Marchombre n’attendait qu’une seule chose : la demande de grâce du premier apprenti. Ils courraient, et par contre, le vieil homme ne voulait pas qu’ils ralentissent : s’ils en faisaient mine, il les poussait, les encourageait à continuer. Le but était d’éprouver leurs capacités, de sentir leurs limites se faire une place en eux, qu’ils comprissent, tous, ce que pouvait faire leur corps, et ce qu’il ne pouvait pas faire – pour l’instant.

**

- Allez, Vann. On court.

Le jeune homme secoua la tête de droite à gauche. Il était exténué, Aïwen le voyait y croire dur comme fer. Cela faisait deux mois qu’il guidait cet apprenti sur la Voie, et ce dernier n’avait absolument aucune confiance en lui, en ses capacités, en son corps. Il se sous-estimait. Et si sa respiration était sifflante, si ses muscles tremblaient légèrement, ce n’était pas de fatigue, mais de lutte contre son cerveau qui ne voulait pas aller plus loin dans l’exercice.

- Je ne… peux… pas

Ce fut au tour d’Aïwen de secouer la tête.

- Si.

Vann lui lança un regard surprise. Surpris par son ton dur.

- Mais…

- J’ai dit qu’il fallait connaître son corps, et percevoir ses limites. J’ai pas dit qu’il fallait verser dans la fainéantise !


La voix du vieil homme avait claquée dans l’air, et Vann rentra sa tête dans les épaules. Pour se mettre à courir… Décidément, il avait encore du chemin à faire. Mais contre toute attente, un large sourire étira les lèvres de Wen.

**

Quand le premier cria grâce, Aïwen le – la – fit marcher doucement, comme ils l’avaient fait plus tôt. Il lui donna la direction à suivre, lui recommanda de faire attention à sa respiration, et suivit les deux autres. Et ainsi, il attendit que les trois apprentis eussent atteint la limite de leurs poumons et de leurs muscles de la course…








[Pas de soucis, on continue donc ! Wink ]
Revenir en haut Aller en bas
Shalie Altan
Groupe Fyrh
Modérateur Hors-Jeu
avatar

Nombre de messages : 671
Citation : La première partie de la vie se passe à désirer la seconde ; la seconde à regretter la première
Date d'inscription : 28/05/2011

Feuille de personnage
Age: 22 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Très agile, Assez reconnaissable à cause de ses grandes oreilles pointues

MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°1   Ven 02 Sep 2011, 12:49

Elle se sentait bien, elle se sentait vivante l'air fouettant son visage, ses pieds martelant le sol. Elle ressentait des picotements sur sa peau, comme à chaque fois qu'elle courrait, une envie fulgurante de se mettre à quatre patte et d’accélérer surgit au fond d'elle. Fouler le sol de tout ses membres sentir tout ses muscles se contracter suivant le mouvement...

Elle s'ébroua, elle était humaine voyons reportant sa concentration sur sa respiration il s'écoula environ une heure avant que cette dernière commençât à devenir plus rauque.

Se fût à ce moment qu'elle entendit Aïwen s'adresser à elle:

- Shalie, j’ai un défi pour toi.
Comme tu vas plus rapidement que les autres – tant mieux pour toi – pour ne pas qu’on te perde de vue, tu vas courir en partant à dix mètres devant puis revenir jusqu’à moi, et ainsi de suite.

Elle jeta un regard en arrière regardant Ange, Aaron et son maître qui lui adressa un clin d'oeil tranquille, hochant la tête elle s’exécuta. Faisant des allers retours, c' était plus éprouvant que de courir en ligne droite.

Elle le fit pas mal de fois avant de sentir qu'elle perdait le contrôle de ses jambes qui commençait à s'emballer, elle grimaça elle n'allait pas tarder à arriver à sa limite alors qu'ils n'étaient pas encore arriver.

Bien sur elle aurait pût aller plus doucement afin d'être sure de pouvoir tenir jusqu'à la fin, mais elle avait fait le choix de prendre cette allure et assumer complètement. Elle n'aurais pas pris de plaisir sinon, finissant son dernier aller retour elle se plaça à coter de son maître et dis:

-J'ai perdue votre défi maître.
Je connais mes limites lorsque je coure et je sens les premiers signes apparaitrent.
Que dois je faire?

Devais telle s'arrêter complètement? Continuer? Ou bien ralentir?

Continuant à son niveau elle attendait sa réponse.


__________________________________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°1   Sam 03 Sep 2011, 00:06

Des défis ! Du temps de mon enfance, je m'en lançais des tas en compagnie de Lienor. Typique des petits garnements de base. Ce que nous étions sans complexe, il faut bien l'avouer. Ah que la vie était belle en ce temps là … des parents pour s'occuper de vos soucis … pas de Maitre pour vous faire courir plus que vous ne l'avez fait pendant les vingt ans de votre vie … pas de camarades silencieux mais un ami vivant … Sauf que je n'avais plus huit ans, que Lienor et mes parents étaient morts, et qu'Aïwen comptait sur moi pour avancer.
Je n'avais plus le gout pour les défis.

Alors quand mon mentor annonça à Shalie qu'elle seule allait devoir effectuer des allers-retours, je levai discrètement les yeux au ciel pour remercier quiconque veillait sur moi (même si en l'occurrence, seul un aigle en chasse semblait nous regarder …). Cet ordre n'était pas en soi un vrai défi, juste un moyen de pousser plus vite une fille trop pleine d'énergie, dans le filet de ses limites.

La jeune fille obéit sans ciller, surement ravie d'être autorisée à continuer à sa vitesse. Ce fut donc pour moi un spectacle nouveau de voir cette apprentie effectuer des va et vient, comme un chien le ferait avec son maitre. D'accord, la comparaison était loin d'être flatteuse, et cette fille ne méritait pas un tel rapprochement. Il fallait que je me reconcentre sur ma course.
Se concentrer …
Se concentrer …

Mais quelle idée d'avoir des oreilles pareilles !
J'en aurais presque rit tellement cette image se fixait dans ma tête, malgré mes remontrances futiles. Un chien. C'était quand même plus drôle à imaginer, que la pensée des petits oiseaux pépiant dans les arbres et mêlant leurs chants à celui des feuilles.
Non vraiment il fallait que j'arrête de penser de cette manière.

Je fermai les yeux un court instant, me plongeant pleinement dans ce que je faisais. L'heure n'était pas à la rigolade. Ce cours, je l'attendais depuis trop longtemps. Trop longtemps pour le gâcher en explosant de rire. Illuminer ma journée était une bonne idée, mais une idée qui devrait attendre le soir, si Aïwen avait la gentillesse de nous laisser nous reposer.

Inspire.
Deux foulées.
Expire.
Deux foulées.
Inspire.
Deux foulées.

Ma gorge serrée par l'envie de rire se détendit peu à peu, alors que mon souffle un rien perdu se recalquait sur mon rythme.

***

Le temps passa, monotone, jusqu'à ce que Shalie se décide enfin à se calmer et à venir se ranger gentiment aux cotés d'Aïwen, dont je sentais toujours la présence dans mon dos.
Avoir suivi le rythme d'Aaron avait été une bonne chose, puisque mes jambes et mon souffle étaient toujours efficaces. Pourtant je sentais des tiraillements de plus en plus importants, d'une façon plus marquée que lors de la "danse" avec mon Maitre.

La remarque de la fille aux oreilles de chien vint se perdre dans mes oreilles. Perdue son défi ? Quel manque d'assurance … moi-même j'étais épatée de ce qu'elle venait d'accomplir. Une telle endurance sur un effort physique pareil n'était pas banal. Je savais qu'il y avait belle lurette que je me serais arrêtée si j'avais du faire des allers-retours comme elle l'avait fait.
Mais cette remarque attendrait le soir, si campement il y avait. Mon souffle rauque m'indiquait qu'incontestablement je n'étais pas en état de parler pour le moment. Casser ce rythme dans lequel je m'étais coulée serait le signe de l'arrêt de la course. Et puis Aïwen serait plus en mesure de lui répondre que moi.

Gorge brulante.
Poumons hurlants.
Jambes lourdes
Crampe.
Fatigue.

J'insistai car, malgré ce qu'avait pu dire mon aîné, je voulais essayer de me surpasser, de me prouver que je pouvais faire preuve d'endurance.
Mais les signes étaient là, et je du admettre ma "défaite". Oui je serais la première à lâcher. Non je n'en ressentais aucune honte. Mes joues auraient pu être rouge de contentement si elles n'avaient pas été déjà rouge de chaleur. Jamais je n'avais couru aussi longtemps, aussi loin. Etait-ce du au fait que j'étais entourée de gens qui me poussaient vers l'avant ? Au fait que je n'avais jamais aimé courir sans but de la sorte ? En tout cas j'étais contente de moi. Mes jambes avaient encore juste assez d'énergie pour marcher, mais mes poumons eux n'en pouvaient plus.

Les conseils d'Aïwen furent les bienvenus comme d'habitude, et purent ainsi m'aider à me préoccuper d'autre chose que de mes camarades qui s'éloignaient et m'abandonnaient là.

Ce fut bizarre de se retrouver séparée des autres, alors que pendant un long moment, nous avions tous couru cote à cote, nos souffles se mêlant dans l'air estival. Là, j'étais seule avec moi-même, avec le son de ma respiration haletante qui peinait à redevenir normale. C'était une mélodie rauque mais elle n'appartenait qu'à moi. C'était moi. Drôle de bruit qui me soufflait que j'en avais peut-être un peu trop fait, mais que demain il serait de nouveau prêt à en faire plus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°1   Sam 03 Sep 2011, 11:36

Brûlure.

J'inspire profondément, essayant de pousser mon cœur à se calmer, à privilégier l'envoie de l'oxygène de manière régulière plutôt que frénétique. Il bat si fort que je pourrai le croire en train de danser ou de jouer du tambour. Mes bras aussi se sentent inutiles à se balancer ainsi mais je sais qu'il faut les envoyer vers l'avant pour courir correctement, qu'ils servent autant que mes jambes dans la continuité du mouvement. Mon corps doit être parcouru par une onde qui se propage de mon buste à mes pieds, de mes pieds à mon buste. A l'image d'une vague.

Rien ne va plus vite qu'une vague, quand elle s'élance pour s'abattre sur les côtes, la plage ou s'éclater contre les falaises. Parce que la vague est une onde parfaite, une onde qui ne connaît qu'une rupture. La terre.

Je suis un homme, je suis né et j'ai été élevé sur la terre, mais j'ai forgé mes muscles dans l'eau, j'ai tout appris là. Alors je suis déboussolé et maladroit. Dans l'eau, on ne sent pas tant que ça la gravité ! Je me sens si lourd et balourd quand je courre. Mes pas sont affreusement pesant sur le sol et pourtant, j'essaie de rebondir sur mes pieds, pas seulement de les poser et de les lever, vraiment de les utiliser en ressort, quand ils touchent le sol, ce n'est que pour repartir plus haut. Si ce n'était pas de la belle herbe touffue sous mes pas, je sentirais sûrement chaque foulées comme un coup de marteau. Je ne suis pas à l'aise dans ce milieu.

Mais les muscles aident, ils ne lâchent pas. Et ma volonté est aussi dure que l'acier ! Je n'ai aucune intention de m'arrêter avant d'atteindre mon but ! La foulée est loin du sprint, trop fatiguant pour atteindre mon but, mais elle est clairement trop courte. Je vois parfaitement que je serais a bout avant d'atteindre la destination montré par Aïwen, la seule qui aurait pu était sûrement cette Shalie aux étranges oreilles, mais le défi du maître avait considérablement réduit ses chances.

Encore que.. Cette Ange qui suit mon rythme cache-t-elle ses véritables capacités ? Peut-être n'ose-t-elle pas courir trop vite de peu de me distancer.. Ce serait un peu étonnant. Et moi ? Non.. si ?

Quelle vitesse suis-je en train de tenir. Ma vitesse ? Ou une vitesse de groupe ?

La question est stupide. Le but c'est d'atteindre la destination, pas d'aller vite. Je sais que si j'accélère trop ma respiration sera hors de contrôle aussi je n'ose pas. Déjà, je la sens s'emballer, l'effort devient trop long.

Brulure.

J'ai l'impression que des flammes sont en train de lécher mes abdos, que le haut de mon corps est vide. Une affreuse lassitude s'empare de mes bras et de mes jambes. J'ai l'impression que si la pensé de m'arrêter me frôlait trop mon corps se laisserai tomber sur place et ne bougerait plus. A côté de moi Ange finit par s'arrêter, un peu plus tôt Shalie reprenait une course normale, visiblement épuisée par cet effort.

Mais une chose est sure, c'est à elle que revient tout le mérite dans ce cours. Elle m'a sérieusement étonné pas sa prouesse, par le fait qu'elle tienne encore sur ses jambes et à leur allure. Je sais que je pourrai sans doute me forcer encore un peu.

Mais là, je ne vois pas pourquoi. La destination ne nous est pas encore destinée. Aïwen avait parlé de limites, nous avait mis en garde contre elle. Il savait sûrement que nous n'y arriverions pas. Je donne encore un peu de moi, avant de ralentir et de m'arrêter. On me passe devant.

Je suis trop fatigué.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°1   Sam 03 Sep 2011, 14:03

Aïwen sourit tendrement à son apprentie qui n’en pouvait plus. Elle avait fait des allers-retours durant une bonne demie-heure, au moins, et elle était désormais épuisée. Venant à sa rencontre, elle lui avait dit qu’elle avait perdu son défi, or ce n’était pas le cas. Courant toujours tranquillement, au rythme de ses deux autres apprentis qui ne pouvaient plus parler depuis longtemps maintenant, Aïwen répondit sereinement à Shalie, un sourire aux lèvres. La voix calme et posée, très loin de l’essoufflement, clame en lui et pour Shalie.

- Pourquoi aurais-tu perdu, Shalie ? Tu l’as relevé, mais je n’ai pas donné de fin à ce défi. Ecoute, entends, quand je parle !

Il lui adressa un clin d’œil de connivence, avant de continuer :

- Arrêtes-toi, et marches. Continue de marcher, jusqu’à ce que ton souffle soit redevenu régulier, et ton cœur batte moins vite. Garde la même direction…

La laissant donc récupérer ses forces, Aïwen continua de suivre ses deux autres apprentis, qui courraient toujours. Il avait éprouvé particulièrement l’énergie et les capacités de Shalie, Ange et Aaron arrivaient eux aussi à leurs limites… Et le premier à lâcher fut le jeune homme. Encore une fois, Wen lui dit de continuer de marcher, de ne surtout pas s’arrêter. Il continua à suivre Ange jusqu’à ce qu’à son tour, la jeune femme n’en pût plus, et la fit marcher sur un grand cercle en attendant que les autres les rattrapassent.

Lorsque tous furent là, il les intima de continuer à avancer vers l’Est, un sourire aux lèvres, avant de leur prodiguer quelques conseils, à chacun :

- Shalie, tu as un bon rythme de course, de bons réflexes de respiration et de ventilation, une foulée assez souple. Il me semble que pourtant, ce soit la foulée qu’il va falloir que tu travailles en particulier. Courir plus souplement, plus légèrement, faire travailler toutes les articulations pour compenser les chocs vibratoires des pas et ainsi moins forcer sur ton diaphragme pour mieux respirer.

Lui adressant un sourire tranquille, il se tourna alors vers Aaron :

- Aaron, tu as un réel problème avec ta foulée. Elle est trop étriquée, trop courte, et t’essouffle. Tu essayeras de faire de longues foulées, de jouer avec tes articulations, d’aller chercher loin devant ; tu verras, je suis certain que l’effet et les conséquences seront saisissantes.

Il lui sourit aussi, pour enchaîner :

- Ange, quand à toi, je vois bien que tu n’aimes pas courir pour rien.

Il lui adressa un clin d’œil, avant de hocher la tête.

- On ne court pas pour rien. On court pour se déplacer. On court pour gagner de l’endurance, pour gagner du souffle, pour tous les autres exercices que l’on fera. On court pour renforcer votre force, et votre corps.

Il sourit encore, seul. Ferma les yeux. Ils continuaient de marcher, tous les trois, et Aïwen laissa le silence s’installer entre eux quelques minutes, avant de compléter :

- Le corps, pour s’adapter aux efforts physiques, doit s’en remettre correctement à chaque fois. C’est pour cela qu’on marche. On appelle cela la récupération active. On continue de faire fonctionner le corps à un rythme moins soutenu, pour qu’il puisse évacuer les décharges d’hormones qui l’on assailli durant l’effort…

Il attendit que ses apprentis se fussent remis parfaitement de leur course tranquille, et que leurs muscles se furent détendus, il annonça la couleur de leur prochain défi, un sourire alambiqué étirant ses lèvres :

- Maintenant, c’est sprints. On court à fond pendant dix secondes, puis on marche durant trente. A mon départ… Top !

Il partit en bondissant dans un rythme puissant et rapide. Dix secondes. Il pourra immédiatement ses élèves. Arrêta le sprint dans un autre « top ». Pour recommencer. Encore et encore…
Revenir en haut Aller en bas
Shalie Altan
Groupe Fyrh
Modérateur Hors-Jeu
avatar

Nombre de messages : 671
Citation : La première partie de la vie se passe à désirer la seconde ; la seconde à regretter la première
Date d'inscription : 28/05/2011

Feuille de personnage
Age: 22 ans
Greffe: Non
Signe particulier: Très agile, Assez reconnaissable à cause de ses grandes oreilles pointues

MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°1   Sam 03 Sep 2011, 15:25

- Pourquoi aurais-tu perdu, Shalie ? Tu l’as relevé, mais je n’ai pas donné de fin à ce défi. Ecoute, entends, quand je parle !

Shalie hocha la tête, il fallait qu'elle apprenne à mieux écouter les prochaines fois.
Il lui adressa un clin d’œil de connivence, avant de continuer :

- Arrêtes-toi, et marches. Continue de marcher, jusqu’à ce que ton souffle soit redevenu régulier, et ton cœur batte moins vite. Garde la même direction…

Elle ralentit donc de plus en plus sa foulée, s'arrêter de courir d'un coup n'étant pas bon pour le corps. Elle marcha se redressant prenant de grandes bouffer d'air pour refaire le plein d'oxygène.
Puis ce fût au tour de Aaron de s'arrêter, Shalie accélérât légèrement le pas pour se mettre à son niveau et ils avancèrent vers Ange qui c'était aussi arrêter plus loin.

Lorsque tous furent là, Aïwen les intima de continuer à avancer vers l’Est, un sourire aux lèvres, avant de leur prodiguer quelques conseils, à chacun :

- Shalie, tu as un bon rythme de course, de bons réflexes de respiration et de ventilation, une foulée assez souple. Il me semble que pourtant, ce soit la foulée qu’il va falloir que tu travailles en particulier. Courir plus souplement, plus légèrement, faire travailler toutes les articulations pour compenser les chocs vibratoires des pas et ainsi moins forcer sur ton diaphragme pour mieux respirer.

Donc en résumer sa foulée était souple mais pas assez, il faudra qu'elle travaille cela lorsqu'elle en aura l'occasion. Elle écouta attentivement les autres conseils qu'il donnait à Aaron et Ange.
Lorsqu'il eu finit de parler il ferma les yeux laissant le silence s'installer pendant quelques minutes avant de reprendre la parole:

- Le corps, pour s’adapter aux efforts physiques, doit s’en remettre correctement à chaque fois. C’est pour cela qu’on marche. On appelle cela la récupération active. On continue de faire fonctionner le corps à un rythme moins soutenu, pour qu’il puisse évacuer les décharges d’hormones qui l’on assailli durant l’effort…

Il se tu à nouveau, Shalie en profita pour essuyer la transpiration sur son visage et de refaire sa queue de cheval. En quelques gestes rapides elle se recoiffa, se griffant involontairement son oreille droite elle grimaça. Elle n'était pas à l'aise d'être considérer comme un monstre de foire à cause de ses oreilles et elle avait remarquer les regards étranges de ses compagnons. Elle espérait qu'avec le temps ils oublieraient sa différence.

- Maintenant, c’est sprints. On court à fond pendant dix secondes, puis on marche durant trente. A mon départ… Top !

Il partit en bondissant dans un rythme puissant et rapide. Shalie resta figée sur place un cour instant, il avait fait un départ époustouflant, revenant à elle, elle s’élança à son tour. Elle savait qu'elle ne le rattraperait pas, elle ne tenta même pas de lui suivre allant à son allure de sprint.

Elle ne savait pas combien de fois ils le firent, un top pour le départ, un autre pour s'arrêter.
Les dix secondes de course lui parure une éternité, tandis que les trente de marche passait vite. Elle avait juste assez le temps pour récupérer un minimum et pouvoir s'élancer. Encore et encore...



__________________________________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°1   Mer 07 Sep 2011, 19:29

Mon souffle s'était à peu près calmé quand mes deux camarades arrivèrent à ma hauteur. Eux aussi semblaient avoir repris un rythme normal de respiration, mais la sueur et la rougeur qui habitaient leurs visages attestaient de l'effort récent. Ces deux personnes que j'avais en face de moi étaient des miroirs qui me renvoyaient la tête que je devais avoir : rouge, trempée, mais calme et … ravie en un sens de ces exercices qui brisaient la monotonie de notre vie d'avant. C'était d'ailleurs une nouvelle monotonie que nous rencontrions, car les jours à venir risquaient d'être semblables à aujourd'hui, même si pour l'instant nous ne faisions que découvrir.
Apprécier la souffrance.
Connaitre nos limites.
Voir le long chemin du progrès.
Tout cela qui n'allait pas nous quitter avant longtemps…

De nouveau réunis, nous reprîmes la marche, achevant d'apaiser nos poumons et nos jambes brulantes. Ce fut un moment de paix, propice aux conseils. La voix d'Aïwen s'éleva dans les airs, aussi calme que s'il venait de marcher sur deux mètres. Il ne semblait toujours pas subir la chaleur inhérente à la course…
Shalie.
Aaron.
Moi.
Bizarrement, il ne me prodigua aucun conseil, comme si j'avais eu la meilleure technique du groupe. Sa remarque me fit sourire, sourire qui brillait d'un rien de fierté. Pourtant je ne me reposai pas sur mes lauriers, et me promit de tenir compte des conseils donnés à Shalie et Aaron la prochaine fois que j'aurais à courir. L'endurance était mon principal point faible, mais les bouts de savoir distribués devraient m'aider à l'améliorer.
De la souplesse … courir n'était en rien un sport barbare qu'on fesait pour souffrir, se pousser à bout et se fortifier. Les soldats ne l'envisageaient peut-être que sous cet angle, mais nous étions apprentis Marchombres, et nous devions surpasser le commun des mortels.

Aïwen enchaîna ensuite sur quelques remarques générales sur le but de l'exercice et du repos actif qui suivait. Oui en effet … j'avais déjà entendu mon ancien Maitre parler de cette "adrénaline" qui accélérait le rythme de notre cœur et dilatait nos poumons. Une espèce de drogue produite par notre corps … Et nous étions une bande de dopés ayant besoin de digérer notre dose.

Le silence revint sur notre petit groupe, toujours en action, marchant vers un but, au milieu des arbres et plaines que nous croisions. Un temps propice à méditer. Sauf que je ne savais pas sur quoi méditer. Tout ce qui venait à mon esprit concernait les milles et une tortures qu'allait nous infliger Aïwen.
Malgré moi, ces pensées me firent sourire.
C'était follement excitant.

Un léger arrêt de mon Maitre me réveilla, juste à temps pour saisir ses mots au vol et le voir s'élancer.
Les paroles arrivèrent à mon cerveau.
Lui était déjà loin.
Sprint. Dix.
Marche. Trente.

Je voulus réfléchir, me plaindre en moi-même de ce défi débile.

Mon corps s'élança, indépendant de mon conscient.
Comme un mouton je suivis Shalie, m'arrêtant en même temps qu'elle et repartant dans le même mouvement que le sien.Je vérifiai malgré moi de temps en temps que mon mentor n'écourtait pas les pauses, mais ses "Top" résonnaient dans l'air, mortellement régulier et implacables..
De loin, il nous observait, et je savais qu'il n'aurait pas apprécié que nous transigions les règles données en rallongeant nos pauses.
Un Marchombre est libre.
Un apprenti, non.

Dix secondes.
Trente secondes.

Les dix premiers sprints passèrent comme une glace au chocolat dans un estomac affamé.
Les dix suivants, comme un panier de gâteaux au chocolat.
Les dix autres, comme une pièce montée au caramel.

Les trente secondes doublèrent pour passer à soixante. Digérer ces sprints n'était pas une mince affaire, et je du me laisser dépasser et abandonner pour survivre. Ce rythme m'était cependant plus adapté, et les dix secondes ne devinrent jamais cinq.

Un Marchombre est libre.
Un apprenti, non.
Tant pis. J'avais changé les règles du jeu, mais faire du footing au lieu de sprinter serait revenu au même que rallonger les pauses.

Ainsi je continuais, encore et encore.


Dernière édition par Ange Shar le Ven 09 Sep 2011, 16:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°1   Ven 09 Sep 2011, 14:55

A l'image de Shalie, je me suis arrêté. Après elle mais sa performance l'écarte de toute honte, elle a couru comme je n'ai vu personne le faire et même si Aïwen doit pouvoir faire de même voir mieux, je peine à l'imaginer.
Aïwen me laisse les conseils que je l'ai entendu prodiguer à Shalie, ces conseils que l'on applique si on veut retrouver son souffle. Je sais qu'un arrêt brutal, même s'il est tentant, ne sera qu'un choc pour mon corps qui s'est habitué à fournir un effort conséquent. Toute personne sensée vous le dira : Il ne faut pas jouer avec son corps. Il faut savoir être avec lui plutôt que se le mettre à dos.

Je respire profondément, inspirant et expirant dans le rythme de la course, essayant de le ralentir sans le perdre, de m'imposer une respiration efficace quand mon esprit hurle qu'il veut de l'air.
Je marche, assez vite, mais je marche. Je n'ai pas aimé abandonner, me laisser m'arrêter quand une élève tenait encore, mais notre maître à bien dit que nous devions savoir nous arrêter quand nous étions à bout et ma respiration ne me suffisait plus.
Je le sens las et vide, déjà. La fatigue s'insinue dans chacune de mes foulée, m'obligeant à lutter pour soulever des jambes de plombs. Mais la volonté réveille les muscles, heureusement car Aïwen n'a pas encore dit qu'on en avait fini.

Un pas et une autre respiration forcée me font tourner la tête. La prodige de la course avance à grand pas. Est-elle pressée de reprendre ? Ce n'est pas ça, elle se range à côté de moi pour que l'on avance ensemble. Je ne peux que sourire.
Je n'ai pas souvent cette impression de groupe qui se tisse aujourd'hui. C'est peut-être pour cette sensation que Lenter m'a envoyé ici. Pour que je tisse des liens.
Je profite de notre marche pour lui partager mon émerveillement devant son exploit, sous forme de compliments.
Quelques mots au final. Il me faudra le temps pour m'ouvrir plus.

Aïwen et Ange nous attendent. Le premier ne présente aucune fatigue, gagnant le droit à ce que je le dévisage pour trouver une quelconque preuve du contraire. Sans vouloir le vexer, je m'étonne qu'un vieillard ait tenu une course pareil sans en ressentir la moindre fatigue ! Mais rien à faire, j'ai beau le scruter de ses yeux aiguisés, il n'y a rien. Ce gars est increvable.
Cet homme est un Marchombre.

Soulagement.
Ange n'est pas au meilleur de sa forme, elle est toujours aussi motivée que début je pense, sans doute ''l'aura'' du maître qui la garde dans cet état d'esprit, mais au moins son souffle n'est pas encore revenu, tout comme je sens encore mon cœur avoir des sursauts et mes muscles se rendormir dès qu'ils trouvent un instant de repos. J'ai peur qu'ils ne finissent par faire une grève.

Mon nom pour une baignade dans la mer !


- Shalie, tu as un bon rythme de course, de bons réflexes de respiration et de ventilation, une foulée assez souple. Il me semble que pourtant, ce soit la foulée qu’il va falloir que tu travailles en particulier. Courir plus souplement, plus légèrement, faire travailler toutes les articulations pour compenser les chocs vibratoires des pas et ainsi moins forcer sur ton diaphragme pour mieux respirer.

Le moment des explications et remarques constructives. Je reste, je l'espère, impassible. J'attends mon tour en notant que le prodige du groupe reçoit des remarques. La technique manque donc ? Qu'est-ce que ça va être pour le tas de graisse que je représente par rapport à elle ?

- Aaron, tu as un réel problème avec ta foulée. Elle est trop étriquée, trop courte, et t’essouffle. Tu essayeras de faire de longues foulées, de jouer avec tes articulations, d’aller chercher loin devant ; tu verras, je suis certain que l’effet et les conséquences seront saisissantes.

Au moins pas de suspens, je le suivant. J'incline la tête sans grimacer, alors que l'envie m'en prend. Je sais bien que son reproche est plus que vrai, je l'ai senti aussi. Mais augmenter ma foulé m'aurait fait quitter le groupe de trop. Je n'ai aucune envie de me démarquer.. bien que ça aurait été plus intelligent. La prochaine fois. Je ferai en sorte de ne pas me gêner, de faire ce qu'il demande.

- Ange, quand à toi, je vois bien que tu n’aimes pas courir pour rien.

La dernière et celle qui est allé le plus loin, dans l'ordre des arrêts donc. Il enchaîne vite, pour lui donner le but qui semble lui manquer.

- On ne court pas pour rien. On court pour se déplacer. On court pour gagner de l’endurance, pour gagner du souffle, pour tous les autres exercices que l’on fera. On court pour renforcer votre force, et votre corps.

Silence. On marche pour récupérer dans un silence pesant. Quelque chose dans son ton laisse entendre qu'il n'a pas finit. Quelque chose dans ce silence calme et reposant, sans objectifs ni promesses, laisse entendre que nous devons écouter attentivement.

- Le corps, pour s’adapter aux efforts physiques, doit s’en remettre correctement à chaque fois. C’est pour cela qu’on marche. On appelle cela la récupération active. On continue de faire fonctionner le corps à un rythme moins soutenu, pour qu’il puisse évacuer les décharges d’hormones qui l’on assailli durant l’effort…

J'approuve pour moi même, conscient que je suis loin d'être remis. Il y a peu de chance que je me sorte de la fatigue avant une bonne nuit réparatrice mais pour retrouver un bon souffle quelques minutes ne me feront pas de mal.

Surtout que le nouveau défis et de taille. Cette fois, pas de l'endurance mais de la vitesse pure et dure, encore pire, de la vitesse pure et dure coupée et répétée.

Un ''TOP'' et trois paires de jambes s'activent, accélérant a autant que possible, cherchant l’infini dans chaque foulée avant de décélérer brutalement à la répercussion d'un nouveau ''TOP'' qui nous suit avec une aisance désespérante.

Au début, c'est dur. Dès le début ! Il faut que les muscles se réveilles, retrouve un certains rythme, une certaine puissance. En seulement dix secondes. Autant dire que dans les premiers essaie je n'étais pas fier de moi.
La vitesse se font sentir alors que mon souffle retrouve un rythmes calme mais efficace, que mes muscles se font moins désirer sans pour autant cesser de se plaindre. Mais je cours, dans le vent et libre. Ça c'est de la course, ça c'est déchaîner toute l'énergie que l'on peut ! Bien qu'un certain cri m'empêche de voir si je ne peux pas encore accélérer.
A chaque fin de trente secondes je jette mes forces dans le départs, espérant atteindre toute ma vitesse. Mais je ne sais pas qu'elle est cette fameuse vitesse, j'accélère pour voir, ou j'essaie. Mais impossible pour moi d'être sur qu'une seconde plus tard je n'aurais pas réussi. Une question qui me trotte dans la tête alors que trentes secondes me laissent souffler, faire le pleins et me redresser pour l'arriver du nouveau..

''TOP''

Un monde qui tourne autour d'un mot.. Mon monde autour de ce mot pendant combien de temps?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Groupe Fyrh - Cours n°1   Ven 16 Sep 2011, 22:55

Vivacité. Et lenteur. Départ sur les chapeaux de roues. Doucement les jambes cessent de s’activer.

Les sprints, c’était sans doute une épreuve bien plus difficile que toutes les autres. Cela faisait intervenir le jeu de jambes, le souffle, le cœur, la résistance aux courbatures, et cela érodait très facilement la volonté ; quand on en arrivait au moment de la pose, bien souvent l’envie de repartir était aussi forte que celle de se pendre soi-même. Et pourtant, le but était justement de mesurer cette volonté, de saisir l’importance qu’elle prenait dans la personnalité de chacun.

Aïwen observait ses apprentis qui s’élançaient, pour s’arrêter. Pour repartir. Il comptait lentement dans son esprit pour que les secondes de récupération ne fussent pas réduites ; ni celles des sprints. Un sourire sur le visage, il les voyait avoir vraiment du mal à s’élancer à chaque fois. A digérer les courses rapides. La première à se rendre compte qu’elle ne pourrait pas tenir indéfiniment fut Ange, et le Marchombre hocha doucement la tête quand il la vit se mettre à trottiner doucement plutôt que de continuer les sprints. Il lui demanda même de continuer à marcher plutôt que de courir.

Entre Shalie et Aaron, ce fut plus serré, mais autant l’un que l’autre avait beaucoup de mal à continuer. Aïwen les poussa encore et encore, et tantôt ils distançaient Ange, tantôt ils se faisaient rattrapés. Finalement, ils demandèrent tous les deux grâce, et le vieux Marchombre leur accorda cette pause bien méritée. Les laissant donc marcher tranquillement, en attendant que la dernière apprentie les rattrapât, ce qui ne tarda pas à se faire. Lorsque les trois apprentis furent présents, Aïwen leur adressa un sourire sans rien dire.

Il y avait des moments où les mots étaient inutiles.
Où ils devenaient futiles, et même agaçants. Où ils n’avaient plus réellement de sens, qu’on les entendît ou les écoutât. Le silence était le seul réconfort, la seule évidence qui s’imposait. Lorsqu’il avait été plus jeune, Aïwen était un moulin à paroles, à tout et rien dire. Surtout rien. Ne réfléchissant pas aux mots, et à ce qu’ils impliquaient, les laissant couler de lui comme une cascade vive. Comme une cascade vive, et qui savait écouter aurait facilement pu remonter jusqu’à sa source : son âme.
Il soupira doucement.

Son regard se posa sur ses trois apprentis.
Ange. Shalie. Aaron.

Trois apprentis, qui avançaient côte à côte. En même temps. Il les avait simultanément et c’était cela, la réelle nouveauté, pour lui. S’adapter aux trois en même temps, pouvoir les comprendre tous les trois, adapter ses exercices à chacun. Un défi de chaque instant, il le voyait, il le sentait, dans tous les exercices qu’ils avaient faits jusque là. Et puis cette relation qui naissait entre eux, et qui n’était pas de la même teneur que celle qu’il avait pu entretenir avec tous ses autres apprentis ; c’étaient des apprentis qu’il n’avait pu choisir, ni observer, et pourtant il sentait qu’ils avaient tous les trois un potentiel démentiel, tous les trois. Cela serait à lui de se modeler, de modeler sa façon de voir et son enseignement.

Les laissant marcher tranquillement donc, il ne disait rien, se contentant de donner la direction. Ils marchèrent toute la matinée, la fin de la matinée, et Aïwen leur fit faire une pause alors que le soleil était à son zénith. Leur distribuant à chacun une portion de viande séchée et salée – de la viande de siffleur – il leur tendit à chacune une outre pour qu’ils pussent boire. Puis, il leur demanda de s’étirer avant de reprendre la marche durant l’après-midi.
Ils marchaient, et Aïwen prenait le temps de répondre aux différentes questions de ses apprentis. De manière plus ou moins claire, plus ou moins évasive, certes, mais des réponses tout de même ; et s’ils ne s’en contentaient pas, c’était qu’ils devaient justement y réfléchir d’eux-mêmes. Le but n’était pas de faire des apprentis qui pensassent la même chose que lui, mais bien des jeunes gens qui sussent penser, et se faire leur propre opinion sur chaque chose, qui se posassent les bonnes questions, somme toute.

Lorsque le soleil fut assez bas dans le ciel – il devait être aux alentours des six heures du soir – Aïwen s’éloigna de la piste pour s’enfoncer dans les broussailles, et trouver un endroit qui serait bien pour faire un feu de camp, et un camp pour la nuit. Il ne faisait pas froid, et si la nuit serait fraîche, les légères couvertures qu’il transportait suffiraient pour les tenir à la bonne température. Mais ce n’était pas tout…
Il passa les deux heures suivantes à leur expliquer comment faire du feu, comment choisir leur bois, et les pierres qui leur permettraient de faire des étincelles ; n’importe quelle pierre pouvait faire l’affaire, tant qu’on la frictionnait contre de la martensite. Il leur montra comment reconnaître ces pierres en particulier, et ensuite demanda à chacun d’entre eux de faire un petit feu, chacun de leur côté, tout en continuant à leur dire ce qui n’allait pas, et à leur donner des conseils pour qu’ils se repérassent plus vite par rapport aux morceaux de bois et aux pierres à trouver…
Revenir en haut Aller en bas
 
Groupe Fyrh - Cours n°1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Groupe Leenio - Cours n°5
» Groupe Humo - Cours n°3
» Groupe Bizya - Cours n°2
» cours de latin
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pacte VS L'Ordre :: A l'extérieur :: Le Sud :: Plateaux et montagnes de l'est-
Sauter vers: